Navigation – Plan du site
Chronique

Au-delà de Zelaya : les enjeux du coup d’État pour la démocratie hondurienne

Karen Bähr Caballero
p. 07-12

Entrées d’index

Index géographique :

Honduras
Haut de page

Texte intégral

1Le Honduras vit la crise politique la plus longue de son histoire. Et ce depuis le 28 juin 2009, jour où les Honduriens apprenaient, incrédules, que les militaires avaient expulsé Manuel Zelaya du pays, offrant au monde le spectacle tragicomique d’un président en pyjama dénonçant le coup d’État dont il était victime.

2Le détonateur de cette crise fut l’intention de Zelaya d’organiser un référendum sur la réforme de la Constitution. Le président avait été dépossédé de son investiture de façon illégale certes, mais en réponse à son intention, également illégitime, de se perpétuer dans le pouvoir. C’est du moins l’interprétation qui fit alors le tour du monde. On pouvait, une fois de plus, se moquer de cette république bananière où les matchs de football peuvent provoquer des guerres.

3Hélas, la réalité est, comme d’habitude, beaucoup plus compliquée que les stéréotypes dans lesquels se complaisent trop souvent les citoyens du monde développé quand il s’agit des pays pauvres. L’essor de la résistance que le mouvement populaire mène sans arrêt depuis juin dernier exigeant la restauration de l’institutionnalité démocratique témoigne de cette complexité.

4Cette réaction des secteurs populaires est d’autant plus inattendue qu’au moment où Zelaya appelait à réformer la Constitution il était peu soutenu par le mouvement populaire. Si quelques dirigeants s’étaient rangés à ses côtés, plusieurs observateurs s’accordent à dire que Zelaya ne pouvait s’appuyer que sur les réseaux de clientélisme qu’il avait tissés depuis 1998, alors qu’il était ministre du Fonds d’investissement social du gouvernement de Flores Facussé (1998-2002).

5Certes, le processus de réforme constitutionnelle trouvait un écho auprès d’une partie de la gauche qui voulait y voir l’occasion d’en finir avec le bipartisme qui gangrène le système politique hondurien. Mais la plupart des organisations populaires voyaient avec méfiance les propositions de ce membre de l’élite agraire du pays qui avait occupé en 1987 la présidence du COHEP, Conseil hondurien de l’entreprise privée. Le fait est qu’avant le 28 juin, le processus de Constituante était plus un projet de Zelaya auquel se joignait, sans belligérance, une partie du mouvement social.

6Comment comprendre cette proposition de Zelaya ? Au moment de son investiture en tant que candidat du parti libéral en 2004, sa faction est en franche confrontation avec celle dirigée par Flores Facussé, membre de l’élite financière – qui a le plus bénéficié de la globalisation – et auteur intellectuel du coup-d’État du 28 juin. Facussé voyait d’un mauvais œil ce riche propriétaire terrien qui ne partageait pas ses intérêts économiques. Mais les sondages donnant -gagnant Zelaya face au candidat du parti national, « Pepe » Lobo, l’emportaient.

7Les deux premières années du gouvernement Zelaya ont été marquées par les tentatives de gagner la confiance de l’élite de son parti et de l’élite tout court. C’est ce qui explique la mise en œuvre du Traité de libre échange avec les États-Unis (signés par le gouvernement précédent) ; la signature d’accords similaires avec le Panama, Taïwan et la Colombie, et les facilités accordées aux zones franches, ces entreprises manufacturières qui font de la main-d’œuvre bon marché un avantage. Dans le même temps, le mouvement populaire dénonçait, d’une part, l’effet négatif de l’internationalisation de l’économie hondurienne sur la plupart de la population et, d’autre part, les pratiques abusives des entreprises transnationales, en particulier les exploitations des mines et de bois.

8Mais son style franchement populiste et sa gestion des affaires publiques, bénéficiant en premier lieu à sa propre clientèle, contribuaient à augmenter l’isolement de Zelaya vis-à-vis d’une partie de l’élite qui voyait faiblir son emprise sur l’État. L’isolement interne augmentait et, avec lui, la tentation de renforcer les alliances externes.

9Dans la quête d’appui international, Patricia Rodas joue un rôle crucial. P. Rodas est la fille de Modesto Rodas, un cacique libéral qui en 1963 avait vu s’envoler ses projets présidentiels à cause un coup d’État. Rodas estime que son père fut trahi par la faction du parti dirigée alors par le père de Flores Facussé. Dès sa jeunesse, P. Rodas s’était rapprochée de la minoritaire faction « de gauche » de son parti et avait tissé des liens avec le Nicaraguayen Daniel Ortega et le Vénézuélien Hugo Chávez, tout en restant libérale.

Lettre de démission de Manuel Zelaya, utilisée par le Congrès hondurien pour justifier sa destitution, mais que le président élu nia avoir écrite.

Lettre de démission de Manuel Zelaya, utilisée par le Congrès hondurien pour justifier sa destitution, mais que le président élu nia avoir écrite.

10C’est ainsi que ce qui était d’abord un rapprochement pragmatique avec le Venezuela est devenu une alliance politique. La hausse mondiale des prix, associée à la crise énergétique héritée du gouvernement précédent, obligea Zelaya à décréter l’état d’urgence seulement quatre jours après son investiture. Rationaliser l’accès du Honduras au marché du pétrole devint crucial et l’espace pour le faire était le front international. Ainsi, Zelaya mit en œuvre une série de mesures telles que l’importation du pétrole via un système d’appels d’offres international ; la négociation avec le Brésil d’une assistance technique pour la production d’éthanol et, finalement, le début de négociations avec le Venezuela pour acheter des produits dérivés du pétrole à des prix avantageux : c’est l’initiative Petrocaribe. Ce rapprochement avec le Venezuela et la politique sociale impulsée par Zelaya ont vite été considérés comme un « virage à gauche ».

11En réalité, Zelaya ne s’est pas attaqué aux privilèges structurels de l’élite hondurienne. Ses mesures sociales étaient un mélange hétéroclite de programmes ciblés de « soulagement » de la pauvreté – promus par la Banque mondiale dans tous les pays pauvres du tiers-monde pour légitimer les mesures économiques néolibérales – et des mesures populistes. Il ne s’agissait pas de programmes visant à produire une citoyenneté sociale, ni s’attaquant aux causes structurelles de la pauvreté et de l’inégalité. De plus, le passage du discours à la pratique restait teinté d’ambiguïté. Le jour de l’investiture de Daniel Ortega à la présidence du Nicaragua, alors que Zelaya faisait un discours enflammé contre l’impérialisme, la police réprimait sous ses ordres une manifestation paysanne exigeant une régulation juridique des activités minières. Par ailleurs, le président accordait une dérogation du salaire minimal aux entreprises maquiladoras ayant des activités dans les départements les plus pauvres du pays.

12Mais l’intégration du Honduras à l’ALBA – initialement appuyé par les entrepreneurs honduriens qui profitaient de conditions avantageuses – fut le début d’une escalade de méfiance, de soupçons et d’accusations de rapprochement du Honduras au projet socialiste de Chávez. Cette escalade a été relayée par la presque totalité des médias, propriétés des riches entrepreneurs honduriens avec lesquels le Président entretenait une relation tortueuse.

13C’est dans ce contexte que s’est produit un coup d’État en juin 2009 qui a complètement changé la donne. Au moins pour deux raisons : la première est que, en destituant Zelaya, l’alliance économique, médiatique et militaire qui a promu le coup d’État, a ouvert la boîte de Pandore ; c’est le secteur le plus rétrograde de la droite hondurienne qui a pris le pouvoir. Il est évident que le pouvoir s’attaque également aux avancées démocratiques des dernières décennies. La tentative de restaurer le service militaire obligatoire, la participation des groupes religieux fondamentalistes (évangélistes et catholiques) dans la sphère politique, la diabolisation de la gauche ne sont que quelques exemples. Mais le plus frappant est la réaction violente et disproportionnée des putschistes pour réprimer le mouvement de résistance. L’armée, que les Honduriens pensaient désormais moderne et soumise au pouvoir civil, apparaît comme un corps répressif, dont les pratiques rappellent un peu trop les moments les plus honteux de la Guerre froide.

14La deuxième raison est que, ce qui était au début un rassemblement d’organisations dispersées et désarticulées, s’est transformé au fil du temps et de la répression, en un mouvement social consolidé. Aussi, la résistance est-elle devenue un acteur incontournable de la solution de la crise mais aussi du devenir démocratique du pays. Le scénario de la réforme constituante est donc tout à fait différent. Le projet de réforme est maintenant un projet viable et légitime, dans la mesure où le secteur populaire organisé a acquis la capacité de parler de sa propre voix. La participation populaire dans la construction de la démocratie n’est plus un concept vide mais l’espoir d’une refondation de la société hondurienne, pour qu’elle soit plus juste et plus libre.

15Au moment d’écrire ces lignes, la crise s’est confirmée malgré les élections et le rétablissement formel des institutions. Le régime continue à donner sa version de la démocratie : meurtres, détentions illégales, tortures, violations de domicile, attaques à la liberté d’expression. Loin des réflecteurs médiatiques, ce qui est encore en jeu au Honduras est la mise en place d’une véritable démocratie ou alors la continuité d’une démocratie de façade, permettant aux élites, nationales et étrangères, de pouvoir continuer à imposer leurs intérêts et de favoriser un projet de société essentiellement anti-démocratique.

Manuel Zelaya, réfugié à l’ambassade du Brésil, profite de la protection de Lula sous l’œil conspirateur de son successeur Roberto Micheletti Baín.

Manuel Zelaya, réfugié à l’ambassade du Brésil, profite de la protection de Lula sous l’œil conspirateur de son successeur Roberto Micheletti Baín.

Droits réservés - © Nicodemus Espinosa (www.nicoespinosa.wordpress.com).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre de démission de Manuel Zelaya, utilisée par le Congrès hondurien pour justifier sa destitution, mais que le président élu nia avoir écrite.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1353/img-1.png
Fichier image/png, 109k
Titre Manuel Zelaya, réfugié à l’ambassade du Brésil, profite de la protection de Lula sous l’œil conspirateur de son successeur Roberto Micheletti Baín.
Crédits Droits réservés - © Nicodemus Espinosa (www.nicoespinosa.wordpress.com).
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1353/img-2.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karen Bähr Caballero, « Au-delà de Zelaya : les enjeux du coup d’État pour la démocratie hondurienne », Cahiers des Amériques latines, 60-61 | 2009, 07-12.

Référence électronique

Karen Bähr Caballero, « Au-delà de Zelaya : les enjeux du coup d’État pour la démocratie hondurienne », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 60-61 | 2009, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1353

Haut de page

Auteur

Karen Bähr Caballero

Karen Bähr Caballero possède un DEA en études du développement et termine actuellement un doctorat en sciences sociales à l’Université Catholique de Louvain. Elle fait partie de l’équipe de chercheurs de l’Institut d’études du développement où elle applique une approche du genre au sein des programmes de recherche sur Pauvreté et développement et Sécurité, espace urbains, dynamiques socio-territoriales et développement. Elle a travaillé comme consultante pour des institutions gouvernementales et non gouvernementales concernant l’approche du genre et la formulation des politiques publiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org