Navigation – Plan du site
Lectures

Ernesto Cardenal, La Révolution perdue

Paris, L’Harmattan, 2008, 475 p.
Charles-André Goulet
p. 234-235
Référence(s) :
Ernesto Cardenal, La Révolution perdue, Paris, L’Harmattan, 2008, 475 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Nicaragua
Haut de page

Texte intégral

1La Révolution Perdue est la troisième partie des mémoires d’Ernesto Cardenal, prêtre théologien qui participa activement à la révolution nicaraguayenne. Traduites avec brio par Bernard Desfretières, elles traitent de la période allant des années 1970 à la défaite de la gauche aux élections de 1990.

2Infatigable globe-trotter, Cardenal nous raconte les nombreux voyages qu’il a entrepris à l’étranger en tant qu’émissaire des guérilleros et, plus tard, comme ministre de la Culture du gouvernement sandiniste. Les récits de voyages décrivent des fragments de l’histoire qui étaient jusqu’ici peu connus. Désigné ambassadeur de la révolution, E. Cardenal s’est en effet vu confier plusieurs missions qui l’ont amené à rencontrer, entre autres, l’ayatollah Khomeyni. Entrer dans ces mémoires est souvent un exercice fascinant. De nombreuses anecdotes, souvent cocasses, y sont relatées. Qui savait que les étudiants nicaraguayens qui rentraient de République Démocratique Allemande durent se prêter à des séances intensives qui avaient comme objectif de les « purger de tout sectarisme antireligieux » ? Qui se souvenait que le pape Jean Paul II, que l’on connaissait très critique à l’endroit des révolutionnaires, a célébré une messe à Managua devant des milliers de « fidèles » qui chantaient des hymnes sandinistes ?

3Toutefois, s’intéresser aux mémoires d’Ernesto Cardenal est parfois aussi un exercice laborieux. Excellent écrivain, l’auteur sait qu’il peut passer rapidement d’un sujet à un autre. L’absence de dates ou de mises en contexte complique cependant la lecture. Paradoxalement, le récit gagne en cohérence lorsque l’auteur décrit la chute du gouvernement sandiniste. L’interprétation qu’il nous offre des difficultés rencontrées par le régime est pertinente et s’attarde amplement sur les actions menées par le gouvernement américain contre les sandinistes. Mais Cardenal, que l’on sait aujourd’hui en froid avec certains de ses anciens compagnons d’arme, reste objectif et avoue sans détour que les abus et les divisions ont mal servi les intérêts de l’un des rares gouvernements latino-américains parvenus au pouvoir par la voie révolutionnaire.

4Publié en plein mandat du président sandiniste Daniel Ortega et, plus généralement, au moment où les réflexions se multiplient sur le virage à gauche de l’Amérique latine, ce livre arrive à un moment opportun. On y prend notamment conscience que le succès électoral de la gauche n’est en rien étranger à la forte capacité dont disposaient les rebelles pour mobiliser les masses durant la révolution. Et l’on songe également au futur proche, puisque Ernesto Cardenal décrit à plusieurs reprises comment Rosario Murillo, l’épouse de Daniel Ortega, excellait à diviser les sandinistes et figure aujourd’hui, à l’approche des élections de 2011, comme une candidate potentielle à la succession de son mari.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-André Goulet, « Ernesto Cardenal, La Révolution perdue », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 234-235.

Référence électronique

Charles-André Goulet, « Ernesto Cardenal, La Révolution perdue », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/1342

Haut de page

Auteur

Charles-André Goulet

IHEAL/CREDAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org