Navigation – Plan du site
Lectures

Hilda Sabato, Buenos Aires en armas. La revolución de 1880

Buenos Aires, Siglo xxi, 2008, 333 p.
Geneviève Verdo
p. 231-234
Référence(s) :
Hilda Sabato, Buenos Aires en armas. La revolución de 1880, Buenos Aires, Siglo xxi, 2008, 333 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Buenos Aires, Argentine
Haut de page

Texte intégral

1On prend généralement plaisir à lire les livres que les auteurs ont eu plaisir à écrire et cet ouvrage ne fait pas exception. Hilda Sabato, grande spécialiste de l’histoire politique argentine (auteure de l’excellent volume La politica en las calles qui a contribué au renouvellement de l’histoire électorale), s’est ici livrée à un exercice de style – ou de méthode – aussi séduisant dans la forme que riche dans ses apports.

2Tout l’ouvrage tourne en effet autour d’un événement, dont le noyau central se déroule sur quelques heures, le temps d’une bataille que se livrent les forces mobilisées par la ville de Buenos Aires et celles de l’armée fédérale en juin 1880. Cette bataille constitue l’acmé d’une crise politique de première importance à laquelle les contemporains donnent le nom de « révolution », et qui offre la matière de ce livre. Hilda Sabato en ausculte la genèse, les acteurs, les enjeux, le déroulement, les enchaînements, les mouvements de radicalisation et de surenchère, jusqu’à l’affrontement final et au règlement du conflit.

3De son propre aveu, l’auteure a voulu ici « raconter une histoire », d’où un mode narratif particulier, chaque épisode étant suivi d’un « entracte » consacré à un thème structurant l’analyse. Sous l’apparente simplicité du récit, mené presque au jour le jour, se cache en fait une construction très élaborée, qui invite le lecteur à une réflexion sur le statut de l’événement : à quel moment commence une crise ? Quand se termine-t-elle ? Comment la rendre intelligible ? Comment mettre en lumière les intentions et les visées de tous les acteurs en jeu ? Étant donné la complexité de la trame événementielle, cette progression permet de se tenir au plus prêt des acteurs et de restituer la complexité des enjeux et des positions, la part d’imprévu et de hasard qui préside à certains enchaînements, ou, au contraire, leur caractère inéluctable, tandis que les « entractes » offrent une pause bienvenue dans le récit et donnent aux thèmes principaux une profondeur de champ nécessaire.

4Cette radioscopie d’une crise permet à Hilda Sabato de s’interroger sur les mécanismes qui conduisent à recourir à la violence et à l’usage des armes dans la vie politique. Là où l’historiographie a plutôt mis l’accent sur les conséquences de la révolution de 1880, elle s’intéresse plutôt à sa genèse, à son déroulement, aux motifs qui expliquent le recours apparemment inéluctable à l’affrontement armé. Le récit s’ouvre sur la campagne électorale de 1879, où s’illustrent les principaux protagonistes. Le drame se noue, pourrait-on dire, entre les deux candidats pressentis à la succession d’Avellaneda : Julio A. Roca, le vainqueur de la conquête du désert, représente les « autonomistes » ; le gouverneur de Buenos Aires Carlos Tejedor représente, quant à lui, les « nationalistes ». Ces étiquettes corres-pondent à des forces politiques dont Hilda Sabato reconstitue soigneusement la genèse, afin de rendre les enjeux compréhensibles au lecteur. Mais au-delà, elles recouvrent des identités qui se polarisent et se consolident au fur et à mesure de la campagne. Ainsi, Tejedor devient le candidat « de Buenos Aires », champion des intérêts et de l’honneur d’une cité capitale qui, depuis 1810, n’a eu de cesse que de diriger, ou de se démarquer des autres provinces. Face à lui, la cause de Roca devient celle du reste des provinces et, par glissement, de la République argentine entendue comme l’État fédéral (par opposition à Buenos Aires).

5Au fur et à mesure que les mois passent, que les alliances se font et se défont et que les esprits s’échauffent, un certain nombre d’événements clés polarisent les forces en présence : les provinces sont peu à peu gagnées à Roca, que ce soit par des élections ou des coups de force. En réaction, Tejedor, usant de ses prérogatives de gouverneur, tente de convoquer la Garde nationale, ce qui provoque un premier affrontement avec les députés du Congrès. Empêché de mobiliser la Garde, Tejedor crée des structures parallèles – un Club de Tir et une association de pompiers – qui deviendront le bras armé de la capitale.

6Par la suite, la lutte continue à se déployer sur deux fronts. D’un côté, celui des élections au Congrès natio-nal, de l’autre celui des clubs de tir qui se multiplient et dont la fréquentation et la popularité vont en augmentant. Cette atmosphère surchauffée est propice à un déploiement d’actes, de discours et de prises de positions, où tous les acteurs font valoir leurs points de vue. Le président sortant cherche tant bien que mal à s’imposer comme arbitre en appelant au dépôt des armes, en mobilisant l’armée régulière et en multipliant les négociations et les conciliabules. Tejedor accepte finalement de désarmer la Garde nationale, mais c’est sans compter avec les pompiers et membres des clubs de tirs, autoproclamés « défenseurs de Buenos Aires ». La victoire des partisans de Tejedor pour l’élection des représentants de Buenos Aires ne fait que les encourager davantage.

7Des initiatives sont prises pour préserver la paix, mais aucune d’entre elles ne s’impose face aux intentions belliqueuses du gouverneur et de ses partisans. La Chambre des représentants débloque 50 millions de pesos pour les préparatifs de guerre, et la mobilisation va croissant dans la campagne environnante. À ce moment (mai 1880), la Buenos Aires est tout entière saisie d’une fièvre d’auto--consécration, incarnée dans des grandes cérémonies comme le centenaire de Rivadavia ou le retour des cendres du général San Martín.

8Début juin, la crise est inéluctable et Avellaneda décide d’installer la présidence et le gouvernement de la nation à l’extérieur de la ville. Cette décision symbolique marque dans l’espace la partition entre les deux forces en présence : l’État fédéral d’un côté, la ville de l’autre. De part et d’autre, on se prépare à l’affrontement entre la Garde nationale et l’armée de ligne, mobilisée dans les provinces et qui converge vers la capitale. Lorsque le 13 juin, Roca est finalement élu président par 12 provinces sur 14, le verdict des urnes n’a plus guère de poids face à celui des armes : les troupes s’affrontent, les combats décisifs ayant lieu le 21 juin aux portes de la ville. Lorsque les défenseurs de Buenos Aires finissent par se retirer, les pertes sont lourdes de chaque côté. Aucune victoire décisive n’a été remportée ; Buenos Aires enterre ses morts en héros et poursuit le discours de la résistance et de l’honneur. Le 30, la paix est déclarée : les forces de Buenos Aires sont contraintes au désarmement tandis que Tejedor donne sa démission. Toutefois, la vraie victoire du camp « national » n’a lieu que deux mois après, lorsque le Congrès vote la fédéralisation de Buenos Aires, dissout la Chambre des Représentants de la province et remplace tous les fonctionnaires par des partisans du nouveau régime. Par la « fédéralisation », la capitale, amputée de sa province, a totalement perdu son autonomie.

9Il est donc tentant d’insister, comme l’a fait l’historiographie, sur les conséquences de l’événement : la décapitation de Buenos Aires. Mais on ne comprend rien à cette revanche des « nationalistes » si l’on n’a pas pris la mesure du particularisme porteño et de la position de Buenos Aires dans la création de l’État-nation. L’ouvrage de Sabato montre parfaitement le rôle très particulier que s’attribue l’élite de la capitale et sa résistance à l’unification institutionnelle. Elle montre que Buenos Aires possède une culture politique particulière, fondée sur le mythe du peuple uni et la prétention à présider aux destinées nationales, ainsi qu’une conception très républicaine de la citoyenneté qui s’incarne dans les urnes et le droit de porter les armes. Elle montre ainsi qu’en 1880, les acteurs interprètent une partition élaborée de longue date et maintes fois exécutée – un peu comme le fait Paris en 1830, 1848 ou 1870 – qui considère la révolution comme un droit, un dernier recours légitime lorsque les autres recours ont échoué.

10L’épisode révèle aussi, singulièrement, les failles d’un système institutionnel encore peu consolidé, en l’absence d’un système de candidatures et de partis d’envergure nationale. La désignation des candidats met en branle toutes les forces politiques présentes dans la société, jusqu’à incarner des enjeux qui les dépassent largement. C’est bien à cause de ce glissement et de cette hypertrophie de la représentation politique que les élections finissent par polariser toutes les questions non résolues, toutes les apories du régime, provoquant cet embrasement et l’affrontement armé qui en découle.

11L’ouvrage d’Hilda Sabato constitue donc, pour conclure, une magistrale leçon d’histoire. Derrière la trame des événements, des « petits faits », il montre la complexité et l’envergure des enjeux. Au fil du récit, l’accent est mis tour à tour sur toutes les composantes de la vie politique : les acteurs, bien sûr, individuels ou collectifs (du Congrès aux clubs de tirs, en passant par les réseaux articulés autour de chaque personnage) ; les dimensions, institutionnelles ou de sociabilités ; les modes de représentation, des discours aux urnes en passant par les cérémonies et les parades ; les projets et les imaginaires et les cultures politiques. Et, croisant la trame des événements, les fils de chaîne livrés par les « entractes » – les sociabilités urbaines ; la position de Buenos Aires face aux provinces ; la Garde nationale et l’armée ; le concept de révolution ; le thème de la violence dans les sources – font de cette page d’histoire l’occasion de comprendre bien des aspects de la vie politique dans l’Argentine du xixe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Verdo, « Hilda Sabato, Buenos Aires en armas. La revolución de 1880 », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 231-234.

Référence électronique

Geneviève Verdo, « Hilda Sabato, Buenos Aires en armas. La revolución de 1880 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1339

Haut de page

Auteur

Geneviève Verdo

université Paris I-Panthéon-Sorbonne/UMR MASCIPO

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org