Navigation – Plan du site
Lectures

Guy Stresser-Péan, The Sun God and the Savior. The Christianization of the Nahua and Totonac in the Sierra Norte de Puebla

Mexico, Boulder, University Press of Colorado, 2009, 627 p.
Pierre Ragon
p. 229-231
Référence(s) :
Guy Stresser-Péan, The Sun God and the Savior. The Christianization of the Nahua and Totonac in the Sierra Norte de Puebla, Mexico, Boulder, University Press of Colorado, 2009, 627 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1« Notre camionnette facilita ces trajets car, dans la Huatesca, autrefois, je ne pouvais me déplacer qu’à cheval. » Cette précision apportée dans les toutes premières pages de l’ouvrage de Guy Stresser-Péan, The Sun God and the Savior (traduction anglaise d’un livre initialement paru en langue française chez L’Harmattan en 2005) dit d’emblée la grande, longue et ancienne familiarité que l’enquêteur entretient avec son terrain. Guy Stesser-Péan découvrit la Huastèque et la Sierra Norte de Puebla en 1936, comme membre de l’École française de Mexico. Témoin et acteur majeur d’un demi-siècle d’études latino-américanistes, pendant plus de cinquante ans, il ne cessa de fréquenter et d’étudier le Nord-Est du Mexique où il revint multiplier les enquêtes de terrain au cours des années 1980 et 1990. Ce livre est le fruit de cette expérience exceptionnelle.

2Il est aussi celui d’un long dialogue noué dès les années 1930 avec l’œuvre majeure de Robert Ricard, La conquête spirituelle du Mexique. De cette étude à bien des égards fondatrice des travaux sur la christianisation des Indiens du Mexique, Guy Stresser-Péan avait depuis longtemps – et avec d’autres – pointé les limites. S’avançant en pionnier dans une terra incognita, Robert Ricard avait, pour faire vite, écrit l’histoire de l’évangélisation à partir des sources ecclésiastiques mais guère des témoignages indigènes, décrit les demandes de l’institution mais non leur réception, recensé les réussites de l’Église mais passé sous silence ses échecs. Depuis des années, un certain nombre de chercheurs ont donc été tentés de nuancer le tableau, d’élargir la perspective, voire, pour certains d’entre eux, de renverser le point de vue jadis développé par Robert Ricard. C’est dans cette lignée que s’inscrit Guy Stresser-Péan avec tout le talent d’un ethnographe formé à l’ancienne école de l’ethnographie française, d’un historien rompu aux techniques de son métier, d’un grand érudit et, tout simplement, d’un fin connaisseur du Mexique, pays où il vit depuis des décennies.

3La structure de cet ouvrage foisonnant, divisé en 21 chapitres et farci de dessins, de photographies, de cartes et de tableaux, reflète la démarche de l’auteur et sa richesse. Dans les deux premiers chapitres, dégageant quelques lignes de force, Guy Stresser-Péan fait un rapide bilan de nos connaissances sur l’histoire de la mission chrétienne dans le Mexique du xvie siècle ; puis, dans un troisième chapitre, il présente son propre terrain d’enquête, « une zone indigène trilingue et traditionaliste de la Sierra de Puebla » qui lui offre un échantillon de cultures indigènes (totonaque, nahua, otomi) et un conservatoire des traditions anciennes. C’est à partir de cet observatoire qu’il entreprend de réévaluer concrètement les conclusions antérieurement proposées quant à la nature du catholicisme mexicain. Dans le corps du livre (chapitres iv à xix), il présente l’histoire de la christianisation de cette région du xvie au xviiie siècle puis, se faisant ethnographe, décrit et analyse tour à tour les croyances et les rites autochtones, les formes de la pratique religieuse chrétienne et la « vision du monde » indigène. À l’occasion, il s’attarde alors sur quelques objets sacrés et leurs usages, à l’instar du teponaztli ou tambour xylophone à deux languettes vibrantes, ainsi que sur certaines pratiques rituelles, comme les danses et notamment la danse du volador dont il est (depuis les années 1940 !) le spécialiste incontesté. Avec les deux derniers chapitres, le propos s’élargit à nouveau et l’auteur rassemble les enseignements généraux qu’il peut tirer de l’étude de son terrain, une fois rangée la loupe un temps posée sur la Sierra Norte de Puebla. Alors reprend le dialogue initialement engagé avec quelques-uns de ses grands prédécesseurs, Robert Ricard bien sûr mais aussi l’américain William Madsen, l’auteur de Christo-Paganism, a study of Mexican religious syncretism [1957].

4Il nous est bien entendu impossible, en quelques lignes, d’entrer dans une discussion serrée des apports de cette contribution magistrale. Relevons-en simplement quelques caractéristiques majeures. En premier lieu, il importe de souligner que, dans cet ouvrage, une expérience et une érudition peu communes se trouvent rassemblées : d’une certaine manière, ce livre s’offre comme une encyclopédie d’enquêtes de terrain et de monographies anciennes, généralement peu connues mais porteuses d’enseignements souvent précieux, voire dans certains cas irremplaçables. L’auteur connaît tout de ce qui s’est écrit en la matière durant des décennies. Mais il y a plus. Non seulement Guy Stresser-Péan maîtrise la littérature sur le bout des doigts, mais il en connaît aussi l’histoire et les matériaux comme souvent les auteurs. Sa critique du travail de Manuel Gamio et de Noriega Hope sur les Indiens de la vallée de Teotihuacán, et plus encore sa synthèse des différents travaux portant sur San Francisco Tecospa, le terrain de William Madsen, éclairent d’un autre jour des études classiques que l’on croyait bien connaître. Guy Stresser-Péan a en outre acquis au cours de sa longue fréquentation de ses propres terrains une sensibilité aiguë aux changements. Ses jugements, toujours précis, sont à mille lieues des généralisations abusives et des conclusions définitives faussement éclairantes.

5L’auteur en revanche se montre curieusement indifférent aux consi-dérations théoriques qui ont structuré le débat sur le syncrétisme et le métissage. Il raisonne en termes de « souvenirs », « survivances », « persistances », ou alors distingue une christianisation « dure » d’une autre « plus nuancée » (chapitre xxi). L’étude des mécanismes de la transformation des croyances et des pratiques, pas plus que leur contextualisation ne sont pour lui objets d’histoire. Pareillement, il ne cherche pas à discuter la bibliographie la plus récente. Ainsi de William Taylor, il ne cite que Drinking, Homicide and Rebellion in Colonial Mexican Villages [1979], mais ignore l’incontournable Magistrates of the Sacred [1996]. Notre propre travail, Les saints et les images du Mexique [2002], n’est pas davantage mentionné et les derniers travaux sur la pastorale en nahuatl sont très inégalement pris en compte. S’il utilise la traduction des Cantares mexicanos de John Bierhorst, il délaisse les études et les traductions de Louise Burkhart ou celles de Danièle Dehouve.

6Ces remarques ne retranchent rien à l’intérêt de ce qui devrait devenir un grand classique en la matière. Peu d’ouvrages, dans ce domaine, sont aussi largement documentés et aussi fortement mûris. Quatre ans après sa parution en français, la traduction et la publication en langue anglaise de ce travail de Guy Stresser-Péan marque à cet égard l’indiscutable consécration non pas du livre, mais bien de toute l’œuvre d’un savant et d’un témoin irremplaçable, dernier représentant d’une brillante génération malheureusement largement disparue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Guy Stresser-Péan, The Sun God and the Savior. The Christianization of the Nahua and Totonac in the Sierra Norte de Puebla », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 229-231.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Guy Stresser-Péan, The Sun God and the Savior. The Christianization of the Nahua and Totonac in the Sierra Norte de Puebla », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/1337

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org