Navigation – Plan du site
Études

Faire renaître et faire revivre São Luis : une ville brésilienne en mutation

Sylvia Marcet
p. 213-126

Résumés

Cet article nous invite à réfléchir à la ville Patrimoine de l’Humanité en tant qu’enjeu de développement urbain au travers de l’exemple de la ville de São Luis (Maranhão) au Brésil. Nous abordons dans un premier temps le processus de patrimonialisation, motivé par l’inclusion dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, puis, dans un second temps, le processus de mercantilisation de la fête inhérent à la ville Patrimoine de l’humanité. La valeur patrimoniale du centre historique de São Luis légitime la pratique de nouvelles politiques urbaines dont nous allons détailler les différentes étapes : plans de restauration, de réhabilitation et de valorisation, stratégies de développement urbain telles que l’invitation à la consommation des loisirs et de la culture au cœur du centre historique ou création de structures pour une meilleure gestion du tourisme.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

patrimonio, restauración, folklore

Index géographique :

Brésil, São Luis (Brésil Maranhão)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

1En 1997, la ville brésilienne de São Luis (État du Maranhão) intégra la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO1 et -s’attribua dès lors un destin fait de privilèges et de nouveaux pouvoirs. Au travers de l’initiative d’une restauration du centre historique dès les années 1980, la ville et ses acteurs sociaux et politiques s’étaient donné les moyens de faire renaître et revivre l’esthétique urbaine de l’époque coloniale. La résolution de rendre au centre historique son aspect colonial a fait apparaître de nouvelles compositions sociospatiales, parmi lesquelles les pratiques festives et culturelles. Ces inventions culturelles s’intègrent dans le long processus de -renaissance urbaine sous la forme de mises en scène de la mémoire et du patrimoine, mises en scène que nous proposons comme objets d’étude.

  • 2 A. Sauvage parle de « marchandisation globale », « d’inféodation des fêtes du cru » et de « communa (...)

2La ville « Patrimoine de l’Humanité » et les fêtes populaires locales sont -devenues des enjeux économiques et politiques intimement liés, au-delà de la mise en valeur culturelle et de la sauvegarde patrimoniale. Le patrimoine urbain est reconnu désormais comme un terrain propice aux stratégies économiques et à la pratique des idéologies urbaines actuelles. Ainsi constatons-nous à propos de São Luis – à la manière de Paulo Peixoto dans l’un de ses articles sur l’intensification des processus de patrimonialisation en Europe – une tendance à s’affi-cher, à se présenter et à se mettre en scène tel un objet de consommation qui entre dans une stratégie de marketing urbain. Pour ce faire, les élus locaux accordent un intérêt exacerbé à la couleur culturelle locale dans un souci de « singularisation » et « d’affirmation de spécificités » [Peixoto, 1998]. Dans cette perspective, la représentation de la fête du Bumba-meu-boi est aujourd’hui devenue un objet patrimonial plus qu’une tradition : cette manifestation culturelle locale est un instrument et un symbole voués à promouvoir l’identité urbaine de São Luis. Nous rejoignons dès lors l’idée d’André Sauvage, à savoir la réalité d’une mutation des fêtes en « fêtes marchandisées »2 [Sauvage, 2003]. À la théorie d’une soumission de la culture aux volontés politiques s’ajoute la théorie d’une résistance culturelle aux politiques; nous l’avons déjà démontré pour une autre ville patrimoine mondial du Brésil [Marcet, 2008]. Muriel Rosemberg, quant à elle, affirme que la politique urbaine n’a pas seulement pour fin une stratégie de promotion, mais contribue aussi à « réaffirmer la fonction de la cité comme lieu -d’identité et de sociabilité » [Rosemberg, 2003]. Ainsi parlons-nous d’appro-priation et de ré-appropriation de l’espace urbain, de nature culturelle et sociale.

  • 3 Management of social transformations.
  • 4 Les États-parties sont les pays ayant ratifié la Convention du patrimoine mondial.

3Les réalités socio-économiques et socio-culturelles de la ville « Patrimoine de l’Humanité » en Amérique latine témoignent de discours et de pratiques de pouvoir qui sont à la fois spécifiques au territoire et communs à l’ensemble des pays ayant des sites inscrits sur cette liste de l’UNESCO. Cette dernière inclut les sites urbains du patrimoine mondial dans son programme de développement urbain et dans son programme MOST3, ce qui oblige ces villes à suivre une politique urbaine universelle – en ce qui concerne leur centre historique et leurs monuments classés. Le programme de développement urbain de l’UNESCO doit cependant être adaptable aux États-parties4 : ces derniers, en devenant membres de l’UNESCO, adhèrent aux valeurs et principes démocratiques de cette orga-nisation; ils sont alors considérés comme étant sous tutelle et doivent respecter la chronologie fixée par l’UNESCO.

4Dans le processus de réhabilitation urbaine, comment la ville – ville phœnix – renaît-elle de ses cendres et par quels moyens – ville papillon – prend-elle son envol ? Dans le processus de la ville en mutation, quelles sont les nouvelles donnes culturelles et identitaires ? Quelles sont les conséquences de l’essor du tourisme et du développement économique de l’époque contemporaine ? Avec l’exemple de São Luis, nous allons observer et analyser la mise en application du développement urbain à travers l’image de la renaissance urbaine qui prend essentiellement forme dans la réhabilitation du centre historique – restauration, protection et mise en valeur du site – et dans les festivités annuelles. Pour -appuyer notre réflexion, nous avons choisi d’étudier l’insertion d’un groupe folklo-rique de São Luis, Boi Barrica, dans la ville Patrimoine de l’Humanité.

Une peau neuve pour une ville historique

5Comme beaucoup de villes dans le monde, São Luis connut des phases de rupture et de stagnation qui, depuis sa fondation, n’ont pas cessé de modeler son paysage urbain. La particularité de cette ville – comme de quelques autres au Brésil – est d’avoir conservé en son centre un patrimoine architectural colonial authentique malgré l’évolution urbaine contemporaine et le développement industriel. Une récession économique au début du xxe siècle et la suspension des activités et fonctions ont en effet permis la préservation de l’ensemble historique de São Luis.

  • 5 Toutes les informations concernant l’UNESCO et les pays adhérents proviennent du site internet de l (...)
  • 6 Le Brésil comptabilise 18 biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial, 11 biens culturels et (...)
  • 7 Selon les dispositions de la loi fédérale n° 25 sur le patrimoine architectural et naturel, par l’i (...)
  • 8 Proposition du gouvernement de l’État du Maranhão pour l’inclusion du centre historique de São Luis (...)

6La prise de conscience nationale quant à la valeur de ces sites date des années 1950 et São Luis fut classée – tombada – par le gouvernement fédéral en 1955. Les premières actions de restauration urbaine et architecturale commencèrent dans les années 1960 et 1970 [Stoenesco, 2000], motivées par le but ultime d’être reconnues par l’UNESCO – ce qui était précoce quand on sait que la Convention du patrimoine mondial de l’organisation internationale n’entra en vigueur que le 17 décembre 19755. À cette époque, le Brésil était l’un des premiers pays déclarés en état d’urgence quant à la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel. Brasilia signa la Convention le 1er septembre 1977 et obtint pour la première fois un titre de patrimoine mondial en 1980 avec la ville d’Ouro Preto6. La démarche de São Luis pour obtenir le titre de patrimoine mondial fut plus laborieuse et ce n’est finalement qu’en 1997 que le titre fut acquis. La ville fut contrainte de répondre aux exigences de l’UNESCO, reposant sur des critères biens précis. D’un point de vue juridique tout d’abord, le centre historique devait être sous la protection du gouvernement brésilien – ce qui fut réalisé en 1974 quand il fut classé mo-nument national7. Depuis le 5 décembre 1978, une loi le protège également d’éventuels travaux susceptibles de lui être nuisibles. Antérieurement à ces protections, l’État du Maranhão avait fait appel à des professionnels afin qu’ils prennent part au projet de réhabilitation et de préservation du centre historique, mais cela n’avait pas suffi à empêcher la dégradation de certaines maisons coloniales. Ainsi Michel Parent et Viana de Lima, deux architectes de l’UNESCO, se succédèrent-ils entre 1966 et en 1973 dans cette entreprise [Stoenesco, 2000], sans toutefois que l’on note de réels effets positifs. Mis à part le fait d’avoir repoussé les zones résidentielles hors du centre historique par la construction de deux ponts, la situation resta préoccupante jusqu’à ce que -l’État fédéral institue le centre historique en monument national. Dès lors, les actions de réhabilitation du centre historique de São Luis s’enchaînèrent, aussi bien sous l’impulsion fédérale qu’à l’initiative de l’État du Maranhão et de la municipalité. Devant l’abandon et la dégradation d’un tel patrimoine, il était urgent de proposer des plans de réhabilitation et de les concrétiser au plus vite. Le chantier de restauration commença réellement à partir des années 1980. En 1986, un décret de l’État du Maranhão élargit la zone de protection de l’ensemble patrimonial qui représenta dès lors 160 hectares et près de 2 500 biens8.

  • 9 Institut du patrimoine historique et artistique national, organisme dépendant du ministère fédéral (...)
  • 10 Programme de développement du tourisme du Nordeste. Ce dernier propose sa participation à la revita (...)
  • 11 Programme de sensibilisation au projet « Reviver auprès des commerciaux, des banques et des fonctio (...)
  • 12 Le Département du patrimoine historique, artistique et paysager du Maranhão applique les lois fédér (...)
  • 13 Fondation culturelle de la municipalité. Longtemps effacée dans les responsabilités de sauvegarde e (...)
  • 14 Le POSU (Parcellement et occupation du sol urbain) est né de l’alliance des trois organes : étatiqu (...)

7L’inventaire des Monumentos históricos do Maranhão réalisé par l’ingénieur Luiz Phelipe Carvalho de Castro Andrès, également coordinateur exécutif du patrimoine culturel de São Luis, facilita le travail de réhabilitation. Ainsi, un programme de préservation et de revitalisation du centre historique fut mis en œuvre entre 1980 et 1996 sous le nom de Projeto Reviver. Les investissements furent proportionnels à l’immense chantier : pavement de la voirie rendue piétonne, enterrement du réseau électrique, éclairage public discret en fer forgé, élargissement des trottoirs, aménagement d’espaces verts, réhabilitation d’anciens entrepôts commerciaux en centres culturels (cinémas, musées, salles de danse, etc.). Les capitaux nécessaires à cette renaissance du centre historique de São Luis provinrent du gouvernement et, en particulier, de l’IPHAN9 en tant que responsable de la protection, de la restauration et de la revitalisation des -centres historiques au Brésil. Plus récemment, les programmes de PRODETUR10 et de MONUMENTA BID11 assurèrent de nouvelles rentrées d’argent [Burnett, 1999]. Ces nouvelles formes de financement, qui s’appuient sur le développement touristique et culturel et sur l’essor de l’entreprenariat et du commerce, contribuent à la bonne marche du projet Reviver. Par la sensibilisation des organismes privés et de tous les secteurs susceptibles de briller par leurs investissements dans le projet, l’État s’assure un cercle d’autosuffisance économique. Aux côtés de l’IPHAN s’activent d’autres organes responsables de la protection et de la fiscalisation de l’ensemble culturel : le DPHAP-Ma12 sur l’ensemble du Maranhão, ainsi que la FUNC13 sur le centre historique de São Luis proprement dit. Même si cette dernière compte beaucoup sur les autres organes quant à la revitalisation du centre historique, elle participe à un meilleur contrôle législatif des biens culturels à travers le POSU14.

  • 15 Commission technique du patrimoine historique, artistique et paysager.

8Le projet Reviver fut donc l’occasion, pour les différents organes publics et privés, de réunir leurs compétences. Pour ce faire fut créée la COMTEPHAP15 : cette commission, dont l’action ne dura que quatre ans, avait le mérite de réunir des techniciens de divers horizons – architectes et ingénieurs – et de les faire travailler ensemble. La coopération technique ne fut toutefois pas toujours évidente, en raison des différences de formation et de spécialisation, et la commission ne se maintint finalement pas [Burnett, 1999].

  • 16 Département des Projets Spéciaux.

9Aujourd’hui, lorsqu’il est question du Programme de réservation et revitalisation du centre historique de São Luis, on se réfère au DPE16 qui dépend directement du Secrétariat d’État à la Culture – lui-même lié au DPHAP-Ma. Cette subdivision des responsabilités peut paraître complexe; elle s’explique cependant par la multitude de zones concernées par la législation fédérale sur les biens culturels. On peut dire du DPE qu’il est l’organe de terrain. Il gère les rencontres de syndicats, de commerçants ou d’ouvriers, facilitant ainsi la concrétisation de plans d’intervention délicats tels que la récupération de zones historiques, tout en préservant les activités économiques [Burnett, 1999]. Le DPE sert de modérateur entre les différents acteurs de la société urbaine ; ses interventions sont la preuve que « la restauration et la revitalisation sont compatibles avec la préservation des formes de vie et des usages » [Burnett, 1999]. Le consentement de la population à l’élaboration de certains projets de réhabilitation de zones protégées, comme le relogement des résidents du centre historique et la récupération de bâtiments par l’État, est fondamental. Sans l’agrément de la population, aucune intervention n’est possible. Le DPE doit donc faire preuve de diplomatie et surtout de respect, afin de convaincre du bien-fondé de ses interventions et surtout de leurs bienfaits sur le quotidien des citadins. La tâche n’est pas toujours aisée, notamment quand il est question du relogement de la population puisque rien n’oblige réellement les gens à partir. La récupération de certaines maisons dans le centre historique peut ainsi être compromise, surtout si l’on prend en compte le problème des maisons inoccupées dont les propriétaires sont introuvables. Aujourd’hui, le fait est que le centre historique demeure un puzzle inachevé : il subsiste à São Luis de nombreuses maisons coloniales en ruines, complètement abandonnées à la nature envahissante, et le processus de réhabilitation du centre historique est loin d’être terminé.

  • 17 Hôtels.
  • 18 Restauration rapide.
  • 19 Rapport d’avancement sur la préparation du projet d’orientations stratégiques du Comité du patrimoi (...)
  • 20 Évaluation des organisations consultatives, liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO : São-Luis-Mara (...)

10Le centre historique a tout de même été en majeure partie déserté par la po-pulation. Même s’il reste d’irréductibles résidents, le paysage urbain se compose désormais de restaurants, de pousadas17, de magasins de souvenirs, d’espaces -culturels (cinéma, bibliothèques, musées, archives, salle de musique et de danse, théâtre, etc.), de lanchonetes18 ou de bars. Il ne s’agit donc plus d’un endroit où l’on réside, mais où l’on passe et où l’on consomme : l’espace s’exhibe comme un décor venu d’un autre temps et les touristes sont de plus en plus nombreux, chaque année, à déambuler dans les rues pavées du centre, à la recherche d’authenticité et de pittoresque. Dans le même temps, la ville de São Luis doit continuer à répondre aux exigences de l’UNESCO dans le cadre de la promotion d’un tourisme durable et de la régénération sociale du centre historique, à savoir « l’acceptation de la valeur universelle exceptionnelle du centre historique, la protection du site contre les dommages occasionnés par un tourisme incontrôlé et le fait que les revenus du tourisme financent la conservation19 ». Lors de l’expertise menée par l’ICOMOS en 1997, les inquiétudes étaient réelles quant aux -conséquences de « l’achèvement du programme de conservation, de restauration et de réhabilitation » sur la qualité de vie urbaine20.

11On retrouve ce schéma de développement urbain dans les autres villes historiques classées au patrimoine mondial, au Brésil et ailleurs dans le monde [Peixoto, 1998]. Et partout, on constate l’importance et les enjeux énormes que représente l’inscription au Patrimoine de l’Humanité : l’impact du titre sur l’environnement, sur l’économie et sur les individus apparaît essentiel dans la mesure où, au-delà du fait le fait d’avoir sauvé des pierres vieilles de trois siècles, une société tout entière se met à revivre. Cependant, cette renaissance urbaine ne se produit pas sans un certain nombre de mutations sociales et culturelles. L’inquiétude du Conseil économique et social des Nations unies et de l’Organisation mondiale du tourisme au sujet des répercussions du tourisme sur les pays concernés est légitime : São Luis, en tant que ville au potentiel touristique croissant, est-elle en mesure d’éviter les conséquences néfastes de ce dernier ?

12Lorsque l’on observe l’évolution des pratiques culturelles, et notamment des fêtes populaires locales, on constate en effet qu’il n’est plus exactement question de traditions ou de coutumes, mais plutôt de divertissements et de folklore. São Luis est devenue le théâtre d’une mémoire collective au profit du tourisme et de l’économie. Face à cette extraordinaire mise en scène de la mémoire et de l’identité urbaine, on est toutefois partagé entre admiration et inquiétude. Comment ne pas s’émerveiller devant cette renaissance culturelle de l’époque contemporaine qu’est le Bumba-meu-boi ? Comment contester l’engouement de toute une population pour une tradition ancestrale et perpétuée de génération en génération ? Cependant, cette réinvention de la fête, due à l’émergence du tourisme et à la nécessité de stimuler l’économie, est une nouvelle réalité avec laquelle les sociétés doivent composer au détriment de la perte de certaines valeurs, de certaines coutumes et de certains usages ancestraux.

La consommation festive à São Luis

  • 21 PRODETUR, Infra-estrutura e seus reflexos no turismo, Gerência setorial de turismo, n° 6, junho 199 (...)
  • 22 Banco do Nordeste do Brasil et Banco inteamericano de desenvolvimento.
  • 23 PRODETUR, Infra-estrutura e seus reflexos no turismo, Gerência setorial de turismo, n° 6, junho 199 (...)

13Pour contrer les effets néfastes du tourisme sur les sociétés urbaines a été créé, en 1995 et dans le cadre de l’action gouvernementale Brasil em ação, un programme de développement du tourisme intitulé PRODETUR21. Celui-ci a pour principal objectif de permettre l’expansion du tourisme de façon planifiée et systématique. Il s’adapte aux particularités de chaque site et prévoit l’intégration de la main-d’œuvre locale au projet de développement. Le PRODETUR n’est efficace que si les financements – principalement venus de banques comme la BNB et la BID22 – sont réguliers et constants. Concrètement, ce programme met en place les structures sans lesquelles le tourisme ne pourrait pas se développer : création d’emploi, développement des administrations chargées de la préservation du patrimoine, organisation des transports dont les aéroports, actions écologiques, récupération du patrimoine historique, etc. PRODETUR a ainsi investi près de 74 millions de reais dans l’État du Maranhão et a privilégié le pôle São Luis-Alcântara, le but étant de développer l’emploi et le bien-être de la po-pulation, de « stimuler les vocations économiques locales, la création et le renforcement des entreprises23. »

  • 24 Aujourd’hui, on préfère désigner le folklore comme « l’ensemble de créations émanant d’une communau (...)

14L’organisation de festivals, d’animations culturelles et de fêtes locales ne pourrait probablement pas se réaliser sans l’existence de ces structures d’accueil. Le patrimoine urbain devient dès lors un terrain propice à la « consolidation d’un marché urbain de loisirs », un « faire-valoir » où les stratégies de « marketing » urbain peuvent capter les flux du tourisme culturel et patrimonial [Peixoto, 1998]. Intégré dans le processus de patrimonialisation, le marketing urbain de la fête devient un centre d’intérêt économique majeur pour les politiques locales urbaines. Le concept de la « fête marchandise » [Sauvage, 2003] reste quelque peu dérangeant du fait qu’il suggère la remise en question du -caractère traditionnel de fêtes populaires telles que le Bumba-meu-boi. Et l’on ne peut complètement nier la tendance à la folklorisation dans les villes historiques, qui constitue un exemple de mutation culturelle née de l’intensification de la patrimonialisation et de la consolidation du marché urbain de loisirs [Peixoto, 1998]. Cette ré-appropriation culturelle reste néanmoins un symbole identitaire particulièrement fort à São Luis et témoigne des « créations populaires incessantes et de la spontanéité des découvertes » [Van Gennep, 1958]; la fête du Bumba-meu-boi apparaît actuellement comme « le lieu représentatif de l’équilibre entre le passé et le futur » – pour reprendre l’expression de Roger Bastide lorsqu’il faisait référence au folklore [Bastide, 1997]. Ce qui était tradition hier est aujourd’hui devenu folklore24, au terme d’un processus de réinvention assurant une pérennité où tout n’est pas figé dans le temps et immobilisé dans des musées qui exposent tout ce qui est mort [Cabral, 1954]. En ce sens, le Bumba-meu-boi est aujourd’hui bien davantage qu’une survivance de la tradition et atteste de la transformation des identités urbaines dans le contexte des villes historiques. La volonté des politiques urbaines locales à faire des fêtes populaires une ressource touristique, promotionnelle et financière [Peixoto, 1998] nous amène en effet à considérer ces fêtes non plus sous le seul angle de la tradition, mais comme des produits de consommation.

15La boulimie festive au Brésil n’est pas une légende; elle l’est encore moins à São Luis. La fête du Bumba-meu-boi y réunit chaque année des milliers de personnes venues exclusivement pour y assister. Depuis une dizaine d’années, on constate une augmentation constante du nombre de groupes folkloriques présents afin de participer à cette fête d’origine portugaise, imaginée à partir d’une légende concernant la mort et la résurrection d’un bœuf. Le Bumba-meu-boi se compose de scènes chantées et dansées associant le langage métissé de la tradition africaine avec la tradition portugaise. Selon les groupes, le nombre de personnages varie ainsi que les accessoires et les instruments de musique. En général, on retrouve toujours les trois personnages principaux, à savoir le bœuf lui-même – en carton-pâte et décoré de strass, de perles, de tissus colorés – animé par un homme caché dessous, Chico – l’esclave qui vole et tue le bœuf de son maître – et Catirina – la femme de Chico par qui le « drame » commence. En règle générale, la légende fait également apparaître divers personnages comme les Indiennes, les vaqueiros ou les caboclos de pena. Le tout est censé dégager une impression comique et se déroule généralement dans une ambiance joyeuse, sur des rythmes soutenus. Une frénésie communicative s’empare des acteurs qui invitent la foule à se joindre à eux (la brincadeira). Ainsi cette fête apparaît-elle particulièrement appropriée au contexte du nouveau marketing urbain, dans la mesure où elle enrôle systématiquement et presque naturellement – à l’image du carnaval – la foule dans un gigantesque effet de masse.

Fête de Bumba-meu-boi, Maranhão, juin 2006

Fête de Bumba-meu-boi, Maranhão, juin 2006

clichés : Anaïs Fléchet.

  • 25 Lieu éphémère où se rencontrent et se produisent les groupes folkloriques de Bumba-meu-boi mais pas (...)

16Pour recevoir la foule qui afflue chaque année, São Luis a dû mettre en place des structures d’accueil, de restauration, d’hébergement, de transport et d’information. Entre le mois de juin et la fin du mois d’août, la ville se transforme en un gigantesque arrail25 : de jour comme de nuit, la ville est en fête. Si la période festive consacrée aux groupes folkloriques était plus courte il y a une dizaine d’années, les politiques urbaines ont stratégiquement allongé la période des représentations folkloriques avec le développement du tourisme et l’inscription au Patrimoine de l’Humanité. En plus de l’essor économique induit, la ville perpétue ainsi son statut patrimonial comme un « produit ciblé par les consommateurs. » [Peixoto, 1998] La ville se vend, se donne un slogan, se dote d’une image et use de plus en plus de la médiatisation. « Une ville qui n’est pas médiatique est une ville qui n’existe pas », affirme Paulo Peixoto, ajoutant à juste titre que « c’est dans ce contexte que le patrimoine mondial, fonctionnant comme une image de marque globale, est devenu un des principaux labels du marketing. » [Peixoto, 1998]

17La fête du Bumba-meu-boi, telle qu’elle est représentée depuis la fin des années 1990, apparaît désormais comme un objet promotionnel et un produit de consommation. Certes, les acteurs du folklore et les nostalgiques d’un temps révolu défendent encore le fait qu’ils contribuent à la sauvegarde d’un patrimoine vivant, mais l’image prédominante qu’ils renvoient est malgré tout celle d’un instrument et d’une ressource économique « manipulée » par les politiques urbaines. La dépendance des groupes folkloriques vis-à-vis de la politique urbaine de développement est d’ailleurs une réalité tangible, puisqu’il existe entre eux et la ville une collaboration en toute réciprocité d’intérêts : notamment, les groupes folkloriques les plus actifs et les plus performants lors des représentations sont rémunérés. Et il existe désormais à São Luis plus d’une centaine de groupes de Bumba-meu-boi – provenant de la ville elle-même ou de l’intérieur du Maranhão – et leur nombre ne cesse de croître, motivés qu’ils sont par l’appât du gain, la popularité et la considération qu’ils acquièrent à l’échelle locale, nationale et internationale.

18Pour illustrer ce phénomène, l’étude d’un de ces groupes folkloriques, Boi Barrica, qui fait partie des plus reconnus, des plus applaudis et des plus subventionnés, est exemplaire. Il se présente en tant que compagnie artistique à différents moments festifs de l’année et peut tout aussi bien représenter la fête du Bumba-meu-Boi que le carnaval ou la fête du Divino. Ce groupe met en scène la mémoire maranhense de façon spectaculaire. Sa représentation du Bumba-meu-boi se fait la plupart du temps sur scène plutôt que dans la rue; le caractère traditionnel de la fête se retrouve toutefois dans la confection des costumes et la fabrication des instruments de musique. La préparation des costumes et des instruments est un art qui se transmet de génération en génération, comme la fabrication du bœuf qui est exécutée dans les règles de l’art et qui, d’un groupe à l’autre, est plus ou moins remarquable par ses couleurs, le nombre des perles uti-lisées et leur dessin. Le coût du matériel pour la fabrication des costumes et des instruments de musique est important. Les subventions que le groupe reçoit annuellement lui permettent de maintenir la qualité de ses représentations et surtout de rivaliser avec les autres groupes de Bumba-meu-boi. La compétition entre les groupes est une réalité qui témoigne de la popularité de la fête et de l’engouement qu’il y a à vouloir participer à la valorisation patrimoniale de leur ville, tout en étant rémunérés. Tous les groupes ne sont pas indemnisés et la hiérarchisation se fait sur des critères d’authenticité et de beauté artistique.

19Boi Barrica a commencé à exister en 1985, à partir d’un spectacle intitulé O Boizinho Barrica à luz de uma estrela, dans le quartier de la Madre Deus à São Luis. Dès les années 1980, le groupe s’est produit dans d’autres États au Brésil – ainsi à Salvador, São Cristovão, Brasilia, Belo Horizonte, São Paulo. Dans les années 1990, il commença à avoir sa propre discographie et à voyager à l’étranger – Corée du Sud, Argentine, Allemagne, Canada, France, Japon, USA, Grèce, Portugal. Aujourd’hui, il est plus que jamais actif et très demandé dans les divers festivals brésiliens et dans le monde entier. Il est aussi le Boi « fétiche » de Roseana Sarney, le gouverneur du Maranhão, et la collaboration des politiques et des groupes folkloriques se concrétise aussi dans la médiatisation. Le gouverneur, pour augmenter sa cote de popularité auprès de la population, se déplace et vient poser avec les groupes lors des fêtes de juin. En général, Roseana Sarney fait une brève apparition sur scène, le temps d’être télévisée et de se faire photographier, afin de figurer le lendemain dans le journal local. À l’instar du Boi Barrica, les groupes présents sur scène sont en général les mieux cotés, les plus reconnus et les plus populaires ; c’est aussi l’occasion pour eux de se faire valoir. Dans l’une des brochures de promotion et de divulgation des manifestations folkloriques, datée de juillet 2004, on peut voir Boi Barrica en couverture et Roseana Sarney en première page, présentant et parrainant l’événement Vale Festejar. On retrouve également le gouverneur dans d’autres publications, notamment dans l’ouvrage de Godão, le fondateur du groupe, sur la Companhia Barrica.

20Le Boi Barrica se présente avant tout comme un service de divertissement que l’on commande à des dates précises. On recourt à ses services lors de la Saint Jean et durant les mois de juillet et août, mais aussi en tant qu’ambassadeur et publicité vivante de la ville de São Luis au Brésil et partout dans le monde. Localement, les groupes folkloriques contribuent à promouvoir la fréquentation de l’espace public et participent à sa dynamisation et à son animation. En attirant la population dans l’espace urbain, ils jouent le jeu des politiques urbaines, attirant un maximum de gens aux festivités du centre restauré afin qu’ils accèdent aux produits de consommation qui leur sont proposés : restaurants, magasins de souvenirs et d’objets artisanaux, bars, etc. Il y a alors consommation visuelle du patrimoine historique et du patrimoine vivant d’une part, consommation effective de produits marchands d’autre part : « le patrimoine est au cœur de l’économie et de l’urbanisme » [Peixoto, 1998]. L’interdépendance des groupes folkloriques avec les politiques urbaines est donc indéniable et le discours sur la mise en valeur des traditions festives par le biais des groupes est un leurre. Les stratégies des politiques urbaines sur le développement urbain par le tourisme et le marché des loisirs ne constituent désormais plus un secret pour personne.

En guise de conclusion

21La ville Patrimoine de l’Humanité est au cœur des discours et des pratiques de pouvoir au Brésil. Ce statut urbain patrimonial légitime toutes les stratégies économiques mises en place, sous couvert de l’action de préservation, de réhabi-litation et de valorisation. La ville est dès lors associée à la modernité, au dynamisme, au développement et à l’innovation. Sans cesse, les politiques de pa-trimonialisation réinventent et réactivent la ville afin que celle-ci subsiste et surmonte les crises auxquelles elle est confrontée [Peixoto, 1998]. Ainsi São Luis est-elle devenue précocement le territoire idéal quant à la pratique du marketing urbain : après s’être assurée les faveurs de l’UNESCO, par un long processus de restauration et de réhabilitation, la ville s’est très rapidement tournée vers l’industrie du tourisme. C’est en toute réciprocité qu’elle s’est garantie un développement économique et culturel durable : le centre historique est désormais sous l’aile protectrice du Patrimoine de l’Humanité, mais aussi au cœur de son avidité de pouvoir et de richesse.

22Dès lors, São Luis est-elle devenue le décor d’une simple mise en scène où la spontanéité n’aurait plus sa place ? Il semble que ce ne soit pas encore le cas : on rencontre toujours, en dehors de toutes les organisations politiques et de toute initiative officielle, des rassemblements spontanés tels que les candomblés. Sur un marché isolé et sans publicité aucune, on s’émerveille encore devant les robes virevoltantes des danseuses et le rythme effréné des tambor de crioula, entre les étales d’épices et de fruits exotiques. De fait, le processus de revivification de la ville n’est pas achevé comme en témoigne le fait que de nombreuses maisons insalubres demeurent parmi les façades embellies. Il reste à savoir si, au fur et à mesure que les logiques de patrimonialisation s’intensifieront, la ville historique saura se prémunir durablement des répercussions néfastes que peut avoir le tourisme, toujours en pleine croissance, sur l’environnement et sur les sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel, Anthropologie du carnaval. La ville, la fête et l’Afrique à Bahia, éd. Parenthèses/IRD, coll. « Eupalinos », Marseille, 2000, p. 253.

Bastide Roger, Fribourg Jeannine, « Études sur le folklore et les Traditions Populaires », in Bastidiana, n° 19-20, Paris, juillet-décembre 1997, 312 p.

Burnett Carlos Federico, « Programa de preservação e revitalização do centro histórico de São Luis », 3e séminaire international sur la réhabilitation des centres historiques des villes d’Amérique latine et des Caraïbes, Santiago du Chili, 10 au 14 mai 1999. <http://www.archi.fr/SIRCHAL/seminair/sem3/contributions/BURNETco.htm>, consulté le 27 mars 2006.

Cabral Oswaldo, Cultura e folclore, éd Comissão staninense de folclore, Florianopolis, 1954, 286 p.

Marcet Sylvia, « Appropriation, réappropriation d’une ville historique : fêtes et processions à Cidade de Goiás », dans Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes Savantes, 2008.

Peixoto Paulo, « Le patrimoine mondial et l’intensification des processus de patrimonialisation », 1998, <http://www.ces.uc.pt/publicacoes/oficina/185/185.pdf>, consulté le 27 mars 2006.

Pereira Godao José, « O Boizinho Barrica. A Luz de uma estrela », Companhia Barrica, São Luis, 1999, 2e édition 2000, 186 p.

Queiros Mattoso Katia (de) (dir), « Mémoires et identités au Brésil », coll. « Recherches Amériques latines série Brésil », Centre d’Étude sur le Brésil, Paris, 1996, 199 p.

Rosemberg Muriel, « Culture et marketing urbain », in Revue Urbanisme, n° 331, juillet-août 2003, p. 43-46.

Sauvage André, « Fête la ville », in Revue Urbanisme, n° 331, juillet-août 2003, p. 39-42.

Stoenesco Dominique, « La restauration architecturale de São Luis do Maranhão », 2000, <http://bresil2000.free.fr/Restauration%20Sao%20Luis.htm>, consulté le 27 mars 2006.

Haut de page

Notes

1 Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

2 A. Sauvage parle de « marchandisation globale », « d’inféodation des fêtes du cru » et de « communalisation festive ».

3 Management of social transformations.

4 Les États-parties sont les pays ayant ratifié la Convention du patrimoine mondial.

5 Toutes les informations concernant l’UNESCO et les pays adhérents proviennent du site internet de l’organisation, http://portal.unesco.org.

6 Le Brésil comptabilise 18 biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial, 11 biens culturels et 7 biens naturels en 2005.

7 Selon les dispositions de la loi fédérale n° 25 sur le patrimoine architectural et naturel, par l’intermédiaire de l’Institut du patrimoine historique et artistique national (IPHAN). Cette protection concerne près d’un millier de biens historiques et environnementaux situés dans les quartiers de Praia Grande et de Desterro e Ribeirão. Mais aussi les places Benedito Leite et João Francisco Lisboa, l’ensemble architectonique et environnemental de la place Gonçalves Dias.

8 Proposition du gouvernement de l’État du Maranhão pour l’inclusion du centre historique de São Luis à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, 2e version, São Luis, octobre 1997, p. 17.

9 Institut du patrimoine historique et artistique national, organisme dépendant du ministère fédéral de la Culture.

10 Programme de développement du tourisme du Nordeste. Ce dernier propose sa participation à la revitalisation de l’ensemble historique sous la protection fédérale.

11 Programme de sensibilisation au projet « Reviver auprès des commerciaux, des banques et des fonctionnaires publics ».

12 Le Département du patrimoine historique, artistique et paysager du Maranhão applique les lois fédérales sur tout l’État. Il est aussi responsable du processus de « tombamento » des monuments historiques de la capitale São Luis et de l’intérieur du Maranhão.

13 Fondation culturelle de la municipalité. Longtemps effacée dans les responsabilités de sauvegarde et de valorisation du patrimoine, préférant laisser au gouvernement et à l’État ces tâches, la municipalité est entrée récemment dans l’effort collectif de revitalisation du centre historique.

14 Le POSU (Parcellement et occupation du sol urbain) est né de l’alliance des trois organes : étatique, fédéral et municipal.

15 Commission technique du patrimoine historique, artistique et paysager.

16 Département des Projets Spéciaux.

17 Hôtels.

18 Restauration rapide.

19 Rapport d’avancement sur la préparation du projet d’orientations stratégiques du Comité du patrimoine mondial, 26e session du Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Budapest, 24-29 juin 2002.

20 Évaluation des organisations consultatives, liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO : São-Luis-Maranhão-Brésil, n° 821, expertise de l’ICOMOS (Conseil international des monuments et des sites), 1997.

21 PRODETUR, Infra-estrutura e seus reflexos no turismo, Gerência setorial de turismo, n° 6, junho 1999. Site internet : www.bndes.gov.br.

22 Banco do Nordeste do Brasil et Banco inteamericano de desenvolvimento.

23 PRODETUR, Infra-estrutura e seus reflexos no turismo, Gerência setorial de turismo, n° 6, junho 1999. Site internet : www.bndes.gov.br.

24 Aujourd’hui, on préfère désigner le folklore comme « l’ensemble de créations émanant d’une communauté culturelle, fondées sur la tradition, exprimées par un groupe ou par des individus et reconnues comme répondant aux attentes de la communauté en tant qu’expression de l’identité culturelle et sociale de celle-ci, les normes et les valeurs se transmettant oralement, par imitation ou par d’autres manières » (CIOFF – Comité international des organisations de festivals folkloriques). On évite de le désigner comme « la survivance de cultures primitives ou comme la culture des peuples primitifs » [Cabral, 1954].

25 Lieu éphémère où se rencontrent et se produisent les groupes folkloriques de Bumba-meu-boi mais pas seulement : les groupes de candomblé, de danses portugaises, de danses de coco, etc., durant les fêtes junines (la Saint Jean).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fête de Bumba-meu-boi, Maranhão, juin 2006
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1325/img-1.png
Fichier image/png, 60k
Crédits clichés : Anaïs Fléchet.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1325/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvia Marcet, « Faire renaître et faire revivre São Luis : une ville brésilienne en mutation », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 213-126.

Référence électronique

Sylvia Marcet, « Faire renaître et faire revivre São Luis : une ville brésilienne en mutation », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://cal.revues.org/1325 ; DOI : 10.4000/cal.1325

Haut de page

Auteur

Sylvia Marcet

Sylvia Marcet est doctorante en histoire à l’université de La Rochelle et travaille sur les villes classées au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO à partir des exemples de Cidade de Goiás et de São Luis (Maranhão). Elle a récemment publié un article intitulé « Appropriation, réappropriation d’une ville historique : fêtes et processions à Cidade de Goiás », in Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (xviiie-xxe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes Savantes, 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org