Navigation – Plan du site
Études

Entre concubinage et prostitution. Processus d’exclusion dans le Costa Rica de la fin du xixe siècle

Marion Giraldou
p. 191-211

Résumés

Le sujet de cette recherche, la prostitution, n’est pas appréhendé comme un « état », mais en tant que construction sociale. Cette démarche implique de diversifier les approches afin de déplacer le centre d’intérêt de l’étude du groupe lui-même, vers l’analyse des relations entretenues entre ce groupe et la société. On peut alors observer les dynamiques qui lient opinion commune (au niveau de la société), diffusion de normes culturelles (au niveau étatique) et résistance à l’homogénéisation (au niveau de la marginalité). Suivant ce raisonnement, je m’interroge ici sur la flexibilité dans l’usage de concepts comme concubinage et prostitution. Ainsi ces deux types de sexualités « hors normes », bien que possédant chacune une définition claire et admise par la société, deviennent parfois synonymes. Il apparaît alors clairement que la marginalité est moins le fait de définitions préétablies autour de certains critères qu’une construction complexe faisant intervenir divers mécanismes.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Costa Rica
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. En (...)

1L’élite libérale costaricienne, déjà présente dans les années 1860, se renforce à partir des années 1870, portant avec elle une nouvelle idéologie. Son objectif est de s’affranchir des préceptes hérités de la période coloniale afin d’entrer dans l’ère capitaliste et de moderniser le pays. Il s’agit donc pour l’institution étatique de construire une Nation en y intégrant le plus globalement possible toutes les couches sociales. Dans cette perspective un système politique se met en place, capable d’articuler les intérêts des différents acteurs sociaux : bourgeoisie, grands propriétaires, Église, ouvriers aussi dans une certaine mesure… L’objectif est alors d’essayer de diffuser des valeurs homogènes à l’ensemble social, par un discours « hygiéniste, thérapeutique, libéral et juridique », afin de fonder la domination sur la base d’un consensus systématique [Osvaldo Barrantes, 1995]. Ce renouvellement culturel ne surgit pas du néant. Bien au contraire, il s’appuie sur les cadres hérités du passé et déjà largement diffusés dans la population, auxquels il superpose ses propres codes. Faisant directement écho à la théorie de Howard Saul Becker1, la mise en place de ces nouveaux codes s’est accompagnée d’une modification significative de la nature de la marginalité.

2J’appréhende donc le sujet de cette recherche – la prostitution – non pas comme un « état » mais en tant que construction sociale. Une telle démarche implique d’aborder les comportements sociaux dans une perspective globale, en diversifiant les approches. Étudier les structures sociales pour définir le contexte dans lequel naît et évolue la marginalité, et analyser les liens sociaux à partir des individualités marginalisées. Entre les deux, une série de mécanismes qui, ensemble, créent la marginalité en tant que résultat « d’attributs individuels ou collectifs » [Dubar, 1996, p. 111]. Suivant ce raisonnement, je me suis intéressée aux diverses relations que les prostituées entretiennent avec la société et essentiellement avec le pouvoir dominant. Au cours de cette étude, des amalgames -significatifs sont apparus dans le vocabulaire et les conceptions des individus. Les archives policières laissent transparaître une certaine flexibilité dans l’usage de concepts comme « concubinage » et « prostitution ». Bien qu’ils renvoient à des réalités différentes, qu’ils possèdent des définitions claires et admises par la société, ils deviennent parfois synonymes. Cette analyse cherche à exposer les diverses formes de cette assimilation et à comprendre leurs significations sociales.

3Selon cette logique j’ai étudié les relations entre les textes législatifs et les réalités sociales concrètes dans lesquelles ils s’insèrent afin de voir dans quel cadre se produisaient les phénomènes d’assimilation. Il s’agissait ensuite de comprendre leurs causes et d’en saisir leurs significations.

Concubinage et prostitution : des catégories qui évoluent au fil des règlements

  • 2 Archivo Nacional de Costa Rica (désormais ANCR), Serie Leyes y decretos, 1875.

4Face au péril que représente la propagation des maladies vénériennes, le gouvernement libéral prend les premières grandes mesures hygiénistes dès 1875. Il est intéressant de remarquer que l’article 1 du reglamento de higiene laisse dans le vague la définition exacte des femmes soumises aux nouvelles dispositions : « Se abrirá un registro […] para inscribir en él los nombres de las mujeres públicas conocidas como tales en la acepción rigurosa de esta palabra2. »

  • 3 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.
  • 4 ANCR, Serie Policía, n° 10643, f 2.

5La définition des réalités englobées sous le terme de mujeres públicas n’étant pas fixée rigoureusement, elle est laissée à l’arbitraire des agents chargés de son application. C’est ce qui explique la faible utilisation de ce code entre 1875 et 1894, période durant laquelle les prostituées sont généralement condamnées pour vagabondage3. Toutefois on trouve aussi la trace de condamnations pour concubinage qui prouvent les carences de cette législation. Ainsi, le 3 mars 1875, s’ouvre le procès de Maria Gonzalez Vargas. Elle est accusée, non pas de prostitution mais de concubinage : « [...] la señora Maria Gonzalez vive amansebada públicamente con el Sr José Varela, con cuyo hecho da mal ejemplo a una hija que tiene4. »

6Ce document étant incomplet, il est impossible de savoir si Maria Gonzalez est condamnée. Toutefois, les récits des témoins sont révélateurs des différentes perceptions existantes dans la société autour du concubinage. Sur les six témoins amenés à déposer, tous reconnaissent la qualité de concubine de Maria Gonzalez mais les avis sont partagés quant à la portée de son comportement vis-à-vis de sa fille. Seulement trois d’entres eux jugent qu’elle est un mauvais exemple.

7L’existence même de ce type de dossier possède un double intérêt. D’abord ils prouvent que, moralement, il y a une assimilation entre les différents types de relation intime qui sortent du cadre « normalisé » du mariage. Ensuite, ils mettent en avant le vide juridique qui existe dans la loi puisqu’elle ne définit pas les individus qu’elle cherche à contrôler. Il s’agit avant tout de contrôler la moralité sexuelle afin d’éviter la propagation des maladies vénériennes. Pourtant, ces lacunes empêchent le bon fonctionnement de la législation et, de ce fait, en 1894, une autre législation, plus précise, vient remplacer ce règlement peu applicable et donc, peu appliqué : le reglamento de profilaxis venérea. Désormais les notions de prostitution et de concubinage sont clairement distinguées. Une définition de la prostitution est d’ailleurs posée :

« Las prostitutas se dividen en públicas y encubiertas. Constituyen las primeras aquellas mujeres que ejercen la prostitución como un oficio, sin disimular su modo de ser y que reciben libremente a los que las solicitan. Encubiertas son las que según información que ha de levantar la autoridad de policía, además de ocuparse en los varios quehaceres de su sexo, comercian con sus cuerpos, sin estar especialmente establecida con ese objeto.

  • 5 ANCR, Serie Leyes y decretos, art. 13, 07-08-1894.

8No estarán sujetas a las disposiciones de este Reglamento las mujeres que vivan como concubinas de un solo hombre, sin escandalizar con su conducta5. »

9Malgré ces éclaircissements théoriques il semble que l’assimilation entre concubinage et prostitution se perpétue dans la réalité. En effet, dès le mois d’octobre 1894 une circulaire vient modifier la définition de la prostituée ainsi que les conditions requises pour obtenir une désinscription. Cette circulaire explicite de façon moins ambiguë les facteurs permettant le retrait d’une inscription des registres de prophylaxie :

« […] deben UU. eximir de las obligaciones del reglamento de Profilaxis Venérea a aquellas mujeres que sin haber sido conocidas anteriormente como prostitutas públicas vivan con un solo hombre, y también a las que aunque hubieran sido consideradas con anterioridad como rameras, tengan hijo con el hombre con quien vivan en concubinato, después de haber abandonado la vida licenciosa que antes seguían.

  • 6 ANCR, Serie Leyes y decretos, 23-10-1894.

10Podrán también exceptuarse aquellas mujeres que aunque hayan sido prostitutas públicas se han retirado de la Prostitución por el espacio de un año por lo menos y siempre que continúen en estado de retraimiento6. »

11En différenciant nettement prostituée et concubine, cette législation nous amène à deux conclusions : d’abord le fait même de l’existence d’une modification du texte législatif de juillet 1894 met en évidence la persistance du phénomène d’assimilation entre les notions de prostitution et de concubinage. Ensuite, et c’est ce qui fait tout l’intérêt du phénomène, cette obstination dans la répression du concubinage, alors même que la loi ne la stigmatise pas comme un problème social, révèle la persistance d’une certaine conception culturelle au sein de la société. Il faut maintenant s’interroger sur cette réalité culturelle afin de mesurer son influence dans les processus de marginalisation.

  • 7 Idem.

12Sur les soixante femmes vivant ou prétendant vivre en concubinage entre 1894 et 1897, et étant inscrites sur les registres de prophylaxie, seulement quinze d’entre elles tentent une démarche judiciaire afin que leur nom soit retiré des -registres. Il s’agit de comprendre pourquoi, alors que depuis 1894 la loi permet le retrait des registres au bout d’une année de concubinage, moins d’un tiers d’entre elles font cette démarche. Sur les quinze femmes qui ont déposé une demande, neuf obtiennent un verdict favorable mais deux d’entre elles ont dû faire appel d’une première sentence qui leur était défavorable. De plus, l’une d’elles est réinscrite au bout d’un an. L’analyse des demandes met donc en évidence la complexité du processus de désinscription. Il suffit de reprendre le texte législatif précédemment cité7 pour comprendre ce décalage entre la théorie et la pratique législative. En effet, la loi spécifie qu’une femme vivant en concubinage avec un homme et n’ayant jamais été reconnue comme prostituée ne peut être inscrite. Il y a donc là une certaine reconnaissance de la légitimité du concubinage. La législation diffère lorsqu’elle touche aux femmes ayant déjà été accusées de prostitution. Il leur faut prouver que leur concubinage a débouché sur la fondation d’une famille ou qu’elles se sont retirées de la prostitution depuis plus d’un an. Pourtant on remarque que, dans bien des cas, les critères requis par la loi pour qu’une femme puisse être retirée des registres ne correspondent plus, ou de très loin, avec le texte initial. Ainsi, dans tous les cas où un jugement négatif a été rendu (en première instance et en appel), nous pouvons remarquer qu’il avait été prouvé un concubinage supérieur à deux ans. Or si théoriquement, selon le règlement de 1894, cela est suffisant pour être sorti des registres, quel que soit son passé, la pratique montre qu’il n’en est rien.

13En juillet 1895, Gertrudis Carmona, inscrite en diverses occasions depuis 1885, demande à être sortie des registres. Elle appuie sa demande sur deux arguments : elle n’a jamais été prostituée et elle vit en concubinage depuis deux ans avec Toribio Quezada. Quatre témoins confirment ses dires et aucun ne la dément. Malgré cela, le directeur de l’agence de prophylaxie vénérienne rejette sa demande. Il reconnaît la validité et la longévité de son concubinage du fait des dépositions de ses témoins. Mais il justifie son refus par sa certitude que Gertrudis a été prostituée par le passé, puisqu’elle a été inscrite comme telle à diverses reprises depuis 1885. De plus, il fait valoir l’inexistence d’informations quant aux qualités de Toribio Quezada (majeur ? marié ? etc.) ce qui annule la validité de ce concubinage. Suivant cette logique le verdict final de l’agence principale de police stipule que :

  • 8 ANCR, Serie gobernación, cote 30303, f 3.

« […] la Sra. Carmona ha justificado que hace dos años que vive con Toribio Quesada haciendo vida marital que no escandaliza con su conducta, que no ha sido conocida como mujer pública, siendo su conducta anterior buena y que es mujer trabajadora, esta prueba no es bastante para acceder a su solicitud, pues se omitió comprobar las calidades y estado del referido Toribio Quesada, de donde pudiera inferirse si tal concubinato es o no de los absolutamente prohibidos por la ley: que la interesada ha interceptado su solicitud toda vez que las ha hecho mucho antes de haber transcurrido por lo menos un año desde su inscripción8. »

14Ce verdict n’est pas en accord avec le texte du règlement de prostitution de 1894. Les preuves apportées par Gertrudis sont légalement acceptables et suffises à l’obtention de son retrait des registres. Ce décalage entre théorie et pratique n’est compréhensible que si l’on considère la grande liberté d’interprétation que la législation laisse aux agents chargés de son application :

  • 9 ANCR, Serie Leyes y decretos, 23-10-1894.

« Queda a juicio de UU. la apreciación de este último caso [que continúen en estado de retraimiento], para lo cual confía el Gobierno en la rectitud, justicia y buen celo de UU. En el desempeño de su cargo9. »

15Ainsi, malgré la clarté apparente du texte de loi, son application demeure arbitraire puisque l’agent de prophylaxie est à la fois interprète et exécuteur. Or son interprétation ne peut être guidée par des critères objectifs mais par des conceptions subjectives, liées à sa culture. La réalité devient alors beaucoup plus compliquée que ce que l’objectivité législative pouvait laisser supposer.

16Cette subjectivité se fait profondément sentir dans le jugement que portent les agents sur les témoins. Examinons le cas de Maria Barrantes Barquero qui, en mai 1895, demande à être retirée des registres de prophylaxie vénérienne du fait qu’elle vit en concubinage depuis six ans. Trois témoins viennent déclarer en sa faveur alors que quatre, présentés par le directeur de l’agence de prophylaxie, témoignent contre elle. Le verdict prononcé en juillet 1895, et qui rejette sa demande, est révélateur de l’existence d’une certaine échelle de valeur sociale :

  • 10 ANCR, Serie Policía, sección administrativa, 2017, f 6.

« Que aunque los testigos presentados por la interesada favorecen a esta con sus dichos, estos quedan destruidos con las declaraciones de los Sres Quijano, Calvo Barquero y Gonzalez Machado, personas que a juicio de esta autoridad son un tanto honorables y han declarado con entera imparcialidad10. »

  • 11 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.
  • 12 Idem.

17Si, dans bien des cas, cette comparaison quant à la « valeur » sociale du témoin-individu n’est pas aussi apparente, il n’en reste pas moins que la majorité11 des dossiers examinés présentent des disproportions dans les résultats selon les types de témoins venus déclarer. On peut alors s’interroger sur la signification12 de cette « échelle de valeur » au niveau de la société en général. Ainsi, malgré la promulgation d’un nouveau règlement et les éclaircissements apportés à celui-ci, il n’en reste pas moins que législation et morale s’entremêlent encore à tous les niveaux à la fin du xixe siècle. Cette observation nous amène à nous interroger sur la signification sociale de ce phénomène d’assimilation permanente entre les notions de concubinage et de prostitution.

Un essai d’interprétation

  • 13 Cf. note 5.

18Il existe à la fin du xixe siècle, au Costa Rica, une différence reconnue et admise entre le concubinage et la prostitution. Le règlement de prophylaxie en donne d’ailleurs une définition exacte13. Il faut donc s’intéresser aux raisons qui ont poussé les législateurs à rester dans l’imprécision lors de la rédaction du règlement de 1894 et de la circulaire rectificatrice d’octobre. En laissant une certaine autonomie aux agents exécuteurs, au lieu de fixer des règles définitives, ils ont permis au subjectif et à l’arbitraire de s’introduire dans ce qui devait être l’objectivité même. Pour comprendre cela, il faut renverser le problème afin de renouveler le regard. L’objectif de la législation n’est pas de réprimer la prostitution en soi mais une sexualité dangereuse. Dangereuse pour la santé mentale de la population mais aussi et surtout, pour sa santé physique. Il ne s’agit donc pas de réprimer uniquement des prostituées telles qu’elles sont définies par la loi mais des femmes aux comportements sexuels « hors normes » et qui présentent un danger pour la société. Lorsque, trois mois après la promulgation du règlement de prophylaxie vénérienne, le gouvernement sent la nécessité d’apporter un rectificatif afin de juguler les assimilations abusives entre prostitution et concubinage, il précise bien l’essence même de la loi :

  • 14 ANCR, Serie Leyes y decretos, 1894.

« No es objeto de la ley favorecer el concubinato, pero tampoco pretende considerarlo de igual manera que a la Prostitución pública, la cual perjudica en todo sentido el bien social, y es por esta razón que se exime de intervenir en el primero mientras no degenere por su forma escandalosa o por sus consecuencias contra la salubridad pública en los casos que obligan la represión de la segunda14. »

19La répression de la prostitution apparaît alors avant tout comme la conséquence d’une volonté d’hygiénisme social du nouvel État libéral. En ce sens, toutes les sexualités « hors normes » sont concernées, la prostitution n’étant que la plus flagrante et la plus dangereuse.

20Ainsi, en examinant les actes des procès, on peut se rendre compte de l’importance du facteur « maladie vénérienne » dans le processus de marginalisation. Dans de nombreux cas, les médecins sont appelés à déposer. Leur témoignage est alors une clef essentielle qui va déterminer le verdict final. Ainsi, en juillet 1895, le médecin directeur de prophylaxie José Maria Soto Alfaro certifie :

  • 15 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 2017, f 4v.

21« […] que la Sra Maria Barrantes Barquero, mayor de edad, casada, costurera y de este domicilio, entro al hospital a mi cargo el día 23 de junio por padecer de la enfermedad de gonorrea de donde salio el día 29 del mismo mes, por encontrarse curada15. »

22Cette déclaration médicale est l’un des éléments qui conduit l’agence de police à rejeter la demande de retrait des registres de prophylaxie de Maria Barrantes. Le poids de cette déclaration dans la décision finale des autorités met en évidence l’importance du facteur « maladie vénérienne » dans la désignation des individus comme prostituées. La volonté de protection dépasse même le cadre de la santé physique et certaines femmes accusées de prostitution dénoncent les tentatives d’assainissement moral. La défense de Maria Luna Alvarado est révélatrice de ce phénomène :

  • 16 ANCR, Serie Policía, n° 8062, 1895, f 1-1v.

23« Pues bien, la circular del Sr. Ministro del Ramo, en que el Sr. Agente apoya su resolución si ha de aplicarse como este la entiende, afecta de tal modo la esencia de la ley, que casi no se la conoce. Parece que se desentiende de la parte material, que es su único objeto, en busca del perfeccionamiento moral de la sociedad. Si de esto se tratara debiera recurrirse a la formación de leyes especiales, pues que la de Profilaxis no es aplicable a ese objeto16. »

24Ainsi, la répression de la prostitution trouve sa raison d’être dans la volonté de contrôle hygiéniste affichée des autorités, mais aussi dans une perspective de contrôle des mentalités et d’homogénéisation morale de la sexualité féminine. À partir de là, il ne s’agit plus de délimiter des groupes autour de définitions précises mais de mesurer le degré de dangerosité des individus en se fondant sur leur comportement sexuel. La frontière entre individus dangereux et inoffensifs apparaît très arbitraire puisqu’elle s’appuie sur la vision de l’autorité détentrice du pouvoir de juger, vision issue elle-même d’une certaine culture et d’une certaine conception de la moralité. Les autorités sont donc amenées à juger des comportements à partir de leurs propres codes culturels, forcément subjectifs, et à sortir des cadres objectifs de la loi.

25Toutefois, il ne faut pas rester dans cette perspective univoque de la répression qui ne permet pas à elle seule de comprendre les libertés d’interprétation que les autorités prennent avec le texte de la loi. En effet, les rapports qui lient lesdits déviants aux normes qui les jugent et qu’ils n’ont pas contribué à mettre en place, sont fondés sur une double altérité. En se plaçant au niveau de l’individuel, la notion d’outsider [Becker, 1985] apparaît alors comme réciproque et relative : le déviant est « l’autre » des « normaux » certes, mais du point de vue du marginal ce sont « les normaux » qui sont « les autres ». De sorte que l’individu déviant n’apparaît plus comme passif, être subissant la répression, mais comme un élément actif de la construction des processus de marginalisation. Ces interactions avec la société à laquelle il appartient déterminent en partie l’attitude des autorités à son égard. Ainsi, la mise en évidence d’un certain type de résistance au sein des populations marginales soumises aux tentatives d’homogénéisation culturelle, permet de comprendre l’évolution du pouvoir répressif.

  • 17 ANCR, Serie Policía, cote 3684, f 68-68v.
  • 18 J’ai consulté plus de 500 dossiers et établi un corpus de plus de 2 500 femmes ayant eu à faire ave (...)

26La capacité avérée des individus accusés de prostitution à utiliser leur réseau social pour éviter une inscription ou se faire retirer des registres, permet de comprendre la méfiance des autorités. Le cas de Maria Garcia est de ce point de vue très révélateur. En 1896, celle-ci fait appel auprès du gouverneur d’une décision d’inscription dans les registres de prophylaxie. Elle accuse ouvertement le policier qui l’a inscrite, Manuel Esquivel, d’avoir abusé de sa place pour la faire condamner afin de venger sa protégée Susana Orta de Callejas avec qui Maria a eu une dispute trois jours auparavant. L’intérêt est de mettre en évidence la création de réseaux de protection de la part de certaines femmes aux comportements -sexuels hors normes. Ainsi, malgré les allégations de Maria Garcia accusant Susana Orta d’être une prostituée – « [no hay] razón para que la Sra. Susana no sea registrada, cuando no solo vive con el Sr. Esquivel sino con el que le llega, ni tiene otra renta que su cuerpo17. » – celle-ci n’apparaît dans aucun des registres que j’ai pu consulter. Elle n’a donc vraisemblablement jamais eu de rapport avec les autorités policières, ce qui tendrait à démontrer l’utilité de ces réseaux18.

  • 19 ANCR, Serie gobernación, cote 30303, f 3.
  • 20 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.
  • 21 Idem.

27Face à ce type de manipulation, les agents de prophylaxie préfèrent inscrire une concubine que de laisser échapper une prostituée, la règle étant avant tout de protéger la santé physique et morale de la société. Reprenons le cas de Gertrudis Carmona qui, par ses constantes inscriptions – désinscriptions depuis 1885 provoquent les doutes du directeur de l’agence de prophylaxie. En 1895, lorsque quatre témoins viennent déclarer en sa faveur, le directeur reste persuadé que « la referida solicitud debe declararse sin lugar19 ». La décision de l’agence de police est conforme à cette intuition du directeur de prophylaxie et rejette sa demande, alors que l’examen du texte de loi est sans équivoque : elle a apporté suffisamment de preuves pour être désinscrite. Consciente de l’arbitraire de cette décision, elle fait appel devant le gouverneur. Le verdict de celui-ci, en accord avec la législation, ordonne le retrait de Gertrudis Carmona des registres de prophylaxie. Il est intéressant de remarquer que, quelle que soit l’origine de l’appel (accusé ou agent de prophylaxie), dans la majorité des cas le gouverneur confirme ou prononce un acquittement. Il est rare de voir condamner en appel un individu qui ne l’aurait pas été en première instance20. Cette différence dans le verdict final prononcé par deux autorités judiciaires illustre l’importance du facteur interprétation au moment de l’application d’une loi. Peut-être peut-on déjà avancer que le facteur social joue ici un rôle important dans la compréhension de ces interprétations. L’observation des occupations de chacun révèle une nette différence d’appartenance sociale entre l’agent de police et le gouverneur21. Ainsi, il semble que l’un des facteurs qui permet d’expliquer cette divergence dans les applications de la loi, provient du poids de la morale et de la culture dans l’individu incarnant l’autorité. Poids d’autant plus important que sa position sociale le rattache aux catégories populaires et non à l’élite. De ce fait, on observe un niveau d’instruction dissymétrique entre ces deux entités juridiques qui pourrait expliquer une meilleure compréhension, et donc application, de la loi de la part des gouverneurs, là où les agents de police laissent transparaître leur subjectivité.

28Ce type d’interprétation, bien qu’abusive, reste explicable de par le flou juridique et la faible instruction des représentants de l’ordre. Mais il existe aussi des cas, comme celui de Maria Garcia abordé plus haut, où l’entrelacement explicite des relations publiques et privées conduit à des abus de pouvoir de la part des autorités. Si je tenais à signaler l’existence de ce type d’arbitraire que sont les abus de pouvoir, je ne développerais pas pour autant ce thème ici. En effet, ce type de comportement ne relève pas de mécanismes culturels inconscients mais bien au contraire de comportements généraux que l’on retrouve à toutes les périodes et dans tous les milieux. En ce sens, il ne m’apporte aucun élément complémentaire intéressant pour comprendre le fonctionnement des processus de marginalisation.

29Ces observations mettent en évidence l’unicité de la loi face à la multiplicité de ses interprétations. Les agents, en tant qu’individus appartenant à la société, ne sont pas culturellement neutres. Bien au contraire, leurs décisions doivent être analysées comme la conséquence à la fois du texte de la loi et de leur subjectivité culturelle. C’est pourquoi il est aussi important de se pencher sur la perception que les individus, en tant que membres d’une société, ont du concubinage et de la prostitution.

30En touchant à la sexualité, on aborde des domaines dans lesquels s’entremêlent la morale, la raison, le vécu, les apparences, etc. Une série de codes, de valeurs qui s’imbriquent à différentes échelles et à des degrés variables dans les individus, créant ainsi quantité de conceptions différentes. C’est pourquoi l’analyse de ces perceptions impose une certaine souplesse afin de ne pas réduire abusivement leur compréhension. Il ne s’agit donc pas ici de déterminer de façon exhaustive les différentes perceptions existantes – étude qui d’ailleurs me semble impossible à réaliser – mais de mettre en évidence, à travers différents témoignages recueillis lors des procédures de désinscription, certains aspects de la construction des conceptions populaires de la prostitution et du concubinage.

31On note une constante dans le déroulement des affaires de désinscription. En ouverture, l’accusée présente sa réclamation, suivie d’une proposition d’interrogatoire destinée à ses témoins. Ceux-ci sont par la suite amenés à y répondre lors de leur déposition, en confirmant ou en infirmant les affirmations établies dans le questionnaire. Ainsi, il me semble pertinent de m’appuyer sur le contenu de ces questions afin de déterminer les aspects essentiels que les individus accusés de prostitution cherchent à mettre en évidence dans leur personnalité et leur comportement social. À travers elles se dégagent les points fondamentaux qui entrent en jeu dans le processus de construction d’une représentation des formes de sexualité hors normes.

  • 22 ANCR, Serie Alcaldía 2nda – San José, n° 3969, 1898, f 42v.

32Dans cette perspective, l’observation de ces dossiers met en évidence une continuelle assimilation entre la prostitution et un comportement social négativement connoté. Interrogé sur le comportement de Maria Mora et Zoila Sandoval, prostituées inscrites dans les registres, leur voisin Manuel Umaña Aguilar apporte un témoignage intéressant : « Yo soy vecino de esas Sras y hasta la vez no las conozco por escandalosas aunque son mujeres inscritas en el Registro de la Profilaxis22. » Il prend la peine de spécifier que, bien que prostituées, elles ne provoquent pas de scandale, ni par leur comportement, ni dans leur propos. L’intérêt de cette déclaration est de mettre en évidence l’association par défaut de la prostitution à une attitude générale scandaleuse. Il existe une véritable habitude d’assimilation que l’on peut observer à travers la grande quantité de témoignages présentant la prostitution comme un aspect d’un comportement social général négatif. En 1906, lors d’une instruction contre Maria Aguilar et une certaine Zuñiga, accusées toutes deux de vagabondage, on peut lire des -déclarations de témoins très explicites à ce propos. Tous déclarent en parfaite harmonie que :

  • 23 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 2006, 1906, f 17-17v.

« Las Sras Zuñiga y Aguilar observan y han observado una vida escandalosa y de vagancia, nunca trabajan, ni se les conoce ocupación ni oficio honesto, son prostitutas públicas y continuamente escandalizan dando el mal ejemplo a las jóvenes honradas; tampoco se les conocen rentas ni bienes de que puedan mantenerse23. »

33On voit très clairement que la prostitution apparaît à la fois comme une conséquence – elles ne travaillent pas – et comme une cause – elles provoquent des scandales – du comportement répréhensible général de ces deux femmes. En ce sens, la prostitution est intimement liée à une conduite sociale négative.

34Par ailleurs, la presse vient confirmer et généraliser cette constante association de la prostitution à des valeurs négatives, en nous offrant un angle d’analyse particulièrement intéressant. Dans un article de la Prensa libre, datant de 1894 et commentant l’annonce faite par le gouvernement de réprimer plus sévèrement le vagabondage, l’alcoolisme et la prostitution, on trouve cette déclaration :

  • 24 BNCR, La Prensa Libre, 16-06-1894, año VI, n° 1564, p. 1-2.

« […] que [los policías] eviten o castiguen con severidad necesaria los escándalos que aquellas [prostitutas] ocasionen, y que cuiden especialmente de que dichas mujeres se comporten con el recato necesario en los lugares de reunión, calles y paseos públicos, cuidando de que se presenten en condiciones que no ofendan la moral pública24. »

35Si dans les déclarations reproduites ci-dessus, la prostitution apparaissait comme un aspect d’un comportement inacceptable et socialement réprimandable, le lien est ici encore plus vigoureux. Cet extrait d’article montre parfaitement le rapport fondamental, presque essentiel, qui existe entre la femme prostituée et ce qui est considéré comme relevant d’une conduite sociale irrecevable. L’intérêt de ces deux types de témoignages est de mettre en évidence une sorte d’amalgame spontané entre la pratique de la prostitution et un comportement social général hors norme connoté négativement.

36En restant à ce niveau des représentations sociales, le concubinage semble s’apparenter plus à des valeurs positives : la constance, la tranquillité, le respect, le travail, etc. Ainsi, les déclarations des témoins lors de l’instruction pour prostitution concernant Liduvina Alvarado montrent parfaitement que son comportement social est de l’ordre de l’acceptable et de l’accepté :

  • 25 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 1992, 1895, f 6.

« […] tuve a bien llamar los cuatro vecinos testigos que declaran unánimemente que Eduvina o Liduvina Alvarado hace como siete años aunque siendo mujer honrada entro en concubinato con Joaquín Rojas con el que se porta honradamente y siempre como antes muy trabajadora como purera que es su profesión25. »

37Il semble qu’il existe une nette différence entre une concubine et une prostituée dans les conceptions populaires. Toutefois, en examinant plus en détail cette même déclaration on remarque une opposition directe entre le fait de vivre en concubinage et d’être une femme honnête, à travers l’utilisation de la conjonction aunque. Là encore, cette nécessité de spécifier l’honnêteté de la femme dénote l’existence d’une conception par défaut : une femme acceptant de vivre en concubinage ne peut pas être une femme « honnête ».

38Cette opposition entre honnêteté et concubinage s’observe dans de nombreuses déclarations, parfois de façon explicite. Ainsi, en 1894, Tranquilino Alvarado dépose en faveur de sa concubine Balvina Gomez afin d’empêcher son inscription dans les registres de prophylaxie. Ses propos reflètent parfaitement qu’il a conscience de la position sociale de Balvina en tant que femme non ma-riée vivant avec un homme :

  • 26 ANCR, Serie Gobernación, n° 31106, 1894, f 19-19v.

« Tal calificación [de prostituta] si se hubiere hecho de esa mujer es injusta pues si bien (preciso es decirlo) hace siete años mantiene relaciones conmigo, lo cual ciertamente no es una cualidad que la recomienda como mujer honesta, si puedo asegurar que durante el lapso de tiempo indicado sólo yo he mantenido esas relaciones con ella unidos hasta por el vínculo de la familia habiendo procreado varios hijos de esa unión de los cuales uno tan solo vive26. »

39Ainsi, les représentations du concubinage sont plus difficiles à saisir. À la fois connotées de façon plus positive que la prostitution, elles restent tout de même assimilées à une action déshonorante. Il y a donc au sein de la population des différences profondes entre ces deux formes de sexualités hors normes. De sorte qu’il devient intéressant de comprendre les aspects qui déterminent ces divergences de conceptions.

Au-delà des catégories établies : une réalité complexe

  • 27 Selon le dictionnaire Larousse, « Prostitution : acte par lequel une personne consent à des rapport (...)
  • 28 Selon le dictionnaire Larousse, « Concubinage : état d’un homme et d’une femme qui vivent ensemble (...)
  • 29 Cf. note 5.

40D’emblée, et selon la définition communément admise, nous pensons à la notion de commerce que sous-entend la prostitution27. À l’inverse, le concubinage28 s’assimile plus à une relation maritale non officialisée, sans qu’il y soit question d’échange d’argent. On retrouve cette distinction majeure dans le règlement de prophylaxie vénérienne qui s’appuie sur ces définitions pour établir les caractéristiques des prostituées29.

41Ainsi, le texte législatif montre que la définition de la prostitution s’articule autour de la notion de commerce, de métier. La prostituée dite publique ou inscrite est celle qui figure dans les registres et qui donc a le droit d’exercer dans la mesure où elle respecte le règlement de prophylaxie vénérienne : se présenter pour un examen médical toutes les semaines, signaler les maladies dont elle est porteuse, ne pas recevoir de mineur, etc. Dans ces conditions, la loi reconnaît l’exercice de la prostitution comme un métier, instaurant ainsi un commerce -sexuel surveillé et légal. Inversement, certaines femmes pratiquent la prostitution – dans le sens de commerce sexuel – en restant en dehors des circuits légaux définis par la loi de prophylaxie vénérienne. Incontrôlable, ce type de commerce est absolument illégal et passible de peine de prison.

  • 30 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 56, 1897, f 7.

42Malgré cette différence dans la façon d’appréhender leur rapport à la légalité, l’importance de la notion de rémunération apparaît clairement dans les deux cas. Elle est d’ailleurs consciemment reconnue par les femmes accusées de prostitution comme étant l’essence même de leur activité. Bien souvent, on retrouve cet argument pour justifier un comportement sexuel honnête. Ainsi, en 1897, lorsqu’une instruction est ouverte pour décider l’inscription en tant que prostituée de Maria Aguirre celle-ci utilise le texte de loi pour se défendre : « La ley considera como prostitutas a las que comercian con su cuerpo y yo no pertenezco a esa clase de mujeres30. »

43Plus explicitement encore, certaines font directement référence à l’article 13 du règlement de prophylaxie vénérienne pour étayer leur argumentation :

« Me fundo para pedir esto en que según el Art. 13 del Reglamento sobre la materia, las prostitutas se dividen en públicas y encubiertas [...]. Como en ninguna de las dos clases me considero comprendida, como puedo comprobarlo, solicito de U se sirva disponer que sea borrada del Registro en cuestión.

  • 31 ANCR, Serie Policía, n° 8729, 1894, f 2.

44Debo advertir que ciertamente vivo con un hombre, Florindo Forini, pero esto hace más de cuatro años y ni ahora ni antes he comerciado con mi cuerpo ni he dado escándalo31. »

45Dans sa déclaration, il apparaît clairement que l’argumentaire défensif de Teodora Elizondo Vargas s’articule autour de deux thèmes : le commerce sexuel et la propension au scandale. Cette mise en perspective du texte de loi à travers son utilisation concrète lors des instructions permet de mettre en évidence l’importance accordée à la notion de rémunération dans les définitions officielles de la prostitution. Mais aussi et surtout, elle révèle la capacité des femmes accusées de prostitution à utiliser cette caractéristique pour argumenter leur défense.

46Plus généralement, pour la population – observée à travers les déclarations des témoins – la notion de rémunération est aussi une notion clef dans la définition de la prostitution. Ainsi l’analyse des réponses des témoins aux argumentaires des femmes accusées de prostitution montre parfaitement cette assimilation entre commerce sexuel et prostitution. La déclaration suivante est extraite de l’interrogatoire proposé par Maria Luna Alvarado à ses témoins :

  • 32 ANCR, Serie Policía, n° 8062, 1895, f 1.

« b) Digan si es cierto y les consta que yo no soy prostituta pública ni encubierta, pues que no comercio con mi cuerpo.
c) Digan si les consta que soy mujer honrada y vivo consagrada a mis quehaceres domésticos
32. »

47Ces propos confirment l’existence pour les femmes accusées de prostitution d’une corrélation entre commerce et prostitution. Mais leur intérêt réside surtout en ce qu’ils reçoivent une réponse positive de la part des trois témoins venus déclarer. Il semble alors que le seul fait de ne pas pratiquer le commerce sexuel apparaisse en soi comme une donnée suffisante pour justifier de son honnêteté et donc de sa non-inscription dans les registres. Au sein même de la population, on constate donc que la notion de rémunération est fondamentale dans la définition de la prostitution.

48Toutefois, il est intéressant de remarquer la complexité de ce rapport à l’argent puisque cette notion pécuniaire est aussi un moyen de prouver l’honorabilité de la concubine. Ainsi, Isidro Sanchez, dans sa déclaration défendant sa concubine Juana Calderon Solano, déclaration destinée à ses témoins, s’appuie sur la dépendance matérielle de celle-ci pour justifier son honnêteté :

  • 33 ANCR, Serie Gobernación, n° 31106, 1894, f 1-1v.

« 1° Como es verdad y les consta que la Señora Juana Calderon Solano vive conmigo hace más de tres años […]
2° Si les consta que la casa donde habita la referida Sra Calderon es pagada siempre por mi sin que ella haya necesidad de endigar el cotidiano sustento
33. »

49On retrouve le même type d’argument dans bien des documents émanant de femmes accusées de prostitution et confirmés par les témoins venus déclarer. Ainsi, Gabriela Alvarado Chacón, en 1896, demande à ses témoins de confirmer que :

  • 34 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 1896, n° 1772, f 1-1v.

« Hace un año vivo en concubinato con Don Matheus, mayor de edad, soltero, comerciante y de este domicilio, sin parentesco alguno con este y quien me suministro todos los gastos para mi subsistencia, lo mismo que el pago de la casa que habito34. »

50En articulant ainsi leur défense autour de ce point central, la dépendance économique, ils mettent tous deux en évidence l’enjeu de cet élément. La femme récupère la place qui lui est assigné socialement au sein du couple, et n’a alors plus besoin de subvenir à ses besoins par des moyens « immoraux ». De plus, ces témoins confirment la valeur socialement positive de cette dépendance en venant confirmer leurs affirmations.

51La mise en évidence de deux conceptions différentes se rapportant toutes deux à un échange d’argent, révèle l’existence de phénomènes complexes. La rémunération au sein du couple n’apparaît plus en soi comme une caractéristique négative liée à une activité de prostitution. Dans bien des cas, au contraire, elle peut être considérée comme un gage d’honorabilité dans la mesure où elle -s’inscrit dans un type d’échange reconnue socialement : la femme est la gardienne du foyer et l’homme subvient à ses besoins.

52Dans cette logique les actes d’accusations eux-mêmes montrent une certaine prise de distance avec les définitions officielles. La notion de rémunération n’est jamais au centre d’une accusation. Voici la reproduction d’un acte d’accusation dans lequel il apparaît clairement que c’est le comportement de Sara Delgado qui est mis en cause sans qu’il soit cherché à prouver que ses relations sexuelles aient été rémunérées :

  • 35 ANCR, Serie Policía, 1895, n° 9883, f 12.

« La Sra Sara Delgado es una mujer casada y separada de su marido quien no vive con ella por la clase de conducta que ha observado y observa, es una mujer que usa de mucha libertad en todas partes y horas también; vive en la actualidad con un hombre del cual se ha separado unos días para vivir con otro y después ha vuelto a vivir con el mismo con quien vivía, la han visto entrar a establecimiento a piezas interiores y según dicen ha tenido que ver con algunos otros más35. »

53Ainsi, les conceptions que la population et les autorités se font des sexualités « hors normes » sont parfois plus complexes que leurs définitions, même établies et reconnues. La rémunération comme un fait en soi – bien qu’essentielle dans les définitions officielles – ne permet pas à elle seule de comprendre les fondements de la qualification de prostituée.

54Dans tous les dossiers présentés dans cet article, et plus généralement dans tous les documents que j’ai pu consulter, le comportement tient une place importante dans les jugements formulés. Il semble intéressant de se pencher sur ce qui est considéré comme un comportement féminin acceptable, sans pour autant entrer dans les détails, afin de mieux mesurer les degrés de divergences des marginales. Il est possible d’approcher les règles de conduites féminines à partir d’angles variés. J’ai choisi de l’aborder par le biais de la littérature et des écrits journalistiques qui me semblent parfaitement refléter la réalité de la condition féminine. Il ne s’agit pas seulement de répertorier de façon systématique les règles morales et juridiques qui s’appliquent aux femmes, mais bien de comprendre les modalités de leurs applications concrètes.

55En 1902, Ricardo Fernandez Guardia publie une pièce de théâtre, Magdalena, dont la particularité est de présenter une jeune fille de l’aristocratie costaricienne prise entre son désir de liberté et ses impératifs comportementaux. Son refus d’obéir à la morale collective la transforme en marginale dans sa propre famille. L’étude du rôle de chaque personnage est d’ailleurs révélatrice d’une certaine réalité sociale. Alvaro Quesada Soto, spécialiste de la littérature costaricienne, dans son ouvrage Magdalena : Un drama en busca de nacionalidad propose une analyse de ce qu’était le rôle de la femme. Voici ce qu’il en dit :

« Otra [tradición] era la sumisión de la mujer al poder masculino, representado por el padre, el novio o el marido, y, como garantía de ese dominio, el respeto a los tabúes de la “honra” y la virginidad femenina. Todo lo anterior garantizaba a los varones de unos pocos núcleos familiares el ejercicio exclusivo del poder social y político. » [Quesada Soto, 1995, p. 16]

56Plus généralement, c’est une attitude de soumission qui est attendu de la femme comme l’exprime très bien José Gil Zuñiga dans son ouvrage consacré à l’étude des cultes de la Virgen de los Angeles. En s’appuyant sur la presse catholique, il met en évidence une certaine idéalisation de la figure de Marie qui conduit à en faire le modèle féminin :

  • 36 « lorias a Maria », in Unión Católica, n° 325 du 02-09-1893.

« Con motivo de las fiestas agostinas de 1893, el Pbro. Juan de Dios Trejos, en el panegírico que pronunció el día de la celebración del hallazgo, advirtió que si la mujer cristiana quería tomar para si un modelo, ninguno seria mejor que el de Maria, ya que en ella se conjugaban todas las virtudes, que una mujer debía tener36. » [Zuñiga, 1982, p. 136-137]

57Encore, en 1924, cette image de la femme assimilée à Marie perdure :

  • 37 Citation de J.H. Quinteros, « Como recibió el Papa a Monseñor Castro », in Mensajero del Clero, n°  (...)

« La Santísima Virgen, Hija obedientísima, Esposa modelo y madre para cuya calificación no hay palabra propia en ningún léxico humano, es un paradigma que debe ponerse ante los ojos de la sociedad, principalmente hoy cuando doctrinas inmorales y corruptas amenazan invadirla con ímpetu de incontenible marea cargada de lagajos podredumbre e inmundicias. Ella enseña como han de ser las hijas, las esposas y las madres y ya se sabe que la mujer es una de las piedras fundamentales en que descansa el porvenir de las naciones37. »

58Ainsi, certaines notions apparaissent comme fondamentales dans le comportement socialement accepté de la femme. L’obéissance obedientísima, la soumission, la patience, la virginité, les préoccupations domestiques, etc. sont des vertus dans lesquelles se fondent la reconnaissance sociale de la femme. Il s’agit donc maintenant de voir en quoi ces « qualités » préétablies participent au processus de marginalisation de certains individus.

  • 38 Pour ce faire une idée des qualités requises pour être considérée comme une « honnête femme », on p (...)

59Rappelons que les débats autour de la nature du comportement féminin occupent une place importante au cours des instructions. L’étude des informations comportementales fournies lors des interrogatoires, révèle l’existence de constantes argumentatives. Le mariage, associé aux qualités de la femme mariée38, apparaît continûment comme un modèle, un idéal à l’aune duquel on mesure le degré de normalité du comportement social d’une femme. L’examen comparé de divers interrogatoires permet de mettre en évidence ces constantes. Celui de Gabriela Alvarado Chacón – que nous avons déjà abordé plus haut – est significatif des éléments entrant en jeu dans la détermination de la nature comportementale d’une femme. Elle demande à ces témoins de confirmer les affirmations suivantes :

  • 39 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 1896, n° 1772, f 1-1v.

« 3° Como es verdad que en mi citada casa no se ven hombres extraños pues sólo se ve a Matheus con quien llevo una vida ejemplar y le guardo las consideraciones que a un esposo.
4° Digan como es cierto y les consta que yo no escandalizo con mi conducta ni se ven desordenes en mi casa y si siempre estoy dedicada en mis ocupaciones domésticas de modo que mis vecinos que han sido y son personas respetables jamás hayan tenido queja alguna de mi conducta
39. »

  • 40 C’est le cas notamment de Eduviges Meneses Guevara. ANCR, Serie Gobernación, 1899, n° 31071, f 1v-2

60Cette description d’elle-même est en tout point conforme à l’image idéale, maritale de la femme : un seul partenaire sexuel à qui elle montre le même respect qu’à un époux, une conduite socialement admise (aucun scandale), une préoccupation constante pour son travail domestique, etc. On retrouve la même série d’arguments dans d’autres dossiers avec parfois quelques variables, certaines femmes faisant valoir la fondation d’une famille – objectif premier du mariage – pour justifier de l’honnêteté de leur concubinage40.

61On observe donc une certaine permanence dans les arguments employés par les femmes accusées de prostitution pour prouver leur honnêteté. Plus généralement, on constate que la représentation positive ou négative du concubinage au sein de la population est moins le fait de conceptions préconçues que le résultat du comportement du couple et de la femme en particulier. Le respect des règles de comportement sexuel – continuité et unicité – mais aussi des règles de comportement social féminin – travail domestique, soumission, abnégation, etc. – apporte une certaine légitimité au couple. Ainsi, en adoptant les règles socialement admises, certains concubinages réussissent à être assimilés à des mariages et donc à être acceptés socialement. À l’inverse, dans des concubinages dits « scandaleux », du fait de comportements socialement répréhensibles, la femme est rapidement amalgamée à une prostituée.

62Ainsi, la désignation d’une femme en tant que prostituée dépend plus d’un comportement subjectif que d’un état de fait ou d’une situation particulière. Dans cette perspective, la qualification de prostituée devient à la fois plus floue et plus étendue dans sa définition. L’intérêt de cette analyse est de mettre en évidence la flexibilité de la notion de prostitution, la mise en jeu de facteurs multiples dans la construction des processus de marginalisation. Ainsi, la prostitution ne se définit pas à partir de critères fixés par la loi ou par une conception collective admise, mais par une série de facteurs dynamiques qui s’entremêlent et -s’auto-influencent.

63Cette perspective d’étude permet de comprendre le flou qui entoure parfois l’utilisation de la dénomination de prostituée par certains témoins. Ainsi, en 1895, Adelina Quesada est à nouveau condamnée à être inscrite dans les registres du fait de son habillement sencillo. Elle remet en cause ce jugement et demande à ce que d’autres preuves soient apportées :

  • 41 ANCR, Serie Policía, n° 10431, 1895, f 1-2.

« […] pues aunque mi traje es bastante sencillo, ese no es motivo para hacerme figurar entre las mujeres que ejercen la prostitución como un oficio sin disimular su modo de ser y que reciben libremente a los que las solicitan; porque el vestido no hace el monge41. »

64Adelina Quesada insiste dans sa déclaration sur le manque de fondement légal à l’origine de son accusation. Dans un autre cas, c’est le comportement hors normes de María Aguirre qui est à l’origine de sa stigmatisation. La déclaration des témoins est significative d’une conception très floue de ce qui définit l’acte de prostitution. Dans sa défense, María Aguirre conteste les preuves, qu’elle juge insuffisantes, et confirme l’importance que les femmes accusées de prostitution accordent à la notion de commerce :

  • 42 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 56, 1897, f 7-7v.

« Se han recibido ya varias declaraciones de las cuales no resulta cargo ninguno concreto contra mi, pues solo dicen los testigos que llegan hombres a mi casa y otros se paran en la puerta y la que más ha osado decir afirma que me encierro con hombres y que voy a cenar tarde en la noche.
El hecho de recibir visitas a puerta abierta, como yo lo hago no constituye falta de moralidad, ni mucho menos prueba que yo comercio con mi cuerpo; seria preciso probar esto para que legalmente pudiera inscribirme de nuevo42. »

65À travers ces déclarations, on observe la souplesse de la notion de prostitution qui est exclusivement présentée ici comme le fait d’un comportement social « hors normes ». On constate alors l’impossibilité d’assimiler la définition de la prostitution à une définition communément admise sous peine de perdre la complexité des facteurs qui entrent en jeu dans les processus de marginalisation.

En guise de conclusion

66En approchant la marginalité par le biais de ses interactions avec la société, on déplace le centre d’intérêt de l’étude du groupe lui-même vers l’analyse des relations entretenues entre ce groupe et la société. Cette logique amène à l’observation du degré d’imbrication entre coutume populaire, législation institutionnelle et comportement social, et oriente l’analyse sur l’observation de rapports complexes et évolutifs, et donc insaisissables concrètement. C’est au travers des dynamiques que cette mise en perspective induit que l’on peut observer les déterminismes réciproques qui lient opinion commune (au niveau de la société), diffusion de normes culturelles (au niveau étatique) et résistance à l’homogénéisation (au niveau de la marginalité). L’étude des liens sociaux prend alors une valeur essentielle, en ce sens qu’ils sont considérés comme déterminant la mise en place des processus de marginalisation. La diversité qui découle de cette approche, à la fois globale et individualisée du sujet, est significative de la complexité du réel, contrairement à ce que pourrait laisser penser une catégorisation trop systématique ou une acceptation prématurée de définitions préfixées.

67En étudiant depuis cette perspective, les diverses conceptions existantes entre deux types de sexualités « hors normes », la prostitution et le concubinage, j’ai voulu mettre en avant l’importance de ne pas s’installer dans le confort de l’univoque, mais au contraire de complexifier son regard afin de mieux rendre compte de la diversité du réel. Il apparaît clairement que la notion de prostitution est moins le fait d’une définition préétablie autour du seul critère commercial qu’une construction complexe faisant intervenir des facteurs variés, tels que l’adoption d’un comportement social connoté négativement et la propension à propager des maladies vénériennes.

  • 43 En l’état actuel de mes recherches je me suis limitée à la formulation de cette question qui me sem (...)

68Il s’agissait de montrer la richesse des informations que l’on peut obtenir en dépassant les études de groupes fondées sur des définitions anticipées. En effet, en opérant un déplacement du centre d’intérêt, l’étude ne porte plus sur un état défini autour de cadres préétablis et de critères préconçus. Au contraire, elle s’appuie sur l’analyse des processus de marginalisation dans le but de construire une définition moins absolue certes, mais relative à un contexte donné, sorte de synthèse totalisante de la diversité observée. En quelque sorte, cet article pose donc certaines des bases méthodologiques qui déterminent ma façon de concevoir un travail sur la marginalité. Il aborde aussi un point essentiel de mes interrogations, à savoir le rapport existant entre la stigmatisation d’un individu en tant que prostituée et son comportement général hors normes43.

Haut de page

Bibliographie

Barrantes Barrantes Luis Osvaldo, Política social, beneficiencia y abandono de niños en CR, 1890-1930, Thèse de Licenciatura de l’école d’histoire de la UCR, 1995.

Becker Howard Saúl, Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 [1963].

Dubar Claude, « Socialisation et processus », in Serge Paugam (dir.), L’exclusion, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1996.

González Ortega Alfonso, Vida cotidiana en la Costa Rica del siglo XIX, EUCR, San José, Costa Rica, 1996.

Quesada Soto Alvaro, « Magdalen : un drama en busca de nacionalidad », in Ricardo Fernandez Guardia, Magdalena, coll. « Retorno », San José, Costa Rica, UCR, 1995 [1902].

Saenz Eugenia Rodríguez (ed.), Entre silencios y voce : género e historia en América central (1750-1990), San José, Centro Nacional para el desarrollo de la mujer y la familia, 1997.

Zuñiga José Gil, El culto a la virgen de los Angeles (1824-1935). Una aproximación a la mentalidad religiosa, Heredia, Costa Rica, UNA, 1982.

Haut de page

Notes

1 Théorie selon laquelle la marginalité est déterminée directement par son contexte socioculturel. En ce sens, elle ne saurait exister, et donc être appréhendée, en dehors de lui. « Le même comportement peut constituer une transgression des normes s’il est commis à un moment précis ou par une personne déterminée, mais non s’il est commis à un autre moment ou par une autre personne ; certaines normes – mais pas toutes – sont transgressées impunément. Bref le caractère déviant, ou non, d’un acte donné dépend en partie de la nature de l’acte (c’est-à-dire de ce qu’il transgresse ou pas une norme) et en partie de ce que les autres en font » [Becker, 1985, p. 37].

2 Archivo Nacional de Costa Rica (désormais ANCR), Serie Leyes y decretos, 1875.

3 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.

4 ANCR, Serie Policía, n° 10643, f 2.

5 ANCR, Serie Leyes y decretos, art. 13, 07-08-1894.

6 ANCR, Serie Leyes y decretos, 23-10-1894.

7 Idem.

8 ANCR, Serie gobernación, cote 30303, f 3.

9 ANCR, Serie Leyes y decretos, 23-10-1894.

10 ANCR, Serie Policía, sección administrativa, 2017, f 6.

11 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.

12 Idem.

13 Cf. note 5.

14 ANCR, Serie Leyes y decretos, 1894.

15 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 2017, f 4v.

16 ANCR, Serie Policía, n° 8062, 1895, f 1-1v.

17 ANCR, Serie Policía, cote 3684, f 68-68v.

18 J’ai consulté plus de 500 dossiers et établi un corpus de plus de 2 500 femmes ayant eu à faire avec la justice pour des problèmes comportementaux (prostitution, scandale, insulte, etc.). Toutefois, il se peut que les fichiers aient été détruits.

19 ANCR, Serie gobernación, cote 30303, f 3.

20 Cet aspect sera approfondi dans mon travail de doctorat.

21 Idem.

22 ANCR, Serie Alcaldía 2nda – San José, n° 3969, 1898, f 42v.

23 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 2006, 1906, f 17-17v.

24 BNCR, La Prensa Libre, 16-06-1894, año VI, n° 1564, p. 1-2.

25 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 1992, 1895, f 6.

26 ANCR, Serie Gobernación, n° 31106, 1894, f 19-19v.

27 Selon le dictionnaire Larousse, « Prostitution : acte par lequel une personne consent à des rapports sexuels contre de l’argent ».

28 Selon le dictionnaire Larousse, « Concubinage : état d’un homme et d’une femme qui vivent ensemble sans être mariés ».

29 Cf. note 5.

30 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 56, 1897, f 7.

31 ANCR, Serie Policía, n° 8729, 1894, f 2.

32 ANCR, Serie Policía, n° 8062, 1895, f 1.

33 ANCR, Serie Gobernación, n° 31106, 1894, f 1-1v.

34 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 1896, n° 1772, f 1-1v.

35 ANCR, Serie Policía, 1895, n° 9883, f 12.

36 « lorias a Maria », in Unión Católica, n° 325 du 02-09-1893.

37 Citation de J.H. Quinteros, « Como recibió el Papa a Monseñor Castro », in Mensajero del Clero, n° 12, XXXVI, San José, Costa Rica, 12-1924, p. 294.

38 Pour ce faire une idée des qualités requises pour être considérée comme une « honnête femme », on peut se référer notamment à trois ouvrages : Gonzalez Ortega, 1996 ; Rodriguez Saenz, 1997 ; Zuñiga, 1982.

39 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, 1896, n° 1772, f 1-1v.

40 C’est le cas notamment de Eduviges Meneses Guevara. ANCR, Serie Gobernación, 1899, n° 31071, f 1v-2.

41 ANCR, Serie Policía, n° 10431, 1895, f 1-2.

42 ANCR, Serie Policía, Sección administrativa, n° 56, 1897, f 7-7v.

43 En l’état actuel de mes recherches je me suis limitée à la formulation de cette question qui me semble essentielle à la compréhension des processus de marginalisation. En effet, il m’aurait été impossible d’y répondre par manque d’espace et surtout de données. Toutefois, cette interrogation fera l’objet d’un traitement particulier dans la thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Giraldou, « Entre concubinage et prostitution. Processus d’exclusion dans le Costa Rica de la fin du xixe siècle », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 191-211.

Référence électronique

Marion Giraldou, « Entre concubinage et prostitution. Processus d’exclusion dans le Costa Rica de la fin du xixe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1317 ; DOI : 10.4000/cal.1317

Haut de page

Auteur

Marion Giraldou

Marion Giraldou prépare une thèse de doctorat en histoire sous la direction de M. Bertrand (université de Toulouse 2 – Le Mirail) et de J.-J. Marín Hernandez (université du Costa Rica). Membre du laboratoire Framespa, elle a été allocataire-monitrice entre 2005 et 2008, et est actuellement webmaster du site internet de l’atria (Association toulousaine pour la recherche interdisciplinaire sur les Amériques). Un article intitulé « L’espace dans les processus de marginalisation à San José du Costa Rica, 1880-1920 » est en attente de publication dans le cadre d’un ouvrage collectif à paraître aux éditions de l’Harmattan.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org