Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : un demi-siècle d'expérience révolutionnaire

Les femmes cubaines à l’épreuve de la crise économique

Martha Peciña
p. 159-172

Résumés

La situation des femmes cubaines est singulière sur le continent latino-américain. La Révolution de 1959 favorise l’éducation et l’intégration professionnelle des femmes, leur permettant ainsi de reléguer leurs tâches domestiques et familiales au second plan. Pourtant, dans le contexte de la crise économique des années 1990, les inégalités de genre sont réaffirmées par la division sexuelle du travail domestique et salarié, et par le retour visible de la prostitution féminine. Cet article analyse les effets de la crise sur les représentations des femmes, dans les sphères publique et privée de la société cubaine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

1Fusil à l’épaule, un bébé dans les bras. L’emblème de la Fédération des Femmes Cubaines symbolise la femme révolutionnaire idéale. Cette image caractérise-t-elle la réalité des femmes cubaines d’aujourd’hui ?

  • 1 Melba Hernández, Haydée Santamaría, Celia Sánchez et Vilma Espín sont les principales protagonistes (...)
  • 2 La FMC est créée en 1960, Vilma Espín est élue présidente de l’organisation. Elle le restera jusqu’ (...)
  • 3 La campagne d’alphabétisation est organisée par la FMC et le Parti communiste cubain (PCC). La camp (...)
  • 4 Monica Krause-Fuchs raconte son expérience au CENESEX – Centre National d’Éducation Sexuelle –, qu’ (...)
  • 5 Le Deuxième Congrès de la FMC (1974) dresse un état des lieux des entraves à la participation des f (...)
  • 6 Voir Martha Peciña : Histoire de la FMC : La Révolution au féminin, mémoire de maîtrise d’histoire (...)

2La participation des femmes dans la société est une composante essentielle des changements structurels introduits par la Révolution cubaine. Après avoir activement soutenu et participé à la lutte révolutionnaire, les leaders féminines de la guerilla1 créent la Fédération des Femmes Cubaines [Federación de Mujeres Cubanas, FMC]2. L’objectif initial de cette organisation de masse est de canaliser la participation féminine vers l’édification de la nouvelle société. L’intégration des femmes au travail salarié est la priorité du gouvernement et de la FMC. Plusieurs mesures favorisent leur émancipation à partir des années 1960. En premier lieu, les campagnes d’alphabétisation et de vaccination, encadrées par les principales organisations de masse3, s’adressent à l’ensemble de la population cubaine. Mais les femmes en sont les principales bénéficiaires, car elles sont davantage concernées par la mortalité et l’analphabétisme, surtout dans les zones rurales [Ortiz, 1981, p. 181]. Ensuite, la création d’écoles maternelles et les campagnes de formation à des métiers permettent à de nombreuses femmes de déléguer en partie leurs obligations familiales à l’État, et d’exercer un emploi. Enfin, une politique de contrôle des naissances est mise en place, avec la légalisation de l’avortement dès 1960 et la mise à disposition de moyens de contraception4. Mais la spécificité cubaine réside dans la remise en question de la division sexuelle du travail domestique5. En 1975, l’instauration d’un Code de la famille dénonce la double journée de travail (domestique et salarié) des femmes, et préconise l’égalité sexuelle du partage des tâches domestiques et familiales [PCC, 1976]6.

  • 7 Fidel Castro emploie pour la première fois l’expression « Période Spéciale en temps de paix » dans (...)
  • 8 La Période Spéciale dans son ensemble est traitée par l’économiste cubain Carmelo Mesa-Lago dans pl (...)

3Cependant, les discours politiques et les lois ne sont pas nécessairement suivis d’une mise en application. Dans la pratique, l’État libère les femmes du travail domestique quotidien pour leur permettre de participer à l’effort révolutionnaire, mais la structure des rapports sociaux de sexe reste inchangée. Les inégalités persistent, et la crise économique va les renforcer. La chute du mur de Berlin en 1989 et la disparition de l’URSS en 1991 bouleversent le modèle économique et social cubain. Le gouvernement entretenait presque exclusivement des échanges économiques avec les pays appartenant au marché commun des pays socialistes (COMECON). Entre 1989 et 1993, le PIB cubain chute de 35 %, les importations et les exportations s’effondrent des trois quarts [Mesa-Lago, 2003, p. 30]. Cette période de crise baptisée par l’euphémisme « Période Spéciale en temps de paix »7 annonce les balbutiements d’une libéralisation économique8. Ces restructurations ont une incidence sur les rapports sociaux de sexe.

4Pourquoi et comment la crise économique affecte plus particulièrement les femmes ? Que reste-il alors en 2008 des acquis sociaux de la Révolution et des avancées obtenues par la FMC dans les années 1960-1970 ? À partir de ces deux interrogations, cette étude vise à démontrer en quoi la crise économique a rendu visible la persistance des inégalités de genre dans la société cubaine, malgré les avancées obtenues après le triomphe de la Révolution. Cette problématique sera traitée à travers deux axes : le travail des femmes et la prostitution. Une première partie s’attachera à la division sexuelle du travail domestique et salarié. Le travail salarié est parfois exercé au foyer, les sphères publiques et privées sont alors imbriquées, c’est ce qui me conduit à les analyser ensemble. Une deuxième partie se penchera sur les caractéristiques et représentations de la prostitution féminine à partir de la Période Spéciale, et les réactions et les mesures du gouvernement.

Travail domestique et salarié

  • 9 L’ouverture des Escuelas para Domésticas permet aux domestiques de reprendre des études selon leur (...)

5Au lendemain du triomphe de la Révolution, la construction de la nouvelle société nécessite une main-d’œuvre massive. En plus des campagnes d’alphabétisation et de vaccination destinées à l’ensemble de la population, la FMC instaure des mesures spécifiques pour les femmes. Des écoles de formation pour les anciennes domestiques et prostituées sont créées9, ainsi qu’une École de technique agricole pour les membres de la Fédération, et une École nationale de cadres de la fédération. La FMC s’attache à incorporer les femmes dans des secteurs non traditionnellement féminins, comme la construction ou les chauffeurs de taxi. On le constate dans les chiffres de la Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO). En 1953, 19,2 % des femmes de plus de 15 ans travaillent, et majoritairement dans les zones rurales. En 1981, les femmes représentent 31,5 % de la population active [FLACSO, 1992, p. 35-36]. On constate également les effets des mesures d’éducation des femmes sur leur qualification. D’après les chiffres de la FMC, en 1985, plus de 50 % des techniciens et cadres supérieurs sont des femmes, même si elles restent peu représentées dans les postes de direction [Catasus Cervera, 1996, p. 23].

6La crise économique affecte l’ensemble des secteurs d’activité, et par conséquent le chômage touche la majeure partie de la population [Mesa-Lago, 2003]. Des études statistiques des années 1990-1991 confirment que les transformations survenues au sein de la population employée dans le secteur public ont autant touché les hommes que les femmes. Le total des femmes salariées est de 1 432 600 en 1990 contre 1 423 400 en 1991 ; celui des hommes est de 2 251 500 en 1990 contre 2 212 900 en 1991 [FLACSO, 1992, p. 44]. Cependant, l’absence de statistiques sur les années suivantes ne permet pas de vérifier si le taux de chômage a ensuite été plus élevé chez les femmes.

  • 10 Créée en 1961, Mujeres est la revue de la FMC. J’ai interviewé en février 2005 Isabel Moya-Richard, (...)
  • 11 On entend par « personnes coûteuses » les femmes qui travaillent mais qui sont enceintes et/ou qui (...)

7Cet état de fait est expliqué par Isabel Moya, directrice de la revue Mujeres10. Celle-ci estime que la FMC a lutté dès le début de la Période Spéciale contre la tendance qu’avaient les femmes de rentrer plus massivement au foyer que les hommes et qu’elle a ainsi contribué à les préserver : « La FMC a alerté l’opinion : “les femmes ne peuvent pas être de retour au foyer sous prétexte qu’on doit diminuer le nombre de travailleurs salariés. Et d’autre part, il y a eu une volonté des femmes qui avaient déjà réussi une indépendance économique de ne pas retourner au foyer. » Cependant, les recherches de Maxine Molyneux sur les changements intervenus pendant la Période Spéciale dans les rapports sociaux de sexe [1996], montrent que les femmes sont les premières licenciées de leur travail car les entreprises ne peuvent se permettre la charge de personnes qu’elles estiment coûteuses11 socialement. La protection sociale, comme les congés payés de maternité, dont bénéficient les travailleuses retarderaient la croissance économique. Il apparaît alors, pour les entreprises, plus rentable d’employer des hommes. Ce phénomène caractéristique d’un pays à l’économie libérale s’explique car Cuba n’a plus les moyens d’assurer des prestations sociales d’aussi bonne qualité.

  • 12 Comme pour les paladares et les casas particulares, certains petits commerces ont l’autorisation du (...)

8La perte d’emploi chez les femmes ne s’explique pas seulement par les licenciements. Les faiblesses de l’assistance de l’État et la légalisation des travailleurs indépendants aboutissent à l’abandon volontaire d’emplois salariés, et favorisent ainsi la régression de la force de travail féminine. Entre 1993 et 1994, en échange d’une taxe à payer à l’État, le gouvernement délivre des autorisations à un certain nombre de foyers [Mesa-Lago, 2003, p. 30], leur permettant d’offrir leurs services de logements ou de restauration aux touristes. En plus des paladares (restaurants chez l’habitant) et casas particulares (chambres chez l’habitant) pour les touristes, les commerces particuliers où l’on paie en pesos cubains se multiplient. Pizzerias, buvettes (proposant café, jus de fruits…) et alimentation rapide (sandwichs, croquettes et pâtisseries) font leur apparition à l’entrée des domiciles12. Isabel Moya mentionne ce nouveau phénomène : « Certaines femmes décidèrent d’abandonner leur profession pour travailler à leur compte, même si ce ne fut pas majoritaire. » D’après la sociologue cubaine Elena Díaz, les femmes représentent, en 1998, 29 % du total des travailleurs à leur compte [Díaz, 2004, p. 9]. Parmi les travailleuses à leur compte, une étude cubaine avance que 71,8 % des femmes de ce secteur étaient femmes au foyer [Vasallo-Barrueta, 2004, p. 19]. Elena Díaz soutient également cette idée mais avance d’autres statistiques : « Il faut souligner que beaucoup de ces femmes étaient déjà femmes au foyer (19 %). D’autres sont des retraitées qui reviennent à la vie active de la sorte » [Díaz, 2004, p. 10-11]. Un tel écart de chiffres ne permet pas de mesurer avec précision le pourcentage d’anciennes femmes au foyer parmi les travailleuses à leur compte. Mais une étude empirique à La Havane m’a permis de constater que les retraitées et les femmes ayant abandonné un emploi sont assez représentées parmi les femmes qui travaillent dans un paladar, une casa particular, ou un petit commerce de rue.

9Ce phénomène a des effets ambivalents. En regagnant la cellule économique familiale, les femmes limitent les possibilités d’accéder à un poste à responsabilité – ou même de devenir dirigeante – dans leur ancien secteur d’activité, et de réaliser ainsi une ascension sociale. Néanmoins, le travail à leur compte peut constituer une solution aux difficultés économiques. Les gains en devises (surtout lorsqu’il s’agit de paladares ou casas particulares pour les touristes) permettent de gagner plus d’argent que l’ancien emploi salarié dans la sphère publique. Les travailleuses indépendantes continuent ainsi à exercer une activité rémunérée et parviennent à échapper au chômage.

10En revanche, la défaillance des services sociaux de l’État engendrée par la crise affecte particulièrement les femmes. Le système cubain mis en place après le triomphe de la Révolution décharge les femmes de leurs fonctions traditionnelles au foyer jusqu’à la Période Spéciale. Les crèches, les maternelles et les pensionnats endossent l’éducation des enfants et adolescents. Les hôpitaux offrent une assistance de qualité aux malades et aux personnes âgées. Une autre illustration significative de l’aide de l’État est le « Plan Jaba », établi en 1974, qui permet aux femmes qui travaillent de passer en priorité dans les établissements commerciaux [Randall, 1978, p. 136]. L’État assiste donc les femmes pendant les courses, ou se substitue à elles pour les gardes d’enfants, mais ne remet finalement pas en question le partage inéquitable des tâches domestiques entre hommes et femmes. Aussi, lorsque la crise compromet l’aide de l’État, les inégalités de genre sont réactualisées.

  • 13 Carte de rationnement permettant à tous les Cubains d’accéder à une certaine quantité d’aliments et (...)

11Pendant la Période Spéciale, les carences des services sociaux touchent l’ensemble de la population. Les pensions alimentaires (petite aide économique mensuelle) ne sont plus réservées qu’aux plus pauvres, le repas de cantine dans les écoles, universités et centres de travail est supprimé, la quantité d’aliments offerts par la libreta13 baisse [Mesa-Lago, 2003, p. 89-95]. Mais comme il existe toujours une tendance à responsabiliser les femmes en matière de tâches familiales et domestiques, elles se chargent (ou sont chargées) de résoudre les problèmes alimentaires et ménagers. La crise oblige donc les femmes à consacrer plus de temps au foyer. Selon Maxine Molyneux, les individus se reposent sur la cellule économique familiale (c’est ce qu’elle définit comme les unités familiales) pour affronter la crise économique : « Les unités familiales sont perçues comme un soutien important en temps de restructuration (crise), on suppose qu’elles sont capables de s’adapter aux ajustements économiques, qui limitent la consommation » [Molyneux, 1996, p. 45-46].

12Les femmes redeviennent les représentantes de la famille, autrement dit de la sphère privée. Elles trouvent à s’employer dans les services qui leur sont traditionnellement dévolus, en proposant par exemple leurs services de gardes d’enfants à domicile moyennant une rémunération. Le travail salarié légal n’est plus suffisant pour subvenir aux besoins de la population, il faut chercher d’autres voies pour survivre. Mais les femmes se chargent aussi de l’assistance solidaire non rémunérée auprès de la famille ou des proches. Les services hospitaliers sont considérés comme défaillants et de mauvaise qualité depuis la Période Spéciale. De nombreux(ses) Cubain(e)s évoquent le manque d’hygiène à l’hôpital et préfèrent garder un malade, une personne âgée ou un nouveau-né au domicile familial. Les femmes remplacent l’assistance de l’État et s’occupent à nouveau des services à la personne.

  • 14 Entretien réalisé à La Havane en février 2005.

13L’économiste cubaine Victoria Perez-Izquierdo [2004] montre l’impact de la crise sur l’augmentation du temps consacré aux tâches domestiques, à cause de la pénurie de denrées alimentaires, de produits d’entretien et de combustibles, des coupures d’électricité et de la crise du transport. L’obtention d’aliments et de produits ménagers se transforme en parcours du combattant. Inventar (inventer, trouver des idées) resolver (résoudre, trouver, se procurer) : ces deux mots clés du vocabulaire cubain caractérisent le quotidien des femmes. Cari, une étudiante de La Havane, confirme cette idée de son expérience : « Je pense que les femmes sont plus touchées par la crise, car ce sont elles qui gèrent tout. Qui va s’occuper de parcourir la ville pour trouver les œufs les moins chers ? Et bien sûr, quand on doit inventer des stratégies par exemple pour cuisiner sans huile, ou faire la vaisselle sans savon, ça prend plus de temps14. »

  • 15 Entretien réalisé en mars 2007.

14Le commerce illégal, ou marché noir, remplace les boutiques devenues trop chères et les produits manquants. Les voies informelles demandent plus de temps. Les hommes sont aussi obligés d’avoir recours à ces voies informelles. Mais selon le sociologue cubain Pablo Rodríguez, les femmes sont désignées pour résoudre les problèmes d’alimentation : « Je crois que la femme en général a particulièrement souffert de la crise. Pourquoi ? Car la femme s’est chargée de la responsabilité d’alimenter la famille quand parfois il n’y avait rien à manger. Elle a donc dû re-distribuer, créer des priorités, établir des milliers de stratégies15… »

15Isabel Moya se penche aussi sur ce phénomène, mais l’interprète différemment : « […] Au milieu de cette crise, les femmes montrèrent d’abord leur soutien à la Révolution. […] À Cuba, les femmes ne sont pas restées les bras croisés. Les femmes n’ont pas dit “nous n’allons pas cuisiner”, elles n’ont pas dit “il n’y a pas d’uniforme, donc les enfants ne vont pas aller à l’école”. Non, au contraire, les femmes ont créé des forts réseaux de solidarité… Elles ont inventé le moyen de fabriquer des chaussures, elles ont trouvé la manière de faire des carnets scolaires avec des carnets usés. Elles ont fait du quotidien un bastion de défense de la Révolution. » La directrice de la revue Mujeres met ici en avant le rôle pivot des femmes au sein de la famille pendant la Période Spéciale, et elle l’attribue à un sacrifice fait au nom de la Patrie, de la Révolution. Mais s’agit-il d’un choix ou d’une nécessité de survie pour elles et leur famille ? Ce rôle, cette responsabilité ne leur est-elle pas imposée ? En réalité, cette notion de sacrifice implique une inégalité au sein de la société : un groupe social subit plus durement la crise pour garantir la survie des autres. Le sacrifice des femmes est évoqué de manière explicite par Maxine Molyneux [1996] : « les femmes ont tendance à restreindre leur consommation alimentaire plus que les hommes ».

16L’État a libéré en partie les femmes des charges domestiques et familiales sans pour autant responsabiliser les hommes. Et lorsque l’État n’est plus là, les femmes retrouvent leur rôle traditionnel de mère, avec un dévouement solidaire pour les plus faibles (personnes âgées, enfants, malades), ainsi que leurs charges domestiques. La « double journée » des femmes, qui était dénoncée dans le Code de la Famille de 1975, est ainsi réactualisée. Les mesures du gouvernement et de la FMC destinées à promouvoir l’intégration des femmes dans le domaine public ne sont donc pas parvenues à empêcher un retour au foyer au moment de la crise. Cependant, le retour à la sphère privée peut constituer une stratégie d’émancipation sur le plan économique dans le cas des travailleuses à leur compte.

La prostitution

17Le gouvernement trouve avec le tourisme une alternative pour lutter contre la crise économique. Avant 1990, les visiteurs étrangers sont beaucoup moins nombreux, et se rendent généralement à Cuba pour des motifs idéologiques. Dans les années 1960-1970 Cuba est le paradis des intellectuels et artistes engagés. En France, Jean-Paul Sartre rend visite et s’entretient longuement avec Fidel Castro, Agnès Varda séjourne à La Havane et saisit une série de clichés de la vie quotidienne. Mais le monde touristique reste marginal, très surveillé, et séparé des Cubains.

  • 16 Plusieurs monnaies coexistent depuis la Période Spéciale. Le dollar est légalisé en 1993 puis à nou (...)

18À partir de la Période Spéciale, le tourisme devient la « priorité nationale ». Les hôtels, discothèques et restaurants en dollars16 se multiplient à La Havane, les cayos, petites îles sauvages, et d’autres sites de province sont aménagés pour pouvoir accueillir des touristes. D’importants investissements sont réalisés dans le secteur touristique aussi bien par des capitaux nationaux que par des entreprises étrangères. Le nombre de touristes passe de 270 000 en 1989 à 1 774 000 en 2000 [Mesa-Lago, 2003, p. 50]. Cuba sort de son autarcie. Le contact entre les touristes et les Cubain(e)s est rendu inévitable, puisque le tourisme constitue la principale ressource pour la population et pour le pays. Cette « rencontre » entraîne la prostitution, qui présente à la fois un apport économique important pour la population d’un pays en crise, et constitue une des caractéristiques de la demande du tourisme des pays occidentaux vers des destinations perçues comme exotiques.

19Dans le discours idéologique révolutionnaire, la prostitution et le travail de domestique symbolisent l’exploitation des femmes, et caractérisent les sociétés capitalistes. Cette idée est largement développée dans le Premier Congrès de la FMC, qui met en avant la notion de progrès par une comparaison entre l’avant et l’après la Révolution [FMC, 1962]. Le film de propagande révolutionnaire Soy Cuba, réalisé par le réalisateur russe Mikhaïl Kalatozov en 1964, illustre cette représentation. Il relate les histoires dramatiques de quatre personnages juste avant le triomphe de la Révolution. Dans le premier tableau, une jeune prostituée noire de La Havane vend ses services à un riche Américain et vit parallèlement dans une misère extrême. Même si le film Soy Cuba exacerbe le pathos de la situation, il soulève une réalité que vivent de nombreuses femmes de la capitale. Cuba constitue un lieu de distraction privilégié pour les Américains. L’île est d’ailleurs baptisée à l’époque le « bordel des Caraïbes ».

20Dès le triomphe de la Révolution, les maisons closes, bars de strip-tease et casinos sont définitivement fermés. Cependant, la prostitution n’aurait pas été tout à fait éradiquée. Le sociologue Sami Tchak analyse, dans son ouvrage sur la prostitution à Cuba [Tchak, 1999], les différentes formes de prostitution existantes après 1959. Selon l’auteur, la prostitution s’est développée sur l’île avec l’arrivée de nombreux étudiants africains dans les années 1970-1980. Malgré leurs longs séjours, parfois de plusieurs années, et leur intégration parmi les Cubains, leur statut d’étrangers leur a permis d’acquérir des articles dans les magasins en dollars, d’entrer dans les hôtels, et autres passe-droits. La prostitution auprès des étudiants africains a donc été un moyen pour les Cubaines d’avoir accès aux privilèges réservés aux étrangers. Mais à cette période, la prostitution pour les étrangers reste un phénomène marginal, car ils sont, à Cuba, en nombre limité.

  • 17 L’expression « tourisme sexuel » ne désigne rien en particulier, n’implique pas nécessairement un d (...)
  • 18 La prostitution masculine existe et a également augmenté pendant la Période Spéciale, mais cet arti (...)

21À partir de la Période Spéciale, la prostitution de Cubain(e)s pour des étrangers (généralement occidentaux), désignée par l’euphémisme « tourisme sexuel17 », refait visiblement son apparition. Les termes jinetera(o) (traduit littéralement par cavalier(e)) et pinguero (désigne le sexe masculin) sont inventés pour désigner la prostitution d’hommes et de femmes cubaines avec des touristes18. La Révolution se retrouve face à un phénomène qu’elle se vantait d’avoir éradiqué. Le malaise est d’autant plus présent pour le gouvernement que l’économie touristique représente la première entrée en devises du pays. Et les agences de voyages l’ont bien compris, le rhum, les cigares et la beauté des paysages ne sont pas les seules « richesses » du pays. Le peuple et ses traditions, sa culture de musique et de danses sont omniprésentes dans les publicités qui utilisent abondamment l’image de la mulata exubérante et sensuelle, présente un attrait supplémentaire pour un certain public masculin. Les agences de voyages mettent en avant dans leurs catalogues de belles jeunes femmes aux poses suggestives. De nombreux touristes originaires principalement de pays occidentaux, viennent trouver à Cuba et dans le reste de la Caraïbe cet exotisme érotisé [Sanchez-Taylor, 1999].

22Les difficultés de la survie quotidienne avec le seul salaire de l’État en pesos cubains sont une cause fondamentale de la prostitution. L’ouvrage Historias de Mujeres públicas, du Cubain Tomás Fernández-Robaina [1998], recueille les témoignages de prostituées cubaines de l’avant Révolution, et de l’après Période Spéciale. Parmi les témoignages de la Période Spéciale, les prostituées évoquent l’envie de porter des parfums et vêtements de marque, de se distraire, mais aussi leur besoin de s’alimenter et de se laver. L’émigration vers La Havane des jeunes hommes et jeunes femmes, originaires de provinces plus pauvres, augmente pendant la Période Spéciale. La pauvreté frappe plus les provinces que la capitale, où il est possible de trouver un emploi dans le secteur du tourisme. Des conversations informelles avec des prostituées provinciales émigrées à La Havane, m’ont permis de constater que la survie quotidienne et l’envoi d’argent à la famille est souvent leur principale motivation.

  • 19 Entretien à La Havane en février 2005.

23Mais le discours officiel du gouvernement et de la FMC occulte cette réalité et établit une comparaison entre l’avant et l’après Révolution. Les prostituées d’avant sont considérées comme les victimes d’une société injuste et inégalitaire, vivant dans la misère et contraintes de vendre leur corps pour survivre. Les prostituées de la Période Spéciale sont, elles, dépréciées, jugées « corrompues par la société de consommation ». On estime que personne ne meurt de faim à Cuba, la prostitution n’est donc plus une nécessité, mais un choix, un caprice en quelque sorte. Cette opinion péjorative et immorale de la prostitution actuelle est largement partagée par la population cubaine. Le point de vue de Dhalia, déléguée de quartier de la FMC dans le Vedado, est représentatif : « Sais-tu à quoi ça sert – la prostitution – ? À se mettre des Nikes aux pieds, car elles s’y connaissent plus en marques que ceux qui les ont fabriquées. […] Pour moi elles sont plus dépravées que celles de mon époque – pré-révolutionnaire – qui faisaient ça par nécessité19. » Dhalia évoque l’envie de profiter de la société de consommation et d’accéder à une ascension économique.

  • 20 Depuis 2008, les hôtels, restaurants et cayos sont ouverts aux Cubains. Mais les services touristiq (...)

24L’arrivée du tourisme à Cuba a créé une ségrégation entre les étrangers et les Cubains. Ainsi il existe des hôtels, des bus, des restaurants, et même des morceaux de territoire (les cayos) réservés aux étrangers et à une minorité de Cubains « riches20 ». Cette situation instaure un rapport hiérarchique et rend visible pour les Cubains la comparaison entre leurs conditions de vie et celle des étrangers. Ainsi, l’espoir d’améliorer sa condition socio-économique, en gagnant plus d’argent ou en fuyant à l’étranger, favorise la prostitution.

  • 21 Elena Díaz, lors de notre entretien, ainsi que le rapport de l’ONU sur la violence contre les femme (...)
  • 22 Entretien réalisé en février 2005 à La Havane.

25Face à ce phénomène, les positions du gouvernement et de la FMC sont ambiguës. La FMC, dans un premier temps inactive, réagit dans les années 200021 en exigeant l’interdiction des publicités d’agences de voyages jugées trop « sexuelles », et en menant une chasse aux réseaux Internet de prostitution et surtout de pédophilie [Conseil économique et social des Nations unies, 2000, p. 16]. Mais s’il est possible de démanteler les réseaux organisés, la prostitution « indépendante » reste difficile à définir et à mesurer. Elena Díaz signale la complexité de la situation : « Il est difficile de punir la prostitution lorsqu’elle est pratiquée par une personne de manière volontaire, car on ne peut pas empêcher les étrangers d’avoir des contacts. Ici il y a beaucoup de mariages entre Cubain(e)s et étranger(e)s. Comment peut-on savoir s’il s’agit d’un mariage d’amour ou d’intérêt ? Et où se trouve la limite entre les deux, le mariage d’intérêt ne peut-il pas se transformer en une relation amoureuse22 ? » D’après les données de la FLACSO sur le Droit Pénal [FLACSO, 1992, p. 89], la prostitution ne constitue pas un délit. Il en va autrement dans la pratique. Elena Díaz commente « Lorsqu’on constate la présence régulière des mêmes filles devant des hôtels, là, il apparaît clairement que ce sont des prostituées. » Autrement dit, les jeunes filles qui traînent dans les lieux touristiques et apparaissent chaque jour au bras d’un(e) nouvel(le) étranger(e), sont harcelées par la police, fichées et parfois interpellées pour passer la nuit au commissariat. La rapporteuse spéciale de l’ONU sur la violence faite aux femmes Cuba, relève aussi la présence de camps de rééducation où seraient internées de force des prostituées : « les femmes arrêtées pour prostitution sont condamnées par un juge à passer jusqu’à quatre ans dans un centre de rééducation où elles sont tenues de travailler 6 à 8 heures par jour, la plupart du temps dans le secteur agricole » (Conseil économique et social des Nations unies, 2000, p. 16). La police est aussi autorisée à ramener les prostituées dans leur province d’origine (lorsqu’elles ne sont pas de La Havane) et les contraindre à y rester pendant une période déterminée. Le vol supposé à un étranger peut aussi justifier l’incarcération d’un(e) prostitué(e). La phrase récurrente des policiers lorsqu’ils s’adressent aux présumées prostituées est souvent : « Si cet étranger vient voir la police demain pour déclarer un vol, il en est de votre responsabilité. » La prostitution ne constitue peut-être pas un délit, mais on constate que les prostituées sont traitées comme des délinquantes, non plus comme des victimes.

26Cette entreprise de criminalisation des prostitué(e)s est allée croissante depuis 2003. Si en 2002 les prostitué(e)s arpentaient les lieux touristiques de La Havane aux bras d’étrangers sans aucune discrétion, un « nettoyage » de la police a eu lieu au cours de l’année 2003, à la fois dans les milieux de la drogue et des petits négoces liés au tourisme. Depuis cette année, la prostitution est donc moins visible, et les récits de plusieurs Cubain(e)s confirment que le simple fait de marcher avec des touristes entraîne le contrôle systématique des papiers d’identité par la police et parfois un séjour au commissariat.

27Le rapport de l’ONU sur les violences faites aux femmes [Conseil économique et social des Nations unies, 2000] signale que la prostitution à Cuba n’est pas l’objet d’un trafic organisé. Elena Díaz considère elle aussi que la prostitution à Cuba est justement caractérisée par l’absence d’organisation ou de proxénètes. Le gouvernement et la FMC sont également d’accord pour souligner le caractère libre et volontaire de cette prostitution, car elle implique la notion de choix et les prostituées ne sont pas perçues comme des victimes. Pourtant, Sami Tchak [1999] évoque l’existence d’un proxénétisme dans certains cas. Celui qu’on nomme à Cuba chulo est parfois le compagnon ou un proche de la prostituée. Des conversations avec plusieurs prostituées m’ont effectivement permis de constater la présence d’intermédiaires. Certains propriétaires de casas particulares, employés d’hôtels, ou jineteros, présentent les prostituées au client, et se réservent une commission sur la passe.

28Il existe donc plusieurs sortes de prostitution à Cuba : certaines prostituées agissent seules, d’autres sont subordonnées ou assujetties à un proxénète et d’autres encore liées à des intermédiaires qui tirent profit de la prostitution sans pourtant entretenir de relation contractuelle. Par ailleurs, si la prostitution a augmenté et est devenue plus visible à partir de la Période Spéciale, cette pratique est surtout présente autour des centres touristiques.

En guise de conclusion

  • 23 D’après les chiffres de la FLACSO, l’espérance de vie des femmes cubaines passe de 61,3 ans en 1950 (...)
  • 24 Cuba est le seul pays d’Amérique latine où l’avortement est légal et gratuit.

29La mise en place de mesures sociales a permis aux femmes et classes les plus pauvres d’améliorer leur condition matérielle pendant les premières décennies de la Révolution. Cette situation a entraîné une progression sociale, sans pour autant changer profondément les représentations patriarcales imprégnées dans les mentalités et l’idéologie révolutionnaire. Dans le contexte de crise de la Période Spéciale, la structure inégalitaire des rapports sociaux de sexe a provoqué l’exclusion économique et sociale des femmes. La Période Spéciale a rendu visible et renforcé un sexisme latent, enfoui, occulté. Le projet initial de la Révolution, qui se proposait d’en finir avec les inégalités, les injustices, l’exclusion, s’est trouvé compromis par la crise économique. Nonobstant, la situation des femmes cubaines a été indéniablement transformée par le triomphe de la Révolution. Le droit à la vie23, l’accès à la connaissance (même orientée), et surtout les choix de sa propre vie – celui de travailler ou non24, d’avoir des enfants ou non – constituent les bases d’une émancipation.

Haut de page

Bibliographie

Benitez-Perez María Elena, « Panorama sociodemográfico de la familia cubana », in Ciencias Sociales, La Habana, 1999.

Cano Joël, 7 días, 7 noches, Shellac, Paris, 2004.

Catasus Cervera Sonia, « La population de Cuba : principales caractéristiques et tendances démographiques », Les dossiers du CEPED, n° 39, Paris, 1996.

Conseil Économique et social des Nations unies, « Intégration des droits fondamentaux des femmes et de l’approche sexospécifique, violence contre les femmes », in Rapport sur la mission à Cuba, 8/02/2000, p. 16.

Diaz Elena, « Mujer cubana : continuidad y cambio en la sociedad », in Cuadernos de Nuestra América, La Habana, vol. VI, n° 13, 2004.

Fernandez Robaina Tomas, « Historias de mujeres públicas, Secundo tempo », in Letras Cubanas, La Habana 1998.

Flacso, Mujeres en Cuba, Instituto de la mujer, Madrid, 1992.

Fmc, Primer Congreso nacional, Federación de Mujeres Cubanas, Ministerio de Industrias, La Habana, 1962.

Gutierrez Pedro Juan, Trilogía sucia de La Habana, Ed. Anagrama, Barcelona, 1998.

Kalatozov Mikhaïl, Soy Cuba, URSS, 1964.

Krause-Fuchs Monika, Para mí una virgen es como un carro nuevo. Reflexiones sobre la sexualidad en Cuba, Género, feminismo y masculinidad en América, 2001.

Latina, El Salvador, Ed. Heinrich Böll. p. 181-204

Mesa-Lago Carmelo, Economía y bienestar en Cuba a comienzos del siglo xxi, Ed. Colibrí, Madrid, 2003.

Molineux Maxine, « Estado, género y cambio institucional en el Periodo Especial cubano : la Federación de Mujeres Cubanas », in Relaciones de género y desarrollo, Ed. IUDC, Madrid, 1996, p. 25-63.

Nouvelles Questions Féministes, « Post communisme : genre et États en transition. La politique de reproduction dans les pays d’Europe centrale et orientale », in Gal Susan, Kligman Gail, NQF, vol. 23, n° 2, Éd. Antipodes, 2004, p. 10-29.

Ortiz Silvie, « Le temps des compañeras », in Aujourd’hui les femmes, Éd. Sociales, Paris, 1981, p. 179-192.

Partido Comunista de Cuba, « Sobre el pleno ejercicio de la igualdad de la mujer, tesis y resolución », Comité Central, Departamento de Orientación revolucionaria del Comité Central, La Habana, 1976.

Perez-Izquierdo Victoria, « Impacto del periodo especial en la vida cotidiana de la mujer cubana, en la década de los años 1990 », in Crisis, cambios económicos y subjetividad de las cubanas, colectivo de autores, Ed. Felix Varela, La Habana, 2004, p. 1-10.

Randall Margaret, No se puede hacer la revolución sin nosotras, Serie Testimonio, coll. « Nuestros países », Casa de las Américas, La Habana, 1978, p. 116-158.

Sanchez-Taylor Jacqueline, Sex tourism in the caribbean, Ed. Stephen Clift and Simon Carter, Cassel, 1999.

Tchak Sami, « La prostitution à Cuba, communisme, ruses et débrouille », in Recherches Amérique Latine, l’Harmattan, Paris, 1999.

Valdez Zoé, La nada cotidiana, Ed. Actes Sud, Paris, 1999.

Vasallo-Barrueta Norma, « La mujer cubana ante los cambios económicos : Impactos en su subjetividad », in Crisis, cambios económicos y subjetividad de las cubanas, colectivo de autores, Ed. Felix Varela, La Habana, 2004, p. 16-28.

Haut de page

Notes

1 Melba Hernández, Haydée Santamaría, Celia Sánchez et Vilma Espín sont les principales protagonistes féminines pendant la lutte révolutionnaire de 1953 à 1959.

2 La FMC est créée en 1960, Vilma Espín est élue présidente de l’organisation. Elle le restera jusqu’à sa mort en 2007. La FMC regroupe environ 80 % des femmes vivant sur le territoire cubain.

3 La campagne d’alphabétisation est organisée par la FMC et le Parti communiste cubain (PCC). La campagne de vaccination contre la polio est organisée par les Comités de Défense de la Révolution (CDR) et la FMC.

4 Monica Krause-Fuchs raconte son expérience au CENESEX – Centre National d’Éducation Sexuelle –, qu’elle a dirigé pendant plusieurs années – dans l’article « Para mí la virgen es como un carro nuevo ». Elle y explique que, dans les années 1960, les seuls moyens de contraception sont les stérilets fabriqués artisanalement, qui provoquent souvent des complications et des risques de stérilisation.

5 Le Deuxième Congrès de la FMC (1974) dresse un état des lieux des entraves à la participation des femmes. Le principal problème soulevé est leur double journée qui les empêche de participer à des réunions professionnelles ou militantes après le travail et limite ainsi leurs possibilités d’occuper des postes à responsabilités.

6 Voir Martha Peciña : Histoire de la FMC : La Révolution au féminin, mémoire de maîtrise d’histoire dirigé par Julie Lirus-Galap et Jules Falquet, 2005.

7 Fidel Castro emploie pour la première fois l’expression « Période Spéciale en temps de paix » dans un discours en 1990. Je reprendrai cette expression au cours de l’article en la réduisant à ces mots : « Période Spéciale ».

8 La Période Spéciale dans son ensemble est traitée par l’économiste cubain Carmelo Mesa-Lago dans plusieurs de ses ouvrages parmi lesquels : Economia y bienestar en Cuba a comienzos del siglo XXI [Madrid, 2003].

9 L’ouverture des Escuelas para Domésticas permet aux domestiques de reprendre des études selon leur niveau, mais surtout d’acquérir une formation d’employée de bureau ou dans le secteur automobile, afin de devenir chauffeur ou de remplacer les employés de banque qui partent en masse du pays. Ces formations servent aussi à faire fonctionner des emplois nécessaires à la Révolution.

10 Créée en 1961, Mujeres est la revue de la FMC. J’ai interviewé en février 2005 Isabel Moya-Richard, actuelle directrice de la revue.

11 On entend par « personnes coûteuses » les femmes qui travaillent mais qui sont enceintes et/ou qui ont des enfants à charge. Depuis la loi de Maternité (1974), elles bénéficient d’un congé payé de quatre mois avant et après l’accouchement, ainsi que des jours de congés pendant les premières années de l’enfant pour l’emmener chez le pédiatre [Randall, 1978, p. 134].

12 Comme pour les paladares et les casas particulares, certains petits commerces ont l’autorisation du gouvernement, d’autres vendent discrètement leurs produits illégalement.

13 Carte de rationnement permettant à tous les Cubains d’accéder à une certaine quantité d’aliments et de produits sanitaires à bas prix, ces produits sont subventionnés par l’État. En 2000, le rationnement mensuel offert par la libreta ne couvre que les besoins alimentaires d’une semaine [Mesa Lago, 2003, p. 59].

14 Entretien réalisé à La Havane en février 2005.

15 Entretien réalisé en mars 2007.

16 Plusieurs monnaies coexistent depuis la Période Spéciale. Le dollar est légalisé en 1993 puis à nouveau interdit en 2004. Par ailleurs, il existe deux monnaies cubaines : le peso cubain et le peso convertible (CUC).

17 L’expression « tourisme sexuel » ne désigne rien en particulier, n’implique pas nécessairement un délit ou une action choquante selon les mœurs occidentales (comme la pédophilie, le viol, ou le détournement de mineur) même si elle les englobe. C’est, selon moi, un terme déculpabilisant visant à banaliser cet acte.

18 La prostitution masculine existe et a également augmenté pendant la Période Spéciale, mais cet article s’intéresse exclusivement à la prostitution féminine. On constate par ailleurs une différence de considération dans le bon sens populaire. Les termes jineteras (prostituée femme) et pinguero (prostitués hommes pour clients homosexuels) définissent sans ambiguïté une femme ou un homosexuel prostitué(e). Le terme jinetero est plus large : il évoque aussi bien le gigolo, le proxénète, que le « délinquant » commerçant avec des touristes.

19 Entretien à La Havane en février 2005.

20 Depuis 2008, les hôtels, restaurants et cayos sont ouverts aux Cubains. Mais les services touristiques sont inaccessibles financièrement pour la majorité de la population.

21 Elena Díaz, lors de notre entretien, ainsi que le rapport de l’ONU sur la violence contre les femmes évoquent les années 2000 sans indiquer de date exacte.

22 Entretien réalisé en février 2005 à La Havane.

23 D’après les chiffres de la FLACSO, l’espérance de vie des femmes cubaines passe de 61,3 ans en 1950-1955 à 73 ans en 1985-1990 (et selon la FMC elle est de 76 ans en 2005) ; la mortalité des femmes pendant l’accouchement passe de 11,6 femmes pour dix mille enfants nés vivants en 1960, à 3,9 en 1988.

24 Cuba est le seul pays d’Amérique latine où l’avortement est légal et gratuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martha Peciña, « Les femmes cubaines à l’épreuve de la crise économique », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 159-172.

Référence électronique

Martha Peciña, « Les femmes cubaines à l’épreuve de la crise économique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1309 ; DOI : 10.4000/cal.1309

Haut de page

Auteur

Martha Peciña

Martha Peciña est titulaire d’un master de sociologie réalisé à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine. Son travail porte sur les phénomènes d’exclusion économique, sociale, raciale et sexuelle dans la société révolutionnaire cubaine. Elle a également écrit et réalisé en 2007 un documentaire à partir de récits de vie de femmes cubaines, intitulé Cinq femmes cubaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org