Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : un demi-siècle d'expérience révolutionnaire

De la révolution à la réforme : Cuba par-delà les polémiques idéologiques

Marie-Laure Geoffray et Silvina Testa
p. 17-30

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Notes de l’auteur

Voir le texte d’Olivier Compagnon, « Historiciser Castro », Espaces latinos (Lyon), n° 245, mars-avril 2008, p. 15.

Texte intégral

Historiciser la revolution

  • 1 Cuba in transition [Gunn, 1993], « ¿Comienza una transición hacia el autoritarismo en Cub ? » [Domí (...)

1La victoire de la révolution, le 1er janvier 1959, l’organisation rapide du pouvoir politique et la concentration de ce pouvoir ont permis à Fidel Castro de devenir en trois ans le leader incontesté de la nation cubaine. Ce phénomène historique a donné lieu depuis à des polémiques enragées avec des prises de position partisanes très fortes. Celles-ci n’ont pas cessé avec l’effondrement de l’URSS et les transitions à l’économie de marché et à la démocratie libérale de l’ancien bloc soviétique. Ce qu’on appelait le socialisme d’État n’existe désormais plus que dans quelques rares pays, dont Cuba. Cet état de fait est considéré par la plupart des analystes occidentaux comme une anomalie ou un anachronisme. Aussi, dès que des textes et interviews de dissidents sont reprises dans la presse occidentale ou que des réformes économiques de marché sont mises en place, ces mêmes analystes tendent à prévoir un changement de régime à court ou moyen terme. Nombreux sont les articles et les ouvrages qui axent leur propos sur la « transition » cubaine1. Il s’agit d’analyses dont l’objectif est de déchiffrer des « signes » politiques et économiques (réformes économiques, succession d’un leader, etc.) qui seraient autant d’« indices » pour prédire un changement imminent de régime vers plus de marché et, pour certains, son corollaire, la démocratie. Pourtant le concept de transition a été théorisé par les fondateurs du courant d’études (plus tard appelé la « transitologie ») comme « un intervalle entre un régime et un autre » [O’Donnell, Schmitter, Whitehead, 1986] et, quinze ans après, revisité comme « une sorte d’interrègne qui ne se laisse pas définir par des procédures, des normes et conduites prévisibles » [Guilhot, Schmitter 2000], ne donnant aucun critère qui viendrait contraindre ou orienter la pensée de cet « intervalle » ou « interrègne ». Il s’agit, comme le signale Michel Dobry [1995, p. 5], de la théorisation d’un changement qui n’est pas une simple rupture politique, mais qui porte une transformation radicale, un passage systémique d’un régime à un autre avec un impact sur « l’ensemble des rapports sociaux et pratiquement l’ensemble des sphères sociales ».

  • 2 Le président du Conseil d’État est, à Cuba, l’équivalent de notre président de la République. Il es (...)

2Pourtant, alors qu’il y a désormais vingt ans que le mur de Berlin est tombé, le régime « tient ». Il semble donc qu’il faille adopter une approche qui écarte le tropisme transitionnel et évite également les clivages politiques profonds du milieu universitaire, d’autant plus que l’élection de Raúl Castro à la présidence du Conseil d’État2, le 24 février 2008, a relancé le débat entre partisans et détracteurs du processus révolutionnaire cubain. En France particulièrement, les débats médiatiques ont pris le pas sur les débats scientifiques.

3Les fondements de la réflexion que porte ce numéro spécial des Cahiers des Amériques latines vont donc à contre-courant de certaines études qui utilisent des catégories normatives que nous jugeons anachroniques pour penser un phénomène qu’il faut replacer dans son contexte, au risque de ne pas comprendre l’attraction qu’a pu exercer la révolution cubaine lors de son avènement (et qu’elle exerce encore aujourd’hui, notamment dans les pays les plus pauvres d’Amérique latine et d’Afrique). Il est essentiel de donner toute leur place aux réalisations sociales de l’État cubain en matière de santé, d’éducation et de culture, à un moment où les pays du continent latino-américain connaissaient pour la plupart une mortalité infantile et un taux d’analphabétisme fort élevés (c’est encore vrai pour la Bolivie et Haïti). Cependant elles ne peuvent aujourd’hui expliquer le maintien du régime socialiste. Il est donc indispensable de revenir à la fois sur les éléments constitutifs de la révolution cubaine et de montrer comment les autorités ont réussi à créer un certain consensus tout au long de la période pour permettre la reproduction du régime. Il nous faudra aussi saisir les transformations qu’a connues l’État cubain et les ressources à sa disposition, à la fois intérieures (consensus populaire durable sur le haut niveau d’accès aux services à la personne, contrôle social qui génère des logiques de fuite – exil, marginalité – [Eckstein, 1994 ; Clark, 1999 ; Bloch, 2006a, 2006b] plutôt que de confrontation, fort nationalisme et absence d’alternatives crédibles) et extérieures (soutien de nombreux pays du Sud dans les instances internationales, militantisme actif de groupes de solidarité notamment de pays du Nord, anciens et nouveaux partenaires commerciaux – COMECON puis Chine et Venezuela – et nouveaux alliés politiques en Amérique latine avec l’élection ou la réélection de Rafael Correa, Daniel Ortega, Evo Morales et Hugo Chávez). Enfin, nous mettrons ces transformations en perspective avec l’élection d’Obama à la présidence des États-Unis.

4L’ambition de ce dossier est donc d’historiciser la révolution cubaine, de la replacer dans son contexte latino-américain et dans son face à face avec les États-Unis, afin de mieux saisir les modalités de fonctionnement et de reproduction du socialisme d’État cubain.

Raúl Castro et les réformes du socialisme d’État3

  • 3 Plusieurs analystes des pays dits « communistes » font usage de cette notion. Voir notamment Zhou X (...)

5La notion de socialisme d’État permet d’éviter la réification du régime par l’usage de catégories normatives et elle vient désigner, à Cuba, la relation particulière qui s’est nouée entre l’État et la société. En effet, cette relation a exclu la possibilité d’organiser des communautés d’intérêts hors de l’État, ce qui constitue une différence fondamentale avec la démocratie de marché (ou démocratie libérale). Le socialisme d’État, c’est donc le monopole par l’État de la sphère publique et de toutes les instances sociopolitiques de la société, avec une politique redistributive et égalitariste.

6L’usage de cette notion génère une réflexion critique sur la production scientifique de nombreux « cubanologues » [Gunn, 1993, 1995 ; Del Campo, Peralta, 1998 ; O’Bryan, Otero, 2002 ; Armony, 2005 ; Corrales, 2005 ; Pérez-Stable, 2007] qui n’ont pas assez pris en compte la complexité des relations et des transactions qui se nouent à l’intérieur d’un régime dans lequel tout est l’État et -l’État est tout. Ils ont en effet principalement cherché à définir les contours d’une « société civile » contre le régime (la « dissidence ») ou bien à montrer la séparation progressive entre l’État et la « société civile » par l’émergence d’Églises comme acteurs sociaux et par l’apparition, à la faveur des lois de 1993 et 1994, d’un petit secteur économique privé. Pourtant, réfléchir en termes d’opposition entre État et « société civile » ne nous permet pas de comprendre le soutien ou l’absence de comportements ouvertement hostiles de la population cubaine insulaire envers les autorités politiques. Il faut relativiser l’autonomie des acteurs qui composent la « société civile » car il existe une asymétrie fondamentale entre, d’un côté, l’État qui reste fort et, de l’autre, une effervescence sociale limitée à certains secteurs (économie, culture) et qui reste segmentée et encadrée.

7La mise en place de réformes économiques et une certaine ouverture dans le secteur culturel n’engendrent pas automatiquement une transformation de l’ordre politique comme le montrait déjà Huntington en 1968. La corrélation entre développement économique, espaces d’expression, liberté d’opinion et démocratisation politique, qui a pu exister dans le cas de certains pays européens [Habermas, 1978] est historique et contingente. Il n’existe pas de lien nécessaire entre les différentes variables. C’est à partir de ces remarques que nous analysons la succession à la tête de l’État de Fidel à Raúl Castro.

8Raúl Castro avait, dès janvier 1959, été publiquement désigné comme son successeur par son frère Fidel. Pourtant, pendant 47 années, avant la passation provisoire du pouvoir de Fidel à son frère, le 31 juillet 2006, Raúl Castro n’a jamais été au centre des analyses sur le régime cubain et sa trajectoire n’a fait l’objet d’aucune biographie. Seuls deux ouvrages, celui de Hal Klepal [2005] sur l’armée et celui de Brian Latell [2005] sur la relation entre les deux frères, viennent apporter des éléments pour comprendre la mise en place de la succession politique, la place des Forces armées révolutionnaires (FAR) sous le commandement de Raúl Castro depuis 1959 et la relation entre idéologie et pragmatisme chez les deux leaders cubains.

9On a souvent présenté Raúl Castro comme un exécuteur des basses œuvres du régime et un gestionnaire sans panache. La comparaison avec son frère Fidel lui est, certes, défavorable aux plans du physique, du charisme, de l’habileté oratoire et de la stratégie politique. Cependant Raúl Castro semble disposer de qualités qui font défaut à son aîné : des compétences de management à la fois humain et économique, un plus grand pragmatisme et une puissance de fédération de fidèles loyaux et dévoués autour de lui qui permettent, depuis son avènement au pouvoir, une direction plus collégiale du pays.

  • 4 Lire à ce sujet l’article de Juan Clark, « El pueblo cubano como consumidor », in Efrén Córdova (ed (...)
  • 5 Le discours prononcé par Raúl Castro le 26 juillet 2007, disponible sur le site internet de l’organ (...)

10Le discours de politique générale que Raúl Castro prononça pour la fête nationale du 26 juillet 2007 témoigne de ces qualités. Pour la première fois les Cubains ont pu sentir, reflétées dans ses paroles, leurs difficultés matérielles quotidiennes4. Pour la première fois, à une vision héroïque du futur de la nation cubaine, s’est substituée une vision pragmatique. Au lieu de vilipender les coupables d’actes illégaux, Raúl a reconnu que ces comportements étaient le fruit de « difficultés objectives », à résoudre, non pas par plus de répression et de contrôle social, mais au contraire par des réformes structurelles5. Il a incité à être économe et plus productif, notamment dans le secteur agricole, car l’approvisionnement alimentaire reste problématique à Cuba.

  • 6 « Cuba espera resultados de reformas en la agricultura para el 2009 », Nuevo Herald, Miami, 3 juin (...)
  • 7 « Cuba : tan malo ser explotador como paternalista », Nuevo Herald, Miami, 11 juin 2008.

11Les réformes mises en place depuis se situent dans la continuité de ce discours. Elles sont pour le moment de deux ordres : la possibilité accrue pour de petits paysans indépendants de jouir de terres en usufruit6 ce qui devrait permettre une meilleure productivité, et la suppression dans les entreprises de l’égalitarisme salarial7, afin que les salaires retrouvent un pouvoir d’acquisition en phase avec la réalité des prix des biens de première nécessité. D’autres réformes ont également permis à ceux qui possèdent des devises d’acheter librement toutes sortes d’appareils électroniques (téléphones portables, ordinateurs, lecteurs de DVD, cocottes-minute, etc.) Ces mesures vont toutes dans le même sens : elles tentent de limiter l’économie parallèle, présente à Cuba dès le début de la période post-révolutionnaire, et particulièrement florissante depuis les années 1990, en agissant à la fois en amont (le pouvoir d’achat des salaires et la productivité) et en aval (en légalisant la commercialisation de certains biens). D’autres mesures témoignent de la volonté d’efficacité de Raúl Castro : le transport s’est considérablement amélioré, notamment dans la capitale, et des mesures de contrôle des trajets des bus de passagers (par l’installation de GPS) ont été mises en place.

12Ces réformes économiques témoignent d’une volonté d’amélioration de la vie quotidienne des Cubains, condition essentielle pour garantir le renouvellement de leur adhésion (active ou passive) à l’ordre politique révolutionnaire. Cependant elles sont limitées, réversibles et il ne faut pas nécessairement les envisager comme une reproduction de la voie chinoise vers l’économie de marché. La mesure prise par Raúl Castro8 de supprimer les relations entre entreprises d’État et opérateurs de zones franches et de limiter à seize le nombre d’entreprises cubaines habilitées à commercer avec l’extérieur, tout en contrôlant strictement le type de produits qu’elles peuvent importer, témoigne d’une recentralisation du commerce extérieur, avec un retour au monopole d’État dans ce domaine, et d’une mise au pas de la nouvelle classe d’entrepreneurs9, qui avait fortement gagné en autonomie depuis quinze ans. Quant aux entreprises étrangères, beaucoup ont dû quitter le territoire cubain ces dernières années après suppression de leur licence commerciale ou des résultats annuels jugés insuffisants par les autorités. Si on peut constater une certaine déprise de l’État sur l’économie, les conditions d’un changement systémique et de la sortie du socialisme d’État ne sont donc pas réunies actuellement. Les réformes promues par Raúl Castro ne pointent pas de façon univoque vers une libéralisation. Elles expriment plutôt une volonté de prise en compte des réalités contemporaines complexes, de façon pragmatique. C’est pourquoi la convocation, pour la fin de l’année 2009, du VIe congrès du Parti communiste cubain (PCC), devait représenter un événement majeur pour deux raisons : il devait entériner les réformes en cours et permettre de connaître les rapports de force politiques à l’intérieur d’une organisation dont le dernier congrès remonte à 1997. Or, ce congrès a été ajourné sine die10, décision qu’on peut interpréter comme le signe contradictoire d’une fragilité politique d’un côté, avec la peur de ne pas réussir à canaliser l’expression d’un mécontentement toujours croissant, et d’une inflexibilité de l’autre, autrement dit le refus de rendre visible la diversité des positions politiques à l’intérieur du PCC.

Les études cubaines en France : de la construction du socialisme à la cubaine au désenclavement des recherches

13La recherche sur la Cuba révolutionnaire est assez pauvre en France, comparativement à celle produite dans d’autres pays, notamment pour deux raisons : il existe peu de liens historiques entre les deux pays et la prééminence des positionnements politiques sur l’analyse scientifique dans les sciences sociales est venue mettre à mal la possibilité d’un travail serein, au plus près des réalités cubaines contemporaines. Néanmoins ces dernières années, la production scientifique a considérablement évolué.

14Pendant les années 1960, 70 et 80 les chercheurs se sont attachés à étudier la construction du régime [Gutelman, 1967 ; Tutino, 1969 ; Dumont, 1970 ; Karol, 1970 ; Alphandéry, 1972 ; Garnier, 1973 ; Benjamin, Collins, Scott, 1987], en portant un intérêt particulier à la transition du capitalisme au socialisme ainsi qu’aux rapports complexes et hostiles entre Cuba et les États-Unis. Le fort engagement des chercheurs est une constante de cette période, qu’ils soient universitaires ou non. Michel Gutelman fut, par exemple, responsable d’un programme de production agricole dans l’île, René Dumont se rendit à Cuba à plusieurs reprises à partir de 1960 en vue d’aider le pays à sortir du sous-développement (le prologue de son ouvrage est écrit avec Fidel Castro) et K. S. Karol affirme, quant à lui, que ses analyses « ont été faites dans un esprit de solidarité avec la révolution cubaine » [1970, p. 9]. Les études de terrain à cette époque – difficiles à mener car les visas étaient octroyés au compte-gouttes et les chercheurs soupçonnés d’être « des agents au service de l’ennemi » – visaient la recherche de solutions aux problèmes engendrés par la mise en place de réformes révolutionnaires notamment dans l’agriculture, [Gutelman, 1967 ; Dumont, 1970] ; elles étudiaient également les innovations introduites par la révolution, par exemple en urbanisme [Garnier, 1973].

15Dans le champ de la recherche universitaire, l’engagement de chercheurs se traduit par l’analyse de Cuba comme un pays socialiste « pas comme les autres » (ce qu’on a appelé le « socialisme tropical »). Certains auteurs, spécialistes du socialisme, profitèrent aussi de leurs publications pour se positionner dans le champ des « socialismes » (libertaire, totalitaire, scientifique, etc.). Le débat autour de la forme du gouvernement cubain révolutionnaire parut alors timidement s’installer : les positionnements allaient de la défense d’une nouvelle forme de démocratie à la vision d’un régime dictatorial. L’ouvrage de Marta Harnecker [1977], militante chilienne socialiste, résidant à La Havane, fut l’un de ceux qui marqua le plus fortement les mouvements de gauche en Amérique latine dans les années 1970 et 1980. Il se proposait en effet de montrer le fonctionnement gouvernemental à travers les organisations populaires de l’île. Ce livre fut traduit en français et contribua à façonner la pensée de l’époque sur Cuba. Sauf quelques rares exceptions, comme Carlos Moore [1983] ou Jeannine Verdès-Leroux [1989], la production universitaire française de ces trente premières années de révolution est marquée par l’engagement politique des chercheurs et la promotion et la défense d’un « socialisme humaniste ».

  • 11 Fidel Castro nomma ainsi la crise économique grave que subissait le pays, afin de préparer les Cuba (...)

16Les années 1990 marquèrent un renouveau. Les changements survenus à partir de la « Période Spéciale en temps de paix »11 ouvrirent une nouvelle ère dans les recherches sur Cuba en France. Des facteurs internes et externes à l’île facilitèrent le travail des chercheurs. L’ouverture au tourisme décidée par le gouvernement cubain, pour obtenir des devises, permit aussi le « tourisme scientifique » (colloques combinés à des visites de sites historiques et/ou plages). Et la possibilité de loger chez l’habitant au lieu de séjourner dans des hôtels interdits aux Cubains autorisa un contact plus rapproché avec la société et la culture cubaines. Dans les médias, l’exil de nombreux artistes, notamment des écrivains, et le boom de la musique populaire cubaine en Europe, dont l’orchestre et le film Buena Vista Social Club sont les exemples les plus pertinents, firent de Cuba un objet à la mode.

17L’ouverture et la complexification de la société cubaine après la chute du mur de Berlin permirent une diversification à la fois des thématiques et des perspectives de recherche. Aux analyses de la construction du régime politique cubain succèdent, comme aux États-Unis, les inévitables études de son délitement [Verdès-Leroux, 1989 ; Vaïsse 1993 ; Habel, 1994, 1995, 2003, 2006 ; Rigoulot, 1998]. Cependant, ces travaux plutôt macrosociologiques prennent une place moins importante et de nouveaux objets constituent de nouvelles pistes de recherche. On peut mentionner sans exhaustivité, les migrations [Karnoouh, 2008], la vie quotidienne [Liscia, 1996 ; Bloch, 2006a, 2006b, 2007 ; Karnoouh, 2007], l’approvisionnement alimentaire [Douzant-Rosenfeld, 1993, 1997 ; Douzant-Rosenfeld, Linck, Zequeira, 1995], la société civile [Su, Canipelle, 1997 ; Bloch, 2005], les femmes [Gay-Sylvestre, 2006], la prostitution [Tchak, 1999], la culture [Amyot-Guillouet, Berthier, 2006 ; Geoffray, 2009a, 2009b], le tourisme [Dubesset, 1995 ; Douzant-Rosenfeld, Roux, 2001]. De plus, la possibilité nouvelle d’obtention de visas de recherche pour des séjours plus ou moins longs dans l’île permet l’élaboration de travaux qui s’appuient sur des enquêtes de terrain approfondies, dans une perspective plus microsociologique.

18Un champ fait l’objet d’une attention particulière : celui des religions afro-cubaines (palo monte, santería et Ifá). Ce domaine se détache des autres, non seulement par l’importante production universitaire, mais également par la diversité des perspectives analytiques. On peut citer les approches historiques qui portent tant sur l’émergence de l’étude scientifique de ces pratiques religieuses [Dianteill, 1995] que sur le processus de diffusion nationale de la santería havanaise [Testa, 2005], sur les enjeux socio-politiques [Argyriadis, 1999a, 1999b, 2000, 2006, 2007] et la complexité des dynamiques rituelles [Testa, 2004, 2006 ; Gobin, 2007, 2009] ainsi que sur la transnationalisation de cultes [Argyriadis, 2001-2002 ; Argyriadis, Capone, 2004 ; Gobin 2008, Juarez Huet, 2004]. Les rapports entre l’État et les pratiques religieuses ont aussi été abordés, tant pour les cultes afro-cubains [Argyriadis, 1999] que pour l’Église catholique [Létrilliart, 2005].

19Les années 1990 et 2000 sont donc riches en études sectorielles (paradigme qu’on retrouve jusqu’à aujourd’hui) alors qu’un très faible nombre d’ouvrages tentent d’effectuer un bilan des trente années de révolution cubaine et de leur mise en question par l’effondrement de l’URSS. On peut signaler le livre de Janette Habel [1992], Ruptures à Cuba, et bien plus tard celui de Pierre Rigoulot, Coucher de Soleil sur La Havane, paru en 2007. Si on note une moins grande politisation et polarisation des enjeux avec l’émergence de nouveaux objets de recherche, les positions partisanes des deux côtés demeurent fortes comme en témoignent les deux tomes de Cuba révolutionnaire dirigés par Rémy Herrera [2003 et 2006], l’ouvrage de Jacobo Machover, Cuba, totalitarisme tropical [2004] ou encore le numéro spécial de la revue Communisme en 2006 : « Cuba, un univers totalitaire ».

20On peut conclure que plusieurs tendances sont à l’œuvre dans les études cubaines en France depuis vingt ans. Il existe une tendance manifeste au désenclavement, liée à l’intérêt émergent pour des objets de recherche, à Cuba, dans différentes disciplines de sciences humaines et sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, ethnologie, géographie, histoire, économie). Tous les numéros spéciaux de revues parus depuis ont été élaborés dans une perspective pluridisciplinaire : « Cuba sí, Cuba no », Cahiers des Amériques latines [1999] ; « Cuba, un castrisme sans Fidel ? », Problèmes d’Amérique latine [2006] ; « Cuba, un univers totalitaire », Communisme [2006] ; « Comment sortir de la révolution ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [2008]. On note également la réintégration de Cuba dans son espace géographique avec la production d’analyses comparatives comme celle de Mario Menendez [2005] dans Cuba, Haïti et l’interventionnisme américain, un poids, deux mesures. Néanmoins, une forte segmentation persiste entre les chercheurs français et ceux d’autres pays, notamment ceux dans lesquels la production sur Cuba est la plus importante, comme les États-Unis et, dans une moindre mesure, la Grande-Bretagne.

21Le dossier de ce numéro des Cahiers des Amériques latines est constitué d’études effectuées par des spécialistes de pays et de traditions universitaires diverses : Cuba, Cuba/Russie, Cuba/États-Unis, Brésil, France. Son objectif est d’apporter de nouvelles perspectives sur les dynamiques actuelles à Cuba, encore peu étudiées dans le champ universitaire français et de faire dialoguer différentes approches disciplinaires et traditions académiques. La plupart des contributions construisent une réflexion sur la société cubaine contemporaine, à partir d’une mise en perspective historique des cinquante années de révolution.

22Ce dossier est organisé autour de deux grands axes : les grandes tendances de la société cubaine à un niveau macro et l’émergence de nouveaux acteurs à un niveau plus micro. Deux contributions plus sectorielles analysent l’impact des transformations sociales, notamment sous la « Période Spéciale », sur la place des femmes et dans la production cinématographique.

23La première partie du dossier articule des contributions dans le domaine de l’économie, des relations internationales et de la coopération. Omar Everleny, économiste cubain, propose un panorama des politiques économiques menées depuis l’installation au pouvoir du gouvernement révolutionnaire. Il montre comment ce gouvernement tente de transformer l’orientation monoproductrice et monoexportatrice, héritée de la période prérévolutionnaire, sans véritablement réussir à mener une politique cohérente de développement. Jorge Mario Sánchez, spécialiste cubain d’économie et de relations internationales, s’attache à montrer comment la relation avec les États-Unis a continué à peser sur les choix économiques et politiques effectués par le leadership cubain, malgré l’embargo décrété en 1962. Il donne également quelques perspectives sur l’évolution des relations bilatérales sous la présidence de Barack Obama. Claudia Wasserman et Vicente Ribeiro, historiens brésiliens, montrent, de l’autre côté de la mer Caraïbe, à quel point la révolution cubaine a influencé les mouvements de gauche sur le sous-continent latino-américain et notamment la révolution bolivarienne menée par Hugo Chávez. Ils analysent la construction d’une alliance stratégique entre les deux gouvernements, qui permet la mise en place d’échanges fondés sur la complémentarité économique et la solidarité politique.

24La deuxième partie analyse l’émergence de nouvelles constructions identitaires et le positionnement de l’Église catholique et des religions afro-cubaines. Alejandro de la Fuente, historien cubain résidant aux États-Unis, propose l’analyse d’un mouvement d’acteurs culturels dont l’objectif est de promouvoir le débat sur la question raciale à Cuba. En effet, la « Période Spéciale » a donné lieu à une résurgence du racisme, dans une société dont l’idéologie égalitaire avait permis la quasi-éradication pendant les trente premières années de la révolution. Dimitri Prieto Samsonov, chercheur en sciences sociales, et Polina Martínez Shvietsova, poète et écrivaine, tous deux cubano-russes, étudient les revendications identitaires de la jeune génération de Cubains issue de couples cubano-russes. Ils décrivent l’expression de ces revendications, notamment dans la création artistique et l’organisation de collectifs chargés d’adresser des demandes à l’État cubain, comme celle de l’autorisation de la double nationalité. Dans le secteur religieux, Philippe Létrilliart, chercheur en sciences politiques, choisit d’étudier les transformations du positionnement de l’Église catholique face à l’État cubain, afin de gagner en influence pour peser sur le processus politique dans le cas d’une éventuelle transition. Emma Gobin, doctorante en ethnologie, propose une analyse de la santería et d’Ifá – pratiques cultuelles qui attirent aujourd’hui une partie du tourisme international de l’île – dans leurs relations complexes avec le gouvernement révolutionnaire d’une part et la production universitaire dont elles ont fait l’objet, d’autre part.

25Les deux derniers articles du dossier se penchent sur la place des femmes cubaines dans le processus révolutionnaire, objet de relativement peu de publications universitaires, et sur la façon dont le cinéma cubain reflète les ambiguïtés et les ambivalences de ce processus révolutionnaire. Martha Peciña, étudiante en histoire, produit une analyse des transformations du rôle et du statut des femmes dans la société révolutionnaire en crise des années 1990 et montre comment celles-ci sont à la fois victimes de cette crise et réussissent à s’adapter au nouvel ordre économique. Enfin, le tout dernier article, écrit par Marie-Catherine Scherer, doctorante en anthropologie, explore à travers six films cubains de fiction, les relations complexes entre les identités singulières et l’identité collective mythifiée par le leadership révolutionnaire. Elle montre la remise en question de l’unité monolithique de la nation par des aspirations à la prise en compte de toute la diversité de la société cubaine, cinquante ans après la victoire de la révolution, le 1er janvier 1959.

Haut de page

Bibliographie

De la révolution à la réforme : Cuba par-delà les polémiques idéologiques

Armony Ariel, « Theoretical and Comparative Reflections on the Study of Civil Society in Cuba », Change in Cuban society since the nineties, Woodrow Wilson Center for Scholars, 2005, p. 19-34.

Bloch Vincent (a), « Le sens de la lutte », Communisme, 85/86, 2006, p. 125-147.

Bloch Vincent (b), « L’imaginaire de la lutte », « Cuba : un castrisme sans Fidel ? », Problèmes d’Amérique latine, 61/62, 2006, p. 105-129.

Clark Juan, « El pueblo cubano como consumidor », in Efrén Córdova (ed.), 40 años de revolución, Miami, Ediciones Universal, 1999, p. 179-208.

Corrales Javier, « Civil society in Cuba : internal exile », Change in Cuban society since the nineties, Woodrow Wilson Center for Scholars, 2005, p. 51-60.

Del Campo Esther, Peralta Víctor, « Cuatro escenarios para una transición política en Cuba », América Latina Hoy (Salamanca), n° 18, 1998, p. 41-47.

Dobry Michel, « Les processus de transition à la démocratie », Cultures et Conflits, n° 17, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 3-8.

Eckstein Susan, Back from the future, Cuba under Castro, Princeton University Press, Princeton, 1994.

Guilhot Nicolas, Schmitter Philippe C., « De la transition à la consolidation », Revue Française de Sciences Politiques, 50/4-5, 2000, p. 605-631.

Gunn Gillian, Cuba in transition: options for U.S. policy, New York, The Twentieth Century Fund Press, 1993.

Gunn Gillian, « Cuba’s NGOs : Government Puppets or Seeds of Civil Society ? », Cuban Briefing Paper n° 7, Washington D. C., Georgetown University, 1995.

Habermas Jürgen, L’espace public, Paris, Payot, 1978.

Huntington Samuel, Political order in changing societies, New Haven and London, Yale University Press, 2006 [1968].

Klepak Hal, Cuba’s Military 1990-2005: Revolutionary Soldiers During Counter- Revolutionary Times, New York City, Palgrave MacMillan, 2005.

Latell Brian, After Fidel, The Inside Story of Castro’s Regime and Cuba’s Next Leader, New York City, Palgrave MacMillan, 2005.

O’Bryan Janice, Otero Gerardo, « Cuba in transition ? : the civil sphere’s challenge to the Castro regime », Latin American Politics and Society, n° 44/4, 2002, p. 29-57.

O’Donnell Guillermo, Schmitter Philippe C., Whitehead Laurence, Transitions from Authoritarian Rule, Prospects for Democracy, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 1986.

Perez Stable Marifeli (ed.), Looking Forward : Comparative Perspectives on Cuba’s Transition, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2007.

Stuart Lane David, « La transformation du socialisme d’État en Russie : d’une économie « chaotique » à un capitalisme d’État coopératif », Revue Française de Science Politique, (08/10), 50/4-5, 2000, p. 747-764.

Xuegang Zhou, « Unorganized Interests and Collective Action in Communist China », American Sociological Review, 58/1, 1993, p. 54-73.

Les études cubaines en France : de la construction du socialisme cubain au désenclavement politique des recherches

Alphandéry Jean-Jacques, Cuba, l’autre révolution : douze ans d’économie socialiste, Paris, Éd. Sociales, coll. « Socialisme », 1972.

Amyot-Guillouet Julie, Berthier Nancy (dir), Cuba : cinéma et révolution, Lyon, Grimh‑LCE-Grimia, 2006.

Argyriadis Kali, La religion à La Havane. Actualité des représentations et des pratiques cultuelles havanaises, Paris, Archives Contemporaines, 1999a.

Argyriadis Kali, « Une religión vivante. Continuité et complémentarité des pratiques cultuelles havanaises », L’Homme, 151, 1999b, p. 21-46.

Argyriadis Kali, « Des Noirs sorciers aux babalaos. Analyse du paradoxe du rapport à l’Afrique à La Havane », Cahiers d’études africaines, n° 160, 2000, p. 649-674.

Argyriadis Kali, Les Parisiens et la santería : de l’attraction esthétique à l’implication religieuse, Psychopathologie africaine, XXXI (1), 2001-2002, p. 17-44.

Argyriadis Kali, « Ramas, familles, réseaux. Les supports sociaux de la diffusion de la santería cubaine (Cuba-Mexique) », Journal de la Société des américanistes, 91 (2), 2006, p. 153-184.

Argyriadis Kali, « Le tourisme religieux à La Havane et l’accusation de mercantilisme », Ateliers, 31, http://ateliers.revues.org/document672.html, 2007.

Argyriadis Kali, Capone Stefania, « Cubanía et santería : les enjeux politiques de la transnationalisation religieuse », Civilisations, LI (1-2), 2004, p. 81-137.

Amin Médéa, Collins Joseph, Scott Michael, Cuba : quelles transformations sociales ? : les enjeux de l’agriculture et de l’alimentation, Paris, L’Harmattan, 1987.

Bloch Vincent, « Réflexions sur la dissidence cubaine », Problèmes d’Amérique latine, n° 57/58, 2005, p. 215-241.

Bloch Vincent, « Le sens de la lutte », Communisme, 85/86, 2006a, p. 125-147.

Bloch Vincent, « L’imaginaire de la lutte », « Cuba : un castrisme sans Fidel ? », Problèmes d’Amérique latine, 61/62, 2006b, p. 105-129.

Bloch Vincent, « La rumeur », http://nuevomundo.revues.org/document3651.html, 2007.

Dianteill Erwan, Le savant et le santero. Naissance de l’étude scientifique des religions afro-cubaines, Paris, L’Harmattan, 1995.

Dianteill Erwan, Des dieux et des signes. Initiation, écriture et divination dans les religions afro-cubaines, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000.

Douzant-Rosenfeld Denise, « Lorsque les professeurs d’université ont faim, la situation est critique… Note sur la situation alimentaire à La Havane », Alizés n° 15, 1993, p. 99-106.

Douzant-Rosenfeld Denise, « L’approvisionnement alimentaire à Cuba : les producteurs entre l’État et le marché », Cahiers Agricultures, n° 6 (4), 1997, p. 275-287.

Douzant-Rosenfeld Denise, Linck Thierry, Zequeira Mario, « Se nourrir à Cuba : les enjeux de l’agriculture dans la région de La Havane », Cahiers des Amériques latines, n° 19, 1995, p. 35-64.

Douzant-Rosenfeld Denise, Roux Maryse, « Cuba à l’épreuve du tourisme international », Problèmes d’Amérique latine, n° 42, 2001, p. 87-110.

Dubesset Éric, « Le tourisme à Cuba, une industrie en pleine expansion », Cahiers d’Outre Mer, 189 (01/03), 1995, p. 35-54.

Dumont Michel, Cuba est-il socialiste ?, Paris, Éditions du Seuil, 1970.

Garnier Jean-Pierre, Une ville, une révolution : La Havane, De l’urbain au politique, Paris, Éd. Anthropos, 1973.

Gay-Sylvestre Dominique, Être femme à Cuba : des premières militantes féministes aux militantes révolutionnaires, Paris, L’Harmattan, 2006.

Geoffray Marie-Laure, (a) « Dynamiques de résistance aux normes révolutionnaires à Cuba », Cahiers des Amériques latines, n° 54-55, 2009, p. 211-227.

Geoffray Marie-Laure, (b) « La construcción de nuevas prácticas políticas en Cuba », Cuadernos de Estudios Latinoamericanos, n° 5, janvier-juin 2009, p. 35-55.

Gobin Emma, « “Innovation”, circulation, fragmentation. Ethnographie d’un conflit religieux à La Havane », Ateliers du LESC, 31, http://ateliers.revues.org/ document411.html [mis en ligne le 23 juillet 2007]

Gobin Emma, « La iniciación de extranjeros en la santería y en el culto de Ifá cubanos : transnacionalización religiosa, conflictos y luchas de poder en La Habana », in K. Argyriadis, R. de la Torre, C. Gutiérrez Zúniga, A. Aguilar Ros (coord.), Raíces en movimiento. Prácticas religiosas tradicionales en contextos translocales, Mexico, El Colegio de Jalisco/CEMCA/IRD/CIESAS /ITESO, 2008, p. 255-278.

Gobin Emma, « Les religions cubaines d’origine yoruba à l’aube du xxie siècle : nouveauté des enjeux et pérennité des luttes entre prêtres », in G. Morel Bavo et E. Gobin (dir.), Pratiques religieuses afro-cubaines : perspectives ethnographiques, à paraître.

Gutelman Michel, L’agriculture socialisée à Cuba. Enseignements et perspectives, Paris, François Maspero, 1967.

Habel Janette, Ruptures à Cuba, Paris, La Brèche, 1992.

Habel Janette, « Crise et transition à Cuba », Transitions, n° 35 (2), 1994, p. 143-160

Habel Janette, « Cuba, une transition à haut risque », Problèmes d’Amérique latine, n° 17, 1995, p. 17-33.

Habel Janette, « Cuba, les défis du nouveau « modèle » », Revue Tiers-Monde, vol. XLIV, n° 173, 2003, p. 127-148.

Habel Janette, « Cuba, le castrisme après Fidel Castro, une répétition générale », Mouvements, n° 47-48, 2006, p. 98-108.

Harnecker Marta, Cuba : dictature ou démocratie ?, Paris, François Maspero, 1977.

Herrera Rémy, Amin Samir (dir.), Cuba révolutionnaire, tome I, Paris, L’Harmattan, 2003.

Herrera Rémy, Amin Samir (dir.), Cuba révolutionnaire, tome II, Paris, L’Harmattan, 2006.

Juarez Huet Nahayeilli, « La santería dans la ville de México : ébauche ethnographique », Civilisations, LI (1-2), 2004, p. 61-79.

Karnoouh Lorraine, « À propos de la permanence et du changement dans la Cuba contemporaine : un essai sur la « Période Spéciale » », Outre-terre, n° 18, 2007, p. 337-344.

Karnoouh Lorraine, « Gusanos, marielitos, balseros ou Cubanoamericanos : réflexions sur la question migratoire cubaine », in André Calmont, Cédric Audebert (éd.), Dynamiques migratoires de la Caraïbe, Paris, Karthala, 2008, p. 63-76.

Karol K. S., Les guérilleros au pouvoir, l’itinéraire politique de la révolution cubaine, Paris, Robert Laffont, 1970.

Letrilliart Philippe, Cuba, l’Église et la révolution, Paris, L’Harmattan, 2005.

Liscia Claude, « La Havane dans les lendemains de l’après soviétisme », Les Temps Modernes, n° 586 (01/02), 1996, p. 95-127.

Machover Jacobo, Cuba, totalitarisme tropical, Paris, Buchet-Chastel, 2004.

Menendez Mario, Cuba, Haïti et l’interventionnisme américain, un poids, deux mesures, Paris, CNRS éditions, 2005.

Moore Carlos, Le castrisme et l’Afrique Noire, 1959-1972, Thèse de doctorat d’État, Université Paris VII, 1983.

Rigoulot Pierre, « Castrisme, les recettes de la survie », Politique Internationale, n° 79, 1998, p. 239-252.

Rigoulot Pierre, Coucher de Soleil sur La Havane, Paris, Flammarion, 2007.

Su Zhan, Canipelle Eléa, « Les particularités et le fonctionnement des micro-entreprises informelles à Cuba », Revue internationale, n° 10 (1), 1997, p. 123‑141.

Tchak Sami, La prostitution à Cuba, Communisme, ruses et débrouille, Paris, L’Harmattan, 1999.

Testa Silvina, « La hiérarchie à l’œuvre : organisation cultuelle et genre dans les religions afro‑cubaines », Systèmes de pensée en Afrique Noire, n° 16, 2004, p. 175-204.

Testa Silvina, « La « lucumisation » des cultes d’origine africaine à Cuba : le cas de Sagua la Grande », Journal de la Société des Américanistes, n° 91 (1), 2005, p. 117-150.

Testa Silvina, La Conquête de l’Est. Reconfigurations régionales de la santería cubaine (La Havane-Sagua la Grande), Thèse de doctorat d’ethnologie, Université Paris X, 2006.

Tutino Saverio, L’octobre cubain, Paris, François Maspero, 1969.

Vaisse Maurice, « Cuba, Nicaragua ou l’improbable accélération de l’histoire », Cahiers d’histoire immédiate, n° 3, 1993, p. 55-69.

Verdès-Leroux Jeannine, La Lune et le Caudillo. Le rêve des intellectuels et le régime cubain : 1959-1971, Paris, Gallimard, 1989.

Verdès-Leroux Jeannine, « Le crépuscule du castrisme », Politique Internationale, n° 48, 1990, p. 261-271.

Haut de page

Notes

1 Cuba in transition [Gunn, 1993], « ¿Comienza una transición hacia el autoritarismo en Cub ? » [Domínguez, 1997], Cuba’s aborted reform : socioeconomic effects, international comparaisons, and transition policies [Mesa Lago, Pérez-López, 2005], Looking Forward : Comparative Perspectives on Cuba’s Transition [Pérez Stable, 2007].

2 Le président du Conseil d’État est, à Cuba, l’équivalent de notre président de la République. Il est élu au suffrage indirect par les députés de l’Assemblée nationale.

3 Plusieurs analystes des pays dits « communistes » font usage de cette notion. Voir notamment Zhou Xuegang [1993] et David Stuart Lane [2000].

4 Lire à ce sujet l’article de Juan Clark, « El pueblo cubano como consumidor », in Efrén Córdova (ed.), 40 años de revolución, Miami, Ediciones Universal, 1999, p. 179-208.

5 Le discours prononcé par Raúl Castro le 26 juillet 2007, disponible sur le site internet de l’organe de presse du Parti communiste cubain : http://www.granma.cubaweb.cu/2007/07/27/nacional/ artic02.html.

6 « Cuba espera resultados de reformas en la agricultura para el 2009 », Nuevo Herald, Miami, 3 juin 2008. Il faut mentionner que cette possibilité existait déjà auparavant et qu’il ne s’agit donc que de son extension.

7 « Cuba : tan malo ser explotador como paternalista », Nuevo Herald, Miami, 11 juin 2008.

8 « Cuba refuerza control de importaciones », Nuevo Herald, Miami, 2 juin 2008.

9 Nous utilisons ici le terme « entrepreneur », car nous voulons insister sur l’autonomie de ces administrateurs des grandes entreprises d’État cubaines. Cependant il serait plus juste de parler d’administrateurs managers comme nous l’avons fait plus haut car ils sont, bien sûr, subordonnés à leur ministère de tutelle.

10 http://www.elmundo.es/elmundo/2009/07/31/international/1249035773.html, article du 01/09/2009.

11 Fidel Castro nomma ainsi la crise économique grave que subissait le pays, afin de préparer les Cubains à des mesures spéciales habituellement prises en temps de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Geoffray et Silvina Testa, « De la révolution à la réforme : Cuba par-delà les polémiques idéologiques », Cahiers des Amériques latines, 57-58 | 2008, 17-30.

Référence électronique

Marie-Laure Geoffray et Silvina Testa, « De la révolution à la réforme : Cuba par-delà les polémiques idéologiques », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 57-58 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/1256 ; DOI : 10.4000/cal.1256

Haut de page

Auteurs

Marie-Laure Geoffray

Marie-Laure Geoffray est ATER en science politique à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine et doctorante à Sciences Po, où elle prépare une thèse intitulée Espaces d’émancipation en régime autoritaire : le cas cubain sous la direction d’Olivier Dabène. Elle a publié un article sur les « Dynamiques de résistance aux normes révolutionnaires à Cuba » dans le n° 54-55 des Cahiers des Amériques latines et co-organisé, en octobre 2008, le colloque international « Cuba aujourd’hui : les paradoxes d’un demi-siècle de révolution ».

Articles du même auteur

Silvina Testa

Docteur en ethnologie de l’université de Paris X – Nanterre, Silvina Testa a réalisé une thèse intitulée La Conquête de l’Est. Reconfigurations régionales de la santería cubaine (La Havane-Sagua la Grande). Elle est actuellement post-doctorante au sein du laboratoire Migrinter (UMR 6588) et consacre ses recherches à la mémoire de l’esclavage et aux formes contemporaines de la réémergence de la culture noire à Cuba. Elle a notamment publié Como una memoria que dura. Cabildos, sociedades y religiones afrocubanas de Sagua la Grande (La Havane, Ediciones La Memoria, 2004).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org