Navigation – Plan du site
Lectures

Hélène Combes, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique

Khartala, 2011, 452 p.
Romain Robinet
p. 143-152
Référence(s) :
Hélène Combes, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Khartala, 2011, 452 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1Fruit d’une thèse de doctorat en science politique, cet ouvrage analyse la sociogenèse du Parti de la révolution démocratique (PRD) fondé en 1989 et représentant la troisième force du champ politique mexicain contemporain – en compétition électorale avec le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) et le Parti action nationale (Pan). L’auteure s’attache à la fabrique partisane et, plus précisément, à la construction du parti dans son articulation avec les mouvements sociaux dans le cadre de la supposée « transition démocratique » du pays. La réflexion d’Hélène Combes est née de la prise de conscience du multi-positionnement des dirigeants du parti à la suite d’une série de rencontres avec ces acteurs dans des contextes très différents, au Chiapas en 1996 – lors de la « rencontre intergalactique contre le néo-libéralisme et pour l’humanité » sous les auspices des guérilleros néo-zapatistes – et à Mexico en 1997 – à l’occasion de la victoire du PRD aux élections municipales. Les dirigeants du PRD ayant été présents sur les deux fronts, l’auteure s’est logiquement interrogée sur les liens unissant ce parti et les mouvements sociaux mexicains.

2Dès la naissance du PRD, une partie de ses dirigeants militent en parallèle et de manière ouverte dans une ou plusieurs organisations contestataires. L’auteur souligne que 41 % des dirigeants sont entrés dans le parti par le biais de l’une de ces organisations contre seulement 30 % au travers d’un parti déjà existant. L’hypothèse d’Hélène Combes réside alors dans l’idée selon laquelle ces dirigeants multi-engagés seraient en réalité les « artisans privilégiés de la fabrique partisane ». L’enjeu central devient alors l’appréhension de leur trajectoire militante et de la manière dont ces acteurs construisent le parti en s’appuyant sur les mouvements sociaux, tout en l’en distinguant nécessairement d’une manière ou d’une autre. Ce faisant, l’auteure insiste sur l’impératif de « décloisonner » l’étude des partis politiques en utilisant conjointement les apports théoriques de deux disciplines rivales : la science politique, dont les partis constituent l’objet « canonique », et la sociologie qui a fait de l’analyse des mouvements sociaux son « domaine réservé ». Brisant ces barrières disciplinaires, l’auteure analyse le PRD comme un « parti-mouvement » en le replaçant dans le continuum de l’action collective, par opposition à la théorie du « parti-cartel », déconnecté par définition de la société civile. Après une introduction consacrée à la réflexion conceptuelle sur l’étude des partis et des mouvements sociaux, l’auteure construit son propos en six chapitres. Les deux premiers suivent une trame chronologique et traitent du premier temps de la fabrique partisane, celui de « l’émergence d’un milieu partisan ». Suivent les chapitres 3 à 6 consacrés au second temps de la fabrique partisane, « la construction du parti en tant qu’appareil ».

3Le premier chapitre retrace « l’affirmation de la gauche contestataire » (1958-1983). Si 1968 est un temps important de la contestation contre la « dictature parfaite » incarnée par le PRI, Hélène Combes rappelle que le combat démocratique commence en réalité une décennie plus tôt, au moment où les travailleurs du pétrole, les cheminots et les enseignants demandent la liberté syndicale (1958). L’accent est mis sur les liens entre la dissidence au sein du parti hégémonique et ces mouvements politiques et sociaux, liens qui se nouent lors de la fondation du Mouvement de libération nationale (MLN) en 1961 sous la tutelle de l’ancien président Lázaro Cárdenas. Ce chapitre, très documenté, analyse l’action des gauches mexicaines en faveur de la démocratie, mais a tendance à minorer le rôle des droites – lesquelles posent aussi, à leur manière, les prémices du mouvement démocratique et inclinent à penser que 1939, date de fondation du Pan, aurait pu être aussi pertinent que 1958. Les éléments réunis sur le MLN comme « creuset du PRD » sont très convaincants, tout comme l’importance de la répression d’octobre 1968 aux yeux des actuels dirigeants du parti, majoritairement entrés en politique à cette époque. Après s’être engagées auprès des mouvements paysans ou dans les guérillas rurales et urbaines, ces générations 1968 s’engagent dans des petits partis politiques, l’arène électorale s’ouvrant de nouveau à la fin des années 1970.

4Le second chapitre, intitulé « Mobilisations et changements politiques, 1985-2000 », montre comment cette génération politique s’investit dans les mouvements syndicaux et urbains des années 1980, obtenant ainsi une assise populaire forte – notamment à Mexico. Les témoignages recueillis sur la rencontre entre les tenants de la gauche contestataire et la dissidence du PRI – le « Courant démocratique » (CD) – sont passionnants, tout comme l’analyse de la réunion de ces gauches autour du charismatique Cuauhtémoc Cárdenas, candidat à la présidentielle en 1988. Cette réunion se fit notamment en réactivant les réseaux du MLN, fondé par le père du candidat.

5Le troisième chapitre, consacré à la construction du parti, est sans aucun doute l’un des plus novateurs. L’auteure établit, statistiques à l’appui, que durant le premier temps de l’histoire du PRD (1989-1994), le recrutement se fait très largement par les mouvements sociaux et très peu par les partis, ce qui change à partir de 1994 lorsque les dissidents du PRI commencent à se faire plus nombreux. Concernant la construction territoriale, elle se fait par « agrégation spontanée » : le parti intègre les organisations contestataires, ce qui le conduit à fonctionner comme un « parti-mouvement » devant en conséquence participer aux élections comme aux luttes sociales. Le lien avec les organisations contestataires est aussi au cœur de la lutte entre les deux grands courants du PRD. Le premier courant – dit « de l’intransigeance démocratique » – est favorable aux mobilisations, à tel point que ses membres (Cárdenas, Andrés Manuel López Obrador) sont appelés les « mobilisationnistes », et domine durant la première partie des années 1990. Le second courant – dit « de la transition pactée » – est dirigé par Porfirio Múñoz Ledo (venu du PRI comme Cárdenas) et préconise la négociation. Múñoz Ledo s’inspire du modèle de la transition politique espagnole, concept qu’il estime avoir introduit au Mexique. Pour ce dernier, la protestation doit rapidement laisser place à la négociation et le PRD doit logiquement s’éloigner des mouvements sociaux. Hélène Combes démontre alors que les dirigeants du parti s’inscrivent dans ces deux courants en fonction de « la nature de leurs capitaux politiques ».

6Le quatrième chapitre, consacré à la réponse du PRD aux fraudes électorales et à la répression dont il est victime, montre à quel point la « transition » vers une éventuelle démocratie au Mexique est un processus conflictuel et violent. L’analyse du répertoire d’action du PRD lors des conflits post-électoraux est articulée avec le fonctionnement du parti détaillé précédemment : expertise et évaluation de la fraude pour les courants prêchant la négociation, marches et occupations des lieux du pouvoir pour les « mobilisationnistes ». Les remarques sur la similarité des répertoires d’actions entre néo-zapatistes et PRD sont intéressantes, mais auraient pu être davantage développées en analysant les raisons des transferts entre les deux organisations. Les données statistiques concernant la répression contre les militants du PRD (600 homicides entre 1989 et 2000) sont par ailleurs de grande qualité.

7Le cinquième chapitre est consacré au cœur du travail de l’auteure, à savoir « la fabrique des dirigeants » du parti. D’une approche très classique, ce chapitre est aussi celui qui fait le plus appel à la preuve quantitative. Les différents déterminants du recrutement (réseaux d’interconnaissance, réseaux éducatifs, appartenance sociale) sont passés en revue avec une grande précision. Le multi-positionnement des dirigeants et ses implications sont analysés en profondeur. Enfin, « la bataille sur la frontière partisane » est l’objet du dernier chapitre qui place la focale sur la distinction entre le parti et les organisations sociales qui lui servent souvent de comités de base. Là encore, le rôle des dirigeants multi-positionnés apparaît comme un élément déterminant pour comprendre les enjeux autour de cette « zone d’incertitude ».

8Finalement, l’ouvrage d’Hélène Combes apparaît extrêmement convaincant tout comme son invitation à réexaminer les mutations contemporaines des partis politiques latino-américains. On peut seulement regretter à ce titre qu’il n’y ait pas davantage de comparaisons développées, notamment avec les autres partis mexicains au moment de leur création ou concernant les partis latino-américains contemporains. Cela aurait permis de replacer la forme du « parti-mouvement » dans un contexte plus large. Par ailleurs, une évocation, même a minima, du projet politique du PRD, en dehors de la transition bien évoquée, aurait été intéressante et aurait pu trouver sa place dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Robinet, « Hélène Combes, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 143-152.

Référence électronique

Romain Robinet, « Hélène Combes, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1036

Haut de page

Auteur

Romain Robinet

Centre d’histoire de Sciences-po

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org