Navigation – Plan du site
Lectures

Martine Droulers, François-Michel Le Tourneau (dir.), L’Amazonie brésilienne et le développement durable

Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2010, 477 p.
Sunniva Labarthe
p. 178-183
Référence(s) :
Martine Droulers, François-Michel Le Tourneau (dir.), L’Amazonie brésilienne et le développement durable, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 2010, 477 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Amazonie brésilienne
Haut de page

Notes de la rédaction

Martine Droulers et François-Michel Le Tourneau sont respectivement membre du comité scientifique et du comité de rédaction des Cahiers des Amériques latines.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Martine Droulers et François-Michel Le Tourneau n’est pas seulement une synthèse du programme de recherche Duramaz (déterminants du développement durable en Amazonie brésilienne) ou un simple état des lieux analytique et pluridisciplinaire des implications du développement durable en Amazonie brésilienne, ce qui serait déjà un apport considérable pour l’ensemble des recherches sur cette région du monde. En confrontant discours et expériences de terrain, cet ouvrage collectif propose aussi un regard sur son propre regard. La manière de penser le travail de recherche face aux défis des enjeux écologiques y détient un rôle fondamental. Synthèse en quelque 400 pages de rapports en comptant des milliers, ce livre dresse un compte rendu efficace et maniable du projet Duramaz qui a rassemblé une quarantaine de collaborateurs scientifiques sur de nombreux thèmes relatifs au développement durable en Amazonie brésilienne. Le programme tente de rendre compte objectivement de l’avant-garde des projets de développement durable. Saisir ce concept polysémique et multidimensionnel dans son application sur un territoire aussi riche et divers renvoie à la difficulté d’analyser les composantes d’un système économique, écologique et social sans laisser de côté les dimensions symboliques et culturelles.

2De 2007 à 2010, l’équipe franco-brésilienne placée sous la coordination de François-Michel Le Tourneau et Martine Droulers a étudié l’institutionnalisation des politiques publiques environnementales sur le territoire amazonien, zone d’interface exceptionnelle entre société et nature. L’axe territorial de l’étude explique le poids pris par les géographes dans ce travail (analyse des paysages et élaboration de documents cartographiques), mais l’étude intègre aussi différents outils provenant d’autres approches scientifiques, comme le questionnaire socio-économique, le questionnaire biographique emprunté aux démographes ou encore les « observations et entretiens de terrain » inspirés de l’anthropologie. La méthode se fonde sur l’élaboration d’un système d’indicateurs permettant d’évaluer les projets de développement durable brésiliens sur 13 terrains représentatifs des nombreuses situations rencontrées en Amazonie. Pour la définition du développement durable, le cadre théorique de l’étude fait référence à la démarche de Brundtland (1987), associant développement économique et environnement, enrichie des ajustements d’Ignacy Sachs (1993) soutenant le concept d’écodéveloppement et s’appuyant sur la doctrine d’Elinor Ostrom (1990) à propos des initiatives de gestion communautaire. Les notions de « laboratoire amazonien » et de recherche de « déterminants » occupent une importance notable au sein de l’expérience Duramaz, conçue comme une combinaison originale en termes de travail collectif et intergénérationnel, doublée d’une association étroite entre méthode qualitative et quantitative. En première partie, l’explication détaillée des situations observées, de leurs échecs et de leurs succès occupe un quart de l’ouvrage. L’analyse de ce foisonnement de projets s’articule autour de quatre types d’action publique et d’initiatives privées. En premier lieu viennent les politiques nationales, avec les aires protégés d’usage durable-RDS qui ont créé une série de projets d’extractivisme dont l’activité primordiale est la gestion durable des forêts, à partir de l’implantation de cultures spécifiques et de l’écotourisme ; ensuite la politique rurale déployée par le ministère du développement agraire brésilien, qui a produit pour sa part de nombreux projets d’agriculture familiale en Amazonie ; puis le programme du G7 pour la protection des forêts tropicales du Brésil (PPG7), qui a conçu deux lignes de travail pour la préservation des forêts tropicales – les projets de production durable (PD/A) d’un côté, les projets en zones amérindiennes (PDPI) de l’autre ; et, enfin, l’agribussiness qui s’est développé à partir des années 2000, sans aucune aide institutionnelle – les producteurs agro-industriels ayant compris l’importance des questions environnementales et s’étant associés de leur propre chef aux ONG pour certifier les procédures.

3La deuxième partie explicite les apports de chaque méthodologie aux résultats de l’étude. Le volet sociodémographique se fonde sur le protocole d’enquête biographique que les auteurs ont baptisé Ebimaz (Étude biographique des populations amazoniennes) et permet d’estimer et de comparer les caractéristiques des populations auxquelles s’adressent les projets. Les histoires, les trajectoires, les biographies migratoires ou scolaires des chefs de famille de l’Amazonie sont placées sur un même plan méthodologique, favorisant une lecture à la fois précise et large. La forte dimension spatiale de la question de la durabilité et l’importance du caractère explicatif de l’analyse géographique se sont imposées aux participants. Le géo-référencement systématique des terrains et l’utilisation de traitements identiques des données ont produit une masse significative d’informations, précisées par de nombreuses enquêtes localisées qui ont permis de retenir des indicateurs simples, globaux et pertinents. Le succès de ces méthodes de travail rendrait même envisageable leur extension à l’ensemble des zones tropicales forestières qui auraient accès à des bases de données comparables à celle du Brésil. Cependant, les auteurs considèrent qu’un certain travail reste à fournir sur la cartographie de la déforestation, sur la base de données hydrologiques et sur la complexité paysagère.

4La place de l’anthropologie s’avère plus ténue que ce qu’en laisse présager la présentation introductive sur la pluridisciplinarité Duramaz. Après un retour sur les choix conceptuels de son analyse, le travail de Florent Kohler permet d’approcher, pour trois terrains comparés au terrain étalon de la RDS Iratapuru, ce qui conditionnerait la réussite ou non des projets en matière de cohésion sociale et de capacité d’un groupe à résister à l’irruption de financements extérieurs et aux pressions d’agents externes qui les accompagnent. L’élément central qui ressort de cet aspect de la recherche Duramaz est le caractère subsidiaire de l’écologie dans les logiques qui induisent la cohésion communautaire, l’ancrage des projets et les pratiques, durables ou non, qui en découlent.

5Dans le but affirmé de construire un outil fondateur, destiné à orienter la prise de décision des décideurs, le système d’indicateurs Iduramaz traduit les méthodes en une série de 44 sous-indicateurs pour déterminer la durabilité des projets en Amazonie. La transformation des données en indicateurs est illustrée de diagrammes permettant de regrouper l’information en quatre modules clés de la durabilité. Cependant, il n’est pas toujours facile pour le lecteur de distinguer les « questions clés » des « facteurs clés » et des « indicateurs clés », ou encore les « éléments » des « composants » et des « déterminants ».

6Les modules construisent la recherche sur quatre plans : « les conditions de vie », « la protection de l’environnement », « les besoins du présent et perspectives futures » et « l’organisation sociale ». Le premier ouvre des perspectives pour opérer un rapprochement entre l’extrême vitalité de la mobilité qui caractérise les populations amazoniennes et la cohésion sociale nécessaire pour réaliser un projet de développement. En explorant la situation financière des ménages, l’insertion dans l’économie, le niveau d’équipement, le degré d’enclavement, les pratiques d’hygiène, l’égalité entre les genres et l’accès à la scolarisation, l’étude rend compte de l’importance que prend l’existence d’opportunités pour les jeunes en matière d’enracinement avec la terre, que ce soit dans un projet de développement durable ou non, et l’absence de ces opportunités est flagrante. À travers l’évaluation des dynamiques et des pressions qui s’exercent sur l’environnement et l’étude des perceptions et des pratiques environnementales, les membres de l’équipe avancent l’idée d’un seuil critique dans la gestion des ressources. Là où la conscience environnementale est la plus vive, les dégâts environnementaux constatés sont les plus nets tandis que l’inverse est également constaté au sein des zones les plus épargnées. Le travail sur les perceptions des changements liés au développement durable, les changements générationnels, les soutiens institutionnels de la communauté et la gouvernance locale, fait état pour sa part d’une forte dépendance des projets aux soutiens institutionnels et d’une très grande variabilité des discours des populations sur les moyens d’assurer le bien-être des générations futures.

7L’approche synoptique de treize expériences montre que, malgré la diversité des contextes, on peut identifier des éléments récurrents, répétitifs et donc déterminants dans leurs fonctionnements ou dans leurs impacts. Cependant, plusieurs points de vue cohabitent au sein des chercheurs comme on peut le voir dans la troisième partie de l’ouvrage. Divisée en quatre chapitres, celle-ci rend compte des résultats généraux, des apports du travail sur les perceptions du développement durable et les réseaux d’acteurs qu’il mobilise, et s’interroge sur les politiques publiques étudiées. Certains auteurs brossent un tableau plutôt sombre du développement régional et notent le peu de liens qui existent entre les améliorations constatées et les projets engagés. D’autres mettent d’avantage en avant la grande diversité des organisations sociales impliquées et la capacité de ces projets à promouvoir de nouvelles manières de penser, plus favorables aux générations futures. Les résultats de l’analyse des impacts territoriaux révèlent un groupe important de situations « moyennes » ou « bonnes ». Malgré leurs faiblesses et la difficulté de porter à niveau égal la préservation de l’environnement et le développement humain, les différentes initiatives étudiées ont obtenu des résultats probants, mais qui doivent aussi être nuancés. Sur l’ensemble des terrains, la partie productive connaît d’importantes lacunes – même là où un effort particulier a été fourni. Au niveau socio-économique, le revenu par habitant amazonien reste très inférieur à la moyenne nationale et les économies des ménages demeurent excessivement tributaires de ressources extérieures ou des transferts sociaux. Les problèmes particuliers apparaissent très localisés au niveau sanitaire (Tupé et Iratapuru), éducatif (Esperença et Chico Mendes) ou encore en matière d’accès à l’eau et à l’électricité (Igarapé Gelado, Tupé, Chico Mendès et Mamiraua). En fait, comme le prouvent les études réalisées au sein du programme, les projets étudiés ont eu plus d’impact sur les dynamiques paysagères que sur les conditions d’existence. Le discours écologiste des populations n’est pas toujours suivi d’effets concrets ; il s’agit plus d’un affichage destiné à satisfaire des observateurs extérieurs dont la puissance politique a été bien comprise.

8Concernant les conditions d’existence, l’essentiel des données provient des pouvoirs publics – ce qui facilite leur traitement – tandis que les questions de conscience environnementale et de responsabilisation des populations (apanage du discours des ONG) renvoient à des données plus complexes. Dans l’ensemble, les auteurs considèrent que les projets de développement durable en Amazonie brésilienne ont encouragé globalement la création de nombreuses associations, coopératives et recherches de partenariats, qui témoignent d’une prise de conscience croissante. Les conclusions à propos du lien entre la mobilité individuelle et familiale, d’une part, et la cohésion sociale recherchée, d’autre part, posent une nouvelle série de problèmes. Les bénéficiaires nuancent eux-mêmes les bienfaits des projets en rappelant que les communautés et les activités agricoles présentent un déficit d’attractivité pour les jeunes, particulièrement dans les zones enclavées où la concurrence de l’espace urbain est très rude. Concernant l’organisation sociale, l’un des apports de Duramaz a été de montrer que la diversité des acteurs et des relations internes influait moins sur les autres critères que l’accessibilité de ces communautés.

9Les conclusions de l’étude qualitative montrent que, par des mécanismes de traduction et de reconstruction au cours des processus de médiation, les habitants ont donné un sens local à un discours venu d’instances plus ou moins globales. Les dimensions sociales et intergénérationnelles restent rattachées aux visions individuelles et n’interviendraient que peu dans la définition du développement durable. Ce travail sur les perceptions, issu du volet qualitatif de l’enquête, rejoint les résultats du volet quantitatif qui conclut sur l’idée d’une abondance des discours locaux allant dans le sens du discours des acteurs du développement durable, malgré une diversité des milieux, des types de projets et de leurs adaptations locales. Là où les acteurs sont les plus divers, les perceptions le sont également. Par contre, là où ils fléchissent, où leur activité est plus diffuse, les enquêtes sur les sites témoignent d’une plus grande hétérogénéité, enregistrant des définitions plus originales ou plus personnelles. L’étude des réseaux d’acteurs souligne pour sa part que les individus engagés dans les projets ne possèdent pas une conception homogène de la notion – ce qui conduit les auteurs à qualifier le développement durable de « mot valise », de « catégorie de pensée » ou de « catégorie hybride ». Ce point de l’analyse, sans doute le plus pessimiste, permet de comprendre l’influence des structures sociales sur les projets mis en œuvre en Amazonie. Face à des écosystèmes en péril, une remise en question radicale supposerait un questionnement en profondeur de l’organisation sociale et économique de la région. Concrètement, plus le rapport des membres du réseau est « serein » vis-à-vis du modèle développementiste traditionnel amazonien (c’est-à-dire non-durable), plus les projets ont la facilité de se développer. Si le rapport est plus conflictuel, les projets sont plus rapidement fragilisés, et a fortiori si la zone est intégrée au marché.

10Compte tenu de la grande complexité des processus en cours et du foisonnement des projets étudiés par les auteurs de l’ouvrage, on pouvait craindre un émiettement de la problématique et une dispersion des discours. Cependant, grâce à la mise en place d’un cadre de lecture homogène, fondé sur la cohérence des indicateurs choisis et sur la mise en perspective des différentes propositions, le lecteur ne perd jamais de vue le sujet principal de cet ouvrage collectif : une réflexion critique et novatrice sur le Brésil durable et, au-delà, sur la notion toujours controversée du « développement durable », à partir d’études de terrain qui donnent du sens et de la réalité aux éternels débats théoriques dans lesquels se perdent et se dispersent non seulement les acteurs institutionnels, mais aussi – trop souvent – les chercheurs universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sunniva Labarthe, « Martine Droulers, François-Michel Le Tourneau (dir.), L’Amazonie brésilienne et le développement durable », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 178-183.

Référence électronique

Sunniva Labarthe, « Martine Droulers, François-Michel Le Tourneau (dir.), L’Amazonie brésilienne et le développement durable », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1033

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org