Navigation – Plan du site
Lectures

Jimena Paz Obregón-Iturra, Luc Capdevila, Nicolas Richard (dir.), Les Indiens des frontières coloniales. Amérique australe, xvie siècle/temps présent

Presses universitaires de Rennes, 2011, 254 p.
Pierre Ragon
p. 143-152
Référence(s) :
Jimena Paz Obregón-Iturra, Luc Capdevila, Nicolas Richard (dir.), Les Indiens des frontières coloniales. Amérique australe, xvie siècle/temps présent, Presses universitaires de Rennes, 2011, 254 p.

Texte intégral

1Dans la très longue durée, des espaces mouvants, marges de recouvrement, frontières, bandes de contact ou terrains d’affrontement ont formé des zones de rencontre multiformes entre la colonisation espagnole et les terres amérindiennes. Ces espaces particuliers – la « frontière mapuche », le Chaco, la Patagonie argentine, l’Amazonie péruvienne et l’Amazonie bolivienne – ont parfois fait l’objet d’analyses dans le cadre des constructions nationales, mais rarement d’études comparées sur le long terme. C’est à cet objectif que se sont attaqués les chercheurs ici réunis dans cette enquête collective.

2Ces frontières se sont toutes formées à la même époque, à savoir la seconde moitié du xvie et le début du xviie siècle, et souvent dans des régions analogues – les anciennes marges de l’empire inca – sans que l’on puisse établir de corrélations étroites entre groupes résistants et structures sociopolitiques non étatiques. Toutes ont perduré jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle quand, un peu partout, les armées modernes, mais aussi le modèle de l’État-nation unitaire, aboutirent à leur enfoncement et à la réduction des grands caciquats à l’ordre républicain. Ce processus fut, il est vrai, plus ou moins rapide, plus ou moins brutal, et déboucha sur des modalités d’intégration inégalement désastreuses pour les populations amérindiennes dont les élites purent être, dans de rares cas comme en Araucanie, intégrées au jeu politique national.

3Cet ensemble est composé de dix articles regroupés en trois parties selon un plan chronologique : un premier groupe de trois textes aborde la question des catégorisations ethniques et socio-juridiques mises en œuvre à l’époque coloniale sur les frontières de la domination espagnole ; les quatre textes suivants touchent à la question de la transformation de ces espaces à l’époque de l’établissement des régimes républicains ; les trois derniers, dans une perspective plus résolument ethno-historique, précisent le devenir récent, au cours du xxe siècle, des populations indiennes du Chaco boréal dont le destin fut transformé par la guerre dite « du Chaco » (1932-1935).

4Les articles de C. Giudicelli (Valle Calchaquí), J. Paz Obregón Iturra (frontière hispano-mapuche du Bío-Bío) et J. Faberman (région de Santiago del Estero) forment un ensemble particulièrement cohérent. Ces trois auteurs montrent la fluidité des qualifications ethniques, juridiques et sociales dans les zones frontières et rapportent leur définition au contexte historique de leur émergence. Ils montrent aussi l’incroyable variété des situations locales, qui tendent à relativiser – voire à invalider – la traditionnelle frontière juridique entre les deux « républiques », celle des Indiens et celle des Espagnols. Dans le Valle Calchaquí, c’est l’inégal succès de la pression espagnole sur des groupes indigènes insoumis qui finit par les obliger à la différenciation, processus que les maîtres du jeu sanctionnent finalement par l’imposition de deux qualificatifs « ethniques » (Pulares et Calchaquíes) qui n’en sont pas vraiment. C. Giudicelli s’inscrit donc en faux contre toute une tradition historiographique qui voudrait voir rejouer dans cette distinction coloniale une très ancienne opposition d’origine préhispanique qui aurait déjà été à l’œuvre dans le rapport de ces populations locales avec l’empire inca. Le texte de J. Paz Obregón Iturra prolonge cette réflexion sur la catégorisation des Indiens de la frontière en démontant les ressorts de taxinomies très fines qui révèlent la complexité du jeu politique en ces marges. Du coup, cette auteure nous met en garde contre les pièges de mots et d’expressions qui servent moins à décrire qu’à instrumentaliser des groupes indiens et des situations de conflits ou d’alliances qui ne sont pas toujours ce qu’on en dit. Le dernier texte met d’avantage l’accent sur l’effondrement des catégories ethniques à l’intérieur même de la société coloniale dans un espace – la région de Santiago del Estero et du río Salado – où les Indiens « amis », mobilisés pour les tâches de défense contre les Indiens « ennemis » du Chaco, se trouvent dispensés du paiement du tribut. Exemptés de cette marque infâmante, ils voient progressivement leur statut se rapprocher de celui des soldats espagnols des garnisons, souvent aussi pauvres qu’eux. À tel point que le terme « soldat » en vient à désigner une catégorie sociale intermédiaire de gens libres, pauvres et précaires, sans identité ethnique déterminée.

5Centrée sur le xixe siècle, la deuxième partie a moins d’unité. Dans ces quatre textes, l’histoire sociale des populations autochtones n’y est abordée que de manière marginale, même si le premier d’entre eux se place d’une certaine manière dans la continuité de la contribution de J. Faberman ; son auteure y aborde en effet, sur le temps long du xixe siècle, la question de l’intégration des corps auxiliaires indiens aux forces armées du Rio de la Plata puis de l’Argentine. Relevant surtout de l’histoire militaire, cette étude est suivie d’une autre, par ailleurs fort précise, qui touche à l’histoire de la propriété foncière sur les marges frontières de la Puna et du Chaco argentin : la nationalisation proclamée des terres par la jeune République a bien entendu des conséquences majeures sur le devenir des populations qui les occupent, mais cette question n’est pas davantage l’objet central de ce travail même si la question agraire est d’un intérêt majeur pour l’histoire des populations autochtones. Avec un troisième texte consacré aux colons européens et l’école dans la région de l’Auracanía (1887-1915) et un autre portant sur l’échec du développement d’une ligne de navigation à vapeur sur le fleuve Bermejo, le lien avec l’objet principal de l’ouvrage est encore plus distendu.

6La troisième partie remet heureusement l’Indien au centre du propos, même si le cadre géographique de l’analyse se limite alors au Chaco boréal. En outre, les trois approches présentées concentrent le tir autour des conséquences de la guerre du Chaco (1932-1935), un événement majeur pour le devenir des groupes indigènes de la région qui étaient jusque-là souvent demeurés coupés du monde extérieur. Lors de cette période, le destin de populations indigènes relativement diverses et peu nombreuses (40 000 à 50 000 individus) fut bouleversé par l’irruption de deux armées modernes qui mobilisèrent et firent manœuvrer près de 400 000 hommes ; le conflit provoqua des déplacements de population, aboutit à une réorganisation de l’espace et de son occupation et déboucha finalement sur la progression du front pionnier européen. Luc Capdevila montre comment les choix stratégiques différents des Boliviens et des Paraguayens vis-à-vis des populations autochtones eurent des conséquences opposées et paradoxales sur leur devenir au cours de la guerre comme dans la période qui la précéda et celle qui la suivit. Les mémoires indiennes de la montée des tensions et du conflit sont particulièrement bien analysées ; l’examen de quelques itinéraires de figures individuelles issues des peuples du Chaco complète la restitution de ce vécu. L’ouvrage se ferme sur la contribution que José Braunstein consacre aux Maká. Ce groupe du Chaco « bien connu » des touristes y apparaît sous un jour inattendu et l’auteur rend compte des étonnantes transformations qu’il a connues au cours du xxe siècle, en les reliant à la notion de héros civilisateur – un trait essentiel de cette culture.

7Produit de travaux financés par différents contrats, cet ouvrage peut ainsi apparaître comme relativement disparate, mais n’en livre pas moins des analyses qui sont presque toujours de fort bonne tenue et ont le mérite d’attirer l’attention sur ces objets particuliers que sont les frontières coloniales d’Amérique du Sud et leur longévité. On regrettera cependant que la cartographie, indispensable pour un tel sujet, soit si peu aboutie. Les responsables du volume, comme beaucoup d’autres aujourd’hui, n’ont pas résisté à la fausse facilité que procure la manipulation rapide de fonds de cartes électroniques largement accessibles, mais pas nécessairement adaptés aux besoins de leurs enquêtes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Jimena Paz Obregón-Iturra, Luc Capdevila, Nicolas Richard (dir.), Les Indiens des frontières coloniales. Amérique australe, xvie siècle/temps présent », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 143-152.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Jimena Paz Obregón-Iturra, Luc Capdevila, Nicolas Richard (dir.), Les Indiens des frontières coloniales. Amérique australe, xvie siècle/temps présent », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1017

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense/Mascipo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org