Navigation – Plan du site
Dossier. Le clientélisme en situation : échanges politiques, politisation et conflits moraux
Images et imaginaires du clientélisme. Un regard croisé entre Argentine et Mexique

Représentations de « l’achat de vote » au Mexique. D’une élection contestée à l’autre

Hélène Combes
p. 143-152

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour José Antonio Crespo, sans entrer dans le débat de savoir s’il y a eu fraudes ou non et, en re (...)

1La tradition de la contestation des élections n’est pas nouvelle au Mexique. Rappelons juste qu’en 1910 Francisco Madero, ce riche propriétaire terrien libéral, prend les armes suite aux fraudes dont il aurait été victime lors de l’élection à la gouvernature de l’État de Chihuahua ouvrant ainsi la période révolutionnaire. Tout au long du xxe siècle, la question de la sincérité électorale se trouve au cœur même de la définition du politique au Mexique. Elle se pose particulièrement dans les années 1940 et 1950, où le jeune Parti action nationale (Pan), fortement doté en juristes, se saisit de l’arme juridique pour tenter de battre en brèche le monopole du Parti révolutionnaire institutionnel. Au début des années 1960 fleurissent de « mouvements civiques », souvent composés de dissidents, qui remettent en cause le résultat d’élections locales comme à San Luis Potosi [Pansters, 1997] ou au Guerrero. Dans les années 1960 et 1970, même les guérillas marxistes mexicaines en appellent aux « élections propres » quand, ailleurs sur le continent, les élections sont fustigées comme un artefact de la « démocratie bourgeoise » [Combes, 2011, p. 54-64]. Au cours des années 1980, le Pan, rompant avec sa tradition « d’opposition loyale » [Loaeza, 1999, p. 329-361 ; Mizeahi, 2003], reprend le flambeau de « la lutte contre les fraudes » et, essentiellement dans le nord et le centre du pays, multiplie les mobilisations : grève de l’impôt, blocage de pont avec les États-Unis, caravane motorisée, etc. Puis, dans les années 1990, le Parti de la révolution démocratique (PRD) (fondé en 1989 suite aux élections contestées de 1988) prend le relais et mène, à l’échelle locale, dans les états de Michoacán, Guerrero mais aussi Tabasco, Puebla ou Oaxaca, etc., des mouvements de grande ampleur caractérisés par des manifestations récurrentes, des marches jusqu’à Mexico, des occupations de mairies et aussi des mises en place d’équipes municipales « parallèles » [Combes, 2011, p. 199-261 ; Combes 2006]. La « transition votée » de 2000 [Merino, 2003] ne débouche pas sur une normalisation de la relation aux élections comme l’avait présupposé bien des analystes. En 2006, après une campagne très polarisée [Aziz, 2007], le résultat de l’élection est tellement serré que dans un premier temps, l’Institut fédéral électoral n’est pas en mesure de déterminer le gagnant. Après plusieurs recomptes et une procédure contentieuse, le candidat du Pan est officiellement déclaré président de la République avec une avance de 0,56 % des voix. Or, le nombre de bulletins de vote annulés (pour différentes raisons) est plus de trois fois supérieur à la différence de voix entre les candidats1.

La formation du milieu professionnel de « la gouvernance du vote »

  • 2  Le Mexique étant un état fédéral, il existe des institutions spécifiques pour chaque état fédéré a (...)
  • 3  Ces irrégularités ont un statut très variable mais entraînent la nullité de l’élection dans le bur (...)

2Que conclure de ce bien trop bref rappel historique ? Cette histoire singulière a construit un rapport spécifique des acteurs d’opposition (partis et ONG de défense de la démocratie) aux élections et contribue aussi à créer un milieu professionnel qui existe et vit de cette question. En effet, en plusieurs vagues (milieu des années 1990, milieu des années 2000), de nouvelles institutions sont créées puis se bureaucratisent : l’Ife, impressionnante structure en charge de l’organisation matérielle de l’élection et ayant des relais dans chaque des 300 districts électoraux, le Tribunal fédéral électoral (Trife)2, en charge du contentieux électoral fédéral et, de fait, de la qualification de l’élection présidentielle, la Fiscalía especial para la atención de delitos electorales (Fepade), organe responsable des poursuites en matière électorale. Plus largement d’autres institutions – souvent constituée en organes indépendants – participent des bonnes définitions de la démocratie comme l’Institut fédéral de la transparence (Ifai). Ainsi, toute une série d’institutions, pour certaines assez uniques en leur genre (Ife), pour d’autres qui se sont developpées très largement à l’échelle continentale (les tribunaux électoraux par exemple), forment et emploient désormais des milliers de personnes à l’échelle nationale. À cela, il faut ajouter l’existence de nombreuses ONG « d’observation électorale », rémunérant des permanents, ayant parfois ou pour un temps une implantation nationale comme l’emblématique Alianza civica ou plus récemment le Comité Conciudadano. Les équipes de ces ONG comprennent de nombreux universitaires qui souvent naviguent de responsabilités dans des organisations non gouvernementales à des postes de premiers plans dans des organes étatiques indépendants, voire dans des instances gouvernementales. Ils sont aussi profon- dément insérés dans des réseaux d’expertises nationaux et internationaux liés à la production de normes sur la « bonne gouvernance » (Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), Banque internationale pour la recons- truction et le développement mais aussi Transparency International, National Endowment Of Democraty…). Ainsi, quand en France, les irrégularités lors des scrutins viennent mourir dans les cartons d’archivages, au Mexique, toute une chaîne d’acteurs – étatiques, partisans, ONG – tendent à les faire vivre3, à les agréger pour leur donner sens (notamment statistiques) à l’échelle nationale.

  • 4 Les schémas interprétatifs sont continentaux [voir l’introduction de ce dossier].

3Par ailleurs, un autre élément important est la lecture4 qui s’impose peu à peu du lien entre distribution des programmes sociaux et « achat de vote » : en2004, l’arrivée à la tête du principal programme social du pays – Oportunidades – du « courant civique » composé de membres de l’ONG Alianza cívica. Cette présence à la tête du plus grand programme social du pays, leurs réseaux professionnels et leurs habitus militant, favorisent le développement d’une grille de lecture associant distribution des aides sociales à l’achat de vote [Hevia de Jara, 2009, p. 64]. Ce schème de lecture voyage du monde universitaire aux instances gouvernementale en passant par les ONG et cela d’autant plus que les organismes internationaux – Fondations nord-américaines ou organisations internationales – ne financent plus les programmes d’observation électorale à proprement parlé mais les programmes de lutte contre l’usage politique des programmes sociaux contre la pauvreté [Vommaro, 2010].

4À travers ce bref texte et les documents graphiques qui suivent, nous souhaitons donner quelques clés de lecture sur les représentations du vote au Mexique. Il ne s’agit pas de se prononcer sur la fatidique question de l’altération des suffrages lors de l’élection de 2012 et ce pour plusieurs raisons. Premièrement car, le temps des sciences sociales n’est pas celui du contentieux électoral et, à quelques semaines à peine du scrutin, nous ne disposons ni du matériau, ni de la distance nécessaire pour juger de cette question. Deuxièmement car, comme l’a montré l’histoire sociale des élections en France [Garrigou, 2003], trancher cette question est participer de la bataille même de la définition des bonnes pratiques démocratiques, question épistémologiquement complexe car l’opération électorale, contrairement à une vision aujourd’hui dominante, n’est pas (seulement) une opération technique et s’insère dans le social, rendant extrêmement complexe la qualification du vote.

5Après cette brève contextualisation, nous proposons au lecteur un parcours en images de l’évolution des représentations de l’altération des suffrages lors des élections mexicaines.

Un regard socio-historique

Les années 1940 et 1950

Image 3

Image 3

Images 1 à 3. Ces trois illustrations sont tirées de Bandera le journal du Pan (image 1 : Epoca IV, n° 5, septembre 1950 ; image 2 et 3 : Epoca IV, n° 10, avril 1951). La contestation des élections se fait sur un registre qui perdurera jusqu’à la fin du xxe siècle. Elle reprend le slogan de Madero, « Suffrage effectif et non réélection », la demande du le respect du vote, la dénonciation des fraudes et la dénonciation du caciquisme (thème qui tend à s’atténue dans les années 1980 sauf dans quelques régions comme le Guerrero).

Les années 1980 et 1990

Image 5

Image 5

Sources. Archives « Affiches du PRD », Fondación por la democracia. José Carlo González, www.jornada.unam.mx/1999/mar99/990317.

Images 4 et 5. Ces images sont relatives à deux des plus grandes mobilisations post-électorales menées au cours des années 1990 par le PRD. La première est une affiche de « l’exode pour la démocratie » organisé par Andrés Manuel López Obrador [Grayson, 2007] alors candidat à la gouvernature du Tabasco. La deuxième est une photo de « la marche pour la démocratie » organisé par Felix Salgado Macedonio depuis l’État de Guerrero [Hémond, 2001]. Au cours des années 1990, le PRD mais aussi tout un réseau d’ONG se sont évertués à identifier et dénoncer le « répertoire » de la fraude au Mexique [Combes, 2006]. Les dénonciations portaient alors aussi bien sur l’encadrement des électeurs, que les manipulations des suffrages le jour des élections comme le bourrage des urnes ou les « fraudes » informatiques qui avaient notamment entaché l’élection présidentielle de 1988.

L’émergence de l’explication en termes d’achat de vote

Image 6

Image 6

Image 6. Publicité du PRD diffusée dans la Jornada lors de l’élection du gouvernement de l’État de Mexico en 2009. On peut lire « Même si on distribue de la vaisselle et du ciment, signe pour le PRD ». Cette élection marque un tournant. La dénonciation de l’altération des suffrages ne se fait plus sous l’étiquette de luttes contre les fraudes (schéma dominant en 2006) mais celle de la lutte contre le clientélisme.

Image 7

Image 7

Image 7. Il s’agit de la couverture d’un numéro de Desacatos, une revue académique mexicaine d’anthropologie sociale. Ce numéro sur « le clientélisme en débat » a été coordonné par Marguerite Bey et Hélène Combes, préparé au cours de l’année 2010 et sorti en 2011 dans le contexte pré-électoral. Cette photo- graphie a été prise lors d’un meeting du candidat du PRI à la présidence de la République, Roberto Madrazo, en 2006. On peut voir des gens issus de milieux populaires qui tentent d’attraper du pop-corn offert par le PRI. Les coordinatrices du numéro avaient fait part de leur véto pour l’usage de cette photo en couverture. Non seulement elle résumait pour elles une vision des relations politiques qu’elles remettaient en cause dans le volume (l’idée d’un échange de vote contre de la nourriture) mais, de plus, elles considéraient qu’il était problématique qu’un parti spécifique soit identifiable. Malgré ce veto, la photo a été retenue. Cette anecdote apparaît comme significative de l’existence d’un cadrage pré-existant à l’élection de 2012 dans le milieu académique et expert.

Représentations sociales du « vote buying » : l’élection présidentielle de 2012

  • 5 Ce mouvement d’étudiants d’universités privées a émergé en mai 2012 dans la phase finale de la camp (...)

6L’ensemble des images qui vont suivre est issu d’une veille sur les réseaux sociaux au cours des deux premières semaines du mois de juillet 2012. Il est, pour l’instant, difficile d’en identifier les auteurs mais elles ont circulé dans des réseaux liés au PRD, au mouvement Yo soy 132#5 ou des ONG d’observation électorale [Combes, 2012]. On peut donc supposer qu’elles émanent de ce fait de classes moyennes urbaines. Ces images participent d’une large contre-campagne contre Peña Nieto, candidat du PRI.

L’afflux d’argent à l’échelle territoriale

7

8

Image 9

Image 9

Images 8 et 9. Ces images condamnent une campagne qui aurait été marquée par un afflux massif d’argent et l’achat de votes. Sur la première, on peut voir un avion aux couleurs du PRI et au nom d’Enrique Peña Nieto inonder le pays de billets. Leonardo Valdes, le 1er conseil de l’IFE, reste aveugle à cette déferlante.

9Sur la deuxième image, le slogan de Madero est ici repris en le parodiant« Suffrage en liquide ce n’est pas une élection ». Une nouvelle législation électorale (2008), en interdisant la publicité à la télévision, a impliqué un transfert de ces fonds vers « le terrain ». L’interdiction de la publicité, dans laquelle entre 63 et 70 % des financements publics de la campagne en 2006 [Aziz, 2007] a été dépensé, a donc eu pour effet de reterritorialiser la campagne électorale et de réactiver un répertoire lié aux campagnes du passé.

La distribution de biens matériels pendant la campagne

Image 11

Image 11

Images 11 et 12. L’image 11 montre des gadgets distribués durant la campagne de Peña Nieto parmi lesquels des objets d’une certaines valeurs comme les vélos (sont-ils distribué ou servent-ils aux militants du PRI pour le porte-à-porte ?). L’image 12 parodiant les largesses du PRI affirme « Profites-en Le PRI offre des gringas ! »

Image 13

Image 13

Image 13. « Merci pour tes cadeaux mais je voterai pour López Obrador ».

  • 6 Plusieurs années de travail sur le terrain dans Mexico et sa banlieue tendent à invalider empirique (...)

10En suivant les discussions sur les réseaux sociaux, on constate que les classes moyennes urbaines qui commentent ces photos sont profondément persuadés que les milieux populaires – notamment de l’État de Mexico, vendent leur vote pour un parapluie ou un vélo6. De la même manière que le mouvement étudiant Yo soy 132# s’est posé comme porteur d’un « vote raisonné » contre le vote acheté ou manipulé des milieux populaires. Le cadrage de l’élection de 2012 est en cela profondément articulé à des représentations et imaginaires des classes moyennes sur les milieux populaires.

L’affaire des cartes « Soriana »

11L’affaire des « tarejatas Soriana » a été présentée comme la preuve de cet achat de vote massif. Au lendemain de l’élection, des centaines de personnes – d’après les photos surtout des femmes – se sont rendues dans des magasins de la chaîne de supermarchés avec des cartes prépayées qui avait été distribuées par le PRI (image 14). Sur l’image 15, on voit Peña Nieto en caissier de Soriana en train de facturer « Le Mexique » avec le message « Achat de voix » qui s’affiche sur la caisse enregistreuse. Ceci met indéniablement en lumière les liens de collusion entre entrepreneurs et le PRI ; Soriana ayant sans doute ainsi fait de juteux bénéfices.

12Que dire des personnes porteuses de ces cartes ? La question est complexe et peut-être décomposée en plusieurs temps :

  • 7 De plus, le recours à des bons d’achats, des cartes prépayées ou des cartes de fidélité était déjà (...)

131. les personnes étaient-elles extérieures aux réseaux du parti ou rétribuait- on ainsi des militants engagés dans la campagne7 ?

142. comme l’ont souligné de nombreux auteurs, la matérialité de l’échange ne garantit en rien l’issue du vote [Auyero, 2003 ; Garrigou, 2002]. Certes, ces personnes ont reçu une carte Soriana mais ont-elles voté pour le PRI alors qu’elles ne l’auraient pas fait ?

  • 8 Voir son arrêt : http://portal.te.gob.mx/sites/default/files/SUP-JIN-359-2012.pdf consulté le 15 se (...)

153. si on part du principe que ces personnes étaient achetées et qu’elles ont voté en conséquences, ceci a-t-il affecté le résultat de l’élection ? Le Tribunal électoral a jugé que non et a validé l’élection de Peña Nieto8, l’achat de vote massif n’ayant pu être prouvé.

Image 16

Image 16

Image 16. Le crime parfait selon les opposants à Peña Nieto.

Haut de page

Notes

1  Pour José Antonio Crespo, sans entrer dans le débat de savoir s’il y a eu fraudes ou non et, en respectant le principe simple « le gagnant d’une élection est celui qui a obtenu la majorité relative des voix plus une voix », il est impossible de déterminer qui a été le vainqueur. Cf. Crespo [2008]. Pour plus de détails sur ces élections, voir notamment Combes [2009] et les dossiers suivant : [Desacatos, 2007 ; Problèmes d’Amérique latine, 2007, El cotidiano, 2007]. Pour une analyse de la mobilisation post-électorale voir Combes [2010].

2  Le Mexique étant un état fédéral, il existe des institutions spécifiques pour chaque état fédéré avec cependant un cadre juridique propre mais qui participe bien de la structuration de champ professionnel.

3  Ces irrégularités ont un statut très variable mais entraînent la nullité de l’élection dans le bureau de vote : procès verbal mal rempli, président du bureau absent ou ayant changé pendant la journée…

4 Les schémas interprétatifs sont continentaux [voir l’introduction de ce dossier].

5 Ce mouvement d’étudiants d’universités privées a émergé en mai 2012 dans la phase finale de la campagne. Il remettait notamment en cause le traitement médiatique de cette dernière : traitement très favorable à Peña Nieto.

6 Plusieurs années de travail sur le terrain dans Mexico et sa banlieue tendent à invalider empiriquement une telle perception. Voir Combes, Vommaro [2012].

7 De plus, le recours à des bons d’achats, des cartes prépayées ou des cartes de fidélité était déjà des pratiques courantes, au moins depuis 2009, aussi bien au PRI, au PRD et Pan. Je remercie Bernardo Mora, étudiant du master de sociologie politique comparée de Sciences-Po Paris, d’avoir attiré mon attention sur cette question suite aux élections de l’État de Mexico en 2009 et de m’avoir fourni des documents des trois partis faisant références à ces bons d’achat et cartes de fidélité.

8 Voir son arrêt : http://portal.te.gob.mx/sites/default/files/SUP-JIN-359-2012.pdf consulté le 15 septembre 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Image 2
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Image 3
Légende Images 1 à 3. Ces trois illustrations sont tirées de Bandera le journal du Pan (image 1 : Epoca IV, n° 5, septembre 1950 ; image 2 et 3 : Epoca IV, n° 10, avril 1951). La contestation des élections se fait sur un registre qui perdurera jusqu’à la fin du xxe siècle. Elle reprend le slogan de Madero, « Suffrage effectif et non réélection », la demande du le respect du vote, la dénonciation des fraudes et la dénonciation du caciquisme (thème qui tend à s’atténue dans les années 1980 sauf dans quelques régions comme le Guerrero).
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Image 4
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Image 5
Crédits Sources. Archives « Affiches du PRD », Fondación por la democracia. José Carlo González, www.jornada.unam.mx/1999/mar99/990317.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-5.png
Fichier image/png, 123k
Titre Image 6
Légende Image 6. Publicité du PRD diffusée dans la Jornada lors de l’élection du gouvernement de l’État de Mexico en 2009. On peut lire « Même si on distribue de la vaisselle et du ciment, signe pour le PRD ». Cette élection marque un tournant. La dénonciation de l’altération des suffrages ne se fait plus sous l’étiquette de luttes contre les fraudes (schéma dominant en 2006) mais celle de la lutte contre le clientélisme.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Image 7
Légende Image 7. Il s’agit de la couverture d’un numéro de Desacatos, une revue académique mexicaine d’anthropologie sociale. Ce numéro sur « le clientélisme en débat » a été coordonné par Marguerite Bey et Hélène Combes, préparé au cours de l’année 2010 et sorti en 2011 dans le contexte pré-électoral. Cette photo- graphie a été prise lors d’un meeting du candidat du PRI à la présidence de la République, Roberto Madrazo, en 2006. On peut voir des gens issus de milieux populaires qui tentent d’attraper du pop-corn offert par le PRI. Les coordinatrices du numéro avaient fait part de leur véto pour l’usage de cette photo en couverture. Non seulement elle résumait pour elles une vision des relations politiques qu’elles remettaient en cause dans le volume (l’idée d’un échange de vote contre de la nourriture) mais, de plus, elles considéraient qu’il était problématique qu’un parti spécifique soit identifiable. Malgré ce veto, la photo a été retenue. Cette anecdote apparaît comme significative de l’existence d’un cadrage pré-existant à l’élection de 2012 dans le milieu académique et expert.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Image 8
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Image 9
Légende Images 8 et 9. Ces images condamnent une campagne qui aurait été marquée par un afflux massif d’argent et l’achat de votes. Sur la première, on peut voir un avion aux couleurs du PRI et au nom d’Enrique Peña Nieto inonder le pays de billets. Leonardo Valdes, le 1er conseil de l’IFE, reste aveugle à cette déferlante.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Image 10
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Image 11
Légende Images 11 et 12. L’image 11 montre des gadgets distribués durant la campagne de Peña Nieto parmi lesquels des objets d’une certaines valeurs comme les vélos (sont-ils distribué ou servent-ils aux militants du PRI pour le porte-à-porte ?). L’image 12 parodiant les largesses du PRI affirme « Profites-en Le PRI offre des gringas ! »
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Image 13
Légende Image 13. « Merci pour tes cadeaux mais je voterai pour López Obrador ».
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Image 14
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Image 15
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Image 16
Légende Image 16. Le crime parfait selon les opposants à Peña Nieto.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/1014/img-15.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Combes, « Représentations de « l’achat de vote » au Mexique. D’une élection contestée à l’autre », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 143-152.

Référence électronique

Hélène Combes, « Représentations de « l’achat de vote » au Mexique. D’une élection contestée à l’autre », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 26 décembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/1014 ; DOI : 10.4000/cal.1014

Haut de page

Auteur

Hélène Combes

Hélène Combes est chargée de recherche au CNRS, rattachée au au Ceri-Sciences-Po Paris. Elle est l’auteur de l’ouvrage « Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique » publié aux éditions Karthala en 2011. Elle a coordonné récemment, avec plusieurs de ses collègues, les numéros de revue : « Enquêter dans les partis », RIPC, Vol. 17, n° 4, 2010 ; « Observer les mobilisations », n° 93, 2011 ; “El clientelismo a debate”, Desacatos, n° 36, 2011 (http://www.ciesas.edu.mx/desacatos/ini.html). Elle enseigne à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne et à Sciences Po Paris. Avec Olivier Dabène, elle est responsable de la spécialité « Amérique latine » du master de sociologie politique comparée de Sciences-Po Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org