Navigation – Plan du site
Dossier. Le clientélisme en situation : échanges politiques, politisation et conflits moraux

Implantation locale et relations clientélaires. Le cas du Parti des travailleurs à Brasilia

Local implantation and patron-client relations. The case of PT in Brasilia
Implantación local y relaciones clientelares. El caso del PT de Brasilia
Daniella Rocha
p. 123-140

Résumés

Cet article se propose de revisiter la problématique clientélaire au Brésil à partir d’une étude empirique menée auprès des militants du Parti des travailleurs (PT) dans la région de Brasilia, le district fédéral. Partant du principe que la forme petista se développe inégalement dans le territoire brésilien, cet article apporte des éléments illustratifs pour montrer comment une forme partisane porteuse d’un projet sociétaire modernisateur se développe concrètement au niveau local – en l’occurrence dans les périphéries de Brasilia. Cette étude de cas illustre un questionnement plus général. Le PT est né sous la forme d’un projet partisan modernisateur se positionnant en rupture par rapport à la politique traditionnelle. Pourtant, nous cherchons à montrer que le développement de cette forme partisane au niveau local n’a pas été étranger au phénomène clientélaire. Cette dimension paradoxale du petismo à l’égard de l’échange clientélaire nous permettra d’illustrer la complexité de cette problématique dans le Brésil actuel et de réfléchir en même temps sur la pertinence d’une analyse en termes de clientélisme dans ce contexte empirique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un bilan sur ce point, voir notamment Briquet [1997] ; Briquet, Sawicki [1998] ; Combes [2011( (...)
  • 2 Sur l’idée du sous-développement du système politique brésilien, voir notamment Mainwaring [1995].

1Le clientélisme est longtemps resté associé à l’idée de sous-développement1, de « retard » de modernisation ou a encore été considéré comme le « reliquat » d’une vie politique traditionnelle antérieure. Selon cette perspective, les études sur les relations politiques locales en Amérique latine en général, et au Brésil en particulier, ont été marquées par ce regard normatif interprétant le clientélisme comme un élément constitutif, voire consubstantiel, du cadre politique latino-américain et comme une des causes du sous-développement2 de ces systèmes politiques.

  • 3 Mais aussi le patrimonialisme ou le « colonélisme ». Sur les traits traditionnels et patrimonialist (...)
  • 4 Sur l’engagement des intellectuels brésiliens, voir Pécaut [1989].
  • 5 Nous nous situons ici dans la lignée de J.-L Briquet qui montre l’importance de s’intéresser à la m (...)
  • 6 On retrouve ici une situation assez traditionnelle de l’émergence d’un nouveau « marché politique » (...)

2Jusqu’au milieu des années 1980, le clientélisme3 a constitué un thème d’études privilégié pour des politistes brésiliens et brésilianistes soucieux d’expliquer les bases traditionnelles de la politique au Brésil. Il était alors question, pour des générations successives d’intellectuels impliqués dans l’émergence du Brésil moderne4, de déceler « l’obstacle » que constituait le clientéliste à la modernité et de donner ainsi des moyens pour rendre possible la modernisation du pays5. Dans le champ politique, parallèlement, ce terme a largement été diffusé, approprié et instrumentalisé par les acteurs politiques eux-mêmes. Cette question est le leitmotiv des acteurs (collectifs et individuels) désireux de s’affirmer comme une alternative au modèle relationnel clientéliste6.

  • 7 Parmi ces indicateurs, on pourrait notamment évoquer : la tendance à la modération du multipartisme (...)
  • 8 Implicitement donc contrairement aux expériences antérieures qui auraient été soit limitées soit so (...)
  • 9 Nous signalons, que dans un souci de nous démarquer de l’utilisation militante de la notion du clie (...)

3Dans la période post-transition démocratique entamée à la fin des années 1980, on observe toutefois un certain changement dans le traitement de la question clientéliste. Engagés dès lors dans l’affirmation de la « consolidation de la démocratie » récemment réinstaurée, les politistes brésiliens ont tourné leur attention vers le fonctionnement des institutions démocratiques et de leurs « avancées », au détriment de l’étude de la politique locale. Contrairement à la période antérieure, il s’agissait alors de valoriser, par exemple, l’aspect « progressiste » du nouveau cadre constitutionnel (1988) ou de chercher des indicateurs du processus en cours de consolidation de la démocratie7. Loin des problématiques de la politologie néo-institutionnaliste dominante aujourd’hui au Brésil, le débat sur le clientélisme reste maintenant plutôt confiné à la sphère militante. S’intéresser aujourd’hui au clientélisme au Brésil a plusieurs implications. Premièrement, cela signifie donc de se placer à contre-courant des débats en vogue dans la science politique nationale. Deuxièmement, cela implique d’être associé à un certain anachronisme puisque le clientélisme serait un problème du passé et, de ce fait, résolu. Troisièmement, cela renvoie à un discours militant, le terme clientélisme faisant désormais partie d’un lexique fortement associé au jargon politico-militant. Quatrièmement, en ce qui concerne le Parti des travailleurs, c’est aussi rompre en partie avec des analyses antérieures sur ce parti. Ainsi Margaret Keck, dans son livre [Keck, 1991] considéré aujourd’hui comme une référence, met en avant « la différence petista », seul parti selon elle ayant été capable de rassembler de grandes masses populaires8. La perception savante de l’exception petista a été renforcée par les travaux de Rachel Menguello [Meneguello, 1989] qui a mis l’accent sur le principe de la démocratie interne qui se trouverait au fondement du fonctionnement de la machine partisane du PT et qui reposerait donc sur la forte implication de ses militants. S’intéresser au clientélisme implique donc d’être à rebours du discours savant et militant sur ce parti. Pour conclure, la forte charge morale conférée à ce débat, tant dans le champ scientifique que politique, fait obstacle à un retour analytique sur le fait clientélaire. Pourtant, à notre sens, les relations clientélaires9 semblent constituer un cadre relationnel qui structure la vie politique de ce pays.

  • 10 Sur l’Argentine, voir la thèse de Gabriel Vommaro : Vommaro [2010]. On peut ainsi en prendre pour p (...)
  • 11 Nous nous situons en cela dans la lignée des travaux sur l’approche localisée des partis politiques (...)
  • 12 Cet article s’appuie sur un vaste travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat. (...)

4C’est aussi probablement en raison de cette structuration nationale du débat que le renouveau de l’intérêt universitaire par le clientélisme a moins touché le Brésil que d’autres pays d’Amérique latine10. Néanmoins, certaines des réflexions développées depuis la fin des années 1990 dans les travaux sur les relations clientélaires soulèvent des éléments heuristiques pour réinterroger certaines modalités d’échange politique [Combes, 2011(b)] dans le Brésil contemporain. Dans cet article, il s’agira donc de revisiter la problématique clientélaire au Brésil à partir d’une étude empirique menée auprès des militants du Parti des travailleurs (PT) dans la région de Brasilia, le district fédéral (DF). Partant du principe que la forme petista se développe inégalement dans le territoire brésilien, cet article apporte des éléments illustratifs pour montrer comment une forme partisane porteuse d’un projet sociétaire modernisateur se développe concrètement au niveau local11 – en l’occurrence dans les périphéries de Brasilia12. Cette étude de cas illustre un questionnement plus général. Le PT est né sous la forme d’un projet partisan modernisateur se positionnant en rupture par rapport à la politique traditionnelle. Pourtant, nous cherchons à montrer que le développement de cette forme partisane au niveau local n’a pas été étranger au phénomène clientélaire. Cette dimension paradoxale du petismo à l’égard de l’échange clientélaire nous permettra d’illustrer la complexité de cette problématique dans le Brésil actuel et de réfléchir en même temps sur la pertinence d’une analyse en termes de clientélisme dans ce contexte empirique.

Historique de l’implantation du PT à Brasilia

  • 13 Jusqu’alors l’implantation électorale petista était assez concentrée dans les localités les plus in (...)

5Né en 1980, de la fusion de différents mouvements sociaux et groupes politiques, c’est à partir des années 1990, que le PT a commencé à obtenir des résultats électoraux significatifs. Au milieu de cette décennie, le Parti des travailleurs s’est implanté peu à peu sur l’ensemble du territoire brésilien. Alors qu’à cette époque Lula accumulait encore des échecs dans la course présidentielle, son parti progressait à différentes échelles : croissance électorale tendant vers un plus grand équilibre national13, augmentation de sa représentation au niveau du législatif national, conquête des premières expériences de gouvernement dans les états fédérés et expansion de ses bases militantes.

6À Brasilia, cette expansion était tout à fait significative. De 1995 à 1998, suite à la victoire de Cristovam Buarque, le PT occupait, pour la première fois, le gouvernement d’une unité fédérative du pays. C’est dans ce contexte d’élargissement de la participation petista dans les espaces institutionnels et d’expansion de son implantation électorale, que nous avons entamé notre enquête sur ce parti. Au fil de notre travail de terrain, un premier constat s’est imposé : à Brasilia, le succès électoral du PT est allé de pair avec une expansion du nombre de ses adhérents. Célébrée par les dirigeants, l’idée de cette expansion était en revanche vécue avec un certain malaise dans les espaces de vie militante du PT local. Lequel malaise était notamment lié à une suspicion, non avouable publiquement, et qui semblait ronger certaines fractions du militantisme petista : le déroulement d’un processus de recrutement massif d’adhérents peu compatible avec les principes du « bon » militant préconisés dans les documents fondateurs du parti. Intéressée par l’observation des pratiques locales d’affiliation au PT, la recherche que nous avons menée en différents contextes temporels a permis, entre autres choses, de vérifier in situ le bien fondé des supposions d’un recrutement massif et non-militant d’adhérents partisans.

  • 14 Début de l’année 2000.
  • 15 En 2005, notamment, lorsque nous sommes revenue sur le terrain avec un protocole d’enquête de plus (...)

7Dans un premier temps14, une enquête élargie par questionnaires et entretiens semi-directives dans les différentes localités (régions administratives) du DF nous a permis de dresser un premier panorama des pratiques d’adhésion au PT dans le district fédéral (le PT/DF). Dans des étapes ultérieures15, l’investigation en profondeur (ethnographique essentiellement) dans trois villes satellites (Samambaia, Santa Maria et Ceilândia) sélectionnées à partir des résultats précédem­ment obtenus nous a ouvert les portes de l’observation « au microscope » des mécanismes ambivalentes de l’adhésion au PT dans les quartiers populaires de Brasilia. La confrontation des résultats obtenus à chaque étape va dans le sens de la confirmation de notre hypothèse : l’existence d’un processus, amorcé au milieu des années 1990, de diversification des pratiques d’adhésion au sein du PT. Cette diversification s’est caractérisée tout particulièrement par l’introduction de modalités d’adhésion qui s’inscrit dans un modèle d’échange individualisé entre leaders et nouveaux adhérents. Un modèle qui contrastait fortement avec les paramètres plus conventionnels de l’adhésion au Parti des travailleurs, comme nous allons le voir.

Les différentes modalités d’adhésion au PT/DF

  • 16 Hormis ces trois formes matricielles de l’adhésion au PT/DF, l’échantillon a révélé l’existence d’u (...)

8Afin de saisir l’éventuel recours ou l’éventuelle émergence de relation clientélaire, il est nécessaire d’identifier les mécanismes en œuvre au niveau du recrutement militant au sein du PT. Depuis le milieu des années 1990, on peut identifier trois principales modalités d’adhésion au Parti des travailleurs : (1) l’adhésion par des liens politico-collectifs ; (2) l’adhésion par des liens politico-individuels ou des liens personnels-privés ; et finalement (3) l’adhésion par contrainte ou imposition16. Les deux premières modalités d’entrée (par liens politico-collectifs et par liens politico-individuels), ont en commun de faire apparaître l’importance des réseaux de sociabilité proches du PT liés aux syndicats et aux mouvements populaires.

Une adhésion dans la continuité du militantisme d’antan

  • 17 Ce qui correspondait à environ 50 % au début des années 2000, d’après un échantillon aléatoire étab (...)
  • 18 Cela étant dit, tous les acteurs entrés au PT par cette voie ne finissent pas par se convertir à la (...)
  • 19 Pour éviter de nous dévier de l’objet central de cette communication, nous ne développerons pas ici (...)

9Le premier type d’adhésion constitue la modalité d’entrée la plus transversale dans le temps et qui concerne différentes générations de militants. Il est particulièrement caractéristique des petistas dont les stratégies d’affiliation et les choix d’adhésion se façonnent dans le continuum des pratiques militantes développées dans des réseaux militants contigus (ou antérieurs) au PT. Dans ce cas, le rapprochement « politique » du futur adhérent auprès de groupes ou d’acteurs individuels positionnés dans le réseau de départ et dans le PT est le vecteur par excellence de la démarche d’adhésion. Même si l’intervention d’acteurs individuels dans la « prise de contact » des futurs adhérents avec le milieu petista tend à avoir un rôle important dans ce processus, la dimension collective du lien à des réseaux politiques préalables (mouvements populaires, syndicats, etc.) apparaît comme la condition essentielle de l’adhésion. Les acteurs ayant effectué ce type d’adhésion17 ont suivi la démarche de politisation la plus conventionnelle chez les petistas : dans des réseaux militants (syndicats, mouvements populaires, etc.) et dans les cercles de sociabilité formels ou informels (amis, collègues de travail, école, etc.) qui leur sont sous-jacents, les futurs petistas ont initié, ou donné suite, à une certaine socialisation politique qui a favorisé le rapprochement et les a amenés à fréquenter le milieu petista. D’abord informellement, ces futurs adhérents se sont peu à peu familiarisés avec le petismo au sein des unités partisanes de base (les noyaux de base ou les tendances internes notamment) ; l’aboutissement de leur démarche étant l’inscription formelle au parti. On aura en outre constaté qu’il s’agit de la démarche type adoptée par les adhérents qui ont effectivement suivi un engagement militant18 « pratique » dans les espaces de vie du parti19.

Adhérer avec/pour la famille, les amis

  • 20 Cela n’exclut pas la dimension stratégique (au sens de la recherche d’avantages) du futur adhérent.

10La deuxième forme d’adhésion, par des « liens politico-individuels », a également lieu à partir de la fréquentation de réseaux de sociabilité contigus au PT. Mais à la différence de la première modalité, elle se caractérise par l’établissement de relations politiques essentiellement personnalisées entre les futurs adhérents et des petistas plus ou moins établis, plus ou moins en position de leadership. La politisation petista relève, dans ces cas, de démarches de cooptation de la part d’un leader20. En revanche, la composante militante – en termes de pratiques militantes développées préalablement par le futur adhérent – est plutôt faible dans ce type de contexte d’adhésion. Si dans la première forme d’adhésion, la caractéristique essentielle était l’engagement « pratique » des acteurs dans des réseaux collectifs, ici les adhérents sont arrivés au PT à partir de la constitution de relations personnalisées au sein de leurs réseaux de sociabilité d’origine où des rapports d’échange de crédits et de dettes (sous la forme de faveurs et services notamment) mutuels sont tissés entre les acteurs.

  • 21 La relation clientélaire est donc définie comme l’échange réciproque de biens et/ou services entre (...)
  • 22 Les seules données quantitatives concernent celles obtenues dans la première étape de notre enquête (...)

11On semble arriver là à l’essence des relations clientélaires, qui reposent dans une large mesure sur une confusion entre domaines public et privé et qui sont à l’origine des pratiques patrimoniales d’échange social. Il semble bien que les adhérents s’étant inscrits au parti de cette façon tendent à développer une relation de clientèle (échange de faveurs, de dons ou d’autres formes de rétribution symbolique ou matérielle)21 avec certains leaders (ou aspirants à devenir leaders) à l’intérieur du parti. À la différence, encore une fois, de la première modalité d’adhésion, qui se maintient dans le temps, la modalité d’entrée par des liens politico-individuels correspond uniquement à la deuxième moitié de l’histoire du PT à Brasilia. En ce qui concerne la première génération des petistas, aucune trace de cette modalité d’entrée dans le parti n’a été retrouvée. Autre particularité : ce mode d’adhésion, qui concerne près d’un tiers des adhérents22, est essentiellement circonscrit à des zones défavorisées du district fédéral.

  • 23 La composante personnelle peut être fortement présente dans les autres contextes d’adhésion. Dans c (...)
  • 24 Il est cependant nécessaire de rester prudent. La domination propre à la relation clientélaire peut (...)

12Quantitativement moins représentatifs de la politisation petista – et pourtant révélateurs de la variété de situations pouvant être à l’origine du lien des adhérents avec le PT/DF une autre configuration d’adhésion au PT/DF été mis au jour au cours de nos enquêtes. L’adhésion par des « liens personnels-privés » apparaît comme le fruit de démarches réalisées grâce à la médiation directe ou indirecte d’acteurs partisans personnellement liés aux futurs adhérents. Plus précisément, c’est dans cette modalité type d’adhésion que s’inscrivent des acteurs dont l’entrée dans le parti est justifiée par le fait de « soutenir » un proche : par exemple, des mères qui ont adhéré à la demande de leur enfant ou encore des époux qui se sont inscrits « par solidarité » envers leur conjoint. On se trouve là devant une logique d’adhésion essentiellement privée pour laquelle c’est la proximité personnelle à un petista qui constitue le vecteur primordial de l’adhésion23 et qui concerne 13 % du total des adhérents rencontrés. Le développement de cette modalité type d’adhésion objective un phénomène de transposition de relations personnelles des cercles privés des acteurs vers l’organisation partisane. La faible variation de l’évolution de ce type d’adhésion auprès des diverses générations d’adhérents montre que, moins qu’une tendance récente, il s’agit d’un phénomène transversal à l’histoire du parti. En ce sens, plutôt qu’un phénomène nouveau lié à des tendances supposées générales de déclin des composantes « politiques » du militantisme au profit du renforcement des réseaux personnels, l’adhésion par des liens familiaux ou amicaux, semble constituer une dynamique originelle et structurante de l’implantation petista dans le DF. Bien qu’établies à partir des relations personnelles, les adhésions construites dans ce type de contexte s’éloignent des liens clientélaires classiques, étant donné l’absence (ou au moins la carence) de l’élément « échange de biens politiques » comme facteur de l’adhésion. De même, dans ce mode d’entrée, on n’observe pas nécessairement une situation d’asymétrie sociale, généralement entendue comme condition des relations clientélaires, découlant d’une infériorité et d’une supériorité des statuts sociaux des parties dominée et dominante, respectivement, de la relation politique24.

Adhérer sous la contrainte

  • 25 Cette « adhésion par contrainte ou par imposition » correspond à des contextes très spécifiques où (...)

13Il n’en va pas de même pour notre troisième modalité d’adhésion que nous qualifierons « d’adhésion par contrainte ou par imposition »25. Repérée au cours de nos enquêtes, tout en étant le moins important numériquement, cette modalité permet d’observer de façon assez percutante l’impact de l’ascension du parti aux instances de pouvoir local sur les bases d’adhérents. En effet, on a identifié cette modalité uniquement auprès des adhérents entrés dans le PT au cours de l’expérience petista au gouvernement local (1995-1998). Ainsi, ce mode d’accès au petismo concerne des acteurs qui ont indiqué très précisément avoir subi des pressions explicites de leur supérieur hiérarchique sur leurs lieux de travail – notamment dans des emplois précaires au sein même d’administrations locales ou régionales. Elles pouvaient aussi émaner du voisinage : des leaders communautaires locaux par exemple. Une autre situation également illustrative de ce rapport au parti concerne l’expérience de deux adhérents interviewés, qui ont déclaré n’avoir jamais su qu’ils étaient adhérents du Parti des travailleurs. Ces personnes, issues de milieu populaire, ont vraisemblablement été inscrites par des leaders partisans locaux en quête d’élargissement de leurs bases internes et des différents avantages pouvant dériver de cette situation (possibilité de négociation, pouvoir de pression interne, etc.).

14Faisant usage de l’autorité liée à leurs positions de pouvoir au sein de l’administration petista de l’époque – et de leur pouvoir effectif dans l’attribution de postes subalternes – des leaders partisans locaux ont donc enrôlé, par la contrainte, des « recrues » particulièrement « vouées » à l’obéissance. La dimension explicite de l’imposition de l’adhésion de la part des leaders partisans locaux tend à distinguer cette modalité d’adhésion d’une relation clientélaire conventionnelle. S’agissant de situations où, d’après les enquêtés, l’obligation d’adhésion est explicite sous la forme de chantages directs, il semble préférable d’analyser ces situations comme une modalité d’adhésion différente de celles qui ont été mentionnées jusqu’à présent. À notre sens, cette modalité conserve une spécificité qui la singularise de la relation classique du clientélisme où les rapports de domination ou d’obligation mutuelle sont plus subtils, plutôt implicites qu’explicites et où on suppose une certaine complicité de la part du dominé. Il s’agit ici d’une modalité d’adhésion essentiellement associée à la position du parti en situation de gouvernement. Ainsi, elle illustre avec acuité les « effets pervers » de l’exercice du pouvoir. En effet, la totalité des inscriptions au parti dans des contextes d’adhésion par imposition ou contrainte ont eu lieu au cours du mandat gouvernemental du PT. Inauguré durant l’expérience gouvernementale, ce nouveau type d’adhésion au PT/DF – qui ne peut être interprété comme une tendance généralisée ou dominante du petismo brasiliense, elle représentait 4,2 % des cas dans l’enquête menée en 2000 – s’est développé de façon assez localisée territorialement. Loin de s’exprimer dans l’ensemble de la configuration partisane, les adhérents ayant été inscrits au parti via cette modalité se concentrent dans les parties périphériques du district fédéral, notamment dans des régions administratives défavorisées où le PT était faiblement implanté.

15Le panorama dressé plus haut autorise à avancer quelques conclusions préliminaires. Tout d’abord, on observe que l’entrée dans le parti suite à des engagements collectifs préalables (associatifs, syndicaux, contestataires) demeure le principal mode d’accès au parti à Brasilia. Ceci a structuré la morphologie du PT/DF depuis les premières générations d’adhérents. On observe, par ailleurs, qu’à côté de cette modalité principale d’adhésion, l’entrée dans le PT/DF a toujours reposé, pour une petite partie de ses membres, sur le prolongement des réseaux de sociabilité familiale ou amicale. Un constat tout aussi important concerne la deuxième moitié de l’histoire de ce parti. L’accès à des positions de pouvoir à l’échelle locale et régionale débouche sur de nouvelles modalités d’adhésion. Nous l’avons vu : celles-ci s’inscrivent dans des cadres relationnels dyadiques fort asymétriques établis entre leaders partisans locaux et individus a priori peu disposés à l’engagement petista.

Reconfigurations locales du petismo : liens clientélaires et expansion des adhésions dans les périphéries populaires de Brasilia

16Nous allons maintenant nous arrêter sur quelques exemples concrets de ces nouvelles générations de petistas peu disposés à l’engagement militant et qui semblent être l’expression du développement d’un rapport de clientèle propre à l’expérience petista.

  • 26 Alors, le principal représentant des groupes politiques conservateurs de la région.

17L’expansion des adhésions au PT/DF de la fin des années 1990 s’est vérifié de façon marquante dans les villes satellites les moins favorisées de Brasilia, et notamment dans celles créées à partir des assentamentos (lotissements) distribués par l’ancien gouverneur Joaquim Roriz26 et principal adversaire du PT local. Quel constat peut-on dresser ? D’abord celui de l’existence de plusieurs formes d’« adhésion provoquée » – soit par contrainte, soit par relations politico-individuelles, soit par liens personnels-privés. À celles fabriquées au sein du noyau familial, s’ajoutaient des adhésions réalisées sous les auspices d’un voisin ou d’un collègue de travail.

« Je me suis inscrit juste parce qu’un ami à moi, un voisin ici, qui est du PT avait besoin d’adhésions. » Marcos B., Santa Maria (DF).

  • 27 Vente d’ustensiles domestiques. La profession déclarée était celle de « camelot ».

18Originaire de l’état du Minas Gerais et arrivé dans le district fédéral en 1980, Marcos B., qui avait 41 ans au moment de l’enquête, était domicilié à Santa Maria, où il avait bénéficié – durant le gouvernement de Joaquim Roriz – de la concession d’un terrain pour la construction de son logement. Marcos, marié et père de deux enfants, travaillait dans le secteur informel ; après une longue période de chômage, il s’était lancé depuis peu dans la vente ambulante27. La discussion menée, lors de l’enquête, avec ce petista de la nouvelle génération – son adhésion date de 1995 – n’a fait apparaître aucun élément discursif permettant de le rapprocher d’une culture politique de gauche, et encore moins d’une culture de parti. Que ce soit au niveau de son parcours individuel ou de son histoire familiale (aucun membre de sa famille ne présente, selon lui, un intérêt particulier pour la politique), rien n’indique une prédisposition particulière à l’engagement militant, ou politique de manière plus large. Malgré son adhésion, Marcos ne s’est jamais intégré dans les lieux de sociabilité du PT et certaines de ses réponses (et non réponses) signalaient l’absence de connaissance pratique de la vie interne du parti. Ses connaissances personnelles à l’intérieur du PT/DF étaient réduites à deux de ses voisins qui étaient engagés dans l’association communautaire du quartier.

  • 28 Marcos déclarait avoir assisté à une seule rencontre zonale du PT/DF.

19L’adhésion de Marcos B. au PT/DF, ainsi que le lien « mou » qu’il a entretenu avec ce parti par la suite (très faible en termes de participation28), s’inscrit dans une logique d’échange fondée sur des liens personnels. Étranger à la culture officielle de l’organisation à laquelle il appartient, Marcos, en entrant dans le petismo, semblait suivre une logique de « prestation de services », où le fait d’adhérer est considéré comme un service rendu à un voisin. Sans aucune forme d’attachement collectif, le lien d’interdépendance entretenu par cet acteur avec le PT/DF se concrétisait sous la forme d’un lien individuel noué avec un membre particulier du parti.

  • 29 Francisco R., domicilié à Samambaia, originaire de l’état de Goiás, marié, 1 enfant scolarisé en pr (...)

20Sous plusieurs aspects, l’exemple de Marcos B. ne peut être interprété comme un cas unique. Le faible engagement « pratique » des adhérents dans la vie partisane et l’absence d’affinité programmatique avec le petismo chez les nouveaux adhérents du secteur populaire, ont été assez récurrents dans les fiefs des adversaires du PT. Il était possible d’observer que pour certains de ces acteurs, plus qu’un attachement organisationnel « mou » ou un simple détachement de la cause partisane, il s’agissait d’un véritable éloignement, voire d’un refus, à l’égard de l’organisation et de la culture petista. « Je ne vote pas pour le PT. Pour dire la vérité j’ai voté pour Roriz. » Francisco R., Samambaia (DF)29.

  • 30 Ciro Gomes, du PSB (Parti socialiste brésilien).

21À différentes reprises, des adhérents non-militants ont mentionné ne pas avoir voté pour les candidats petistas lors des élections gouvernementales. Chez certains d’entre eux, le manque de « fidélité » électorale à l’égard du PT semble traduire, par-delà le manque d’affinité avec ce parti, une vision plus générale de discrédit du politique. C’est ce qu’on peut apercevoir dans les propos de Joana G., femme de ménage, âgée de 45 ans au moment de l’enquête, mariée et mère de trois enfants. Joana est originaire de l’état du Piauí, dans le Nordeste ; elle n’a pas terminé l’école primaire, n’a jamais été militante et a pourtant adhéré au PT/DF en 1998. Joana laisse comprendre que la politique ne l’intéresse pas et que ses options électorales ne s’alignent pas spécialement sur le PT. « La dernière fois j’ai voté pour Ciro [Gomes]30. […] Une fois on vote pour un parti, après on vote pour un autre… il n’y a pas de règle ».

22D’autres exemples extrêmes peuvent être évoqués. Consultés sur leurs candidats préférés pour les élections gouvernementales et présidentielles suivantes, certains adhérents ont exprimé de façon encore plus marquante l’antagonisme de leur choix électoraux à l’égard des consignes petistas. Revenons à la réponse donnée par João C., âgé de 52 ans au moment de l’enquête, qui travaillait comme agent de nettoyage et habitait dans la ville de Samambaia. João déclarait que « Pour Lula je ne vote pas du tout ». Dans un registre semblable, une adhérente, Regina S. déclarait à son tour : « Je crois qu’aucun nom du PT ne serait vraiment bon pour être candidat à la présidence de la République ». Aussi bien João C. que cette jeune femme célibataire de 27 ans, originaire du Piauí, immigrée à Brasilia à l’âge de 14 ans, ont adhéré au PT/DF en 1998, la dernière année du gouvernement du PT alors que la campagne pour la réélection se mettait en place.

23Ces derniers cas de figure présentent de nombreux éléments communs. Immigrants nordestinos fixés dans les localités périphériques du district fédéral, ces acteurs connaissent des situations socio-économiques plutôt instables, ils sont situés au bas de l’échelon de la hiérarchie sociale et sont faiblement dotés en ressources scolaires, professionnelles et culturelles. Ni eux ni de membres de leurs familles n’ont jamais développé de trajectoire militante et n’ont fréquenté, directement du moins, les espaces de mobilisation contestataire qui ont souvent constitué des bassins prioritaires du recrutement petista. De surcroît, l’adhésion de ces acteurs, qui se définissent comme peu attachés à la politique et qui s’identifiaient parfois aux groupes politiques adversaires du PT, ne semble renvoyer à aucune conviction idéologique ayant des affinités avec le programme du Parti des travailleurs.

  • 31 João C., par exemple, qui pendant le gouvernement du PT travaillait comme agent de nettoyage au siè (...)

24Interrogés sur les raisons de leur adhésion, ces quatre nouveaux petistas ont été unanimes à expliquer leur choix comme une forme de faveur accordée à une personnalité liée au PT local. S’il n’a pas toujours été simple d’identifier précisément les membres du parti que ces nouveaux adhérents ont cherché à favoriser par leur adhésion, on a pu remarquer qu’il s’agissait d’acteurs avec lesquels ils ont été en contact dans leur voisinage ou sur leur lieu de travail31. Devenus petistas pour répondre à des demandes exprimées par une « connaissance », un « voisin » ou un « collègue », ces acteurs décrivaient plutôt avec « spontanéité » et « naturel » leurs démarches d’adhésion. Cette franchise– qui dans un certain sens pourrait surprendre l’observateur extérieur – ainsi que l’« indifférence » avec laquelle ils ont évoqué leur démarche attirent l’attention sur quelque chose d’important : le fait d’avoir adhéré à un parti pour « rendre service » à quelqu’un était loin de constituer un acte à censurer ou illégitime de leur point de vue. La tendance à la « naturalisation » de cet acte semble montrer qu’il s’agit au contraire d’une pratique politique « socialement acceptée » dans le contexte où ils s’inscrivaient. Cela suggère d’autre part qu’elle ne se trouve pas véritablement en contradiction avec les conceptions plus larges du politique partagées par ces acteurs. Comme l’analyse, dans le cas argentin, Javier Auyero dans son chapitre « le point de vue clientélaire », « ce qui apparaît de l’extérieur comme un échange de faveur, est vu de l’intérieur comme de très nombreuses autres choses » [Auyero, 2001, p. 169] : attention de la part d’un voisin, gratitude ou signe d’amitié. Les intermédiaires sont vus comme « des personnes bien, qui aident, qui se sacrifient » [Auyero, 2001, p. 178] qui méritent que l’on maintienne « une relation d’amitié » avec eux.

25La « logique de service », qui apparaît ici à l’origine de cette modalité d’adhésion partisane, est souvent signalée dans des descriptions rapides de la culture politique brésilienne pour désigner l’existence et la survivance du clientélisme dans ce pays. Plutôt que d’accepter le point de vue normatif qui cherche à identifier le clientélisme à un reliquat d’un modèle politique traditionnel et à une « entrave » à la modernisation, il s’agit de reconnaître que ces pratiques d’échange social s’inscrivent dans des conceptions particulières de la dynamique politique qui sont élaborées et actualisées différentiellement, au long du temps, dans la société brésilienne. Si la notion de clientélisme doit être employée avec grande précaution, elle peut néanmoins être utile ici pour attirer l’attention sur l’ambivalence des relations personnelles qui ont caractérisé l’expansion du petismo dans certaines circonscriptions du district fédéral. On n’est pas étonné de constater que ces pratiques clientélaires se sont déployées avec une fréquence plus forte dans les régions administratives les plus récentes, parmi les plus marquées par la précarité de la question sociale et dont l’histoire politique n’offre pas d’exemples significatifs de mobilisation populaire. Les assentamentos créés pendant les différents mandats de Joaquim Roriz, sous la forme de concession de lots de terre urbaine à des populations immigrées dans la région ont constitué les lieux par excellence de l’expansion de cette forme d’adhésion au PT. Le contre-exemple offert par la région administrative de Ceilândia renforce cette dernière hypothèse. Dans cette localité, une des plus peuplées et des moins favorisées économiquement du DF et qui est à la fois non seulement une des plus anciennes mais aussi la plus marquée par une histoire de mobilisation et de résistance politique des communautés locales, les formes d’adhésion au PT de type clientélaire ont été très rares.

  • 32 Sur les jeux internes de pouvoir autour de l’affiliation de militants, voir les analyses d’Hélène C (...)

26En ce qui concerne les relations tissées dans les assentamentos entre les petistas au pouvoir et les nouveaux adhérents entrés dans le parti par une voie clientélaire, on a souvent remarqué, du côté de ces derniers, que l’adhésion au PT signifiait l’espoir d’obtenir des avantages matériels (un poste dans l’administration régionale, l’accès à une aide sociale, comme la Bolsa escola, etc.) en étant près d’un personnel politique qui occupait alors des positions de pouvoir. L’incohérence apparente de la conversion au petismo de ces acteurs visiblement sans attachement à l’organisation partisane s’explique ainsi en partie par leur inscription dans un jeu politique qui suppose la possibilité d’obtention de rétributions mutuelles. À l’autre extrême de la relation, chez les leaders petistas locaux, plus que l’« espoir » d’une rétribution indirecte future, les enjeux du recrutement de nouveaux adhérents évoquaient des avantages plus immédiats et particulièrement rentables au sein de l’organisation partisane. Le fait de recruter de nouveaux contingents d’adhérents constitue une source majeure de pouvoir partisan, susceptible de garantir la conservation ou bien l’élargissement du poids des leaders au sein de la hiérarchie du parti32.

27Certains effets de l’accession du PT au gouvernement du DF sur l’implantation du parti dans les localités périphériques de la région sont perceptibles à travers la constitution, par ces leaders petistas ancrés localement, de réseaux informels de pouvoir locaux. L’attribution à certains militants de postes dans les administrations publiques de la périphérie a contribué à la consolidation de leur leadership. Occupant des positions de pouvoir auprès de leurs communautés, ces leaders ont accumulé un important pouvoir de pression vis-à-vis des adhérents potentiels. Ces leaders locaux se trouvent à l’origine d’une campagne non officielle d’affiliation de nouveaux membres. Ce phénomène d’« adhésion en masse » – pour reprendre la désignation utilisée par les groupes qui l’ont dénoncé – est étroitement lié à la période inaugurée à la suite de l’ascension du PT à l’exécutif régional. Depuis 1995, ces adhésions en masse ont régulièrement eu lieu dans des moments très particuliers de la vie partisane, à savoir les périodes précédant les conventions du parti, lorsque des leaders petistas locaux investissaient dans un travail de recrutement dans leurs réseaux de sociabilité parallèles. Ce recrutement massif mené par les leaders locaux vise, avant toute autre chose, à rassembler des voix lors des conventions locales pour faire élire leurs groupes internes au sein de nouvelles directions, ou encore, pour garantir l’inscription de leurs noms sur les listes électorales (pour la Chambre législative locale).

28L’absence d’engagement militant observée parmi ces nouveaux adhérents, ainsi que leur versatilité électorale ou les formes de discrédit du politique (et du personnel politique) que certains d’entre eux ont pu exprimer, sont ressorties de l’expérience sur le terrain comme un aspect important pour la compréhension de la diversité des liens partisans mis au jour au sein du PT/DF. Le lien de départ établi par ces acteurs de la nouvelle génération avec les leaders petistas locaux au moment de leur adhésion semble s’actualiser sous la forme d’un lien partisan personnalisé, peu participatif et peu « enchanté », où la perspective d’obtention d’une rétribution matérielle joue un rôle central. Ces adhérents qui ont connu la politique sous le mode clientélaire et entrés dans le parti à la suite de l’ascension au gouvernement ont composé à partir de là une nouvelle facette du petismo brasiliense. S’ils ne correspondent pas à une fraction dominante du parti et s’ils sont plutôt circonscrits territorialement – dans les localités périphériques et appauvries de la région – ils composent toutefois une catégorie spécifique d’acteurs partisans, qui développent un rapport particulier avec l’organisation et se distinguent des formes plus conventionnelles du petista. Les bases petistas à Brasilia seront désormais caractérisées par la présence – à côté des militants plus ou moins participatifs et d’autres acteurs plus ou moins attachés à la cause partisane – de ces membres peu disposés au travail militant. Un cas de figure loin de l’image du militant petista fortement engagé.

29Pour saisir toute la complexité du développement des formes clientélaires d’adhésion dans le PT/DF, il importe donc de l’associer au contexte (temporel et territorial) dans lequel ce phénomène s’est propagé. L’introduction de nouvelles modalités d’adhésion au PT/DF dans la deuxième moitié de l’histoire partisane est indissociable de l’ascension de ce parti au gouvernement local. L’ouverture d’une offre inédite de postes subalternes de l’administration publique à des adhérents potentiels apparaît ainsi comme le phénomène catalyseur de cette diversification des modes d’entrée dans le parti. Le contrôle – dans les périphéries aussi bien de l’organisation partisane que de la configuration urbaine – de la répartition de ces postes par des petits leaders locaux constitue une autre dimension clé de ce processus.

30L’arrivée au gouvernement du PT a ainsi eu des effets durables sur une partie de l’implantation petista à Brasilia. 1995, qui correspond à l’ascension du parti au pouvoir local, semble démarquer une frontière temporelle centrale dans l’espace petista de Brasilia. 1995 ressort justement le point de démarcation d’une nouvelle période de l’histoire du PT à Brasilia : celle de la grande expansion des ses bases locales d’implantation.

31Du point de vue territorial, une frontière tout aussi marquante est repérable. Or ce processus d’expansion du petismo à Brasilia entamé en 1995 a pris des formes très inégales sur le territoire du district fédéral, ne touchant que faiblement les localités centrales de la capitale fédérale. Autrement dit, l’expansion du PT/DF à la fin des années 1990 s’est essentiellement traduite par une expansion du parti au sein des milieux populaires. Les nouveaux adhérents proviennent essentiellement de territoires nouveaux de l’implantation petista, et non dans les fiefs traditionnels de ce parti.

32Ces considérations nous permettent maintenant de mieux cerner le phénomène clientélaire dans le PT de Brasilia. On sait désormais, que ce phénomène concerne des localités précises, en l’occurrence celles où le « leader politique » local (Joaquim Roriz) et principal opposant du PT exerçait une influence politique hégémonique. Il s’agissait en outre des localités édifiées de toutes pièces (sous les mandats gouvernementaux successifs de J. Roriz) à partir d’une politique de don de lots de terres à des populations précaires ; des localités particulièrement marquées par une logique politique basée sur le don et le contre-don. Ce dernier aspect du problème exige néanmoins la considération d’un élément analytique supplémentaire. Bien que dans le cas étudié il s’agisse d’un phénomène circonscrit à des quartiers populaires, l’association entre le clientélisme petista et milieu populaire n’est ni complète, ni mécanique. Plus précisément, l’analyse plus fine et comparée de ces pratiques d’adhésion dans différentes localités de Brasilia nous a montré que certaines villes satellites tout aussi appauvries et périphériques de Brasilia ont échappé au phénomène de diffusion des pratiques clientélaires.

33C’est le cas de Ceilândia, évoqué plus haut, la principale ville populaire de Brasilia et premier collège électoral de la région. Fondé en 1970, cette ville satellite est marquée, malgré son passé récent, par une certaine « tradition » d’engagement politique, reposant notamment sur des réseaux militants associatifs localement et historiquement constitués. Absent des localités populaires qui, comme Ceilândia, ont développé un historique de mobilisations de résistance politique, le clientélisme petista émergeait sous cette double frontière, temporelle et territoriale ; se circonscrivant de façon très délimitée dans les localités préalablement marquées par un mode relationnel clientélaire. Le regard comparé sur les pratiques partisanes dans les diverses villes satellites de Brasilia permet d’affirmer que localement l’organisation petista tend à prendre des formes cohérentes avec les milieux sociaux dans lesquels elle se développe. Si à Ceilândia, le PT continue à se structurer dans le prolongement des anciens réseaux militants de quartier, à Samambaia ou à Santa Maria, où la vie politique locale est organisé dans un cadre d’échange clientélaire assez « conventionnel », les pratiques petistas locales tendent à actualiser ce schéma structurant.

34Loin de chercher à délimiter le caractère plus ou moins moderne du Parti des travailleurs, et encore moins d’affirmer si la société brésilienne aurait rompu ou non avec les traditions patrimonialistes, ce travail s’est contenté d’analyser comment, au cours de son expansion dans les années 1990, le PT s’est développé au niveau local dans les quartiers suburbains et populaires de Brasilia. Le développement des pratiques clientélaires composent une façade dissimulée de la forme petista dans ces quartiers de Brasilia. Le phénomène reste sans doute localisée et marginal par rapport au fonctionnement global du parti. Cependant l’identifier, l’analyser et le mettre en perspective comme nous l’avons fait permet de proposer une analyse plus sociologique de ce parti, idéalisé même par les universitaires. En effet, ce travail permet de déconstruire l’image conventionnelle du militant petista, toujours associé au modèle d’un engagement total et fortement encadré par l’appareil du parti. Comme nous l’avons vu, pour une partie des adhérents, leur militantisme partisan ne repose pas sur modalités collectives de l’engagement mais sur de liens interindividuels, des échanges asymétriques avec des leaderships locaux. Il s’agit donc d’une génération peu encline à développer des liens partisans plutôt structurés.

  • 33 L’exemple le plus minutieusement étudié dans le cas brésilien est celui du « chaguismo » du PMDB (P (...)

35Remarquons toutefois que les phénomènes examinés ici ne peuvent être entièrement assimilés à un modèle de « clientélisme de parti » au sens strict, caractérisé par une véritable soumission des machines partisanes au service de ses plus importants dirigeants (ou « chefs »)33. Dans le cas du PT à Brasilia, il n’est pas inutile d’insister encore, c’est plutôt dans les marges de l’organisation que s’opère ce type d’instrumentalisation des ressources organisationnelles de la part des petits leaders, dans leur quête pour des nouveaux adeptes. Rappelons notamment que ces pratiques diffuses de recrutements massif étaient non seulement déconnectées du centre partisan et des acteurs occupant des positions centrales dans l’organisation, comme peu cohérent avec la culture partisane toujours cultivée dans les espaces de vie du militantisme petista.

Haut de page

Bibliographie

Auyero Javier, Politica de los pobres, Buenos Aires, Manantial, 2001.

Briquet Jean-Louis, La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.

Briquet, Jean-Louis, « Les formulations savantes d’une catégorie politique. Le clientélisme et l’interprétation sociohistorique du cas italien », Genèses, n° 62, 2006, p. 49-68.

Briquet Jean-Louis, Sawicki Frédéric (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Puf, 1998.

Combes Hélène, Faire parti. Trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Karthala, 2011(a).

Combes Hélène, “El clientélismo a debate”, Desacatos, n° 36, Mayo-Agosto 2011(b), p. 13-32.

Diniz Eli, Voto e máquina política. Patronagem e clientelismo no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1982.

Faoro Raymundo, Os donos do poder: formação do patronato político brasileiro, (1958), Rio de Janeiro, Globo, 1973.

Figueiredo Argelina Cheibub, Limongi Fernando, « Mudança constitucional, desempenho do legislativo e consolidação institucional », Revista Brasileira de Ciências Sociais, année 10, n° 29, 1995, p. 175-200.

Garrigou Alain, Histoire sociale du suffrage universel en France, Paris, Seuil, 2002.

Keck Margaret, PT: A lógica da diferença, São Paulo, Ática, 1991.

Kitschelt Hebert, Wilkinson Steven (comp.), Patrons, Clients and Policies, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Mainwaring Scott, "Brazil. Weaks parties, feckless democracy", in Mainwaring S., Scully, T. (dir), Building democratic institutions. Party systems in Latin America, Stanford, Stanford University Press, 1995, p. 354-397.

Meneguello Rachel, PT: A formação de um partido (1979-1982), Rio de Janeeiro, Paz e Terra, 1989.

Offerlé Michel, Les partis politiques, Paris, Puf, 2005.

Pécaut Daniel, Entre le peuple et la nation: les intellectuels et la politique au Brésil, Paris, Éd. de la maison des sciences de l’homme, 1989.

Rocha Daniella, Le Parti des travailleurs à l’épreuve du pouvoir. Le PT dans le District Fédéral au Brésil (1980-2000), thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2007, p. 43-45.

Rocha Daniella, « Jeunes du parti des travailleurs et crise du militantisme », Agora Débats, n° 52, 2009, p. 89-104.

Sawicki Frédéric, Les réseaux du Parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997.

Vommaro Gabriel, Regards croisés sur les rapports des classes populaires au politique en Argentine. Retour sur la question du clientélisme, thèse de sociologie, École des hautes études en sciences sociales, juin 2010, 603 p.

Haut de page

Notes

1 Pour un bilan sur ce point, voir notamment Briquet [1997] ; Briquet, Sawicki [1998] ; Combes [2011(b)].

2 Sur l’idée du sous-développement du système politique brésilien, voir notamment Mainwaring [1995].

3 Mais aussi le patrimonialisme ou le « colonélisme ». Sur les traits traditionnels et patrimonialistes de la société brésilienne, voir notamment Faoro [1973]. Eli Diniz développe une étude approfondie des expériences clientélistes à Rio de Janeiro à la fin des années 1970, cf. Diniz [1982].

4 Sur l’engagement des intellectuels brésiliens, voir Pécaut [1989].

5 Nous nous situons ici dans la lignée de J.-L Briquet qui montre l’importance de s’intéresser à la manière dont le débat sur le clientélisme est saisi, en fonction des périodes par des acteurs très différents dans le champ intellectuel mais aussi politique. Cf. Briquet [2006].

6 On retrouve ici une situation assez traditionnelle de l’émergence d’un nouveau « marché politique » où les nouveaux entrants cherchent à délégitimer les manières de faire de la classe politique en place. Cf. Offerlé [2005]. Comme exemple empirique, voir entre autre, le travail classique de Alain Garrigou sur la France ou celui l’Hélène Combes sur le Mexique : Garrigou [2002] ; Combes [2011(a), chap. 6].

7 Parmi ces indicateurs, on pourrait notamment évoquer : la tendance à la modération du multipartisme établi à la suite de la transition Mainwaring [1995], ou encore la réduction de l’infidélité et de l’indiscipline partisane dans le législatif fédéral Figueiredo, Limongi [1995].

8 Implicitement donc contrairement aux expériences antérieures qui auraient été soit limitées soit sous le signe du clientélisme.

9 Nous signalons, que dans un souci de nous démarquer de l’utilisation militante de la notion du clientélisme et de sa connotation péjorative, dans ce texte nous parlerons de clientélisme plutôt en utilisant l’expression de « relations clientélaires ».

10 Sur l’Argentine, voir la thèse de Gabriel Vommaro : Vommaro [2010]. On peut ainsi en prendre pour preuve que le Brésil ne figure pas dans le collectif de Kitschelt et Wilkinson contrairement à l’Argentine ou au Mexique : Kitschelt, Wilkinson [2007].

11 Nous nous situons en cela dans la lignée des travaux sur l’approche localisée des partis politiques. Voir notamment Sawicki [1997].

12 Cet article s’appuie sur un vaste travail de terrain réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat. Les apports empiriques reposent sur une activité d’observation des différents sites militants, sur la passation de questionnaires auprès d’un échantillon de 376 militants choisi aléatoirement parmi 19 028 adhérents du PT dans le DF, la réalisation d’entretiens (38 au total) et le recueil de sources documentaires. Pour plus de détails, voir Rocha [2007, p. 43-45].

13 Jusqu’alors l’implantation électorale petista était assez concentrée dans les localités les plus industrialisées du pays – notamment la région Sud Sud-Est, où se trouve São Paulo, noyau d’irradiation du mouvement pour le PT.

14 Début de l’année 2000.

15 En 2005, notamment, lorsque nous sommes revenue sur le terrain avec un protocole d’enquête de plus longue durée. Une nouvelle étape de cette enquête longitudinale est actuellement en train de se faire. Nous avons entamé en mai 2010 une nouvelle enquête ethnographique dans ces mêmes quartiers, cherchant cette fois-ci à observer les pratiques militantes du milieu petista pendant la campagne électorale en cours.

16 Hormis ces trois formes matricielles de l’adhésion au PT/DF, l’échantillon a révélé l’existence d’une démarche d’adhésion plutôt atypique, où l’inscription au parti est présentée comme un choix essentiellement individuel. Cette forme d’adhésion concerne les adhérents qui se sont présentés « spontanément » dans les différents locaux du parti pour s’inscrire ; 2 % des enquêtés ont déclaré avoir adhéré de cette façon, ce qu’ils justifient généralement par une simple « sympathie » pour le PT. Il s’agissait, dans ces cas, d’acteurs ayant déclaré ne pas avoir de connaissances préalables à l’intérieur du PT/DF et qui n’ont jamais participé aux activités partisanes.

17 Ce qui correspondait à environ 50 % au début des années 2000, d’après un échantillon aléatoire établie dans la première étape de notre recherche. Cf. Rocha [2007].

18 Cela étant dit, tous les acteurs entrés au PT par cette voie ne finissent pas par se convertir à la condition de militant partisan à part entière. Certains, tout en ayant auparavant connu une trajectoire militante, ont gardé une position de simple adhérent au sein du PT, sans avoir jamais participé effectivement à la vie interne de ce parti.

19 Pour éviter de nous dévier de l’objet central de cette communication, nous ne développerons pas ici des exemples de ces modalités plus conventionnelles d’adhésion au PT. Pour une comparaison plus détaillée des modes d’entrée dans le parti conventionnels et « nouveaux », voir Rocha [2009].

20 Cela n’exclut pas la dimension stratégique (au sens de la recherche d’avantages) du futur adhérent.

21 La relation clientélaire est donc définie comme l’échange réciproque de biens et/ou services entre des acteurs inégaux.

22 Les seules données quantitatives concernent celles obtenues dans la première étape de notre enquête au début des années 2000 ; à l’occasion, 30 % de la population enquêtée s’inscrivait dans cette modalité d’entrée.

23 La composante personnelle peut être fortement présente dans les autres contextes d’adhésion. Dans ce cas-là c’est l’aspect personnel lié à des relations privées (hors monde du travail, monde politique ou d’autres sphères de type public) qui constitue l’élément central définissant cette forme d’adhésion.

24 Il est cependant nécessaire de rester prudent. La domination propre à la relation clientélaire peut s’énoncer dans les termes de l’amitié, comme l’a montré Jean-Louis Briquet dans le cas de la Corse. Cf. Briquet [1997].

25 Cette « adhésion par contrainte ou par imposition » correspond à des contextes très spécifiques où une situation d’imposition, au sens propre du terme, est exercée sur le futur adhérent et l’a contraint à procéder à une adhésion formelle au parti.

26 Alors, le principal représentant des groupes politiques conservateurs de la région.

27 Vente d’ustensiles domestiques. La profession déclarée était celle de « camelot ».

28 Marcos déclarait avoir assisté à une seule rencontre zonale du PT/DF.

29 Francisco R., domicilié à Samambaia, originaire de l’état de Goiás, marié, 1 enfant scolarisé en primaire, agent de nettoyage, adhésion en 1998.

30 Ciro Gomes, du PSB (Parti socialiste brésilien).

31 João C., par exemple, qui pendant le gouvernement du PT travaillait comme agent de nettoyage au siège de l’administration régionale (AR) de Samambaia, soulignait que la personne l’ayant « invité » à adhérer était un petista en poste au sein de cette même AR. Il remarque que, comme lui, plusieurs de ses collègues se sont fait affilier au même moment, lorsque ce petista a apporté, sur leur lieu de travail, les fiches d’adhésion qu’ils ont pu remplir sur place.

32 Sur les jeux internes de pouvoir autour de l’affiliation de militants, voir les analyses d’Hélène Combes sur le cas du Parti de la révolution démocratique au Mexique, cf. Combes [2011(a), chap. 6].

33 L’exemple le plus minutieusement étudié dans le cas brésilien est celui du « chaguismo » du PMDB (Parti du mouvement démocratique du Brésil) de Rio de Janeiro. Cf. Diniz [1982].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniella Rocha, « Implantation locale et relations clientélaires. Le cas du Parti des travailleurs à Brasilia », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 123-140.

Référence électronique

Daniella Rocha, « Implantation locale et relations clientélaires. Le cas du Parti des travailleurs à Brasilia », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 26 décembre 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/1012 ; DOI : 10.4000/cal.1012

Haut de page

Auteur

Daniella Rocha

Daniella de Castro Rocha est chercheuse associée à l’Iris-UMR 8156 et professeure adjointe à l’Institut de science politique de l’université de Brasilia (IPOL-UnB). Elle a soutenu en 2007 une thèse en sociologie sur les effets paradoxaux de l’ascension au pouvoir au sein du Parti des travailleurs brésilien. Cette thèse, intitulée « Le Parti des travailleurs à l’épreuve du pouvoir. Le PT dans le district fédéral au Brésil (1980-2000) », a été réalisée sous la direction de Monique de Saint Martin à l’EHESS. Sous le prisme de l’analyse localisée des partis politiques, sa thèse propose une étude socio-historique de l’expérience à première vue improbable du Parti des travailleurs et de ses partisans à Brasilia, le district fédéral brésilien. Instituto de Ciência Política - ipol, Universidade de Brasília - UnB, Campus Darcy Ribeiro, Asa Norte, Brasília-DF CEP : 70904-970. Iris, 96 bd Raspail 75006 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org