Navigation – Plan du site
Dossier. Les relations Sud-Sud : culture et diplomatie

L’action culturelle Sud-Sud du Brésil à travers les clubs de puissances émergentes : fonctions et usages

Usos y funciones de la acción cultural sur-sur de Brasil a través de los clubes de potencias emergentes
Use and purposes of Brazilian South-South cultural action through the clubs of emerging powers
Folashadé Soulé-Kohndou
p. 31-48

Résumés

L’article part d’une méthode empirique pour analyser l’action culturelle trilatérale mise en place par le Brésil à travers les clubs de puissances émergentes, comme l’IBAS. Dans la ligne des objectifs d’autonomisation de son agenda Sud-Sud, la diplomatie culturelle du Brésil n’a pas pour fonction ni pour usage de servir de vecteur d’influence et de domination culturelle sur les pays partenaires. Elle vient plutôt appuyer une volonté de diversification des références culturelles du Brésil, notamment sous la présidence de Lula da Silva, en vue de réduire les influences et référents culturels venant du Nord et véhiculés à travers les médias, le tourisme, l’éducation et la publicisation des modes de vie à l’occidentale. Cependant, au-delà de cet objectif politique, les usages sont également économiques et visent à augmenter les flux touristiques au Brésil en provenance des autres pays émergents membres du club.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 26 mai 2015, accepté le 30 septembre 2015.

Texte intégral

1La coopération entre les États, comprise comme « l’ensemble des anticipations communes, des règles et des régulations, des plans, des accords et des engagements qui sont acceptés par un groupe de pays » [Ruggie, 1975, p. 557-583], peut revêtir des formes à la fois bilatérales, régionales, interrégionales, mais également transrégionales. Ce dernier type de coopération se développe considérablement à partir de 1990, en particulier dans les États de la région d’Asie qui engagent des accords de coopération avec des pays d’Afrique et d’Europe, géographiquement éloignés [Solís et Katada, 2007, p. 229-257]. Cette dynamique se traduit par la création de mécanismes de coopération, tels que le processus Asia-Europe Meeting (ASEM). Elle suppose un mode de consultation et de coopération peu institutionnalisé entre les États issus de deux ou plusieurs régions du monde, qui agissent selon leur capacité individuelle [Milliot, 2004]. Les États d’Asie, mais également des Amériques et d’Afrique, tout en prônant le renforcement de l’intégration régionale, créent des liens politiques et économiques, mais également sociétaux, avec des partenaires extra-régionaux.

2Les liens trilatéraux noués par le Brésil au sein de clubs d’émergents comme le forum Inde-Brésil-Afrique du Sud (IBAS) passent ainsi par la mise en place de cadres de coopération transrégionale incluant la culture pour encourager la découverte et la redécouverte de l’autre à travers des rapprochements sociétaux. Les clubs de puissances émergentes désignent des entités politiques sélectives qui regroupent des puissances régionales connaissant une émergence économique relative et partageant des aspirations d’influence internationale, au-delà de leur sphère régionale. Ces clubs se caractérisent par la souplesse de leur institutionnalisation (absence de secrétariat permanent), le caractère privé des réunions, la forme non contraignante des règles de coopération et une fermeture à l’inclusion d’autres États [Soulé-Kohndou, 2014, p. 25-27]. Le forum de dialogue Inde-Brésil-Afrique du Sud, une des premières manifestations de la diplomatie de club entre puissances émergentes, est une initiative trilatérale créée en 2003 et structurée autour de trois piliers : la consultation politique autour d’enjeux internationaux d’intérêt mutuel ; le renforcement des relations Sud-Sud entre les trois pays qui se traduit par la création de seize groupes de travail sectoriels dont un sur la culture ; et le fonds IBAS doté d’un budget annuel de 3 millions de dollars et financé à parts égales par chaque État membre. Le fonds finance des microprojets de développement dans les pays les moins avancés d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud et des Caraïbes. Bien que la coopération transrégionale s’entende comme un processus ouvert, et donc non sélectif [Milliot, 2004], les activités de coopération culturelle mises en œuvre par le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud dans le cadre du forum IBAS, en tant que club sélectif de puissances émergentes, témoignent de la coexistence possible entre diplomatie de club et coopération transrégionale.

3Quels sont donc les usages de la diplomatie culturelle au sein de l’IBAS, en particulier du Brésil ? À travers l’analyse de la diplomatie culturelle entre le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud de 2007 à 2013, le présent article défend l’argument selon lequel la diplomatie culturelle du Brésil mise en œuvre à travers l’IBAS n’a pas pour objectif de servir de vecteur de domination culturelle comme source de puissance dans les pays partenaires [Nye, 1990, p. 177-192], mais vient plutôt soutenir une volonté de dialogue avec d’autres nations, afin d’élargir le cercle de rayonnement de la culture brésilienne. La diffusion culturelle du Brésil, qui passe également par la « redécouverte de l’autre », grâce au renforcement des relations culturelles avec des partenaires non traditionnels, sert toutefois des intérêts stratégiques, inhérents à la politique étrangère de ce pays, à savoir l’autonomisation internationale et la socialisation.

4L’autonomisation désigne un processus de recherche et d’acquisition d’une autonomie. La formulation et la mise en œuvre d’une politique étrangère autonome constituent un objectif transversal à un ensemble de diplomaties de puissances émergentes et permettent aux États d’articuler eux-mêmes leurs objectifs politiques et de les atteindre de manière indépendante. L’autonomisation internationale devient ainsi un processus graduel qui dépend à la fois des attributs de puissance et d’influence de l’État et du contexte international [Russell et Tokatlian, 2003, p. 1-24]. Selon Arlene Tickner, le concept de non-alignement formulé à partir de 1955 est l’une des expressions de la quête d’autonomie des États membres en fonction de la liberté d’action interne et externe recherchée [Tickner, 2003]. Quant à la socialisation, elle fait l’objet d’interprétations multiples. Il s’agit, d’après sa définition sociologique, de l’ensemble des processus d’assimilation des individus aux groupes sociaux [Boudon et Bourricaud, 2011, p. 529-534]. Appliqués au cas de l’IBAS, les différents types d’apprentissage auxquels sont soumis les acteurs indiens, brésiliens et sud-africains sont favorisés par les interactions sociales diverses entre ces acteurs. C’est grâce à ces interactions répétées que la socialisation produit une intériorisation des normes, des valeurs, des structures cognitives et des savoirs pratiques, notamment dans les groupes de travail de l’IBAS réunissant des bureaucrates et fonctionnaires en provenance des trois États. Face à ces processus de socialisation auxquels ils sont exposés, ces acteurs sont amenés à enrichir leurs ressources cognitives, à ajuster leurs comportements et à rechercher la solution qui leur paraît la meilleure ; autant de caractéristiques propres aux processus de socialisation [Boudon et Bourricaud, 2011, p. 529-534].

  • 1 Cet objectif est explicite dans « The Challenge to the South », The Report of the South Commission, (...)
  • 2 La définition du « touriste » utilisée par ces États, notamment l’Inde et l’Afrique du Sud, est bas (...)

5Dans la ligne des objectifs d’autonomisation de l’agenda Sud-Sud de la politique étrangère du Brésil, l’action culturelle vient appuyer une volonté de diversification des références. Elle cherche à réduire les influences et référents venant du Nord et transmis à travers les médias, le tourisme, l’éducation et la publicisation des modes de vie à l’occidentale1. Le présent article démontrera tout d’abord que la diplomatie culturelle ainsi mise en œuvre permet d’établir et de renforcer des liens entre des partenaires non traditionnels et sert de vecteur d’échange et de promotion de leurs cultures respectives. Les processus d’apprentissage socialisants sont facilités par les interactions répétées entre les acteurs brésiliens et les acteurs indiens et sud-africains et contribuent à créer et renforcer les relations transgouvernementales entre les trois États. La coopération se développe grâce aux interactions entre sous-unités administratives de différents gouvernements. Les rencontres régulières des groupes de travail IBAS favorisent également le développement de réseaux d’affinités et un sens de la collégialité – renforcé par leur appartenance à une profession commune [Keohane et Nye, 1974, p. 39-62]. Elles revêtent également une fonction cognitive dans la mesure où elles favorisent la création d’un réseau trilatéral de connaissances mobilisables dans d’autres contextes. Ce rapprochement sert enfin un autre usage, notamment économique, avec l’intensification des flux touristiques en provenance d’Inde et d’Afrique du Sud2.

Le renforcement des dynamiques transrégionales Sud-Sud, un objectif de politique étrangère

6La fonction principale de la quête de partenaires transrégionaux concerne les opportunités économiques et techniques que peuvent offrir ces acteurs non traditionnels. Le rapprochement entre l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud, cherchant à dépasser le processus politique de la diplomatie de sommet, associe progressivement d’autres secteurs ministériels via la constitution d’un ensemble de groupes de travail techniques transrégionaux. Les prémices des premiers groupes de travail de l’IBAS sont déjà mentionnées dans la déclaration de Brasilia de juin 2003, qui constitue l’acte de naissance du forum IBAS. Les ministres des Affaires étrangères s’accordent sur la nécessité de développer un ensemble de projets sectoriels communs dans le domaine des biotechnologies, des sources d’énergies alternatives, de l’agriculture, des technologies de l’information, de la défense et d’associer leurs ministères respectifs dans cette entreprise3. Entre 2003 et 2012, l’IBAS s’étoffe progressivement et évolue de 6 groupes de travail en 2004 à 16 en 20124.

  • 5 Détail des protocoles d’entente régissant les groupes de travail de l’IBAS disponible sur : http:// (...)

7Au-delà des groupes de travail à dominante économique, plusieurs d’entre eux affichent des objectifs à dominante sociale et technique. Leurs fonctions principales sont le renforcement des capacités mutuelles à travers l’échange de connaissances et de bonnes pratiques dans le cadre de sessions d’apprentissage ; les initiatives trilatérales communes à travers la création de plateformes virtuelles de bases de données incluant échanges et transferts de technologies ; et l’organisation de manifestations communes, sous forme d’exercices collectifs ou d’événements publics. Dans le cas des groupes de travail IBAS, ces processus de socialisation sont encadrés par la signature d’accords tripartites et de protocoles d’entente ratifiés par chaque partie5. Bien que ces accords prévoient des réunions fréquentes, au minimum annuelles, et un rapport d’activité à soumettre aux chefs d’État et de gouvernement au moment des sommets, la valeur juridique reste non contraignante. Ce semi-formalisme participe également à la volonté respective des acteurs gouvernementaux de maintenir flexibilité et liberté d’action.

  • 6 « The Buenos Aires Plan of Action », Special Unit for TCDC, 12 septembre 1978. Disponible sur : htt (...)
  • 7 « Document final de Nairobi adopté par la Conférence de haut niveau des Nations unies sur la coopér (...)

8Les processus d’apprentissage socialisants ainsi mis en œuvre à travers les groupes de travail obéissent à l’objectif des acteurs gouvernementaux de l’IBAS de faire coïncider les activités avec l’agenda de la coopération Sud-Sud adopté à l’ONU, notamment via le développement des relations techniques. En effet, le Plan d’action de Buenos Aires prévoit, dès 1978, un ensemble de recommandations visant à renforcer les capacités des pays en développement afin de répondre aux défis sociaux qu’ils rencontrent et de partager les solutions adaptées, à travers l’échange de bonnes pratiques6. Les dirigeants de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud souhaitent, à travers les différentes activités techniques des groupes de travail, appliquer « à la lettre » ces principes et recommandations, rappelés à maintes reprises lors de conférences et réunions de haut niveau des Nations unies sur la coopération Sud-Sud7.

9La socialisation opérée est double : elle passe, d’une part, par l’apprentissage collectif et la diffusion de normes et, d’autre part, par le développement de réseaux transgouvernementaux via des interactions sociales répétées entre acteurs étatiques et non étatiques brésiliens, indiens et sud-africains dans les groupes de travail. Ces groupes participent aussi à la quête d’autonomie impulsée par l’apprentissage mutuel des bonnes pratiques mises en œuvre par les puissances émergentes face à des défis sociaux similaires. Le choix de l’échange mutuel Sud-Sud contribue à renforcer leurs capacités et entend se substituer à l’importation de l’assistance technique en provenance des pays développés.

  • 8 Ibid., par. 17.

10Les processus d’apprentissage technique par la formation de groupes de travail offrent des cadres de socialisation et favorisent les logiques d’assimilation. Ils répondent directement aux recommandations de l’agenda onusien Sud-Sud, qui appelle au renforcement de la coopération, au vu des convergences des priorités nationales de développement des pays du Sud8. Dans cette logique, le rapprochement culturel qu’opère le Brésil avec l’Inde et l’Afrique du Sud à travers le groupe de travail IBAS sur la culture, créé en 2007, entend favoriser une meilleure connaissance de l’autre et répondre à l’objectif de socialisation qui concerne l’ensemble des dynamiques de coopération Sud-Sud mises en place au sein de l’IBAS.

Diplomatie culturelle et redécouverte de l’autre

  • 9 Des contacts culturels se sont développés depuis 1904 entre ces deux États avec l’arrivée régulière (...)

11Les rapprochements culturels dans le cadre de l’IBAS s’illustrent par une coopération visant à encourager la découverte et la redécouverte de l’autre. Afin de faciliter ces rapprochements, plusieurs mesures et activités sont envisagées par le groupe de travail IBAS sur la culture dont l’objectif principal est de servir de plateforme de création et de relance d’un ensemble de cadres bilatéraux préexistants. Les activités de ce groupe se structurent autour des instruments traditionnels de l’action culturelle bilatérale que sont la promotion des échanges artistiques et intellectuels, la création et la supervision d’instituts culturels dans les pays concernés, ainsi que le financement de conférences, salons et festivals de danse et de musique [Chaubet et Martin, 2011, p. 88]. Ces activités ont pour but d’intensifier les rapprochements culturels bilatéraux existant entre les trois puissances émergentes, mais faiblement développés. Cette politique s’applique toutefois davantage aux relations culturelles entre l’Inde et le Brésil et entre l’Afrique du Sud et le Brésil qu’à celles, beaucoup plus anciennes, entre l’Inde et l’Afrique du Sud9. Parmi les principales initiatives, nous distinguons les liens établis avec des acteurs non-gouvernementaux, l’ouverture de centres culturels, le soutien à des expositions et des programmes de bourses d’études, ainsi que la signature d’accords de coopération.

12Le travail de coordination mené par le Conseil indien pour les relations culturelles, le service culturel du ministère des Relations extérieures du Brésil et le Département des Arts et de la Culture du gouvernement sud-africain les conduit à associer des acteurs non-gouvernementaux, notamment des artistes, comédiens, commissaires d’expositions et conservateurs de musées, ainsi que des universitaires. Ces individus deviennent alors des vecteurs facilitant la transmission culturelle et contribuent à la mise en œuvre de la diplomatie culturelle souhaitée par les États [Gienow-Hecht et Donfried, 2010, p. 14]. Le groupe de travail sur la culture centralise les initiatives et activités liées à la diplomatie culturelle, dont les objectifs sont à la fois sociétaux, politiques et économiques. Ces rapprochements produisent des effets d’entraînement indirects, conduits pour la plupart par des acteurs privés. L’IBAS participe à la dynamisation d’une diplomatie culturelle qui sert de vecteur d’échange et permet d’établir des liens entre des partenaires non traditionnels [Gienow-Hecht et Donfried, 2010, p. 10].

  • 10 Centro Cultural Brasil-África do Sul (CBRAS). Les centres culturels brésiliens (CCB) sont rattachés (...)

13Entre 2007 et 2012, plusieurs centres culturels ont été inaugurés. Le centre culturel Brésil-Afrique du Sud, qui a ouvert ses portes à Pretoria en 2011, est notamment en charge de l’enseignement de la langue portugaise, de l’initiation et de la promotion de la littérature lusophone, de l’organisation d’expositions d’arts visuels et de manifestations théâtrales, de la diffusion de la musique et du cinéma brésiliens et de la promotion de la culture à travers l’organisation d’ateliers et de séminaires10.

  • 11 « Press Release : Inauguration of the Indian Cultural Centre in São Paulo, Brazil », 25 mai 2011. D (...)
  • 12 Ibid.

14Un centre culturel indien est également inauguré à São Paulo le 25 mai 2011 et fait suite à une volonté exprimée par le Premier ministre indien Manmohan Singh lors du sommet IBAS de Brasilia en avril 2010. Il s’agit du premier centre culturel indien en Amérique du Sud11. L’action bilatérale culturelle s’organise également autour de certaines activités spécifiques des cultures indiennes en offrant notamment des cours de yoga, de danses traditionnelles indiennes, de musique, de cinéma, de cuisine, de littérature. Par ailleurs, le centre sert de plateforme de rencontre entre intellectuels brésiliens et indiens12. À travers les cours de langues, conférences et expositions, l’action culturelle tâche également de convaincre et séduire l’autre partenaire sur le long terme [Chaubet et Martin, 2011, p. 90].

  • 13 Un accord de coopération dans le domaine de la culture est signé entre le Brésil et l’Afrique du Su (...)
  • 14 Département des Arts et de la Culture, gouvernement de l’Afrique du Sud, rapports annuels 2006-2007 (...)
  • 15 « L’influence culturelle des pays émergents », rapport d’information, commission des affaires étran (...)

15L’Afrique du Sud participe par ailleurs à plusieurs manifestations culturelles au Brésil13, par exemple à des expositions comme Art Mundi à São Paulo en 200714. Contrairement à l’Inde et au Brésil, l’Afrique du Sud ne dispose pas encore de centres culturels établis dans d’autres pays en dehors de son champ régional ; elle organise cependant des saisons de l’Afrique du Sud15.

  • 16 Relations bilatérales Inde-Brésil, ministère des Relations extérieures. Disponible sur : http://www (...)
  • 17 Mudra Mostral Cultural da Índia 2011. Cf. http://www.mostramudra.com/index.html
  • 18 « Agreed Minutes of the Sixth Meetings of the India-Brazil Joint Commission on Political, Economic, (...)
  • 19 À titre d’exemple, les mouvements spirituels Iskcon et Bhakti Vedanta sont établis à São Paulo. Fil (...)

16Bien qu’un accord de coopération culturelle ait été signé dès septembre 1968 et soit entré en vigueur en juillet 197016,les relations culturelles entre le Brésil et l’Inde sont restées faibles. L’organisation du Festival de l’Inde, en mai 1998, en marge de la visite du président indien K. R. Balayant au Brésil, a fait exception. Le rapprochement renouvelé par le président brésilien Lula da Silva à partir de 2003 et la création de l’IBAS ont permis la constitution d’une commission mixte conjointe dans les domaines politique, économique, scientifique, technologique et culturel. Depuis, les rapprochements culturels s’intensifient et font l’objet de plusieurs manifestations, dont l’organisation d’une semaine de la culture brésilienne en Inde en 2006, de même qu’une semaine de la culture indienne au Brésil. L’ouverture du centre culturel indien au Brésil en 2011 contribue à ce dynamisme ; plus de 250 événements y ont été organisés entre 2011 et 2013 dont le festival indien Mudra Mostra Cultural da Índia en mai et juin 2011 à Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Brasilia et São Paulo. L’événement a permis de présenter différents types de danses indiennes17. Un programme d’échanges culturels est également lancé pour la période 2012-2014, dont le Residency Program qui a pour objectif d’accueillir des peintres brésiliens en Inde18. Par ailleurs, plusieurs mouvements spirituels indiens sont présents au Brésil et le groupe Filhos do Gandhi participe régulièrement au carnaval de Salvador de Bahia19.

  • 20 « Agreed Minutes of the Sixth Meetings of the India-Brazil Joint Commission on Political, Economic, (...)
  • 21 « Programa de Estudos Indianos/Indian Studies Program », université de l’État de Rio de Janeiro (UE (...)
  • 22 L’inauguration de la chaire du Brésil à l’université Jawaharlal-Nehru (JNU) à New Delhi, initialeme (...)

17Parallèlement à ces activités, le rapprochement culturel s’effectue aussi au niveau universitaire, à travers la mise en place d’un programme de bourses pour l’étude de la littérature indienne et du yoga, dont ont bénéficié trois Brésiliens en 201220. L’université d’État de Rio de Janeiro inaugure par ailleurs en 2012 un Département d’études indiennes21, qui voit le jour en 2014 ; de même que l’université Jawaharlal-Nehru à New Delhi décide de créer une chaire d’études brésiliennes, après l’inauguration d’une chaire Nelson Mandela (études sud-africaines) en 200922.

  • 23 O Sonho Bollywoodiano raconte l’aventure de trois Brésiliennes venues faire carrière dans l’industr (...)
  • 24 Produite par la scénariste brésilienne Glória Perez, Caminho das Índias raconte l’histoire d’amour (...)
  • 25 Entretien avec un diplomate indien, ambassade de l’Inde à Brasilia, 9 mai 2011.
  • 26 Les villes retenues sont Curitiba, Brasilia, Manaus, Goiana, Pirenópolis, Belo Horizonte et São Pau (...)

18Ces instruments sont complétés par l’intervention d’acteurs privés, notamment les médias audiovisuels. Alors que les liens historiques et culturels entre l’Inde et l’Afrique du Sud datent de plus d’un siècle, favorisant le relais de la culture indienne en Afrique du Sud par le biais des médias, le mécanisme demeure embryonnaire dans le cas des relations entre le Brésil et l’Inde, et ce malgré la signature d’un accord de coopération en matière de production audiovisuelle en 2007. La culture indienne marque son entrée sur les écrans brésiliens à partir de 2009 avec le film O Sonho Bollywoodiano, produit par une cinéaste brésilienne, ainsi que Five Lives and a Secret, coréalisé par un cinéaste indien et une cinéaste brésilienne23. La telenovela Caminho das Índias diffusée au Brésil entre janvier et septembre 2009 par la chaîne Rede Globo, a atteint des records d’audience24. Bien que le scénario soit dramatisé et donne une image largement exotique de l’Inde, la série a toutefois contribué à populariser la culture indienne au Brésil, même après sa diffusion25. Ainsi, un projet célébrant cent ans de cinéma indien dans sept villes brésiliennes est annoncé en 2012 et se déroule du 20 au 29 septembre 201326.

  • 27 « MoU between the Government of the Republic of India, the Government of the Federative Republic of (...)
  • 28 Département des Arts et de la Culture, gouvernement d’Afrique du Sud, rapports annuels 2010-2011 et (...)

19La signature d’accords culturels entre les États reste le cadre le plus commun de la coopération culturelle internationale [Chaubet et Martin, 2011, p. 101]. L’action culturelle trilatérale de l’IBAS prend ainsi différentes formes : organisation de séminaires, signature d’accords de promotion culturelle, manifestations culturelles en marge des sommets. Le protocole d’entente sert aussi un usage de socialisation, à travers l’organisation de sessions d’apprentissage sur les bonnes pratiques en matière de promotion et de protection de la diversité culturelle27. Entre 2007 et 2012, plusieurs séminaires autour des défis socio-économiques communs en matière de politique culturelle sont organisés, de même qu’un plan IBAS est formulé afin d’explorer les aspects économiques de la culture et des entreprises et industries culturelles dans les trois pays28.

  • 29 Événements organisés dans le cadre du sommet IBAS 2008-2012. Cf. http://www.itamaraty.gov.br
  • 30 « Dance : Spoilt for Dance Choice at Arts Alive », Business Day live, 18 août 2011 [consulté le 12 (...)

20Par ailleurs, les sommets IBAS sont l’occasion d’organiser un ensemble de manifestations culturelles et permettent ainsi de transmettre une image de soi valorisante. Un festival IBAS de danse et de musique est ainsi organisé à Salvador de Bahia en marge du sommet de 2007, tout comme des manifestations de danse, d’art culinaire et de musique ont lieu à New Delhi, en marge du sommet IBAS d’octobre 200829. En dehors des sommets, des compagnies de danse des trois pays participent également au projet IBSA Dance Collaboration du Festival Arts Alive à Johannesburg en août 201130. Ces acteurs facilitent la transmission culturelle au-delà des frontières et s’inscrivent dans la continuité de la diplomatie culturelle voulue par les États membres de l’IBAS [Gienow-Hecht et Donfried, 2010, p. 14].

21Bien que modestes, force est de constater les retombées de l’IBAS sur l’accélération du rapprochement culturel entre ses trois pays membres. Au-delà de l’objectif politique du rayonnement culturel, les répercussions sont également économiques pour le Brésil et une augmentation des flux touristiques avec les deux partenaires est espérée. Le tourisme devient ainsi un instrument économique de la culture et de la pénétration des marchés respectifs. Un groupe de travail IBAS sur le tourisme est ainsi créé en 2007, en marge de la quatrième réunion de la commission trilatérale IBAS à New Delhi.

Promotions touristiques et visées économiques

  • 31 Rapport annuel 2005, South African Tourism, Strategic Research Unit, appendix A. Disponible sur : w (...)
  • 32 « Number and Percentage Share of Top Ten Countries for International Tourist Arrivals in India », m (...)
  • 33 « SA Tourism Looks to Emerging Markets », 11 septembre 2012 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponib (...)

22Jusqu’en 2003, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil ne représentent pas des destinations touristiques traditionnelles les uns pour les autres. Les principaux flux touristiques viennent des pays développés, l’augmentation des flux touristiques sortants résultant de la bonne santé économique d’un pays. Pour les États en développement, les activités touristiques dépendent largement des flux internationaux en provenance des pays développés, reflétant ici aussi les écarts Nord-Sud [Babou et Callot, 2007, p. 119]. À titre d’exemple, les flux touristiques entrants en Afrique du Sud pour l’année 2005 sont essentiellement originaires d’Europe (126 734 touristes) et d’Amérique du Nord (13 625 touristes) et très peu en provenance d’Amérique du Sud et centrale (4 596 touristes)31. C’est également le cas des principaux flux touristiques entrants en Inde en 2008, qui proviennent en majorité de France (8,6 %), des États-Unis (6,29 %) et d’Espagne (6,2 %), suivis de l’Italie (4,63 %) et du Royaume-Uni (3,28 %)32. Le secteur touristique représente pourtant une source de revenus importante pour ces États : en Afrique du Sud, il constitue 9 % du produit intérieur brut (PIB), avec une moyenne de 12 millions d’arrivées internationales en 2011. L’objectif de l’Afrique du Sud de porter ce chiffre à 15 millions d’entrées d’ici 2020 dépend largement du marketing touristique sud-africain mis en place dans des pays émergents comme le Brésil et l’Inde, mais également la Chine33.

  • 34 « Tripartite Agreement Among the Government of the Republic of India, the Government of the Federat (...)

23La crise économique de 2008-2009 entraîne cependant une réduction des flux touristiques traditionnels. La croissance de l’économie dans les pays émergents conduit des États comme le Brésil à revoir leurs stratégies d’attraction. Le tourisme est ainsi inclus dans les activités culturelles de l’IBAS afin de soutenir cette évolution. L’accord tripartite du groupe de travail IBAS prévoit de développer les relations touristiques grâce à l’échange de données et d’expertise, mais également à des activités de promotion conjointes, dont l’organisation et la participation à des salons du tourisme et l’organisation de conférences, symposiums et conventions34. Ces activités diverses servent l’usage de socialisation, au sens d’un renforcement des processus d’apprentissage entre fonctionnaires et bureaucrates et d’une intériorisation des normes, des valeurs, des structures cognitives et des savoirs pratiques. Elles participent d’autre part aux retombées économiques.

  • 35 Entretien avec un diplomate indien, ambassade de l’Inde à Brasilia, 9 mai 2011.
  • 36 Rapport annuel 2009, ministère du Tourisme, gouvernement indien. Disponible sur : www.tourism.gov.i
  • 37 Rapport annuel 2010, ibid.
  • 38 En dehors de l’Afrique du Sud, le bureau couvre également d’autres pays africains, notamment le Ken (...)
  • 39 « India and Brazil to Strengthen Cooperation in Tourism », SiliconIndia News, 29 mars 2012.

24Entre 2007 et 2012, les activités trilatérales de promotion touristique recourent à un ensemble d’instruments communs aux groupes de travail IBAS, à savoir l’échange de données dans le cadre de séminaires – dont un sur le tourisme rural en Inde et un sur le tourisme balnéaire au Brésil. Le groupe de travail facilite cependant davantage les initiatives et les mesures bilatérales que trilatérales. Les rencontres répétées dans le cadre trilatéral permettent de réduire les coûts de transaction et de produire des effets d’entraînement directs sur les relations bilatérales35. En 2009, le ministère de l’Intérieur de l’Inde décide ainsi d’octroyer des visas touristiques long séjour à entrées multiples pour cinq ans à dix-huit pays dont le Brésil36, décision qui évolue vers une procédure facilitée de visa à l’arrivée en 201037. Cette mesure de fluidification des démarches administratives a pour but d’attirer davantage de touristes en provenance du Brésil et de l’Afrique du Sud ; elle est accompagnée en 2009 par la mise en place d’une antenne de l’agence parapublique IndiaTourism à Johannesburg38, puis au Brésil en 2012. Ces bureaux dynamisent la promotion culturelle à travers l’organisation de road shows et d’événements culturels. Réciproquement, IndiaTourism participe également à un salon de l’association brésilienne des agences de voyages dont l’objectif est d’attirer des investisseurs au Brésil par le biais du tourisme39.

  • 40 « Brazil, South Africa Look at Possible Tourism Agreements », 12 septembre 2011 [consulté le 12 oct (...)
  • 41 La compagnie aérienne nationale sud-africaine South Africa Airways effectue 7 vols directs par sema (...)
  • 42 Seule la compagnie sud-africaine South Africa Airways effectue des vols directs entre São Paulo et (...)

25Les retombées commerciales du tourisme sont également manifestes entre le Brésil et l’Afrique du Sud et s’illustrent par un accord signé en 2011 entre l’entreprise sud-africaine de bâtiment et travaux publics CapeTown Routes et l’agence officielle Rio Tourism, spécialiste en conseil logistique, afin d’organiser la Coupe du monde de football en 2014 au Brésil et les Jeux olympiques de Rio en 2016. Le Brésil associe ainsi l’Afrique du Sud dans la mise en place d’un African Fan Village à Rio en marge de la Coupe des confédérations de 2013, puis de la Coupe du monde de football et des Jeux olympiques. Ces retombées au niveau bilatéral peuvent être considérées comme des effets d’entraînement indirects du rapprochement trilatéral au sein de l’IBAS40. Des mesures dans le domaine aérien viennent compléter ces initiatives et se traduisent par l’augmentation de vols directs et la diversification des destinations entre l’Afrique du Sud et l’Inde41, mais également par la création de lignes directes entre le Brésil et l’Afrique du Sud depuis 200642.La liaison aérienne n’est toutefois pas nouvelle : en février 1969, alors que l’Afrique du Sud est sous le joug du régime de l’apartheid, le Brésil, les États-Unis et l’Afrique du Sud signent un accord stipulant que la compagnie aérienne sud-africaine South African Airways effectue des vols Johannesburg-New York avec une escale à Rio de Janeiro [Selcher, 1974].

26Ces initiatives ont de fait une incidence positive sur le tourisme intra-IBAS qui croît progressivement. Entre 2007 et 2011, les touristes brésiliens en Inde représentent 25 %, puis 28 % de l’ensemble des flux touristiques en provenance de l’Amérique du Sud, constituant la plus grande part de touristes sud-américains en Inde. Il en est de même pour les flux originaires d’Afrique du Sud en Inde qui passent de 29 % à 30 %. Ces flux chutent cependant à partir de 2009 sous l’effet de la crise économique qui affecte davantage l’Afrique du Sud que le Brésil et l’Inde43. Ces deux derniers pays dominent également les parts des flux touristiques en provenance des régions d’Asie et d’Amérique du Sud en Afrique du Sud. Les touristes indiens en Afrique du Sud sont plus nombreux que les Chinois entre 2009 et 201144.

27Les visites touristiques ne sont pas uniquement à visée commerciale et financière. Bien que les arrivées des touristes brésiliens (et indiens) en Afrique du Sud soient largement motivées par des objectifs commerciaux et d’affaires en 2005, ces motifs se voient progressivement substitués par des voyages de loisirs et de vacances. Entre 2005 et 2012, les loisirs et vacances comme motif principal de déplacement évoluent de 18,3 % à 39,9 % pour les touristes indiens et de 37,9 % à 49,4 % pour les Brésiliens en Afrique du Sud45. Cette affluence, la plus large observée dans le tourisme d’affaires à destination de l’Afrique du Sud, résulte également de l’action trilatérale de l’IBAS dans le domaine de la promotion touristique et culturelle46.

  • 47 Ibid.

28Les flux de touristes brésiliens en Inde augmentent également de manière exponentielle représentant 48 % en 2008, puis 89 % en 2010, des flux touristiques totaux en provenance de la région Amérique du Sud et centrale. En revanche, les flux de touristes sud-africains au Brésil ne connaissent pas une telle hausse : bien que l’Afrique du Sud représente 39 % des flux touristiques en provenance du continent africain au Brésil en 2008, cette part chute à 25 % en 201247. Parallèlement, un fort afflux touristique provient des pays lusophones africains avec lesquels le Brésil tisse des liens stratégiques, notamment l’Angola dont la part passe de 34 % à 41 % entre 2008 et 2012.

  • 48 « SA’s Tourism Focus Must Shift from Europe, Says South African Tourism », 3 septembre 2013, Busine (...)
  • 49 Rapport annuel 2009, South African Tourism, op. cit.
  • 50 « Impact of 2010 FIFA World Cup », South African Tourism, décembre 2010 [consulté le 15 octobre 201 (...)

29Les rapprochements culturels renforcés dans le cadre de l’IBAS participent donc à la croissance des flux touristiques entre les trois pays, contribuant ainsi aux objectifs économiques de diversification des pays d’origine48. L’augmentation de ces flux est également favorisée par certains événements mondiaux, notamment sportifs ; ainsi la hausse des arrivées de touristes indiens en Afrique du Sud en 2009 est largement motivée par la tenue de l’Indian Premier League, tournoi de cricket mondial, entre avril et mai 200949. C’est également le cas en 2010 lors de la Coupe du monde de football qui voit affluer un nombre important de touristes : le Brésil se classe alors en troisième position des pays de provenance des touristes en Afrique du Sud, derrière les États-Unis et le Royaume-Uni50.

Des effets marginaux sur le rééquilibrage des relations

  • 51 Entretien avec un diplomate brésilien, New Delhi, 25 février 2011.
  • 52 « For India and Brazil, a Rare Rie-Up in Cinema », India Ink, The New York Times, 21 mai 2012 [cons (...)

30Malgré ces rapprochements bilatéraux renforcés et favorisés par la plateforme trilatérale de l’IBAS et la signature d’un ensemble d’accords bilatéraux favorisés par le cadre trilatéral des réunions techniques de l’IBAS, les échanges culturels restent limités entre l’Afrique du Sud, l’Inde et le Brésil. Si l’Inde est davantage popularisée au Brésil, inversement, la pénétration de la culture brésilienne en Inde reste limitée et demeure un point d’interrogation pour l’Inde malgré les nouvelles dynamiques engagées depuis 200351. Les principales causes demeurent la langue et la distance géographique. Par ailleurs, certaines productions cinématographiques sont difficilement adaptables au public indien et nécessitent plusieurs modifications préalables. C’est notamment le cas du film indo-brésilien O Sonho Bollywoodiano qui a nécessité le rajout de plusieurs séquences de danse et de musique indiennes, afin de mieux accrocher le public indien52.

  • 53 Ce classement est basé sur la consommation en produits touristiques en provenance de l’Europe. En t (...)
  • 54 « Number and Percentage Share of Top Ten Countries for International Tourist Arrivals in India » (d (...)

31Malgré une diversification progressive, particulièrement encouragée par l’Asie, l’Europe reste le principal fournisseur de touristes pour l’Afrique du Sud, y compris après la crise de 2008-2009. Pour l’Inde et le Brésil, l’Europe et les États-Unis demeurent également les principales régions de provenance des touristes53. Sur la totalité des flux touristiques entrants en Inde en 2013, la Chine participe davantage à la diversification des sources de flux touristiques en Inde (5,38 %) que ne le font l’Afrique du Sud (0,73 %) et le Brésil (0,25 %), tandis que les États-Unis demeurent le principal pays de provenance des touristes (6,74 %)54.

32La diplomatie culturelle et l’action culturelle du Brésil, opérées à travers les clubs de puissances émergentes comme l’IBAS, n’ont donc pas d’effet révolutionnaire sur le rééquilibrage des relations culturelles et politiques du tourisme global du Brésil. Elles contribuent toutefois à diversifier les partenaires culturels du Brésil, à diffuser les référents culturels du pays auprès de cibles non traditionnelles comme l’Inde et l’Afrique du Sud et, dans le sens inverse, à éveiller et sensibiliser de manière progressive les populations brésiliennes à d’autres cultures du Sud. À ce titre, ces dynamiques transrégionales, opérées par des acteurs à la fois étatiques et transnationaux, servent un objectif d’élargissement du rayonnement culturel de la politique étrangère du Brésil au-delà de l’entourage régional immédiat.

Haut de page

Bibliographie

Arndt Richard, The First Resort of Kings: American Cultural Diplomacy in the Twentieth Century, Washington DC, Protomac Books, 2005.

Babou Isabelle et Callot Philippe, Les Dilemmes du tourisme, Paris, Vuibert, 2007.

Boudon Raymond et Bourricaud François, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, 2011.

Chaubet François et Martin Laurent, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2011.

Gienow-Hecht Jessica et Donfried Mark (dir.), Searching for a Cultural Diplomacy, New York, Berghahn Books, 2010.

Hirst Mônica et Soares de Lima Maria Regina (dir.), Brasil, Índia e África do Sul : desafios e oportunidades para novas parceiras, São Paulo, Paz e Terra, 2009.

Keohane Robert O. et Nye Joseph S., « Transgovernmental Relations and International Organizations », World Politics, vol. 27, n° 1, oct. 1974, p. 39-62.

Milliot David, « Le transrégionalisme, nouvelle frontière du régionalisme ? », Annuaire français de relations internationales, vol. 5, 2004.

Nye Joseph, « The Changing Nature of World Power », Political Science Quarterly, vol. 105, n° 2, 1990, p. 177-192.

Ruggie John, « International Responses to Technology and Trends », International Organization, vol. 29, n° 3, 1975, p. 557-583.

Russell Roberto et Tokatlian Juan Gabriel, « From Antagonistic Autonomy to Relational Autonomy: a Theoretical Reflection from the Southern Cone », Latin American Politics and Society, vol. 45, n° 1, 2003, p. 1-24.

Selcher Wayne A., The Afro-Asian Dimension of Brazilian Foreign Policy 1956-1972, Gainesville, The University Presses of Florida, 1974.

Shashank, « Oral History: is IBSA the Neo-NAM? », Indian Foreign Affairs Journal, vol. 4, n° 1, jan.-mars 2009, p. 136-159.

Shrikant Naik Shraddha, « Interregionalism in the South: a Case Study of the India-Brazil-South Africa (IBSA) Dialogue Forum », document de travail n° 97, 55 Annual International Studies Association Convention, 2014.

Solís Mireya et Katada Saori, « Understanding East Asian Cross-Regionalism: an Analytical Framework », Pacific Affairs, vol. 80, n° 2, 2007, p. 229-257.

Soulé-Kohndou Folashadé, « Les clubs de puissances émergentes : fonctions objectives et usages stratégiques. Le cas du forum de dialogue Inde-Brésil-Afrique du Sud », thèse de doctorat, Institut d’études politiques de Paris, 2014.

Tickner Arlene, « Seeing IR Differently: Notes from the Third World », Millennium: Journal of International Studies, vol. 32, n° 2, 2003.

Haut de page

Notes

1 Cet objectif est explicite dans « The Challenge to the South », The Report of the South Commission, Oxford University Press, 1990, p. 6. Disponible sur : http://www.southcentre.int/wp-content/uploads/2013/02/The-Challenge-to-the-South_EN.pdf

2 La définition du « touriste » utilisée par ces États, notamment l’Inde et l’Afrique du Sud, est basée sur celle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour qui le touriste est une personne visitant un territoire pour une période supérieure à 1 jour et inférieure à 365 jours. Ne sont donc pas considérés comme touristes les individus entrants exerçant une activité rémunérée sur le territoire de destination, les travailleurs et travailleurs sous contrat.

3 Déclaration de Brasilia du 6 juin 2003. Disponible sur : www.ibsa.nic.in/Brasil_declaration.htm

4 Cf. http://www.ibsa-trilateral.org/about-ibsa/areas-of-cooperation/working-groups

5 Détail des protocoles d’entente régissant les groupes de travail de l’IBAS disponible sur : http://www.ibsa-trilateral.org/about-ibsa/areas-of-cooperation/working-groups

6 « The Buenos Aires Plan of Action », Special Unit for TCDC, 12 septembre 1978. Disponible sur : http://ssc.undp.org/content/dam/ssc/documents/Key %20Policy %20Documents/BAPA.pdf

7 « Document final de Nairobi adopté par la Conférence de haut niveau des Nations unies sur la coopération Sud-Sud », Nations unies, 23 février 2010, par. 20.

8 Ibid., par. 17.

9 Des contacts culturels se sont développés depuis 1904 entre ces deux États avec l’arrivée régulière de migrants indiens fuyant le joug colonial britannique. Plusieurs s’y sont établis et forment en partie la diaspora d’origine indienne en Afrique du Sud. Cf. « The Indian Diaspora. Chapter : South Africa ». Disponible sur : http://indiandiaspora.nic.in/diasporapdf/chapter7.pdf

10 Centro Cultural Brasil-África do Sul (CBRAS). Les centres culturels brésiliens (CCB) sont rattachés au ministère des Relations extérieures du Brésil (Itamaraty), ainsi qu’aux représentations diplomatiques du pays dans lequel ils sont établis. En 2012, ils sont au nombre de 21 dans le monde, dont 12 dans les Amériques, 3 en Europe et 6 en Afrique. Le Brésil prévoyait également d’ouvrir un CCB en Inde à partir de 2014, projet sans suite pour le moment. Cf. http://dc.itamaraty.gov.br/lingua-e-literatura/centros-culturais-do-brasil

11 « Press Release : Inauguration of the Indian Cultural Centre in São Paulo, Brazil », 25 mai 2011. Disponible sur : http://iccr.gov.in/sites/default/files/pressrelease.pdf

12 Ibid.

13 Un accord de coopération dans le domaine de la culture est signé entre le Brésil et l’Afrique du Sud le 26 novembre 1996 et entré en vigueur le 12 avril 2000.

14 Département des Arts et de la Culture, gouvernement de l’Afrique du Sud, rapports annuels 2006-2007 et 2007-2008. Disponible sur : https://www.dac.gov.za

15 « L’influence culturelle des pays émergents », rapport d’information, commission des affaires étrangères, Assemblée nationale, Paris, 6 mars 2012.

16 Relations bilatérales Inde-Brésil, ministère des Relations extérieures. Disponible sur : http://www.itamaraty.gov.br/

17 Mudra Mostral Cultural da Índia 2011. Cf. http://www.mostramudra.com/index.html

18 « Agreed Minutes of the Sixth Meetings of the India-Brazil Joint Commission on Political, Economic, Scientific, Technological and Cultural Cooperation », ministère des Relations extérieures, gouvernement indien. Disponible sur : http://mea.gov.in

19 À titre d’exemple, les mouvements spirituels Iskcon et Bhakti Vedanta sont établis à São Paulo. Filhos do Gandhi est une compagnie de danse brésilienne qui s’inspire et promeut les principes de non-violence de la philosophie du Mahatma Gandhi. Cf. http://www.filhosdegandhy.com.br/

20 « Agreed Minutes of the Sixth Meetings of the India-Brazil Joint Commission on Political, Economic, Scientific, Technological and Cultural Cooperation », op. cit.

21 « Programa de Estudos Indianos/Indian Studies Program », université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ). Disponible sur : http://www.peind.org/

22 L’inauguration de la chaire du Brésil à l’université Jawaharlal-Nehru (JNU) à New Delhi, initialement prévue pour 2014, a été reportée. Cf. « External Affairs Minister’s Media Statement at the Joint Press Interaction Following the 6th India-Brazil Joint Commission Meeting in Brasilia » [consulté le 8 octobre 2015]. Disponible sur : http://mea.gov.in

23 O Sonho Bollywoodiano raconte l’aventure de trois Brésiliennes venues faire carrière dans l’industrie du cinéma indien de Bollywood. La réalisatrice brésilienne Beatriz Seigner a vécu à Tamil Nadu pendant un an et s’est familiarisée avec la danse indienne odissi. Le film a atteint des records d’audience et remporté le deuxième prix du Festival international du film de São Paulo en 2009. Quant à Five Lives and a Secret, il retrace l’aventure d’une famille sud-américaine en proie à des conflits identitaires ; il est coréalisé par le cinéaste indien Anurag Kashyap et la réalisatrice Beatriz Seigner, qui se sont rencontrés au Festival du film indien au Brésil en 2011. Cf. « For India and Brazil, a rare tie-up in cinema », India Ink, The New York Times, 21 mai 2012 [consulté le 10 octobre 2015]. Disponible sur : http://india.blogs.nytimes.com/2012/05/21/for-india-and-brazil-a-rare-tie-up-in-cinema/ ?_r =0

24 Produite par la scénariste brésilienne Glória Perez, Caminho das Índias raconte l’histoire d’amour entre un Indien et une Brésilienne au gré de découvertes et de tensions entre leurs cultures et traditions respectives. Bien que le cadre et l’environnement projetés dans le film soient largement de culture indienne, les acteurs sont majoritairement brésiliens, à l’exception d’un Indien ; les dialogues sont tous en portugais, mais ponctués de quelques expressions hindies. Diffusée en prime time, la série est récompensée par un International Emmy Award pour la meilleure telenovela en 2009. Elle est ensuite retransmise dans près de quatre-vingt-dix pays. Sa popularité a également contribué à la hausse des ventes de bijoux et d’artisanat indiens au Brésil, ainsi qu’au développement de la danse et du yoga indiens pendant une certaine période. Cf. « An Indian in Brazil », The Hindu, 18 juillet 2010 [consulté le 10 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.hindu.com/mag/2010/07/18/stories/2010071850170500.htm

25 Entretien avec un diplomate indien, ambassade de l’Inde à Brasilia, 9 mai 2011.

26 Les villes retenues sont Curitiba, Brasilia, Manaus, Goiana, Pirenópolis, Belo Horizonte et São Paulo. Cf. http://mariantonia.prceu.usp.br/ ?q =eventos/100-anos-de-cinema-indiano

27 « MoU between the Government of the Republic of India, the Government of the Federative Republic of Brazil and the Government of the Republic of South Africa on Cultural Cooperation ». Disponible sur : www.ibsatrilateral.org

28 Département des Arts et de la Culture, gouvernement d’Afrique du Sud, rapports annuels 2010-2011 et 2011-2012. Disponibles sur : https://www.dac.gov.za

29 Événements organisés dans le cadre du sommet IBAS 2008-2012. Cf. http://www.itamaraty.gov.br

30 « Dance : Spoilt for Dance Choice at Arts Alive », Business Day live, 18 août 2011 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponible sur : http://www.bdlive.co.za/articles/2011/08/18/dance-spoilt-for-dance-choice-at-arts-alive

31 Rapport annuel 2005, South African Tourism, Strategic Research Unit, appendix A. Disponible sur : www.southafrica.net

32 « Number and Percentage Share of Top Ten Countries for International Tourist Arrivals in India », ministère du Tourisme, gouvernement indien. Ces données excluent les expatriés résidant en Inde. Disponible sur : www.indiastat.com

33 « SA Tourism Looks to Emerging Markets », 11 septembre 2012 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponible sur : www.southafrica.info

34 « Tripartite Agreement Among the Government of the Republic of India, the Government of the Federative Republic of Brazil and the Government of the Republic of South Africa for Cooperation in the Field of Tourism under IBSA ».

35 Entretien avec un diplomate indien, ambassade de l’Inde à Brasilia, 9 mai 2011.

36 Rapport annuel 2009, ministère du Tourisme, gouvernement indien. Disponible sur : www.tourism.gov.in

37 Rapport annuel 2010, ibid.

38 En dehors de l’Afrique du Sud, le bureau couvre également d’autres pays africains, notamment le Kenya, le Mozambique, la Tanzanie, le Zimbabwe, Maurice et Madagascar. Cf. Rapport annuel 2009, op. cit.

39 « India and Brazil to Strengthen Cooperation in Tourism », SiliconIndia News, 29 mars 2012.

40 « Brazil, South Africa Look at Possible Tourism Agreements », 12 septembre 2011 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponible sur : www.bizcommunity.com

41 La compagnie aérienne nationale sud-africaine South Africa Airways effectue 7 vols directs par semaine entre Mumbai et Johannesburg, ainsi qu’entre Mumbai/New Delhi et Johannesburg. La compagnie indienne Jet Airways propose, quant à elle, 5 vols hebdomadaires reliant directement Durban et Mumbai. Cf. « Marketing South Africa in India », 2e éd., South African Tourism, 2007 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponible sur : www.southafrica.net

42 Seule la compagnie sud-africaine South Africa Airways effectue des vols directs entre São Paulo et Johannesburg. La liaison a également été facilitée par les mesures prises par le groupe de travail IBAS sur le commerce et les investissements (entretien avec un diplomate sud-africain, Pretoria, ministère du Commerce et de l’Industrie, 23 octobre 2010). Les compagnies aériennes brésiliennes TAM et LAN effectuent par ailleurs des vols indirects entre Johannesburg et São Paulo, avec une escale à Buenos Aires. Cf. « Marketing South Africa in Brazil », 1re éd., 2010 [consulté le 12 octobre 2015]. Disponible sur : www.southafrica.net

43 Rapports annuels de 2004 à 2012, Département du Tourisme, gouvernement indien (http://tourism.gov.in/) ; South African Tourism, Strategic Research Unit (http://www.southafrica.net/research/en/landing/research-home) ; Département du Tourisme, République d’Afrique du Sud (http://www.tourism.gov.za/Pages/Home.aspx) ; Statistics South Africa (http://beta2.statssa.gov.za/).

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Rapport annuel 2006, South Africa Tourism. Disponible sur : www.southafrica.net

47 Ibid.

48 « SA’s Tourism Focus Must Shift from Europe, Says South African Tourism », 3 septembre 2013, Business Day Live [consulté le 15 octobre 2015]. Disponible sur : www.bdlive.co.za

49 Rapport annuel 2009, South African Tourism, op. cit.

50 « Impact of 2010 FIFA World Cup », South African Tourism, décembre 2010 [consulté le 15 octobre 2015]. Disponible sur : www.southafrica.net

51 Entretien avec un diplomate brésilien, New Delhi, 25 février 2011.

52 « For India and Brazil, a Rare Rie-Up in Cinema », India Ink, The New York Times, 21 mai 2012 [consulté le 15 octobre 2015]. Disponible sur : http://india.blogs.nytimes.com/2012/05/21/for-india-and-brazil-a-rare-tie-up-in-cinema/ ?_r =0

53 Ce classement est basé sur la consommation en produits touristiques en provenance de l’Europe. En termes numériques, l’Afrique reste pour l’Afrique du Sud la principale source d’entrées avec 672 777 visiteurs en 2012, contre 124 967 en provenance d’Europe. Ces derniers connaissent également une baisse sous l’effet de la crise économique, passant de 147 921 touristes en 2007 à 118 771 touristes en 2009 et 116 592 touristes en 2011. Cf. Rapport annuel 2012, South African Tourism, Strategic Research Unit. Disponible sur : www.southafrica.net

54 « Number and Percentage Share of Top Ten Countries for International Tourist Arrivals in India » (de 2008 à 2013), ministère du Tourisme, gouvernement indien. Ces données excluent les expatriés résidant en Inde. Disponible sur : www.indiastat.com

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Folashadé Soulé-Kohndou, « L’action culturelle Sud-Sud du Brésil à travers les clubs de puissances émergentes : fonctions et usages », Cahiers des Amériques latines, 80 | 2015, 31-48.

Référence électronique

Folashadé Soulé-Kohndou, « L’action culturelle Sud-Sud du Brésil à travers les clubs de puissances émergentes : fonctions et usages », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 80 | 2015, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/4124 ; DOI : 10.4000/cal.4124

Haut de page

Auteur

Folashadé Soulé-Kohndou

Folashadé Soulé-Kohndou est chercheuse postdoctorante à la London School of Economics (LSE). Elle a obtenu un doctorat de science politique, spécialisation relations internationales, à Sciences-Po Paris en 2014. Sa thèse s’intitule : « Les clubs de puissances émergentes, fonctions objectives et usages stratégiques : le cas du forum de dialogue Inde-Brésil-Afrique du Sud ». Elle a notamment publié l’ouvrage Puissances émergentes et multilatéralisme : le cas de l’Afrique du Sud (1999-2008). Analyse des stratégies d’une puissance émergente (L’Harmattan, 2010) et l’article « L’Afrique du Sud dans la relation BRICS-Afrique : ambitions et paradoxes » dans la revue Afrique contemporaine (vol. 4, n° 248, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org