Navigation – Plan du site
Lectures

Rafael Soares Gonçalves, Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit, xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches en Amérique Latine », 2010, 295 p.

Márcio de Oliveira
p. 205-209

Texte intégral

1Friedrich Engels a inauguré, avant Marx lui-même, ce qui allait devenir « la sociologie urbaine marxiste » postulant que la concentration du capital s’accompagne d’une concentration humaine et d’une croissance des villes qui bénéficient aux capitalistes. Bien que cela puisse paraître a priori paradoxal, les villes latino-américaines de la seconde moitié du xxe siècle sont probablement celles qui ressemblent le plus aux villes anglaises du xixe siècle décrites par Engels : la misère y crée et y côtoie la richesse, ce qui semble tout particulièrement vrai pour Rio de Janeiro dont les favelas véhiculent depuis de nombreuses décennies des imaginaires contrastés au Brésil comme à l’étranger. Il n’est cependant pas nécessaire d’être marxiste pour comprendre les favelas sous cet angle : nombreux sont les auteurs à avoir montré comment les favelas, pensées par les économistes cépaliens comme des phénomènes typiques d’urbanisation à l’envers où ce n’est pas l’industrialisation qui favorise la croissance des villes mais bien le contraire, étaient sources de bénéfices –non seulement pour les capitalistes industriels, mais aussi pour les propriétaires et autres bailleurs.

2Par ailleurs, la persistance du phénomène des favelas a conduit les sciences sociales à proposer de multiples autres grilles de lecture. Depuis les années 1980, les favelas –et notamment les favelas cariocas– ont été étudiées sous des nouveaux angles, depuis l’histoire (les premières constructions, l’origine du mot, les premières représentations, etc.) jusqu’aux problèmes légaux et sociaux –en lien avec leur enracinement définitif dans le tissu urbain. On a ainsi pris conscience alors que le problème n’était pas nouveau, mais existait depuis le milieu du xixe siècle et était autant le produit des nombreux laissés-pour-compte dans l’histoire du pays que des réformes urbaines mises en œuvre à partir de Pereira Passos au début du xxe siècle ou de la topographie de Rio de Janeiro où les collines (morros) sculptent le paysage urbain entre plaines et montagnes. En d’autres termes, par-delà l’aspect économique ou purement urbanistique des favelas, nombres d’études ont montré que le rôle de l’État n’avait jamais été univoque, que les favelas et leur population participaient à la vie sociale en tant qu’acteurs et producteurs légitimés par les pouvoirs publics et par les agents économiques les plus divers, depuis les commerçants –grands et petits– jusqu’aux propriétaires immobiliers.

  • 1 Par exemple Alba Zaluar, Marcos Alvito (org.), Um século de favela, Rio de Janeiro, Editora FGV, 19 (...)

3Au sein de cette vaste production, le livre de Rafael Soares Gonçalves, toujours clair dans son organisation et agréable à lire dans son écriture, est assurément appelé à devenir un classique par son caractère à la fois très complet par sa bibliographie et résolument novateur du fait des sources mobilisées. L’histoire de la favela carioca est restituée avec précision depuis les cortiços et les quelques références manquantes1 n’enlèvent rien à la qualité de cette étude. Dans toute la première moitié du xxe siècle, la volonté hygiéniste, légale et parfois sociale d’éradiquer les favelas s’est heurtée à la tolérance nonchalante des élites politiques. À partir des années 1950, les favelados ont toutefois commencé à acquérir des droits –notamment grâce à la « loi des favelas ». Disposant d’un réel pouvoir politique, grâce au jeu démocratique instauré en 1945 aussi bien qu’aux structures clientélistes de la société brésilienne, mais sans nécessairement adhérer à des mouvements politiques organisés ou reconnus comme tels, les habitants des favelas demeuraient toutefois contraints de gérer seuls leurs biens et leurs misères. Les années 1960 se caractérisent par de nombreuses contradictions en matière de politique urbaine : tandis que le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro promeut un programme d’éradication des favelas, les militaires parvenus au pouvoir en 1964 créent une banque destinée à financer l’acquisition des habitations. Plusieurs favelas ont effectivement été éradiquées tandis que de nouveaux quartiers émergeaient dans la périphérie sans moins de précarité que ceux que l’on avait détruit dans le centre. À la fin de la période dictatoriale, qui a correspondu à l’interdiction des politiques de relogement manu militari, le désengagement de l’État et le transfert de la gestion des favelas à l’échelle locale ont généré de nouveaux effets pervers. Le retrait fédéral, suivi par la disparition des politiques du gouvernement de l’État de Rio de Janeiro, et la timidité des actions municipales ont finalement conduit à l’abandon des favelas à leur sort jusqu’au milieu des années 1990. Dès lors, des projets comme le favela-bairro ont été créés et des services d’eau courante, d’égouts ou de ramassage d’ordures ont été développés dans environ un quart des favelas. Malgré l’apparente bonne volonté des pouvoirs publics locaux et des actions de réhabilitation effectivement mises en place, le constat n’en demeure pas moins dur : entre 1960 et 2000, tandis que la population de la ville de Rio de Janeiro a augmenté de 178 %, celle des favelas a progressé de 326 %. Et « les favelas restent toujours […] associées à l’illégalité et à la violence urbaine » (p. 252).

4Comment expliquer, finalement, la persistance du phénomène des favelas ? Travail d’historien du droit et de sociologue, la thèse de Rafael Soares Gonçalves innove dans la mesure où elle prend pour objet central l’évolution des dispositifs légaux mises en place par l’État depuis la fin du xixe siècle. Cette étude très méticuleuse montre de manière convaincante comment les innombrables lois, décrets ou circulaires, censés fixer des normes, éradiquer les favelas ou au contraire les réhabiliter, ont fini par les institutionnaliser en fondant une nouvelle catégorie juridique, mais aussi en rendant quasiment impossible toute solution définitive. L’examen des normes légales révèle aussi que la diversité des acteurs sociaux impliqués dans l’administration de la question des favelas et la difficulté de gérer ces espaces urbains sont indissociables. Chaotique, le dispositif normatif fait souvent obstacle à la bonne volonté des acteurs sociaux, qu’il s’agisse des pouvoirs publics ou de la population elle-même. Finalement, l’imbroglio juridique apparaît au service d’intérêts faciles à identifier, mais parfois peu avouables. On apprend ainsi que la décision d’éradiquer la favela do Vidigal, comme autrefois cela avait été le cas lors de l’éradication de la Favela Praia do Pinto, n’avait pour but que celui de libérer cette « zone très convoitée par le marché immobilier » (p. 194). Si l’auteur n’affirme pas que ce no man’s land juridique a été consciemment créé, le résultat final n’en est pas moins là : les favelas se sont toujours vues prises dans des logiques où les intérêts politiques se mêlent aux intérêts immobiliers, depuis l’extérieur comme de l’intérieur même de ces espaces urbains précarisés.

5L’enjeu majeur de ce livre réside donc dans le mouvement de va-et-vient entre les dispositifs légaux, qui n’ont jamais voulu ou ne sont jamais parvenus à régulariser la propriété foncière des habitants, et la réalité socio-économique très variée de toute une couche de la population urbaine carioca représentant rien moins que 18,7 % de la population totale de la ville en 2000, mais ne devant en aucun cas être considérée comme un tout indistinct. Car les favelas ne se rassemblent pas toutes, les favelados ne constituent pas une classe homogène et c’est finalement toute la société brésilienne, avec ces inégalités sociales historiques et ses clivages, qui y est présente. En outre, il n’est pas inutile de rappeler que, si la dictature n’a été que très peu sensible aux nécessités des favelados, la démocratie semble s’en être bien servi. Au travers de discours et des dispositifs légaux tendant à reconnaître les droits des habitants, de nombreux acteurs –tous courants idéologiques confondus– s’y sont installés en monnayant librement les services publics en échange de votes. Par ailleurs, l’illégalité foncière des favelas est loin d’être un fait isolé dans l’histoire du Brésil : bien des quartiers bourgeois de Rio de Janeiro et bien d’autres espaces urbains dans le pays sont les fruits des lotissements irréguliers au même titre que certains lotissements crées par l’État afin de de reloger des favelados. Enfin, au vu de la croissance économique actuelle du Brésil, de la spéculation immobilière qui fait rage dans les grandes villes et de la localisation de certaines favelas, la population qui y habite n’est plus forcément la plus démunie. Les favelas ont beaucoup changé depuis la fin du xxe siècle et la précarité juridique, trait caractéristique de longue date, ne peut plus être considérée comme un obstacle insurmontable à l’ascension sociale. En conséquence, toute politique de relogement se heurte désormais aux intérêts des favelados dont une part croissante fait à présent partie des classes moyennes.

6L’intérêt suscité par ce livre n’empêche pas quelques regrets qui n’enlèvent rien à sa grande qualité. D’un point de vue historique, on aurait ainsi aimé mieux comprendre les conséquences du transfert de la capitale de Rio de Janeiro vers Brasília. Sur le temps présent, le rôle central des forces de l’ordre privées et les tensions les opposant à celles de la municipalité auraient sans doute mérité de plus amples développements que ceux qui y sont consacrés à la fin de l’ouvrage, de même que l’impact des transformations religieuses récentes au sein des communautés de favelados et sur les alliances entre la classe politique carioca et les leaders locaux. Car les favelas demeurent des espaces en perpétuelle transformation, marqués par la criminalité et de nombreuses formes d’anomie en dépit des politiques de pacification qui ont récemment été lancées dans le cadre de la Coupe de monde de football de 2014 et, surtout, les Jeux olympiques de 2016.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Alba Zaluar, Marcos Alvito (org.), Um século de favela, Rio de Janeiro, Editora FGV, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Márcio de Oliveira, « Rafael Soares Gonçalves, Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit, xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches en Amérique Latine », 2010, 295 p. », Cahiers des Amériques latines, 75 | 2014, 205-209.

Référence électronique

Márcio de Oliveira, « Rafael Soares Gonçalves, Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit, xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches en Amérique Latine », 2010, 295 p. », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/3224

Haut de page

Auteur

Márcio de Oliveira

(Université Fédérale du Paraná, Curitiba)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org