Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle. Naissance d’un nouveau grand

Paris, Fayard, 2006, 395 p.
Martine Droulers
p. 245-247
Référence(s) :
Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle. Naissance d’un nouveau grand, Paris, Fayard, 2006, 395 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage d’Alain Rouquié représente une belle synthèse, nourrie d’une grande érudition politique sur ce pays émergent de 180 millions d’habitants. Ce livre restera une référence indispensable, au même titre que les précédents ouvrages que ce fin chercheur sur l’Amérique latine qui fut ambassadeur au Salvador, au Mexique puis au Brésil entre 2000 et 2004.

2Une première partie de 150 pages met en place le cadre historique et politique et revient sur la force de la nature, la contrainte de l’immensité, l’esprit de conquête, la société nomade et la nation métisse. La qualification de « citoyenneté bien tempérée » (chapitre 3) insiste sur le caractère plutôt paisible de la vie politique nationale, avec peu de ruptures violentes du fait de « relations horizontales relativement pacifiées entre les groupes dirigeants régionaux ». Cependant, les évolutions liées à l’urbanisation et l’industrialisation vont ébranler la structure de domination locale de type « coronéliste » pour faire naître des contrepoids. Comme l’ambivalence est toujours de mise au Brésil, l’Eglise catholique traditionnellement garante du statu quo se met réagir face à l’exclusion et au déni de citoyenneté, radicalise son discours et adapte ses pratiques à partir des années 1960 pour se tourner vers les plus pauvres et dénoncer la violence institutionnalisée. Vingt ans plus tard, elle n’est plus seule et se trouve rattrapée par la prolifération des églises, tels les évangélistes qui regroupent 26 millions de fidèles et recrutent dans les couches les plus déshéritées.

3La deuxième partie analyse l’évolution politique récente en commençant par un chapitre central (le cinquième) intitulé « Mort et résurrection d’une démocratie », qui donne un éclairage sur le « mystère démocratique » brésilien : comment imposer « la révolution de l’égalité » dans une société inégalitaire et fortement hiérarchisée ? Il faut à la fois combattre les inégalités régionales et sociales et mettre en adéquation les institutions. Alain Rouquié retrace le rôle des forces armées à la fois nationalistes et inspirées par le libéralisme, les traits dominants de partis politiques très évolutifs, le rôle des personnalités de la transition démocratique, la nouvelle Constitution anti-autoritaire de 1988. Le tout forme un système parlementaire qui « donne au Congrès beaucoup de pouvoir et bien peu de responsabilités […], si bien que le Congrès de Brasilia est le lieu de mouvements browniens ininterrompus et d’incessantes tractations. La capacité pour le président de mettre en œuvre son programme n’est jamais assurée » (p. 203-204), ce qui n’empêche pas que le rôle du président soit essentiel. Il est ici remarquablement analysé à partir de sources d’informations étendues et diversifiées dont il convient de retenir quelques points. La première élection présidentielle au suffrage universel de novembre 1989, avec 72 millions d’électeurs, voit émerger un deuxième tour improbable entre le jeune gouverneur populiste de l’État d’Alagoas, Fernando Collor, et le candidat d’une gauche syndicaliste et marxiste, Luiz Inacio Lula da Silva. Le premier l’emportera, mais sera chassé deux ans plus tard pour cause de corruption. C’est alors que la modernisation de la vie politique et un vrai changement social s’opèrent, avec un personnel et des partis politiques tentant de former des majorités (chapitre 6). Une polarisation se dessine entre le PSDB, parti de la social-démocatie brésilienne, centre-gauche moderne, réaliste et pragmatique, et le Parti des Travailleurs (PT) qui vise à des réformes plus radicales et à des changements institutionnels. Le premier a d’ailleurs soutenu le second aux élections présidentielles de 1989, tournant dans la démocratisation du pays, leur « point de vue coïncidant sur la réforme agraire et l’emploi ».

4Le président Fernando Henrique Cardoso, à la tête du petit PSDB, transforme profondément le Brésil lors des huit années de ses deux mandats (1994-2002). Après le « miracle économique » des années 1968-1974, le pays connaît le « miracle du Plan Real » qui stabilise enfin la monnaie, ainsi qu’un train de réformes économiques et sociales qui place le pays dans la mondialisation et permet un boom de la consommation. Parallèlement, les élections gagnent en transparence et la vie publique se moralise. Cependant, la politique de lutte contre la violence et l’exclusion est un échec : les polices ne sont pas assez efficaces ; la violence urbaine, sous-produit de la pauvreté, progresse ; le milieu carcéral est gangrené par la grande délinquance. Malgré tout, les efforts des politiques sociales sont tout à fait notables, avec la création d’un fonds de valorisation de l’enseignement de base, la bourse école (11 millions d’enfants en bénéficiaient en 2001), un accès élargi au système de santé, un programme d’agents communautaires de santé, etc.

5Bien que le défi de vaincre les inégalités demeure immense, la démocratie a été apprivoisée et, selon les principes d’une bonne alternance, Luiz Inacio Lula da Silva est élu président en octobre 2002 avec 61 % des voix. Événement considérable, un ouvrier, issu d’une famille pauvre du Nordeste, arrive à la tête de l’État : « le peuple incarne désormais la grandeur du Brésil ». Avec habileté, il forme un gouvernement qui rassemble les différents courants du PT et le dépasse largement, se déportant vers le centre de l’échiquier politique. Il répond favorablement aux institutions internationales, promet d’honorer la dette, encourage une politique agricole exportatrice, élargit et approfondit les dispositifs sociaux. En bref, il rend compatible croissance économique et justice sociale, orthodoxie financière et lutte contre la pauvreté. Si le texte d’Alain Rouquié dresse un bilan assez favorable des trois premières années du gouvernement Lula, il reste toutefois mieux informé sur les ressorts de la politique dans le Sudeste que dans le Nordeste – les positions des gouvernements du Ceara et de la Bahia, notamment, étant un peu caricaturées.

6Le neuvième et dernier chapitre présente les relations internationales de ce pays caractérisé par « l’unité, la grandeur et l‘avenir » selon les mots du secrétaire général d’Itamaraty. Alain Rouquié insiste particulièrement sur l’utilisation du pacifisme, la capacité à mobiliser ses voisins latino-américains, à miser sur la libéralisation du commerce des produits agricoles et. à agir dans la confrontation cordiale et la concertation. L’ouvrage de cet observateur averti restera une référence sur le Brésil, pays qui présente une incroyable plasticité politique et sociale et constitue un cas d’école pour les démocraties émergentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Droulers, « Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle. Naissance d’un nouveau grand », Cahiers des Amériques latines, 51-52 | 2006, 245-247.

Référence électronique

Martine Droulers, « Alain Rouquié, Le Brésil au XXIe siècle. Naissance d’un nouveau grand », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 51-52 | 2006, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/8243

Haut de page

Auteur

Martine Droulers

CREDAL, UMR 7169

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org