Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Luís R. Cardoso de Oliveira, Droit légal et insulte morale. Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis

Laval, Les Presses de l’Université Laval, 2005, 164 p.
Dominique Vidal
p. 263-265
Référence(s) :
Luís R. Cardoso de Oliveira, Droit légal et insulte morale. Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis, Laval, Les Presses de l’Université Laval, 2005, 164 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Luís Cardoso de Oliveira réunit plusieurs travaux que l’auteur a tirés de ces enquêtes au Brésil, au Québec et aux États-Unis. Dans une perspective comparative, il prend pour objet les difficultés de la citoyenneté démocratique, en abordant de manière originale la question des rapports entre la protection juridique, les demandes de reconnaissance et les atteintes à la considération d’un individu ou d’un groupe. Aussi différentes soient ces trois sociétés, dans chacune d’elles, montre-t-il, le droit ne permet pas d’apporter une solution satisfaisante aux dénis de reconnaissance dans les interactions sociales ordinaires.

2Dans le cadre d’un raisonnement qui s’inscrit dans le prolongement de celui de Roberto DaMatta, l’auteur relève ainsi que, au Brésil, le souci de manifester sa considération à la personne de l’interlocuteur lèse les autres citoyens, quand ce comportement se traduit par l’octroi d’un passe-droit. À partir notamment de l’ethnographie de conflits portés devant une Cour des petites créances à Cambridge (Massachusetts) où il a travaillé comme bénévole dans un service de conseil parajuridique, il note, à l’inverse, la grande difficulté des parties en présence à comprendre combien la considération est nécessaire à la qualité de la vie sociale et peut, à ce titre, être considérée comme une « obligation (éthico-morale) ». Le déficit de citoyenneté, précise Cardoso de Oliveira, est certes indubitablement plus important au Brésil, où les droits de citoyenneté d’une majorité de la population sont très largement bafoués. Il n’en reste pas moins, selon lui, que, dans ce pays, l’insistance mise à témoigner sa considération à autrui permet souvent à un individu d’établir un rapport positif à soi en se voyant reconnu comme une personne digne, alors que le fait de ne pas être considéré sous cet angle, fréquent, selon lui, dans la sociabilité étatsunienne, est communément vécu comme une offense.

3Si les États-Unis constituent de longue date une réserve à comparaisons pour les sciences sociales brésiliennes (que l’on pense en particulier aux écrits de Gilberto Freyre, Sérgio Buarque de Holanda, Oracy Nogueira, Viana Moog et DaMatta), Luís R. Cardoso de Oliveira renouvelle cet exercice classique, en l’inscrivant dans le cadre plus vaste d’une anthropologie des démocraties modernes. Il ne concentre, en effet, pas seulement son propos autour des problèmes posés par l’héritage de l’esclavage, le racisme et les diverses inégalités liées à la couleur de la peau. Il le situe de façon plus générale dans les débats sur la problématique de la reconnaissance dans les sociétés contemporaines. À cet égard, l’élargissement du champ de la comparaison à la situation du Québec est particulièrement stimulant. L’auteur s’intéresse en particulier à la demande de reconnaissance du particularisme québécois au Canada. En faisant clairement ressortir comment les revendications identitaires des Québécois mettent en évidence l’articulation difficile des droits individuels et des identités collectives dans une société pourtant gagnée aux valeurs individualistes et égalitaires, il souligne la dimension morale de la citoyenneté, qui suppose que soit reconnue la substance morale d’un acteur sous peine de porter atteinte à la dignité à laquelle il estime avoir droit. Or, justement, si les actes de déconsidération n’apparaissent guère aux États-Unis, ils ont une grande visibilité au Québec, où ils donnent lieu à des mobilisations politiques quand l’identité québécoise est déniée et, au Brésil, quand l’identité d’un individu est méprisée. La singularité du cas brésilien conduit Cardoso de Oliveira à donner un relief particulier aux développements de Charles Taylor sur la politique de la reconnaissance. Après avoir affirmé l’importance du philosophe canadien sur sa recherche, il définit « la déconsidération, ou les actes de déconsidération, comme le revers de la reconnaissance, (…) et [il] préfère parler de déconsidération, au lieu de manque de reconnaissance, pour mettre l’accent sur l’insulte morale qui se présente quand l’identité de l’interlocuteur, parfois de façon incisive, n’est indéniablement pas reconnue » (p. 118).

4Une des qualités, et non des moindres, de ce livre est que son auteur place le Brésil, les États-Unis et le Québec sur un même pied d’égalité, sans jamais céder, comme c’est souvent le cas chez les auteurs brésiliens, ni à la désespérance sur son pays d’origine, ni non plus à son exaltation. C’est donc une analyse comparative rigoureuse et sans complaisance que propose Luís Roberto Cardoso de Oliveira. On peut ainsi penser que ses doutes au sujet de l’idée selon laquelle, avant la conquête des droits civils dans les années 1960, le préjugé de couleur au Brésil avait des effets moins négatifs que la discrimination raciale légale aux États-Unis, ne manqueront pas de susciter quelque irritation chez ceux qui euphémisent aujourd’hui encore les conséquences du racisme dans la société brésilienne. Le rappel du coût pour le budget de l’État que représentait jusqu’à il y a peu le financement des retraites des fonctionnaires, s’il est assurément un bon exemple de l’une des formes qu’a pu historiquement prendre l’organisation politique d’une société hiérarchisée, ne devrait de même probablement pas lui valoir l’unanimité de ses collègues.

5Une tension parcourt le raisonnement de Cardoso de Oliveira. Elle tient précisément à la valeur qu’il accorde à la considération et concerne les limites des demandes de reconnaissance, qu’elles soient exprimées par des groupes ou par des individus. Il écrit ainsi « la reconnaissance d’une identité authentique n’est pas seulement une question de cordialité par rapport à l’interlocuteur, mais une obligation morale dont la nonobservance peut être vue comme une agression, même si elle n’est pas intentionnelle, de la part de celui qui nie la demande de reconnaissance » (p. 118).

6D’un point de vue normatif, un idéal aussi élevé d’empathie et de civilité se présente de prime abord comme un but souhaitable pour une société démocratique. Mais surgit aussitôt une série de questions, intrinsèquement liées ? Toute attente de considération est-elle légitime du point de vue de l’idée de démocratie ? Ou, dit autrement, toute demande de reconnaissance peut-elle être acceptée comme telle ? La revendication de droits moraux ne contreditelle pas souvent l’exercice des droits légaux ? L’auteur perçoit au fond bien le problème, mais il ne lui apporte pas véritablement de réponse définitive. Cela n’invalide en rien la richesse de son travail, car il se peut, en définitive, que cette tension soit insoluble et constitutive des sociétés démocratiques, contrainte à osciller entre un concept abstrait de l’individu-citoyen et la prise en compte concrète de la personne. Et des variations qui s’établissent entre ces deux pôles résultent largement du reste la diversité des figures de la démocratie.

7L’interrogation sur cette tension suggère l’ampleur du chantier ouvert par Luís R. Cardoso de Oliveira. En plaçant de la sorte le Brésil dans la discussion sur l’exigence de reconnaissance dans les sociétés démocratiques, il laisse en effet entrevoir comment le Brésil et les sociétés hybrides et métisses d’Amérique latine peuvent susciter des recherches théoriques et empiriques capables de contribuer à la réflexion sur le politique et le cours actuel de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Luís R. Cardoso de Oliveira, Droit légal et insulte morale. Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines, 48-49 | 2005, 263-265.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Luís R. Cardoso de Oliveira, Droit légal et insulte morale. Dilemmes de la citoyenneté au Brésil, au Québec et aux États-Unis », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 48-49 | 2005, mis en ligne le 15 août 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/7992

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université de Lille III / GRACC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org