Navigation – Plan du site
Dossier. Changement démographiques en Amérique Latine

Chapitre 2. La transition démographique

Maria Eugenia Cosio-zavala et Valeria López Gareri
p. 27-47

Texte intégral

1Le régime démographique primitif de forte mortalité et de natalité élevée a commencé à évoluer vers le milieu du XIXe siècle, grâce à certains progrès de la médecine et de l’hygiène. La mortalité a commencé à baisser en premier, notamment dans les pays de forte immigration européenne, comme l’Argentine, l’Uruguay et Cuba, qui montraient néanmoins, dès le début du XXe siècle, une mortalité proche de celle des pays d’Europe du Sud : par exemple, 37,2 ans en 1901 et 50,8 ans en 1931 d’espérances de vie à La Havane (Diaz Briquets, 1981). Après 1930, la baisse de la mortalité s’est généralisée en Amérique latine, ce qui a d’ailleurs entraîné l’accroissement rapide de la population étant donné le maintien de niveaux élevés de fécondité pendant plusieurs décennies, avant que la fécondité ne baisse à son tour.

Un demi-siècle de baisse de la mortalité

2Au cours du XIXe siècle, la mortalité était élevée dans tous les pays latino-américains, avec des espérances de vie à la naissance estimées à 25 ans aux environs de 1825 et à 27,2 ans en 1900 pour l’ensemble de la région. Cette stagnation en trois-quarts de siècle est à comparer à l’évolution rapide de la période suivante, puisque l’espérance de vie à la naissance a atteint, en 1960, 55,8 ans pour l’ensemble de l’Amérique latine, soit une progression considérable. La baisse de la mortalité après 1930 a pu se produire grâce à des mesures de santé publique, à l’introduction de la médecine moderne et de la prévention des maladies microbiennes qui ont bénéficié des découvertes scientifiques faites dans les pays développés, et aux campagnes scientifiquement coordonnées par les gouvernements nationaux et l’Organisation Panaméricaine de la Santé. Elle a été induite en quelque sorte indépendamment d’une évolution sociale propre aux pays latino-américains, par des méthodes et des techniques modernes, qui ont été appliquées alors que les conditions de vie de la majorité rurale de la population restaient précaires. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la baisse de la mortalité a été à la fois plus tardive et plus rapide que dans les pays européens et s’est surtout concentrée dans les grandes villes.

3Des campagnes massives de vaccination, d’hygiène, de traitement par antibiotiques ou d’installations d’eau potable ont permis de lutter efficacement contre des maladies infectieuses et parasitaires les plus meurtrières (paludisme, tuberculose). Un exemple typique est celui du coût du traitement antipaludique dans les Antilles anglaises, de 1,47 $ U.S. par habitant en 1943 alors que, dès 1947, grâce au DDT, ce coût s’était abaissé à 0,32 $ U.S. par habitant et le traitement pouvait s’effectuer à l’hôpital. De même, certaines méthodes préventives en matière d’assainissement de l’eau et des denrées alimentaires, comprenant l’évacuation des eaux usées, ont eu des effets très positifs et rapides sur les parasitoses. Par exemple, au Pérou, dans le bassin de l’Amazone, 99 % des écoliers étaient atteints d’infections intestinales vers 1960, alors qu’après un programme d’assainissement, 4 ans plus tard, la proportion était réduite à 58 %. Palloni estime qu’à peu près la moitié de la baisse de la mortalité entre 1950 et 1965 peut être attribuée à la diffusion de la nouvelle technologie médicale (Nations-Unies, 1953 ; Palloni, 1981).

Les inégalités devant la mort

4Dans l’ensemble, la baisse de la mortalité a été forte partout, mais très différente en rythme selon les pays. Ceci a eu pour conséquence d’accroître les disparités démographiques qui existaient déjà depuis l’indépendance et qui se sont creusées pendant le XIXe siècle, lors des grands mouvements d’immigration internationale. Arriaga (1970) distingue deux groupes de pays ; ceux où la baisse a été la plus précoce : Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Mexique et Panamá (groupe A), et ceux où la baisse a été la plus tardive : République Dominicaine, Nicaragua et Guatemala (groupe B). Ces deux groupes ne comprennent pas les pays où les niveaux de mortalité étaient déjà bas (Argentine, Uruguay, Cuba) et ceux où ils étaient encore très forts (Bolivie, Haïti). Les niveaux de mortalité des pays du groupe A et du groupe B, mesurés par l’espérance de vie à la naissance, figurent au graphique n° 3, qui permet de comparer le rythme de diminution de la mortalité dans les pays des groupes A et B comparés à un ensemble de pays européens

5Les périodes de plus forte baisse de la mortalité, et donc d’importantes augmentations des espérances de vie, se situent entre 1930 et 1960. La baisse a été d’autant plus forte qu’elle était plus tardive et que le niveau de mortalité de départ était élevé (faible espérance de vie). Les taux d’augmentation de l’espérance de vie à la naissance observés en Amérique latine (plus de 20/1 000) n’ont jamais été atteints en Europe, même pendant l’époque de plus forte augmentation qui se situe au début du XXe siècle (Graphique n° 3). Ils se sont considérablement ralentis par la suite.

6Les changements intervenus dans le nombre moyen d’années vécues entre 1930 et 1960 ont été calculés par Arriaga aux différents âges. La baisse la plus importante des espérances de vie, en chiffres absolus, concerne les jeunes enfants et correspond à un gain de plus d’un mois chaque année. Cependant, en chiffres relatifs, le changement principal a eu lieu entre 5 et 45 ans. Les groupes d’âges qui ont le moins bénéficié de la réduction de la mortalité, en termes relatifs, sont les personnes âgées. Il est en effet plus difficile de sauver une vie dans les groupes d’âges extrêmes compte tenu de la mortalité endogène. Par contre, les causes de décès dites exogènes, comme les infections, sont plus faciles à prévenir et sont plus fréquentes chez les jeunes et les adolescents (Arriaga, 1970).

Graphique n° 3 : Taux d’augmentation des espérances de vie à la naissance par groupes de pays (Amérique latine et Europe), 1850-1960

Graphique n° 3 : Taux d’augmentation des espérances de vie à la naissance par groupes de pays (Amérique latine et Europe), 1850-1960

Pays Latino-américains :
Groupe A : Brésil, Chili, Costa Rica, Mexique, Panamá
Groupe B : République Dominicaine, Nicaragua, Guatemala
Pays européens :
Groupe 1 : Danemark, Angleterre et Pays de Galles, France, Hollande, Norvège, Ecosse, Suède et Suisse
Groupe 2 : Autres pays européens, sauf l’Allemagne
Source : Arriaga (1970), Mortality decline in Latin America.

7Une analyse complète des changements de mortalité selon les causes de décès entre 1955 et 1973 a été réalisée par Palloni et Wyrick (1981), qui ont montré l’influence des progrès médicaux sur la diminution rapide des décès infectieux (notamment dans les pays infestés de paludisme) jusqu’en 1965 et un net ralentissement ensuite (voir encadré sur la situation en 1965). Par ailleurs, la baisse de la mortalité a été plus importante pour les femmes que pour les hommes. Les espérances de vie à la naissance ont augmenté, pour l’ensemble des pays latino-américains, de 21,8 ans pour les hommes et de 24,1 ans pour les femmes de 1930 à 1960, soit une augmentation supérieure de 10,5 % pour les femmes.

Les causes de décès en Amérique latine vers 1965
L’importance de chaque cause principale est fonction de l’âge au décès. Le rang occupé, tous âges réunis, est fonction de la composition par âge des décès. Les décès étant constitués principalement d’enfants, on obtenait le classement suivant pour l’ensemble de la région pour les dix premières causes de décès en 1965, encore typique d’une forte mortalité infectieuse :
1ère cause : Pneumonie, grippe
2ème cause : Gastro-entérite, diarrhées
3ème cause : Prématurité
4ème cause : Tuberculose
5ème cause : Cancer
6ème cause : Accidents
7ème cause : Maladies du cœur
8ème cause : Lésions vasculaires
9ème cause : Bronchite
10ème cause : Homicides
Les maladies infectieuses et de l’enfance étaient donc encore prédominantes. Cependant, à mesure que la mortalité a baissé, les causes de décès se sont modifiées, suivant en cela le précédent européen selon lequel les causes exogènes (infections, parasitoses) sont peu à peu remplacées par les causes endogènes (tumeurs, maladies du cœur). Par exemple, au Mexique, on observait, entre 1930 et 1967, une augmentation des décès par tumeurs, au second rang des causes de décès, mais les infections gardaient le premier rang des causes de décès (Organisation Panaméricaine de la Santé, 1973).

Le creusement des disparités régionales

8La période de baisse rapide de la mortalité a vu surgir d’énormes disparités régionales dans les niveaux et dans les tendances d’évolution. Le tableau n° 5 présente les espérances de vie à la naissance pour les périodes 1975-1980, 1990-95 et 2000-2005, séparément pour les hommes et les femmes. Il faut remarquer que les écarts entre les valeurs extrêmes sont considérables en 2000-2005, allant d’un maximum de 80,8 ans pour les femmes au Chili à un minimum de 50,8 ans pour les hommes en Haïti. Les espérances de vie pour le sexe féminin sont bien entendu supérieures à celles du sexe masculin, mais ceci n’est pas particulier à la région. La différence entre les valeurs extrêmes est de 24,69 ans pour le sexe masculin et de 23,53 ans pour le sexe féminin en 1975-80 et de 18 ans et 20,1 ans respectivement, en 2000-2005.

9Il convient de séparer les pays en plusieurs groupes. Le premier groupe formé par le Chili, Cuba, le Costa Rica, l’Uruguay, Panamá et l’Argentine, dont les espérances de vie à la naissance dépassaient le seuil des 78 ans pour le sexe féminin, avec des caractéristiques communes : ancienneté de la baisse, en particulier pour l’Argentine et l’Uruguay, mortalité infantile modérée, baisse de mortalité rapide pour Cuba, le Costa Rica et Panamá. Ces pays ont été les seuls où les progrès de l’hygiène et de l’appareil médico-social ont fait diminuer la mortalité dans de larges secteurs de la population, malgré un ralentissement du rythme de progression de l’espérance de vie après 1970, notamment en Argentine et en Uruguay (Muller et Accinelli, 1978).

Tableau n° 5 : Espérance de vie à la naissance en Amérique latine, 1975-1980, 1990-1995 et 2000-2005

Pays

Espérances de vie (années)

1975-1980

1990-1995

2000-2005

Hommes

Femmes

Ensemble

Hommes

Femmes

Ensemble

Hommes

Femmes

Ensemble

Amérique latine

60,9

66,1

63,4

65,8

72,4

69,0

68,8

75,2

71,9

Argentine

65,4

72,2

68,8

68,6

75,8

72,1

70,6

78,1

74,3

Bolivie

48,0

52,2

50,1

58,3

61,8

60,0

61,8

66,0

63,8

Brésil

59,5

64,3

61,8

63,7

71,5

67,5

67,3

74,9

71,0

Chili

63,9

70,6

67,2

71,5

77,4

74,3

74,8

80,8

77,7

Colombie

61,8

66,3

64,0

64,3

73,0

68,6

69,2

75,3

72,2

Costa Rica

68,9

73,3

71,0

74,0

78,6

76,2

75,8

80,6

78,1

Cuba

71,5

74,8

73,1

73,5

77,3

75,3

74,8

78,7

76,7

Equateur

59,7

63,2

61,4

67,6

72,6

70,0

71,3

77,2

74,2

El Salvador

52,2

62,2

57,1

63,3

71,1

67,1

67,7

73,7

70,6

Guatemala

54,4

58,0

56,2

60,5

66,8

63,6

65,5

72,5

68,9

Haïti

49,2

52,2

50,7

54,0

56,8

55,4

57,8

60,7

59,2

Honduras

55,6

59,9

57,7

65,4

70,1

67,7

68,6

73,4

71,0

Mexique

62,2

68,6

65,3

68,5

74,5

71,5

70,4

76,4

73,4

Nicaragua

55,3

60,0

57,6

63,5

68,7

66,1

67,2

71,9

69,5

Panama

67,0

71,1

69,0

70,2

75,7

72,9

72,3

77,4

74,7

Paraguay

64,4

68,7

66,5

66,3

70,8

68,5

68,6

73,1

70,8

Pérou

56,7

60,5

58,5

64,4

69,2

66,7

67,3

72,4

69,8

République Dominicaine

60,3

64,0

62,1

65,0

69,0

67,0

67,8

72,4

70,1

Uruguay

66,3

73,1

69,6

69,2

76,9

73,0

71,6

78,9

75,2

Venezuela

64,8

70,7

67,7

68,7

74,5

71,5

69,9

75,8

72,8

Source : CELADE (2004), América Latina : Tablas de Mortalidad, 1950-2025.

10Un second groupe est formé par les pays de mortalité moyenne : Venezuela, Mexique, Colombie, Brésil, et Équateur. Ces pays ont atteint le seuil des 60 ans d’espérance de vie à la naissance à la fin des années 1970 et sont juste au-dessus de 75 ans d’espérance de vie pour les femmes en 2000-2005. Ils ont connu une réduction importante de la mortalité dans les dernières décennies. Cependant, de larges secteurs de la population, en particulier rurale, ne bénéficiaient pas des progrès de l’hygiène et de la médecine, les programmes d’assainissement et de prévention étant souvent limités aux villes. Faute d’un progrès réel au niveau des sociétés nationales tout entières, un certain ralentissement de la baisse de la mortalité s’est manifesté et la mortalité infantile est restée élevée. En effet, dans tous les pays du monde, l’expérience montre qu’il est aisé de combattre une très forte mortalité mais que des progrès plus importants ne sont obtenus que dans les sociétés où les inégalités sociales sont relativement faibles.

11Un troisième groupe est formé par le Guatemala, le Honduras, le Pérou, le Nicaragua, le Salvador, le Paraguay, la République dominicaine, avec des niveaux de mortalité qui ont progressé entre 1970 et 2005. La baisse de la mortalité s’est produite à partir d’espérances de vie à la naissance, en 1970-1975, inférieures à 60 ans, conséquence d’un faible niveau de vie et d’inégalités sociales très importantes, jusqu’à atteindre 65 ans dans les années 1990-1995 et 70 ans en 2000-2005. Finalement, il faut signaler le cas de Haïti et de la Bolivie, dont les niveaux de mortalité se situaient encore parmi les plus forts du monde, avec des espérances de vie à la naissance autour de 60 ans en 2000-2005. Ces deux pays accusent un retard très important dans leur développement économique et social, s’exprimant par une forte mortalité à tous les âges et notamment chez les jeunes enfants.

12Le ralentissement de la baisse de la mortalité après 1980 est généralement expliqué par la persistance d’un faible niveau de vie et le maintien de taux élevés de mortalité infantile et juvénile. De plus, des épidémies de rougeole ou le retour du paludisme peuvent encore se produire, comme ce fut le cas en 1990-1991 au Costa Rica, par suite de relâchements impardonnables dans les politiques publiques de santé. Les 6 000 cas de rougeole et 40 décès en 15 mois ont été la conséquence d’une mauvaise couverture vaccinale dans les 15 dernières années ; quand au retour du paludisme, il a été purement et simplement ignoré et non traité (Mata et Rosero, 1992 ; Palloni, 1981). Il faut également signaler la mortalité par Sida, qui, bien que faible encore, augmente rapidement, alors que les politiques de prévention sont remarquablement peu développées. La sexualité, notamment extra-conjugale, est un sujet extrêmement tabou qui n’est jamais abordé directement par les campagnes sanitaires, alors que l’infection par VIH se développe sans être dénoncée publiquement. La situation est donc très préoccupante. En outre, dans le cas de Haïti, on observe une forte prévalence du VIH et des décès par Sida.

13Cette rapide description des disparités régionales de la mortalité latino-américaine reflète les difficultés dans l’éradication des maladies infectieuses ou parasitaires qui ont, depuis de nombreuses années, pratiquement disparu dans les pays les plus développés mais qui demeurent des causes importantes de décès dans la région. La progression des espérances de vie dans l’actualité est ainsi freinée par un niveau élevé de mortalité infantile et juvénile. Une étude de l’Organisation Panaméricaine de la Santé, pour la période 1977-1980, a montré la persistance de la mortalité par les infections respiratoires (pneumonie et grippe) et digestives (gastro-entérites) au premier et deuxième rangs pour les femmes, suivies par les maladies du cœur ; pour les hommes, ces causes de décès étant au deuxième et troisième rangs, derrière les accidents (Organisation Panaméricaine de la Santé, 1982 ; Puffer et Serrano, 1973). Les progrès enregistrés plus récemment, comme par exemple au Mexique dans les années quatre-vingt-dix, concernent justement les infections respiratoires et les accidents principalement (Arriaga, 1986).

La mortalité infantile

14Comme nous l’avons signalé précédemment, la mortalité des enfants âgés de moins d’un an reste forte malgré l’importance de la baisse enregistrée dans les dernières décennies (Tableau n° 6), et les taux de mortalité infantile des pays latino-américains se situent à des niveaux très différents. Les progrès accomplis à Cuba, au Chili et au Costa Rica dans le domaine de la santé et de l’éducation expliquent les taux beaucoup plus faibles que ceux de l’ensemble de la région, de 7,8 et 10,5 décès avant un an pour mille naissances respectivement, bien que ces taux soient encore supérieurs aux taux européens (4 décès/1 000 naissances en Finlande et en Suède en 1996, 5 en Norvège, aux Pays-Bas, au Danemark et en Suisse). La plupart des autres pays connaissent des niveaux de mortalité infantile supérieurs à 40/1 000, c’est-à-dire assez élevés alors même qu’ils sont sous-estimés. Ils doivent généralement être révisés et corrigés étant donné l’importance du sous-enregistrement des décès des très jeunes enfants.

Tableau n° 6 : Taux de mortalité infantile, 1950-1955, 1985-1990 et 2000-2005

Pays

Taux de mortalité infantile (pour 1000 naissances)

1950-1955

1985-1990

2000-205

Amérique latine

127,7

47,5

27,7

Argentine

65,9

27,1

15,0

Bolivie

175,7

90,1

55,6

Brésil

134,7

52,4

27,3

Chili

120,3

18,4

8,0

Colombie

123,2

41,4

25,6

Costa Rica

93,8

17,4

10,5

Cuba

80,6

12,9

7,3

Equateur

139,5

55,5

24,9

El Salvador

151,1

54,0

26,4

Guatemala

140,8

67,1

38,6

Haïti

219,6

100,1

59,1

Honduras

169,3

53,0

31,2

Mexique

121,2

39,5

28,2

Nicaragua

172,3

65,0

30,1

Panama

93,0

29,6

20,6

Paraguay

73,4

46,7

37,0

Pérou

158,6

68,0

33,4

République Dominicaine

149,4

54,1

34,4

Uruguay

57,4

22,6

13,1

Venezuela

106,4

26,9

17,5

Source : CELADE (2004), América Latina : Tablas de Mortalidad, 1950-2025.

15L’important projet de recherche sur la mortalité infantile lancé par l’Organisation Panaméricaine de la Santé de 1962 à 1970 a permis d’expliquer les particularités de la mortalité infantile et juvénile. Le problème alimentaire est encore très important de nos jours dans la région, à tel point que la plupart des décès des jeunes enfants se produisent sous l’influence de déficiences nutritionnelles associées à des causes infectieuses. Par exemple, alors que la rougeole est la première cause de décès d’enfants, en particulier à Recife (Brésil) et à La Paz (Bolivie), les médecins ont montré que cette maladie devenait fatale sous l’influence de carences alimentaires. C’est donc l’association d’une déficience nutritionnelle et d’une maladie en général infectieuse qui explique la forte mortalité infantile. L’étude de l’Organisation Panaméricaine de la Santé a bien montré que le problème le plus sérieux restait le problème nutritionnel lié aux mauvaises conditions de vie. Dans une des régions étudiées, à Monterrey (Mexique), sur cent décès d’enfants de six mois à quatre ans, dix étaient attribués à la seule malnutrition, mais plus de 50 comprenaient la malnutrition comme cause associée (Behm et al, 1976-1978 ; Puffer et Serrano, 1973 ; Serrano, 1970). La mortalité infantile demeurera donc élevée tant que les déficiences nutritionnelles ne seront pas éliminées, c’est-à-dire la pauvreté. Or, dans la région, entre le tiers et le cinquième des décès se produisent avant l’âge de cinq ans ; c’est dire l’importance de la mortalité des jeunes enfants et des nourrissons sur le niveau global de la mortalité.

Les taux bruts de mortalité
La situation de la mortalité latino-américaine peut être présentée sous un jour moins pessimiste. De nombreux chiffres sont souvent avancés qui montrent que des progrès extraordinaires ont été accomplis dans tous les pays d’Amérique latine et qu’ils ont abouti à des niveaux de mortalité parmi les plus bas du monde. Or, ces chiffres existent et ils sont relativement exacts. Ce sont les taux bruts de mortalité. Mais lorsque des comparaisons de mortalité sont faites, les taux bruts sont un outil extrêmement biaisé car les décès annuels sont rapportés à la population totale. Dans une population, le nombre annuel de décès dépend du niveau de la mortalité, mais aussi du nombre de personnes en âge de décéder. Comme dans les pays d’Amérique latine, le nombre de personnes âgées est très faible car les populations sont très jeunes, les décès par rapport à la population sont également très faibles. C’est ainsi que le Costa Rica a enregistré en 1995 un taux brut de mortalité de 3,7/1 000 alors qu’il était de 11/1 000 en Suède, pays qui a pourtant une mortalité très basse. Il ne faut donc pas comparer les faibles taux bruts de mortalité des pays latino-américains à ceux d’autres régions du monde. Pour les comparaisons, les espérances de vie à la naissance peuvent être utilisées. Dans ce cas, le Costa Rica a une espérance de vie inférieure à celle de la Suède en 1995, soit 76 ans pour le Costa Rica et 78 ans pour la Suède. La Suède a donc bien une mortalité plus faible que le Costa Rica, contrairement à ce que peut faire croire la comparaison des taux bruts de mortalité. Une autre solution consiste à calculer des taux comparatifs de mortalité, à structure par âges constante.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique n° 3 : Taux d’augmentation des espérances de vie à la naissance par groupes de pays (Amérique latine et Europe), 1850-1960
Légende Pays Latino-américains :Groupe A : Brésil, Chili, Costa Rica, Mexique, PanamáGroupe B : République Dominicaine, Nicaragua, GuatemalaPays européens :Groupe 1 : Danemark, Angleterre et Pays de Galles, France, Hollande, Norvège, Ecosse, Suède et SuisseGroupe 2 : Autres pays européens, sauf l’AllemagneSource : Arriaga (1970), Mortality decline in Latin America.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/7761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Eugenia Cosio-zavala et Valeria López Gareri, « Chapitre 2. La transition démographique », Cahiers des Amériques latines, 47 | 2004, 27-47.

Référence électronique

Maria Eugenia Cosio-zavala et Valeria López Gareri, « Chapitre 2. La transition démographique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 47 | 2004, mis en ligne le 14 août 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/7761

Haut de page

Auteurs

Maria Eugenia Cosio-zavala

Professeur en Démographie, Université de Paris X-Credal.

Articles du même auteur

Valeria López Gareri

Docteur en Démographie, CERPOS, Université Paris X.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org