Navigation – Plan du site
Lectures

Ezequiel Adamovsky, Historia de la Clase Media Argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión, 1919-2003

Planeta, Buenos Aires, 2010, 544 p.
Sébastien Velut
p. 210-212
Référence(s) :
Ezequiel Adamovsky, Historia de la Clase Media Argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión, 1919-2003, Planeta, Buenos Aires, 2010, 544 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

1Il est généralement admis que l’Argentine se distingue en Amérique latine par l’importance de sa classe moyenne, établie et consolidée dans la deuxième moitié du xxe siècle avant d’être remise en question tout d’abord par les réformes néo-libérales des années 1990, puis par la crise de 2001. C’est donc avec intérêt que l’on découvre le livre d’Ezequiel Adamovsky qui propose de replacer la classe moyenne dans une perspective historique plus large : son livre remonte même en amont des années 1920 évoquées dans le titre, allant jusqu’à chercher les origines de la classe moyenne argentine dans la seconde moitié du xixe siècle.

2Cet ouvrage est original et parfois déconcertant dans sa méthode et son propos. Là où l’on attendrait une discussion relevant de l’histoire sociale d’un groupe, Ezquiel Adamovsky, prend le parti de décaler volontairement son propos pour se situer dans un registre d’interprétation culturelle et politique. Le sous-titre de l’ouvrage indique bien qu’il s’agit de travailler sur le mythe de la classe moyenne en Argentine, sur la façon dont cette expression et les formulations qui lui sont associées se sont imposées dans les représentations que les Argentins se donnent de leur propre société. La photo de couverture, censée illustrer l’identité de la classe moyenne argentine, est un clin d’œil puisqu’elle est empruntée à une série télévisée des années 1960, La Familia Falcón, et relève donc avant tout du mythe véhiculé par les moyens de communication de masse et non pas d’un idéal type de la classe moyenne.

3La définition objective de la classe moyenne étant bien évidemment une tâche impossible, la stratégie choisie par Ezequiel Adamovsky se révèle au fond la seule envisageable. Il s’agit de comprendre de quelle façon l’idée de classe moyenne s’est diffusée pour décrire l’évolution de la société argentine et, surtout, quels enjeux ont été associés à cette diffusion. Pour cela, Ezequiel Adamovsky utilise des sources très variées et considérables, qui vont des quelques informations données par les recensements de la population jusqu’aux œuvres littéraires en passant par la presse, la bande dessinée, le discours politique, le cinéma et la télévision. De surcroît, il opère une jonction délicate entre les périodes anciennes, connues à travers l’archive, l’histoire proche pour laquelle des entretiens ont été réalisés avec certains des acteurs et, finalement, la période actuelle qui relève parfois d’observations directes faites par l’auteur dans les assemblées de quartier des années 2002-2003.

4L’ensemble donne un ouvrage quelque peu hétéroclite, juxtaposant des passages relatifs à l’histoire politique de l’Argentine, des analyses sur l’évolution des emplois et de l’industrie ou des développements portant sur le théâtre ou le cinéma et leur façon de présenter les classes moyennes. Sans vouloir à tout prix alourdir un livre déjà volumineux, on aurait aimé que l’auteur précise davantage les cadres conceptuels lui permettant de procéder à cette agrégation de périodes, de sources et de points de vue. Or, s’il fournit une longue liste de références portant sur la classe moyenne en Argentine en tant que telle, il n’engage pas le débat sur les approches d’histoire sociale qui aurait permis sans doute de clarifier son propos. De même, les sociologues de l’Argentine contemporaine pourraient être davantage mobilisés dans la dernière partie du livre pour confronter leurs visions à celle de l’historien. Malgré les efforts déployés pour maintenir l’unité du livre, il est finalement certain que les lecteurs passeront plus ou moins vite sur les différents thèmes en fonction de leurs propres préoccupations. L’aspect le plus original reste la discussion sur les courants intellectuels et les représentations artistiques des classes moyennes, qui fait émerger d’intéressantes réflexions consacrées par exemple au rôle de Gino Germani et à l’évolution de ses analyses, à certaines institutions trop peu étudiées – on pense en particulier au Museo Social Argentino – ou à des personnages quelque peu oubliés comme Jorge Newton, auteur de théâtre à succès, Silvio Frondizi, frère du président Arturo Frondizi et fondateur du Movimiento de Izquierda Revolucionaria, ou comme Cipriano Pons Lezica, descendant d’une riche famille qui créa dans les années 1950 un éphémère Mouvement de la classe moyenne.

5La thèse centrale d’Ezequiel Adamowsky fait ressortir le rôle majeur des tendances anti-péronistes pour installer l’idée d’une Argentine des classes moyennes. Face à la valorisation des classes populaires par le discours péroniste, la classe moyenne apparaissait comme le seul contrepoids possible capable de légitimer le projet politique des gouvernements développementistes – particulièrement celui de Frondizi entre 1958 et 1962. Avec la notion de classe moyenne est défendue l’idée d’une Argentine urbaine – et plus particulièrement porteña –, blanche, éduquée, attachée à des valeurs familiales et ayant accès aux biens de consommation comme l’automobile et la télévision. Cette idée s’oppose à l’Argentine des péronistes incarnée par les pauvres et les humbles que défendait Evita, mais dont l’inexpérience politique constituerait le terreau du populisme. La classe moyenne s’oppose également à une classe supérieure, à une oligarchie trop riche, trop peu préoccupée des problèmes nationaux et favorisant les régimes autoritaires. Ainsi la classe moyenne idéalisée est-elle conçue par ses défenseurs non seulement comme le gros de la société argentine, mais aussi – par synecdoque – comme la représentante de l’Argentine dans son ensemble et dans ce qu’elle a de meilleur (l’Argentine des fonctionnaires, des employés de bureau, des enseignants, des agriculteurs petits et moyens, éduqués, modérés et travailleurs).

6Ce mythe se défait peu à peu sous les attaques portées par ceux-là mêmes qui sont censés en faire partie et qui adoptent, dans les années 1960, des idéologies radicalement critiques de la « petit bourgeoisie». Il cède aussi face à la dictature des années 1976-1983, qui non seulement persécute et assassine les membres révoltés de la classe moyenne, mais aussi remet en question les conditions matérielles de sa reproduction en commençant le démantèlement de certaines grandes institutions publiques. Cette dissolution, poursuivie dans les années 1990 sous la présidence de Carlos Menem, n’en a pourtant pas fini avec le mythe de la classe moyenne demeurant encore très présent dans la presse, notamment autour de la crise de 2001 qui offrit l’occasion d’un rapprochement avec les couches populaires.

7Quelles que soient les réserves exprimées ici, le livre d’Ezequiel Adamovsky se lit d’une traite, avec plaisir et intérêt. Excellente introduction à l’histoire sociale de l’Argentine contemporaine, il soulève de nombreuses questions dont beaucoup mériteraient d’être explorées plus à fond et systématisées sur des périodes et des échantillons plus restreints que ce long xxe siècle qu’il s’efforce de couvrir. On ne saurait toutefois bouder son plaisir devant un ouvrage qui ose le pari de la synthèse et en montre les vertus : c’est aussi la qualité d’une fresque qui donne toute leur valeur aux détails.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Velut, « Ezequiel Adamovsky, Historia de la Clase Media Argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión, 1919-2003 », Cahiers des Amériques latines, 65 | 2010, 210-212.

Référence électronique

Sébastien Velut, « Ezequiel Adamovsky, Historia de la Clase Media Argentina. Apogeo y decadencia de una ilusión, 1919-2003 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 65 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/736

Haut de page

Auteur

Sébastien Velut

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IHEAL/ CREDA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org