Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Miguel Angel Herrera C., Bongos, Bogas, Vapores y Marinos. Historia de los « marineros » del río San Juan, 1849-1855

Managua, Centro Nicaragüense de escritores, 2000, 287 p.
Alain Musset
p. 165-167
Référence(s) :
Miguel Angel Herrera C., Bongos, Bogas, Vapores y Marinos. Historia de los « marineros » del río San Juan, 1849-1855. Managua, Centro Nicaragüense de escritores, 2000, 287 p.

Texte intégral

1Le 16 mai 1854, le capitaine Smith, du bateau à vapeur Routh, a tué Antonio Paladino d’une balle en plein cœur. Ainsi débute le livre de Miguel Angel Herrera : par une énigme et par un meurtre. Pourtant, l’enquête menée par le jeune historien nicaraguayen n’est pas un roman policier, même si les 250 pages qui suivent, écrites dans un style enlevé, toujours plaisant, se lisent d’une seule traite. C’est un vrai, un beau livre d’histoire, qui permet de comprendre les mécanismes économiques, politiques, sociaux mais aussi ethniques et culturels, qui aboutissent à la mort d’un maître de pirogues (bongos), sur les bords du Rio San Juan, en ce Nicaragua du milieu du XIXe siècle. Le meurtre qui marque le début de l’ouvrage pose déjà toutes les bases du problème : d’un côté, la vapeur, de l’autre la pirogue ; d’un côté Smith, de l’autre Paladino. La vapeur anglaise contre la sueur espagnole.

2Le Nicaragua est alors au centre du monde, ou presque. La découverte des gisements d’or en Californie draine vers la côte Pacifique des États-Unis des milliers de candidats à l’exil et à la fortune. De 1849 à 1855, la petite République centraméricaine offre la meilleure option aux voyageurs, qui remontent le Rio San Juan depuis San Juan del Norte (Greytown) jusqu’au lac Nicaragua, puis qui rejoignent San Juan del Sur pour embarquer sur des navires de haute mer dont la destination finale est le port de San Francisco. Il faudra l’intervention armée du mercenaire nord-américain William Walker, mais surtout la mise en œuvre du chemin de fer transisthmique au Panamá, pour sonner le glas de cet itinéraire et assurer la ruine des entreprises, grandes ou petites, qui transportaient les passagers d’un bord à l’autre du continent.

3Le travail de Miguel Angel Herrera ne porte pas sur l’itinéraire suivi par les apprentis chercheurs d’or, ni sur les projets ultérieurs de canal interocéanique soutenus par la couronne d’Angleterre, forte de ses nombreux points d’appuis sur la côte Atlantique, dans une région, la Mosquitía, qui n’a jamais vraiment appartenu à l’Empire espagnol. L’enquête menée par l’auteur s’intéresse avant tout aux conséquences sur les sociétés locales de cette brusque ouverture sur l’extérieur, de ces flux inattendus d’hommes et de marchandises qui bouleversent les habitudes, les traditions et les hiérarchies héritées de l’époque coloniale. Ces territoires périphériques, longtemps marginalisés, occupent brutalement le devant de la scène et entrent de plain-pied dans le vaste processus de mondialisation des échanges qui caractérise le XIXe siècle, à la fois dominé et entraîné par la vapeur. Le Nicaragua, mal préparé à une telle mutation, devient la proie de nouvelles puissances (États ou compagnies privées), qui imposent leur volonté à des élites séduites et bafouées, à des couches populaires en quête avant tout de travail et de nourriture, mais aux intérêts divergents – pour ne pas dire antagonistes.

4Pour mener à bien son enquête, Miguel Angel Herrera utilise des sources mal connues et souvent peu exploitées : rapports des consuls anglais et nord-américains ; archives des agents commerciaux installés sur place et de la Compañia Acessoria del Tránsito (CAT), fondée par Cornelius Vanderbilt pour organiser la traversée du pays ; journaux locaux et chroniques de voyageurs ; journaux de bord des capitaines de navire – en particulier le journal du capitaine Fayssoux, commandant la goélette Granada.

5Le brassage de cette vaste documentation lui permet de plonger dans l’univers des décideurs, des chefs d’entreprises, des diplomates et des commerçants, mais aussi de s’intéresser aux marins, aux piroguiers, et à leurs familles. Les deux premiers chapitres du livre analysent le contexte politique et économique national, en relation avec l’itinéraire interocéanique mis en place par Vanderbilt. L’État nicaraguayen, à peine sorti des limbes, ne peut que s’incliner devant la CAT, considérée comme le seul moteur d’une modernisation à la fois nécessaire et redoutée. En quelques années, les activités de transit transforment le territoire et la société. L’économie se monétarise, le commerce extérieur explose, les produits nicaraguayens (bois de teinte, cuirs, tabac, maïs, etc.) prennent la route de Londres et de New-York. Dans le même temps, la production artisanale se développe, afin de répondre aux besoins des compagnies de navigation et aux entreprises de transport terrestre, mais aussi aux attentes des voyageurs (fabrication de chapeaux de paille). Masaya renforce ainsi son rôle de capitale de l’artisanat nicaraguayen.

6Les trois derniers chapitres, situés au carrefour méthodologique de l’histoire et de l’anthropologie, s’intéressent aux communautés liées à l’organisation du trafic maritime et fluvial. Piroguiers et marins font ici l’objet d’une étude particulièrement bien menée, même si on aurait voulu, comme toujours, en savoir plus sur les micro-sociétés constituées autour des activités de transport, tout au long de l’axe San Juan del Norte-San Juan del Sur (c’est en particulier le cas de la composition ethnique des équipages). Cependant, à juste titre, Miguel Angel Herrera ne se limite pas à étudier le travail de ces hommes de peine : il se penche aussi sur leurs coutumes, sur leur religion et sur les rituels qui accompagnent leur voyage au fil de l’eau. Pour en revenir au meurtre initial, point de départ de l’enquête historique (mais presque point final de l’aventure transisthmique nicaraguayenne), on peut dire que les deux premiers chapitres permettent de comprendre l’opposition entre les deux noms (Smith contre Paladino), alors que les trois suivants expliquent la rivalité entre la pirogue et le bateau à vapeur. La boucle est alors bouclée : la balle de Smith ne tue pas seulement un homme, elle établit les règles d’une mondialisation à sens unique, dont les effets se font encore sentir aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Musset, « Miguel Angel Herrera C., Bongos, Bogas, Vapores y Marinos. Historia de los « marineros » del río San Juan, 1849-1855 », Cahiers des Amériques latines, 42 | 2003, 165-167.

Référence électronique

Alain Musset, « Miguel Angel Herrera C., Bongos, Bogas, Vapores y Marinos. Historia de los « marineros » del río San Juan, 1849-1855 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 42 | 2003, mis en ligne le 09 août 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/7220

Haut de page

Auteur

Alain Musset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org