Navigation – Plan du site
Chronique

Désagréger l’Amérique latine. Diversité des trajectoires et groupes émergents

Abraham F. Lowenthal
Traduction de Olivier Compagnon et Adriana Ortega Orozco
p. 9-21

Notes de l’auteur

Une première version de ce texte est initialement parue en anglais en novembre 2011, sur le site de la Brookings Institution de Washington, à l’adresse suivante : http://www.brookings.edu/papers/2011/1101latinamericalowenthal.aspx

Texte intégral

1Depuis que l’on a désigné, au xixe siècle, la région située au sud des États-Unis et du Canada sous le nom d’« Amérique latine », le terme a toujours semblé davantage correspondre à une réalité vue de l’extérieur de l’hémisphère occidental que de l’intérieur de celui-ci. Depuis l’extérieur – et particulièrement depuis l’Europe –, les nations latino-américaines apparaissent souvent plus étroitement liées les unes aux autres qu’elles ne le sont si on les observe de plus près. En réalité, ces pays ont longtemps été divisés par presque autant d’éléments que ceux qui les unissent, parmi lesquels il faut souligner des histoires et des héritages coloniaux variés, des géographies, des démographies et des compositions ethniques radicalement différentes. Ils présentent également différents types et niveaux de développement économique et social, des traditions et institutions politiques variables, des modes d’insertion dans l’économie et les relations internationales diversifiés. Certes, la plupart des pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, de même que certaines parties des Caraïbes, partagent des traditions ibériques communes en matière d’histoire, de religion, de langue ou de culture ; nombre d’entre eux ont tissé des relations plus ou moins comparables avec les pays industriels et tous partagent le même hémisphère avec les États-Unis et le Canada. Il n’en demeure pas moins qu’il convient de ne jamais perdre de vue les nombreuses et importantes différences qui séparent les divers États de la région.

2Durant les années 1990, de nombreux acteurs politiques, tant aux États-Unis qu’en Europe, se sont accordés pour penser que les pays d’Amérique latine tendaient vers une certaine convergence et qu’ils suivaient désormais, à des rythmes différents, le même chemin irréversible de la libéralisation politique et économique – le Chili ayant fait œuvre de pionnier en la matière. Cette perception est actuellement remise en question tandis que certains pays semblent poursuivre des objectifs distincts et privilégier des approches et des politiques contrastées. Au point d’ailleurs que la rhétorique développée à propos de l’intégration régionale, voire les mesures institutionnelles prises en ce sens telles que la Communauté des États de ’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), n’apparaissent plus que comme des vœux pieux. L’affirmation de l’unité de l’Amérique latine – ou, tout du moins, de l’unité sud-américaine – est souvent contredite dans la pratique. Désormais, l’intégration transnationale qui est à l’œuvre en Amérique latine se joue bien davantage au niveau des entreprises et des réseaux professionnels qu’à celui des gouvernements et des organisations multilatérales. Pour la plupart, les accords commerciaux interrégionaux n’ont pas pu être adoptés et le commerce interrégional a diminué au cours des dernières années, à la fois entre les pays membres du Mercosur et entre ceux de la Communauté andine des Nations.

Désagréger l’Amérique latine

3Les pays d’Amérique latine peuvent être mieux compris et analysés si l’on se concentre sur la place qu’ils occupent en fonction de cinq données distinctes – trois de type structurel, deux de nature historique et institutionnelle –, qui ont des répercussions importantes sur la façon dont ces pays fonctionnent politiquement et économiquement, ainsi que pour le rôle qu’ils jouent à l’échelle internationale :

– leur niveau d’interdépendance économique et démographique avec les États-Unis ou avec d’autres grandes régions comme l’Europe et la Chine ;

– leur degré de richesse en ressources naturelles et leur degré d’ouverture à la concurrence internationale, ainsi que la nature de leur insertion dans l’économie mondiale ;

– la manière dont ils sont confrontés au défi de l’intégration des populations traditionnellement exclues, à savoir les millions d’indigènes marginalisés, défavorisés et de plus en plus mobilisés, mais aussi les Afro-descendants et d’autres groupes plongés dans une pauvreté profonde, partiellement intégrés au système économique et exclus d’une citoyenneté effective ;

– la force et la capacité de l’État et des institutions civiles et politiques (partis politiques, syndicats, organisations religieuses, médias, autres entités non gouvernementales) ;

– la vitalité de la gouvernance démocratique que l’on peut mesurer au travers de la séparation des différents domaines d’activité du gouverne­ment, de l’existence de contre-pouvoirs, de la tenue d’élections libres et équitables, de l’existence de médias indépendants ou de la primauté du droit.

4Plutôt que d’utiliser des catégories traditionnelles et généralement dichotomiques (gauche/droite, autoritarisme/démocratie, marché libre/marché étatique, etc.) pour penser la position de chacun des pays de la région latino-américaine et comprendre les différences existant entre eux, il semble en effet plus opératoire de les situer dans le spectre défini par ces cinq dimensions.

5À bien des égards, le terme même d’Amérique latine n’est plus guère utile. Il semble plus pertinent, en effet, de distinguer des sous-catégories permettant de grouper certains pays entre eux : les pays d’Amérique du Nord – le Mexique, les nations d’Amérique centrale et les Caraïbes – qui vivent dans une étroite intégration avec les États-Unis – y compris Cuba ; le Brésil, un pays continent qui ne s’est jamais senti lié par des relations étroites et exclusives avec ses voisins sud-américains et qui se trouve à présent, plus que jamais, connecté avec l’Asie, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe en même temps qu’avec le reste de l’Amérique latine et les États-Unis ; les régions amérindiennes – en premier lieu celles de la cordillère des Andes, mais aussi le sud du Mexique, certaines parties de l’Amérique centrale et le Paraguay – qui sont fondamentalement façonnées par leurs populations autochtones ; les pays proprement « latins » du cône sud dont la composition ethnique, les structures sociales, les traditions et les institutions politiques sont à peu près similaires à celles de l’Europe continentale. Ces sous-catégories ne sont pas géographiquement définies et ne correspondent pas à des dynamiques d’intégration économique subrégionale ; elles constituent plutôt des regroupements conceptuels qui mettent en avant des caractéristiques communes, permettant d’expliquer des comportements similaires en de nombreux domaines et de donner sens aux chemins différenciés empruntés par certains groupes de pays au-delà des dynamiques d’intégration régionale.

Concilier équité et marché : le défi universel

6Dans le cadre de leurs efforts pour parvenir à concilier croissance économique, équité socio-économique et inclusion sociale, tous les pays latino-américains se sont tous éloignés, au cours des dernières années, des pôles extrêmes que constituaient, d’une part, le capitalisme débridé et, d’autre part, les économies socialistes gérées par l’État. À Cuba, où les frères Castro continuent de se proclamer socialistes, on est en train de réduire de manière drastique le nombre de fonctionnaires d’État, d’autoriser la propriété privée des logements, d’encourager la production agricole et les marchés privés, ainsi que les petites entreprises de nombreux types, tout en menant par ailleurs des expériences réintroduisant des incitations matérielles et autres pratiques capitalistes. Selon l’avis de plusieurs observateurs, il ne fait guère de doute que l’économie cubaine fera l’objet de transformations radicales durant la prochaine décennie, que ce soit sous la forme de réformes graduelles ou d’une véritable rupture, et que les investissements nationaux et internationaux dans les entreprises privées sauront, tôt ou tard, stimuler l’élan de la croissance économique. Bien plus que le socialisme, c’est peut-être finalement le nationalisme qui constituera la contribution durable de l’ère Castro à l’histoire cubaine.

7De son côté, le Venezuela a proclamé en 2005 qu’il se lançait dans la construction du « socialisme du xxie siècle », un objectif que le président Hugo Chávez Frías n’avait pas dévoilé durant les premières années qu’il avait passées au pouvoir. Dans cette perspective, le gouvernement a nationalisé plusieurs compagnies importantes et en a placé d’autres sous le joug de diverses réglementations et de l’intimidation. Il a aussi mis en œuvre des programmes sociaux et développé diverses prestations étatiques par le biais de programmes de redistribution (les misiones). Toutefois, le Venezuela a également su conserver et récompenser un secteur financier privé, n’a pas réellement entravé les activités et l’accumulation de richesses au sein de ce secteur et a maintenu un lien commercial privilégié avec les États-Unis – tout en diversifiant ses relations internationales avec des pays opposés aux États-Unis. Récemment, dans le contexte du cancer qu’il affronte et dans la perspective des élections prévues pour le second semestre 2012, le président Chávez a d’ailleurs semblé – par moments du moins – atténuer la composante « socialiste » du discours et encourager l’essor d’une classe moyenne orientée vers l’économie de marché – la confiance et la participation de cette frange de la population apparaissant comme cruciales pour la réussite nationale du pays.

8En Bolivie, en Équateur et au Nicaragua – trois autres membres de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA) ayant recouru à un discours de type « socialiste » durant ces dernières années –, des efforts croissants ont aussi été déployés afin d’attirer les investissements étrangers, de coopérer avec les institutions financières internationales et d’inciter les investisseurs nationaux du secteur privé à participer plus activement. Ainsi le président équatorien, Rafael Correa, a-t-il explicitement minimisé la rhétorique du « socialisme du xxie siècle » en lui substituant le répertoire du buen vivir – notion synonyme issue des communautés indigènes boliviennes et privilégiant la solidarité au détriment de la concurrence. Un discours comparable a également émergé au sein de l’État plurinational bolivien, où Evo Morales tente de concilier un appel aux peuples autochtones et le concept de durabilité écologique avec des efforts très pragmatiques pour attirer les investisseurs étrangers en vue de grands projets d’extraction de ressources naturelles ou de développement – une combinaison qui conduit parfois à des contradictions majeures et à des corrections en cours de route. Enfin, le Nicaragua du couple Ortega associe également – bien que de manière moins aboutie – une rhétorique « socialiste » à l’ancienne et des politiques éminemment pragmatiques cherchant à préserver les marchés internationaux, à attirer l’aide publique au développement tout autant que les investissements privés provenant du monde capitaliste et à coopter les chefs d’entreprise nationaux en leur fournissant les moyens de prospérer.

9Finalement, le modèle idéologique et discursif de l’État « socialiste » semble céder le pas à des pratiques diverses et souvent fluctuantes cherchant à combiner les objectifs d’inclusion sociale, de solidarité communautaire et d’intégration des secteurs défavorisés d’une part, le recours aux outils du capitalisme et l’approfondissement de la croissance économique d’autre part. Dans ces pays, toutefois, les politiques de redistribution s’accompagnent aussi parfois de restrictions législatives et judicaires, d’exacerbation du pouvoir exécutif et des ambitions personnelles, d’appels populistes à destination des franges défavorisées de la population, d’attaques systématiques contre les élites privilégiées et contre le « néolibéralisme » – autrement dit contre les Etats-Unis – et d’incantations destinées à réunir les opposants à la mondialisation du monde entier. En ce sens, ces régimes ne favorisent ni la formation de coalitions entre différents secteurs sociaux ni la coopération au sein de l’hémisphère occidental qui permettraient de faire face ensemble aux défis communs.

10Entre ces pays membres de l’ALBA existent néanmoins de nombreuses différences. Daniel Ortega et son épouse, Rosario Murillo, procèdent très largement d’une tradition de caudillos centraméricaine et caribéenne usant du clientélisme et des ambitions personnelles sans guère se soucier d’une quelconque cohérence idéologique ou d’éventuelles contraintes juridiques. Hugo Chávez, de son côté, articule de manière spécifique charisme, audace, ressentiment social et autorité militaire tout en dotant d’une certaine souplesse un leadership reposant avant tout sur sa personnalité – et, par conséquent, vulnérable si son état de santé se détériore. Titulaire d’un doctorat obtenu aux États-Unis, Rafael Correa s’appuie, quant à lui, sur des acteurs de la société civile afin de construire une bureaucratie technocratique tout en s’en prenant sans relâche aux élites et aux institutions frappées de discrédit. Evo Morales, enfin, exacerbe les profonds clivages ethniques et régionaux qui existent de longue date en Bolivie et recherche l’appui d’organisations non gouvernementales transnationales, tout en dénonçant des adversaires étrangers – réels ou imaginaires – à chaque fois qu’il estime que les circonstances nationales nécessitent un ennemi extérieur.

11Malgré toutes ces variantes et bien d’autres encore, les gouvernements des pays membres de l’ALBA partagent une profonde méfiance vis-à-vis des marchés, de la libre entreprise et de la mondialisation en général. Ils critiquent plus particulièrement les institutions de la démocratie libérale et représentative où la responsabilité horizontale repose sur l’indépendance des différents secteurs gouvernementaux, le respect des contre-pouvoirs et la primauté du droit. Ces expériences de « refondation » de la gouvernance plébiscitaire ont été rendues possibles par le discrédit des régimes précédents et, dans la plupart des cas, ont été financées – directement ou indirectement – par les immenses bénéfices issus de l’exploitation des ressources naturelles, qui ont permis une distribution immédiate et élargie du revenu national.

Deux grands groupes émergents

12Dans le reste de l’Amérique latine et à l’exception discutable de l’Argentine, une telle approche de l’exercice du pouvoir n’a guère rencontré de succès et il est désormais peu probable que cela se produise – étant donné que les pays de l’ALBA éprouvent des difficultés internes croissantes qu’accentuerait encore une soudaine chute des prix des matières premières énergétiques. À des degrés divers, on y observe également un amalgame de politiques à la fois orientées vers le marché et socialement responsables au sein desquelles le renforcement du secteur privé, du capitalisme et de l’insertion dans les réseaux mondiaux occupe toutefois une place plus importante que dans les pays de l’ALBA. Dans ces pays existe également une approche beaucoup plus institutionnelle de la gouvernance et de la reddition de comptes, combinée à des efforts destinés à promouvoir un consensus international et à encourager la coopération extérieure plutôt qu’à stimuler des logiques de polarisation. Ces données sont évidentes au Chili, au Brésil, en Uruguay, au Mexique, en République dominicaine, au Salvador, au Costa Rica, au Panama, en Colombie, mais aussi au Pérou où le président Ollanta Humala, initialement proche du groupe de l’ALBA, semble actuellement exercer le pouvoir de manière beaucoup plus traditionnelle.

13En dépit des diversités qui le caractérisent, ce dernier groupe de pays présente également une tendance notable à donner une priorité absolue à la stabilité macroéconomique, à s’ouvrir massivement à des investissements privés d’origine étrangère – notamment dans les secteurs miniers et pétroliers – et à jouer le jeu de la previsibilidad – autrement dit d’une stabilité en matière de règles du jeu et de procédures pour modifier ces dernières. Au moins dans leurs objectifs déclarés, les gouvernements de ces pays mettent l’accent sur des politiques visant à réduire la pauvreté grâce à la croissance économique, au dynamisme du marché de l’emploi, aux transferts monétaires conditionnels, à des salaires minimums plus élevés, à des programmes sociaux et, dans certains cas, à l’impôt progressif. Au nom de la réduction des inégalités socio-économiques, on offre des garanties plus sûres au secteur privé et l’on se garde de toute logique de polarisation tout en tentant de renforcer la qualité de l’éducation, l’efficience des infrastructures et la qualité des institutions politiques ou judiciaires.

14Bien sûr, la mise en œuvre de ce vaste programme diffère d’un pays à l’autre étant donné que les capacités de chaque État varient considérablement. Qualifiée de voie « social-démocrate globale » par l’économiste et ancien prési­dent brésilien Fernando Henrique Cardoso, cette stratégie a généralement été financée par les profits engrangés grâce aux prix élevés des matières premières et a également été rendue possible par l’impact relativement faible de la crise financière internationale dans la région latino-américaine. Cette dernière donnée repose très largement sur le fait que les institutions financières et les politiques fiscales ont fait l’objet d’une série de réformes récentes, mais aussi – comme le note Cardoso lui-même – sur la création antérieure de conditions structurelles favorables parmi lesquelles la diversification de la production économique et l’approfondissement de la gouvernance démocratique. Effective quoique toujours imparfaite dans la plupart des pays de ce groupe, celle-ci souffre néanmoins des pratiques du crime organisé – notamment lié au trafic de drogue – au Mexique, en Amérique centrale ainsi que dans certains espaces caribéens, et en Colombie dans une moindre mesure.

15D’importants contrastes méritent également d’être soulignés en ce qui concerne la trajectoire des dirigeants de ces pays, la nature des coalitions politiques et certains programmes spécifiques. Ainsi la gamme des présidents est-elle particulièrement large : des ex-guérilleros et autres insurgés procédant d’une gauche radicale jusqu’aux militaires et aux hommes d’affaires en passant par un ancien évêque ; de ceux qui ont été formés à l’étranger dans une culture cosmopolite jusqu’à des personnalités issues de milieux hautement provinciaux ; des politiciens les plus expérimentés jusqu’à d’authentiques nouveaux venus. En outre, on observe que certaines coalitions politiques plongent leurs racines dans les régions les plus modernes et les plus avancées sur le plan économique tandis que d’autres trouvent leurs principaux soutiens dans les espaces les plus tradition­nellement démunis – dont la composante ethnique est parfois majoritairement indigène. Enfin, la place des entreprises d’État est très variable au sein de cette catégorie d’États, quelques-unes des entreprises publiques les plus puissantes – comme PETROBRAS au Brésil, PEMEX au Mexique ou CODELCO au Chili – opérant précisément là où les conditions sont les plus favorables à l’économie de marché. En dépit de différences, il n’en demeure pas moins que tous ces pays sont confrontés au défi commun de combiner les dynamiques du capitalisme de marché et l’amélioration de la cohésion sociale. Nulle part la solution parfaite n’a encore été trouvée et même le Chili, qui semblait le meilleur élève de la classe en matière de démocratie sociale, doit faire face à de fortes pressions visant à l’élargissement de la participation effective, au rétablissement d’un système d’enseignement secondaire et supérieur moins inégalitaire et à l’expansion vers la classe moyenne de droits que seules les élites économiques et sociales exercent traditionnellement.

16L’Amérique latine est donc loin de constituer un espace unifié. Les pays hétérogènes qui la composent se différencient sensiblement sur de nombreux points, mais peuvent être pensés selon deux grandes catégories à l’heure actuelle. La première comprend les pays de l’ALBA : profondément méfiants vis-à-vis de la mondialisation, des marchés, de la démocratie libérale et de la coopération avec les puissances établies, ils n’en essaient pas moins d’attirer les ressources et les marchés des pays capitalistes. La seconde est faite d’un ensemble diversifié de pays qui tentent de s’adapter à la mondialisation en cherchant à accéder de manière plus approfondie aux dynamiques et aux ressources fournies par les entreprises capitalistes, tout en contrebalançant les effets négatifs du capitalisme sur l’équité et l’inclusion sociale au travers de politiques de redistribution et par le renforcement des institutions de la gouvernance démocratique. Loin d’être parfaitement définis, ces deux groupes présentent des contours flous et fonction­nent davantage selon des logiques pragmatiques que sur la base de véritables projets idéologiques, tentant de répondre à la fois aux pressions nationales et aux contraintes ou opportunités internationales plutôt qu’à se conformer coûte que coûte à des modèles cohérents.

Quelles implications pour les relations internationales de l’Amérique latine et des Caraïbes ?

17Ces approches différentes sont porteuses de fortes implications politiques à l’échelle internationale. La plus manifeste d’entre elles est la tendance plus ou moins régulière, mais récurrente à Cuba, au Venezuela, en Bolivie, au Nicaragua et parfois en Équateur, à chercher la confrontation avec les États-Unis afin de mieux asseoir leur légitimité populaire. Essentiellement symbo­liques, ces tactiques de confrontation sont souvent contredites dans la pratique par une coopération teintée de pragmatisme et ont une importance géopolitique limitée dans la mesure où le gouvernement des États-Unis – et, le cas échéant, les gouvernements européens – répondent à ces provocations par la technique du rope-a-dope rendue célèbre par Muhammed Ali sur les rings de boxe : fatiguer l’adversaire en faisant semblant d’être piégé dans les cordes tandis qu’il dépense toute son énergie en une série de coups de poing qui sont bloqués. Il reste à savoir si quelque leader de l’ALBA comme Hugo Chávez serait prêt à aller plus loin dans la confrontation en recherchant une coopération plus concrète et plus dommageable pour les États-Unis avec une puissance extérieure à l’hémisphère américain, ce qui paraît peu probable à l’heure actuelle.

18De fait, les facteurs déterminants les plus importants dans les relations internationales de l’Amérique latine sont moins idéologiques que géoéconomiques et structurels. Tout d’abord, il convient évidemment de distinguer les plus proches voisins des États-Unis – à savoir le Mexique, les pays d’Amérique centrale et ceux des Caraïbes – et les nations sud-américaines. Au cours des 50 dernières années, la société et l’économie des États-Unis sont devenues de plus en plus étroitement liées à celles du Mexique, de l’Amérique centrale et des Caraïbes en raison de migrations massives – autorisées ou illégales – du sud vers le nord et d’une intégration économique croissante liant notamment les marchés du travail, les finances et les conditions de production. Ainsi la frontière entre les États-Unis et ses plus proches voisins est-elle devenue extrêmement poreuse : personnes, marchandises, argent et idées circulent désormais en toute facilité au travers des frontières et dans les deux sens. 60 % de la population mexicaine ont des parents aux États-Unis où travaille, par ailleurs, près d’1/5e de la population du Mexique. Plus d’un demi-million de retraités américains résident au Mexique. Environ 15 % des individus nés dans les Caraïbes ou en Amérique centrale et actuellement en vie ont également émigré vers les États-Unis. Au Mexique, l’argent envoyé au pays par ceux qui ont migré aux États-Unis atteint approximativement la somme annuelle de 25 milliards de dollars – selon l’état de l’économie américaine – et correspond presque au volume des investissements directs en provenance de l’étranger. En Amérique centrale, en Haïti et en République dominicaine, ces envois dépassent même les investissements étrangers et l’aide économique internationale réunis. Le financement des campagnes électorales et les votes de la diaspora ont désormais une importance cruciale pour la vie politique des pays d’origine, tandis que les votes des immigrés naturalisés jouent aussi un rôle de plus en plus important lors des élections américaines. Les gangs de jeunes et les barons du crime qui ont grandi dans les rues des États-Unis et se sont socialisés dans leurs prisons font des ravages dans leur pays d’origine, souvent après avoir été expulsés des États-Unis, tandis que les gangs latinos contribuent à l’accroissement de la violence dans des villes comme Los Angeles, Phoenix, etc. Des notions historiques telles que celle de la souveraineté ont ainsi perdu beaucoup de leur signification originelle, même si elles sont encore évoquées avec véhémence des deux côtés.

19Les multiples problèmes qui découlent directement de l’interpénétration croissante entre les États-Unis et ses plus proches voisins – trafic de drogue, d’armes ou d’êtres humains, immigration, environnement et santé publique, tourisme médical, transfert de prestations de soins et de pensions de retraite, catastrophes naturelles, application des lois et gestion des frontières – posent des questions politiques particulièrement complexes des deux côtés de la frontière. Ces questions combinant à la fois des aspects internationaux et domestiques – locaux ou nationaux – sont particulièrement difficiles à gérer dans la mesure où le processus démocratique conduit, tant aux États-Unis que dans les pays voisins, à des politiques aux effets souvent diamétralement opposés. Ceci rend aléatoire le projet d’une coopération internationale permanente, pourtant indispensable pour résoudre les problèmes complexes qui transcendent les frontières. Cette difficulté est tout particulièrement aggravée dans des pays comme le Guatemala, le Honduras et Haïti où les capacités de l’État restent encore très faibles. Tous ces éléments font que leurs relations internationales sont intrinsèquement différentes de celles des nations d’Amérique du Sud.

20Le Brésil, septième ou huitième économie mondiale à l’heure actuelle, ayant de fortes chances de devenir la cinquième économie la plus puissante d’ici 2050 ou même plus tôt – après les États-Unis, la Chine, l’Inde et le Japon – et fort d’une population de plus de 190 millions d’habitants, devient ainsi de plus en plus influent sur la scène internationale. Le pays a largement ouvert ses portes à la concurrence internationale en matière économique, a modernisé de façon spectaculaire son vaste secteur agricole, a développé des industries à l’échelle des marchés continentaux et mondiaux et a étendu la compétitivité globale de son ingénierie, de sa finance et de nombreux autres services. Lentement mais sûrement, le Brésil a aussi renforcé ses institutions publiques ou non gouvernementales et su forger un consensus centriste de plus en plus ferme autour de quelques grands objectifs macroéconomiques et sociaux : le besoin urgent de réduire les inégalités flagrantes et d’atténuer l’extrême pauvreté ; la poursuite de l’élargissement d’une classe moyenne influente et nombreuse, qui représente actuellement près de 100 millions d’individus ; l’amélioration de la qualité et de l’accès à l’éducation ; l’essor de la productivité, des infrastructures et de la sécurité des citoyens. Si la réalisation de ces objectifs est loin d’être aisée, notamment parce que le pays souffre de la fragmentation de son système de partis et de ses institutions de gouvernance, il n’en existe pas moins un large consensus national sur la direction dans laquelle le Brésil doit s’engager. Par conséquent, ce pays joue et jouera un rôle croissant dans les négociations internationales sur le commerce, le changement climatique, l’environnement, la santé publique, la sécurité alimen­taire et la propriété intellectuelle. Leader actif de l’hémisphère sud, Brasilia travaille en étroite collaboration avec la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud dans plusieurs domaines et cultive également des relations avec le monde musulman et l’Afrique. Il représente aussi l’une des nations les plus influentes du groupe des BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud –, pays convoités par les investisseurs internationaux et adulés par les analystes géopolitiques. Le Brésil est ainsi en passe de gagner un leadership évident parmi les pays sud-américains, joue un rôle de premier plan dans les efforts déployés par l’ONU afin de stabiliser Haïti et fait entendre sa voix sur d’autres scènes du multilatéralisme comme celle du G20 réunissant les économies les plus puissantes de la planète.

21À ce stade, le défi fondamental dans les relations entre le Brésil d’une part, les États-Unis et les pays membres de l’Union Européenne (UE) d’autre part, est de surmonter les contradictions marquant certains impératifs de politique interne et le poids de certains intérêts particuliers afin de construire une plus grande synergie autour de quelques grands enjeux mondiaux : le renforcement des règles régissant le commerce, les finances et les investissements, l’élaboration et la mise en œuvre des mesures destinées à faire face au changement climatique et à développer d’autres sources d’énergie renouvelables, la prévention et la lutte contre les pandémies, la lutte contre la prolifération nucléaire et la réforme des accords internationaux de gouvernance. Ce vaste programme exigera une vision claire des objectifs poursuivis, la mise en œuvre d’une diplomatie constructive, ainsi que du tact et de la cohérence parmi toutes les parties concernées.

22Les pays du cône sud ne sont ni aussi connectés ni aussi intégrés avec les États-Unis que ses plus proches voisins et ne jouissent pas d’une influence aussi importante sur la scène mondiale que celle du Brésil. Pays latino-américain le plus pleinement inséré dans l’économie mondiale, le Chili compte avec des institutions politiques solides et des pratiques démocratiques désormais bien ancrées, mais n’en demeure pas moins un pays de petite taille ou de taille moyenne. Fondée sur un soft power, son influence internationale est toutefois nettement plus importante que ne le laisseraient croire cette taille, sa puissance militaire ou son poids économique pris séparément dans la mesure où il présente des opportu­nités, à la fois pour les États-Unis et pour les pays européens, comparables à celles offertes par des pays alliés de longue date et fondées sur des intérêts largement partagés. L’Argentine, en revanche, a démontré depuis longtemps ses énormes difficultés à construire un large consensus interne, à fortifier ses institutions, à ouvrir pleinement son économie à la concurrence internationale et à atteindre la stabilité nécessaire pour dépasser une vision de court terme (cortoplacismo), pour faciliter le développement économique et pour s’engager de manière durable et cohérente au niveau international. À égale distance de l’Europe et des États-Unis, Buenos Aires leur est toujours apparue comme un partenaire naturel, mais qui les a presque toujours déçus. L’Uruguay, qui peut apparaître sous certains aspects comme une réplique de l’Argentine, est plus comparable au Chili sur le plan international du fait, notamment, du niveau de développement de ses institutions politiques.

23À des degrés divers, les pays andins – Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela – souffrent, quant à eux, de graves problèmes de gouvernance et doivent relever le défi d’intégrer un grand nombre de citoyens traditionnellement exclus et vivant dans la pauvreté ou l’extrême pauvreté – notamment les peuples indigènes et les Afro-descendants. La Colombie, qui peut s’appuyer sur une tradition de gouvernements démocratiquement élus et sur une bonne gouvernance, doit toutefois faire face à des insurrections prolongées et à une corruption généralisée affaiblissant ses institutions. Le Pérou semblait avoir atteint une forme de stabilité politique au travers de plusieurs élections présidentielles consécutives, mais ses partis politiques se sont peu à peu affaiblis ; cette situation a ouvert la possibilité qu’un outsider anti-système arrive au pouvoir, ce qui s’est produit à trois reprises lors des 20 dernières années avec Alberto Fujimori, Alejandro Toledo et Ollanta Humala qui ont conquis le pouvoir grâce à leur charisme et à la mobilisation des régions les plus défavorisées. Dans l’ensemble de ces pays, on observe actuellement une tendance au renouvellement des acteurs de la vie politique et économique, à une remise en question des élites et des insti­tutions traditionnelles et à la mise en œuvre de politiques de « refondation » dans une perspective populiste dénigrant les partis et les institutions traditionnels pour s’en remettre directement au peuple.

Quelles implications pour l’Amérique du Nord et pour l’Europe ?

24Ces éléments étant posés, il semble clair en premier lieu que les États-Unis et le Canada doivent prendre davantage au sérieux l’accélération du processus d’intégration fonctionnelle entre eux et leurs plus proches voisins, à savoir le Mexique, l’Amérique centrale et les Caraïbes. Afin de gérer au mieux cette interdépendance complexe et hautement asymétrique, il convient de promouvoir de nouvelles approches politiques et institutionnelles permettant de répondre aux nombreuses questions pendantes.

25Deuxièmement, les pays de l’Amérique du Nord et l’Europe doivent s’adapter à la nouvelle puissance du Brésil en développant une coopération globale avec ce pays sur un vaste ensemble de questions qui ne sauraient être pensées dans le cadre restreint de l’hémisphère occidental.

26Troisièmement, les pays andins posent aux États-Unis et à l’Europe des problèmes importants parmi lesquels figurent notamment la nationalisation des ressources, le trafic de stupéfiants, la gouvernance autoritaire, les violations des droits de l’homme et des législations du travail, ainsi que les tensions interna­tionales découlant de la relation que certains de ces pays ont développée avec des pays adversaires des États-Unis et de l’Europe. L’objectif clé dans la région andine, mais aussi en Amérique centrale, est donc d’aider les pays vulnérables à renforcer leurs institutions afin de leur permettre de résister au crime organisé et aux organisations liées au trafic de drogue, mais également afin de pouvoir résister à la voie promue par l’ALBA. En ce sens, il est important que Washington et les membres de l’UE établissent de soigneuses distinctions entre les pays de l’ALBA et cherchent au cas par cas un terrain d’entente afin de répondre aux problèmes communs : les débuts prometteurs montrés par les gouvernements de Juan Manuel Santos en Colombie, d’Ollanta Humala au Pérou et de Funes au Salvador méritent ainsi sympathie et soutien de la part de l’Europe et des États-Unis, mais ces derniers ne doivent pas négliger pour autant la coopération avec la Bolivie, l’Équateur, le Venezuela, le Nicaragua et Cuba. La manière dont les relations internationales de ces pays se joueront dans les années à venir dépendra non seulement de leur évolution interne, mais aussi de la volonté et de la capacité des divers acteurs internationaux à établir des rapports avec eux de manière individuelle et constructive.

27Quatrièmement, les États-Unis, le Canada et les pays européens auraient avantage à penser les pays d’Amérique latine et des Caraïbes non pas seulement comme des réservoirs de matières premières, des destinations pour leurs investissements, des marchés pour leurs exportations et des fournisseurs de main-d’œuvre, mais aussi comme des partenaires potentiels pour faire face de manière conjointe à un agenda global touchant à des sujets aussi variés que le changement climatique, la santé publique, la non-prolifération nucléaire ou le combat contre le crime organisé. D’autres nombreuses synergies peuvent également être promues, par exemple dans le domaine du développement des infrastructures latino-améri­caines et dans celui des capacités éducatives et technologiques.

28En dernier lieu, les États-Unis, le Canada et l’UE auraient intérêt à inviter tous les pays d’Amérique latine et des Caraïbes – quelle que soit leur orientation politique – à se joindre à eux pour relever des défis globaux sur lesquels les premiers ont autant à apprendre qu’à enseigner : développer la recherche, lancer des efforts concertés pour freiner la violence et la corruption que produit le trafic de la drogue ; améliorer la sécurité des citoyens en mettant l’accent sur les leçons qui peuvent être tirées à partir d’autres expériences menées à travers le monde et démontrant les liens entre sécurité d’une part, prospérité économique, équité sociale, participa­tion politique, police communautaire ou réforme judiciaire et pénale d’autre part ; explorer et mettre en œuvre, enfin, tous les moyens possibles pour comprendre et répondre au changement climatique et à ses conséquences de façon efficace. Si ces défis ne sont pas propres au monde latino-américain et caribéen, celui-ci a une place pleine et entière dans les réponses qu’on est susceptible de leur apporter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abraham F. Lowenthal, « Désagréger l’Amérique latine. Diversité des trajectoires et groupes émergents », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 9-21.

Référence électronique

Abraham F. Lowenthal, « Désagréger l’Amérique latine. Diversité des trajectoires et groupes émergents », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/722

Haut de page

Auteur

Abraham F. Lowenthal

University of Southern Californy.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org