Navigation – Plan du site
Information scientifique
Ouvrages récents sur la notion de genre en Amérique Latine

Pérez Mallaína Bueno, Pablo Emilio, Retrata de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746

Sevilla, CSIC-EEHA-Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva Agüero, 2001, 477 p.
Alain Musset
p. 184-186
Référence(s) :
Pérez Mallaína Bueno, Pablo Emilio, Retrata de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746. Sevilla, CSIC-EEHA-Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva Agüero, 2001, 477 p.

Texte intégral

1L’étude des désastres et des catastrophes dites « naturelles » occupe une place de plus en plus importante dans la littérature historique et géographique contemporaine, comme le montre la grande diversité des travaux qui portent sur la notion de risque, d’aléa et de vulnérabilité. Il serait pourtant inexact de penser qu’il a fallu attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour passer de la notion de « risque naturel » à celle de « vulnérabilité sociale ». Si la formulation est moderne, le concept est ancien : il ne demandait qu’à être exposé de manière claire et, pour tout dire, scientifique, comme ont pu le faire Jean-Louis Fabiani et Jacques Theys, Patrick Pigeon, Pascale Metzger et Pierre Peltre ou Robert d’Ercole, pour ne citer qu’eux – à la suite de G.F. White et de ses études sur les Natural Hazards.

2En Amérique, dans les terres conquises par les Espagnols, la perception du risque, son acceptation ou son rejet, ses interprétations magiques, religieuses, culturelles, savantes, faisaient partie de la vie quotidienne des habitants. Entre le début de la Conquête et la fin de l’époque coloniale, des dizaines de villes ont été victimes de désastres provoquées par des tremblements de terre, des éruptions volcaniques, des ouragans, des inondations ou des raz-de-marée, obligeant les citadins durement éprouvés à redéfinir leurs relations avec un milieu « naturel » qu’ils comprenaient mal et qu’ils maîtrisaient peu. Or, même quand les témoignages d’un désastre abondent, car il a touché une pièce centrale du dispositif urbain mis en place par la Couronne dans le Nouveau Monde, les discours des lettrés, les plaintes des victimes et les rapports des représentants de sa Majesté ne sont pas toujours faciles à interpréter quand on ne maîtrise pas complètement la rhétorique d’une civilisation que l’on croit être la nôtre alors qu’elle ne l’a jamais été, ou ne l’est plus depuis longtemps.

3C’est dans cette perspective que le dernier ouvrage de Pablo Emilio Pérez Mallaína Bueno s’impose comme un outil essentiel pour comprendre comment réagissent les individus, les groupes et les institutions dans une situation de crise. En effet, après avoir longtemps travaillé sur l’univers des marins et sur le système des flottes qui unissaient l’Espagne à ses possessions du Nouveau Monde, l’auteur s’est lancé dans un projet ambitieux qui réoriente complètement ses problématiques de recherche et qui, par contre coup, renouvelle notre vision du monde colonial hispano-américain. Il s’agit pour lui, à travers le prisme d’un événement catastrophique (le grand tremblement de terre de Lima de 1746), de dresser le tableau d’une société dont les fondements et les mécanismes internes sont mis à nu par l’ampleur du désastre, comme l’a pu l’être l’épisode sismique de 1773 qui a conduit la Couronne à organiser le déplacement de la Ciudad de Santiago de los Caballeros de Guatemala vers son site actuel.

4Alors que Lima domine depuis le milieu du XVIe siècle un vice-royaume du Pérou opulent, dont les mines d’argent assurent à l’Espagne une grande partie de sa richesse, la ville fondée par Pizarre reste une cité fragile, plusieurs fois touchée par de violents séismes qui ont failli provoquer sa ruine complète ou son abandon (en 1687, par exemple). Celui de 1746 surprend par sa magnitude et son intensité : les destructions ont été très importantes sur un espace de 30000 km2, provoquant la mort d’au moins 6000 personnes dans la capitale et dans le port d’El Callao – sans compter au moins 5000 autres victimes dans les localités secondaires et dans les campagnes.

5Or, c’est l’ampleur même du désastre qui rend son étude à la fois nécessaire et passionnante car, comme le dit l’auteur, « quand la terre s’ouvre, les tensions affleurent ». Si les autorités essaient de mettre de l’ordre dans le chaos, et de reconstruire la cité, les différents membres du corps social s’entredéchirent à belle dent pour sauver ce qui peut l’être, ou pour tirer profit de la situation. C’est pourquoi Pablo Emilio Pérez Mallaína pose quatre questions, qui forment le cœur de sa problématique et de son analyse : que s’est-il passé le 28 octobre 1746, et en quoi les trois ou quatre minutes de séisme ont-elles marqué l’ensemble de la société limeña pendant des décennies ? Est-ce que les normes légales et morales qui organisent la vie sociale ont assez de force pour canaliser les réactions individuelles et réfréner l’égoïsme des particuliers ? Comment les moments de crise révèlent-ils les conflits cachés qui sapent l’équilibre apparent d’une communauté ? En quoi l’étude d’un désastre nous permet-elle de mieux comprendre la vision du monde d’une société à un moment clé de son histoire ? L’organisation du texte en quatre partie (Los acontecimientos ; Ordenar el caos y reconstruir la ciudad ; La tierra se abre : las tensiones afloran ; percepciones del desastre) permet de répondre à ces quatre questions et de mettre en valeur les éléments qui expliquent la vulnérabilité à la fois de la ville (comme espace construit) et de la cité (comme société organisée).

6En ce sens, le travail de l’auteur dépasse largement le cadre d’une simple monographie pour conduire le lecteur à réfléchir non seulement sur les relations ambiguës qu’entretiennent, dans le Pérou du XVIIIe siècle comme ailleurs et en d’autres temps, « l’extraordinaire » et le « quotidien », mais aussi sur le métier d’historien, sur ses méthodes d’enquête et sur la pertinence de son objet d’étude. Car ce livre d’histoire est avant tout un vrai livre d’historien, qui rend tout son sens au travail d’archives et à l’étude des textes originaux, afin de mieux redonner vie aux différents acteurs d’un drame qui a bouleversé le paysage économique, politique et social de la capitale péruvienne. En tant que géographe, je n’ai qu’un seul regret : l’absence de cartes, de figures et de photographies, qui auraient permis au lecteur non seulement de se repérer sans difficulté dans la ville en ruine, mais surtout de mieux comprendre l’organisation complexe du territoire limeño en ce moment de crise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Musset, « Pérez Mallaína Bueno, Pablo Emilio, Retrata de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746 », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 184-186.

Référence électronique

Alain Musset, « Pérez Mallaína Bueno, Pablo Emilio, Retrata de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://cal.revues.org/6793

Haut de page

Auteur

Alain Musset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org