Navigation – Plan du site
Lectures

Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle

Paris, L’Harmattan, 2011
Cédric Cerruti
p. 180-181
Référence(s) :
Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 2011

Entrées d’index

Index géographique :

Argentine
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu de la thèse soutenue en 2005 par Pauline Raquillet, a pour objectif d’approcher l’histoire de l’immigration française en Argentine non pas en s’appuyant sur une étude du nombre mais sur un parcours individuel, celui d’Alfred Ebelot (1837-1912), lequel s’insère difficilement parmi une catégorie d’immigrants. Utilisant principalement l’approche biographique de François Dosse et les recherches menées dans le domaine de la micro-histoire par Jacques Revel, l’auteur adapte ces concepts à un contexte. Le temps étudié va de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’au début du xxe siècle, l’espace est transatlantique et le personnage atypique. Les parcours de celui-ci effectués entre l’Argentine et la France – car il effectue plusieurs séjours transatlantiques de 1870 à 1912 – font de lui un médiateur entre micro-histoire et histoire globale réunissant l’espace migratoire français, la nation argentine et l’Europe.

2La micro-histoire d’Alfred Ebelot, dont l’auteur dresse le portrait en six tableaux thématiques, est d’abord faite d’une migration interne entre le Sud-Ouest toulousain où il grandit et Paris où il intègre l’École Centrale. Promu ingénieur en 1861, il choisit l’écriture et collabore avec la prestigieuse Revue des Deux Mondes des deux côtés de l’Atlantique. Les deux chapitres suivants sont consacrés à son insertion d’abord au sein des élites argentines grâce à son statut d’ingénieur et d’étranger porteur de civilisation, puis auprès de la communauté française grâce à sa participation à plusieurs de ses journaux. Au cours du quatrième chapitre, l’auteur explique comment cette insertion lui permet de devenir un porte-parole de cette communauté ainsi que le porteur d’un projet migratoire basé sur le peuplement selon le modèle de la moyenne propriété. Le cinquième chapitre est consacré à ses prises de position vis-à-vis de la politique argentine. Enfin le dernier présente les motifs pour lesquels Alfred Ebelot doit revenir une dernière fois en France, en 1908, âgé et ruiné. En effet il ne peut s’adapter à un pays qu’il souhaiterait être un modèle républicain idéalisé mais qui, près de quarante ans après son premier séjour, demeure, lui aussi, atypique.

3Plusieurs aspects concernant l’immigration politique émergent à travers cette recherche. Utilisant les outils de la sociologie et recoupant les sources publiques et privées, Pauline Raquillet parvient d’abord à reconstituer la pensée d’un idéaliste intransigeant croisant le chemin de compatriotes exilés. Celle-ci est façonnée par le républicanisme, l’anticléricalisme et l’antisocialisme d’une part, l’évolutionnisme, l’ethnocentrisme et l’européocentrisme d’autre part. L’auteur montre que cette manière de voir est loin d’être partagée en Argentine, son discours se heurtant à des oppositions au sein de la communauté française et lui valant l’inimitié d’une partie de plus en plus grande des élites porteñas.

4Pourtant, Alfred Ebelot possède tous les atouts pour réussir son insertion à Buenos Aires. Accueilli comme un porteur de civilisation, il profite de la conjonction idéologique entre le modèle politique français et le projet républicain argentin pour être recruté en tant qu’ingénieur et accéder aisément à l’élite locale. Son bagage littéraire lui permet en outre de fortifier sa position vis-à-vis des cercles érudits français et argentins, grâce aux nombreux journaux qu’il fonde ou auxquels il participe. À travers Ebelot on découvre, malgré les lacunes liées aux sources, les contours d’une immigration d’élite facilement intégrée grâce à un réseau de sociabilités transnationales. Cette stratégie d’insertion amène Ebelot à devenir un porte-parole de sa communauté.

5L’auteur démontre cependant que sa stratégie repose sur des bases trop fragiles. En effet, les séjours argentins ne sont qu’une étape de son projet migratoire, lequel consiste à investir là son savoir afin d’amasser un capital de notoriété suffisant pour revenir bien doté en France. Or il ne semble pas être un homme de réseaux mais de discours ; aussi sa rigidité intellectuelle comme son manque d’appuis desservent son objectif. Ainsi Ebelot diffuse un discours engagé mais demeure hors des réseaux d’influence, sans que l’on puisse véritablement savoir si cette posture est voulue ou subie. S’appuyant sur une approche psychohistorique l’auteur décrit un homme déraciné, volatile, partagé entre deux mondes sans jamais parvenir à choisir le sien. À ce titre, le seul point qui aurait peut-être mérité davantage d’attention concerne les contradictions qui abondent chez Ebelot, lequel condamne par exemple l’inexistence d’une vie littéraire argentine sans y participer. En effet, il dénonce beaucoup mais ne semble pas vouloir, ou pouvoir, s’engager activement au-delà du discours.

6Il apparaît enfin comme un médiateur entre deux aires culturelles dont l’auteur présente les dynamiques, les interdépendances et les limites. En proposant, sans pouvoir le transmettre, un modèle de civilisation républicain, ethnocentriste et libéral, Ebelot se joint aux nombreux immigrants utilisant l’Argentine, et plus largement l’Amérique latine, comme laboratoire social avec plus ou moins de succès. Si dans son cas il en résulte un échec, les nombreuses comparaisons que l’auteur effectue vis-à-vis d’autres immigrants incitent à poursuivre les recherches afin de dresser un tableau de cette immigration d’élite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Cerruti, « Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 180-181.

Référence électronique

Cédric Cerruti, « Pauline Raquillet, Alfred Ebelot, Le parcours migratoire d’un Français en Argentine au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/567

Haut de page

Auteur

Cédric Cerruti

Université de La Rochelle

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org