Navigation – Plan du site
Lectures

Franck Poupeau, Carnets boliviens. Un goût de poussière

Montreuil, Aux lieux d’être, coll. « Enquêtes », 2008, 216 p.
Françoise Martinez
p. 177-199
Référence(s) :
Franck Poupeau, Carnets boliviens. Un goût de poussière, Montreuil, Aux lieux d’être, coll. « Enquêtes », 2008, 216 p.

Texte intégral

1« On ne s’approche pas tellement des hommes en s’approchant de leurs coutumes. Ils restent, après comme avant l’enquête, obstinément fermés ». L’affirmation de Michel Leiris, en exergue des Carnets de Franck Poupeau, donne le ton de cet ouvrage et questionne le lecteur. Comment ce chercheur français, en poste à l’Institut Français d’Études Andines de La Paz, va-t-il pouvoir parler de la pauvreté, du rapport des populations indigènes aux ressources naturelles, de leur défense de la souveraineté nationale, des luttes sociales et des conflits ethniques à l’œuvre dans la Bolivie de la transition jusqu’au xxisiècle ? N’est-ce pas signer d’emblée par un constat d’échec cette réflexion autour du regard porté par la population sur les transformations de la société bolivienne, sur ce moment clé que fut, en 2000, la « guerre de l’eau » et sur leur propre rapport à ce bien vital ? Car c’est bien autour des inégalités socio-spatiales de l’accès à l’eau des populations les plus défavorisées d’El Alto que s’organise l’ouvrage.

2Plantant le décor, l’auteur reprend, dans la première partie de l’ouvrage, le contexte historique et politique de cette Bolivie en ébullition depuis 1999. Il éclaire les nouvelles modalités de mobilisation depuis la lutte contre la privatisation de l’eau municipale de Cochabamba (« guerre de l’eau »), suivie deux ans plus tard d’une lutte contre la privatisation du gaz (« guerre du gaz ») dont l’épicentre fut El Alto et qui se termina dans un bain de sang. Le président de l’époque dut démissionner et El Alto devint, dans l’imaginaire collectif, un exemple de résistance héroïque (« El Alto, de pie, nunca de rodillas » est resté le slogan phare de ce soulèvement). Sont ainsi replacés dans leur contexte historique les revendications politiques et sociales croissantes, les nouveaux espaces de militantisme et l’émergence politique du MAS (Movimiento Al Socialismo) comme instrument politique de la protestation. Autant de transformations qui conduisent, en 2005, à l’élection d’Evo Morales à la présidence de la République.

3C’est dans ce contexte social et politique que sont menées, en 2005-2006, les premières enquêtes de l’auteur sur El Alto, ville accolée à La Paz dont la croissance démographique et l’extension géographique semblent difficilement contrôlables, où l’absence de politiques sociales, l’occupation d’espaces dénués d’infrastructures et la précarité des conditions de vie favorisent les ségrégations de toute sorte, où les frontières entre monde rural et monde urbain se brouillent sans cesse. Qu’appartient-il alors au chercheur de communiquer une fois son terrain réalisé ? Les modalités du déroulement de l’enquête dans le Barrio Solidaridad ? Les résultats de l’enquête ? Les coulisses de l’enquête ? Tout cela nous est livré, un peu pêle-mêle, dans la deuxième partie de l’ouvrage. L’auteur y réfléchit sur les écueils d’une enquête pouvant être portée par un sentiment de « scandale » à voir des populations sans accès à l’eau potable qui coule à proximité. Loin d’une certaine image mythifiée de l’engagement idéologique des habitants d’El Alto, il met au jour les nécessités de survie, la prégnance de règles et de pratiques de la communauté rurale d’origine de ces populations migrantes, les possibilités ou non de stratégies collectives de pression, notamment pour faire agir les comités de quartier.

4C’est à une série de réflexions plus personnelles et introspectives, mais tout aussi pleines d’enseignements et de questionnements pour le lecteur, qu’est consacrée la troisième partie de l’ouvrage, la plus longue. Elle constitue les « carnets de terrain » à proprement parler, que l’auteur a rédigés après la réalisation de l’enquête, en 2006-2007. Les 100 dernières pages prennent ainsi davantage la forme d’un journal dans lequel le sociologue s’observe en pleine observation. Après un an d’absence, il revient sur les lieux, retrouve ses contacts, observe ce qui a changé ou non, repense l’enquête, livre ses doutes, ses pensées et ses « distances ». À la manière de touches plus intimes, presque impressionnistes, mais toujours mues par le souci d’une plus grande réflexivité et d’une meilleure conscience du processus de l’enquête, l’auteur nous fait approcher la vie du Barrio Solidaridad à partir de son quotidien : ses pratiques festives et folkloriques, une salle de classe, les relations interpersonnelles et les malentendus possibles au sein du quartier, le monde agité et mouvant des zones urbaines alentour, les stratégies d’adaptation à la pauvreté, etc. Les histoires de vie de certains des habitants du quartier, interlocuteurs privilégiés, viennent donner chair à ces observations. L’ensemble définit un milieu de vie qui conditionne inévitablement les comportements de consommation et d’usage de l’eau.

5Il y a ainsi, nous semble-t-il finalement, trois lectures possibles de ces carnets. La première est celle qui consiste à aller y chercher les résultats de recherches menées sur la base d’enquêtes consacrées aux inégalités d’accès à l’eau à El Alto sur fond de mobilisations sociales. Elle risque de s’avérer frustrante dans la mesure où ce n’est pas le véritable cœur de l’ouvrage. La deuxième consiste à repenser ce qu’est le travail de terrain au milieu de populations défavorisées, à réfléchir à la place d’enquêteur dans l’interaction et à sa relation à son terrain. Distances abolies ou distances préservées entre enquêteur et enquêtés ? Distances « irréductibles » selon l’auteur, dès lors que l’interviewer peut à tout moment s’extraire des contraintes d’un quotidien dans lequel l’interviewé est plongé. Faut-il y voir l’aveu d’un échec annoncé ? À moins que la conscience de l’impossible connaissance ou relation fusionnelle permette la différence acceptée et le sens du devoir d’agir, en répondant à des urgences avant même de « faire son travail », de témoigner, de rendre compte, d’expliquer les faits observés. La troisième lecture possible, inévitablement liée aux deux précédentes, consiste à lire le questionnement d’un intellectuel engagé, d’un chercheur – « ethnologue, anthropologue, sociologue, géographe, politiste, peu importe », comme il l’affirme lui-même – qui raconte son travail, sa méthode, mais aussi ses colères, ses doutes et ses regrets, sans pour autant se raconter, qui repense d’un œil critique son travail des dernières années en Bolivie. C’est précisément grâce à ces distances explicitées et assumées que Franck Poupeau nous rend les faits et les hommes dont il parle plus proches, amenant par son positionnement chacun à repenser le sien propre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Martinez, « Franck Poupeau, Carnets boliviens. Un goût de poussière », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 177-199.

Référence électronique

Françoise Martinez, « Franck Poupeau, Carnets boliviens. Un goût de poussière », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Françoise Martinez

Université Paris Ouest Nanterre La Défense /CRIIA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org