Navigation – Plan du site
Études

L’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA) comme dynamique transnationale. Du réseau à la fabrication d’un discours nationaliste

Daniel Iglesias
p. 111-129

Résumés

Les études sur les partis politiques populaires de tendance apriste ont longtemps privilégié les approches discursives. Cependant, elles ont porté peu d’intérêt à l’interaction entre le programme unitaire de l’A.P.R.A et l’émergence d’un renouveau nationaliste en Amérique latine dans les années 1920. Dans le présent travail, nous essaierons de montrer que l’A.P.R.A peut être lu comme un réseau transnational producteur d’un discours nationaliste pour l’Amérique latine. Examinant le discours politique proposé par ce mouvement à la lumière de sa dimension sociopolitique, nous nous proposons d’expliquer la nature de ce projet à portée révolutionnaire. Partant d’une analyse du rôle des liens interpersonnels et des revues politiques dans la construction d’un discours révolutionnaire, nous proposons une interprétation de cette prétention unificatrice comme étant la résultante d’impératifs liés à l’action collective. Nous avons cherché à rendre compte du discours apriste en explicitant la relation qu’il entretient avec le nationalisme mettant au jour la dimension programmatique qu’il s’était fixée tant au niveau local que global.

Haut de page

Texte intégral

1Bien qu’ils aient fait l’objet de critiques venues du champ sociologique et historiographique, les travaux sur les discours politiques ont connu un réel retentissement dans le monde des sciences sociales et au-delà depuis le tournant linguistique opéré dans les années 1980 [Eley, 1992]. S’inscrivant dans un panorama de plus en plus marqué par l’acceptation du fait que le langage joue un rôle constitutif dans la construction sociale de la réalité [Berger, Luckmann, 2006 ; Laclau, 2002], d’innovantes propositions sont ainsi venues redéfinir le poids à accorder aux discours en tant que facteurs explicatifs des degrés d’intégration, des vecteurs identitaires et des opérations de politisation. Dans le domaine des études sur les partis politiques et sur le nationalisme [Anderson, 2002], des perspectives ont notamment proposé des interprétations sur les modalités discursives tout comme sur leurs composantes. Partant de catégories d’analyses fixées au préalable, les discours étaient lus dans le prolongement de ces principes puisqu’il s’agissait de saisir ce fait politique comme une activité inscrite dans un espace donné. Dans ce champ, l’histoire a permis par exemple un approfondissement des interprétations sur ces derniers, apportant grâce à sa perspective diachronique, de nouveaux indices pour les comprendre en tant que vecteur de politisation. Elle a ainsi contribué à élucider des interrogations non traitées par les perspectives synchroniques, comme l’évolution des engagements dans le temps, les représentations, voire la question du rapport à l’espace public.

  • 1 « Toutes les recherches ont pour point commun que la connaissance sociologique des conditions et de (...)

2En histoire comme en science politique, l’impact d’un discours comme facteur de politisation est souvent interprété comme la résultante d’une interaction qui s’explique par l’existence de similitude catégorielle, d’intérêts partagés et de motivations multiples. Reste que, comme le souligne Olivier Filleule dans un article sur l’analyse processuelle de l’engagement militant, la dimension individuelle de la militance demeure parfois opaque, voire inexistante dans les écrits scientifiques dès lors que ces derniers tentent d’expliquer la relation des acteurs au champ politique1. Par conséquent, l’un des enjeux des écrits sur la fabrication d’un discours politique porte sur l’attention à prêter aux dynamiques sociales qui réalisent cette opération. D’autre part, il s’agit de regarder avec attention les étapes qui jalonnent la genèse d’un projet discursif, les acteurs et de mesurer en quoi cette activité témoigne des différentes formes que revêtent les positions relationnelles modulant la politisation. Cette approche conduit dès lors le chercheur à s’intéresser dans un premier temps à la nature du champ dans lequel est fabriqué le discours. Bien que cette condition soit indispensable pour expliciter l’insertion de ce dernier dans une action collective, la tradition classique dans les sciences humaines et sociales travaillant sur les mouvements sociaux semble majoritairement mettre l’accent sur l’émergence d’un champ donné, sorte de « monde à part » résultant de l’intensité des interdépendances entre les différentes composantes de cet espace social.

3Cependant il existe de nombreux travaux dont les analyses en termes de réseaux sociaux ont contribué depuis longtemps à montrer la complexité sociologique de ces processus de mobilisation. Ils ont d’ailleurs mis en évidence la fréquence du caractère multisectoriel de l’action ; différentes approches [Eve, 2002 ; Passy, Guiugni, 2001 ; Diani, Mcadam, 2003] ont souligné comment les actions individuelles et collectives canalisent des ressources, des connexions dépassant le simple champ des espaces des mouvements sociaux, voire des informations touchant différents plans de la vie sociale. Partant d’une vision de la production discursive comme le résultat de dynamiques relationnelles s’inscrivant dans un réseau il s’agit ici de lire le nationalisme comme un type d’action collective en opposition aux lectures classiques [Hobsbawn, 1992 ; Gellner, 1999] qui privilégient au contraire, soit la primauté des mécanismes structurels, soit les facteurs culturels, voire politiques, qui encadrent les initiatives (discours ou politiques contestataires) des acteurs. Une telle orientation exige donc l’intégration d’une dimension temporelle à l’analyse ainsi que le choix d’outils méthodologiques pouvant saisir à la fois des mécanismes de mobilisation et d’interaction. À cette fin, les outils forgés dans le cadre de l’analyse des réseaux sociaux semblent particulièrement adaptés en raison de leur capacité à préciser la nature des liens entre les acteurs ainsi que l’évolution des rapports interpersonnels. Utilisant pour ce faire la définition relationnelle du réseau développée par Boissevain comme « les chaînes de personnes qui sont en contact réel ou qui peuvent entrer en contact avec une personne donnée » [Boissevain, 1968, p. 546], nous souhaitons ainsi expliquer les étapes d’élaboration idéologique par l’univers relationnel qui préfigure l’action.

4Voilà pourquoi, notre approche lit le réseau comme un espace pouvant être appréhendé et transformé par l’individu, ce qui nous pousse à être extrêmement attentif à la temporalité, aux variations interpersonnelles, à leur nature mais surtout aux facteurs externes qui influencent la métamorphose des connexions entre les acteurs. Soucieux donc du caractère diachronique et synchronique de notre objet, nous accordons une place significative aux caractéristiques qualitatives des configurations qui donnent vie au réseau. Dans le cas qui nous concerne, il s’agit de reconstruire dans une première partie les liens interpersonnels qui donnèrent naissance à un champ politique transnational. Fort de l’importance de la politisation nationaliste dans cette action collective, nous intégrons l’interaction entre acteurs et discours à notre analyse, car nous pensons qu’elle peut nous dévoiler le mode de fonctionnement d’un nationalisme qui se projetait comme un horizon révolutionnaire continental et non seulement comme une visée intégrative cherchant à créer une clôture nationale autour d’un État-nation. Par ailleurs, nous complétons dans un second temps cette proposition en accentuant le travail organisationnel qu’exigeait le projet de l’APRA, tout comme nous insistons dans une troisième partie sur la place accordée aux discours et aux acteurs dans cette organisation. Puis, pour conclure, une fois isolé le mécanisme sociologique qui créa les conditions pour l’émergence de cette lecture nationaliste de l’Amérique latine, nous tenterons dans un dernier temps d’expliciter le discours révolutionnaire apriste en expliquant la relation qu’il entretient avec le nationalisme et une dimension programmatique articulée au niveau local et global.

La naissance d’un réseau d’acteurs

5Qu’elle soit lue comme une formation politique fondée le 7 mai 1924 à Mexico par le Péruvien Víctor Raúl Haya de la Torre ou qu’elle soit interprétée comme la traduction organisationnelle des principes idéologiques énoncés par ce dernier dans son « What is the APRA ? » publié en 1926 dans The Labour Monthly, l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (A.P.R.A) était, à ses débuts, une formation composée majoritairement d’anciens étudiants péruviens en exil. Cette remarque a priori anodine, s’avère à notre sens fondamentale car elle exprime selon nous le paradoxe des études sur ce réseau transnational ainsi que la confusion qui existe dans les travaux scientifiques comme dans l’opinion publique entre l’APRA et le Parti Apriste Péruvien (P.A.P) fondé à Lima le 30 septembre 1930. Certes le P.A.P. fut créé comme la section péruvienne de l’A.P.R.A et cette dernière constitua les bases organiques à partir desquelles Haya de la Torre mena son travail de propagande lors des élections présidentielles péruviennes de 1931 ; il n’en reste pas moins qu’un regard centré sur cette expérience transnationale entre 1924 et 1930 n’élimine en rien l’idée de processus dans l’édification du plus important parti politique de l’histoire péruvienne contemporaine. Au contraire, nous pensons qu’un examen de ce réseau dans sa dimension nationaliste permettrait de mieux dissiper les confusions existantes. Nous croyons en effet qu’il permettrait de lutter contre la réification existante dans les visions sur l’A.P.R.A réduite traditionnellement dans l’historiographie au statut de genèse du P.A.P [Sanchez, 1978 ; Figueroa, 1986 ; Hilliker, 1971 ; Kantor, 1964] et étudiée comme un P.A.P avant l’heure. Malgré leur faible nombre, les études sur le P.A.P tendent parfois à réifier l’histoire de cette formation, ne se référant aux années 1920 que comme le temps de la préhistoire, reproduisant même parfois certaines tautologies présentes dans les études sur les origines des partis populaires apristes. Reste qu’à ses débuts, l’A.P.R.A était une structure composée de réseaux égocentrés dont la première caractéristique était de se revendiquer comme partie prenante d’un combat à la fois local et global :

  • 2 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Eudocio Ravines, Londres, 17 octobre 1926, in Planas, 1986

« Ustedes deben dividir su trabajo como si estuvieran en el Perú : interior y exterior. El primero significa todo lo que haya que hacer en el Perú : propaganda en las masas, propaganda en la prensa, comunicaciones con amigos o grupos, etc. El segundo la campaña de propaganda en la Argentina y América Latina, Uruguay, etc. Nuestra influencia revolucionaria en América debe dejarse sentir como la de los revolucionarios rusos en Europa antes de la revolución. Debemos ser y aparecer como los campeones de la agitación anti-imperialista, de unidad latinoamericana, de la defensa indígena, de la acción social de las universidades, etc. Esta es nuestra labor tenaz en el extranjero. Así lo hacemos respetable nuestra revolución para más tarde. Yo no escribo para los periódicos y revistas de fuera del Perú sino por hacer prestigiosa nuestra causa2. »

  • 3 Ces événements se traduisirent par la mort d’un étudiant et d’un ouvrier, ce qui alimenta durant de (...)
  • 4 « Depuis les premières luttes universitaires jusqu’à aujourd’hui, dans des cercles plus vastes, cel (...)
  • 5 Haya de la Torre fut son secrétaire durant six mois en Suisse pendant ses années d’exil (1923-1930) (...)

6Ses membres s’étaient exilés majoritairement au Mexique (le poète Esteban Pavletich), en Argentine (Manuel Seoane et Luis Heysen qui deviendront par la suite de grands leaders du PAP et des figures de la vie politique péruvienne) et en France (Eudocio Ravines qui co-fondera en 1930 le Parti Socialiste Péruvien) à la suite du revirement de la politique sécuritaire du président Leguia en raison des manifestations du 23 mai 1923 contre la consécration du Pérou au Sacré-Cœur3. Ces exilés politiques vont, de ce fait, rencontrer de nombreuses difficultés pour bâtir un noyau contestataire afin de construire les bases d’une force révolutionnaire. Un premier rapprochement va pourtant s’opérer entre d’anciens étudiants de l’Université San Marcos qui participèrent au mouvement de la Réforme péruvienne de 1919 et permettre ainsi la mise en relation des correspondances. Née de l’amitié et des liens de solidarité entre ces anciens universitaires réformistes dont la plupart avaient joué un rôle très important dans ce mouvement (Haya de la Torre était par exemple le chef de la Fédération Universitaire Péruvienne depuis 1920), cette première forme de résistance va dès lors multiplier les communications malgré les difficultés matérielles et financières liées à l’exil. On peut d’ailleurs voir que cette première dynamique relationnelle des actions, malgré la jeunesse des membres du réseau, permit la diffusion de matériels politiques mais surtout d’une première réflexion autour du modèle organisationnel à bâtir. Dans ce cadre, la figure de Haya de la Torre devint fondamentale dans les échanges car il ne cessa de publier des appels au ralliement dans différentes revues dans le sillage de la Réforme universitaire de Córdoba4 et de se construire une légitimité transnationale. Il entra ainsi en contact avec d’éminentes figures internationales, leur demandant dans certains cas de contribuer à la construction de son projet nationaliste en manifestant des signes de solidarité, voire en publiant leur soutien à la cause apriste. À titre d’exemple, Haya de la Torre commença une longue correspondance et noua des liens étroits5 avec le célèbre écrivain pacifiste français Romain Rolland à qui il demanda des textes afin de les publier dans la revue Amauta fondée en 1926 par l’intellectuel péruvien José Carlos Mariategui. Au même titre que Manuels Seoane et Luis Heysen qui participaient activement à la vie politique et étudiante de la ville de La Plata en Argentine [Bergel, 2007], il s’agissait d’alimenter des pratiques révolutionnaires en construisant un cadre référentiel pour les autres exilés qui découvraient une nouvelle orientation idéologique. Cet enjeu était d’autant plus important pour certains membres de cette action collective (à l’image de Haya de la Torre) que beaucoup de membres de la Génération de la Réforme partageaient une culture politique et des références intellectuelles communes ce qui, sur de nombreux points, facilitait la problématique de la réception d’un programme nationaliste.

7Ainsi, si l’on examine de près le parcours politique de Haya de la Torre lors de son exil entre 1923 et 1930 (son séjour à Londres, ses réseaux tissés lors de son parcours au Mexique sans compter ses activités de propagande en Amérique centrale), des indices témoignent de sa volonté d’encourager les dynamiques relationnelles au sein des échanges grâce à un travail de filiation extrêmement élaboré :

  • 6 Lettre de VÍctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, Londres, 27 avril 1926, cf. Planas, 198 (...)

Nuestro primer trabajo debe ser insistir en llamar a Vasconcelos y Palacios Precursores y en unir o aprovechar su prestigio pero declarar el movimiento esta dirigido por nosotros. Vasconcelos tiene un gran prestigio pero si nos dejáramos arrastrar por su ideología imprecisa y sentimental nos iríamos al diablo. Palacios es un romántico, intelectual. No debemos atacarles (día llegara) sino aprovechares, proceder leninísticamente y usar su prestigio pero señalando ya que el movimiento esta en nuestras manos y presentando los nuevos encargadotes de él. Me explico ? Vasconcelos y Palacios son caudillos. Como nuestro movimiento no ha tenido jefes visibles, figuras que lo encarnen, ha surgido el confusionismo y las masas creen que ellos son la cabeza. Los pueblos síguen siempre hombres representativos6.”

8Ce travail de construction organisationnelle dont les missives circulaient entre Buenos Aires, le Mexique et les pays parcourus par Haya de la Torre montre à quel point les membres de cette action collective, apparue progressivement dès 1924, appartenaient à d’autres formes relationnelles, tout en hiérarchisant leurs interlocuteurs dans leur réseau personnel. Par conséquent, se pose la question des frontières des réseaux étudiés, mais aussi le rôle joué par certains acteurs dans les configurations qui permirent le passage du réseau à d’autres formes sociales plus institutionnalisées. Face à cette problématique, nous nous situons vis-à-vis des deux positionnements méthodologiques exprimés par Mustafa Emirbayer dans son manifeste [Emirbayer, 1997] : l’approche réaliste et l’approche nominaliste. Optant ici pour la première, qui prend en considération le point de vue des acteurs impliqués et qui traite un réseau comme un fait social inductif où l’appartenance est consciemment éprouvée comme telle par les acteurs qui le composent, nous souhaitons comprendre comment les membres de l’A.P.R.A purent s’émanciper des contraintes imposées par l’exil afin de passer à l’étape suivante. Ceci est d’autant plus important qu’il s’agit de comprendre le rôle des liens interpersonnels dans l’émergence d’une organisation.

La construction d’un idéal d’organisation révolutionnaire

9Structure politique dotée d’un programme d’action, de cellules clandestines locales actives, de réseaux transnationaux, voire d’une identité idéologique en construction, l’A.P.R.A semble posséder à première vue des caractéristiques organisationnelles qui le rangent parmi l’éventail des mouvements sociaux. Néanmoins, malgré l’existence en son sein de répertoires de conflits orientés à des fins révolutionnaires et anti-dictatoriales, les correspondances entre ses acteurs dégagent des oscillations au niveau des pratiques et des tactiques. Bien que ces éléments soient l’une des composantes essentielles de toute action politique, ces perspectives demeurent parfois reléguées dans certains travaux à leur nature composite du champ des conflits sociaux. Or, elles nous livrent de précieux indices sur les dynamiques entre les acteurs pour ce qui est de la construction d’un ordre partisan. Alors que l’individualisme méthodologique examine cette problématique en avançant à partir d’une conception étroite des incitations d’un acteur lu comme un individu isolé se plaçant face à une pluralité de variables, nous réfutons cette méthodologie au titre qu’elle ignore la vraie nature des interactions sociales qui englobent des niveaux d’engagement et d’investissement préalable qui interviennent à l’échelle des formes relationnelles. Nous optons plutôt pour une approche en termes de réseaux sociaux car celle-ci met l’accent sur l’encastrement et le rassemblement des membres du réseau étudié à partir des configurations existantes. Niant pourtant une vision de l’individu structurellement déterminé par son réseau social, nous proposons au contraire une lecture de la connexité comme un lien s’inscrivant dans une pluralité de champs mais répondant également à des logiques organisationnelles. Voilà pourquoi nous lisons l’A.P.R.A comme un réseau producteur de symboles, de produits identitaires et d’un cadre attractif pour des alliés ou des partisans potentiels, et nous tenons compte de ces caractéristiques comme critères explicatifs de l’élaboration discursive.

10Combinant à cet effet des ressources aussi bien interpersonnelles (multiplier les correspondances entre des personnages dotés d’une légitimité dans le champ contestataire et se placer dans une pluralité de champs sociaux, notamment le champ littéraire) que symboliques (témoigner d’une activité incessante dans le domaine des solidarités transnationales et dans les luttes contre les dictatures) les membres du réseau apriste aspiraient en effet à construire une organisation. Jouant pour cela sur les différentes fonctions de leur univers relationnel (la socialisation et la mutualisation que nous traiterons dans cette partie et la production que nous évoquerons dans la suivante) mais également sur le caractère autoréfléchissant des actions collectives, ils cherchaient à transformer leur espace social en une véritable formation politique qui puisse formuler une nouvelle propagande politique :

  • 7 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, Oxford, 15 novembre 1926, cf Planas, 19 (...)

Hay que hacer dos clases de propaganda: de masa, de ambiente general y de organización de cuerpos, de filas, de cuadros revolucionarios que en un caso dado no solo hicieran una gran propaganda de resistencia contra la intervención yanqui en el Perú y de apoyo a nuestra Revolución sino de ayuda material y física, de enrolamiento en nuestras filas, de presión sobre el gobierno para apoyar el movimiento desde su comienzo7.”

  • 8 « Il est tout à fait légitime que l’idée que l’on se fait d’un individu varie selon le point de vue (...)
  • 9 Association des Étudiants Latino-Américains de Paris.

11Concept a priori commode pour traiter les liens interpersonnels au sein d’un réseau transnational, la notion de socialisation souffre néanmoins du caractère partiel des études qui examinent le processus adaptatif d’un acteur aux échanges et les degrés d’intériorisation des informations produites par ces derniers8. Reste qu’elle a le mérite de poser le problème des niveaux d’interactions en intégrant l’analyse de l’action comme déterminant du lien social. Partant ici des données microsociologiques responsables des ressemblances et différences observables au niveau agrégé, nous voyons que le réseau joua un rôle important comme vecteur de socialisation malgré une connaissance fragmentaire et basée sur des représentations (hormis la cellule de Buenos Aires dirigée par Manuel Soane et Luis Heysen, anciens étudiants réformistes de l’Université San Marcos et la cellule de Paris, construite autour de l’association étudiante A.G.E.L.A.9). Il mit ainsi en relation progressivement différents exilés péruviens mais également, à partir de 1927, des intellectuels, des étudiants et des hommes politiques d’autres nationalités. S’inscrivant dans un panorama où se multipliaient les solidarités transnationales en Amérique latine, les lettres circulaires et leur lecture publique dans des manifestations anti-impérialistes à Paris, à Lima ou encore à Buenos Aires servirent de point de convergence pour des individus soucieux de se réunir autour des expositions programmatiques des responsables apristes. Dans ce cadre, certains hommes occupèrent d’ailleurs des responsabilités plus importantes que d’autres dans ces démarches organisationnelles. Haya de la Torre fut par exemple à l’initiative de nombreuses actions politiques d’exposition idéologique, mobilisant en l’occurrence son réseau personnel afin de développer d’autres configurations au niveau latino-américain. Au regard de ses cheminements dirigés vers d’éminentes figures reconnues dans le champ politique et intellectuel comme le Mexicain José Vasconcelos ou encore de l’insistance avec laquelle il poussait ses camarades à multiplier leurs correspondances, nous voyons par exemple qu’il se situait au cœur des configurations et des échanges institutionnels en raison de sa présence dans une pluralité de champs. Fort de la légitimité locale et globale que cela lui garantissait, ce positionnement lui permit dès lors de contribuer à la construction d’une socialisation transnationale qu’il estimait être le fondement organique de tout mouvement révolutionnaire. Ayant lieu dans le quartier ouvrier de Vitarte à Lima, les manifestations liées à la Fête de la Plante servirent par exemple de cadre pour l’émergence d’une nouvelle socialisation au Pérou. Des lettres d’Haya de la Torre y étaient à ce titre lues aux assistants et la revue Amauta en profitait pour accentuer dans ses numéros l’impact de la politisation de ces dernières. Il s’agissait en l’occurrence de rappeler aux camarades présents la nature de leur mobilisation pour la justice sociale et la liberté, et de construire une fraternité dans le combat politique. S’adressant dans ses lettres directement à l’auditoire et utilisant le « nous », Haya de la Torre en appelait même à la lutte commune pour la réalisation d’un idéal dont il fallait être soldat. Cette lecture publique de lettres permettait également à son auteur d’entretenir la mémoire de la réussite des Universités Populaires Gonzalez Prada qu’il avait lui-même fondées en 1923 et qu’il tentait d’étendre à l’échelle continentale, comme ce fut le cas à Cuba avec la fondation de l’Université Populaire José Martí.

  • 10 Association politique regroupant les principales figures de la gauche non marxiste latino-américain (...)
  • 11 Hay que evitar rozamientos con Terreros y Hurtwitz. El plan de Quijano, Mella y Cia de dividirnos (...)
  • 12 Aquí no he podido adelantar nada con la cuestión de Venezuela. No hay ni programa ni datos concret (...)

12Introduit dès 1926 dans les réseaux péruviens en raison d’interactions dépassant la sphère politique, le travail révolutionnaire prit très tôt une part extrêmement importante dans les débats internes du mouvement apriste. Insérés progressivement dans des cadres institutionnels à l’image de Manuel Seoane qui jouait un rôle clé dans l’Union latino-américaine10 fondée par le socialiste argentin Alfredo Palacios dont le rapprochement s’était opéré avec l’APRA et Amauta depuis 1927, les exilés péruviens étaient en effet très présents dans le champ contestataire latino-américain. De ce fait, il s’agissait pour le parti de consolider un mode opérationnel qui puisse porter une lecture de l’action révolutionnairetout en alimentant des pratiques perçues à la fois sur le terrain local et global. La question de la mutualisation des moyens devint prédominante dans la réflexion collective au point qu’elle créa des rivalités et des divergences entre les membres de l’organisation. Fruit de ces tensions, la figure de Haya de la Torre commença à être contestée au sein du réseau et il fut même rapidement accusé de vouloir transformer celui-ci en un cadre politique servant ses intérêts particuliers. Soucieux dès lors de se prémunir contre des attaques venant de son propre camp à ce sujet, Haya de la Torre prit soin dès 1928 de gérer personnellement cette mutualisation. Écartant ses adversaires11 tout en s’impliquant directement dans les stratégies d’alliances comme celles que lui proposait Bustamante au sujet d’un partenariat avec le Parti Révolutionnaire Vénézuélien fondé en 1927 (le futur Parti Communiste Vénézuélien de Salvador de la Plaza et Gustavo Machado exilés au Mexique comme Pavletich et Bustamante), il projeta alors son idéal d’organisation révolutionnaire dans le réseau12. Voulant ainsi contrôler sa formation et très critique quant aux dérives de l’action collective en cours, il appréhenda en effet cette question en développant l’idée d’une temporalité dans l’action d’un homme politique et ne cessa d’accroître ces correspondances par cycles d’engagement. Il put alors concentrer ses efforts dans la construction de la singularité de l’aprisme, ce qui lui permit notamment de se forger une stature internationale au sein de son réseau personnel et ensuite à l’intérieur même de son parti. Pour ce faire, il joua un rôle déterminant dans la construction de sa propre figure institutionnelle au sein de l’APRA, insistant sur sa légitimité internationale auprès des sympathisants pour consolider son positionnement idéologique. Il s’évertua aussi à mettre en valeur ses connaissances de la réalité continentale et les envois de documentations politiques dont il bénéficiait. Cette mutualisation des ressources du réseau extrêmement contrôlé permit au parti de mieux se centrer sur la production comme logique organisationnelle. Suivant cette dynamique, fut développé un cadre discursif encadré par une solide vision du rôle des intellectuels dans le devenir nationaliste du combat mené.

Des professionnels de la production discursive

  • 13 Haya de la Torre, “Nuestro frente intelectual”, Amauta, I/4 (décembre 1926), p. 3.

« Mon cher camarade Mariategui : en rentrant ce soir sur Paris, où fut fondé et mis au travail un groupe de jeunes Péruviens qui va diriger les activités de l’APRA en Europe, je suis tombé sur le premier numéro d’Amauta. C’est le meilleur message que j’aurais pu souhaiter de la part de la section péruvienne des Travailleurs Intellectuels aux militants de notre grand front d’action qui, de la main des travailleurs manuels, va conquérir le sentier de la justice pour nos pays13  ».

13De manière générale, la mise en place d’un univers programmatique commence quand les individus se mobilisent collectivement et que leurs revendications ont un effet sur les intérêts d’autres individus. Les manifestations de ces dernières peuvent bien évidemment être multiples, ce à quoi nous devons ajouter qu’elles sont également tributaires d’un espace et d’une période donnés. C’est pourquoi ce jeu d’échelles dépend de la mobilisation et des capacités qu’ont certains groupes sociaux à élaborer des systèmes d’interaction collective. Comme l’attestent les mots de Haya de la Torre reproduits dans la revue Amauta, l’importance de l’écrit ou plutôt d’un support écrit était fondamentale dans les années 1920 en tant que répertoire d’action collective. Voilà pourquoi cette dynamique contestataire prit soin d’encourager dès 1926 la coopération entre cette revue péruvienne et l’APRA, tout en œuvrant à l’élaboration d’une fonction productive du réseau. Fort de l’apport d’Amauta dans cette constellation relationnelle, cet accord permit à la formation de bénéficier des relais d’un périodique doté d’une large diffusion dans les cercles anti-impérialistes latino-américains. Dès lors, Amauta diffusa la correspondance des principaux chefs apristes relayant, grâce à un réseau de distribution et d’abonnement très bien organisé, les principales orientations pratiques et théoriques prises par ces derniers. Ceci pose la question du rôle de l’écrit comme vecteur de politisation et sa capacité à articuler un réseau au niveau continental. Par ailleurs, cette diffusion discursive dans les principales villes où résidaient les exilés apristes (Buenos Aires, Santiago de Chile, Paris, Mexico D.F.) établit également la nécessité d’une meilleure compréhension du rôle de l’écrit en tant que facteur hiérarchisant les relations entre personnes ou entre groupes de personnes.

14Toutefois, malgré l’excellente diffusion d’Amauta, il serait réducteur de justifier la politisation parmi les apristes à sa simple cohésion journalistique. Comme nous le montre la vitalité des réseaux égocentrés et des échanges précédemment exposés, celle-ci répondait à des configurations interpersonnelles qui dégageaient des formes sociales. Il serait en effet réducteur de considérer ce réseau uniquement comme un point d’échange entre tiers via un socle extérieur, car on ne peut nier qu’il ait existé des réseaux personnels à travers lesquels l’APRA diffusait des informations vitales à sa consolidation. La question de la production du réseau redessine par conséquent les deux premières fonctions que nous proposons de celui‑ci et oriente notre examen sociopolitique dans une nouvelle perspective. Elle lui ajoute un caractère plus pratique du fait qu’elle explique la cohésion interne et le déclin de celle-ci en fonction d’une vision sociologique des individus pris comme des détenteurs de ressources individuelles. Cette vision des rapports sociaux cherche à montrer comment les acteurs utilisèrent leur place dans cet espace interpersonnel et leur qualité au sein de ce dernier, pour institutionnaliser leur action et pour stimuler la production discursive exprimée dans Amauta et dans la revue costaricaine Repertorio Americano. Par ailleurs, cette approche du caractère fonctionnel du réseau apriste nous permet d’en délimiter clairement les contours. Elle cherche à montrer que la force interne d’une communauté est le fruit de la cohérence interne de cette dernière, créée par une distribution encadrée des rôles. Par conséquent, nous partons de cette hypothèse pour défendre l’idée que, bien qu’il existe des données sociales (amitié, réseaux, coalitions, factions) dans un ensemble relationnel, les acteurs peuvent construire leur organisation en lisant celle-ci comme un ensemble fonctionnaliste. Ajoutons à cela que, dans des situations très précises comme son utilisation par un organe révolutionnaire, la répartition des tâches transforme l’action collective en un système, c’est-à-dire en un assemblage d’éléments interdépendants qui se soutiennent tous mutuellement. Dans le cas d’une étude portant sur un discours politique cette lecture nous paraît d’autant plus intéressante que les mots et les significations de celui-ci sont des raisonnements que l’on ne peut comprendre sans prendre en compte l’implication des individus qui les expriment. D’où l’intérêt de ne pas regarder ce discours indépendamment de son lieu de fabrication, mais plutôt comme le fruit d’un ensemble de facteurs qui ont précédé sa disposition en une suite logique. Car un discours n’est pas uniquement un système de signes servant à séduire et à communiquer ; il demeure pour nous avant tout une activité sociale.

15Jouant pour ce faire sur les liens interpersonnels, les apristes véhiculèrent dans le réseau des informations et des consignes sur le rôle des intellectuels en tant que producteurs de messages politiques. Ceci n’était pas une nouveauté dans les années 1920 au regard des interactions dans le champ littéraire latino-américain autour de la question nationale [Funes, 2006]. Il n’en reste pas moins que les premiers prirent soin d’utiliser le rôle du secret de certaines correspondances ainsi que la dimension privée de certaines lettres pour encourager une professionnalisation de la production discursive mais également un dialogue entre les différents champs sociaux. Dans ce cadre, des missives dictées par Haya de la Torre sommaient les apristes des cellules de Mexico et de Buenos Aires – des noyaux transversaux du champ littéraire et politique latino-américain – de veiller à leur rôle d’intellectuels de combat dans la lutte révolutionnaire. Il s’agissait de renforcer la mission d’encadrement que devaient jouer les intellectuels dans l’approfondissement des synergies entre les acteurs. Soucieux de la discipline dans les rangs de son mouvement, Haya de la Torre fit même de la fonction relationnelle du réseau l’une des composantes essentielles de cette politique interne, véhiculant grâce au domaine privé des consignes sur la place de l’intellectuel dans l’action collective. Dans cette logique, les intellectuels devaient être l’incarnation d’énoncés politiques ainsi que le reflet d’une modélisation de rapports de force que seul un tissu social encadré permet de garantir. Basée sur une conception de l’interdépendance entre le social et le politique, cette grille de lecture voyait donc dans le discours « l’épée » d’un ensemble révolutionnaire en marche. La correspondance de Haya de la Torre et les articles parus dans Amauta en furent d’ailleurs les manifestations concrètes et non uniquement des descriptions. Ils furent en ce sens des produits sociopolitiques qui nous fournissent des données importantes sur les mécanismes latino-américains d’articulation d’un corps politique dans les années 1980. Néanmoins, les objectifs politiques qu’ils portent – perçus ici comme des construits sociaux – doivent également être appréhendés en tant que tels quand bien même ils manifestent l’interdépendance entre des pratiques sociales et les décisions qui les font naître.

Un discours nationaliste comme matrice révolutionnaire

  • 14 Víctor Raúl Haya de la Torre, « Discours prononcé le 7 mai 1924 à Mexico lors de la fondation de l’ (...)

16« L’idéal d’unité des peuples de notre race qui trouva dans Bolívar une espérance annonciatrice et qui devînt plus tard un sujet des discours diplomatiques est maintenant un objet de foi, un credo, un motif de lutte pour notre génération. Nous pouvons affirmer avec orgueil que, rien n’a été plus propice au motif généreux de fusionner en un seul bloc les vingt-et-un peuples indo-américains dispersés par le nationalisme étroit des vieilles politiques que l’œuvre de la jeunesse. Sur la froide et restreinte collaboration entre les différentes chancelleries proeuropéennes, nous avons créé une solidarité plus large, dans la joie, dans la douleur, dans une noble inquiétude14. »

  • 15 Ibid, p30.
  • 16 Víctor Raúl Haya de la Torre, « What is the APRA ? », The Labour Monthly (A magazine of Internation (...)

17C’est par ces mots que s’ouvrit le discours prononcé par Víctor Raúl Haya de la Torre le 7 mai 1924 lors d’une cérémonie qui marqua la transmission des pouvoirs à la nouvelle présidence de la Fédération d’Étudiants du Mexique. Empreint d’une volonté de refondation du vieux rêve de Bolívar et exalté par les victoires sociales acquises lors de la Révolution mexicaine, ce discours se transforma dès lors en acte fondateur de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (APRA). Il témoigna ainsi de sa volonté de recentrer le renouveau nationaliste en Amérique latine en exaltant symboliquement l’image d’une jeunesse mexicaine triomphante lors d’une Révolution où comme fille du peuple elle « défendit valeureusement la liberté de la race et qui, de par le don de son sang, montra l’exemple d’une nouvelle société égalitaire et progressiste15 ». Quelques années après, dans un article expressément nommé « What is the APRA ?  » et publié dans The Labour Monthly de Londres, le même Haya de la Torre donna forme pour la première fois à cette organisation nationaliste. Il la dota alors d’un programme d’action international qui s’articulait autour de cinq points cardinaux : « l’action contre l’impérialisme yankee, la lutte pour l’unité politique de l’Amérique latine, la nationalisation progressive des terres et de l’industrie, l’internationalisation du Canal de Panama, et la solidarité avec toutes les classes et tous les peuples opprimés »16

  • 17 Lettre de Haya de la Torre à Stirner, Paris, 25 février 1925. Cf. Planas, 1986.
  • 18 Lettre manuscrite de Víctor Raúl Haya de la Torre, Moscou, avril 1924. Cf. Alvas, 2004.

18Tout comme la lutte de Sandino qu’elle soutenait ouvertement dans la presse (la revue péruvienne Amauta ou le journal costaricain Repertorio Americano), l’APRA fut certainement l’un des mouvements anti-impérialistes qui produisit le plus de symboles de nationalistes appartenant à l’espace latino-américain. Dès les années 1924 et 1925 son fondateur Víctor Raúl Haya de la Torre exprimait même déjà ouvertement dans sa correspondance avec le Secrétaire des Questions Latino-américaines du Kominterm, Alfred Stirner, son souhait de bâtir un nouveau front politique pour la région en se débarrassant des vieux schémas doctrinaux importés d’Europe au profit de modèles d’action proprement latino-américains. Le jeune exilé apriste insistait d’ailleurs pour déclarer, au regard de son expérience d’exilé en Europe, qu’il croyait à présent sciemment que « la révolution des travailleurs américains devait être autonome et sans aucune intervention ou tutelle venue d’Europe, car même si rien n’était plus admirable que le fait que les prolétariats européens et latino-américains puissent marcher la main dans la main, ceci était irréel à l’heure actuelle »17. Cette obligation poussa donc progressivement les fondateurs de ce mouvement à se doter d’une idéologie plus en rapport avec les groupes de pensée latino-américaine, et à se réapproprier par exemple les différents concepts de « patrie » et de « race », développés respectivement par José Ingenieros et José Vasconcelos. Cependant, bien que se présentant comme un penseur autonome, Haya de la Torre utilisait lui-même fréquemment des concepts méthodologiques et des symboles liés au marxisme (lutte des classes, oppression de la bourgeoisie), au point de définir les États latino-américains comme des « États bourgeois, filiales du capitalisme américain »18. Reste, comme le montre sa correspondance à l’époque, qu’il construisit ces filiations afin d’obtenir la cohésion parmi ses camarades. Quand bien même ces influences ont existé, nous croyons au regard de certaines sources (la correspondance d’Haya de la Torre alors en exil en Europe et la revue Amauta), que la nature et la force des échanges intellectuels entre les partisans de l’APRA disséminés à l’échelle continentale nourrirent largement l’émergence de ce nationalisme d’échelles.

  • 19 Manuel Ugarte, « Manifesto a la juventud latinoamericana » Amauta, II/8 (avril 1927), p. 39.
  • 20 Haya de la Torre, “Nuestro frente intelectual”, Amauta, I/4 (décembre 1926), p. 39.
  • 21 « Ceux qui sentent profondément l’amour de leur terre, ceux qui souhaitent un avenir moins douloure (...)
  • 22 « Extension géographique et apogée politique des confédérations des tribus quechuas. Ses bases fure (...)
  • 23 « Nous ne pouvons oublier que tous les Indiens ne sont pas exploités ni que tous les exploités ne s (...)

19Lorsqu’une mobilisation nationaliste vise une meilleure cohésion dans ses rangs, elle tend à s’expliquer par les orientations subjectives que nourrissent les acteurs et qui sont un moyen d’asseoir l’identité collective. Le cas étudié demeure, à première vue, un excellent exemple d’une manifestation idéologique qui répond à une visée intégrative. Le nationalisme continental prôné par l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine fut en effet le signe d’une volonté politique d’intégrer les vingt-et-une nations latino-américaines en un seul bloc politique en vue de « réaliser la seconde Indépendance par la rénovation du Continent par la démocratie et la jeunesse »19. Nourri par la nécessité d’alimenter une rhétorique de confrontation, ce discours panaméricaniste se voulait un vaste programme politique anti‑impérialiste centré sur « une nationalisation de la production et une union politique simultanées de tous les pays d’Amérique latine »20. Il accordait de ce fait une place centrale à l’État dans ses objectifs de transformation sociale, témoignant ainsi de la croyance des acteurs en un modèle scientifique interventionniste très en vogue dans les années 1920. Ce nationalisme fut en cela la résultante du positionnement d’une génération engagée et s’autodéfinissant comme révolutionnaire21 qui percevait les mutations socio-économiques de son temps comme une gifle, et qui cherchait un nouveau modèle de société en le coulant dans une « solution nationale » inédite. Soucieuse donc de la force des symboles nationaux en tant que cadre référentiel, l’intelligentsia apriste valorisa le passé incaïque dans le prolongement du courant indigéniste22, mais elle le présenta dans une logique dénonciatrice et dans une optique purement politique qui soulignait « qu’il ne faut pas revendiquer l’Indien en ce qu’il est indien mais en ce qu’il est exploité »23.

  • 24 « Je veux juste vous dire que cette lourde tâche échouerait si ceux qui la menaient n’avaient pas v (...)
  • 25 Víctor Raúl de la Torre, “Sobre el papel de las clases medias en la lucha por la independencia econ (...)

20Issus des bourgeoisies locales mais surtout anciens étudiants ayant participé activement au mouvement de la Réforme universitaire dans leurs pays respectifs24, ces nationalistes étaient en effet contraints de bâtir une chaîne d’information guidée par des principes qui liaient le nationalisme à la Révolution. Des événements extérieurs et des lectures économiques furent ainsi choisis afin de nourrir les logiques développées par les différents acteurs et pour contribuer à consolider une identité commune. Comme le montre la correspondance d’Haya de la Torre, il s’agissait de lutter de manière active contre les dictatures en place dans le sous-continent en utilisant au mieux les sections apristes pour en dénoncer les méfaits dans la presse. Des représentations intellectuelles et des constructions symboliques comme la figure de l’Indien comme incarnation de l’exploitation économique, ou de l’empire Inca comme système de redistribution abouti et unificateur, servirent alors de matérialisation de cette contestation politique. Voilà pourquoi ce nationalisme peut être appréhendé en tant que communauté nationaliste poussée à s’organiser autour d’une gestion passionnelle de sa militance. À la lecture des positionnements de ses principales figures quant à la nature des changements nécessaires au bon déroulement d’un renforcement identitaire, le discours apriste témoigne donc du dualisme de ce mouvement tiraillé entre des prétentions panaméricaines et des impératifs beaucoup plus locaux. Il n’est pas étonnant en effet de voir les chefs de ce mouvement se prononcer dans la revue Amauta pour un renouveau du nationalisme péruvien tout en exprimant les visées continentales de leur projet. Toutefois, une observation plus attentive de ce discours sur la nation permet d’y déceler une certaine attention quant aux évolutions structurelles. Ce discours fut dans ce sens très largement encadré par des facteurs matériels car il reprit des mentions inspirées de la situation économique de l’époque. Ceci nous pousse donc à voir dans les logiques textuelles qui construisent la rhétorique, une transposition polémique d’une réalité donnée. Des définitions de l’impérialisme comme « l’exploitation des pays non économiquement développés par des centres industriels comme l’Angleterre et les États-Unis, investissant des capitaux et les faisant fructifier en profitant d’une main-d’œuvre de nationaux ou de natifs bon marché »25 faisaient allusion aux transformations économiques et à la pénétration des capitaux américains dans l’Amérique latine des années 1920.

  • 26 « Les tentacules de Yanquilandia qui cherchent nos sources de richesses s’étendent aujourd’hui assi (...)
  • 27 Víctor Raúl de la Torre, “Sobre el papel de las clases medias en la lucha por la independencia econ (...)

21Qui veut donc analyser et comprendre ce type de mouvement social doit dès lors identifier les conditions générales qui précèdent à sa formation. Poussée par la jeunesse de sa terre d’origine, écartée par la modernité, exploitée par l’impérialisme américain selon de nouvelles modalités26, l’A.P.R.A voulait en effet créer les conditions pour l’assainissement du terrain par une aversion du système de production. De ce fait, le nationalisme lui permit d’accéder à la modernité selon des modalités propres. Il lui permit même de développer une conception de la nation basée sur « la nationalisation des richesses comme la seule garantie de liberté »27 et orientée contre l’impérialisme. Réalité hiérarchisée expliquant les racines historiques et naturelles d’une domination impérialiste, cette présentation diffusa ainsi un message construit pour séduire. Plus explicite et délié, ce discours oeuvra à la création d’une communauté militante unifiée, d’où l’importance accordée à la rhétorique et le recours à des formes de diffusion propres à l’action collective en réseau. La figure d’un Bolívar combatif en proie aux puissantes forces occidentales fut, par exemple, centrale dans cette construction politique. Ce mythe, purement mobilisateur, servit à trouver des racines historiques, voire naturelles, à la domination qu’exerçait le Centre (les pays industrialisés) sur les périphéries (les pays pauvres et ruraux). Tantôt homme conscient et préoccupé par le destin d’un continent fragile, tantôt visionnaire et précurseur, Bolivar apparut comme un référent dans la lutte menée pour l’unification de l’Amérique latine et comme le visage clairvoyant d’une idéologie souvent complexe et affaiblie par des simplifications réductrices.

Conclusion

22En appliquant une méthode d’orientation initialement définie, nous sommes parvenus à qualifier et à expliquer la fabrication d’un nationalisme transnational prôné par l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine. Nous avons ainsi traversé la jungle formée par la complexité et la prolixité d’un discours regroupant différents courants de pensée. Cette approche du nationalisme doit être non seulement appréhendée comme un instrument opératoire qui permet de décrypter un mouvement nationaliste, mais également comme un moyen de dépasser le stade de la simple description. Partant d’une combinaison « réseaux sociaux/analyse discursive », elle cherche ainsi à mettre en avant une vision du nationalisme comme une entreprise d’acteurs autonomes réagissant à un contexte particulier. Néanmoins, notre travail se veut l’illustration d’un phénomène précis et réfute toute prétention à défendre une combinaison méthodologique idéale. En effet, en raison de l’hétérogénéité du nationalisme et de ses expressions, il n’existe pas de combinaison méthodologique idéale et définitive dont nous pourrions indiquer le principe. De ce fait, les manipulations théoriques auxquelles le chercheur peut se livrer doivent être opérées au cas par cas, en considérant les caractéristiques historiques, géographiques, politiques et sociales de l’objet ou phénomène étudié.

23Nous pouvons malgré tout esquisser un tableau de cette action collective après examen de ses caractéristiques relationnelles et de l’imbrication de ses correspondances avec un travail de formulation identitaire. Partant d’un schéma de pensée qui passe au crible cinq questions –Quels sont les déclencheurs de ce mouvement politique ? Qui sont les agents du parti ? Comment se développe-t-il dans les années 1920 ? Comment se développe le processus d’identification partisane parmi ses membres ? Quel est le rôle joué par l’univers relationnel et les formes qui en découlent dans la constitution d’une identité politique ? – Une réponse peut être donnée. De ce fait, nous pouvons la voir comme un réseau transnational, un moyen de forger ou de renforcer une solidarité active entre les membres d’une collectivité, et bien évidemment comme un vecteur de politisation cherchant une meilleure cohésion dans ses rangs en produisant un discours nationaliste.

Haut de page

Bibliographie

Alva Castro Luis (comp.), El sueño del Libertador. Haya de la Torre y la unidad de América. Antología, Lima, Fondo Editorial del Congreso del Perú, 2004.

Bergel Martin, “Manuel Seoane y Luis Heysen : el entrelugar de los exiliados apristas peruanos en la Argentina de los veintes”, Políticas de la memoria, n° 6/7, 2006/2007, p. 124-143.

Anderson Benedict, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002.

Berger Peter, Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2006.

Boissevain Jérémy, "The place of Non-Groups in the Social Sciences", Man. New Series, n° 4, 1968, p. 542-556.

Diani Mario, Mcadam Doug (éd.), Social Movements and Networks : Relational Approaches to Collective Action, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Eley Geoff, « De l’histoire sociale au tournant linguistique dans l’historiographie anglo-américaine des années 1980 », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 1, 1992, p. 163-193.

Emirbayer Mustafa, “Manifiesto for Relational Sociology”, The American Journal of Sociology, n° 2, 1997 /3, p. 281-317.

Eve Michael, « Deux traditions d’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, n° 115, 2002, p. 183-212. 

Figueroa Hernán, Historia del APRA, 1924-1986, Lima, Ed. Inkart, 1986.

Filleule Olivier, « Post-scriptum : proposition pour une analyse processuelle de l’engagement militant », Revue française de science politique, n° 1, 2002 /2, p. 199-215.

Funes Patricia, Salvar la nación. Intelectuales, cultura y política en los años veinte latinoamericanos, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2007.

Gellner Ernest, Nations et nationalisme, Paris, Éd. Payot, coll. « Bibliothèque historique Payot », 1999.

Hilliker Grant, The politics of Reform in Peru : The Aprista and other Mass parties of Latin America, Baltimore, John Hopkins Press, 1971.

Hobsbawm Eric, Nations et nationalismes depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, Gallimard, 1992.

Kantor Harry, El movimiento Aprista Peruano, Buenos-Aires, Ed. Pleamar, 1964.

Laclau Ernesto, La Guerre des identités. Grammaire de l’émancipation, Paris, Éd. de la Découverte, 2000.

Passy Florence, Guiugni Mario, "Social Networks and Individuals Perceptions : Explaining Differential Participation in Social Movements", Sociological Forum, n° 1, 2001, p. 123-153.

Planas Pedro, Los orígenes del APRA, el joven Haya, Lima, Okura, 1986.

Sanchez Luís Alberto, Apuntes para una biografía del APRA I. Los primeros pasos 1923-1931, Miraflores, 1978.

Simmel Georg, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1996.

Haut de page

Notes

1 « Toutes les recherches ont pour point commun que la connaissance sociologique des conditions et des formes de passage à l’acte y demeurent opaques. On ne sait pas selon quelle modalité une disposition se traduit par une action effective ou par l’inaction. Ni les théories du comportement collectif qui s’en tiennent aux prédéterminations de l’action, ni l’école de la mobilisation des ressources empêchée par la métaphore de la rationalité de l’acteur, ni les approches structuralistes n’ont réussi à bâtir un modèle convaincant de l’engagement individuel et de ses évolutions dans le cours de l’action. » [Filleule, 2001, p. 199].

2 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Eudocio Ravines, Londres, 17 octobre 1926, in Planas, 1986.

3 Ces événements se traduisirent par la mort d’un étudiant et d’un ouvrier, ce qui alimenta durant des années la martyrologie du Parti Apriste Péruvien.

4 « Depuis les premières luttes universitaires jusqu’à aujourd’hui, dans des cercles plus vastes, celle-ci a été ma tactique. J’ai essayé de conduire l’APRA, et par bonheur nous sommes tous d’accord, vers un objectif supérieur : travailler, travailler, travailler. Nous souhaitons que notre génération soit une génération de l’action.  », Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Salomón Wapnir, Claridad Tribuna del pensamiento izquierdista, 7 avril 1928, Fond « Réforme universitaire », Archives du C.E.D.I.N.C.I.

5 Haya de la Torre fut son secrétaire durant six mois en Suisse pendant ses années d’exil (1923-1930). Les deux hommes entretinrent par la suite une correspondance politique et Amauta publia régulièrement les soutiens de Rolland à l’APRA.

6 Lettre de VÍctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, Londres, 27 avril 1926, cf. Planas, 1986.

7 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, Oxford, 15 novembre 1926, cf Planas, 1986.

8 « Il est tout à fait légitime que l’idée que l’on se fait d’un individu varie selon le point de vue à partir duquel on la forme, et qui est donné par la relation globale du sujet connaissant à celui qu’il connaît. On ne peut jamais connaître l’autre absolument. Néanmoins, on construit une unité de personne à partir des fragments qui seuls nous permettent d’avoir accès à l’autre : cette unité dépend donc de la partie de lui que notre point de vue nous permet d’apercevoir », Simmel, 1996, p. 9.

9 Association des Étudiants Latino-Américains de Paris.

10 Association politique regroupant les principales figures de la gauche non marxiste latino-américaine qui luttait pour l’instauration d’une nouvelle culture nationaliste à l’échelle du continent.

11 Hay que evitar rozamientos con Terreros y Hurtwitz. El plan de Quijano, Mella y Cia de dividirnos en París no se cumplio porque a un elemento que consiguieron (Cardenas Castro) se le hizo lo siguiente : descubierto que se habia “vendido” (realmente vendido) a Quijano lo expulsamos y secretamente se le ha administrado un castigo físico que lo ha aterrorizado de tal manera que no se sabe donde está”, Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, New York, 2 octobre 1927, cf Planas, 1986.

12 Aquí no he podido adelantar nada con la cuestión de Venezuela. No hay ni programa ni datos concretos hasta hoy. Si el PRV acepta las condiciones que me enuncias, eso seria magnífico. Mi oposición ha sido oposición desde el punto de vista marxista. No es posible embarcese en una aventura. La revolución es la violencia y la violencia es la fuerza. Si la fuerza no está controlada, no solo por un jefe o un grupo de jefes revolucionarios sino por la consciencia revolucionaria de la masa que es forma de fuerza, consciencia cuya formación se determina por ciertas condiciones económicas y de ambiente social derivadas de estas, que no sé si existen en Venezuela-...Naturalmente, que ese temor es producido por el desconocimiento de la situación en Venezuela y por el desconocimiento del programa de la RV.”, Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, New York, 8 janvier 1927, in Planas, 1986.

13 Haya de la Torre, “Nuestro frente intelectual”, Amauta, I/4 (décembre 1926), p. 3.

14 Víctor Raúl Haya de la Torre, « Discours prononcé le 7 mai 1924 à Mexico lors de la fondation de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine ». Cité par Alva, 2004, p. 29.

15 Ibid, p30.

16 Víctor Raúl Haya de la Torre, « What is the APRA ? », The Labour Monthly (A magazine of International Labour), Londres, vol. 8, n° 12, déc. 1926.

17 Lettre de Haya de la Torre à Stirner, Paris, 25 février 1925. Cf. Planas, 1986.

18 Lettre manuscrite de Víctor Raúl Haya de la Torre, Moscou, avril 1924. Cf. Alvas, 2004.

19 Manuel Ugarte, « Manifesto a la juventud latinoamericana » Amauta, II/8 (avril 1927), p. 39.

20 Haya de la Torre, “Nuestro frente intelectual”, Amauta, I/4 (décembre 1926), p. 39.

21 « Ceux qui sentent profondément l’amour de leur terre, ceux qui souhaitent un avenir moins douloureux que le présent pour leur collectivité, ceux qui ont une vision de l’unité sociale de l’Amérique latine, ceux qui comprennent les dangers qui menacent et les biens qui peuvent être conquis, ceux-ci ont pour obligation de rejoindre la nouvelle génération révolutionnaire », Manuel Seoane, “Carta al grupo resurgimiento”, Amauta, II/9 (mai 1927), p. 37-39.

22 « Extension géographique et apogée politique des confédérations des tribus quechuas. Ses bases furent : une grande vitalité, une colonisation réciproque, une langue officielle, la complémentarité entre une économie centralisée et une économie tribale, le caractère des conquêtes, le tribut, le travail.  », Luis E. Valcarcel, “Sumario de Tawantisuyo”, Amauta, III/13, p. 29.

23 « Nous ne pouvons oublier que tous les Indiens ne sont pas exploités ni que tous les exploités ne sont pas tous des Indiens et la justice est la même pour tous ceux qui souffrent du poids des privilèges de certains… […] Qui sent la douleur des Indiens doit aussi sentir la douleur des autres exploités du pays et de la terre et guider son action selon une logique rationnelle et pas seulement sentimentale, contre le système qui génère les inégalités et les injustices. Il ne suffit pas d’être charitable. Qui sent au fond de lui une passion pour la justice doit mettre tous ses efforts au-delà de la philanthropie et des questions purement sociales. La douleur de l’Indien est la douleur du Latino-Américain exploité. », Manuel Seoane, “Carta al grupo resurgimiento”, Amauta, II/9 (mai 1927), p. 37-39.

24 « Je veux juste vous dire que cette lourde tâche échouerait si ceux qui la menaient n’avaient pas votre jeunesse dynamique et idéaliste. Cette tâche ne peut être accomplie par cette génération qui débuta son action sociale lors de la Réforme universitaire de 1919, la prolongeant dans le mouvement laïque du 23 mai 1923 », Alfredo Palacios, « Juventud del Perú  », Repertorio Americano, XXII/3 (janvier 1931), p. 45.

25 Víctor Raúl de la Torre, “Sobre el papel de las clases medias en la lucha por la independencia economica de américa latina”, Amauta, II/9 (mai 1927), p. 6.

26 « Les tentacules de Yanquilandia qui cherchent nos sources de richesses s’étendent aujourd’hui assidûment sur l’Amérique latine sous des formes que nous ne soupçonnons pas. Au Nord, ce sont des hommes et des laïcs, comme chez nous autrefois et, de nos jours, ce sont des femmes et des missionnaires religieux qui sont employés comme agents politiques. Ce réseau dont le centre se situe dans un cabinet à Washington ou dans un syndicat de banquiers est tissé par des infirmières de la Croix Rouge, des femmes venues aider et des prédicateurs Bible en main. », Dora Mayer de Zulen, “América para la humanidad”, Amauta, II /9 (mai 1927), p. 14-15.

27 Víctor Raúl de la Torre, “Sobre el papel de las clases medias en la lucha por la independencia economica de américa latina”, Amauta, II/9 (mai 1927), p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Iglesias, « L’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA) comme dynamique transnationale. Du réseau à la fabrication d’un discours nationaliste », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 111-129.

Référence électronique

Daniel Iglesias, « L’Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA) comme dynamique transnationale. Du réseau à la fabrication d’un discours nationaliste », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://cal.revues.org/478 ; DOI : 10.4000/cal.478

Haut de page

Auteur

Daniel Iglesias

Daniel Iglesias, auteur d’une thèse de socio-histoire intitulée Réseaux transnationaux et dynamiques contestataires en exil : sociologie historique des pratiques politiques des dirigeants des partis populaires apristes (1920-1962) est docteur en histoire et civilisations comparées de l’Université Paris Diderot où, de 2006 à 2009, il a été allocataire-moniteur. Spécialisé sur les réseaux politiques transnationaux en Amérique latine, il travaille sur la sociogenèse des formes politiques contestataires, les partis politiques latino-américains et le populisme. Il a notamment publié « Redes políticas transnacionales y elites políticas partidarias : sociología histórica de los lazos entre el Partido Aprista Peruano y el ARDI venezolano (1928-1935) » (Historia y Política. Ideas, procesos y movimientos sociales, 2010), « Articulaciones relacionales y redes transnacionales : Acercamiento crítico para una nueva historiografía del Aprismo continental » (Nuevo Mundo – Mundos Nuevos, 2007) et « Nacionalismo y utilización política del pasado : la historia nacional desde la perspectiva de la revista Amauta (1926-1930) » (Histórica, 2007).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org