Navigation – Plan du site
Dossier. L’extraction minière : entre greffe et rejet

Le « genre » du développement minier : maternalisme et extractivisme, entre complémentarité et contestation

El «género» del desarrollo minero : maternalismo y extractivismo, entre complementariedad y contestación
Mining Development “Gender” : Maternalism and Extractivism, Between Complementarity and Contestation
Kyra Grieco
p. 95-111

Résumés

La capacité des activités minières à promouvoir la croissance inclusive du Pérou ne fait pas consensus. Les divergences relèvent de visions différentes de ce qui constitue un développement économique et social souhaitable, ainsi que d’un différentiel de pouvoir marqué entre les acteurs mis en relation par le secteur. Cet article adopte le genre comme perspective analytique pour aborder de façon transversale les dimensions matérielles et symboliques des rapports de pouvoir qui se nouent avec les processus sociaux et environnementaux « engendrés » par les activités minières, dans une région d’intense extraction et mobilisation.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une revue des arguments historiquement liés à l’industrie minière, cf. Salas Carreño [2008, p. (...)
  • 2 Pour un exemple récent de ce débat dans les principaux organes de presse péruviens, toujours en lie (...)
  • 3 Cf. Jenkins [2014 (b)] pour une revue de la littérature sur l’activité minière, le genre et le déve (...)
  • 4 Les études sur la thématique de Oxfam [2002 ; 2009] et de la Banque mondiale [2009] se rejoignent d (...)

1Au cours des vingt dernières années, l’expansion des activités minières au Pérou s’est trouvée au centre de débats acharnés. Depuis la transition démocratique de 2000, le pays vit une croissance économique inédite, accompagnée par un accroissement du conflit social, notamment autour des activités minières [Bedoya et al., 2013]. Alors que les promoteurs de l’extraction, entreprises minières et État central en tête, mettent en avant l’apport économique du secteur, la création d’emplois et les projets d’infrastructures, productifs et sociaux qui en dérivent1, ses détracteurs, principalement la société civile, et particulièrement les communautés paysannes et indigènes, organisées dans des mouvements de protestation et au sein d’ONG, y opposent l’inégalité de la répartition des bénéfices, la dépendance politique et économique de l’extraction, et les forts impacts environnementaux de l’activité. Parmi ces derniers, prime l’affectation des ressources hydriques, qui met en enjeu la production agricole et la consommation humaine et animale2. Bien que les processus liés à l’expansion renouvelée des activités minières soient l’objet d’une vaste littérature, peu d’attention a jusqu’ici été dédiée à cette thématique depuis une perspective relevant des études de genre3. Les rares travaux qui se sont penchés sur les mutations des stratégies de subsistance des femmes en milieu rural [Li, 2009 ; Himley, 2011] et la participation féminine aux mobilisations sociales contre l’extraction minière [Jenkins, 2014 (a) ; Rondon, 2009]4 ont le mérite de mettre en valeur l’expérience de groupes sociaux de sexe dont la subalternité détermine l’invisibilité et le silence. Ils ne font cependant du genre qu’un usage descriptif, plutôt que d’employer le concept dans sa signification de « principe de partition et hiérarchisation » des rapports sociaux [Delphy, 2001]. Cet article propose, au contraire, un usage analytique du genre en tant qu’« élément constitutif des rapports sociaux » et « façon première de signifier les rapports de pouvoir » [Scott, 1988, p. 141]. À travers l’analyse des interactions entre activité minière et rapports sociaux de sexe dans une région d’extraction et de mobilisation, l’objectif de cette contribution est de comprendre comment certains processus liés à l’extraction minière se greffent, ou bien sont rejetés pas le biais de représentations sexuées qui relèvent des enjeux de pouvoir entre groupes ethniques et sociaux.

  • 5 La perspective de genre ne faisait pas partie de ce projet de recherche lors de sa conception mais (...)
  • 6 La répartition en groupes est fictive et ne sert qu’à situer les observations dans le cadre du text (...)
  • 7 Avec ces interlocutrices, nous avons mené un travail d’observation participante et des entretiens s (...)
  • 8 Minas Conga est un nouveau projet d’extraction de cuivre et d’or de MYSA annoncé en 2011. La produc (...)

2Les données présentées sont issues d’un travail de recherche ethnographique mené entre 2011 et 2013 pendant une période de douze mois environ5, dans le département nord-andin de Cajamarca, une des principales régions d’expansion minière depuis 1990. Les observations et entretiens mobilisés ont été menés avec des femmes de milieux sociaux et géographiques différents que nous allons répartir en deux « groupes6 ». Le premier groupe est constitué de femmes adultes appartenant à trois générations, résidant dans la zone rurale d’influence de l’entreprise Minera Yanacocha SA (MYSA), dont les activités d’extraction remontent à 19927. Le deuxième rassemble des femmes adultes appartenant à deux générations, vivant dans les capitales provinciales de Cajamarca, Celendín et Bambamarca, et qui participent au mouvement social contre la mise en œuvre d’un nouveau projet minier, Minas Conga, par l’entreprise MYSA8.

3Dans la première partie de l’article, nous nous intéresserons à la façon dont les changements sociaux et environnementaux extractifs sont accompagnés par un discours différentialiste, creusant une inégalité d’accès aux ressources qui est à la fois genrée et racialisée. Dans la deuxième partie, nous nous pencherons sur la manière dont ce même discours est employé pour légitimer la participation féminine aux mobilisations contre l’extraction minière. Pour conclure, nous reviendrons sur le genre en tant qu’expression des relations de pouvoir, afin de mettre en lumière l’utilité de cette perspective pour la compréhension et l’évaluation des changements sociaux engendrés par l’extraction minière.

Développement minier et féminisation de la subsistance en milieu rural

  • 9 Selon le rapport de Ward et Strongman [2011], rédigé pour la Banque mondiale, la plupart des progra (...)

4Les zones rurales où se déroule l’extraction minière sont celles qui sont les plus rapidement et radicalement affectées par les effets du secteur minier. Ces effets consistent généralement en un accès facilité aux ressources économiques et infrastructurelles (travail, éducation, santé) et une limitation de l’accès au capital social et naturel (liens communautaires, eau, terre) pour les populations riveraines [Bury, 2004, p. 89]. Ces effets se déploient différemment selon l’âge, le sexe et les conditions socio-économiques des acteurs. L’emploi non qualifié lié à l’infrastructure minière (travaux de construction et entretien) est notamment plus accessible pour les hommes jeunes et adultes, alors que les femmes et les hommes âgés en sont exclus. Si parfois certaines femmes parviennent à développer des services pour la compagnie minière, notamment la préparation des repas pour les travailleurs, la dégradation des ressources hydriques de la zone rend difficile la mise en conformité avec les standards exigés [Li, 2015]. À une masculinisation du travail salarié en milieu rural minier correspond donc une féminisation des activités agricoles et d’élevage, souvent affectées négativement par l’accaparement des ressources en terre et en eau lié à l’activité minière [Himley, 2011, p. 18-19]. Les seuls apports susceptibles de répondre aux besoins des femmes en milieu rural seraient, selon Ward et Strongman [2011], ces projets sociaux visant la santé, l’éducation et la nutrition, financés par l’apport volontaire des entreprises9.

  • 10 Les projets relevant de la Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) constituent un ensemble mul (...)
  • 11 En 1996 est créée l’Asociación Yanacocha. Elle est chargée de gérer l’apport volontaire en lien ave (...)
  • 12 Le PSA, en activité de 2010 à 2012, constitue la deuxième étape d’une stratégie de RSE dans la zone (...)
  • 13 Roxana, salariée de MYSA, service de la RSE, Cajamarca, 2011. Les noms de toutes les interlocutrice (...)
  • 14 Puisque la présence minière dans la zone engendre des revenus et un accès aux services basiques (sa (...)

5L’une de ces initiatives, à laquelle nous avons eu accès en 2011, est le Programa de Seguridad Alimentaria (PSA). Ce projet, mis en œuvre par l’entreprise minière dans le cadre de sa politique de Responsabilité sociale d’entreprise (RSE)10, visait la diminution des indices de dénutrition au sein des communautés vivant dans la zone d’influence directe du projet11. Pour cela il promouvait une réorganisation du logement (séparation de l’espace cuisine des dortoirs ; construction de latrines), l’apprentissage de bonnes pratiques d’hygiène (entretien de la maison, préparation des aliments) et soutenait la production d’aliments pour la consommation familiale (création de jardins potagers, dons de petits animaux pour l’élevage)12. Bien que le projet ait visé formellement les unités familiales dans leur ensemble, dans la pratique, la participation était exclusivement féminine. Pour les promoteurs du projet, cela constituait une évidence car ils identifiaient les femmes comme les principales responsables de la maison, de l’alimentation et de la santé des enfants. Comme le résume une chargée de RSE de l’entreprise : « Ce sont des choses que la femme apprécie, parce qu’elle est là toute la journée. Et si la femme est contente, l’homme aussi va être content13. » Ces promoteurs mettent également l’accent sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un projet générateur de revenu, mais d’un travail centré sur la santé dont toute la famille est censée profiter14. Chaque étape du projet est organisée autour de la mise à disposition de moyens (animaux, graines, matériels) permettant d’atteindre les objectifs proposés, de l’enseignement des bonnes pratiques (pour l’entretien des animaux et du potager, la préparation des aliments, l’hygiène et le maintien des infrastructures) et de la fourniture d’une liste de tâches à accomplir permettant d’accéder à l’étape suivante. Le bon déroulement du programme est contrôlé par des visites à domicile de la part du personnel de l’ONG chargée du projet.

  • 15 Aux conditions officielles permettant l’inclusion de la famille dans le programme, s’ajoutent des c (...)
  • 16 Par care, Molyneux fait référence au travail non rémunéré de soin de l’autre. Le concept du care es (...)

6La participation au programme entraîne une charge de travail supplémentaire considérable pour les femmes, voire les enfants : plantation des semences et entretien des potagers, élevage des animaux, construction, entretien et transfert périodique des latrines, réorganisation et entretien du logement selon de nouvelles normes, participation aux réunions15. La réussite dans la mise en œuvre desdites tâches est compliquée, périodiquement pour certaines participantes et régulièrement pour d’autres, par le manque d’eau et la participation aux activités agro-pastorales et communautaires de ces populations paysannes. Aucune différence n’est faite par les membres de l’ONG chargés de l’application du programme entre les femmes ayant accès aux revenus salariaux de l’entreprise minière par le truchement des hommes de la famille engagés par celle-ci, et celles qui n’en bénéficient pas. Les femmes qui n’ont pas d’enfants et celles dont les enfants sont âgés de plus de 5 ans sont a priori exclues du programme. Au lieu d’agir comme un contrepoids à la féminisation des activités de subsistance et à l’accroissement de la dépendance économique en milieu rural, ce projet avait pour effet direct de renforcer la distinction entre activités productives (rémunérées) masculines et reproductives (non rémunérées) féminines. Dans une logique dérivative de la « féminisation de la pauvreté », on désigne les femmes comme responsables des conditions de vie des enfants et du groupe familial, qu’elles sont dans l’obligation d’améliorer [Chant, 2008, p. 177-179]. Cette rhétorique différentialiste perpétue une « construction genrée du besoin social qui a pour effet celui de réaffirmer le care comme une responsabilité uniquement féminine » [Molyneux 2007, p. 5]16. Le réfèrent maternaliste du PSA n’amène pas à concevoir les femmes comme une fin en soi, autrement dit comme des sujets de droits, mais uniquement comme le moyen d’une intervention dont les bénéficiaires ultimes sont les enfants et les hommes. Il en résulte que, dans le cadre de ces interventions, « les femmes sont sujettes à la loi principalement en tant que mères » et « leurs droits de citoyenneté ne leur sont octroyés qu’en tant que dépendantes d’autres et non pas en tant que citoyennes à part entière » [Nagels, 2014, p. 18].

  • 17 Piccoli, qui remarque des interventions similaires pour ce qui concerne le Programa Juntos, parle d (...)

7Comme d’autres programmes de santé analysés par Rousseau [2007], le PSA montre un biais favorable pour les femmes en lien avec la reproduction biologique (grossesse et premières années de vie de l’enfant), mais ne se focalise par sur la promotion de leurs droits individuels ou collectifs et ne prend pas en compte les inégalités structurelles à l’origine de leur vulnérabilité accrue. Au lieu de promouvoir l’autonomie et l’égalité des participantes, les objectifs du projet sont assurés par des pratiques de surveillance (contrôle continu), de punition (exclusion du projet, intervention des autorités communautaires) et de récompense (reconnaissance, prix) qui investissent tant la gestion de l’espace familial que celle du corps des femmes et de leurs enfants17. En cas de déviance c’est l’autorité politique communautaire et familiale masculine qui est interpellée :

  • 18 Roxana, salariée de MYSA, service de la RSE, Cajamarca, 2011.

« J’ai vu beaucoup de changements. Mais il y a aussi des familles qui n’ont pas fait beaucoup… Récemment par exemple nous avons trouvé une maman qui a cinq petits enfants… Rien de ce qu’ils lui ont donné [n’était bien entretenu], la cuisine [était] un désastre, les enfants sales, les cochons d’Inde plus ou moins soignés, mais les enfants pas du tout. On a chargé les autorités [de la communauté] d’informer son mari, pour qu’on puisse en tirer quelque chose. C’est pour ça qu’on a renseigné le teniente [autorité communale] pour que l’assemblée [des autorités communales] essaye de leur faire comprendre [qu’il faut adopter les bonnes pratiques]18. »

  • 19 Le concept d’« ajustement social » est repris par Bradshaw [2008] et Smith-Oka [2013] dans la discu (...)
  • 20 Dans le Pérou andin il est rare que les habitants ruraux s’autodéfinissent comme autochtones (indíg (...)

8La structure du PSA et le travail de ses opérateurs créent ainsi une hiérarchisation des participantes en bonnes et mauvaises mères selon leur adhésion aux préceptes nutritionnels et hygiéniques du projet. Les participantes sont dans un premier moment représentées par l’ONG et in fine l’entreprise comme incapables de bien s’occuper de leurs enfants et ensuite identifiées comme les principales (voire uniques) responsables de leur santé et de leur bien-être. La logique du programme ressemble à ce qu’Alvarez définit comme un « ajustement social » [Alvarez, 1999]19 : l’octroi d’une aide (économique ou autre) aux femmes qui doivent changer leur mode de vie, jugé déficient car pauvre, rural et implicitement autochtone20. Les interventions paraissent ainsi vouloir « moderniser la race » à travers les mères [Nagels, 2011, p. 125], dans une réminiscence évidente des discours de modernisation historiquement liés à l’industrie minière [Salas Carreño, 2008]. En représentant ces femmes comme des mères incompétentes, ce n’est pas seulement l’intervention qui est justifiée mais aussi le rapport de pouvoir que celle-ci traduit : entre les professionnels hommes et femmes, généralement métis de classe moyenne habitant en ville et travaillant pour la compagnie minière, et les bénéficiaires, femmes autochtones de classe populaire, habitant en milieu rural et travaillant dans le secteur agro-pastoral. Cette situation est d’autant plus marquée que l’État péruvien, déjà peu présent dans ces zones, délègue son rôle de promoteur du bien-être social à la compagnie minière, un acteur privé dont la raison d’être est avant tout économique. Abandonnées par l’État, marginalisées par l’économie minière et exclues par les programmes sociaux, les « mauvaises » mères sont triplement stigmatisées et sevrées de leurs droits de citoyennes.

Économie minière et différenciation sociale en milieu urbain

9Tandis que dans les milieux ruraux les effets de l’activité minière sur la division sexuelle du travail sont facilement discernables, dans les milieux urbains d’influence directe ceux-ci sont plus difficiles à cerner. Dans la capitale régionale de Cajamarca, la dynamisation économique liée au secteur minier depuis 1992 a investi plusieurs domaines d’activité professionnelle et commerciale, engendrant ainsi des processus rapides de différenciation sociale. L’enrichissement des secteurs davantage liés au privé (commerces, services, notamment la restauration et l’immobilier entre autres) et la paupérisation des catégories professionnelles qui sont restées liées au public (enseignants, fonctionnaires) ont créé un clivage dans la classe moyenne locale, ultérieurement divisée par une double migration vers la ville de secteurs populaires ruraux de la région et d’élites socioprofessionnelles nationales, voire internationales, travaillant dans l’industrie minière. L’augmentation importante des prix du foncier et de l’immobilier, ainsi que du coût de la vie ont accéléré les processus de différenciation sociospatiale et la polarisation entre les nouveaux quartiers résidentiels et les quartiers marginaux, aux constructions précaires et aux services de base insuffisants. La demande hydrique accrue d’une ville en croissance et des activités minières (activité extractive et approvisionnement du campement minier) ont débouché sur une pénurie d’eau dont le rationnement frappe surtout les quartiers populaires de la ville où les habitants sont plus nombreux, ont un accès moindre à l’approvisionnement de cette ressource et manquent de moyens pour acheter des réservoirs domestiques avec lesquels accumuler de l’eau pendant les heures de rationnement.

  • 21 De nombreuses participantes déclarent aussi se sentir plus vulnérables aux changements sociaux enge (...)

10La distribution de la quantité et la qualité des ressources hydriques constituent une problématique qui frappe principalement les secteurs populaires, aux ressources économiques limitées et aux infrastructures plus précaires, et notamment les femmes. Lavandières, nourrices, femmes de ménages, cuisinières, commerçantes de rue, celles-ci ne peuvent se passer d’eau pour leurs activités reproductives et productives. Ce problème est rapporté par un grand nombre de femmes ayant participé aux mobilisations de 2011 et 2012 contre le projet Minas Conga21 :

  • 22 Jessenia, 30 ans, commerçante, Célendin, 2013.

« La femme s’engage automatiquement, car nous utilisons l’eau à chaque pas que nous faisons, chez nous et dehors. L’eau est très nécessaire pour les femmes. L’homme n’exerce pas à 100 % le rôle de la femme, le rôle familial. Car les hommes ont d’autres types de travail, ce qui veut dire qu’ils ne croisent pas une goutte d’eau, ne serait-ce que pour la boire… Alors que la femme doit s’occuper des enfants, laver le linge du mari et des enfants, son linge à elle… Et laver les légumes, pour préparer des repas bons et sains22. »

  • 23 Le cyanure figure parmi les solvants hautement toxiques utilisés dans l’extraction à ciel ouvert. S (...)
  • 24 Cette manifestation somme toute d’ampleur modeste suscite de violentes réactions de la part de la p (...)

11Les participantes au mouvement social expliquent leur activisme comme la conséquence directe de leur « être femme », qu’elles identifient avec un souci naturel des autres. La critique des activités extractives s’exprime principalement à travers la revendication d’un environnement sain pour les générations futures. Ce discours, qui existe également chez certains militants masculins, est principalement incarné par les femmes, en tant que mères factuelles ou potentielles chargées de la reproduction biologique et sociale, représentant un pôle opposé aux effets critiqués du développement minier (valeurs marchandes, désagrégation sociale et dévastation environnementale). L’expression peut-être la plus claire de ce discours est la Marche des femmes enceintes organisée en avril 2012 dans le cadre des mobilisations périodiques contre le projet Minas Conga. Ce défilé, coordonné par les étudiantes d’obstétrique de l’université nationale, rassemblait des femmes enceintes et d’autres, représentant la grossesse avec des coussins sur le ventre, qui parcouraient le centre-ville en scandant des slogans tels que « ¡Agua con cianuro, mi hijo sin futuro ! » (« Eau au cyanure, mon fils sans futur23 ! »)24.

  • 25 Il est intéressant de remarquer que les tâches ménagères étaient non seulement genrées mais aussi c (...)
  • 26 L’expression est employée par une des organisatrices d’une exposition photographique organisée pour (...)
  • 27 Les rondes paysannes sont des comités d’autodéfense communautaire, qui se créent par initiative loc (...)

12Si la participation au mouvement social peut amener des avantages aux femmes en matière de capital social [Blondet et Trivelli, 2004, p. 15] et d’exercice de leur citoyenneté active [Henriquez, 1996], celle-ci entraîne aussi une charge de travail additionnel considérable, de même que pour les femmes bénéficiaires du programme de responsabilité sociale. À la participation aux réunions et manifestations s’ajoute pour les militantes une longue liste de tâches « féminines ». Parmi celles-ci il convient de signaler la préparation de la nourriture pour les manifestants qui implique donc une activité de récolte supplémentaire voire la diminution des denrées familiales de la femme au profit du groupe, l’organisation et le maintien des espaces communs durant les mobilisations25, le soin des blessés après les affrontements, soit in fine leurs tâches productives et reproductives individuelles et/ou familiales. Cette « triple charge26 » (travail de production, de reproduction et de militance) est d’autant plus lourde pour les femmes qui n’ont pas beaucoup des moyens économiques et/ou de soutiens de leurs familles. En tant que nouvelle présidente de la Fédération provinciale des rondes paysannes féminines27, Nuria (28 ans) a récemment abandonné sa communauté paysanne pour emménager dans la capitale provinciale de son département afin que ses filles puissent y fréquenter l’école secondaire. Bien que sa famille lui envoie toujours régulièrement les produits de sa chakra (parcelle de terre), ses besoins économiques ont augmenté en ville (loyer, charges, matériel scolaire) et elle subit les pressions du père de ses enfants qui réside à Lima. En effet, l’espace urbain étant réputé être plus dangereux pour les filles, voire plus libéral en matière de mœurs, son mari menace de ne plus lui apporter de soutien économique si elle ne cesse de « délaisser les enfants pour aller aux réunions ». Membre des rondes paysannes depuis son enfance, Nuria hésite à renoncer à son rôle dans l’organisation pour se dédier davantage à ses activités génératrices de revenu (préparation et vente ambulante de nourriture) qui assureraient ses besoins au cas où cette menace se réaliserait.

  • 28 Le mercure est un produit hautement toxique dérivé de l’extraction d’or. Après extraction, ce métal (...)
  • 29 Liliana, 30 ans, enseignante à Cajamarca.

13La participation des femmes aux mobilisations est donc représentée comme la conséquence de leur nature maternelle, ce qui légitime leur engagement public tout en le réduisant à une expression instinctive et émotionnelle. D’une part, ce discours maternaliste d’altruisme et d’abnégation occulte les difficultés et les limites réelles de leur militantisme ainsi que les hiérarchies de genre dans la sphère militante [Fillieule et Roux, 2009]. D’autre part, il homogénéise la diversité des participantes, parmi lesquelles se trouvent des jeunes femmes célibataires et des femmes plus âgées sans enfant, des religieuses, des transsexuelles et des lesbiennes, qui n’ont d’autre choix que de se saisir de cette identité essentialisée (la femme est ici identifiée à la mère) pour se légitimer à la fois vis-à-vis de leurs alliés au sein du mouvement et de leurs adversaires politiques à l’extérieur de celui-ci. Célibataire et sans enfants, Liliana raconte avoir reçu des messages Facebook de la part d’un inconnu : « Tu n’es sûrement qu’une vieille stérile sans enfant, aigrie de la vie, pour aller crier à droite à gauche [dans les manifestations]. » Elle ne se gêne alors pas pour mentir en lui répondant : « J’ai trois enfants, c’est sûrement ta femme qui l’est [stérile], car tu dois avoir du mercure dans le sang28. Mes enfants vont mieux que les tiens parce qu’ils sont en train de penser à la vie alors que de ton côté, ils n’ont que du mercure dans le cerveau29. »

  • 30 Au sujet des apports de la théorie féministe à l’étude des mouvements sociaux, cf. Falquet [2005], (...)
  • 31 La racialisation des femmes des groupes « ethniques » est une thématique traitée également par les (...)
  • 32 Laura, 30 ans, bibliothécaire, Cajamarca, 2013.

14Si une attention ou une promotion des droits des femmes ne dérive pas nécessairement de la participation féminine aux mouvements sociaux30, leur activisme donne toutefois du poids au phénomène, tant matériel (les participants sont de fait plus nombreux que si seuls les hommes occupaient l’espace public), que symbolique. Le rôle des femmes dans les mouvements anti-miniers est un phénomène qui prend de l’ampleur au Pérou et ailleurs en Amérique latine, et dont l’importance est de plus en plus reconnue et mise en avant par les leaders politiques et sociaux des deux sexes. Cette « féminisation de la protestation » est à comprendre autant comme résultat des rapports sociaux de sexe que comme « façon première de signifier les rapports de pouvoir » [Scott, 1988, p. 141]. Marisol de la Cadena [1995] a montré comment, durant la deuxième partie du xxe siècle, les hiérarchies sociales au Pérou se sont transformées pour donner forme à une idéologie et une pratique de pouvoir opposant le rural et l’urbain. La hiérarchisation ethnoraciale est appliquée à la fois à l’intérieur et entre les éléments de cette dichotomie, d’une façon qui reflète autant les différences de classe que celles de sexe, ce qui conduit à ce que les femmes rurales et populaires soient identifiées comme « plus indiennes » que les hommes de leur entourage31. Des expressions de racisme sexué, notamment de la part des forces de l’ordre et pendant les manifestations dans la capitale sont rapportées par les femmes qui ont participé aux mobilisations : « Ils [les policiers] nous traitaient d’indiennes. Ils disaient aux femmes : “Serrana” [montagnarde, terme péjoratif pour désigner les Andin-e-s], “Tu te crois dans ta jalca [haute-terre andine] ?”32 »

15L’intersection de genre, classe et race place les femmes des secteurs populaires et/ou ruraux dans une position qui permet d’incarner et de reproduire un modèle de société, caractérisé par les valeurs humaines et traditionnelles de l’entraide, du communautarisme et du soin de l’autre, opposé aux processus de différenciation sociale, de marchandisation des relations et de dégradation environnementale liés à l’activité minière. En souscrivant à une représentation en tant que mères « naturellement » altruistes, les participantes s’approprient et se servent des représentations sociales dominantes, tant pour légitimer leur activisme comme femmes que pour l’articuler avec des hiérarchies qui vont au-delà des rapports sociaux de sexe. L’« essentialisation stratégique » [Spivak, 1989] du militantisme féminin permet ainsi de renvoyer aux inégalités structurelles de classe et de race/ethnie, et permet une articulation plus ou moins explicite, à l’échelle nationale et internationale, avec les luttes autochtones [Jenkins 2014 (a)].

Conclusion

16La croissance économique engendrée par l’essor renouvelé des activités extractives au cours des années 2000 au Pérou a réduit les taux de pauvreté à l’échelle nationale, mais pas les inégalités sociales qui en constituent les facteurs structurels [Bos et Lavrard-Meyer, 2015, p. 6-8]. S’il existe un consensus général sur l’exposition majeure des femmes aux impacts environnementaux des activités minières et leur intégration minimale au dynamisme économique lié à l’industrie, considérer les femmes uniquement comme victimes de l’extraction minière risque de perpétuer un « déterminisme biologique et essentialiste […] dénué des spécificités des contextes socio-historiques et matériels », ainsi que de « dépolitiser les relations environnementales, communautaires et de genre […] autour des industries extractives » [Lahiri-Dutt, 2012, p. 8].

17Les études de cas ici présentées invitent à réfléchir à l’interaction entre les processus liés à l’extraction minière (évolution de différents types de capital, division sexuelle du travail, détérioration environnementale, différenciation sociale, urbanisation, pénurie hydrique) et le genre en tant que rapport de pouvoir entre groupes sociaux, de sexe ainsi que de classe et de race.

18En milieu rural, l’économie minière masculinise le travail salarié et féminise l’agriculture et les activités de subsistance. Dans ce contexte, les programmes sociaux mis en place par la compagnie minière ont pour effet de féminiser ultérieurement le travail de care non rétribué, creusant ainsi davantage le différentiel entre activités productives masculines et reproductives féminines. Ces processus convergent dans le sens d’une prolétarisation des femmes paysannes par rapport à leurs compagnons hommes, et de leur racialisation en tant que femmes autochtones face au personnel de la compagnie et des ONG chargées du programme social.

19En milieu urbain, si les effets sur la division sexuelle du travail sont moins évidents, ce sont les femmes des classes populaires qui sont principalement affectées par la pénurie hydrique produite par les effets convergents de l’extraction minière (en amont) et de la croissance urbaine (en aval). Ces femmes s’organisent en réponse à des changements socio-économiques et environnementaux qui menacent leurs conditions de production et de reproduction. Leur activité politique prend du sens dans le contexte de ces mêmes hiérarchies sociales qui dictent leur plus grande vulnérabilité. « Plus indiennes » que les hommes de leur milieu et plus pauvres que les femmes de classes moyenne ou haute, ces femmes incarnent les secteurs les plus fragiles de la société locale menacés par les processus en cours.

20Dans les deux contextes, tant la greffe territoriale et économique du développement minier en milieu rural que son rejet par les mobilisations puisent dans une rhétorique différentialiste et un modèle normatif de féminité de type maternaliste. Ces représentations ont pour effet d’occulter le travail productif, reproductif et politique des femmes, en les reléguant symboliquement à la sphère privée et à une nature maternelle, en tant que vecteurs d’un changement social dont les bénéficiaires sont autres (les hommes, les enfants). D’une part, ces représentations de nature maternaliste renforcent la partition et la hiérarchisation des catégories féminin/masculin, par l’actualisation des dichotomies privé/public (ou familial/politique), reproduction/production (ou care/travail), ou encore indien/non indien (ou archaïque/moderne). Le corollaire maternaliste se décline ultérieurement en opposant les attributs responsable/irresponsable, altruiste/égoïste et communautaire/individualiste, mobilisés par les femmes pour légitimer leur participation politique aux mouvements sociaux anti-miniers.

21Dans le contexte rural, le clivage de la division sexuelle du travail lié à l’économie minière et les politiques sociales visant à « moderniser la race » ont pour conséquence de renforcer et réaffirmer les hiérarchies sexuelles et ethnoraciales existantes. Dans le contexte urbain, au contraire, l’interaction des processus de différenciation sociale et de pénurie hydrique engendrent une mobilisation sociale qui puise dans le langage de la différence sexuelle pour véhiculer une revendication socio-ethnique. Le discours du mouvement social, non assimilable à un discours de revendication des droits des femmes, facilite néanmoins l’accès féminin aux espaces de participation publique susceptibles d’améliorer leurs conditions au sein de leurs réseaux familiaux, communautaires et citoyens.

22Au lieu de perpétuer une vision dichotomique et un usage descriptif des rapports sociaux de sexe, l’approche que nous proposons met donc en avant une perspective de genre comme outil analytique pour mieux comprendre les rapports de pouvoir entre différents acteurs qui se rencontrent et interagissent autour de l’activité minière. La lecture transversale des processus liés à l’extraction minière qui en dérive pourrait contribuer à interroger les apports et les limites du secteur, en déplaçant la focale de la distribution des profits vers la question de la démocratisation des rapports sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez Sonia, « Advocating Feminism: the Latin American Feminist NGO “Boom” », International Feminist Journal of Politics, vol. 1, n° 2, 1999, p. 181-209.

Avanza Martina, Fillieule Olivier et Masclet Camille, « Ethnographie du genre : petit détour par les cuisines et suggestions d’accompagnement » [en ligne], SociologieS, La recherche en actes, ethnographie du genre, 2015 [consulté le 11 février 2016]. Disponible sur: http://sociologies.revues.org/5071

Beneria Lourdes, Gunseli Berik et Floro Maria, Gender, Development and Globalization: Economics as If All People Mattered, Londres, Routledge, 2015.

Bos Vincent et Lavrard-Meyer Cécile, « “Néo-extractivisme” minier et question sociale au Pérou », Cahiers des Amériques latines, n° 78, 2015, p. 29-55.

Bradshaw Sarah, « From Structural Adjustment to Social Adjustment: a Gendered Analysis of Conditional Cash Transfer Programmes in Mexico and Nicaragua », Global Social Policy, vol. 8, n° 2, 2008, p. 188-207.

Bury Jeffrey, « Neoliberalism, Mining and Rural Change in Cajamarca », in Anthony Bebbington (dir.), Minería, movimientos sociales y respuestas campesinas: una ecología política de transformaciones territoriales, Lima, IEP/Cepes, 2007, p. 49-80.

Chant Sylvia, « The “Feminisation of Poverty” and the “Feminisation” of Anti-Poverty Programmes: Room for Revision? », The Journal of Development Studies, vol. 44, n° 2, 2008, p. 165-97.

Cookson Tara, « Rural Women and the Uneven Process of Inclusion: an Institutional Ethnography of Peru’s Conditional Cash Transfer Programme », these de doctorat, université de Cambridge, 2015.

Cadena Marisol (de la), « “Women Are More Indian”: Ethnicity and Gender in a Community near Cuzco », in Brooke Larson, Olivia Harris et Enrique Tandeter (dir.), Ethnicity, Markets, and Migration in the Andes: at the Crossroads of History and Anthropology, Duke University Press, 1995, p. 329-348.

Delphy Christine, « Pense le genre : problèmes et résistances », L’Ennemi principal (t. 2), Penser le genre, Ed. Syllepse, 2001, p. 243-260.

Espinola Artemisa Flores, « Subjectivité et connaissance : réflexions sur les épistémologies du “point de vue” », Cahiers du genre, n° 53, 2012/2, p. 99-120.

Falquet Jules, « Trois questions aux mouvements sociaux “progressistes” : apports de la théorie féministe à l’analyse des mouvements sociaux », Nouvelles questions féministes, vol. 24, n° 3, 2005, p. 18-35.

Fillieule Olivier et Roux Patricia, Le Sexe du militantisme, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2009.

Goyon Marie, « La relation ethnographique : une affaire de genres » [en ligne], Socio-anthropologie, n° 16, 2005 [consulté le 11 février 2016]. Disponible sur : http://socio-anthropologie.revues.org/444

Henriquez Narda, « Las señoras dirigentes, experiencias de ciudadanía en barrios populares », in Patricia Ruiz Bravo (dir.), Detrás de la puerta : hombres y mujeres en el Perú de hoy, Lima, PUCP, 1996, p. 145-61.

Himley Matthew, « El género y la edad frente a las reconfiguraciones en los medios de subsistencia originadas por la minería en el Perú », Apuntes, n° 68, 2011, p. 7-35.

Himmelweit Susan, Inside the Household: From Labour to Care, New York, Palgrave Macmillan, 2000.

Hooks Bell, Ain’t I a Woman, London, Pluto Press, 1987.

Jenkins Katy, « Unearthing Women’s Anti-Mining Activism in the Andes: Pachamama and the “Mad Old Women” », Antipode, vol. 47, n° 2, 2014 (a), p. 442-460.

Jenkins Katy, « Women, Mining and Development: An Emerging Research Agenda », The Extractive Industries and Society, vol. 1, n° 2, 2014 (b), p. 329-39.

Lahiri-Dutt Kuntala, « Digging Women: Towards a New Agenda for Feminist Critiques of Mining », Gender, Place & Culture, vol. 19, n° 2, 2012, p. 193-212.

Li Fabiana, Unearthing Conflict: Corporate Mining, Activism, and Expertise in Peru, Durham, Duke University Press Books, 2015.

Li Fabiana, « Negotiating Livelihoods: Women, Mining and Water Resources in Peru », Canadian Woman Studies, vol. 27, n° 1, 2009, p. 97-102.

Molyneux Maxine et Thomson Marilyn, « Cash Transfers, Gender Equity and Women’s Empowerment in Peru, Ecuador and Bolivia », Gender & Development, vol. 19, n° 2, 2011, p. 195-212.

Molyneux Maxine, « Change and Continuity in Social Protection in Latin America. Mothers at the Service of the State? », Gender and Development Programme Paper, 2007.

Moraga Cherrie, Loving in the War Years: Lo Que Nunca Paso Por Sus Labios, Cambridge, South End Press, 1983.

Moraga Cherrie et Anzaldua Gloria, This Bridge Called My Back: Writings by Radical Women of Color, New York, Kitchen Table Press, 1981.

Nagels Nora, « Les représentations des rapports sociaux de sexe au sein des politiques de lutte contre la pauvreté au Pérou », Recherches féministes, vol. 24, n° 2, 2011, p. 115-34.

Nagels Nora, « The Social Investment Perspective, Gender and the Conditional Cash Transfer Programs in Peru and Bolivia », in Melina Rocha Lukic et Carla Tomazini, Analyzing Public Policies in Latin America: a Cognitive Approach, Cambridge Scholars Publishing, 2014.

Oxfam Great Britain, « Women, Communities and Mining: The Gender Impacts of Mining and the Role of Gender Impact Assessment », Londres, 2009.

Oxfam International, « Tunnel Vision: Women, Mining and Communities », Londres, 2002.

Piccoli Emmanuelle, « “Dicen que los cien soles son del Diablo” : l’interprétation apocalyptique et mythique du Programa Juntos dans les communautés andines de Cajamarca (Pérou) et la critique populaire des programmes sociaux », Social Compass, vol. 61, n° 3, 2014, p. 328-47.

Piccoli Emmanuelle, Les Rondes paysannes : vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes, Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, 2011.

Robin Valérie, « Indiens, Quechuas ou Paysans ? » [en ligne], Les Cahiers ALHIM, n° 10, 2004 [consulté le 30 septembre 2016]. Disponible sur: http://alhim.revues.org/98

Rondon Glevys, « Canadian Mining in Latin America: Corporate Social Responsibility and Women’s Testimonies », Canadian Woman Studies, vol. 27, n° 1, 2009, p. 89-96.

Rousseau Stéphanie, « Reproductive Health Policies in Peru: Social Reforms and Citizenship Rights », Revista estudios feministas, vol. 15, n° 2, 2007, p. 309-331.

Roux Patricia, Perrin Céline, Pannatier Gaël et Cossy Valérie, « Édito : le militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles questions féministes, vol. 24, n° 3, 2005, p. 4-16.

Salas Carreño Carmen, « ¿Qué significa ser indio o indígena ? Reflexiones sobre estas categorías sociales en el Perú andino » [en ligne], Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, 2013 [consulté le 30 septembre 2016]. Disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/66106

Salas Carreño Guillermo, Dinámica social y minería : familias pastoras de puna y la presencia del proyecto Antamina, Lima, IEP, 2008.

Scott Joan, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, vol. 37, n° 1, 1988, p. 125-153.

Smith-Oka Vania, Shaping the Motherhood of Indigenous Mexico, Nashville, Vanderbilt University Press, 2013.

Solari Pita Mirko, « Les chemins de l’ethnicité : étude comparative des identités des descendants des mitmaqkuna cañaris dans la région andine » [en ligne], Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, 2013 [consulté le 30 septembre 2016]. Disponible sur: http://nuevomundo.revues.org/66120

Spivak Gayatri, « Can the Subaltern Speak? », in Cary Nelson et Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Macmillan Education, Bassingtoke, 1989, p. 271-313.

Ward Bernie et Strongman John, « Gender-sensitive Approaches for the Extractive Industry in Peru: Improving the Impact on Women in Poverty and their Families », The World Bank, 2011.

World Bank, Mainstreaming Gender into Extractive Industries Projects, Extractive Industries and Development Series, n° 9, 2009.

Haut de page

Notes

1 Pour une revue des arguments historiquement liés à l’industrie minière, cf. Salas Carreño [2008, p. 179-192]. Pour une vision d’ensemble du « néo-extractivisme », cf. Gudynas [2009].

2 Pour un exemple récent de ce débat dans les principaux organes de presse péruviens, toujours en lien avec les conflits autour de l’industrie minière, cf. l’article du ministre de l’Environnement Manuel Pulgar Vidal, « Los Dilemas de la Tìa » (El Comercio, 24 mai 2015) et la réponse d’Eduardo Gudynas, « El post-extractivismo no es cuento » (El Comercio, 5 juin 2014).

3 Cf. Jenkins [2014 (b)] pour une revue de la littérature sur l’activité minière, le genre et le développement dans les pays du Sud.

4 Les études sur la thématique de Oxfam [2002 ; 2009] et de la Banque mondiale [2009] se rejoignent dans le constat d’un accroissement de l’inégalité de genre en contexte minier, résultant de plusieurs facteurs : la tendance à l’exclusion des femmes des négociations et de la répartition des indemnités, ainsi que du revenu d’emploi généré par l’extraction, l’accroissement important de la dépendance économique et le risque de pauvreté pour les familles monoparentales, la marginalisation des rôles communautaires féminins suite à une majeure intégration au marché, l’accroissement de la charge ménagère et alimentaire due à la dégradation environnementale, ainsi qu’une plus grande exposition aux maladies sexuellement transmissibles, à la violence familiale et/ou à la prostitution associées à l’abus d’alcool et à la migration d’une main-d’œuvre masculine de passage.

5 La perspective de genre ne faisait pas partie de ce projet de recherche lors de sa conception mais a été intégrée au cours du travail de recherche suite à des constats d’ordre méthodologique et épistémologique [Avanza, Fillieule et Masclet, 2015 ; Espínola, 2012 ; Goyon, 2005].

6 La répartition en groupes est fictive et ne sert qu’à situer les observations dans le cadre du texte. Dans la réalité, ces deux groupes ne sont pas véritablement séparés ni distincts : les femmes habitant le milieu rural au moment de la recherche ont vécu, travaillé et se rendent régulièrement à la capitale régionale pour leurs activités commerciales, sociales et institutionnelles ainsi que pour rendre visite aux membres de leur famille. Les femmes urbaines sont pour la plupart originaires du milieu rural, où elles ont grandi jusqu’à l’âge de l’école secondaire et/ou jusqu’à ce que leurs enfants aient l’âge d’aller à l’école secondaire, moments de rupture qui les ont poussées à opter pour une vie urbaine en quête de meilleures opportunités pour elles et/ou leurs enfants.

7 Avec ces interlocutrices, nous avons mené un travail d’observation participante et des entretiens semi-directifs, réalisés lors d’un premier long séjour en 2011 et plusieurs séjours de courte durée en 2012 et 2013.

8 Minas Conga est un nouveau projet d’extraction de cuivre et d’or de MYSA annoncé en 2011. La production est initialement prévue pour la fin de l’année 2014 et la durée de vie utile du projet est de dix-neuf ans. Toutefois le projet est temporairement suspendu depuis 2012 en raison d’intenses protestations locales contre sa mise en œuvre.

9 Selon le rapport de Ward et Strongman [2011], rédigé pour la Banque mondiale, la plupart des programmes de développement actuellement financés par l’industrie minière au Pérou sont structurés de telle manière que les femmes peuvent difficilement en tirer profit. Les fonds correspondant à l’impôt sur les revenus des compagnies redistribués à l’échelon local (canon minero) sont en large partie destinés à la création d’infrastructures, rarement prioritaires pour les femmes, et le financement des projets socio-économiques montre un biais masculin dans l’élaboration, la sélection et la mise en œuvre. Selon les auteurs, les 30 % de l’apport volontaire des compagnies, destinés à la nutrition, la santé et l’éducation, constitueraient la seule contribution du secteur au financement de projets prioritaires pour les femmes.

10 Les projets relevant de la Responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) constituent un ensemble multiforme et non régulé d’initiatives sociales et environnementales inspirées par le principe d’une conduite éthique des compagnies vers la société globale, nationale ou locale. Cf. http://www.yanacocha.com/home-responsabilidad-social/

11 En 1996 est créée l’Asociación Yanacocha. Elle est chargée de gérer l’apport volontaire en lien avec d’autres organisations publiques et privées de la société civile et conduit des projets infrastructurels et productifs dans la zone d’influence de l’entreprise (construction d’écoles et de centres de santé publique dans les communautés, électrification, soutien de la production laitière, projets de reforestation, construction de ponts, routes, canaux). En 2004, l’apport volontaire et les projets sociaux s’externalisent à travers la création de l’Asociación Los Andes Cajamarca, organisation autonome qui compte aujourd’hui de nombreuses collaborations avec les secteurs public et privé pour promouvoir les activités productives et entrepreneuriales dans la région d’influence minière (cf. http://www.losandes.org.pe/).

12 Le PSA, en activité de 2010 à 2012, constitue la deuxième étape d’une stratégie de RSE dans la zone – développée sous la forme d’un partenariat public/privé régional entre le Gouvernement régional de Cajamarca, lAsociación Los Andes Cajamarca, les compagnies minières actives dans la région, Usaid et la Fondation Clinton pour le développement durable – appelé Programme de réduction de la dénutrition chronique infantile (Predeci) et exécuté dans la zone d’influence de l’entreprise.

13 Roxana, salariée de MYSA, service de la RSE, Cajamarca, 2011. Les noms de toutes les interlocutrices ont été changés afin de garantir leur anonymat.

14 Puisque la présence minière dans la zone engendre des revenus et un accès aux services basiques (santé, éducation, électrification) supérieurs à d’autres zones rurales de la région, les aires d’influence minière ne sont pas visées par les programmes étatiques de réduction de la pauvreté, notamment le Programa Juntos qui octroie un apport conditionnel de 100 soles par mois aux femmes enceintes et/ou mères d’enfants de moins de 18 ans. Pour une discussion de la promotion de l’équité de genre au sein du Programa Juntos, cf. Molyneux et Thomson [2011], Nagels [2014] et Cookson [2015].

15 Aux conditions officielles permettant l’inclusion de la famille dans le programme, s’ajoutent des conditions extra-officielles (telles la participation et la présentation des connaissances acquises dans le cadre de foires et festivités) semblables à celles observées aussi par Cookson [2015] et Piccoli [2014] pour le Programa Juntos.

16 Par care, Molyneux fait référence au travail non rémunéré de soin de l’autre. Le concept du care est distinct de celui de travail domestique dans la mesure où il n’est pas conçu comme une forme de production mais comme un travail invisible indispensable à la reproduction sociale, dont la charge est inégalement distribuée à l’échelle sociale et familiale. Pour plus de détail cf. Himmelweit [2000] ; Beneria, Berik et Floro [2015].

17 Piccoli, qui remarque des interventions similaires pour ce qui concerne le Programa Juntos, parle du « contrôle de l’État sur l’intime » [Piccoli, 2014, p. 333-334]. Il est utile de rappeler que, dans le cas des initiatives de RSE, ce n’est pas l’État qui exerce ce contrôle mais plusieurs acteurs privés (compagnie minière, ONG exécutrices). Il n’y a donc pas de transparence ni de responsabilité contrairement aux programmes relevant de l’action étatique, mais une collaboration sous la forme d’un contrat (informel) entre deux parties inégales.

18 Roxana, salariée de MYSA, service de la RSE, Cajamarca, 2011.

19 Le concept d’« ajustement social » est repris par Bradshaw [2008] et Smith-Oka [2013] dans la discussion des programmes de transfert conditionnel de liquidités au Mexique, dont le Programa Juntos est la version péruvienne.

20 Dans le Pérou andin il est rare que les habitants ruraux s’autodéfinissent comme autochtones (indígenas), terme qui évoque des réminiscences de la catégorie coloniale d’indio [Robin, 2014 ; Salazar-Soler, 2013]. L’abolition de la catégorie et la reconfiguration du rapport à la terre suite à la réforme agraire de 1969 font qu’aujourd’hui les différences ethniques s’organisent surtout autour de l’opposition entre ville et campagne [Piccoli, 2011]. Cependant, puisque les habitants de la zone d’influence directe de MYSA (la vallée de Porcón) appartiennent à une minorité quechuaphone descendante des Mitmakuna Cañaris, perçue comme ethniquement distincte des autres habitants de la région, ceux-ci sont localement reconnus comme l’une des rares communautés indigènes de Cajamarca [Solari Pita, 2013].

21 De nombreuses participantes déclarent aussi se sentir plus vulnérables aux changements sociaux engendrés par l’activité minière, telle l’augmentation de la délinquance et de la prostitution, mais cette thématique est moins souvent et moins clairement affichée dans les protestations.

22 Jessenia, 30 ans, commerçante, Célendin, 2013.

23 Le cyanure figure parmi les solvants hautement toxiques utilisés dans l’extraction à ciel ouvert. Sa filtration ou son déversement éventuel est l’un des risques principaux de la lixiviation.

24 Cette manifestation somme toute d’ampleur modeste suscite de violentes réactions de la part de la presse locale et nationale et des autorités. Le président de la République, Ollanta Humala, condamne « l’utilisation de femmes enceintes dans des manifestations politiques » (El Comercio du 19 avril 2012) suggérant ainsi que la participation des femmes s’explique par leur instrumentalisation par les militants et non par leur politisation, les renvoyant de fait dans la sphère privée du care. La ministre de la Femme, Ana Jara, déclare que les participantes perpétuent un délit passible de un à trois ans de réclusion pour exposer au danger la santé et l’intégrité de leurs enfants (RPP Noticias du 19 avril 2012). Le premier ministre de l’époque, Oscar Valdés, ajoute que cette initiative montre le désespoir des organisateurs des mobilisations, imaginant lui aussi une instrumentalisation des femmes et traduisant de fait une infantilisation de cette part de la population, alors que le journal El Comercio précise que, parmi les participantes, seulement cinq étaient vraiment enceintes et que les autres « simulaient la grossesse », en suggérant ainsi une manipulation du public plutôt qu’une utilisation symbolique du corps par les manifestantes (RPP Noticias du 19 avril 2012).

25 Il est intéressant de remarquer que les tâches ménagères étaient non seulement genrées mais aussi classées/racisées : les femmes urbaines avec des positions socio-économiques plus élevées en chargeaient, en échange d’une petite somme, les femmes des secteurs ruraux et/ou populaires, et ordonnaient également aux hommes des secteurs socialement inférieurs de s’occuper de leur propre ménage, faute de femmes pour le faire.

26 L’expression est employée par une des organisatrices d’une exposition photographique organisée pour la fête des mères, en mai 2013, sur le rôle des femmes dans le mouvement social, où on mettait en valeur trois fonctions : mères, travailleuses et militantes.

27 Les rondes paysannes sont des comités d’autodéfense communautaire, qui se créent par initiative locale dans la région de Cajamarca, pendant les années suivant la réforme agraire de 1969. Au départ, les membres de la communauté commencent des rondes de nuit pour se protéger des vols de bétail, fréquents dans la zone, mais au cours des années 1970 et 1980 l’organisation se charge progressivement de l’administration de la justice coutumière. Alors que les rondes de nuit sont uniquement masculines, les hommes comptent dès le début avec la participation des femmes de la communauté, qui recouvrent des rôles de surveillance et de discipline spécifiques. Dans certaines zones et communautés, les femmes s’organisent aussi sous forme de rondes paysannes de femmes, avec le double but de soutenir les rondes paysannes masculines et de veiller aux droits et devoirs des femmes dans le cas d’administration de la justice communautaire. Pour plus d’information sur cette institution coutumière, cf. Starn [1999] et Piccoli [2011].

28 Le mercure est un produit hautement toxique dérivé de l’extraction d’or. Après extraction, ce métal est transporté dans des centres de traitement spécifiques. Il est utilisé pendant le traitement des roches pour amalgamer les minerais riches. Un accident s’est produit en 2000 dans la localité de Choropampa, où un camion-citerne d’une entreprise sous-traitante de MYSA a déversé accidentellement 151 kg de mercure sur 40 km le long de la route traversant trois villages situés sur son chemin. Des centaines de personnes ont été intoxiquées et nombre d’entre elles continuent à souffrir de séquelles à ce jour. Le mercure est ainsi gravé dans la mémoire locale comme un élément représentatif de la menace pour la santé humaine que constitue l’extraction minière, d’autant plus que MYSA et l’État ont dans un premier temps tenté de se dédouaner de cet accident et de la gestion de ses conséquences.

29 Liliana, 30 ans, enseignante à Cajamarca.

30 Au sujet des apports de la théorie féministe à l’étude des mouvements sociaux, cf. Falquet [2005], Roux et al. [2005].

31 La racialisation des femmes des groupes « ethniques » est une thématique traitée également par les auteures de féminisme noir et chicana. Cf. Hooks [1987], Moraga et Anzaldua [1981]. Cf. notamment Moraga, My brother’s sex was white. Mine, brown [1983, p. 90-94] pour un exemple de l’ambivalence entre subalternité et identification avec la race de la mère.

32 Laura, 30 ans, bibliothécaire, Cajamarca, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyra Grieco, « Le « genre » du développement minier : maternalisme et extractivisme, entre complémentarité et contestation », Cahiers des Amériques latines, 82 | 2016, 95-111.

Référence électronique

Kyra Grieco, « Le « genre » du développement minier : maternalisme et extractivisme, entre complémentarité et contestation », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 82 | 2016, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/4351 ; DOI : 10.4000/cal.4351

Haut de page

Auteur

Kyra Grieco

Kyra Grieco est doctorante en anthropologie à l’EHESS, membre du Centre de recherches sur les mondes américains (Cerma) et associée à l’Institut français d’études andines (IFEA). Ses recherches portent sur les mobilisations contre l’activité minière et la renégociation des relations de pouvoir dans la société péruvienne, à la suite du nouveau cycle d’expansion des activités extractives.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org