Navigation – Plan du site
Lectures

Cynthia Ghorra-Gobin, La Métropolisation en question

Paris, Presses universitaires de France, coll. « La ville en débat », 2015
Marie-Noëlle Carré
p. 210-213
Référence(s) :
Cynthia Ghorra-Gobin, La Métropolisation en question, Paris, Presses universitaires de France, coll. « La ville en débat », 2015, 116 p.

Texte intégral

1L’un des derniers ouvrages de la collection « La ville en débat » laisse la parole à Cynthia Ghorra-Gobin pour aborder le débat scientifique et politique de la métropolisation. Dirigé par l’historien et sociologue Jacques Donzelot, cet ensemble d’ouvrages courts – une centaine de pages, sans illustration – appréhende le fait urbain contemporain à travers des thématiques variées, comme la ville créative, l’avantage métropolitain, le retrait résidentiel. Mais cette fois, c’est à un processus plus large de réorganisation économique et institutionnelle des territoires que le volume est consacré. De fait, sa description et son analyse englobent une bonne partie des problématiques présentées dans les ouvrages précédents. L’abondante bibliographie qui balise les études sur la métropolisation depuis les années 1980, tout comme les discussions animées qui parcourent l’actualité, rendaient difficile voire dangereux l’exercice de la sobriété. Comment mettre en question de manière efficace la dichotomie métropolitain/non-métropolitain, au cœur de la controverse française, sans courir le risque de la généralité ? Et comment souligner l’intérêt d’autres débats pour la démonstration, comme ceux des États-Unis, sans s’exposer à la discussion idéologique ? Prenant du champ par rapport à ces dichotomies apparentes, l’auteure choisit de montrer que « la métropole, indissociable de la mondialisation et de la globalisation, exige en fait un réajustement de nos représentations de l’État et du territoire » (p. 8).

2C’est avec brio que Cynthia Ghorra-Gobin, directrice de recherche CNRS au Centre de recherche et de documentation des Amériques (Creda) et professeure invitée à Berkeley, relève le pari d’un ouvrage tout à la fois concis et clair, didactique et acéré. Il s’adresse à un public diversifié, issu des milieux universitaire, politique et expert. Les lecteurs éclairés trouveront dans l’essai une approche de la métropolisation dont l’originalité réside autant dans l’approche comparative du sujet que dans les propositions normatives énoncées en dernière partie. Les novices apprécieront la précision de l’approche terminologique et le récit de la construction de la notion, sans manquer la bibliographie qui fait état des repères incontournables de la pensée sur la métropolisation. Cette dernière repose sur une sélection des principales références françaises et étasuniennes qui ont abordé la métropolisation. En ce sens, elle résume aussi largement le projet de l’ouvrage, lequel prend appui sur la trajectoire scientifique de l’auteure, construite au fil des années entre les États-Unis et la France. L’ouvrage allie une observation du fonctionnement des territoires et des acteurs, un souci de leur contextualisation et une comparaison systématique de la littérature et des discours. Mais il explore surtout le développement de deux écoles de pensée sur la mondialisation des territoires dont l’influence s’étend bien au-delà des cas retenus. En Amérique latine, les études urbaines et métropolitaines développées par les centres de recherche nationaux et les chercheurs étrangers donnent un large écho aux apports conceptuels et empiriques de ces traditions scientifiques [Abramo, 2012 ; Ciccolella, 1999 ; De Mattos, 2010 ; Giglia et Duhau, 2009, Prévôt-Schapira, 2001]. Or, comme l’indique l’ouvrage, il est nécessaire de s’interroger aussi sur l’opérationnalité des outils et des mots de la métropolisation. Leur adaptation aux formes particulières de l’articulation entre le local et le global sur le terrain peut s’avérer malaisée voire inappropriée. Et leurs différences, à première vue irréductibles, peuvent se résoudre dans un projet normatif commun. Cet essai a donc une portée épistémologique forte. En expliquant, différenciant ou rapprochant les mots du « puzzle » métropolisation, il invite le lecteur à décentrer son regard sur la production, l’organisation et la validation de sa connaissance.

3Le livre se divise en trois chapitres. Le premier relate et analyse la construction de la notion de métropolisation aux États-Unis. Il met l’accent sur l’enjeu de la restructuration économique des territoires. Le deuxième inscrit ce processus dans le cadre plus large des débats politiques sur la décentralisation menés en France. Dans les deux cas, l’effondrement du régime soviétique et le triomphe de l’idéologie néolibérale donnent lieu à la diffusion du capitalisme mondialisé et à la mondialisation des territoires. Cependant, aux États-Unis, le fait métropolitain est perçu comme le résultat d’une « subversion » économique et d’une « révolution » conduisant à la restructuration spatiale de l’économie, des activités et des flux de population en villes-régions. Il n’entraîne pas une institutionnalisation de la métropolisation. Cette situation s’apparente à celle des grandes métropoles latino-américaines localisées dans des pays fédéraux et dans lesquelles peu d’outils fonctionnels ou institutionnels d’ordre métropolitain ont été mis en place. En France, la métropolisation apparaît à l’inverse comme un essai controversé de découper les territoires pour faire contenir leur réalité dans des cadres institutionnels innovants. L’institutionnalisation de la métropolisation en 2015 en est un exemple éloquent. L’intérêt de ces deux chapitres réside dans la progression socio-historique du débat, abondamment illustrée et soutenue par la citation de rapports d’études, des résultats de recensement, de discours politiques, de lois décisives ou encore d’exemples marquants. Le sujet se construit et se complexifie au fil des pages, montrant l’imbrication des préoccupations scientifiques et politiques dans la prise de position par rapport à la mondialisation. L’approche qui en résulte prend appui sur les différences et sur les ressemblances entre les deux points de vue. Allégé des cadres formels de l’approche comparative, l’ouvrage donne plus de place aux changements d’échelle et à des études de cas détaillées. Les zooms sur certains acteurs institutionnels et politiques – le think tank Brookings Institution (p. 32-34), la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, dite loi Maptam du 28 janvier 2014 – sont très appréciables. Ils reflètent aussi les écarts entre les préoccupations d’un État fédéral et celles d’un État unitaire pour lesquels la redéfinition du rapport entre État et territoire se joue sur des plans opposés. Alors que le débat français est traversé par la question de la distribution des pouvoirs, aux États-Unis c’est le souci d’aménager des territoires performants qui est central.

4Le dernier chapitre propose une analyse du « paradigme métropolitain » et de ses enjeux. Il souligne la nécessité de construire une posture normative face aux nouvelles modalités de fonctionnement des territoires (« glocalité »). Selon l’auteure, « le territoire métropolitain qui superpose flux et réseaux et qui de ce fait, établit des connexions entre le local et le global et entre le global et l’État devient une référence aussi incontournable que l’État » (p. 68). C’est aussi la raison pour laquelle les principes de solidarité et de justice sont confrontés aux nouvelles réalités des territoires. Public choice, spatial mismatch et incorporation font l’objet d’un examen critique autant en France qu’aux États-Unis parce qu’ils mettent en danger le lien social à l’intérieur des métropoles. Dans ces conditions, comment répondre à la spécificité du statut « glocal » – local inséré dans le territoire national et espace inter-métropolitain opérant à l’échelle mondiale ? Comment aborder la territorialité « multisituée » des sociétés dans leur ensemble (p. 89) ?

5Pour finir, l’ouvrage offre une base solide pour renouveler le débat sur les métropoles latino-américaines. La « glocalité » comme forme de territorialité permet d’interroger l’intensité et les conditions de son déploiement en Amérique latine. En effet, « habiter » la métropole [Giglia et Duhau, 2009] a donné lieu à des travaux récents mais invite encore à préciser et donner à connaître des formes de participation au « glocal » qui attendent d’être nommées. Un second point est celui de la transversalité de la ligne politique métropolitaine et de sa place dans la gestion des enjeux environnementaux, énoncés en conclusion. Dans un contexte de macrocéphalie démographique et économique des métropoles latino-américaines, faut-il étendre leur responsabilité jusqu’aux lointaines exploitations agricoles, minières, forestières dont elles tirent parfois une bonne partie de leurs richesses ? Cet essai offre un ferme encouragement à étoffer les analyses socio-historiques existantes de la notion de métropolisation dans les différents contextes locaux latino-américains. Il semblerait alors tout indiqué de s’interroger sur la montée en puissance d’une « métropolisation planétaire », plutôt que d’une « urbanisation planétaire » [Brenner, 2014].

Haut de page

Bibliographie

Abramo Pedro, « La ciudad com-fusa : mercado y producción de la estructura urbana en las grandes metrópolis latinoamericanas », EURE, vol. 38, no 114, 2012, p. 35-69.

Brenner Neil (dir.), Implosions/Explosions : towards a Study of Planetary Urbanization, Berlin, Jovis Verlag, 2014.

Ciccolella Pablo, « Globalización y dualización en la región metropolitana de Buenos Aires : grandes inversiones y reestructuración socioterritorial en los años noventa », EURE, vol. 25, no 76, 1999.

De Mattos Carlos, Globalización y metamorfosis urbana en América Latina, Quito, Organización Latinoamericana y del Caribe de Centros Históricos (Olacchi)/Municipio del Distrito Metropolitano de Quito (MDMQ), 2010.

Giglia Angela et Duhau Emilio, Las reglas del desorden : habitar la metrópoli, 2009, Mexico, Siglo XXI, 2009.

Prévôt-Schapira Marie-France, « Buenos Aires, métropolisation et nouvel ordre politique », Hérodote, n° 101, 2001, p. 122-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noëlle Carré, « Cynthia Ghorra-Gobin, La Métropolisation en question », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 210-213.

Référence électronique

Marie-Noëlle Carré, « Cynthia Ghorra-Gobin, La Métropolisation en question », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/4319

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Carré

Chercheuse associée au Creda, chargée de cours à l’université de Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org