Navigation – Plan du site
Lectures

Françoise Lestage et María-Eugenia Olavarria, Adoptions, dons et abandons au Mexique et en Colombie : des parents vulnérables

Paris, L’Harmattan, 2014
Carole Brugeilles
p. 206-210
Référence(s) :
Françoise Lestage et María-Eugenia Olavarria, Adoptions, dons et abandons au Mexique et en Colombie : des parents vulnérables, Paris, L’Harmattan, 2014, 214 p.

Texte intégral

1L’ouvrage s’intéresse à la parenté et plus précisément aux filiations biologiques, mais aussi électives et informelles. Les coordinatrices se référent au concept de « parenté choisie » emprunté à Agnès Fine [1998] et apportent des éléments au débat contemporain sur la parenté tel qu’il est formulé dans le rapport d’Irène Théry [2014]. Ainsi l’ouvrage est sous-tendu par deux questions en résonance : qu’est-ce qu’un parent ? Quelles sont les modalités pour devenir parents ? Elles sont posées au regard de deux pays latino-américains, la Colombie et le Mexique. Le livre se présente en trois parties qui correspondent chacune à une des formes de parenté envisagées.

2La première plonge le lecteur au cœur de structures qui organisent et encadrent l’abandon, le don ou l’adoption d’enfants, tout d’abord en Colombie avec l’article d’Amandine Delord, « Le don d’enfant en Colombie : des bonnes raisons aux justifications », puis au Mexique avec celui de Séverine Durin, « Sauver des vies : migration féminine, grossesse non désirée et philanthropie anti-avortement au Mexique ». Ces deux articles ont en commun de considérer les processus à la fois du point de vue de la mère biologique et des institutions. Ils analysent le contexte de la rupture des liens de consanguinité – ou de leur non-établissement – entre la mère biologique et le bébé et leur substitution par d’autres liens relevant de l’adoption plénière. Le « travail des institutions » est au centre des analyses. Les parents adoptifs sont des « ombres » seulement caractérisés par leur appartenance sociale aux classes dominantes.

3La deuxième partie est centrée sur le confiage et la circulation des enfants, dans des logiques d’ajout de relations filiales, qui sont plus ou moins pérennes, et qui n’entraînent pas de rupture définitive avec les parents biologiques. Félicie Drouilleau dans son article « Parenté choisie et emploi domestique à Bogotá » observe l’exercice de la maternité chez les employées domestiques de Bogotá hébergées par leur patron. Lorsqu’elles deviennent mères, elles sont confrontées à deux situations. Le plus souvent, elles doivent confier leur enfant à un membre de leur parenté. Mais parfois, les employeurs acceptent l’enfant à leur domicile. Peuvent alors se créer des relations de parrainage, de comadre ou compadre. Elles s’inscrivent au carrefour de la générosité et de l’exercice du pouvoir. L’auteure montre comment, dans les deux situations, les mères doivent composer avec des tiers dans l’exercice de leur maternité. Dans le second texte, « Tout reste en famille : des alternatives pour élever les enfants des migrants mexicains », Gail Mummert articule les problématiques des migrations internationales et de la circulation des enfants en analysant les familles transnationales Mexique/États-Unis et les stratégies d’organisation de la prise en charge des enfants ; les négociations, les ententes, les obligations que cela suppose. Les figures de la maternité et de la paternité à distance et celles des acteurs de la prise en charge quotidienne des enfants sont analysées ; la superposition de ces figures montre la grande complexité des relations de parenté.

4Enfin, la troisième partie aborde un mode d’entrée dans la parentalité tout à fait différent : la procréation médicalement assistée – PMA – et la gestation pour autrui – GPA. Les deux articles se situent au Mexique, l’un en milieu urbain l’autre dans le monde rural. Ces pratiques sont pionnières, peu étudiées, et s’inscrivent dans une instabilité ou une vacance de cadres législatifs. María Eugenia Olavarria analyse les formes de filiation rendues possibles par ces techniques et les évolutions récentes de la loi dans la ville de Mexico. La diversité sexuelle a sa place dans ces processus et finalement toutes ces évolutions ne constituent pas une menace pour la famille, mais au contraire révèle le souhait largement partagé de « faire famille » et l’importance accordée à sa reconnaissance juridique. Enfin, le dernier chapitre, de Claire Laurant, nous amène chez les sages-femmes traditionnelles de l’état du Morelos qui accompagnent, depuis peu, les grossesses, les accouchements, voire les suites de couche de patientes mères porteuses. Ces matrones sont impliquées dans un processus qui les dépasse, auquel elles n’adhèrent pas et qui fait se côtoyer les techniques les plus sophistiquées de procréation et les pratiques d’accompagnement de la grossesse et de l’accouchement les plus traditionnelles. C’est un chapitre ethnographique très court qui illustre les tensions actuelles entre une culture médico-technique qui s’internationalise, des évolutions de comportements et de normes qui en découlent, et leur réception locale, dans des contextes où elles entrent en contradiction avec des schémas comportementaux et normatifs traditionnels.

5L’un des intérêts de l’ouvrage est qu’à partir d’une redéfinition des contours de la maternité et de la paternité et des modalités pour y accéder, il éclaire en creux de nouvelles définitions de la « bonne parentalité ». Le Mexique et la Colombie ont connu une diminution de la fécondité extrêmement rapide entraînant certainement un renouvellement des représentations, des normes et des pratiques de maternité et de paternité. Avec la baisse de la fécondité, à l’instar de ce qui est observé dans les pays du Nord, la norme de la planification des naissances émerge, accompagnée de toute une série de conditions matérielles et affectives jugées nécessaires à la venue d’un enfant. Ces nouvelles normes sont portées par les classes sociales favorisées, pionnières de la réduction de la fécondité, et génèrent une disqualification des naissances non planifiées, dans des conditions jugées peu adéquates, plus fréquentes dans les milieux défavorisés. L’adoption va permettre une forme de renaissance dans de bonnes conditions, puisque les parents adoptants désirent l’enfant, planifient son arrivée et disposent de conditions matérielles permettant de lui offrir une bonne éducation. Dès lors, les femmes des milieux populaires produisent des enfants – qui selon les nouvelles normes n’auraient pas dû naître – au bénéfice des couples aisées, « bons parents », présentés comme des bienfaiteurs pour l’enfant. Paradoxalement, c’est par l’abandon de leur enfant, la reconnaissance de leur incapacité à bien s’en occuper et le renoncement à un statut valorisé indissociable de l’identité féminine dans la culture latino-américaine, que les femmes des milieux populaires accèdent à une forme édulcorée – et momentanée – de statut de « bonne mère ». En se sacrifiant, elles offrent à leur enfant une vie meilleure grâce aux possibilités d’ascension sociale. Dans une moindre mesure, la nécessité économique de loger chez un employeur ou de migrer va aussi créer les conditions d’une disqualification des parents biologiques de milieux populaires. Des tiers vont en effet se substituer partiellement à eux pour assurer l’éducation de leur(s) enfant(s). Le rôle parental se limite parfois pendant des années à celui de pourvoyeur économique. Si ce rôle traditionnel est vécu positivement par les hommes et leur entourage, ce n’est pas le cas pour les femmes pourtant de plus en plus nombreuses à devoir l’assumer. Ainsi, nombre d’hommes et surtout de femmes sont radicalement dévalorisés par les nouvelles normes, socialement situées, définissant une bonne mère ou un bon père.

6Les questions de définition de « bonne maternité » ou « bonne paternité » sont exacerbées lorsqu’il s’agit de PMA ou de GPA puisqu’elles sont alors articulées à celles de la légitimité à devenir parent et du droit à l’enfant. Dans cette perspective aussi les rapports sociaux sont centraux. Ces techniques sont accessibles financièrement aux classes favorisées qui de plus remplissent les conditions normatives de la bonne parentalité. Mais qu’en est-il des classes populaires ? Sont-elles doublement disqualifiées ? Et sont-elles réduites au rôle de fournisseur de matière première et/ou de services permettant la production d’enfant ? C’est en tout cas l’impression que laisse le livre.

7L’ouvrage s’intéresse également à l’enfant. Cet intérêt est la pierre angulaire justifiant tous les processus décrits ; c’est en son nom que ses géniteurs voient leurs prérogatives réduites. Sauvé de l’avortement ou d’une « éducation précaire » lorsqu’il est adopté, il est pris dans une complexité de relations, de conflits de loyauté lorsqu’il est accueilli chez les employeurs de sa mère ou confié à des membres de la parenté. Ses inscriptions sociales et familiales sont brouillées, ce qui semble source de souffrances. Plusieurs questions se posent. Des formes de confiage existent traditionnellement en Amérique latine, notamment pour équilibrer des groupes familiaux. En quoi les formes actuelles diffèrent-elles et renouvellent-elles les problématiques ? On peut faire l’hypothèse que les rapports de classes donnent une nouvelle signification à des formes anciennes de circulation des enfants. Par ailleurs, la définition contemporaine de la filiation en fait un lien absolument indissoluble et pérenne ; or, le confiage ou la coparentalité transforme ce lien en relation temporaire. Dès lors, comment s’articulent filiation et temporalité, pour les parents comme pour les enfants ?

8Un autre des intérêts du livre est de considérer la coexistence et les co-actions d’acteurs à différents niveaux – international, national, institutionnel – des familles, des couples (assez peu), des individus et des cultures, notamment médicale et profane. Tous les niveaux ne sont pas mobilisés dans tous les articles, mais de façon générale, l’ouvrage inscrit les problématiques au cœur de cet enchevêtrement. Deux regrets peuvent cependant être formulés. Le désir d’enfant et la souffrance des personnes en « demande d’enfant » sont assez peu considérés. Mais, surtout, alors que tous les processus, à tous les niveaux et chez tous les acteurs, sont nécessairement marqués par les rapports sociaux de sexe, ceux-ci sont peu analysés et les hommes sont très absents. On les entrevoit furtivement en filigrane comme membres des conseils d’administration des institutions gérant les adoptions, comme pères n’assumant pas leurs responsabilités.

9Enfin, par sa richesse ethnographique, le livre est très agréable à lire. La description des situations a une très grande force démonstrative de la complexité sociale, humaine et émotionnelle des problématiques traitées.

Haut de page

Bibliographie

Fine Agnès (dir.), Adoptions : ethnologie des parentés choisies, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1998.

Théry Irène et Leroyer Anne-Marie, Filiation, origines, parentalité : le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle, Paris, Odile Jacob, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Brugeilles, « Françoise Lestage et María-Eugenia Olavarria, Adoptions, dons et abandons au Mexique et en Colombie : des parents vulnérables », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 206-210.

Référence électronique

Carole Brugeilles, « Françoise Lestage et María-Eugenia Olavarria, Adoptions, dons et abandons au Mexique et en Colombie : des parents vulnérables », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/4316

Haut de page

Auteur

Carole Brugeilles

Professeure, université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, chercheuse au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa, UMR 7217)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org