Navigation – Plan du site
Lectures

Christian Azaïs et Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo) : entre logiques institutionnelles et acteurs

Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2014
Lionel Francou
p. 201-203
Référence(s) :
Christian Azaïs et Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo) : entre logiques institutionnelles et acteurs, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2014, 330 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Patrick Le Galès, Le Retour des villes européennes (2e éd.), Paris, Presses de Scienc (...)

1Ce livre est le fruit des recherches menées entre 2008 et 2011 dans le cadre du programme ANR Metraljeux, consacré aux enjeux de la gouvernance urbaine dans quatre métropoles latino-américaines. Il propose des analyses comparatives à partir de sujets qui auraient pu paraître disparates si les auteurs n’avaient pas fait une force de la pluralité de thématiques ici rassemblées. Les ressemblances établies après plusieurs années de questionnements collectifs et transversaux sur des questions aussi diverses que le logement, le commerce ambulant, les illégalismes et le travail, dans quatre métropoles différentes, sont intéressantes mais loin d’être toujours évidentes à interpréter. Le grand nombre d’approches des contributions est assumé et salué par les directeurs de l’ouvrage pour qui la comparaison, en mettant en exergue les différences, permet d’« arriver à mettre en relief les spécificités d’un phénomène » (p. 317). Cette démarche collective est largement interdisciplinaire (parmi les auteurs se trouvent des sociologues, des anthropologues, des géographes) et combine les échelles d’analyse (niveaux macro, méso et micro). Les auteurs mènent ainsi une démarche collective jugée nécessaire et encouragée ces dernières années dans les recherches qui traitent de phénomènes urbains1.

2Si chacun n’a pas évoqué systématiquement les quatre aires métropolitaines – Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo –, au moins deux de ces villes sont approchées dans chaque contribution. Les concepts de globalisation et de gouvernance se voient accorder une attention particulière tout au long du livre. Si la globalisation provoque des changements et influence les politiques menées par les villes (mais aussi en leur sein), suscitant compétition et tension entre les initiatives prises à différentes échelles, « on est loin de l’idée d’un rouleau compresseur qui aplanirait tout sur son passage » (p. 165, Christian Azaïs). Il s’agit alors de comprendre comment, dans ce contexte globalisé, « les systèmes d’acteurs s’agencent et se transforment » (p. 9), la globalisation influençant « les perceptions des acteurs et leurs rapports au quotidien » ainsi que « les rapports de force institués et structurés » (p. 15). La globalisation conduit à l’uniformisation de certains pans de l’action publique tout en amenant aussi de la différenciation qui ne doit pas être négligée. Quant à la gouvernance, elle renvoie ici à un « processus et mode de régulation et d’expression des rapports entre acteurs sociaux, mais également entre eux et les pouvoirs publics » (p. 11). Elle peut prendre quatre formes différentes : « réglementaire », « négociée », « imposition de fait » et « brouillée, floue, frontalière, interstitielle » (p. 13-14). Des ajustements se produisent à la fois entre des acteurs publics et privés, des habitants et des pouvoirs publics (national, local, etc.), mais aussi, par exemple, entre des entreprises et divers groupes porteurs de revendications politiques.

3Les recherches empiriques cherchent à comprendre qui « s’approprie l’espace » et à quelles fins (p. 123, Marie-France Prévôt-Schapira, Rodrigo Cattaneo Pineda). Elles montrent qu’il n’y a pas qu’un seul ordre urbain, et les textes ici rassemblés mettent en évidence des formes de régulation multiples et instables. Il devient par exemple de plus en plus difficile de distinguer ce qui est légal de ce qui ne l’est pas, et les divers arrangements produits autour et au cours de ces régulations s’avèrent fluctuants et fragiles. L’État n’est plus le seul pivot autour duquel s’agencent les dynamiques urbaines ; des « arrangements institutionnels » sont négociés par les acteurs de différents niveaux à côté ou en dehors des gouvernements centraux. Comme le soulignent Julien Rebotier et Hélène Rivière d’Arc, « la métropolisation des capitales étudiées n’est évidemment pas uniforme » (p. 40). Le choix d’étudier ce qui se passe au niveau local et de ne pas se limiter à une comparaison des politiques nationales, par exemple, est ici décisif et permet aux auteurs d’affirmer que si « la pluralité des cadres de référence de l’action publique » a une influence certaine sur les métropoles étudiées, il en va de même pour « le quotidien des acteurs sociaux » (p. 319). Cet intérêt pour la dimension locale va de pair avec une prise en compte du rôle central du territoire, où s’inscrivent les phénomènes sociaux étudiés.

4Cet ouvrage gagne à être lu pour l’ambitieuse démarche comparative qu’il met en œuvre en s’appuyant sur les travaux de nombreux chercheurs menés durant une période assez longue, suivant un dispositif propice à la collecte de matériaux empiriques originaux. Comme c’est assez courant dans de tels projets collectifs, quelques répétitions ont lieu ici et là, mais sans conséquence pour la cohésion de l’ensemble.

  • 2 Et non pas dans les seuls « espaces notoires de trafic », par exemple. Cf. à ce sujet le dossier du (...)

5Ce titre – et c’est sans conteste l’une de ses principales forces – met en avant les processus de gouvernance qui se produisent là où ils ne sont pas attendus, en dehors des institutions et des organes du pouvoir. Il souligne également la prégnance des arrangements qui sont pris avec les règles, les normes ou les politiques publiques, à des niveaux et à des degrés divers d’informalité2. L’ouvrage sera mis à profit par les chercheurs qui travaillent sur l’Amérique latine comme par ceux qui s’intéressent aux phénomènes urbains, mais aussi aux régulations, à l’action publique ou en général aux thématiques étudiées (logement, commerce, travail, illégalismes), par-delà les inscriptions disciplinaires. En revanche, parce qu’il est assez ardu par endroits, il restera probablement moins accessible à un public plus large, malgré la présence de photographies en couleurs illustrant les propos de plusieurs articles et de différentes cartes, en couleurs également et assez précises, qui permettent de localiser les villes étudiées, ainsi que les quartiers, artères et endroits particuliers évoqués dans les contributions. Soulignons enfin que certains textes ont été traduits de l’espagnol reflétant ainsi la participation des chercheurs latino-américains à ce programme collectif.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Patrick Le Galès, Le Retour des villes européennes (2e éd.), Paris, Presses de Sciences Po, 2011, ou, très récemment, le dossier « Espaces et comparaisons internationales », dirigé par Maurice Blanc et Olivier Chadoin dans Espaces et sociétés, n° 163, 2015.

2 Et non pas dans les seuls « espaces notoires de trafic », par exemple. Cf. à ce sujet le dossier du même nom dirigé par Thomas Sauvadet et Jérôme Monnet dans Espaces et sociétés, n° 155, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Francou, « Christian Azaïs et Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo) : entre logiques institutionnelles et acteurs », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 201-203.

Référence électronique

Lionel Francou, « Christian Azaïs et Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Modes de gouvernance dans quatre métropoles latino-américaines (Buenos Aires, Caracas, Mexico et São Paulo) : entre logiques institutionnelles et acteurs », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/4309

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au Cridis (Centre de recherches interdisciplinaires démocratie, institutions, subjectivité), université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org