Navigation – Plan du site
Études

Les villages de frontière dans le processus de territorialisation de la pampa argentine au xixe siècle

Los pueblos de frontera en el proceso de territorializacion pampeana durante el siglo xix
Frontier towns in the process of territorialization in argentina during the 19th century
Melina Yuln
Traduction de Hélène Harry
p. 155-178

Résumés

Les villages de frontière ont été construits sur le modèle régulateur du quadrillage. Cependant, on peut observer des variantes liées à leur statut d’enclaves frontalières. Certaines fondations urbaines, issues de la première colonisation, sont nées autour de forts militaires ; d’autres présentent des cas exceptionnels de subdivision des terres rurales avant la promulgation des lois instaurant une grille territoriale régulière ; d’autres encore se sont développées dans le cadre strict du quadrillage, comme c’est le cas des territoires de la Patagonie. Cet article analyse des cas de villages de frontière en Argentine qui ont contribué à définir des formes territoriales réadaptées au quadrillage. L’étude convoque des sources documentaires, cartographiques et planimétriques. L’objectif est de montrer que la production étatique du territoire résulte de pratiques traditionnelles, d’expériences normatives et d’adaptations juridiques qui ont abouti à une construction fragmentaire du territoire, en dépit des efforts d’unification de l’État au cours du long processus de territorialisation du xixe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

towns, border, territory, cities

Palabras claves :

pueblos, frontera, territorio, ciudad
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 27 janvier 2014, accepté le 21 octobre 2014.

Texte intégral

1Le vaste territoire de la pampa argentine est historiquement occupé par des indigènes. Au cours du xixe siècle, après avoir été contrôlé par le jeune État argentin, le territoire est presque entièrement privatisé et subit une profonde transformation. Cela se traduit par un quadrillage – et son effet homogénéisateur –, comme si la plaine de la pampa était vouée à être divisée et organisée selon une grille régulière s’étendant à l’infini.

  • 1 On entend par « frontière » l’espace intermédiaire entre les territoires contrôlés par l’État d’une (...)

2L’occupation des territoires de frontière entre 1850 et 1880 permet de poser les bases d’une nouvelle organisation de l’État1. À chaque avancée militaire sur les terres occupées par les indigènes, le territoire productif s’agrandit et les zones périphériques de Buenos Aires sont consolidées par des villages. Leur tracé se fonde sur le modèle de la tradition indienne du damier, à laquelle vient s’ajouter la tradition néoclassique des ingénieurs bourboniens et, plus tard, d’autres modèles, comme le nord-américain. Le résultat est l’application d’une grille territoriale, ordre régulateur des terres urbaines et rurales.

3L’État doit définir ses limites et fixer le cadre réglementaire du territoire. C’est pourquoi il encourage l’élaboration de savoirs territoriaux pour exercer une domination effective. Les techniques de mesure font partie des connaissances les plus importantes ; mesurer la terre permet en effet d’exercer un réel contrôle sur les territoires, de les cartographier et de les consigner de manière systématique dans un cadastre.

4La terre prise aux indigènes est subdivisée selon des formes géométriques régulières, de sorte que la régularité formelle s’impose comme modèle d’occupation territoriale. La grille est ainsi envisagée comme une modalité de production territoriale, au sein de l’espace non consolidé qu’est la frontière, bien qu’il soit occupé par des colons dont les droits ne sont pas toujours reconnus.

5Mais entre la stricte application des lois territoriales régulatrices et la préexistence de colonies de frontière, on négocie et adapte les modèles de peuplement. Autrement dit, dans bien des cas, on construit la territorialisation à la frontière sur la base de consensus avec les localités existantes, avant l’application de la grille régulière. Celles-ci contribuent à définir les formes territoriales réadaptées au quadrillage. Ce que l’on cherche à démontrer, c’est que les formes d’appropriation de cet espace frontalier sont le résultat d’une construction quelque peu fragmentaire, en dépit des efforts d’unification de l’État.

6Historiquement, l’occupation du territoire s’appuie sur un processus homogène qui se déroule, sans heurt, en suivant le déplacement de la frontière. Il existe pourtant peu d’études abordant, à travers le prisme de l’histoire du territoire et de la ville, la problématique spatiale qui engage les villages, l’État et le territoire – perçus comme les rouages d’un mécanisme plus large.

7Les contributions de l’histoire économique et de l’histoire rurale servent de point de départ à la présente recherche. Toutefois, face à l’absence de problématisation des documents graphiques ici utilisés, il a fallu entreprendre une investigation au-delà de l’interprétation écrite traditionnelle. Nous avons en effet constaté que l’étude du territoire, la configuration des localités, la subdivision ou les représentations cartographiques, n’étaient pas analysées à partir du plan ou de la carte. Même les approches convoquant des documents graphiques comme outil d’investigation – et non pas seulement comme simple illustration – ne parviennent pas à problématiser la forme d’organisation territoriale [Garavaglia et Gautreau, 2011 ; Djenderedjian et al., 2010]. C’est pourquoi les documents cartographiques se révèlent d’un grand intérêt à l’heure de se questionner sur le peuplement, la création des villages ou des colonies. Au cours des dernières années, une nouvelle approche méthodologique est apparue, inspirée par l’histoire du territoire et conjuguant l’analyse de sources graphiques et écrites afin d’étudier le territoire de la province de Buenos Aires [Aliata, 2010 ; Aliata et Loyola, 2001 ; Aliata et al., 2012 ; Silvestri, 2011 ; Pesoa, 2012 ; Zweifel, 2013 ; Yuln, 2014].

8La présente étude est née de ces contributions qui allient différentes perspectives menant à la construction de la structure complexe que représente le territoire. L’approche combine des aspects historiques classiques et des sources documentaires graphiques dont nous proposons une critique, estimant qu’ils forment un corpus documentaire trop peu exploité par les études historiques.

9L’article s’ouvre sur un état des lieux historiographique autour des questions de frontière et de territoire en Argentine. Il se divise ensuite en trois grandes parties : la première concerne les stratégies d’occupation de l’espace frontalier ; la deuxième, les outils institutionnels et juridiques créés par l’État afin d’occuper le territoire de manière effective ; la dernière est consacrée aux études de cas de villages de frontière répondant au schéma de division quadrillée du territoire.

Concepts historiographiques de « frontière » et de « territoire »

  • 2 Les textes littéraires du xixe siècle essentiels sur la frontière sont : La Captive (Esteban Echeve (...)

10La formation des États nationaux en Amérique au cours du xixe siècle passe par l’occupation effective du territoire. D’une part, l’intégration de terres sous le contrôle de l’État permet de renforcer la structure productive au moment où les marchés internationaux ont une forte demande en matières premières ; d’autre part, la progression sur les frontières indigènes traduit l’idée d’unité territoriale et de cohésion nationale. En Argentine, les récits historiques inspirés par l’occupation territoriale témoignent des difficultés venues contrer le chemin de la « civilisation »2. Cette définition traditionnelle considère donc la frontière comme une ligne de démarcation entre un monde barbare et un autre civilisé.

11À l’inverse, les contributions récentes de la discipline historique reconnaissent l’idée de frontière en tant que cadre de cohabitation multiethnique traversé à la fois par les logiques de l’État et celles du monde indigène. Le fait de n’appartenir à aucun de ces deux mondes fait naître un « troisième lieu » avec sa propre logique [Navarro Floria, 2001 ; Roulet, 2006]. Dans ce contexte favorisant les croisements et métissages, le phénomène de transculturation s’intensifie, dans la mesure où la frontière est effectivement une zone de rencontre et de négociation entre les cultures, située dans une frange territoriale aux contours variables [Roulet, 2006]. Elle cesse ainsi d’être une limite – considérée sous l’angle de la frontière militaire, en tant que ligne de démarcation entre indigènes et créoles, sans mélange ni contact – pour devenir un espace régi par un « ordre alternatif » [Navarro Floria et Nacah, 2004], autrement dit un lieu de cohabitation particulier, mobile, pas toujours formalisé, une zone tampon entre un monde et l’autre, oscillant entre la négociation et le conflit [Navarro Floria et Nacah, 2004 ; Roulet, 2006]. Aujourd’hui, on définit la frontière comme un « vaste espace social où se sont développés des processus historiques spécifiques à partir du lieu central qu’occupent les relations complexes entre deux sociétés » [Mandrini, 2006, p. 12 ; Bandieri, 2001].

  • 3 L’historien nord-américain Frederick Jackson Turner formule, à la fin du xixe siècle, une hypothèse (...)

12C’est également sous l’angle de la géographie humaine que l’on a esquissé notre problématique en deux grands thèmes. D’un côté, l’étude de la frontière turnerienne3, une forme d’organisation politique prenant le pas sur une deuxième ; de l’autre, le critère de « frontière naturelle », celui habituellement adopté par la limite internationale. Les deux concepts sont intimement liés à la notion de territoire et l’analyse des deux perspectives nourrit le débat qui fait de la frontière un lieu hybride [Zusman, 2006]. L’hybridation territoriale est le fruit de l’association de temporalités et de spatialités des pratiques de différents sujets et institutions. Les processus de rencontres et de conflits des populations à la frontière déstabilisent et redéfinissent les interprétations politiques ou les objectifs initiaux de la politique de l’État, conférant à ces lieux des dynamiques particulières et les rendant hybrides. La frontière est ainsi conçue comme un espace à partir duquel se produisent des alliances, des négociations, des échanges, du commerce, de la contrebande, voire des affrontements entre sociétés différenciées [Souza Martins, 1996].

13En suivant cette idée de concomitance, la présence indigène sur le continent américain est un facteur qui détermine l’existence d’une « frontière interne ». Elle fonctionne en tant qu’agent de déstabilisation du rôle de l’État dans les territoires qui ne se trouvent pas sous sa sphère de contrôle et amène les divers gouvernements qui doivent les affronter à adopter des politiques visant à en atténuer les effets. La frontière est pensée en interrelation entre les mondes indigène et créole.

  • 4 Le discours de propagande du nationalisme du xixe siècle – influencé par des auteurs européens et n (...)
  • 5 Afin d’éviter les incursions indigènes dans les estancias et les colonies de frontière du sud-ouest (...)

14Outre le besoin de connaître le territoire que l’on tente de dominer s’ajoute la volonté de transformer le « désert4 ». Il y a d’un côté le type hispanique de colonies urbaines [Romero, 2001 ; Sambricio, 1991] et de l’autre, la nécessité de modifier l’espace physique au moyen de la technique. Le type d’expansion est marqué par trois caractéristiques principales depuis le xviiie siècle : l’équilibre entre le peuplement et la conquête ; la progression graduelle de la frontière sur une ligne fortifiée toujours parallèle aux rives du Salado ; la dépendance de la discipline topographique vis-à-vis de l’appareil militaire, puisque les progrès concernant la mesure du territoire dépendaient des campagnes et des incursions armées au-delà de la frontière [Walther, 1970]. À Buenos Aires, les gardes-frontières en délimitant les lignes regroupent autour d’eux des foyers de population, de sorte que de nombreux villages de la province sont nés d’un fort. La dernière mesure défensive qui répond à cette stratégie est la Zanja de Alsina (la tranchée d’Alzina5) qui encercle le territoire peuplé, à la manière des estancias de frontière (grandes exploitations agricoles), en tant que matérialisation de la limite idéale de la frontière. La campagne de Roca en 1879 couronne l’articulation entre science, technique et objectifs militaires ; elle améliore la production cartographique et intègre des scientifiques dans les expéditions. À partir de ce moment-là, le « désert » est matériellement quadrillé au moyen de normes juridiques, faisant ainsi disparaître de la carte les territoires indigènes. Ainsi, dans le dernier tiers du xixe siècle, la cartographie et la géodésie font partie de l’appareil militaire – comme l’indique Silvestri [1999] – arrachant à l’Indien le secret de sa terre.

15Le territoire est ainsi perçu comme un espace en constante transformation, soumis à différents processus qui ne se limitent pas aux changements géologiques ou climatiques mais comprennent également les interventions de l’homme et la relation réciproque entre la population et l’espace qu’elle s’approprie [Brunet, Ferras et Théry, 1998 ; Di Meo, 1998]. Le territoire se construit donc au fil du temps. Outre son extension, rentrent en jeu les représentations physiques et culturelles de l’espace que l’on s’est approprié, autour de la notion d’une forme de territoire. Elle peut être perceptible à partir d’une carte ou de la contemplation d’un paysage, et dans les deux cas, la forme ne se limite pas à la représentation de ce qui est visible – dans le sens de la copie – mais « c’est toujours une construction, chargée des traces et des lectures passées ». En prenant en compte le concept de « territoire comme palimpseste », à la façon d’une tablette antique conservant les traces d’une écriture antérieure, nous considérons que le territoire est l’espace que l’on appréhende, que l’on s’approprie, où l’on habite et où l’on effectue en permanance des mutations [Corboz, 2004, p. 34].

  • 6 N.D.T. : Les ejidos sont des terrains communs conservés en vue de l’expansion urbaine des villages (...)

16Sous l’angle du territoire et de la ville, Fernando Aliata [2006 ; 2010] analyse la régularisation des plans des villages et de leurs ejidos6 comme le fruit de processus politiques et institutionnels de la première moitié du xixe siècle. L’hypothèse qui guide son travail établit un lien entre la régularité des tracés urbains bourboniens, les expériences urbaines du Rio de la Plata et l’influence des ingénieurs napoléoniens qui ont développé des savoirs territoriaux spécifiques liés à l’organisation urbaine et rurale de la province de Buenos Aires après la période révolutionnaire.

17Dans la même lignée, divers travaux ont récemment été réalisés détaillant la construction et l’organisation du territoire pampéen de la province de Buenos Aires à travers le développement de villages et des estancias [Hitepac, 2009, 2010 ; Silvestri, 2008, 2011], ainsi que de la colonisation ejidal dans plusieurs districts de la province [Aliata et Loyola, 2010 ; Cricelli et al., 2011 ; Yuln, 2011 ; Aliata et al., 2012].

18Le présent article se nourrit de ces contributions et examine des cas d’études de villages de frontière dans la province de Buenos Aires et en Patagonie, s’appuyant sur une documentation cartographique, topographique et juridique. Nous cherchons à démontrer que la production du territoire de la part de l’État est le résultat de pratiques traditionnelles, d’expérimentations et d’adaptations légales au cours du long processus de territorialisation du xixe siècle.

Stratégies d’occupation du territoire frontalier dans la province de Buenos Aires

19Le peuplement de la campagne via l’immigration étrangère devient une priorité de la politique nationale à partir des années 1870 seulement. Si, au cours des années 1820 dans la province de Buenos Aires, le gouvernement expérimente des mesures en la matière, ce n’est que dans le dernier tiers du siècle que l’on observe une politique officielle de colonisation, autrement dit des mesures et des pratiques encourageant l’installation de populations [Djenderedjian et al., 2010].

20Un processus de réforme administrative en matière de travaux publics est amorcé au cours des années suivant la période révolutionnaire – qui a conduit à l’indépendance vis-à-vis de la couronne espagnole (1816). Selon cette réforme, l’État doit préalablement préparer le territoire et la structure urbaine pour faire face à tout type de croissance populationnelle et économique. Une telle rationalisation de la politique territoriale n’est pas propre à l’administration postrévolutionnaire mais est héritée de la tradition bourbonienne, ces normes régulatrices ont donc des antécédents. Selon Fernando Aliata [2006], dans le cas de Buenos Aires, la différence entre les administrations urbaines de l’ancien régime et de l’étape postérieure à l’indépendance réside dans la notion de régularité. D’un côté, l’appel à un « ordre régulateur » signifie créer « une politique prévisible » fondée sur des codes, des règlements et des lois ; de l’autre, la régularité renvoie à l’« absence de complexité formelle » dans le sens physique du terme. Dès lors, la différence essentielle se trouve dans la matérialisation physique de cette régularité alliant l’« application abstraite d’une conception politique » et un « besoin de contrôle social ». Une telle matrice régulatrice trouve des exemples dans les techniques d’administration développées par l’État napoléonien, à laquelle vient s’ajouter une nouvelle structure disciplinaire axée sur la problématique de l’espace urbain [Aliata, 2006, p. 56-61].

21L’État national commence à se consolider à partir de 1862, tandis que les États provinciaux sont encore des administrations au champ d’action limité. En outre, jusque 1850 environ, il n’existe pas de consensus politique et intellectuel général concernant la colonisation officielle. Il est donc inenvisageable de proposer une politique d’État autour de cette problématique au cours de la première moitié du xixe siècle. Afin d’encourager l’installation de populations sur les territoires militairement occupés, l’État doit offrir une série de garanties préalables : la sécurité, élément primordial, la frontière étant le théâtre de conflits internes sur ces terres qui appartenaient aux indigènes ; la régulation juridique qui permet de bénéficier de titres de propriété sur les terres occupées ; un soutien financier pour aider les petits agriculteurs ; la mise en place d’un cadastre permettant une répartition des terres équilibrée.

22Le modèle territorial en vigueur découle de l’activité de l’élevage, à savoir de grandes extensions de terre pratiquement dépeuplée. Afin d’altérer un tel paradigme, il ne suffit pas d’aspirer à un modèle fondé sur l’agriculture familiale, il faut également que l’État intervienne pour garantir les meilleures conditions. Les États provinciaux n’étant pas en mesure de s’en charger – car cela implique une politique globale à long terme –, c’est l’État national qui prend en charge la colonisation à partir de 1870.

  • 7 L’objectif de la loi est de permettre à l’immigrant et l’agriculteur d’avoir accès à la terre, écar (...)

23Aux yeux des dirigeants politiques de la première moitié du xixe siècle, la colonisation et l’immigration doivent être spontanées et non le résultat de politiques artificielles. L’État doit fournir un espace économique pour la colonisation, sans toutefois devenir un entrepreneur colonisateur. Sous les présidences de Mitre (1862-1868) et de Sarmiento (1868-1874), l’immigration continue d’être spontanée, elle n’est ni dirigée ni subventionnée. C’est Avellaneda (président de 1874 à 1880), avec la loi de 1876, qui donne le plus grand élan aux politiques officielles de peuplement sur les territoires nationaux et les zones de frontière7. Les gouvernements des années 1880 sont désormais marqués par le fait qu’ils défendent une immigration protégée – ou dirigée – cherchant à contrecarrer l’arrivée spontanée d’immigrants. Afin de renouveler l’expérience réussie des colonies agricoles de Santa Fe dans le nord du territoire, l’État met en œuvre des politiques pour contrôler les territoires de frontière en y installant des populations paysannes. Les présidences de Roca et Juárez Celman visent avant tout une colonisation périphérique aux frontières, sans toutefois garantir les conditions nécessaires au développement agricole [Djenderedjian et al., 2010].

  • 8 Cf. l’ouvrage classique de Martínez Sierra [1975]. Pour des travaux plus récents, cf. D’Agostino [2 (...)

24Le besoin de l’État de contrôler davantage le territoire se concrétise par la création de services publics au cours de la période postérieure à l’indépendance afin de réglementer la propriété et la mesure des terres, de constituer un registre topographique du territoire et d’organiser le tracé des villages. L’histoire de ces institutions est marquée par l’addition des compétences des ingénieurs et des arpenteurs et bénéficie d’une continuité ininterrompue des années 1820 à nos jours. Leur objectif est de réunir et d’organiser l’information territoriale afin de collaborer avec le gouvernement dans la gestion de la détention de la terre8.

Création d’un cadastre et mise en place d’un cadre réglementaire pour les terres publiques

  • 9 Dans les Instrucciones a los Agrimensores, sorte de manuel de pratique de l’arpentage, il est fait (...)

25Dans le Rio de la Plata, les cadastres sont dès le départ cartographiques alors qu’ils n’intègrent la cartographie que tardivement dans les pays européens. Selon Gautreau et al. [2011], le cadastre participe aux processus de construction de l’État à travers les archives de plans et les rapports entre administration topographique et arpenteurs. Les registres graphiques de 1830 à 1860 ne sont pas le résultat d’une représentation cartographiée systématique du territoire, commanditée par l’État ; ils ont été constitués à partir des plans de mesures individuelles fournis par les particuliers. Le manque de fonds et de professionnels spécialisés explique cette situation particulière, ainsi que l’urgence imposée par le contexte économique. À partir des années 1850, le panorama change à la suite d’une restructuration institutionnelle visant à organiser méthodiquement le territoire9. Ainsi, l’État ne détient pas le monopole de la connaissance territoriale ; il la partage avec les arpenteurs. L’élaboration des savoirs territoriaux de l’État est donc avant tout marquée par sa dépendance vis-à-vis des particuliers – qui envoient leurs plans en vue d’un enregistrement – et par les connaissances partagées avec des professionnels indépendants.

26La première institution officielle se consacrant aux travaux d’architecture et d’ingénierie est le Département d’ingénieurs architectes, créé par un décret en 1821. Dépendant du gouvernement provincial, le service est chargé de réunir des données topographiques et statistiques de la province de Buenos Aires.

27La Commission topographique est créée en 1824 alors que Las Heras est gouverneur et s’impose comme un service provincial chargé de toutes les opérations de mesure et l’unique institution qui accrédite les arpenteurs publics. Elle doit réaliser un plan topographique de Buenos Aires et de tous les villages de campagne et constituer un dépôt américain de cartes géographiques, topographiques et de plans.

  • 10 Le Département topographique a publié des registres graphiques de 1830 et 1833 (Registro Gráfico de (...)

28En 1826, sous la présidence de Rivadavia (1826-1827), la Commission topographique devient le Département général de topographie et de statistique, chargé au niveau national du tracé des plans urbains, des villages de campagne, de l’organisation urbaine, de la communication entre la capitale et le territoire et de la délimitation de la propriété publique et privée. Mais sa mission la plus importante consiste à mettre en place un cadastre provincial. Les activités cadastrales comprennent tous les travaux liés à la mesure et au contrôle de la possession de terres publiques et privées. Elles permettent de réguler les aspects techniques et procéduraux du relevé et de contrôler par la suite tous les plans de mesure réalisés par des arpenteurs officiels. Les données sont consignées dans un registre graphique, une carte générale des propriétés rurales à l’échelle de la province. Ainsi, dans un premier temps, le Département général de topographie et de statistique est chargé de l’organisation interne et de la production de la première carte cadastrale générale10 [Garavaglia et Gautreau, 2011].

  • 11 En 1885, elle est rattachée au ministère des Travaux et des Services publics. Actuellement la Direc (...)

29Sous Juan Manuel de Rosas (1833-1852), le Département n’est pas très actif et ne réalise que peu de plans et de projets. Sa contribution la plus importante reste le registre graphique de 1834. Une seconde étape marquée par une plus grande activité commence en 1852, elle est plus intense que la première du fait de la réorganisation de l’État après la période rosiste. Le Département général de topographie et de statistique se structure en trois branches : topographie, ingénierie civile et statistique. Il garde la même appellation jusqu’en 1875 avant d’être rebaptisé Division de géodésie et d’être rattaché pendant dix ans au Département d’ingénieurs11.

30Au niveau national, l’ancien Bureau des ingénieurs est réorganisé en 1869 et prend le nom de Département des ingénieurs nationaux. Il est avant tout chargé d’élaborer une carte générale de la République argentine fondée sur les informations statistiques émanant des bureaux de l’État. A. von Seelstrang et A. Tourmente présentent leur carte en 1875. Leur contribution majeure est l’insertion de la péninsule patagonique sur la carte nationale ; sur les documents antérieurs, la Patagonie figurait toujours séparée du reste du territoire [Lois, 2006].

  • 12 Cette institution a récemment été rebaptisée Institut géographique national (IGN).

31L’Institut géographique argentin est fondé en 1879, à la demande d’Estanislao Zeballos, alors ministre des Relations extérieures. Son objectif est de « promouvoir l’exploration et la description des territoires, côtes, îles et mers attenantes à la République argentine ». En 1884, à la suite de la création de l’État-major général de l’armée, le Bureau topographique militaire est incorporé à la quatrième section des ingénieurs militaires de l’État-major, dirigée par Manuel Olascoaga, avant de devenir, en 1904, l’Institut géographique militaire, l’instance nationale qui contrôle depuis toute l’activité cartographique officielle de l’Argentine12 [Lois, 2006].

32D’un simple instrument de relevé, le plan devient une proposition d’action sur le territoire, régie par des normes claires et spécifiques. La constitution de plans est encouragée par les institutions provinciales et nationales, véritables agents de l’État en matière de possession des terres, de transformation et d’organisation du territoire.

33Le statut juridique des terres de frontière et le modèle de régularisation en forme de quadrillage sont essentiels à cette époque. La question de la propriété des terres publiques occupe depuis la fin de l’époque coloniale une place centrale dans le débat politique et intellectuel argentin. Les grandes idées de propriété et d’égalité, renforcées après la Révolution française – et présentes dans les courants de pensée espagnols du xviiie siècle –, gagnent les domaines américains de la monarchie espagnole.

  • 13 Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) était un homme politique argentin. Il a été sénateur de la p (...)
  • 14 Dans un article qui analyse la relation entre la propriété de la terre et la pensée des Lumières, A (...)

34Les modèles naissants de propriété, différents de ceux inspirés des Lumières sous l’ancien régime, doivent s’adapter à la réalité du Rio de la Plata où la tradition coloniale est séculaire [Banzato, 2009]. À cela vient s’ajouter le courant de pensée défendu par Sarmiento13 qui est revenu de ses voyages aux États-Unis, imprégné des idées libérales de Jefferson en faveur d’un modèle de petite propriété de la terre dans le cadre d’un État démocratique et égalitaire14.

  • 15 Pour reconnaître légalement l’ancienneté de l’occupation des terres, il fallait payer une composici (...)
  • 16 Les donaciones (donations) sont des terres de l’État distribuées sans obligation de paiement. C’est (...)
  • 17 Les enfiteusis (emphytéoses) sont des terres publiques remises en usufruit contre une redevance – l (...)
  • 18 L’arrendamiento (location) est un système de location fondé sur la remise de terres publiques en us (...)
  • 19 La forte mise en valeur et la spéculation sur les terres nouvelles connaissent un regain entre la C (...)

35Jusque vers 1850, le cadre juridique de la propriété de la terre comprend la composición15 allouée pendant la période coloniale, les donaciones16 de la période de l’indépendance, l’enfiteusis17 de Rivadavia (1826-1827), les arrendamientos postérieurs18 et les ventes de terres [Banzato, 2005]. Les droits de propriété et en particulier de la propriété agraire restent pourtant flous. Après la période rosiste (1833-1852), la question devient centrale pour les propriétaires de campagne et pour la province de Buenos Aires. L’énorme quantité de terres entrée sur le marché à partir des années 1850, le développement du chemin de fer et la diversification de la production transforment la terre en une marchandise de plus en plus valorisée. Elle devient un bien précieux pour réaliser des investissements, ce qui était impensable quelques décennies auparavant19.

  • 20 Nicolás Avellaneda a été ministre de la Justice et de l’Instruction publique entre 1868 et 1874, so (...)

36La loi sur l’immigration et la colonisation de la République argentine (Ley de Inmigración y Colonización de la República Argentina), également appelée « loi Avellaneda », est approuvée en 187620. Le titre II, consacré à la division des territoires nationaux, établit que celle-ci prend la forme de segments carrés de 20 km de côté, tracés entre les lignes parallèles et orientées dans le sens nord-est sud-ouest. Parallèlement à la loi nationale, un projet similaire est approuvé dans la province de Buenos Aires concernant la subdivision, pour les terres situées entre la frontière de 1858 et la Zanja de Alsina, dont il a été question précédemment.

  • 21 Dans la plaine pampéenne de la province de Buenos Aires, dans l’ancienne zone de population située (...)

37Le modèle territorial de ces lois s’appuie principalement sur la subdivision régulière de la terre. La régularité ne se définit pas seulement dans le sens de « ce qui est ajusté ou conforme à une règle », mais aussi dans le sens géométrique, autrement dit, celui d’un « polygone dont les côtés et les angles sont égaux entre eux ». On cherche alors à quadriller ou à poser une grille sur les territoires publics devenant privés. En somme, l’État veut imposer sa volonté en régulant spatialement la possession de la terre, non pas à partir de la division graphique la plus simple, mais en appliquant un modèle d’ordre21.

38Les territoires de frontière du Rio de la Plata sont conçus comme une tabula rasa sur laquelle on peut « dessiner » les bases d’une nouvelle organisation étatique. C’est la raison pour laquelle on cherche à consolider et à peupler les régions de frontière en établissant des villages. Le tracé des villages et des terres rurales s’appuie sur un modèle qui intègre la tradition indienne et des techniques issues à la fois de la tradition des Lumières des ingénieurs bourboniens et d’autres expériences, comme celle des États-Unis [Yuln, 2012]. Ceci aboutit à l’application d’une grille rectangulaire, à même d’introduire un ordre institutionnel qui se traduit par une forme de production du territoire.

39Il n’y a cependant pas un mais plusieurs quadrillages, qui s’activent à différents moments selon la progression de la frontière mais aussi du développement des institutions chargées de contrôler et de produire un modèle territorial déterminé.

Villages de frontière et schéma quadrillé de division du territoire

40Selon Fernando Aliata [2010], les idées des Lumières, la tradition des Leyes de Indias (lois des Indes, promulguées par Philippe II en 1573) et l’action des ingénieurs napoléoniens définissent, en partie, les trois prémisses de la transformation spatiale du territoire au cours de la première moitié du xixe siècle : la consolidation des localités existantes, la fondation de nouveaux villages et le développement de la colonisation ejidal.

  • 22 Le fonctionnaire colonial Pedro Andrés García souhaitait créer un cadastre rural permettant d’évite (...)
  • 23 Pesoa [2014] propose une classification de tracés urbains pour les villes pampéennes, sur la base d (...)

41À l’époque coloniale (jusqu’en 1810), le modèle opérationnel de peuplement reposait sur la création de centres urbains. Ainsi, le plan Betbezé-Vértiz propose pour la région pampéenne la fondation de fortins et une frontière armée mobile, avançant progressivement. Le modèle d’organisation du territoire, fondé sur le village comme noyau social et productif, ne prospère pas dans la région, où l’installation des colons n’est pas accompagnée d’une cession claire de la terre. Pourtant, même si les résultats attendus ne sont pas atteints, l’idée d’occuper le territoire via des fondations urbaines survit comme solution au problème agraire du Rio de la Plata au cours de la première moitié du xixe siècle. Les idées éclairées de Pedro Andrés García perdurent après 1822 et sont adoptées et transformées par l’État, principalement à travers les mesures prises sous le gouvernement de Martín Rodríguez22. La politique emphytéotique de ce gouvernement cherche à préserver le développement des villages et de leurs terres environnantes. En 1825, les comisiones de solares (commissions de terrains à bâtir) sont mises en place, elles agissent en collaboration directe avec le pouvoir politique et le Département topographique et fonctionnent comme des corps exécutifs, composés du juge de paix, du commandant militaire et de certains des propriétaires terriens les plus influents des villages. À partir de cette date, l’action de l’État est davantage coordonnée pour réorganiser les villages de campagne et ainsi assurer une continuité concernant les mesures techniques et administratives adoptées. Il convient de signaler qu’aucune forme ne s’impose dans la définition du modèle urbain mais plutôt un ensemble d’éléments cherchant à appliquer une trame orthogonale. Si l’on ne définit pas de modèle de tracé pour la ville pampéenne, l’usage de certains éléments réglementés, traduisant la régularité recherchée, se standardise, tels que les places, les rues, les manzanas (pâtés de maison), etc. [Pesoa, 2012]23.

  • 24 Titre VII, loi 13 : « Les ejidos doivent se trouver à un distance telle que si la population croît, (...)
  • 25 La division en quintas et chacras – unités agricoles consacrées au maraîchage et aux arbres fruitie (...)
  • 26 Loi qui divise les terrains communaux des villages de campagne, Buenos Aires, 21 octobre 1870, in C (...)

42Les termes ejido, « tracé urbain », « quadrillage » ou « grille » deviennent synonymes, à mesure que les villes grandissent, puisque les différences morphologiques ou fonctionnelles disparaissent avec le reste de la structure urbaine. D’une manière générale, on appelle ejido les champs situés à proximité des villages. Au milieu du xixe siècle, le terme désigne une circonscription relative à une population déterminée. Ce sont d’abord des terres d’utilisation commune conservées en vue de la croissance future de la population, mais du fait de l’extension de la trame urbaine, l’ejido devient un espace annexé à la ville, cessant ainsi d’avoir une fonction spécifique. D’après les Leyes de Indias (lois des Indes), l’ejido était l’espace de réserve pour la croissance de la ville, par opposition à la dehesa qui était le lieu d’utilisation commune24. Au début du xixe siècle, avec la notion de réserve, l’ejido devient un terrain privé. En 1826, le gouvernement de Martín Rodríguez promulgue un décret stipulant la distribution de quatre lieues carrées de solares aux colons pour des logements, et des quintas et chacras pour l’agriculture25 [Aliata, 2004]. Enfin, avec la loi de 187026, l’ejido des villages est divisé en solares, chacras et quintas ; il s’étend sur une lieue carrée dans toutes les directions ou, dans les cas où ce ne serait pas possible, une superficie équivalente à quatre lieues carrées, exprimant ainsi la régularité que l’on cherchait à appliquer à toute la campagne.

Carte 1. Emplacement des principales études de cas, reconstruction à partir de la cartographie officielle

Carte 1. Emplacement des principales études de cas, reconstruction à partir de la cartographie officielle

43Dans la province de Buenos Aires, le modèle de colonisation radiale ejidal devient une alternative officielle à partir des années de 1870. Issu de la tradition hispanique, il était déjà appliqué par le Département topographique depuis Rivadavia (1826-1827). Ce modèle utilise les ejidos des villages pour en faire des quintas et chacras distribuées à la population paysanne, par l’intermédiaire des comisiones de solares.

  • 27 « Art. 1. Dans chacun des forts situés sur la ligne de frontière, on tracera un carré en suivant la (...)

44La tentative manquée du Département topographique de donner une forme circulaire aux ejidos des villages est un exemple précoce de la centralité et de l’autonomie octroyée aux villages. La forme définitive de l’ejido est fixée sous la présidence de Dorrego (1828) ; elle cesse d’être une circonférence et devient un carré ou un rectangle27 – car il est complexe de mesurer les parcelles comprenant des courbes – et l’on augmente à 16 lieues carrées les ejidos des nouvelles fondations urbaines.

45Mais l’occupation des ejidos n’est pas la seule possibilité d’accéder à la terre pour les petits paysans et laboureurs. La vente précoce de chacras à Chivilcoy initiée par un projet législatif de Sarmiento, constitue une alternative à la colonisation ejidal.

46Alors que l’on expérimente différents systèmes pour organiser la distribution des chacras publiques, la loi sur la vente de terres (Ley de Venta de Tierras) est promulguée en 1857 dans le district de Chivilcoy ; l’ejido du village ne peut être vendu. On adopte le système nord-américain de subdivision de terres – qui fixe le quadrillage des territoires conquis et dont le registre systématique permet d’avoir un contrôle rapide et effectif des terres fiscales privatisées – et on le transpose à la pampa de la province de Buenos Aires, sous l’impulsion des idées introduites par Sarmiento [Yuln, 2012].

47L’objectif, partiellement atteint, consiste à trouver un équilibre entre les estancias et les chacras destinées à la production familiale, grâce à une subdivision permettant un développement agricole rentable pour les laboureurs de la région. Le tracé originel des parcelles – maintenu dans la trame actuelle des propriétés rurales – ne s’étend pas à tout le territoire de la province. Le projet politique de Sarmiento se concrétise uniquement à Chivilcoy, du fait de la volonté politique du pouvoir central qui fournit des ressources techniques et économiques. Il ne peut être repris sous la présidence de Sarmiento et la colonisation ejidal s’impose dans le reste de la province.

48S’étendant sur une superficie de 80 lieues carrées destinées essentiellement à la production agricole, le district de Chivilcoy est officiellement créé en 1845, divisant ainsi les terres de Guardia de Luján. En 1854, à la suite de la loi sur les communes (Ley de Municipios), une commission est nommée afin de déterminer le meilleur endroit pour créer le chef-lieu. Le Département topographique recommande un lieu et donne les instructions suivantes :

« Ne pas occuper le centre de la place principale avec un quelconque bâtiment ; la largeur des rues pourra être de 16 aunes et celle des avenues de 30. […] Autour de la place, il conviendra de réserver quatre manzanas, deux de part et d’autre des bâtiments publics. Église, école, cabildo [hôtel de ville], tribunal, maison de correction et caserne. […] Le commissaire doit indiquer si le terrain est public ou privé » [Birabent, 1941, p. 125].

  • 28 Le rapport remis par Pedro Pico en 1864 livre des informations fondamentales pour l’application de (...)

49C’est finalement un lieu différent de celui initialement prévu qui est choisi car sa proximité avec la vallée de la rivière Chivilcoy ne permet pas la future expansion du village et de l’ejido. Manuel Villarino, le juge de paix du district, se charge du tracé. L’ejido est délimité en 1858 par l’ingénieur Jardell, tandis que l’ingénieur Pedro Pico s’occupe du registre des colons et habitants en 1863 [Birabent, 1941]28.

50L’autre étude de cas concerne Junín, modèle hybride. La ville date d’environ 1827 et a pour origine le fort Federación, le premier fort d’avant-garde établi au-delà du Salado, limite naturelle qui marquait alors les territoires sous la domination de l’État dans la province de Buenos Aires. La région se caractérise par une kyrielle de lagunes – Mar Chiquita, Gómez, Carpincho – qui alimentent le Salado.

  • 29 Archives historiques de Junín, tracé original du fort Federación par l’ingénieur Teodoro Schuster ( (...)

51Le tracé du village de Junín commence en 1832 [Pérez, 1950]. La trame urbaine est dessinée dans le sens nord-sud, suivant la disposition de l’ancien fort29, tandis que l’ejido (1864) est tracé dans le sens nord-est sud-ouest, à l’instar de toutes les terres rurales de frontière. Entre les deux tracés, on laisse un espace pour agrandir la trame originale nord-sud. Village et ejido n’ont donc pas la même trame de subdivision, mais le tracé préexistant est respecté dans le nouveau. Les autres terres non ejidales du district sont orientées, suivant le même modèle cadastral que toutes les terres au-delà du Salado, dans le sens nord-est sud-ouest.

52Les villages et les terres municipales de Chivilcoy et de Junín ont été tracés avant la promulgation des lois instaurant une grille territoriale régulière. Si la régularité prédomine dès le départ, dans la mesure où il s’agit de colonies de population promues par l’État, les deux modèles font l’objet d’adaptations (cf. schéma 1 ci-après) du fait de la préexistence de plans urbains, ou comme dans le cas de Chivilcoy, d’expériences dans la subdivision des terres rurales non ejidales.

Schéma 1. Orientation du village par rapport à l’ejido

Schéma 1. Orientation du village par rapport à l’ejido

A : Junín B : Chivilcoy

  • 30 La loi 3106 de 1908 crée le district de General Viamonte et désigne Los Toldos comme chef-lieu. En (...)
  • 31 Après la mort du cacique Ignacio Coliqueo, la communauté mapuche installée à Los Toldos continue d’ (...)

53Bâti vers la fin du xixe siècle sur le modèle régulier utilisé pour les nouveaux villages, Los Toldos en est une adaptation. Il naît de la gare de chemin de fer Oeste et sera ensuite chef-lieu du district de General Viamonte30. La gare se trouve dans les champs qui appartenaient à l’origine à un ancien colon et commerçant de la région, Electo Urquizo, propriétaire d’une épicerie fournissant la tribu voisine de Coliqueo, un cacique pampéen qui, en s’installant dans la région dans les années de 1860, donne son nom au futur bourg31.

  • 32 Archives historiques de géodésie, Duplicata de mesure n° 60, Los Toldos y Testamentaria de Carlos J (...)
  • 33 Le centre peuplé s’est étendu et la gare se trouve actuellement au cœur de la zone urbaine.

54Le nouveau village et l’ejido sont tracés en 1894 par l’arpenteur Mariano Quintana, sur des terres appartenant à Carlos J. Costa32. Le schéma s’approche de celui des villages situés sur le littoral. Ici, la limite imposée est la voie de chemin de fer. L’ejido n’est pas distribué uniformément autour des quatre côtés, mais s’étend vers le sud, en forme de rectangle, et le centre urbain se trouve dans l’extrême nord-ouest de celui-ci33 (cf. schéma 2 ci-après).

Schéma 2. Orientation du village par rapport à l’ejido de Los Toldos

Schéma 2. Orientation du village par rapport à l’ejido de Los Toldos
  • 34 Archives historiques de géodésie, Duplicata de mesure n° 60, Los Toldos et exécuteur testamentaire (...)
  • 35 Ibid., Dossier n° 115, « Ejido de General Viamonte, trazado por el ingeniero E. Mastera », 1932.

55Environ 4 000 ha sont mis à disposition pour délimiter le village et l’ejido, parallèlement aux terres de la tribu, à l’est. Le centre urbain se trouve à environ 7 km des toldos (tentes) de Coliqueo, se trouvant sur la lagune de la Azotea. Il s’étend à l’origine sur environ 200 ha, incluant les 48 manzanas qui entourent la place principale et les 32 quintas, de 3 et 5 ha chacune, autour du village. Les 134 chacras de l’ejido ont une superficie moyenne de 30 ha chacune, tandis que les parcelles du village occupent un quart de manzana (50 m x 50 m), réservant autour de la place des terrains pour l’église, la mairie, l’école et la police34. Au cours des décennies suivantes, l’ejido s’agrandit vers le sud sur les terres des estancias attenantes, étendant la limite à Quintana en 189435. Mais le village et l’ejido sont tracés ensemble et adoptent la régularité des lois territoriales postérieures aux années 1870.

56S’agissant de colonies de population encouragées par l’État, les villages de frontière sont dès le départ créés à partir du modèle régulier prédominant. Toutefois, chacun présente une adaptation spécifique, du fait de l’existence préalable d’un village, d’un fort militaire ou d’une loi spécifique, comme à Chivilcoy.

57L’analyse d’un cas extra-pampéen, comme la colonie Chubut qui peut être considérée comme un grand ejido le long de la vallée du même nom, nous permet d’observer un tracé orienté dans le sens nord-est sud-ouest, différent du quadrillage régulier qui divisait la superficie des territoires nationaux. Entre 1875 et 1876, l’arpenteur Dodds opte pour une solution territoriale permettant une répartition équitable de terres entre les colons. Il s’écarte ainsi de la loi qui propose une grille régulière. Le tracé orienté dans le sens nord-est sud-ouest adopte trois modèles : un premier tracé urbain fondé sur des parcelles carrées dans la haute vallée, un deuxième sur des parcelles rectangulaires dans la basse vallée, et l’incorporation de parcelles triangulaires dans les limites de la vallée, en raison de l’impossibilité de parcelliser au-delà des terres de la vallée [Williams, 2011, p. 101-108]. Autrement dit, la solution adoptée s’éloigne de celle initialement prévue par la loi concernant la superficie minimum et la forme des parcelles.

Conclusion

58Le recours à des sources documentaires, cartographiques et planimétriques montre que le relevé du territoire et la connaissance de la frontière constituent une priorité dans le cadre du plan d’expansion territoriale de l’État. Deux enjeux s’y entremêlent : mettre en place un système clair et ordonné permettant de privatiser la terre et peupler les terres arrachées aux tribus indigènes. Au cours du xixe siècle, la représentation graphique du territoire se professionnalise grâce au développement d’une série de savoirs spécifiques dont l’objectif est d’atteindre une meilleure connaissance du territoire garantissant ainsi le contrôle de l’État. La carte sert non seulement à « connaître » mais aussi à projeter un plan d’action futur pour résoudre un conflit.

59Évoquons ici l’importance de la figure des arpenteurs en tant que négociateurs entre l’État et les localités de frontière. Ce sont des acteurs clés au moment de distribuer des terres publiques à des propriétaires privés. Fonctionnaires, représentant le Département topographique, ils deviennent pour ainsi dire l’agent visible de l’État sur les territoires de frontière. Ils sont toutefois les seuls à prendre les décisions cruciales concernant la subdivision des terres et introduisent souvent des changements par rapport à ce qui est au départ stipulé par les lois ou les instructions de leur service.

60Les lignes droites contribuent à simplifier le travail dans le territoire étendu qu’est la pampa. Ce penchant pour les formes régulières provient non seulement de la pratique simplifiée de traditions héritées, mais aussi de modèles importés, comme celui des États-Unis. Il est également lié à l’idéal de beauté que synthétise la représentation du néoclassicisme, ainsi qu’aux valeurs républicaines, prônant la régularité et l’ordre aussi bien dans le contexte rural qu’urbain.

61C’est à partir des institutions chargées des activités topographiques et cadastrales que s’opère la subdivision des terres publiques sur la base d’une grille régulière. Celle-ci se perfectionne à mesure que de nouveaux hectares sont annexés à la juridiction de l’État.

62Au cours de la première moitié du xixe siècle, la régularité est déterminée par les institutions réunissant des savoirs étatiques territoriaux liés à la tradition des ingénieurs. À partir des années 1850, elle s’impose au moyen de lois sur les terres, tandis que dans le dernier tiers du siècle, elle se concrétise définitivement par une norme proposant un quadrillage du territoire.

63La grille territoriale devient donc une modalité de production du territoire national de la part de l’État, au sein de l’espace non consolidé qu’est la frontière, où les modèles réguliers disposés pour le tracé des fondations urbaines s’adaptent aux besoins et aux réalités spécifiques de la frontière. Le modèle établi est le résultat de pratiques traditionnelles, d’expériences normatives et d’adaptations juridiques, qui aboutissent à une construction fragmentaire du territoire, en dépit des efforts d’unification de l’État, au cours du long processus de territorialisation du xixe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Aliata Fernando, « Las raíces del árbol de la libertad : el legado ilustrado en la fundación de pueblos en la pampa bonaerense durante el siglo xix » [en ligne], Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, 2010 [consulté le 13 mai 2016]. Disponible sur : https://nuevomundo.revues.org/5922

Aliata Fernando, La ciudad regular : arquitectura, programas et instituciones en el Buenos Aires posrevolucionario, 1821-1835, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes/Prometeo, 2006.

Aliata Fernando, « La acción del Departamento Topográfico y las Comisiones de Solares en la consolidación de los poblados bonaerenses. Dolores entre 1831 y 1838 », in Graciela Batticuore, Klaus Gallo et Jorge Myers (dir.), Resonancias románticas : jornadas sobre la historia de la cultura argentina (1810-1880), Buenos Aires, Eudeba, 2005.

Aliata Fernando, « Ejido », in Jorge Francisco Liernur et Fernando Aliata (dir.), Diccionario de arquitectura en la Argentina, Buenos Aires, Clarín Arquitectura, 2004.

Aliata Fernando, Cricelli Susana, Obregón Rosana, Yuln Melina et Zweifel Teresa, « Del programa político a su materialización : las alternativas a la colonización ejidal : Chivilcoy y las tierras de Coliqueo en la frontera bonaerense (1860-1890) », in Bibiana Cicutti (dir.), La cartografía como objeto de cultura : materiales para su discusión, Rosario, Nobuko-A&P, UNR, 2012.

Aliata Fernando et Loyola Omar, « Transformaciones en el hábitat rural : los planos topográficos de Chascomús, 1826-1854 » [en ligne], Mundo Agrario, vol. 10, nº 20, 2010 [consulté le 13 mai 2013]. Disponible sur : http://www.memoria.fahce.unlp.edu.ar/art_revistas/pr.4175/pr.4175.pdf.

Bandieri Susana, Cruzando la cordillera : la frontera argentino-chilena como espacio social, Neuquén, Centro de Estudios de Historia Regional (Cehir), Universidad Nacional del Comahue, 2001.

Banzato Guillermo, « La herencia colonial : moderada composición y remates en Buenos Aires, 1780-1822 », in Graciela Blanco et Guillermo Banzato, La cuestión de la tierra pública en Argentina : a 90 años de la obra de Miguel Ángel Cárcano, Rosario, Prohistoria, 2009.

Banzato Guillermo, « Antiguos debates y nuevos aportes en torno a la legislación sobre ocupación y propiedad de la tierra en la provincia de Buenos Aires hasta 1880 » [en ligne], Anuario del Instituto de Historia Argentina, nº 5, 2005 [consulté le 20 mars 2009], p. 7-45. Disponible sur : http://sedici.unlp.edu.ar/bitstream/handle/10915/12339/Documento_completo__.pdf?sequence=1

Birabent Mauricio, Chivilcoy : la región y las chacras, La Plata, Archives historiques de la province de Buenos Aires, 1941.

Brunet Roger, Ferras Robert et Théry Hervé, Les Mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris, La Documentation française, 1998.

Corboz André, « El territorio como palimpsesto », in Ángel Martín Ramos (dir.), Lo urbano en 20 autores contemporáneos, Barcelone, UPC, 2004.

Cricelli Susana, Obregón Rosana, Yuln Melina et Zweifel Teresa, « La alternativa a la colonización ejidal : el caso de Chivilcoy » [en ligne], Ve Journées internationales d’histoire économique, Association uruguayenne d’histoire économique (AUDHE),
Montevideo, 2011 [consulté le 10 mai 2012]. Disponible sur : http://www.audhe.org.uy/images/stories/upload/simposio%201%20cricelli%20obregn%20yuln%20zweifel.pdf

D’agostino Valeria, « Orígenes y desarrollo de la agrimensura en la provincia de Buenos Aires, Argentina, siglo xix », in Noemí Girbal-Blacha et Sonia Mendonça (dir.), Cuestiones agrarias en Argentina y Brasil, Buenos Aires, Prometeo, 2007.

Di Meo Guy, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998.

Djenderedjian Julio, Bearzotti Sílcora et Martiren Juan Luis, Historia del Capitalismo Agrario Pampeano, t. 6, Expansión agrícola y colonización en la segunda mitad del siglo xix (2 vol. ), Buenos Aires, Teseo-Universidad de Belgrano, 2010.

Garavaglia Juan Carlos et Gautreau Pierre (dir.), Mensurar la tierra, controlar el territorio : América Latina, siglos xviii-xix, Rosario, Prohistoria, 2011.

Gaignard Romain, La Pampa Argentina : ocupación-población-explotación, de la conquista a la crisis mundial (1550-1930), Buenos Aires, Solar, 1989.

Gautreau Pierre et Garavaglia Juan Carlos, « Inventando un nuevo saber estatal sobre el territorio : la definición de prácticas, comportamientos y agentes en las instituciones topográficas de Buenos Aires, 1824-1864 », in Juan Carlos Garavaglia et Pierre Gautreau, Mensurar la tierra, controlar el territorio : América Latina, siglos xviii-xix, Rosario, Prohistoria, 2011.

Gautreau Pierre, Boulier Joël et Cuenot Jean-François, « Catastro, construcción del Estado e institucionalización administrativa en la provincia de Buenos Aires y Uruguay (1820-1870) : enfoques geohistóricos », in Juan Carlos Garavaglia et Pierre Gautreau (dir.), Mensurar la tierra, controlar el territorio : América Latina, siglos xviii-xix, Rosario, Prohistoria, 2011.

Hitepac, compte rendu final du projet « Del programa político a su materialización : las alternativas a la Colonización ejidal. Chivilcoy y las tierras de Coliqueo en la frontera bonaerense (1860-1890) », Universidad Nacional de La Plata, 2010.

Hitepac, compte rendu final du projet « Transformaciones techniques, organización espacial y representaciones del territorio pampeano (1853-1880) », Universidad Nacional de La Plata, 2009.

Infesta María Elena, La Pampa criolla : usufructo y apropiación privada de tierras públicas en Buenos Aires, 1820-1850, La Plata, Archives historiques de la province de Buenos Aires, 2003.

Laera Alejandra, Batticuore Graciela et El Jaber Loreley (dir.), Fronteras Escritas : cruces, desvíos y pasajes de la literatura argentina, Rosario, Beatriz Viterbo, 2008.

Lois Carla, « Técnica, política y deseo territorial en la cartografía oficial de la Argentina (1852-1941) » [en ligne], Scripta Nova : revista electrónica de geografía y ciencias sociales, vol. x, n° 218 (52), Barcelone, Universidad de Barcelona [consulté le 18 mai 2016]. Disponible sur : http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-218-52.htm

Mandrini Raúl, Vivir entre dos mundos : las fronteras del sur de la Argentina, siglos xviii y xix, Buenos Aires, Taurus, 2006.

Martínez Sierra Ramiro, El mapa de las Pampas, t. ii, Buenos Aires, Talleres Gráficos Oficiales, 1975.

Navarro Floria Pedro, « El salvaje y su tratamiento en el discurso político argentino sobre la frontera sur, 1853-1879 », Revista de Indias, vol. 61, nº 222, 2001, p. 345-376.

Navarro Floria Pedro et Nacach Gabriela, « El recinto vedado : la frontera pampeana en 1870 según Lucio V. Mansilla », Fronteras de la Historia, 9, 2004, p. 233-257.

Pérez René, Apuntes para la historia de Junín, La Plata, Achives historiques de la province de Buenos Aires, 1950.

Pesoa Melisa, « Sembrando ciudades : la fundación de ciudades en la provincia de Buenos Aires (1810-1916) », QRU : Quaderns de recerca en urbanisme, nº 4, Barcelone, 2014, p. 98-115.

Pesoa Melisa, « Cien ciudades para la pampa : idea, técnica y construcción de la forma urbana en las nuevas ciudades del siglo xix de la provincia de Buenos Aires », Revista iberoamericana de urbanismo Riurb, nº 7, Barcelone, 2012, p. 3-17.

Reguera Andrea, « La controversia de la propiedad de la tierra : pensamiento, interpretación y realidad », in Graciela Blanco et Guillermo Banzato (dir.), La cuestión de la tierra pública en Argentina : a 90 años de la obra de Miguel Ángel Cárcano, Rosario, Prohistoria, 2009.

Romero José Luis, Latinoamérica : las ciudades y las ideas, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2001.

Roulet Florencia, « Fronteras de papel : el periplo semántico de una palabra en la documentación relativa a la frontera sur rioplatense de los siglos xviii y xix » [en ligne], Revista Tefros, vol. 4, nº 2, 2006 [consulté le 17 mai 2016]. Disponible sur : http://www.hum.unrc.edu.ar/ojs/index.php/tefros/article/view/128/109

Sambricio Carlos, Territorio y ciudad en la España de la Ilustración, vol. 1 et 2, Madrid, Instituto del Territorio y Urbanismo, 1991.

Silvestri Graciela, El lugar commun : una historia de las figuras de paisaje en el Río de la Plata, Buenos Aires, Edhasa, 2011.

Silvestri Graciela, « La vida en clave verde : cambios en las formas de habitar urbana y rural a mediados del siglo xix », Registros 5, nº 5, 2008, p. 16-31.

Silvestri Graciela, « El imaginario paisajístico en el litoral y el sur argentinos », in Marta Bonaudo, Liberalismo, Estado y orden burgués (1852-1880), Nueva Historia Argentina, t. iv, Buenos Aires, Sudamericana, 1999.

Souza Martins José de, « O tempo da fronteira : retorno à controvérsia sobre o tempo histórico da frente de expansão e da frente pioneira » [en ligne], Tempo Social, nº 8, 1996, p. 25-70 [consulté le 18 mai 2016]. Disponible sur : http://www.revistas.usp.br/ts/article/view/86141.

Turner Frederick Jackson, The Significance of the Frontier in American History, New York, Henry Holt and Company, 1893.

Walther Juan Carlos, La conquista del desierto, Buenos Aires, Ed. Universitaria, 1970.

Williams Fernando, « Colonización, espacio público y paisaje en el valle del Chubut : la gestión del territorio entre la política y la poética », thèse de doctorat, Universidad de Buenos Aires, 2011.

Yuln Melina, « Formas territoriales alternativas : tierras, indígenas y Estado en la frontera pampeana del siglo xix », mémoire de master, Universidad Torcuato Di Tella, 2014.

Yuln Melina, « El territorio cuadriculado. La adaptación de un modelo territorial estadounidense en Argentina, 1850-1890 » [en ligne], Nuevo Mundo, Mundos Nuevos, 2012 [consulté le 20 décembre 2012]. Disponible sur : http://nuevomundo.revues.org/64653

Yuln Melina, « Dibujar el territorio y poblar la nación : estrategias de ocupación y transformaciones territoriales en el noroeste pampeano (1852-1870) », vii Jornadas Interdisciplinarias de Estudios Agrarios y Agroindustriales, CIEA, Facultad de Ciencias Económicas, UBA, 2011.

Zeberio Blanca, « Un mundo rural en cambio », in Marta Bonaudo, Liberalismo, Estado y orden burgués (1852-1880), Nueva Historia Argentina, t. 4, Buenos Aires, Sudamericana, 1999.

Zusman Perla, « Geografías históricas y fronteras », in Daniel Hiernnaux et Alicia Lindón, Tratado de geografía humana, Anthropos-UAMI, 2006.

Zweifel Teresa, « Medir lo inconmensurable : los cambios en los procedimientos para relevar la pampa anterior (1796-1895) », thèse de doctorat, Universidad Torcuato Di Tella, 2013.

Haut de page

Notes

1 On entend par « frontière » l’espace intermédiaire entre les territoires contrôlés par l’État d’une part, et par les populations indigènes d’autre part.

2 Les textes littéraires du xixe siècle essentiels sur la frontière sont : La Captive (Esteban Echeverría, 1837) ; Facundo (Domingo Faustino Sarmiento, 1845) ; Une excursion au pays des Ranqueles (Lucio Victorio Mansilla, 1870) ; Le Gaucho Martin Fierro (José Hernández, 1872) ; Juan Moreira (Eduardo Gutiérrez, 1880) ; Croquis y siluetas militares. Escenas contemporáneas de nuestros campamentos (Eduardo Gutiérrez, 1896). Cf. Laera et al., 2008.

3 L’historien nord-américain Frederick Jackson Turner formule, à la fin du xixe siècle, une hypothèse de « frontière nationale » aux États-Unis, afin de définir une frontière qui s’étend sur tout l’ouest du pays, jusqu’à la « fermeture » de celle-ci sur la côte du Pacifique, à la fin du siècle [Turner, 1893].

4 Le discours de propagande du nationalisme du xixe siècle – influencé par des auteurs européens et nord-américains – envisage l’intégration territoriale à travers le rattachement des territoires indigènes, préalablement déclarés vides. À l’hypothèse du vide, utilisée pour qualifier le territoire de la pampa comme un grand « désert » vidé de toute culture, s’opposent le « plein » et la civilisation de la ville.

5 Afin d’éviter les incursions indigènes dans les estancias et les colonies de frontière du sud-ouest de la province de Buenos Aires, Adolfo Alsina, ministre de la Guerre sous la présidence d’Avellaneda, fait construire une tranchée entre 1876 et 1877.

6 N.D.T. : Les ejidos sont des terrains communs conservés en vue de l’expansion urbaine des villages coloniaux.

7 L’objectif de la loi est de permettre à l’immigrant et l’agriculteur d’avoir accès à la terre, écartant le latifundiste susceptible de spéculer sur la valeur à venir de la terre. La loi interdit en effet la vente de grandes superficies à une seule personne et limite les terrains à 25 ha minimum et 400 ha maximum [Yuln, 2012].

8 Cf. l’ouvrage classique de Martínez Sierra [1975]. Pour des travaux plus récents, cf. D’Agostino [2007] ; Aliata [2010], Aliata et Loyola [2010] ; Gautreau et Garavaglia [2011].

9 Dans les Instrucciones a los Agrimensores, sorte de manuel de pratique de l’arpentage, il est fait expressément mention que la profession d’arpenteur ne pourra être exercée qu’avec la reconnaissance préalable du Département topographique : « Art. 1 : Nul ne pourra exercer la profession d’arpenteur officiel sur l’ensemble du territoire de la province, sans avoir été enregistré par le Département topographique. Art. 2 : Les opérations de mesures réalisées par des personnes qui ne sont pas arpenteurs seront considérées nulles et sans effet ; et ceux qui les pratiquent seront sujets à une action en justice pour les dommages qu’ils causent aux particuliers et au fisc. », Instrucciones a los Agrimensores y Colección de Leyes, Decretos y demás disposiciones sobre Tierras Públicas desde 1811 hasta Febrero de 1865, Buenos Aires, Imprenta del Comercio del Plata, 1865.

10 Le Département topographique a publié des registres graphiques de 1830 et 1833 (Registro Gráfico de los terrenos públicos y particulares de la Provincia de Buenos Aires, 1830 y 1833).

11 En 1885, elle est rattachée au ministère des Travaux et des Services publics. Actuellement la Direction de géodésie dépend du ministère des Travaux publics de la province de Buenos Aires.

12 Cette institution a récemment été rebaptisée Institut géographique national (IGN).

13 Domingo Faustino Sarmiento (1811-1888) était un homme politique argentin. Il a été sénateur de la province de Buenos Aires, entre 1857 et 1860, puis président de la République argentine (1868-1874). Il a introduit des idées étasuniennes au cours de la période de formation de l’État argentin. La question du territoire occupe une place centrale dans son œuvre écrite et parlementaire.

14 Dans un article qui analyse la relation entre la propriété de la terre et la pensée des Lumières, Andrea Reguera propose un parcours à travers les contributions intellectuelles de différentes personnalités à l’échelle du pays, d’Azara à Sarmiento, en passant par Juan Hipólito Vieytes, Manuel Belgrano et Juan Bautista Alberdi. Elle établit une corrélation entre l’idéologie du xviiie siècle et l’interprétation juridique transposée à la réalité [Reguera, 2009].

15 Pour reconnaître légalement l’ancienneté de l’occupation des terres, il fallait payer une composición.

16 Les donaciones (donations) sont des terres de l’État distribuées sans obligation de paiement. C’est un système qui s’inscrit dans la tradition des Leyes de Indias (Lois des Indes), dans la mesure où les terres vides sont allouées avec la condition de les peupler.

17 Les enfiteusis (emphytéoses) sont des terres publiques remises en usufruit contre une redevance – la durée du contrat étant de vingt ans minimum. La terre est inaliénable car c’est une garantie de la dette publique. Ce système subit différents changements tout au long de ses vingt ans d’existence et fait l’objet de dispositions complémentaires pour corriger ou pour atténuer les effets non désirables, tels que la formation de latifundios ou le dépeuplement des campagnes [Infesta, 2003 ; Banzato, 2009].

18 L’arrendamiento (location) est un système de location fondé sur la remise de terres publiques en usufruit pour une période de huit ans, afin de repeupler et d’agrandir la région productive.

19 La forte mise en valeur et la spéculation sur les terres nouvelles connaissent un regain entre la Conquête du Désert (1879-1881) et la crise de 1890, au moment où la terre de la pampa est pratiquement privatisée [Gaignard, 1989 ; Zeberio, 1999].

20 Nicolás Avellaneda a été ministre de la Justice et de l’Instruction publique entre 1868 et 1874, sous la présidence de Domingo Faustino Sarmiento.

21 Dans la plaine pampéenne de la province de Buenos Aires, dans l’ancienne zone de population située entre le littoral du Rio de la Plata et le Salado, où les terres n’ont pas été préalablement régulées, le modèle de subdivision prend en compte les particularités hydrographiques ou topographiques qui ne s’accordent pas toujours avec des formes géométriques régulières.

22 Le fonctionnaire colonial Pedro Andrés García souhaitait créer un cadastre rural permettant d’éviter les litiges entre les habitants et d’établir une sorte de « zonification » pour l’utilisation du sol rural, différencié en fonction de l’agriculture et de l’élevage. Il recommandait également d’utiliser les ejidos des villages comme des zones exclusives pour y développer l’agriculture.

23 Pesoa [2014] propose une classification de tracés urbains pour les villes pampéennes, sur la base d’un modèle d’éléments communs.

24 Titre VII, loi 13 : « Les ejidos doivent se trouver à un distance telle que si la population croît, il y ait toujours de l’espace pour que les gens puissent se distraire, et sortir le bétail sans nuire à personne » (Philippe II, Ordenanza 129 de poblaciones) et titre VII, loi 14 : « Les découvreurs et les colonisateurs indiquent des dehesas qui confinent les ejidos pour que le bétail de la boucherie puisse paître, ce que les colons doivent avoir par ordonnance et une certaine quantité supplémentaires pour eux-mêmes ; et s’il y a des terres irriguées, distribuez-les selon la même proportion aux premiers colons, et laissez les terres vides pour que le roi les concède à ceux qui viendraient les peupler ; et enfin que les vice-rois mettent de côté ces terres pour les villages qui n’en ont pas, celles qui leur semblent appropriées. » (Charles Quint en 1523, Philippe II, Ordenanza 130 de poblaciones), Recopilación compendiada de las Leyes de Indias [1846], Imprenta y librería de D. Ignacio Boix, Madrid, p. 393-394.

25 La division en quintas et chacras – unités agricoles consacrées au maraîchage et aux arbres fruitiers – correspond aux terres jouxtant un village. Si leurs superficies ont évolué, depuis les Leyes de Indias (Lois des Indes), le Code rural (1865) et la loi sur les ejidos (1870), les quintas ont une superficie inférieure à celle des chacras.

26 Loi qui divise les terrains communaux des villages de campagne, Buenos Aires, 21 octobre 1870, in Complemento a los Códigos de la República Argentina, Leyes Usuales. Leyes nacionales y leyes de la provincia de Buenos Aires actualmente vigentes, 1885, Félix Lajouane, Buenos Aires, p. 412 et suiv.

27 « Art. 1. Dans chacun des forts situés sur la ligne de frontière, on tracera un carré en suivant la direction générale, dont les côtés sont éloignés de deux lieues de la grande porte ou porte principale du fort, cette extension étant destinée à des solares, pâturages, quintas et terres céréalières. » Décret qui distribuait le terrain des villages de la nouvelle ligne de frontière, Buenos Aires, 28 avril 1828, in Instrucciones a los Agrimensores y Colección de Leyes, Decretos y demás disposiciones sobre Tierras Públicas desde 1811 hasta Febrero de 1865, Buenos Aires, Imprenta del Comercio del Plata, 1865, p. 168 et suiv.

28 Le rapport remis par Pedro Pico en 1864 livre des informations fondamentales pour l’application de la loi, car il revoit et complète les subdivisions et enregistre les habitants antérieurs à la promulgation de la loi de vente de terres de 1857 (Mesures nº 31 et nº 89. District de Chivilcoy. Source : Archives historiques de géodésie).

29 Archives historiques de Junín, tracé original du fort Federación par l’ingénieur Teodoro Schuster (1831).

30 La loi 3106 de 1908 crée le district de General Viamonte et désigne Los Toldos comme chef-lieu. En 1910, la loi 3288 le rebaptise General Viamonte. En 1985, la loi 10282 lui redonne le nom de Los Toldos.

31 Après la mort du cacique Ignacio Coliqueo, la communauté mapuche installée à Los Toldos continue d’être appelée « la tribu de Coliqueo ».

32 Archives historiques de géodésie, Duplicata de mesure n° 60, Los Toldos y Testamentaria de Carlos J. Costa, 1894.

33 Le centre peuplé s’est étendu et la gare se trouve actuellement au cœur de la zone urbaine.

34 Archives historiques de géodésie, Duplicata de mesure n° 60, Los Toldos et exécuteur testamentaire de Carlos J. Costa, 1894.

35 Ibid., Dossier n° 115, « Ejido de General Viamonte, trazado por el ingeniero E. Mastera », 1932.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Emplacement des principales études de cas, reconstruction à partir de la cartographie officielle
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4298/img-1.png
Fichier image/png, 301k
Titre Schéma 1. Orientation du village par rapport à l’ejido
Crédits A : Junín B : Chivilcoy
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4298/img-2.png
Fichier image/png, 132k
Titre Schéma 2. Orientation du village par rapport à l’ejido de Los Toldos
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/4298/img-3.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Melina Yuln, « Les villages de frontière dans le processus de territorialisation de la pampa argentine au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 155-178.

Référence électronique

Melina Yuln, « Les villages de frontière dans le processus de territorialisation de la pampa argentine au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cal.revues.org/4298 ; DOI : 10.4000/cal.4298

Haut de page

Auteur

Melina Yuln

Melina Yuln est architecte. Titulaire d’un master en histoire de l’architecture (Universidad Torcuato Di Tella), elle est doctorante à l’université nationale de La Plata en Argentine (UNLP). Son travail de recherche aborde l’histoire du territoire du xixe siècle en Argentine. Elle enseigne l’histoire de l’architecture à l’UNLP et codirige un projet de recherche sur le territoire de la pampa à l’Universidad Nacional del Noroeste de la Provincia de Buenos Aires (Unnoba).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org