Navigation – Plan du site
Dossier. Gouverner les hommes et les ressources : légitimités et citoyennetés

Mobilisations foncières et logiques d’autonomie des communautés paysannes de l’Urabá colombien (1997-2010)

Movilizaciones territoriales y lógicas de autonomía en las comunidades campesinas del Urabá colombiano (1997-2010)
Land mobilizations and logics of autonomy in local peasant communities of the Colombian Urabá (1997-2010)
Stellio Rolland
p. 113-132

Résumés

Sur la longue période, l’Urabá colombien s’est constitué en tant qu’espace de colonisation agricole et d’exploitation des ressources naturelles : la réserve de terres disponibles (« baldíos de la Nación ») semblait illimitée. Depuis la fin des années 1950, l’État central a été absent de toute forme de régulation socio-politique et économique dans cette région de marge touchée par un contexte de forte conflictualité sociale et guerrière et par une présence considérable du trafic de drogue et de la criminalité organisée. L’Urabá était avant tout perçu comme un espace dévalorisé, voué à la relégation et à la stigmatisation des communautés paysannes locales, souvent accusées de soutenir la guérilla.
Au cours des deux dernières décennies, la tendance à la dévalorisation symbolique de la région s’est progressivement inversée et l’État central a multiplié les tentatives d’ancrage social et de légitimation à l’échelon local. Peu à peu, l’Urabá a émergé en tant qu’espace de développement, de modernisation socio-économique et de protection de l’environnement. L’identité ethnique et culturelle des communautés afro-colombiennes locales s’est progressivement construite avant d’être finalement reconnue par la législation étatique (loi 70 de 1993).
À partir de 1997, dans un contexte d’intensification du conflit armé, plusieurs initiatives locales de résistance à la violence et de regroupement communautaire de petits paysans déplacés ont été soutenues par l’Église et par des ONG. Ces stratégies de survie et de retour collectif sur les terres d’origine ont abouti à la mise en place de projets territoriaux et politiques alternatifs dans des espaces interstitiels. Certaines communautés paysannes ont accédé à la propriété de leurs terres en nom collectif, tout en valorisant la polyculture de subsistance et en contestant l’emprise territoriale détenue par de puissantes entreprises agro-industrielles (plantations de palmier à huile, élevage bovin extensif). À l’échelon local, une société civile s’est peu à peu constituée et plusieurs organisations communautaires ont réussi à exercer des formes d’autonomie tant vis-à-vis des groupes armés irréguliers (guérillas, paramilitaires) que de l’État central.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 30 novembre 2015, accepté le 9 juin 2016.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier tout particulièrement Éric Léonard et Emilia Velázquez pour la confiance qu’ils lui ont accordée, pour leur patience, ainsi que pour leur précieux travail d’élaboration et de coordination de ce projet éditorial. Il souhaite également remercier l’ensemble de l’équipe éditoriale de la revue Cahiers des Amériques latines pour son travail de relecture, de commentaire et d’amélioration de cette contribution.

  • 1 L’usage de guillemets souligne la nécessaire distance critique à prendre vis-à-vis de ces notions s (...)

1« Communauté de paix », « communauté en résistance », « lieu de vie exclusif de la population civile », « communauté d’autodétermination, de vie et de dignité », « zone humanitaire », « zone de biodiversité » : voici quelques-unes des diverses appellations créées pour nommer les espaces protégés du conflit armé délimités dans l’Urabá colombien depuis la fin des années 1990. Depuis l’intensification du conflit armé dans ce secteur du nord-ouest du pays à la fin de l’année 1996, les tentatives se sont multipliées au sein de la société civile locale pour mettre en œuvre des stratégies de regroupement de la population déplacée et terrorisée par la guerre. En effet, la plupart du temps, la population civile s’est retrouvée prise entre les tirs croisés et les affrontements de différents acteurs armés (forces armées étatiques, groupes de guérillas et différentes milices paramilitaires). Nous considérons que ces initiatives de « résistance1 » locale ne furent pas seulement des mobilisations citoyennes contre la violence et la stratégie de déplacement forcé des acteurs armés. Elles ont aussi constitué des cas de mobilisations foncières, socio-économiques et territoriales émergeant depuis la « base », dans des espaces interstitiels. Par ailleurs, dans le temps long, ces initiatives de paix s’insèrent dans le processus de construction mutuelle de l’État central colombien et des communautés rurales.

2Pour comprendre la logique particulière de ces mobilisations sociales et foncières, nous présenterons dans un premier temps le contexte sociopolitique dans lequel ont émergé ces initiatives de résistance à la guerre. Nous décrirons notamment l’intensification du conflit armé dans la région de l’Urabá à partir de la fin de l’année 1996 et l’augmentation du niveau de violence dans des micro-espaces dont le contrôle a fait l’objet d’une compétition exacerbée entre les groupes armés irréguliers. Nous analyserons ensuite la mobilisation de résistance proprement dite et la formation progressive de ces espaces protégés par rapport au conflit armé au niveau local. La mobilisation sociale s’est principalement maintenue par l’engagement continu de leaders communautaires et de groupes de personnes déplacées et par le biais de divers réseaux d’action transnationaux. Nous analyserons enfin les effets produits par la mobilisation sociale des communautés locales et par la délimitation de ces espaces protégés par rapport au conflit armé en Urabá. Dans ce dernier temps, nous mettrons l’accent sur la transformation des identités et des territorialités des habitants locaux qui ont participé à ces formes fragiles d’action collective de résistance et de réappropriation sociopolitique et économique de leur « territoire » perdu au cours de la guerre. Tout au long de cet article, nous nous intéresserons tout particulièrement à la relation complexe qui s’est établie entre ces communautés paysannes adoptant une position de résistance et d’autonomie au niveau local et les différentes formes d’ancrage étatique.

  • 2 Centro de Investigación y de Educación Popular : ONG colombienne fondée en 1972 et dépendant de l’É (...)

3Cette contribution se fonde principalement sur un travail de terrain réalisé en tant que membre de l’équipe locale de l’ONG du Cinep (2003-2005)2 puis au cours de plusieurs missions d’enquête réalisées en Urabá dans le cadre de différents programmes de recherche (en 2006, 2007 et 2009). Mon enquête s’est principalement déroulée dans la partie ouest de l’Urabá, à laquelle on se réfère souvent sous le nom de « Bas Atrato ». Cette région située autour des bourgs de Riosucio et de Carmen del Darién (Curvarado) comprend la vallée fluviale de l’Atrato ainsi que celles de ses principaux affluents (Cacarica, Salaquí, Truandó, Domingodó, Jiguamiandó, Curvaradó, Pedeguita, La Larga, etc.). En raison de l’importance des espaces aquatiques situés dans cette région du Bas Atrato (fleuves, rivières, cours d’eau, marais, lagunes), on se réfère quelquefois à cette région sous le nom de « pays des rivières ».

Le contexte de conflit armé chronique en Urabá

4Historiquement, en Colombie, les régions périphériques du territoire ont été marquées par une forte présence de petits paysans colons, une absence relative des institutions étatiques et des niveaux très élevés de désorganisation sociale et de violence. Ces données permettent de mieux comprendre les situations vécues par les petits paysans de l’Urabá au cours des deux dernières décennies. Au début des années 1980, la réalité sociale de la région se caractérisait par deux traits typiques des régions périphériques de colonisation agricole récente : une fragmentation sociale extrême associée à un haut niveau de violence [Ortiz, 1999]. La combinaison de ces deux facteurs vient accentuer davantage le haut niveau de désorganisation socio-économique. L’existence de ressources économiques importantes dans la zone – bois de coupe, élevage bovin extensif, cultures de marijuana et de coca, plantations bananières et de palmier à huile – conjuguée à la présence ancienne de plusieurs groupes armés irréguliers exerçant un haut niveau d’influence socio-politique et de contrôle territorial ont ouvert la voie à une intensification rapide du conflit armé dans la zone. À partir du milieu des années 1990, le niveau de violence était si important dans la région que l’on pouvait aisément parler d’un contexte de violence généralisée.

5Pendant des décennies, en dépit de sa richesse agricole et de sa localisation géographique éminemment stratégique dans une zone de frontière, la région de l’Urabá a connu une présence très limitée de l’État central, que l’on se réfère aux forces armées ou aux institutions civiles de l’État [Kopytoff, 1987 ; Das et Poole, 2004 ; Léonard, 2004]. Jusqu’au milieu des années 2000 cette présence s’est principalement manifestée à travers des opérations militaires contre-insurrectionnelles et des démonstrations ponctuelles de pouvoir dans certaines zones rurales. Les autorités nationales n’ont jamais réussi à établir des liens de confiance durables avec la population locale et encore aujourd’hui, dans de nombreuses zones, la légitimité de l’État reste très fragile. Les citoyens ne se sentent pas réellement membres d’une « communauté » nationale, au sens où celle-ci donnerait accès à des droits et impliquerait certains devoirs en contrepartie. Les habitants de nombreuses zones rurales d’Urabá restent soumis à des réseaux privés de pouvoir et de clientèle. Des organisations de la société civile au sein de communautés paysannes ont accusé l’État d’avoir fait de nombreuses victimes dans la population et d’avoir noué des alliances avec les groupes paramilitaires, notamment lors de l’opération armée « Génesis » déployée contre la guérilla en décembre 1996.

  • 3 De la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, différents groupes de guérilla ont exerc (...)
  • 4 AUC : Autodefensas Unidas de Colombia. Le processus de négociation entre l’État et les milices para (...)
  • 5 Groupuscules paramilitaires communément appelés en Colombie Bacrim : bandas criminales. Néanmoins, (...)

6En outre, divers groupes armés irréguliers ont successivement exercé leur emprise sur cette région. On dénombre plusieurs mouvements de guérilla jusqu’au milieu des années 19903, puis les milices paramilitaires des AUC4 et du BEC (Bloque Elmer Cárdenas) jusqu’en 2006 et récemment, différents groupuscules5 issus de la démobilisation inachevée des groupes paramilitaires du BEC et du Bloque Bananero. Parmi ces groupuscules rivaux présents en Urabá, on peut mentionner Los Urabeños et Las Aguilas Negras.

7Néanmoins, à partir de la fin des années 1990, l’État central a tenté de consolider sa présence dans cette région stratégique en termes géopolitiques. En effet, l’Urabá est une zone de frontière à de multiples égards : entre deux continents, l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud, entre deux États, le Panama et la Colombie, entre deux océans, l’Atlantique et le Pacifique et enfin à la frontière de plusieurs départements administratifs colombiens, l’Antioquia, le Chocó et le Córdoba.

  • 6 Ce projet titanesque semble aujourd’hui à l’arrêt.

8Pour consolider sa présence dans la région, l’État colombien s’est engagé dans la conception de plusieurs grands projets d’infrastructures : la construction d’un canal interocéanique transitant par la voie fluviale Atrato-Truandó6 et de la portion toujours manquante de la route panaméricaine, la création de nouvelles routes vers l’intérieur du pays et de nouveaux ports en Urabá et finalement, l’agrandissement de certains ports existants comme celui de la ville de Turbo. Ainsi, l’État a cherché à affirmer sa présence et sa souveraineté dans l’ensemble de la région d’Urabá. Il s’est aussi imposé économiquement depuis le début des années 2000 en facilitant l’implantation de diverses compagnies agro-industrielles, notamment dans le secteur des cultures de palmier à huile. Récemment, plusieurs projets d’exploration minière furent impulsés par l’État dans le sud de la région d’Urabá à travers l’octroi de permis de prospection et d’exploitation à des grandes compagnies minières nationales et internationales.

9La violence sociale qui a historiquement touché cette région de récente colonisation agricole, l’importance des ressources économiques de la zone (avec notamment la perspective récente de gains considérables liés aux projets d’exploitation minière) et enfin, le caractère hautement stratégique de cet espace géographique frontalier sont les principaux éléments qui expliquent l’intensité des affrontements entre groupes armés irréguliers et le processus encore inachevé d’ancrage étatique à l’échelon local.

10À partir de 1996-1997, l’avancée rapide du paramilitarisme a mis fin au contrôle historique de la guérilla dans certaines zones telles que l’Urabá. Néanmoins en dépit de leur présence importante, le contrôle exercé par les groupes paramilitaires n’y a jamais été ni définitif ni complet. À cet instant précis, l’ensemble de la région est entré dans un contexte de violence multiple et généralisée [Echandía, 2006 ; Rolland, 2005, 2010, 2012]. Cet extrait d’entretien avec un leader paysan originaire de la rivière Truandó, dans le Bas Atrato permet pleinement de rendre compte de la situation alors vécue par la population :

  • 7 Entretien réalisé à Riosucio en août 2005.

« Nous sommes toujours en train de bouger car c’est la guerre qui nous chasse d’un endroit à un autre ! Lorsque nous étions sur la rivière Truandó, il nous est tombé une véritable avalanche sur la tête et il a bien fallu que l’on se déplace jusqu’à Pavarando. Car par ici, ça bombardait de partout, et c’était bien l’État qui en était à l’origine, car les guérillas et les groupes paramilitaires ne possèdent pas d’avions pour bombarder ainsi ! […] Nous avons dû tout abandonner. Les premiers bombardements ont touché la rivière Salaqui, puis la rivière Truandó. Nous avons alors pensé : vont-ils tous nous tuer jusqu’au dernier7 ? »

11Aujourd’hui, en dépit de la démobilisation des groupes paramilitaires des AUC entre 2003 et 2006, des groupuscules dits « néoparamilitaires » (ou encore « bandes criminelles »), moins visibles et plus divisés, continuent à imposer un contrôle social sur la population de l’Urabá. Au cours de la dernière décennie, une transformation des formes de la conflictualité guerrière s’est produite. D’une violence relativement centralisée, principalement utilisée pour le contrôle territorial de groupes armés bien identifiés et revendiquant des objectifs politiques clairs, la violence s’est faite diffuse, souvent instrumentalisée par une multitude d’acteurs aux contours indistincts et aux stratégies changeantes. Par conséquent, les limites du contrôle territorial et sociopolitique exercé tant par l’armée nationale que par les groupes armés irréguliers sont devenues de plus en plus floues et mouvantes.

12Le principal objectif des groupes armés irréguliers est de dominer la population locale par l’exercice de menaces permanentes, par des stratégies de déplacement forcé et par l’installation de nouveaux habitants soumis à leurs règles dans les zones rurales qui ont été désertées. De cette façon, ils cherchent à consolider leur emprise territoriale et à obtenir le contrôle de l’ensemble des ressources foncières locales.

13Aujourd’hui néanmoins, le contrôle territorial des différents groupes armés irréguliers reste fluctuant. Dans de nombreuses rivières du Bas Atrato, la situation des habitants est devenue éminemment confuse et incertaine en raison de la compétition incessante que se livrent ces groupes pour imposer leur hégémonie. Les habitants peuvent très rapidement passer du statut de « collaborateurs et amis de la guérilla » à celui opposé de « collaborateurs et amis des groupes paramilitaires », sans que cela corresponde à la réalité de leur engagement. Les risques de stigmatisation sociale et d’assignation de la population civile à une identité partisane et guerrière (« ami » ou « ennemi » d’un groupe armé) sont pour ainsi dire permanents.

Délimitation d’espaces protégés face au conflit armé et mobilisations sociales des communautés locales

14Après avoir présenté le contexte particulier de conflit armé chronique en Urabá, nous décrirons à présent le surgissement de plusieurs initiatives dites de résistance qui ont émergé récemment au sein des communautés locales et de la société civile. Elles se sont formées en opposition à la domination des logiques de guerre et au processus de déplacement forcé de la population. Ces mobilisations collectives ont aussi eu une nature foncière marquée : elles ont été un moyen d’exprimer le rejet de certaines communautés du double processus d’usurpation de leurs terres agricoles et d’imposition violente d’un modèle hégémonique de développement. La mobilisation récente des communautés afro-colombiennes en tant que communautés ethniques a en outre témoigné de leur volonté de construire des espaces d’autonomie politique et socio-économique, notamment par rapport à l’État central [Restrepo, 2011 ; Corredor, 2015]. Ainsi, plusieurs types de mobilisation se sont alimentés réciproquement dans la région de l’Urabá à partir de 1997 : processus organisationnels de communautés paysannes déplacées, mobilisations ethniques de communautés afro-colombiennes et revendications paysannes et foncières de petits colons parcellaires.

15Nous décrirons ici plusieurs cas de ces mobilisations collectives – de nature à la fois citoyenne, foncière, socio-économique et ethnique – qui sont nées en réponse au contexte local de quasi-absence de régulation étatique, de conflit armé chronique et d’imposition d’un modèle de développement basé sur l’expansion continue de l’agriculture agro-industrielle.

  • 8 Il est important de remarquer qu’à partir du début des années 2000, les communautés rurales mestiza (...)

16Progressivement, à partir du début des années 1990, un nouveau cadre juridique valorisant la participation démocratique de la population locale s’est mis en place en Colombie. La Constitution politique de 1991, la loi 70 de 1993, appelée « loi de négritudes » et le décret 1745 de 1995 ont permis la reconnaissance officielle des particularités « ethniques » de la population afrodescendante du Pacifique colombien et ont ouvert la voie au processus de titrage collectif des communautés rurales riveraines de cette région8. Ces textes juridiques fondamentaux sont principalement nés en relation avec la lutte des organisations ethnopolitiques afro-colombiennes et du mouvement paysan dans le Pacifique colombien depuis le début des années 1980 [Agudelo, 2004 ; Hoffmann, 2004].

17La mobilisation a permis l’obtention par les communautés du Pacifique colombien de titres collectifs de propriété sur des terres qui, historiquement, avaient été considérées comme des baldíos de la Nación, c’est-à-dire « vides d’habitants », « libres de droits ». Dans le contexte politico-juridique inauguré par la loi 70, les nouveaux « territoires collectifs des communautés noires » du Pacifique devaient être administrés par une autorité locale récemment introduite : le conseil communautaire (consejo comunitario) des communautés afro-colombiennes. Selon la loi, chaque conseil communautaire est censé s’occuper de l’administration du « territoire collectif » de sa communauté et il nomme à sa tête un « représentant légal » (representante legal).

18Depuis la fin des années 1990, les communautés paysannes de l’Urabá se sont mobilisées contre la guerre et elles se sont largement appuyées sur cette nouvelle figure politico-administrative du conseil communautaire pour obtenir davantage de visibilité, exercer des formes de citoyenneté et enfin obtenir des garanties sur leurs droits de propriété collective.

19Entre décembre 1996 et février 1997, près de quinze mille petits paysans abandonnèrent leurs lieux de résidence principalement situés dans les vallées des rivières Domingodo, Salaquí, Truandó, Curvaradó et Jiguamiandó qui furent alors fortement touchées par le conflit armé. Parmi ces personnes contraintes à un déplacement forcé, plus de cinq mille se dirigèrent vers le village de Pavarando située au sud-est de l’Urabá et à l’est de la zone dite du Bas Atrato. Abandonnant la totalité de leurs biens, les petits paysans durent fuir à travers des zones recouvertes de végétation dense et le long de rivières avant de pouvoir arriver à Pavarando.

20À la fin de l’année 1998, plusieurs collectifs de déplacés s’y auto-déclarèrent « communautés de paix » (nommées San Francisco de Asís, Natividad de María et Nuestra Señora del Carmen) et entreprirent un retour collectif et progressif vers leurs terres d’origine, lesquelles étaient pourtant toujours touchées par le contexte de violence. La mobilisation collective des communautés déplacées regroupées dans le campement de Pavarando avait pour objectif principal la défense de la vie de la population civile locale. Leurs leaders exigèrent de l’État la fin des opérations militaires aériennes dans les rivières du Bas Atrato et le respect de ses engagements constitutionnels de protection du retour de la population déplacée vers ses lieux d’origine. La mobilisation sociale des communautés de Pavarando a pu se consolider grâce au soutien important apporté par l’Église et par différentes ONG, tant d’un point de vue matériel que moral et symbolique.

21La mobilisation des collectifs de petits paysans déplacés organisés en « communautés de paix » de Riosucio s’est peu à peu éloignée de la simple logique de refuge et de survie et a pris une dimension de plus en plus territoriale, citoyenne et symbolique. Le rejet des logiques de guerre des groupes armés irréguliers s’est alors mêlé de façon étroite à la construction d’une territorialité « ethnique » et culturelle fondée sur l’exercice de formes d’autonomie et de souveraineté sur les territoires collectifs tels que définis par la loi 70.

22La mobilisation sociale des « communautés de paix » a cherché à obtenir simultanément le titrage collectif de leurs terres – en vertu des droits conférés par la loi 70 –, la reconnaissance officielle de leur identité afro-colombienne et la mise en œuvre d’un développement dit « ethnique », alternatif, autonome et respectueux de l’environnement. En octobre 2003, reflétant l’émergence de ces nouvelles revendications – de nature tant citoyenne que culturelle et foncière – dans la zone du Bas Atrato, le processus des « communautés de paix » du bourg de Riosucio a ouvert la voie à l’apparition d’une nouvelle organisation paysanne de base, l’Association de Conseils Communautaires et d’Organisations du Bas Atrato (Ascoba). Cet extrait d’entretien avec un leader paysan ayant joué un rôle central dans le processus des « communautés de paix » et dans l’émergence de l’organisation Ascoba montre la place prépondérante occupée par la question foncière dans la mobilisation des petits paysans déplacés. Il souligne aussi la très faible légitimité de l’État central au niveau local :

  • 9 Entretien avec un leader paysan originaire de la rivière Curvarado, bourg de Riosucio, département (...)

« Ce n’est pas dans l’intérêt de l’État qu’il y ait des personnes présentes sur les terres qu’elles possèdent et qu’elles soient en train de travailler ! Ce n’est également pas dans son intérêt qu’il y ait deux ou trois paysans qui sèment de la banane plantain et du manioc sur leurs propres terres9. »

23En 1999, après une longue période de négociation avec l’État et à l’issue de plusieurs « dialogues humanitaires » entrepris avec les groupes armés irréguliers, un collectif de personnes déplacées originaires des rivières Cacarica et Atrato forma l’organisation des Communautés d’autodétermination, vie et dignité du Cacarica (Cavida) dans les vallées du Perancho et du Peranchito, deux affluents de la rivière Cacarica. Le 15 décembre 1999, l’État octroya un titre de propriété collective aux communautés paysannes déplacées de la rivière Cacarica.

24En mai 2001, les conseils communautaires des communautés afro-colombiennes des rivières Curvarado et Jiguamiando obtinrent de même des titres de propriété collective de la part de l’État, sous le statut juridique de « terres communes de groupes ethniques ». L’octroi de ces titres s’est fait dans un contexte de forte intensification du conflit armé dans la zone. En vertu de la Constitution de 1991 et de la loi 70 de 1993, les territoires collectifs alloués à ces communautés furent déclarés « imprescriptibles, insaisissables et inaliénables », ce qui constituait une protection juridique très importante pour les paysans de ces deux rivières. En dépit de cette reconnaissance institutionnelle, les situations vécues par la population locale des rivières Cacarica, Curvarado et Jiguamiando restèrent très difficiles. À partir de l’année 2000, plusieurs entreprises forestières et d’exploitation de palmier à huile soutenues par des groupes paramilitaires occupèrent illégalement les territoires collectifs des communautés du Cacarica, du Curvarado et du Jiguamiando et les forcèrent à se déplacer.

25Dans les rivières Curvarado et Jiguamiando, les palmiculteurs commencèrent alors à semer du palmier à huile sur de grandes superficies tout en construisant très rapidement de nombreuses infrastructures sur les territoires collectifs des communautés : routes, canaux de drainage, systèmes de récolte des fruits du palmier à huile, etc. Il faut mentionner ici le rôle significatif joué par les frères Sierra, des entrepreneurs qui étaient directement liés aux dirigeants paramilitaires du Bloque Elmer Cárdenas (BEC). Gabriel Sierra était le président de l’entreprise Palmas de Curvaradó SA, l’une des principales entreprises accusées de financer des groupes armés irréguliers en Urabá et d’avoir semé des milliers d’hectares de palmier sur les terres des communautés afro-colombiennes des rivières Curvarado et Jiguamiando [Ocampo, 2009, p. 180-181].

26Par ailleurs, il est important de remarquer que l’expansion des cultures de palmier à huile correspond à l’une des priorités de politique économique de l’État colombien, mise en œuvre par le biais d’un système de prêts multiples aux palmiculteurs. Grajales [Grajales, 2011, p. 787 ; cf. également sa contribution dans ce numéro] mentionne les cas de deux entreprises ayant investi des sommes importantes dans les rivières Jiguamiando et Curvarado : Urapalma SA et Asoprobeba SA. Elles ont reçu des aides financières importantes de l’État colombien et ont par ailleurs été accusées d’entretenir des liens très étroits avec différents groupes paramilitaires des AUC.

27Ainsi, en réponse à l’intensification du conflit armé, aux achats massifs de terres agricoles par les narcotrafiquants (en vue du blanchiment d’argent) et à l’imposition violente d’un modèle hégémonique de développement fondé sur l’expansion de l’élevage bovin extensif et de la monoculture du palmier à huile, plusieurs centaines de petits paysans déplacés se regroupèrent sur différents sites des rivières Cacarica, Curvarado et Jiguamiando, où ils formèrent des rassemblements communautaires dans ce qu’ils ont eux-mêmes nommé des « zones humanitaires » et des « zones de biodiversité ».

28Dans l’ensemble, les objectifs poursuivis par les participants aux initiatives de l’organisation Cavida dans la rivière Cacarica, ou par ceux des rassemblements communautaires sont similaires à ceux des petits paysans des « communautés de paix » de San Jose de Apartadó ou de Riosucio – fondées en 1997 et 1998. En effet, ces actions collectives qui ont émergé face à une situation inédite de violence ont visé principalement la protection de la population civile et la promotion de la polyculture familiale de subsistance pour freiner l’imposition brutale d’un modèle de développement rural agro-industriel. Ces mobilisations collectives visaient aussi la défense de l’identité ethnique et culturelle des communautés et, finalement, la protection de l’environnement.

  • 10 Résolution juridique relative aux mesures provisoires sollicitées par la Commission interaméricaine (...)

29En mars 2003, une décision juridique supranationale émanant de la Cour interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) donna une impulsion fondamentale à la mobilisation des communautés des rivières Jiguamiando et Curvarado. Dans cet acte juridique, la CIDH mentionnait l’imposition violente dans le Bas Atrato d’un modèle de développement s’appuyant sur l’expansion des cultures de palmier à huile dans les territoires collectifs des communautés locales10. Dans sa résolution, l’institution judiciaire supranationale ordonna à l’État colombien d’intervenir pour protéger les communautés et veiller au respect de l’intégrité de leur territoire collectif.

  • 11 Comision Intereclesial de Justicia y Paz, ONG colombienne très présente depuis le début des années (...)

30La décision de la CIDH a été suivie de plusieurs interventions de la Cour constitutionnelle de l’État colombien. À partir de janvier 2009, celle-ci a exigé des autorités publiques un suivi particulièrement attentif des cas des communautés riveraines des rivières Curvarado et Jiguamiando. Elle ordonna la réalisation de plusieurs enquêtes officielles afin d’obtenir la reconnaissance officielle par l’État d’un processus systématique d’usurpation des terres agricoles des communautés locales par les entreprises d’exploitation du palmier à huile. De fait, à travers l’acte juridique de la Cour constitutionnelle du 26 janvier 2009, l’État colombien ouvrit la voie à la restitution progressive des terres usurpées à ces communautés. Néanmoins, ce processus de restitution n’a pas à ce jour complètement abouti. Grâce au soutien de plusieurs ONG nationales et internationales, dont la CIJP11, les paysans déplacés des « zones humanitaires » et des « zones de biodiversité » des rivières Cacarica, Curvarado et Jiguamiando tentent de revenir progressivement vers leurs lieux d’origine et de récupérer leurs parcelles, leurs fincas. La plupart de ces terres ont fait l’objet d’appropriations illégales par les palmiculteurs et ont été plantées en palmier à huile.

État central/communautés locales de l’Urabá : une relation ambivalente et paradoxale

31Les différents cas de mobilisation sociale évoqués précédemment reflètent clairement le rejet par certaines communautés de l’Urabá des logiques de guerre et de surveillance des acteurs armés, y compris celles déployées par l’État colombien. Ils sont aussi l’expression de formes locales et concrètes de résistance paysanne dans des espaces de marge interstitielle face à l’imposition d’un modèle de développement socio-économique principalement fondé sur l’exploitation continue des importantes ressources foncières de l’Urabá. Ainsi, ces initiatives locales constituent un rejet radical des logiques et des politiques à la fois militaristes et développementistes menées par l’État central depuis la fin des années 1990.

32Néanmoins et de façon paradoxale, ces mobilisations pluridimensionnelles témoignent aussi de l’intensité des demandes de citoyenneté qui se sont manifestées depuis la fin des années 1990 dans cette région périphérique et isolée du territoire national. Ces demandes concernent principalement la présence des institutions civiles de l’État central et l’obtention de garanties juridiques sur leurs droits de propriété collective. Nous entendons le concept de citoyenneté comme le sentiment d’appartenance à un ensemble social plus vaste – une « communauté » nationale – associé au fait concret pour chaque individu de bénéficier des garanties et des ressources qu’offrent les institutions civiles étatiques. La citoyenneté ne suppose pas seulement de jouir d’un certain nombre de droits et d’exercer certains devoirs ; elle implique aussi la reconnaissance d’une forme de dignité que permet l’appartenance de chaque individu à une trame sociale et notamment à la communauté politique nationale.

33Historiquement, les habitants de l’Urabá ont eu un accès très restreint à l’exercice réel de formes de citoyenneté et d’intégration dans la communauté politique nationale. L’identité sociopolitique qui leur a été assignée – en particulier dans les zones rurales – a souvent été éminemment négative. Habitant une région qui fut longtemps reléguée et marquée par la contrebande et le trafic de drogue puis par la violence armée et le déplacement forcé, la population locale a fréquemment été stigmatisée. On l’a souvent accusée de faire partie de la guérilla et, plus généralement, d’être porteuse potentielle des logiques de violence du conflit armé. Ce processus de stigmatisation sociale a été particulièrement fort dans le cas des paysans déplacés du Bas Atrato.

34Comme l’explique bien Michel Agier :

« L’identité des déplacés est généralement honteuse, traquée ou clandestine, elle est marquée par une série de stigmates, dont ceux de la violence et de l’illégalité, reportés avec suspicion par les habitants des zones d’accueil sur les déplacés » [Agier, 2000, p. 103].

35Dans ce contexte troublé, les institutions de l’État central ont longtemps été inexistantes ou abstraites, ne remplissant pas leur rôle de protection et de représentation des habitants de l’Urabá. Ces derniers ont davantage été victimes des logiques de guerre et des stratégies de terreur des groupes armés réguliers et irréguliers que de véritables sujets politiques collectifs. Ils se sont eux-mêmes plutôt identifiés aux réseaux privés de clientèle qu’à des communautés paysannes autonomes, formées par des citoyens reconnus par l’État colombien. Les petits paysans considéraient alors cet État non comme une instance supérieure et légitime, faisant œuvre de régulation sociale et de représentation collective, un acteur neutre en quelque sorte, mais comme « un acteur de plus » dans le conflit armé interne.

36Historiquement, en Urabá, les demandes de citoyenneté et de reconnaissance sociale qui ont émergé furent étroitement liées aux mobilisations foncières des communautés locales et à leurs demandes de garanties sur la propriété de la terre. La plupart des petits paysans qui sont arrivés en Urabá, ceux que l’on a nommés « colons » agricoles, ont occupé de petits lopins de terre – parfois pendant de longues périodes – sans posséder de titres légaux de propriété. Dans cette région de colonisation agricole récente, dans laquelle la mobilité rurale a toujours été très forte, l’accès des petits paysans à la propriété a constamment été incertain et fragile. Les cas de contestation de la possession y sont très fréquents.

37L’obtention d’un titre de propriété collective assignée à un groupe ethnique – ainsi que de diverses garanties sur la propriété de la terre –, a permis aux petits paysans de l’Urabá d’accéder à des formes de citoyenneté, d’insertion socio-économique et d’action protestataire dans l’arène politique locale. En effet, dans l’ensemble des zones rurales colombiennes, c’est avant tout par l’accès à la propriété que les petits paysans ont pu obtenir la reconnaissance d’un statut social, exiger des droits et exercer des formes de citoyenneté et de prise de parole contre la violence.

38Or, à partir du début de l’année 1997, l’intensification du conflit armé dans la zone a conduit à un processus massif de déplacement forcé, d’expropriation des petits paysans et, par conséquent, à une fragilisation extrême de leur sentiment d’appartenance à la communauté politique nationale. Depuis lors, étant donné la compétition incessante entre groupes armés pour le contrôle de micro-territoires, l’accès des paysans à la propriété de la terre est resté précaire. Dans ce contexte de violence, tous les paysans ont été exposés au risque d’être déplacés d’un jour à l’autre et de se retrouver dépossédés à leur tour. Avec la « perte de leurs lieux », selon l’expression de M. Agier [Agier, 2000, p. 92], les déplacés de l’Urabá devaient aussi perdre leur accès à toute forme de citoyenneté et d’appartenance sociale.

39En l’absence de véritable régulation sociale différente de celle établie sur la violence, la stratégie la plus couramment utilisée par les petits paysans pour obtenir un niveau minimum de sécurisation foncière fut de se soumettre directement à un réseau de pouvoir local, à un cacique politique ou à un groupe armé irrégulier. Ainsi, les cas de mobilisation collective et autonome des communautés locales pour obtenir la défense de leurs droits territoriaux – à l’instar de ceux que nous avons décrits plus haut – ont été relativement rares.

40Il n’existe pas aujourd’hui de système effectif de protection juridique qui soit centralisé sous la tutelle de l’État et qui permette de garantir pleinement la propriété de la terre des petits paysans. Dans le Bas Atrato, en dépit de l’introduction de la nouvelle forme administrative du conseil communautaire, la protection des titres de propriété collective des communautés locales demeure très faible. Selon les organisations paysannes, le processus de titrage collectif des terres des communautés du Bas Atrato est encore incomplet et les institutions étatiques en charge de cette question – l’Incoder (Instituto Colombiano de Desarrollo Rural) et le ministère de l’Agriculture – font preuve d’une très faible volonté politique de protection de la propriété collective des petits paysans.

41En outre, dans plusieurs régions, l’administration locale de l’Incoder est restée soumise aux intérêts socio-économiques de réseaux de pouvoir dirigés par des grands propriétaires terriens, dont certains étaient liés à des intérêts mafieux et à des groupes armés irréguliers. Ce parti pris de l’administration foncière pénalise les paysans déplacés. Ainsi, dans différentes rivières de l’Urabá, les territoires des communautés afro-colombiennes qui avaient fait l’objet d’un titrage collectif ont été au même moment usurpés par des grands propriétaires et des firmes agro-industrielles, avec la complicité de groupes paramilitaires et sans que l’État central ne s’y oppose.

42Au cours de la dernière décennie – et en particulier sous l’administration du président Uribe (2002-2010) – l’État colombien a démontré par nombre de ses actions qu’il soutenait pleinement le modèle dominant de l’économie d’hacienda, au détriment des intérêts de la petite paysannerie. Aujourd’hui, le modèle de développement qu’il promeut est basé sur l’expansion de l’élevage bovin extensif, celle des plantations agro-industrielles et du secteur minier principalement. Il s’oppose largement au maintien d’une agriculture familiale, à la préservation de l’intégrité des territoires des communautés afro-colombiennes du Pacifique reconnues par la loi 70 et, enfin, à la protection de l’environnement.

43Face à la politique développementiste de l’État et aux pressions territoriales exercées par les groupes armés irréguliers et par les grandes entreprises agro-industrielles ou d’extraction minière et forestière, la mobilisation sociale en Urabá est néanmoins parvenue à construire plusieurs propositions contre-hégémoniques et alternatives.

44Nous concevons la territorialité comme la représentation sociopolitique et culturelle que produit un groupe social sur un espace particulier. Elle combine de façon complexe différents éléments sociopolitiques et diverses identités. Dans le Bas Atrato, la configuration de plusieurs territorialités de résistance est indissociable du contexte de conflit armé et du processus de déplacement forcé qui a touché la population rurale. Pour les petits paysans déplacés qui ont été déterritorialisés par les groupes armés irréguliers ou étatiques, le « territoire » représente un ensemble de souvenirs liés à la terreur et à la violence qu’ils ont subies eux, leurs parents, ou leurs voisins. Aujourd’hui encore, soit près de deux décennies après la période de violence généralisée, ces représentations négatives des lieux, des villages et des rivières suscitent la peur de nombreux habitants, en particulier dans les zones rurales du Bas Atrato.

45Bien souvent, en raison de la persistance des logiques de violence, l’espace de vie quotidien des communautés paysannes ne correspond pas au « territoire collectif » dont la propriété leur a été officiellement octroyée et garantie par l’État. Il n’est pas plus non plus cet espace vécu de travail et de convivialité dans lequel s’inscrivaient les relations de confiance, de parenté et de voisinage avant l’intensification du conflit armé. L’espace de vie n’est plus qu’un ensemble de micro-territoires, aux frontières floues et changeantes, intensément soumis aux logiques guerrières des acteurs armés. Cet espace a perdu ses valeurs socio-économiques et symboliques fondamentales. Bien souvent, dans les communautés riveraines du Bas Atrato, le « territoire » a pris la forme d’un espace de méfiance et d’une « géographie de la peur », pour reprendre le concept développé par le géographe et anthropologue Ulrich Oslender qui a longtemps travaillé dans le Sud du Pacifique colombien [Oslender, 200, p. 139].

46Dans ce contexte particulièrement troublé, les revendications territoriales et ethniques, la production de plusieurs territorialités de « résistance » et la construction progressive de nouveaux sujets politiques au sein des communautés paysannes ont constitué autant de processus étroitement liés. Divers acteurs sociaux (personnes déplacées par la violence, petits paysans parcellaires, leaders communautaires, organisations de base, représentants de l’Église, ONG internationales et organisations supranationales) ont participé conjointement à la configuration de plusieurs territorialités de résistance à l’échelon local.

47Ainsi, en Urabá, la notion de territorialité de résistance combine plusieurs dimensions : socio-économique et foncière, politique et citoyenne et, enfin, ethnique et symbolique. La dimension socio-économique et foncière de réappropriation par la population locale d’un « territoire » en propriété collective est étroitement liée à sa dimension politique et citoyenne de délimitation d’un espace protégé du conflit armé. Cette réappropriation spatiale « par le bas » est passée par le rejet des logiques de guerre et par la délimitation de plusieurs espaces de refus du modèle de développement fondé sur l’expansion de latifundios agro-industriels.

  • 12 Asociacion Campesina Integral del Atrato : organisation de base implantée dans le sud du départemen (...)

48Les dimensions à la fois socio-économique et politique de la mobilisation locale sont inséparables de sa nature ethnique et symbolique. Les initiatives de résistance des communautés déplacées de l’Urabá se situent dans le prolongement des revendications socio-économiques, ethniques et culturelles des communautés afro-colombiennes du Pacifique, notamment celles qui ont été portées par l’organisation de base ACIA à partir de la fin des années 198012. Celle-ci a exigé de l’État central qu’il reconnaisse la différence culturelle et ethnique des communautés afro-colombiennes ainsi que leurs liens avec leur environnement « naturel » et le caractère « traditionnel » de leurs pratiques productives.

49Dans la lignée de la loi 70 et des revendications de l’ACIA, les initiatives de résistance dans l’Urabá ont cherché à mettre l’accent sur les pratiques dites « traditionnelles » de production, en valorisant la polyculture de subsistance et la gestion dite « durable » des ressources. Par ailleurs, dans une logique de valorisation identitaire et culturelle, ces pratiques productives, ainsi que le projet de gestion autonome des territoires des communautés, ont été étroitement associés à l’« identité ethnique » afro-colombienne de la population.

Conclusion

50À partir de 1997, les mobilisations sociales contre la violence en Urabá ont permis à des collectifs de petits paysans déplacés de délimiter plusieurs espaces de refuge et de survie, puis de réinstallation communautaire et de réappropriation progressive de parcelles de terre perdues au cours du conflit armé. Cette mobilisation sociale de résistance à la guerre s’est produite dans les marges de l’État et du territoire colombien, dans des espaces d’interstice et dans des situations dites « de frontière ». Elle a permis aux habitants de faire valoir leurs droits en tant que « population civile » et en tant que « communautés ethniques », sujettes de droits collectifs et propriétaires légitimes de « territoires collectifs ».

51Dans des lieux que l’on pourrait qualifier d’espaces d’exception, ces communautés sont parvenues à rejeter le modèle de développement dominant et soutenu par l’État colombien, fondé sur l’expansion de l’agriculture agro-industrielle et de l’industrie minière. Ces collectifs de petits paysans déplacés ont exercé des formes réelles d’autonomie en mettant en œuvre des projets de développement local et alternatif s’appuyant sur la promotion de l’agriculture familiale de subsistance et inspirés du modèle de l’auto-gestion communautaire.

52Il faut toutefois veiller à relativiser le niveau d’autonomie sociopolitique des collectifs de paysans déplacés, leur relation à l’État restant souvent ambivalente et éminemment paradoxale. Certes, les « zones humanitaires » et les « zones de biodiversité » des rivières Cacarica, Curvarado et Jiguamiando rejettent toute forme de présence étatique, en raison notamment des nombreux cas d’alliance entre forces armées colombiennes et groupes paramilitaires durant la période d’intensification du conflit armé. Néanmoins, dans ces mêmes espaces de résistance, il existe de façon contradictoire de fortes demandes d’État et d’exercice de la citoyenneté, notamment en ce qui concerne la protection des droits territoriaux collectifs des communautés.

53En dépit de leurs succès indéniables, il est important de mentionner les limites de ces territorialités paysannes de résistance. La portée des initiatives locales n’a souvent pas réussi à dépasser le stade symbolique. Les espaces protégés de la guerre ne se sont pas fixés de manière définitive, à de nombreuses reprises, les groupes armés irréguliers ont continué à y circuler et y à imposer leur emprise et leur violence sur les habitants.

54Ces projets politiques et territoriaux alternatifs se caractérisent par leur fragilité. Au cours des dernières années, des réseaux complexes associant des mouvements de l’Église et de la société civile colombienne, des acteurs étatiques et des ONG internationales, ont accompagné de près la mobilisation sociale et ont joué un rôle fondamental dans l’émergence de ces projets. Certaines des initiatives de résistance à la guerre ont pu se maintenir uniquement grâce à ces réseaux et restent extrêmement dépendantes d’eux.

55Finalement, cette présence de la société civile et de divers acteurs internationaux dans les zones rurales de l’Urabá a largement transformé le processus de construction étatique. La nature non étatique et en partie déterritorialisée de la mobilisation sociale locale en Urabá a transformé les relations historiques de coproduction mutuelle qui lient les communautés locales à l’État central. Au cours des dernières années, le processus de formation et d’ancrage de l’État colombien à l’échelon micro-local s’est largement transformé. Dans l’exercice quotidien de sa souveraineté, l’État a dû prendre en compte la montée en puissance de divers acteurs non étatiques transnationaux (mouvements d’Église, leaders associatifs, ONG, acteurs environnementaux) qui ont largement pris part au façonnement des territoires et des arènes locales de l’Urabá.

56Depuis le début des années 2000, les initiatives de paix locales sont parvenues à transformer « par le bas » les modalités habituelles d’ancrage et de légitimation étatique. En janvier 2009, la décision juridique de la Cour constitutionnelle colombienne, en se positionnant en faveur de la protection des droits territoriaux des communautés des rivières Curvarado et Jiguamiando, a témoigné de la consolidation de la présence des institutions civiles de l’État colombien à l’échelon local. Désormais, celui-ci ne peut ignorer ni l’existence de ces enclaves protégées ni la montée en puissance dans son agenda politique de certaines thématiques globales, telles que la protection de la population civile, la défense des droits territoriaux des communautés ethniques, l’exercice de formes nouvelles d’autonomie à l’échelon local et enfin, la protection de l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel, « Perte de lieux, dénuement et urbanisation : les desplazados de Colombie », Autrepart, n° 14, Armand Colin/IRD, 2000, p. 91-105.

Agudelo Carlos, Politique et populations noires en Colombie : enjeux du multiculturalisme, Paris, L’Harmattan, 2004.

Corredor Jessica, « Exercer sa citoyenneté par le droit à la terre : les zones humanitaires et de biodiversité dans le Bas Atrato en Colombie », thèse de doctorat en socio-anthropologie, université Paris-Diderot, 2015.

Das Veena et Poole Deborah, Anthropology in the Margins of the State, Santa Fe, School of American Research Press, 2004.

Echandía Castilla Camilo, Dos décadas de escalamiento del conflicto armado en Colombia 1986-2006, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2006.

Grajales Jacobo, « The Rifle and the Title: Paramilitary violence, Land Grab and Land Control in Colombia », Journal of Peasant Studies, n° 38 (4), 2011, p. 771-792.

Hoffmann Odile, Communautés noires dans le Pacifique colombien : innovations et dynamiques ethniques, Paris, IRD/Karthala, 2004.

Kopytoff Igor, « The Internal African Frontier: the making of African Political Culture », in Igor Kopytoff (dir.), The African Frontier: The Reproduction of Traditional African Societies, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 1987, p. 3-84.

Léonard Éric, « La réforme agraire mexicaine comme processus de frontière : logiques d’autonomisation, ancrage de l’État et production institutionnelle dans la région des Tuxtlas », in Jean-Pierre Chauveau, Jean-Pierre Jacob et Pierre-Yves Le Meur (dir.), Gouverner les hommes et les ressources : dynamiques de la frontière interne, Autrepart, n° 30, Armand Colin/IRD, 2004, p. 97-116.

Ocampo Valencia Sebastián, « Agroindustria y conflicto armado : el caso de la palma de aceite », Colombia internacional, n° 70, Universidad de los Andes, 2009, p. 169-1990.

Ortiz Sarmiento Carlos Miguel, Urabá : tras las huellas de los inmigrantes, 1955-1990, Bogotá, ICFES, 1999.

Oslender Ulrich, « La lógica del río : estructuras espaciales del proceso organizativo de los movimientos sociales de comunidads negras en el Pacífico colombiano », in Mauricio Pardo (dir.), Acción colectiva, Estado y etnicidad en la región del Pacífico colombiano, Bogotá, ICANH, 2001, p. 123-148.

Restrepo Eduardo, « Etnización y multiculturalismo en el Bajo Atrato », Revista colombiana de antropología, n° 47, vol. 2, 2011, p. 37-68.

Rolland Stellio, « Mobilisation de résistance au conflit armé dans le nord-ouest de la Colombie : de l’opération “communautés de paix” à la mise en place des “zones humanitaires” », in Rémy Bazenguissa-Ganga et Sami Makki (dir.), Sociétés en guerres : ethnographies des mobilisations violentes, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2012, p. 145-165.

Rolland Stellio, « Los actores étnicos en la regulación política del Bajo Atrato colombiano », in Fernan González et Claire Launay-Gama (dir.), Gobernanza y conflicto en Colombia : interacción entre gobernantes y gobernados en un contexto violento, Bogotá, Pontificia Universidad Javeriana-Cinep-IRG, 2010, p. 117-128.

Rolland Stellio, « Los Consejos Comunitarios de las comunidades negras : ¿nueva forma de hacer política en el Bajo Atrato ? », Controversia, n° 184, Cinep, 2005, p. 85-103.

Haut de page

Notes

1 L’usage de guillemets souligne la nécessaire distance critique à prendre vis-à-vis de ces notions surmobilisées dans le contexte du déplacement, distance que j’assume sans répéter l’usage des guillemets qui alourdissent le texte.

2 Centro de Investigación y de Educación Popular : ONG colombienne fondée en 1972 et dépendant de l’Église – et plus spécifiquement de la congrégation jésuite – et agissant principalement dans le domaine des droits de l’homme dans différentes régions rurales particulièrement touchées par le conflit armé.

3 De la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990, différents groupes de guérilla ont exercé leur emprise sur la région de l’Urabá, souvent de manière simultanée : les FARC (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia), l’ELN (Ejército de Liberación Nacional) et l’EPL (Ejército Popular de Liberación). En 1991, des négociations de paix avec le gouvernement ont abouti à la démobilisation de l’EPL. Aujourd’hui, c’est la guérilla des FARC qui exerce la présence la plus importante en Urabá et dans le Bas Atrato, en plus de celle, intermittente, mais croissante, de l’ELN dans certaines rivières du Bas Atrato. Néanmoins, la guérilla des FARC, qui a exercé une présence très importante en Urabá et dans le Bas Atrato pendant plusieurs décennies, va probablement se démobiliser étant donné le processus en cours de négociation avec le gouvernement mis en place depuis 2012.

4 AUC : Autodefensas Unidas de Colombia. Le processus de négociation entre l’État et les milices paramilitaires des AUC (2003-2007) a abouti à la démobilisation partielle et inachevée de ces groupes armés irréguliers.

5 Groupuscules paramilitaires communément appelés en Colombie Bacrim : bandas criminales. Néanmoins, cette appellation « officielle » contribue à minimiser la dimension politique de ces groupes armés irréguliers.

6 Ce projet titanesque semble aujourd’hui à l’arrêt.

7 Entretien réalisé à Riosucio en août 2005.

8 Il est important de remarquer qu’à partir du début des années 2000, les communautés rurales mestizas du Bas Atrato, aussi désignées par le terme à connotation plus péjorative de chilapas – les deux appellations désignant la population paysanne originaire des départements du Córdoba et d’Antioquia installée dans celui du Chocó – se sont jointes à la mobilisation foncière des communautés afro-colombiennes locales. Elles ont ainsi pu obtenir des titres de propriété collective, notamment le long des rivières Cacarica, Salaquí, Jiguamiandó et Curvaradó.

9 Entretien avec un leader paysan originaire de la rivière Curvarado, bourg de Riosucio, département du Chocó, réalisé en juillet 2009.

10 Résolution juridique relative aux mesures provisoires sollicitées par la Commission interaméricaine des droits de l’Homme concernant la République de Colombie, cas des communautés du Jiguamiando et du Curvarado, 6 mars 2003.

11 Comision Intereclesial de Justicia y Paz, ONG colombienne très présente depuis le début des années 2000 auprès des communautés rurales des rivières Cacarica, Curvarado et Jiguamiando.

12 Asociacion Campesina Integral del Atrato : organisation de base implantée dans le sud du département du Chocó. À partir de 1987, cette organisation mena une lutte importante contre l’exploitation des ressources foncières des communautés paysannes par des entreprises de bois de coupe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stellio Rolland, « Mobilisations foncières et logiques d’autonomie des communautés paysannes de l’Urabá colombien (1997-2010) », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 113-132.

Référence électronique

Stellio Rolland, « Mobilisations foncières et logiques d’autonomie des communautés paysannes de l’Urabá colombien (1997-2010) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/4286 ; DOI : 10.4000/cal.4286

Haut de page

Auteur

Stellio Rolland

Stellio Rolland est doctorant en anthropologie sociale à l’EHESS. Ses recherches portent sur les mobilisations sociales des communautés paysannes déplacées dans le contexte du conflit armé colombien. Il a participé à plusieurs programmes de recherche transdisciplinaires et publications scientifiques financés par l’ANR (Agence nationale de la recherche) et portant sur les personnes réfugiées, déplacées et les demandeurs d’asile. Il a notamment contribué à l’ouvrage Réfugiés, sinistrés, sans-papiers : politiques de l’exception (Téraèdre, 2012). Il a récemment participé à un groupe de recherche portant sur la diffusion de la forme-camp à l’échelle mondiale (Un monde de camps, La Découverte, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org