Navigation – Plan du site
Dossier. Gouverner les hommes et les ressources : légitimités et citoyennetés

Transformation de l’espace et privatisation des ressources communautaires au Pérou

Transformacion del espacio y privatización de los recursos comunales en el Perú
Transformation of space and privatization of communal resources in Peru
María Luisa Burneo
p. 53-72

Résumés

Cet article présente une analyse de la manière dont a pris forme la relation entre l’État péruvien et les communautés paysannes tout au long d’une histoire de reconnaissance, de protectionnisme et de spoliation. Il se concentre sur les changements qui se sont produits à partir des réformes néolibérales des années 1990, notamment la libéralisation du marché des terres communautaires pour faciliter l’expansion des investissements privés sur leurs territoires. En se focalisant sur les communautés du bosque seco de la côte péruvienne, l’article utilise trois études de cas pour montrer la façon dont la confluence des actions étatiques, des entreprises privées et les réponses des communautés, donne lieu à la transformation de l’espace et ses règles d’appropriation et contrôle, mais aussi à une transformation des lieux vécus et produits tout au long d’une histoire collective qui sous-tend la légitimité de l’institution communale même.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 27 octobre 2015, accepté le 11 avril 2016.

Texte intégral

  • 1 Recensement national agricole, 2012.

1L’histoire rurale péruvienne compte parmi ses principaux protagonistes les « communautés paysannes », institutions dont l’origine remonte souvent à la période coloniale et, dans certains cas, aux processus ultérieurs de réforme agraire (en 1969 est promue la loi de réforme agraire péruvienne) et de restructuration des terres dans les années 1980. À l’heure actuelle, il existe 6 277 communautés qui sont propriétaires de plus de 40 % de la superficie agricole nationale1. Néanmoins, l’origine, les attributions et les fonctions actuelles de ces organisations sont méconnues, en particulier chez les politiciens et les fonctionnaires publics. Le président de la République élu en 2011, Ollanta Humala, fait lui-même preuve de cette méconnaissance en proférant une série d’incongruités à leur sujet sur la chaîne de télévision publique :

  • 2 Déclaration du président sur la chaîne TV Péru, avril 2013.

« Du fait du processus de migration vers la côte où se trouve 60 % de la population, il n’y existe pratiquement pas de communautés natives. Quelles sont-elles ? Chilca par exemple [district côtier] n’en est pas une […]. Dans les Andes, ce sont pour la plupart des communautés agraires, issues de la Réforme agraire, etc. Elles se trouvent donc surtout dans des zones de l’Amazonie, avec ces populations qu’on appelait anciennement non contactées2. »

  • 3 L’intention du président était de nier l’existence sur la côte et dans les Andes de communautés aut (...)

2La confusion que traduit cette citation3 – et que nous tenterons de dissiper dans les pages qui suivent – servira de point de départ au développement de la thèse de cet article : la relation entre l’État et les communautés paysannes au Pérou s’est développée à partir de la méconnaissance de l’histoire de ces institutions mais aussi de l’intérêt de l’État et du secteur privé qui désiraient accéder aux ressources communautaires et les contrôler. La citation révèle aussi l’objectif qui s’est dessiné dans les politiques publiques depuis les réformes néolibérales des années 1990 : déplacer les communautés en tant que sujet de droit et annuler la protection de leurs territoires. Les réformes légales que l’État péruvien a favorisées depuis visent à libéraliser le marché des terres communautaires. Elles ont transformé non seulement les règles régissant l’accès à ces terres et leur utilisation, mais aussi la relation politique et de reconnaissance entre l’État péruvien et ces communautés.

3Cet article analyse la relation entre l’État péruvien et les communautés paysannes tout au long d’une histoire conflictuelle de reconnaissance, de protection et de spoliation. À partir du cas de deux communautés de la côte nord péruvienne, nous verrons aussi comment cette relation redéfinit les formes d’appropriation de l’espace et de contrôle du territoire de la part des sujets.

Reconnaissance, protection et spoliation : l’État péruvien et les communautés paysannes

  • 4 Villages où les Espagnols ont placé les populations indigènes qui ont survécu à la conquête.

4Les antécédents de la relation entre l’État péruvien et les communautés indigènes – appelées aujourd’hui « paysannes » – remontent à la période coloniale et à la réorganisation de l’espace pour contrôler la main-d’œuvre et les impôts indiens. Dans une large mesure, la construction de l’État au Pérou est liée à une économie de rente et a reposé sur l’exploitation des ressources naturelles [Thorp et Bertram, 1985]. La création des comunes ou reducciones d’indiens4 au xvie siècle avait pour but de regrouper des populations de différents groupes autochtones de la côte et des Andes, qui s’étaient réduites en nombre après la conquête, vers 1572, et qui devenaient ainsi des indiens tributaires de la couronne [Remy, 2013, p. 8]. Cette nouvelle organisation de l’espace et de la population s’est aussi traduite par la classification des groupes en tant qu’« indiens » dans un ordre colonial à la fois homogénéisant et exclusif. Ils se sont vu attribuer des territoires délimités, dont allait découler par la suite l’institutionnalisation de plusieurs communautés paysannes – mais pas de la totalité d’entre elles. Le paradoxe de cette réorganisation, c’est qu’elle est aussi à l’origine de la protection des terres communales qui visait à garantir les bases économiques de la perception des impôts.

5Au début de la République (1821), la population autochtone et les terres communautaires ont subi le flux de décisions très changeantes, allant de mesures réformistes – telles que l’élimination du tribut autochtone au nom de la création d’un État moderne – à la restauration de dispositions coloniales par des régimes plus conservateurs, pour aboutir à leur élimination définitive en 1854 [Remy, 2013]. Personne n’a cependant pensé à ce qu’il adviendrait plus tard des territoires des « communes » d’indiens, que se sont appropriés des milliers de familles se consacrant à l’agriculture et à l’élevage, et où s’étaient consolidés des régimes fonciers, des systèmes de vie et de gouvernement complexes, mais qui n’étaient pas légalement protégés ni reconnus par l’État en formation. Ainsi, à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, des fonctionnaires locaux et des familles puissantes ont commencé à envahir les terres communautaires, à travers différents mécanismes de spoliation, pour y établir de grands latifundia [Burga, 1976 ; Burga et Manrique, 1990 ; Matos Mar, 1976 ; Remy, 2013].

  • 5 « L’État protège l’état autochtone et édictera des lois spéciales pour son développement, sa cultur (...)

6Au début du xxe siècle, parallèlement au développement du courant indigéniste péruvien dans la littérature, les arts et les sciences sociales, il y eut des soulèvements contre l’invasion des terres communautaires et les abus commis par les propriétaires d’haciendas. Dans ce contexte, le nouveau gouvernement et la Constitution de 1920 reconnurent formellement les communautés autochtones en leur donnant le nom de comunidades indígenas et instaurèrent le premier registre officiel des communautés5.

  • 6 Il s’agit de l’un des débats les plus importants au Pérou depuis cinq ans. En 2011, le ministère de (...)

7Par la suite, la Constitution de 1933 allait réaffirmer la protection des terres des communautés, les qualifiant d’imprescriptibles, inaliénables et insaisissables [Del Castillo, 1997 ; Castillo, 2009]. Cela ne veut pas dire que les communautés indigènes n’existaient pas avant cette reconnaissance, comme tente de le faire croire le discours néolibéral au Pérou, mais que ce n’est qu’à cet instant que l’État républicain les a désignées ainsi, officialisées en tant qu’entités dotées d’une personnalité juridique et de droits de propriété. La dénomination « communauté indigène » apparaît ainsi comme une catégorie politique et juridique, mais son histoire d’appropriation de l’espace et son organisation est issue de processus historiques plus larges. Et bien que ce soit l’État qui leur ait attribué cette étiquette, aujourd’hui, c’est ce même État qui ne veut pas les reconnaître comme telles pour ne pas avoir à appliquer la consultation préalable établie dans la Convention 169 de l’OIT. Or, si les 6 277 communautés paysannes de la côte et des Andes étaient reconnues comme peuples autochtones, elles devraient être consultées au sujet de tous les projets d’exploitation minière et d’hydrocarbures qui empiètent sur leurs territoires6.

8Cela dit, l’histoire de cette relation et des changements dans les règles régissant l’utilisation et le contrôle des ressources communautaires est plus complexe. Pendant la réforme agraire entreprise en 1969, le gouvernement dit révolutionnaire du général Velasco Alvarado (1968-1975) change la dénomination des communautés indigènes, tentant de déplacer un terme symboliquement chargé d’une histoire de domination et d’abus, et les renomme « communautés paysannes » (comunidades campesinas).

  • 7 Ces organisations ont été formées par les paysans et les travailleurs des haciendas qui ont bénéfic (...)

9La réforme agraire a marqué la fin d’une longue période où les haciendas traditionnelles contrôlaient non seulement de grandes étendues de terre dans plusieurs zones du pays mais incarnaient aussi un ordre économique, politique et social dominé par l’oligarchie terrienne [Montoya, 1989 ; Eguren, 2009]. Les terres expropriées ont été concédées aux travailleurs permanents des haciendas, selon un modèle d’entreprise associative : coopératives agraires de production sur la côte et sociétés agricoles d’intérêt social dans les Andes7. Environ 10 % des terres agricoles récupérées ont été restituées à des communautés paysannes déjà existantes [Caballero et Alvarez, 1980]. Par la suite, les entreprises associatives ont fait face à des problèmes internes de gestion, qui, conjugués à la crise économique des années 1980, ont entraîné la parcellisation de leurs terres et leur dissolution progressive [Melmed-Sanjak et Carter, 1991]. Vers la fin des années 1980, plusieurs communautés paysannes avaient pu élargir leur emprise foncière, parfois en incorporant des terres ayant appartenu aux entreprises associatives dissoutes ou, dans d’autres cas, à travers des luttes pour la récupération de terres [Castillo, 2005]. Dans le cadre de ce processus, des milliers de familles paysannes se sont regroupées légalement sous forme de communauté pour bénéficier d’une meilleure reconnaissance et d’une protection de leurs terres. Ainsi, plusieurs nouvelles communautés paysannes ont été enregistrées pendant les années 1970 et 1980, s’ajoutant à celles qui existaient déjà. Il est par conséquent incorrect d’affirmer qu’au Pérou les 6 277 communautés en place ont une même origine ou s’inscrivent dans un processus historique identique, tout comme il est inexact de dire qu’elles sont une invention de la réforme agraire, ce que soutiennent des politiciens et des entrepreneurs privés pour nier leur légitimité. Leur taille, leur origine et leur date de constitution sont variées et s’inscrivent dans différents processus historiques d’appropriation territoriale et de réformes étatiques.

10Il est important de préciser qu’il s’agit ici de communautés qui se trouvent sur la côte et dans les Andes péruviennes ; les collectifs autochtones de l’Amazonie ont connu un autre processus historique – que nous ne traiterons pas ici – et ne faisaient pas partie des comunes d’indiens (contraints de payer des impôts) à l’époque coloniale et lors des premières années de la République. Mentionnons seulement que ces collectifs ne relevaient pas de ce système socio-juridique et n’étaient pas reconnus par l’État en 1920. Une partie d’entre eux – appartenant à différentes familles ethnolinguistiques amazoniennes – a été regroupée tardivement par le gouvernement militaire sous la dénomination juridique de « communautés natives » (1974), se voyant attribuer un territoire délimité et un système de gouvernement qui reprenait plusieurs éléments du modèle des communautés paysannes et ne correspondait pas à leur configuration géopolitique antérieure.

  • 8 Il faut préciser que, dans le cas péruvien comme dans de nombreuses constitutions latino-américaine (...)

11Dans le cas de la côte nord du Pérou, région sur laquelle porte la deuxième partie de cet article, il existe d’anciennes communautés qui étaient à l’origine formées principalement par des groupes autochtones tallán, dont l’histoire remonte aux reducciones d’indiens du xvie siècle et qui ont été enregistrés comme communautés indigènes au début du xxe siècle. Cependant, dans ces communautés, la langue tallán et les dialectes locaux, comme le sec, avaient disparu dès la fin du xixe siècle. Elles sont aujourd’hui propriétaires de centaines de milliers d’hectares de terres de maquis (bosque seco) correspondant à l’écosystème du désert de la région de Piura. C’est sur ces terres que se développe actuellement l’agro-industrie de biocarburants et dans leur sous-sol que se trouvent des gisements de pétrole et de gaz8. Ces processus de mise en exploitation ne sont pas exclusifs des terres des communautés paysannes mais s’étendent à l’ensemble de l’espace rural dans plusieurs régions de la côte désertique du Pérou [Mesclier, 2009 ; Auquier et al., 2013 ; Marshal, 2014].

  • 9 Une majorité des deux tiers de l’ensemble des comuneros était requise auparavant. En 2015, un nouve (...)
  • 10 Avec la loi 26845, les entrepreneurs privés peuvent déclarer à l’abandon des terres en friche, récl (...)

12C’est sous le régime du président Fujimori, dans les années 1990, qu’a commencé la grande réforme néolibérale du cadre légal de régulation de l’accès aux terres, qui visait à promouvoir l’investissement, y compris sur le territoire des communautés paysannes et natives [Del Castillo, 1997]. Avec la Constitution de 1993, les terres des communautés paysannes ont cessé d’être inaliénables. Cette même constitution a éliminé la limite de superficie en propriété individuelle instaurée par la réforme agraire, ouvrant ainsi la porte à la nouvelle concentration foncière [Eguren, 2013]. Par la suite, en 1995, la « loi de promotion de l’investissement dans des activités économiques sur le territoire national et sur les terres des communautés paysannes et natives » (connue sous le nom de Ley de tierras) a ouvert aux communautés paysannes la possibilité de louer leurs terres, de les hypothéquer ou de les vendre à des intérêts privés, si c’était la décision des deux tiers des comuneros inscrits sur leur registre. C’est toutefois la loi relative à l’octroi de titres fonciers aux communautés de la côte qui a introduit les changements les plus critiques pour l’avenir des terres en friche de ces communautés. L’un de ses articles détermine notamment que l’approbation de 50 % des comuneros possesseurs est suffisante pour décider de l’avenir des terres d’usage commun9. De plus, une série de mesures a été introduite pour permettre que les terres communales non cultivées soient déclarées terres « à l’abandon » et restituées à l’État [Castillo, 2009 ; Burneo, 2011]10. Grâce à ces mécanismes, l’État a confisqué des centaines de milliers d’hectares de terrains communaux en friche, au profit de projets d’irrigation notamment, comme dans la communauté de Santo Domingo de Olmos [Auquier et al., 2013].

13Assurant la continuité du modèle économique, les gouvernements au pouvoir depuis 2001 ont encouragé l’investissement dans les biocarburants à travers une série de mesures, dont l’adoption en 2003 de la loi de promotion du marché des biocarburants, qui vise à faciliter l’établissement d’entreprises agro-industrielles et extractives sur les terres de la côte et des Andes péruviennes. Après vingt-cinq ans de réformes néolibérales, le décret-loi 1192 de 2015 pourrait porter un coup définitif aux terres communautaires, en permettant l’expropriation de terres de communautés paysannes et natives pour la mise en œuvre de projets publics d’infrastructure.

14Les communautés ont toutefois bâti parallèlement leur propre histoire d’appropriation territoriale et une structure politique conjuguant les modalités posées par la législation péruvienne avec leurs relations sociales et de pouvoir antérieures. Au long de cette histoire, elles ont aussi développé des identités communales et territoriales, ainsi que des mémoires de luttes et de défense de la terre. Comme l’a signalé Alejandro Diez, les communautés peuvent être conçues comme des institutions regroupant un ensemble de familles paysannes partageant un territoire commun et exerçant des fonctions de représentation des intérêts de leurs membres (comuneros), de régulation de l’accès aux ressources et de défense du territoire [Diez, 2012]. Elles ont ainsi développé des régimes fonciers divers, conjuguant différents niveaux d’appropriation et combinant des droits communaux et familiaux/individuels. Elles n’ont pour autant jamais été des entités isolées de la société nationale ou du marché et ne sont pas non plus restées statiques dans le temps, entretenant luttes, négociations et revendications auprès de l’État péruvien et d’autres acteurs – les haciendas autrefois, les compagnies transnationales aujourd’hui.

15Les territoires communautaires se sont ainsi construits au long d’un processus d’interaction entre les familles paysannes qui les occupent, leurs histoires de lutte et d’appropriation et les politiques nationales visant à imposer des règles d’utilisation de leurs ressources. Le territoire, qui englobe l’espace social et l’espace vécu – y compris les rapports affectifs des sujets et les imaginaires spatiaux [Di Méo, 1996] –, subit une transformation dans ces deux dimensions. Nous cherchons donc à savoir comment les changements légaux et politiques récents ont marqué les communautés paysannes et comment les lieux et l’espace de vie des comuneros se transforment redéfinissant l’espace vécu communautaire. Nous montrerons, nous appuyant sur trois cas, la manière dont convergent les actions de l’État et l’avancement de la privatisation des ressources communautaires, en nous intéressant aux différents mécanismes de spoliation qu’ont impulsés les réformes légales des vingt-cinq dernières années.

Espace communal et entreprises transnationales : un cadre de vie transformé

16Nous avons vu que, depuis les années 1990, l’État péruvien a mis en place un contexte propice à la privatisation des terres communautaires. Dans le cas des communautés de la côte nord, l’expansion des investissements se fait principalement sur les terres d’usage commun non cultivées, classées par l’État comme sols en friche. Comme l’a soulevé D. Harvey [2004], dans le contexte néolibéral, « l’accumulation par dépossession » est facilitée par les États, à travers une privatisation croissante des actifs publics et des biens communs. Cette forme d’accumulation s’appuie sur cinq éléments : la privatisation des terres et la conversion de droits communaux en droits de propriété privée ; leur marchandisation ; l’expulsion de populations paysannes ; l’élimination des modes de production alternatifs (autochtones) ; et enfin le recours au système de crédit comme moyen d’accumulation [Harvey, 1998 ; 2004, p. 116]. D’autres cas (San Juan Bautista de Catacaos et San Lucas de Colán dans la région de Piura, sur la côte nord péruvienne) souligneront la forme parfois subtile que prennent ces mécanismes d’accumulation et de spoliation ainsi que leurs effets sur les espaces de vie des communautés qui sont transformés et investis d’un nouveau sens.

17Pour examiner la manière dont l’espace communal se transforme, partons du point de vue théorique selon lequel l’espace social est le produit d’un processus historique, dynamique et parfois contradictoire, dans lequel se superposent des usages, des subjectivités et des intérêts qui lui donnent forme et le représentent de différentes façons [Lefèbvre, 1974, p. 43-48]. La configuration de l’espace communal, en particulier dans les grandes communautés du bosque seco, a une histoire sinueuse. Plusieurs segments ont fait l’objet de convoitise. Certaines parcelles ont été acquises par héritage familial ou par alliance pendant plusieurs générations, les terres de coopératives agraires ont été assignées à des communautés dans le cadre de la réforme agraire – là où il y avait eu une hacienda – avant d’être divisées en parcelles de propriété individuelle ; et les terres d’usage commun qui n’ont jamais été cultivées ont été classées par l’État comme terres en friche [Diez, 2012 ; Revesz, 1992].

  • 11 À cette époque, la communauté de Catacaos a reçu l’appui de l’ONG CIPCA (Centro de Investigación y (...)

18Dans les deux communautés étudiées, les terres en friche sont des zones qui continuent d’appartenir à la communauté et à ses comuneros, elles sont utilisées par les bergers dont les chèvres se nourrissent des cosses des arbres du bosque seco et par les familles qui y prélèvent du bois de chauffe. Il s’agit également d’un espace où peuvent s’établir les générations futures de la communauté. Des processus d’appropriation spatiale à forte connotation politique y ont également lieu. Dans la communauté de Catacaos par exemple, une partie des terres a fait l’objet, dans les années 1970, d’une répartition à des comuneros sans terre. Dans un effort collectif, ils ont transformé le désert et créé des Unités communales de production (UCP) [Revesz, 1992 ; Castillo, 2005]11. D’autres parties du territoire communautaire ont également été occupées par des familles comuneras dans le cadre du processus de mobilité interne. Quand une petite annexe rurale de Catacaos a été engloutie par une crue durant El Niño, sa population a dû se déplacer et s’est ainsi approprié une portion du désert. L’annexe de La Bocana, rattachée à la communauté de Colán, a quant à elle été fondée à l’occasion de la troisième migration d’un groupe de familles qui cherchaient à s’installer dans un endroit sûr et éloigné de l’embouchure du fleuve.

  • 12 Don Andrés, comunero de Catacaos et de la UCP Vega de la Yuca.

19Les différents lieux du territoire communautaire sont donc aussi des espaces de représentation collective, soit des espaces vécus, chargés d’imaginaire et de symbolisme. Au sein de l’espace communautaire, il existe des lieux qui rappellent les luttes contre les propriétaires d’haciendas, la crise et l’échec des coopératives de la réforme agraire, ainsi que le rôle joué par la communauté. Dans le cas de Catacaos, les UCP rappellent une lutte collective, une « victoire contre le désert », la transformation du bosque seco en terre cultivée, elles permettent également de garder en mémoire l’alliance entre la communauté et les comuneros sans terre, ce qui leur a permis d’obtenir un lopin. Comme le souligne un membre de la communauté : « Le désert, nous l’avons vaincu, mais au prix du sang, de la sueur et des larmes ; à l’époque, nous avons travaillé main dans la main avec la communauté…12 »

20Ceci dit, les histoires des comuneros ne traitent pas seulement de la construction d’un espace social qui résulte des transformations économiques et politiques mais aussi d’un espace vécu qui se construit au long d’une histoire d’efforts, de réussites, d’échecs et d’affections. Il intègre les expériences, les distances, les complexités du paysage et la perception de celles-ci par un sujet [Frémont, 1982]. Cette dimension du perçu et de l’expérience subjective est aussi affectée par la reconfiguration de l’espace communal sous l’effet de l’expansion agro-industrielle et de l’extraction pétrolière. Les représentations de l’espace liées aux nouveaux savoirs et au pouvoir des industries déplacent peu à peu les espaces vécus et leurs histoires comme nous le verrons dans les cas suivants.

L’État et les titres de propriété foncière : la reconnaissance de la propriété individuelle et la négation de la propriété collective

  • 13 « Écriture publique des titres de formation des communautés de Catacaos, Sechura, Olmos, Paita y Co (...)
  • 14 Le PETT est aujourd’hui dans sa troisième phase, visant à octroyer des titres fonciers aux comunero (...)

21Les vingt-deux communautés paysannes du bosque seco qui occupent au total presque un million d’hectares sont organisées en une plateforme politique nommée Cecobosque, à partir de laquelle elles tentent de négocier avec l’État une série de droits, dont l’octroi de titres fonciers collectifs. Les communautés de San Juan Bautista de Catacaos et San Lucas de Colán sont deux des plus anciennes, mais les vieilles ordonnances coloniales et les documents de cession et d’achat de terres en faveur des « indiens de Colán et Catacaos13 » ne leur ont pas permis d’obtenir de l’État des titres fonciers sur l’ensemble de leur territoire. En 1994, avec l’appui financier de la BID, le gouvernement péruvien a mis en œuvre le « Projet spécial de titrage des terres » (PETT) qui avait pour fonction d’octroyer des titres fonciers aux propriétaires ruraux et aux communautés paysannes. Toutefois, le PETT a surtout été orienté vers la distribution de titres fonciers individuels, au détriment de l’enregistrement collectif des terres communautaires [Del Castillo, 1997]14.

22Sur la côte, le PETT a principalement octroyé des titres de propriété aux comuneros possesseurs de parcelles à l’intérieur des communautés. Il convient de signaler que dans les communautés du bosque seco, les zones cultivées sont toujours sous un régime de possession individuelle – issue de l’héritage familial ou d’allocation par la réforme agraire – et les comuneros disposent librement de leurs parcelles, ils s’identifient d’ailleurs eux-mêmes comme « petits propriétaires ». Cependant, jusqu’à il y a dix ans à peine ni les normes communales ni les pratiques quotidiennes ne laissaient cours à la vente de ces terres à des tiers n’appartenant pas à la communauté [Burneo, 2013]. De telles ventes étaient considérées comme un acte de trahison envers la communauté.

  • 15 Bien qu’il ne s’agissait pas d’une politique explicite du PETT, la logique à la base du programme é (...)

23Par ailleurs, la législation stipule que les décisions concernant la disposition des terres au sein des communautés paysannes doivent être validées par l’Assemblée générale des comuneros et approuvées par au moins la moitié de ses membres. En d’autres mots, alors que les normes officielles reconnaissent l’Assemblée comme instance collective de prise de décision au sujet des ressources communautaires, le gouvernement exécute un programme dont la logique et les modalités de mise en œuvre contredisent ce principe. Dans les faits, la mise en œuvre du PETT dans ces deux communautés n’a fait l’objet d’aucune Assemblée générale. Le PETT est allé directement enregistrer les comuneros sur leurs parcelles, le ministère de l’Agriculture avait même assigné des « objectifs minimaux » aux techniciens du programme pour effectuer cet enregistrement. C’est ainsi qu’ont été délivrés des milliers de titres aux comuneros, sans que les communautés n’aient pu obtenir de titres collectifs15. Ces caractéristiques de réalisation du programme de titrage ont affaibli la position des communautés dans les processus ultérieurs de négociation au sujet des projets d’investissement privé visant leurs terres, alors qu’elles devaient produire les preuves légales de leurs droits de propriété sur ces ressources.

  • 16 C’est également le cas dans d’autres zones de la côte nord du Pérou [Mesclier, 2009].

24Si les titres fonciers individuels font l’objet d’une grande acceptation de la part des comuneros de Catacaos et Colán16, après des années de diffusion d’un discours officiel louant leurs avantages, ils n’en constituent pas moins un dispositif de contrôle de l’espace ayant des effets politiques et sociaux sur l’institution communale et ses capacités de régulation. Quand des entrepreneurs privés souhaitent acheter des terres, les comuneros ayant des titres de propriété individuelle peuvent décider formellement de vendre et ils ont commencé à le faire. Ces ventes sont toutefois considérées au sein des communautés comme une transgression des normes locales et elles créent de fortes tensions avec la direction de la communauté [Diez, 2012 ; Burneo, 2013]. Ce type de transaction a impliqué jusqu’à présent un petit nombre de membres de la communauté et il est encore peu significatif d’un point de vue statistique, mais il est amplement commenté. Comme le disent souvent les comuneros : « Cela n’arrivait pas avant parce que la communauté était plus forte [ou parce que] les habitants respectaient la communauté. » Un changement s’opère donc au niveau des mentalités et ne fait qu’accroître l’incertitude quant à la pertinence et l’avenir de la communauté en tant qu’instance de régulation et de contrôle de son territoire.

  • 17 Entretiens réalisés avec les présidents de Cecobosque (Piura, 2012 et 2015) et avec les présidents (...)

25Un des effets du PETT est donc de superposer des droits de propriété à l’intérieur des communautés et de générer des tensions politiques relatives aux décisions sur le futur des terres. Pour les responsables des communautés du bosque seco, la délivrance de titres de propriété collective portant sur l’ensemble de leurs territoires (y compris les terres d’usage commun et les terres des comuneros) constitue une dette historique de l’État péruvien17. Le processus inachevé de titrage revêt ainsi un potentiel conflictuel latent avec l’expression de logiques et d’intérêts individuels de plus en plus structurants.

L’agro-industrie : nouvelles règles de négociation et représentations de l’espace

26Nous avons vu que les décisions relatives aux terres communautaires sont prises par l’Assemblée communale. Ces terres sont actuellement très convoitées car elles sont propices à la culture de canne à sucre pour la production de biocarburants, de la vigne et d’autres produits d’exportation. Au début de l’année 2006, la société Maple, de capital étasunien, a présenté à l’État péruvien une « initiative d’investissement » visant à cultiver la canne à sucre dans la région de Piura. Peu de temps après, par le biais du « Projet Spécial Chira-Piura » (Pechp), l’État a vendu à l’entreprise 10 674 ha au prix de 60 dollars l’unité. Le Pechp, qui fait partie de la structure institutionnelle du gouvernement régional de Piura, est propriétaire de 120 000 ha depuis 1969, quand le gouvernement militaire de Velasco Alvarado déclara le projet d’intérêt national.

27Pour comprendre les implications politiques de cette transaction, il faut prendre en compte trois mesures administratives appliquées au cours du processus de vente. Tout d’abord, le gouvernement régional de Piura a déclaré d’intérêt public le développement agro-industriel des terres en friche de la rive gauche du fleuve Chira, qui sont propriété du Pechp. Ensuite, le ministère de l’Agriculture a assigné par décret à l’entreprise Maple 186 millions de mètres cubes d’eau sur le volume total disponible pour l’irrigation de la vallée. Enfin, quatre mois après l’achat des terres, ce même ministère a publié une autre norme déclarant épuisées les ressources hydriques du fleuve Chira, rendant ainsi impossible tout nouveau permis d’utilisation des eaux à des tiers. La séquence de ces mesures peut sembler relever d’une gestion rationnelle des ressources selon un critère d’intérêt public. Elle montre en fait comment l’État agit pour faciliter l’accès des entreprises privées aux ressources publiques (eaux) et communautaires (terres) en mobilisant les instruments juridiques comme des moyens de dépossession des sujets de droit et de négation de leur histoire. Les faits parlent d’eux-mêmes.

  • 18 « Environ 80 hommes et femmes de la communauté se sont réunis pour voter l’accord. Le résultat du v (...)

28Parmi les terres vendues par l’État se trouvaient 1 000 ha de la communauté de Colán qui étaient occupés par deux villages, mais il n’a pas été tenu compte de ce « détail ». Une fois l’achat effectué, l’État s’est tenu à l’écart et c’est l’entreprise qui a assumé les coûts de transaction produits par les procédures légales, déployant des stratégies de relations communautaires dans les petites annexes rurales de la zone. La communauté a affirmé être la propriétaire légitime de ces terres et entamé une procédure judiciaire afin de faire annuler le contrat d’achat-vente. L’entreprise et la communauté ont alors négocié un accord de location temporaire – le temps qu’aboutisse la procédure – qui a été approuvé par l’Assemblée communale en 2012. Bien que la proposition ait été acceptée, elle a éveillé la défiance de plusieurs comuneros qui ne croyaient pas que l’entreprise restituerait les terres18.

29La négociation et la ratification de l’accord constituent une légitimation pour le gouvernement communal mais comportent aussi des risques : si la direction de la communauté a su se positionner comme agent de négociation, elle a également cédé le contrôle d’une partie de son territoire pour la durée imprévisible du procès. Même si la surface concernée n’est pas très importante au regard des milliers d’hectares alloués à l’agro-industrie dans le pays, le processus en lui-même est lourd de sens pour les comuneros, en particulier les aînés et les anciens dirigeants. L’État péruvien a non seulement marginalisé la communauté, l’effaçant des cartes et des contrats de concession foncière mais les nouveaux dirigeants ont aussi été confrontés à un processus d’apprentissage accéléré pour se positionner différemment, dans un contexte complexe, distinct de celui de la lutte pour la terre des dernières décennies. Pour ne pas être complètement marginalisées, les directions communales doivent innover et se conformer à des conditions de négociation très éloignées des logiques d’action qui étaient les leurs et qui les mettent en porte à faux vis-à-vis de leurs membres.

30Par ailleurs, si l’on revient aux considérations développées au début de cette partie, les terres en friche sont non seulement une ressource stratégique pour l’avenir des familles mais aussi un espace de représentation au sein de l’univers communal, qui est associé à une histoire collective d’occupation, de survie (dans le contexte des phénomènes El Niño) et de reproduction. Ainsi, le bosque seco représente une ressource centrale au regard d’une fonction politique essentielle du gouvernement communal : celle d’assurer l’accès aux ressources des membres de la communauté, particulièrement les jeunes générations ; cette fonction permet que se reproduise, dans le nouveau contexte historique, la reconnaissance de la communauté en tant que lien légitime entre l’espace et les familles qui l’habitent [Burneo, 2016]. Aujourd’hui, une partie de cet espace est l’objet de convoitise des comuneros et de l’agro-industrie.

31La reconversion de parties du bosque seco en pôles agro-industriels ne fait pas que transformer le paysage, elle convertit peu à peu les espaces de représentation vécus, ayant une histoire et un devenir, en représentations hégémoniques de l’espace. Le désert et le bosque seco n’auraient donc de valeur que s’ils sont convertis en champs de culture grâce aux technologies d’irrigation formant un paysage modifié physiquement et symboliquement. Les terres ainsi « mises en valeur » constituent une nouvelle ressource et une nouvelle catégorie juridique de propriété dont l’appréciation n’a plus rien à voir avec une histoire partagée. Ainsi, cette mise en valeur s’impose progressivement sur les espaces vécus, si bien que les nouvelles générations ne savent pas que ceux-ci ont été des lieux disputés.

Les changements dans les utilisations du sol et le contrôle de l’espace de vie

32Depuis 2006, sur le territoire communautaire de San Lucas de Colán, une entreprise extrait du pétrole à partir de plus de 90 puits situés non seulement sur les zones en friche mais aussi sur les parcelles cultivées des comuneros. La décision d’ouvrir la voie à l’industrie extractive n’a pas été prise conformément à la loi péruvienne ni aux normes communales. Une assemblée communale convoquée dans des délais très courts, à laquelle n’ont assisté que 120 personnes (sur un total de plus de 2 500 comuneros) a abouti à la signature d’un contrat avec l’entreprise Olympic SAC, selon lequel la communauté accordait des droits de passage et d’usage pour trente ans sur une grande partie de son territoire, en contrepartie d’un versement unique de 154 000 dollars, et d’une location annuelle de 1 000 dollars pour chaque puits installé. Cet accord implique la cession de l’usage de 60 % du territoire, mais ne spécifie ni les zones directement concernées ni l’emplacement des puits pétroliers. Le contrat présente plusieurs zones grises et des informations insuffisantes et alimente ainsi l’incertitude en ménageant des marges de manœuvres importantes au bénéfice de l’entreprise et au détriment du gouvernement communal.

33Ainsi, d’une assemblée communale irrégulière et d’un instrument juridique qui n’a pas été débattu (le bail de location signé entre la communauté et l’entreprise) a découlé une série de conséquences dont les plus notables sont : l’appropriation de l’espace par l’entreprise – à travers des infrastructures comme les gazoducs et les oléoducs qui traversent le territoire et établissent de nouvelles règles d’accès, d’utilisation et de contrôle spatial ; le changement dans l’utilisation des terres agricoles où opéreront les puits de pétrole durant au moins trente ans ; de nouvelles formes de négociation et d’indemnisation, et donc, de nouveaux conflits entre les familles comuneras ; le déplacement des termes du débat et des processus décisionnels au sein de l’espace public communal, d’un référentiel politique vers un référentiel technique – comme l’utilisation d’instruments de gestion environnementale pour mesurer les impacts de l’activité extractive. Les transformations sur l’espace de vie des comuneros se manifestent de différentes façons. Les zones agricoles constituées par les petites parcelles des comuneros ont une continuité spatiale, un même régime foncier et un même calendrier de culture ; elles constituent un lieu avec une temporalité et des pratiques spatiales partagées. Celles où se sont installés les puits pétroliers sont aujourd’hui des espaces fragmentés – avec des parcelles cultivées au milieu desquelles se trouvent des puits. Cela signifie aussi que les comuneros concernés ne sont plus des agriculteurs mais deviennent des bailleurs rentiers de l’entreprise. Des lieux interdits ou d’usage réservé (l’espace de circulation) ont été créés : les parcelles où se trouvent des puits, les alentours de l’usine de raffinage et stockage, ainsi que les voies empruntées par les oléoducs et les chemins construits par l’entreprise sont devenus des zones inaccessibles ou sous vigilance. Le territoire communal est traversé de lieux surveillés par des gardiens de sécurité, qui limitent la libre circulation des comuneros. Les espaces publics ont été redéfinis par l’entreprise pétrolière : dans l’annexe de La Bocana, celle-ci a construit une place bétonnée où figure un monument composé de trois sculptures, un agriculteur, un pêcheur et un puits pétrolier. Elle fournit ainsi une représentation de l’espace correspondant à un nouvel ordre et à une nouvelle identité locale.

34Ces changements constituent un enjeu majeur pour la communauté, le processus de reconfiguration et de recréation de l’espace sous des formes restrictives implique une transformation du champ politique. Les espaces réservés ne correspondent pas seulement à de nouvelles règles d’accès ou des interdictions (chemins traversés par des oléoducs, postes de surveillance et de sécurité, nécessité de porter des vêtements spéciaux, etc.) mais aussi à de nouveaux codes et savoirs qui sont nécessaires pour prendre part au débat communal sur l’avenir des ressources communautaires. Il y a encore peu de temps, les Assemblées communales se caractérisaient par de longues interventions des anciens dirigeants faisant appel à une histoire partagée et connue de tous. Aujourd’hui, elles sont gérées en fonction des limites de temps et des exigences fixées par les entreprises et font appel à un langage très spécialisé [Burneo, 2016].

35Les discours sont énoncés à partir d’un vocabulaire technique propre aux contrats, aux études d’impact environnemental et à d’autres outils servant à mesurer l’espace et la valeur de la terre, selon des critères éludant le passé. D’une certaine façon, les assemblées sont devenues des espaces réservés à ceux qui maîtrisent les nouveaux codes et rituels. Les anciens référents discursifs n’ont plus le même poids et il en va de même de l’histoire de la formation de l’espace communal, des groupes, des familles et des lieux.

36Les trois cas présentés ci-dessus nous permettent de lier les politiques de l’État à l’histoire des communautés du bosque seco et au processus d’expansion des capitaux privés sur leurs territoires. Le programme de titrage foncier, la cession de terres en friche à l’entreprise Maple et l’absence de paramètres de négociation entre communauté et entreprise pétrolière ne sont toutefois que des éléments d’un ensemble plus large de dispositifs juridiques et administratifs et de discours politiques cohérents avec le modèle néolibéral promu depuis vingt-cinq ans. Ces dispositifs et discours s’articulent et se renforcent pour délégitimer les droits collectifs des communautés et favoriser la privatisation des ressources communautaires.

37L’analyse des deux premiers cas nous montre que l’orientation de la politique de titrage foncier se traduit sur le terrain par une superposition de droits d’usage ; la rareté des titres de propriété collective sur les territoires communautaires – terres en friche et terres cultivées – constitue un problème majeur dans les processus de négociation avec les entreprises privées. La succession des réformes régulant la propriété de la terre dans les communautés paysannes s’est articulée avec d’autres mesures légales pour permettre l’avancée des agro-industries et un nouveau processus de concentration des terres [Eguren, 2013]. La Constitution de 1993 et la Ley de tierras de 1995 ont aboli les limites qui entravaient la circulation et l’aliénation des droits fonciers dans les communautés. Des décrets-lois ont ensuite affaibli l’organisation communale en réduisant et relâchant les conditions de la prise de décision collective. Ceci met en évidence les incidences spatiales et politiques d’une négociation sans information dans des conditions de participation très restreinte. Il ne s’agit pas ici des politiques sectorielles mais d’un projet dont l’une des stratégies est la construction d’un appareil de dépossession des ressources collectives qui concerne des milliers des communautés paysannes et natives au Pérou.

38Ce processus met en jeu des coordinations politiques qui ne se limitent pas aux différents secteurs étatiques mais qui touchent aussi les niveaux territoriaux de l’État. La cession de terres du Pechp à l’entreprise Maple a dû s’aligner sur les dispositions du ministère de l’Agriculture pour céder des droits d’usage des eaux à la même entreprise et interdire tout nouveau permis au bénéfice d’autres acteurs. Toute une structure étatique fonctionne ainsi pour rendre possible l’appropriation des ressources publiques et communautaires par de grandes entreprises en transgressant les droits des communautés et en créant une superposition chaotique de droits d’usage à l’origine de tensions croissantes entre les sujets sociaux.

Conclusion

39Au fil de cet article, nous avons analysé les transformations des liens entre l’État et les communautés paysannes au Pérou. Au cours des vingt-cinq dernières années, on a assisté à un processus de privatisation et d’exploitation systématiques des ressources naturelles [Bebbington, 2013]. Il a été permis par des réformes politiques et juridiques, mais aussi par la consolidation d’un discours orienté à produire des « sens communs » : l’agro-industrie et l’activité minière constituent la base du développement ; les terres communautaires doivent être « mises en valeur » par des capitaux privés ; les communautés paysannes côtières et andines ne sont pas autochtones et, en conséquence, ne sont pas légalement des sujets de consultation préalable (en vertu de la convention 169 de l’OIT) ; les acteurs sociaux qui remettent en question l’expansion des capitaux privés sur les terres communautaires sont des ennemis du pays et du développement. Ces sens communs se sont ancrés auprès d’une partie significative de la population et deviennent quasiment indiscutables.

  • 19 Selon le rapport annuel de la Commission nationale des droits de l’Homme 2014-2015.

40Les dirigeants des secteurs opposés aux méthodes des industries extractives sont poursuivis et harcelés par l’État, en particulier quand ils sont d’origine paysanne. En moins d’une décennie, 131 personnes (étudiants universitaires, dirigeants, paysans, hommes et femmes) ont été assassinées par l’Armée dans le cadre des protestations contre les entreprises extractives. À l’heure actuelle, plus de 1 000 dirigeants et participants à des manifestations font face à de lourdes accusations et risquent d’être condamnés à des peines de prison19.

41Au fil des ans, l’institution communautaire s’est transformée. De nombreuses communautés se sont fragmentées et affaiblies alors que se produisaient parallèlement des processus de superposition fonctionnelle et administrative des zones agricoles et urbaines, communautaires et municipales ou relevant d’autres entités politico-administratives [Diez, 2012]. Toutefois, ceci ne signifie pas que les communautés paysannes n’existent plus. Elles conservent des droits et continuent à garantir l’accomplissement des fonctions d’organisation et régulation de l’espace. Mais l’absence de débat au sein de la société péruvienne concernant leur place et leur rôle constitue un enjeu majeur. Le processus inachevé et conflictuel de publication de la Base de données des peuples indigènes et autochtones, dont le ministère de la Culture a été chargé en 2011, est un exemple de la façon dont l’État catégorise les communautés paysannes (autochtones/non autochtones) en fonction des intérêts du secteur extractif. Ainsi, à l’instar des décennies et des siècles passés, le pouvoir officiel continue à classer et (re)nommer les communautés rurales et leurs institutions en fonction des intérêts des secteurs économiques dominants.

42Au cours de cette longue histoire, les communautés paysannes ont créé des mécanismes leur permettant de s’intégrer ou de répondre aux processus socio-économiques globaux : résistance, négociation et relocalisation des populations ont constitué des éléments récurrents d’un scénario au cours duquel elles ont perdu ou vendu des milliers d’hectares. Les politiques des industries agricoles et extractives ont également conduit à renforcer les inégalités territoriales et sociales, entre les familles paysannes qu’elles ont incorporées à leurs opérations et celles qu’elles ont marginalisées. Ces différenciations compliquent la gestion des rapports avec les entreprises privées par les communautés et leurs dirigeants, dans un contexte où l’État renforce leur vulnérabilité. Le processus de transformation du territoire communautaire et de reconfiguration de l’espace va de pair avec la disparition des référents communs liés à la production d’un espace vécu et approprié collectivement au long d’une histoire partagée, au profit de puissantes représentations où l’espace devient peu à peu un ensemble de ressources privatisées.

Haut de page

Bibliographie

Auquier Célia, Mesclier Evelyne et Vaillant Michel, « Olmos, un verger dans le désert côtier péruvien : inégalités d’accès à l’eau, systèmes de production agricole et nouvelles dynamiques dans la mondialisation », in Les Oasis dans la mondialisation : ruptures et continuités, Actes du colloque, Paris, 2013, p. 39-48.

Bebbington Anthony, Industrias extractivas, conflicto social y dinámicas institucionales en la región andina, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2013.

Burga Manuel, De la encomienda a la hacienda capitalista : el valle del Jequetepeque del siglo xvi al xx, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1976.

Burga Manuel et Manrique Nelson, « Rasgos fundamentales de la historia agraria peruana, siglos xvi-xiii », in Chirif Alberto, Manrique Nelson et Quijandría Benjamín (dir.), Perú : el problema agrario en debate, Lima, Sepia III, 1990, p. 26-61.

Burneo María Luisa, « Transformaciones en el gobierno del espacio comunal : decisiones y dinámicas políticas en torno a los usos de la tierra y la extracción de recursos en el caso de la comunidad San Lucas de Colán », in Francisco Durand, Jaime Urrutia et Carmen Yon (dir.), Perú : el problema agrario en debate, Lima, Sepia XVI, 2016, p. 359-388.

Burneo María Luisa, « Elementos para volver a pensar lo comunal : nuevas formas de acceso a la tierra y presión sobre el recurso en las comunidades campesinas de Colán y Catacaos », Anthropológica, nº 31, 2013, p. 15-42.

Burneo Zulema, El proceso de concentración de la tierra en el Perú, Lima, Cepes/Coalición Internacional para el Acceso a la Tierra, 2011.

Caballero Jose María et Alvarez Elena, Aspectos cuantitativos de la reforma agraria (1969-1979), Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1980.

Castillo Marlene et al., Las Comunidades Campesinas en el siglo xxi, Lima, Allpa/Cepes, 2005.

Castillo Pedro, El derecho a la tierra y los acuerdos internacionales : el caso del Perú, Lima, Cepes/International Land Coalition, 2009.

Del Castillo Laureano, « Propiedad rural, titulación de tierras y propiedad communal », Debate agrario : análisis y alternativa, nº 26, Lima, Cepes, 1997, p. 59-79.

Diez Alejandro, « Gobierno comunal : entre la propiedad y el control territorial : el caso de la comunidad de Catacaos », in Fernando Eguren, Raúl Hernandez et Manuel Ruiz, Perú : el problema agrario del debate, Lima, Sepia XIV, 2012, p. 115-148.

Di Meo Guy, « Territoire vécu et contradictions sociales : cas de la vallée de l’Aspe (Pyrénées Occidentales) », in Guy Di Meo (dir.), Les Territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1996.

Eguren Fernando, « Acaparamiento de tierras : reflexiones a partir de estudios de casos », Histoire(s) de l’Amérique latine, vol. 8, 2013.

Eguren Fernando, « La Reforma Agraria en el Perú », Debate agrario : análisis y alternativa, nº 44, Lima, 2009, p. 63-110.

Fremont Armand et Gallais Jean, Espaces vécus et civilisations, Paris, CNRS, 1982.

Harvey David, El nuevo imperialismo y acumulación por desposesión, Madrid, Akal, 2004.

Harvey David, La condición de la posmodernidad : investigación sobre los orígenes del cambio cultural, Buenos Aires, Amorrortu, 1998.

Lefebvre Henry, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

Marshall Anaïs, Apropiarse del desierto : agricultura globalizada y dinámicas socioambientales en la costa peruana. El caso de los oasis de Virú e Ica-Villacuri, Lima, IFEA/IRD, 2014.

Matos Mar José, Hacienda, comunidad y campesinado en el Perú, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1976.

Melmed-Sanjak Jolyne S. et Carter Michael R., « The Economic Viability and Stability of “Capitalised Family Farming” : an Analysis of Agricultural Decollectivisation in Peru », Journal of Development Studies, 27/2, 1991, p. 190-210.

Mesclier Évelyne, « Le titrage des terres, instrument d’une restructuration orientée de l’agriculture péruvienne », in Jean-Philippe Colin, Pierre-Yves Le Meur et Éric Léonard (dir.), Les Politiques d’enregistrement des droits fonciers : du cadre légal aux pratiques locales, Paris, Karthala, 2009, p. 445-475.

Montoya Rodrigo, « Presente y futuro de las luchas por la tierra », Lucha por la tierra, reformas agrarias y capitalismo en el Perú del siglo xx, Lima, Mosca Azul, 1989.

Quiñones Patricia, « Reconfiguraciones comunales frente a presiones empresariales : el caso de la comunidad Miramar Vichayal », in Alejandro Diez (dir.), Tensiones y transformaciones en comunidades campesinas, Lima, Cisepa/PUCP, 2012, p. 163-183.

Remy Maria Isabel, Historia de las comunidades indígenas y campesinas del Perú, Lima, Documento de trabajo nº 202, Instituto de Estudios Peruanos, 2013.

Revesz Bruno, « Catacaos : Una comunidad en la modernidad », Debate Agrario, n° 14, CEPES, 1992, p. 75-105.

Thorp Rosemary et Bertram Goeffrey, Perú 1890-1977 : crecimiento y políticas en una economía abierta, Lima, Universidad del Pacífico, 2013.

Haut de page

Notes

1 Recensement national agricole, 2012.

2 Déclaration du président sur la chaîne TV Péru, avril 2013.

3 L’intention du président était de nier l’existence sur la côte et dans les Andes de communautés autochtones, auxquelles s’appliquerait la Convention 169 de l’OIT concernant la consultation préalable. Il est plutôt logique de considérer qu’il n’existe pas de « communautés natives » sur la côte, puisque celles-ci ont été instituées en 1974, exclusivement pour le cas de l’Amazonie. Sur la côte, les communautés autochtones ont été reconnues comme « communautés indigènes » en 1920, puis renommées « communautés paysannes » par l’État en 1969. Les communautés de la région andine ne sont pas dites « agraires » (terme qui n’existe pas juridiquement), elles sont légalement reconnues comme communautés paysannes. Enfin, les communautés natives de l’Amazonie ne sont pas constituées de populations anciennement appelées « non contactées » ; au contraire, l’État a nommé ainsi les populations qui entretenaient depuis longtemps des rapports avec la société nationale. Les populations en isolement volontaire existent actuellement et leur organisation ne dépend nullement de l’État.

4 Villages où les Espagnols ont placé les populations indigènes qui ont survécu à la conquête.

5 « L’État protège l’état autochtone et édictera des lois spéciales pour son développement, sa culture en harmonie avec ses besoins. La Nation reconnaît l’existence juridique des communautés indigènes et la loi déclare les droits qui leur correspondent » (Art. 58, Constitution péruvienne, 1920).

6 Il s’agit de l’un des débats les plus importants au Pérou depuis cinq ans. En 2011, le ministère de la Culture a été chargé d’élaborer une « base de données des peuples indigènes ou autochtones » (base de datos de pueblos indígenas u originarios), qui doit déterminer quelles communautés paysannes répondent aux critères pour être reconnues comme indigènes et, par conséquent, avoir le droit d’être consultées. C’est une question qui reste encore à résoudre et la base de données n’a été publiée que partiellement et de façon incomplète. L’histoire politique de la base de données et du ministère de la Culture mériterait un texte à part.

7 Ces organisations ont été formées par les paysans et les travailleurs des haciendas qui ont bénéficié de l’expropriation de celles-ci pour devenir associés des coopératives et des sociétés agricoles.

8 Il faut préciser que, dans le cas péruvien comme dans de nombreuses constitutions latino-américaines, des droits de propriété particuliers peuvent s’exercer sur la terre, mais que les ressources du sous-sol appartiennent à la Nation. Des entreprises privées exploitent du pétrole sur le territoire de plusieurs communautés paysannes de la côte nord, comme celles de Sechura et Miramar-Vichayal [Quiñones, 2012].

9 Une majorité des deux tiers de l’ensemble des comuneros était requise auparavant. En 2015, un nouveau décret-loi a encore simplifié les conditions de prise de décision communale, en réduisant la majorité requise à 50 % des comuneros présents à l’Assemblée.

10 Avec la loi 26845, les entrepreneurs privés peuvent déclarer à l’abandon des terres en friche, réclamer leur affectation et en solliciter la propriété après deux ans de mise en valeur – une procédure que facilite le manque fréquent de titres de propriété collective sur les territoires communautaires. Depuis le début du xxe siècle, l’État était le propriétaire légal des terres en friche à l’exception des terres des communautés paysannes ; avec les réformes légales des années 1990, l’État est devenu propriétaire de toutes les terres en friche qui ne comptent pas de titre de propriété.

11 À cette époque, la communauté de Catacaos a reçu l’appui de l’ONG CIPCA (Centro de Investigación y Promoción del Campesinado de Piura) pour construire des canaux d’irrigation. Les comuneros ont travaillé pour transformer les dunes du bosque seco en terrains plats adaptés à l’agriculture.

12 Don Andrés, comunero de Catacaos et de la UCP Vega de la Yuca.

13 « Écriture publique des titres de formation des communautés de Catacaos, Sechura, Olmos, Paita y Colán », Archives régionales de Piura, 1934.

14 Le PETT est aujourd’hui dans sa troisième phase, visant à octroyer des titres fonciers aux comuneros des communautés natives de l’Amazonie. Cf. : http://www.forestpeoples.org/fr/region/perou/news/2015/02/le-projet-d-enregistrement-des-titres-de-propriete-fonciere-de-la-bid-doit

15 Bien qu’il ne s’agissait pas d’une politique explicite du PETT, la logique à la base du programme était claire : il n’était pas question de procéder au géoréférencement, à la délimitation et à l’attribution de titres fonciers collectifs pour des territoires qui comptaient des milliers d’hectares en friche. Les spécialistes à l’époque signalaient que « le processus massif d’assainissement de la propriété rurale a exclu explicitement les communautés paysannes et natives car il a privilégié les terrains en propriété individuelle » [CEPES, 2005, p. 24].

16 C’est également le cas dans d’autres zones de la côte nord du Pérou [Mesclier, 2009].

17 Entretiens réalisés avec les présidents de Cecobosque (Piura, 2012 et 2015) et avec les présidents des communautés de Catacaos (2010 et 2012) et Colán (2013).

18 « Environ 80 hommes et femmes de la communauté se sont réunis pour voter l’accord. Le résultat du vote à main levée était de 32 voix pour et 15 contre (33 personnes, soit plus d’un tiers des présents, n’ont pas voté). Quelques-uns se sont levés en vociférant leur désaccord et ont quitté l’assemblée. L’acte communal a finalement été signé faisant état du fait que l’accord a été approuvé à la majorité » (notes de terrain prises à l’occasion de l’assemblée, août 2012).

19 Selon le rapport annuel de la Commission nationale des droits de l’Homme 2014-2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Luisa Burneo, « Transformation de l’espace et privatisation des ressources communautaires au Pérou », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 53-72.

Référence électronique

María Luisa Burneo, « Transformation de l’espace et privatisation des ressources communautaires au Pérou », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/4273 ; DOI : 10.4000/cal.4273

Haut de page

Auteur

María Luisa Burneo

María Luisa Burneo est anthropologue diplômée de la faculté de sciences sociales de la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP), chargée de cours, et prépare actuellement une thèse doctorale en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS. Elle est également chercheuse à l’Institut d’études péruviennes (IEP) au Pérou. Depuis quinze ans, elle travaille sur les communautés paysannes de la côte rurale et de la montagne péruviennes, particulièrement sur les régimes fonciers, le processus de concentration des terres et les conflits sociaux liés aux ressources naturelles. Elle a notamment publié « Elementos para pensar lo comunal : nuevas formas de acceso a la tierra y presión sobre el recurso en las comunidades campesinas de Colán y Catacaos » dans la revue Anthropologica (vol. 31, nº 31, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org