Navigation – Plan du site
Chronique

Le Brésil va-t-il aussi mal qu’on le dit ?

Dominique Vidal
p. 7-15

Texte intégral

1En peu de temps, le Brésil est redevenu, aux yeux de nombreux observateurs, tel qu’on le présentait avant le boom économique des années 2000 : un géant en perpétuel devenir incapable de tenir ses promesses. Les Jeux olympiques de Rio de Janeiro ont beau avoir été un succès, l’économie est en récession pour la seconde année consécutive, le chômage en forte hausse et le coût de la vie ne cesse d’augmenter. La situation n’est guère meilleure sur le plan politique. Le 31 août 2016, le Sénat a destitué la présidente Dilma Rousseff, au terme d’une procédure qui met fin à près de quatorze années de présence du Parti des travailleurs (PT) à la tête de l’État depuis la première élection de Lula, fin 2002. Mis en examen dans plusieurs affaires de corruption, une nouvelle candidature de ce dernier à la magistrature suprême paraît du reste de plus en plus mal engagée. Le PT, qui s’était fait le champion de l’« éthique en politique » lorsqu’il était dans l’opposition, est, plus généralement, à ce point éclaboussé par les scandales que ses candidats ont connu un revers massif aux élections municipales d’octobre 2016. Il n’est pas cependant, loin s’en faut, le seul parti à être frappé du sceau du discrédit, puisque toutes les formations politiques suscitent, à des degrés divers, une forte désaffection. Et si quelques personnalités bénéficient, ici et là, d’une vraie popularité, aucune n’apparaît capable de fédérer à l’échelon national, à commencer par le nouveau président, Michel Temer, cacique de l’opportuniste Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), très vivement contesté dès son entrée en fonctions. Pour ne rien arranger, la propagation du virus Zika révèle l’incapacité des pouvoirs publics à protéger la population, alors que la croissance économique aujourd’hui disparue permettait encore à l’État, quelques années auparavant, de disposer de ressources significatives pour améliorer les conditions de vie.

  • 1 Pour de plus amples développements sur cette question, l’auteur se permet de renvoyer à son livre L (...)

2Cette chronique n’entend pas discuter les effets délétères sur la société brésilienne du retournement de la conjoncture économique et des tensions politiques entraînées par la destitution de Dilma Rousseff et les actions judiciaires engagées contre Lula. Elle se propose plutôt de nuancer les interprétations alarmistes sur l’état du Brésil qui ont pris le pas sur le temps récent où l’on célébrait son émergence dans le concert des grandes nations. À ce dessein, on rappellera certains changements intervenus depuis la fin du régime militaire en 1985. On replacera de la sorte la crise actuelle dans un temps plus long. On montrera notamment qu’on se trompe quand on croit le Brésil au bord de l’abîme, ainsi que lorsqu’on pense que, pour changer un pays configuré par des dynamiques anciennes, il suffit d’une forte croissance économique comme celle qui coïncida avec la présidence de Lula (2003-2010)1.

Le vécu des inégalités à l’épreuve de la crise économique

  • 2 Après avoir considérablement baissé durant les années 1970 dans une période de forte croissance, la (...)

3Alors que les inégalités de revenus ont commencé à décliner de façon soutenue à partir de 1997 et notamment sous Lula, la dénonciation des inégalités occupe aujourd’hui une place importante dans le débat public et les mouvements revendicatifs2. C’est là un changement de fond aux conséquences notables dans la façon dont les Brésiliens perçoivent les différences qui existent parmi eux. Ceux-ci continuent certes à faire preuve d’une grande tolérance aux inégalités de revenus, si on les compare aux conceptions du juste et de l’injuste prévalant en Europe en matière de rémunération et de rétribution de l’effort [Cardoso, 2010]. Toutefois, les transformations qu’a connues le Brésil avec son urbanisation et le retour à la démocratie ont entraîné une sensibilité croissante aux inégalités et en ont modifié le vécu. Dans un pays largement urbanisé, quitter le monde des campagnes ne représente plus aujourd’hui une forme de mobilité sociale en soi pour la majorité de la population, et les institutions démocratiques favorisent dorénavant l’expression des demandes sociales. Plus proches socialement et géographiquement les uns des autres ou, plutôt, moins distants que par le passé, les Brésiliens n’en constatent que mieux ce qui les séparent les uns des autres.

4Le Brésil reste cependant toujours loin de constituer un type de formation sociale où, en dépit des différences de positions et des inégalités socio-économiques, chacun se pense comme membre d’un corps social constitué d’individus fondamentalement semblables entre eux. Les inégalités continuent d’organiser des différences sociales et symboliques si fortes que l’on est bien loin de ce que, dans un ouvrage qui a fait date, Robert Castel a appelé la « société salariale » pour qualifier la France jusqu’aux années 1970 [Castel, 1995]. Celle-ci avait, selon ses termes, pour « acquis fondamental » de « construire un continuum de positions sociales non pas égales, mais comparables, compatibles entre elles et interdépendantes » [Castel, 1995, p. 470]. L’héritage du corporatisme, qui s’est mis en place à partir des années 1930 durant la présidence de Getúlio Vargas, définit en particulier toujours au Brésil des statuts fortement différenciés par les droits sociaux auxquels ils donnent accès. Wanderley Guilherme dos Santos a ainsi parlé dans un texte devenu classique d’une « citoyenneté réglementée » (cidadania regulada) à propos de ces droits sociaux, attribués sous un régime autoritaire, qui laissent dans une condition de « pré-citoyens » les travailleurs dont l’activité n’est pas juridiquement réglementée comme ouvrant à ces droits [Santos, 1987, p. 68]. Et bien que ces formes de protection n’aient jamais concerné qu’une minorité de Brésiliens, elles ont donné naissance à un puissant imaginaire de l’inclusion sociale que permet la reconnaissance d’une profession par l’État [Cardoso, 2010]. Car même si ceux qui travaillent dans l’économie informelle n’y ont pas accès ou qu’un grand nombre n’a pas cotisé suffisamment d’années pour en jouir pleinement, elles rendent à tous tangible la perspective de ne plus être un jour à la merci du bon vouloir d’un employeur.

5Qu’elle ait pris la forme de la consommation de masse ou d’un meilleur accès à des services publics, l’amélioration des conditions de vie sous la présidence de Lula a de ce fait eu pour conséquence de produire une symbolique de l’inclusion pour ceux qui se percevaient à la marge de la société. La crise économique ne pouvait dans ce contexte qu’entraîner le sentiment d’un monde qui se dérobe sous les pieds des Brésiliens qui avaient bénéficié de la période précédente.

La fin du cycle du Parti des travailleurs

6La dégradation de la situation économique a porté un préjudice considérable à Dilma Rousseff. Contraint à l’austérité budgétaire, son gouvernement a, dans un premier temps, dû renoncer à certains programmes sociaux et à des travaux d’infrastructure qui avaient assis la popularité de son prédécesseur. L’affaiblissement de la présidente allait, d’autre part, continuer crescendo avec le déclenchement, en mars 2014, de l’opération Lava Jato (« Nettoyage express ») qui implique directement le PT, puis Lula lui-même. C’est en fin de compte très isolée qu’elle perd son mandat, le PT, dont une bonne partie des militants désapprouvaient les mesures prises par son gouvernement, ne s’étant pas montré en mesure de lui apporter un soutien décisif.

7La détérioration de la situation politique ne doit toutefois pas faire oublier le chemin parcouru depuis le retour du Brésil à un régime civil au terme d’une longue transition dont les militaires n’ont jamais perdu le contrôle et au milieu d’une crise économique qui limita longtemps la capacité d’intervention des pouvoirs publics. L’impression de continuité entre les deux périodes – dictature et régime civil – qui en avait initialement résulté s’estompe en effet dès que l’on considère attentivement les transformations du fonctionnement politique intervenues au cours des trois dernières décennies. Le pays est passé depuis sans encombre du bipartisme au multipartisme, et le nombre d’électeurs a considérablement augmenté avec l’abaissement de la majorité électorale à seize ans et l’octroi du droit de vote aux analphabètes qui en étaient jusque-là privés. Quelles que soient leurs imperfections, les institutions démocratiques ont fait preuve de solidité dans les moments de turbulences économiques et de crises au sommet de l’État. Le rejet de la corruption a dans le même temps augmenté, fait descendre dans la rue des centaines de milliers de Brésiliens et souvent entraîné la chute d’élus impliqués dans des scandales retentissants. Des personnalités de premier plan d’horizons politiques très divers ont perdu leurs mandats et ont été condamnées à l’issue de procès qui ont retenu l’attention. La Constitution fédérale de 1988 qui, lors de sa promulgation, paraissait inapplicable en raison de l’ampleur de ses dispositions constitue aujourd’hui une référence partagée et fournit des cadres d’action aux différents acteurs du jeu politique. D’importantes réformes économiques ont eu lieu et, en mettant fin à l’hyperinflation et à une instabilité chronique, elles ont redonné à l’État un rôle d’acteur du développement. Les indicateurs concernant les domaines de la santé et de l’éducation se sont en particulier considérablement améliorés grâce à l’action publique, et des dizaines de millions de personnes sont sorties de la misère et de la pauvreté. La participation politique, notamment celle des couches populaires, s’exprime maintenant dans des dispositifs participatifs qui redéfinissent les relations entre le personnel politique et les électeurs, sans toutefois être à l’abri de logiques clientélaires où les élus locaux trouvent une nouvelle place dans les transactions.

8Le système politique possède toujours des travers considérables qui limitent l’efficacité des institutions démocratiques. Le « présidentialisme de coalition », selon l’expression classique de Sérgio Abranches [1988], résulte notamment de l’impossibilité pour le titulaire de la fonction présidentielle de disposer d’une majorité stable au Congrès. En obligeant le gouvernement à négocier sans cesse le soutien des parlementaires en contrepartie de subventions à leurs zones d’influence et de la nomination d’affiliés à des postes politico-administratifs, il entretient le donnant-donnant qui a historiquement caractérisé les relations entre l’exécutif et le législatif. Il nourrit à ce titre le discrédit des élus, massivement perçus comme des intermédiaires intéressés principalement par leur intérêt personnel, maintenant que les médias portent au grand jour ces pratiques de conciliation passées sous silence sous l’autoritarisme. Le gouvernement de Dilma Rousseff en a singulièrement pâti, faute de disposer d’un leadership fort comme celui de ses deux prédécesseurs (Fernando Henrique Cardoso et Lula), et limité budgétairement par la diminution de ses capacités d’intervention entraînée par la baisse des ressources fiscales. Les autorités judiciaires et policières paraissent de même manifester plus d’ardeur dans les enquêtes concernant les affaires visant le PT que dans celles impliquant des membres éminents de l’opposition, et certains médias – à commencer par la chaîne de télévision Globo – agissent fréquemment comme des acteurs politiques hostiles aux forces de gauche. Le droit semble surtout pour une majorité d’élus moins une valeur à respecter en soi qu’un instrument opportuniste pour l’emporter dans le combat politique, comme l’a d’ailleurs montré le prétexte utilisé par les parlementaires – un habillage banal des comptes publics qu’avaient pratiqué ses prédécesseurs – pour destituer Dilma Rousseff.

  • 3 Aux élections municipales d’octobre 2016, le vote pour des candidats écologistes et de petites form (...)

9Pourtant, l’insatisfaction, qui a crû depuis que les effets d’une forte croissance ne relèguent plus en arrière-plan ce spectacle désolant du monde politique, s’inscrit fondamentalement, de notre point de vue, dans une dynamique démocratique. Celle-ci repose plus que jamais sur le constat de l’écart entre les principes proclamés et la réalité pour exiger des gouvernants qu’ils répondent aux demandes de ceux qui les ont élus. Les mouvements revendicatifs de tous types de ces dernières années traduisent à cet égard un sentiment de lassitude diffus à l’égard d’un personnel politique dont la médiocrité du plus grand nombre est désormais avérée de tous. La démocratie n’est pas menacée pour autant, même si de petites minorités souhaitent, d’un côté, le retour à un régime militaire pour mettre de l’ordre dans le pays et, de l’autre, une révolution radicale pour en finir avec les effets du capitalisme. Au plus loin de ces appels à une rupture politique, l’immense majorité des contestataires en appelle ainsi à une transformation de la société dans le cadre des procédures démocratiques. La destitution de Dilma Rousseff s’est certes traduite par une polarisation entre ceux qui souhaitent la fin du PT au pouvoir et ceux qui considèrent qu’il s’agit là d’un coup de force des conservateurs. Et, de ce fait, la richesse des propositions de transformations sociales et politiques qui a accompagné les manifestations de juin 2013 a cédé la place à une opposition clivée d’où émergent deux figures charismatiques auxquelles chaque camp se raccroche : celle de l’ancien président Lula et celle du juge anti-corruption Sérgio Moro3.

10Néanmoins, la fin du cycle du PT, si elle ne se traduira pas nécessairement par un approfondissement de la pratique démocratique comme l’affirment ceux qui l’ont souhaitée, ne provoquera pas non plus mécaniquement l’engloutissement des acquis de la période Lula comme le soutiennent ceux qui la redoutent. Sauf à vouloir se mettre à dos une majorité des électeurs qui, d’une façon ou d’une autre, ont bénéficié de mesures prises durant les années passées par le PT au sommet de l’État, on imagine mal en effet les forces politiques liées au gouvernement de Michel Temer les remettre toutes en question.

Le Brésil à un tournant ?

11Cette double crise économique et politique révèle en fait que la démocratie a probablement atteint au Brésil un tournant trois décennies après la fin du régime militaire. Les transformations intervenues depuis ont généré de nouvelles attentes, et la légitimité des gouvernants réside maintenant dans leur capacité à permettre l’accès à des services de qualité, notamment en matière de transports publics, d’éducation et de santé. Si ces problèmes affectent plus fortement les secteurs les moins favorisés, ils concernent l’ensemble de la population sous des formes diverses, sans toutefois qu’aucun acteur politique ne parvienne à rassembler les mécontents. La rhétorique interclassiste qui a longtemps permis au PT d’obtenir les suffrages de milieux sociaux très divers a ainsi perdu de son efficacité. Présente dans la bouche de ses dirigeants comme du reste dans celle de formations concurrentes, elle entend constituer le peuple, fait toujours entendre son accent, mais ne produit pas de mobilisations de masse durables. Pour le PT comme pour ses principaux adversaires, la conquête du pouvoir continue d’être principalement recherchée à partir d’accords entre acteurs politiques traditionnels et repose sur l’efficacité des machines électorales dans une société de plus en plus complexe.

12Le pays a pourtant connu au cours des trente dernières années des mutations notables dont les effets devraient résister à la mauvaise passe qu’il traverse. L’affaiblissement des hiérarchies sociales héritées du passé rural et esclavagiste constitue ainsi un vecteur de changement profond qui a d’abord découlé de l’urbanisation puis de la capacité croissante des couches populaires à accéder au droit et à participer au processus politique. Il en a notamment résulté une dynamique égalitaire qui transforme progressivement les relations sociales dans une société caractérisée par de fortes inégalités. Le paternalisme a beau subsister dans les rapports de classe, il est de moins en moins un langage qui règle les relations entre dominants et dominés. La période de croissance économique des années 2000 a également engendré une plus grande fluidité sociale, notamment chez les jeunes d’origines différentes qui se rencontrent aujourd’hui davantage dans les établissements d’enseignement supérieur et les espaces publics urbains.

13Le Brésil éprouve aujourd’hui de ce fait la tension entre la « démocratie-régime » (au sens des institutions politiques) et la « démocratie-société » (au sens où Tocqueville parlait de l’« égalité des conditions » pour désigner le travail permanent de réduction de l’altérité entre les individus dans les sociétés démocratiques). Cette tension est d’ailleurs observée aujourd’hui dans de nombreux pays à la tradition démocratique plus ancienne, comme la France et les États-Unis [Rosanvallon, 2011]. Mais le pays le fait sur un mode singulier qui renvoie à son histoire et à l’empreinte qu’ont laissée le passé esclavagiste et le corporatisme. La progression de la citoyenneté politique ne s’est effectivement pas accompagnée d’une régression de la citoyenneté sociale à proprement parler, telle qu’on l’observe en Europe occidentale et aux États-Unis. Au cours des années 2000, les inégalités ont globalement diminué, la pauvreté et le chômage ont reculé, l’emploi formel a progressé et la dépense publique a amélioré la vie du plus grand nombre. Si la crise économique qui a suivi ce qui fut vécu comme une période faste ne pouvait que générer de l’insatisfaction, le sentiment d’injustice procède bien davantage de l’incapacité des dirigeants à mettre en œuvre des politiques publiques capables de permettre à la majorité des Brésiliens de se sentir considérés comme pleinement égaux.

14C’est pourquoi, selon nous, l’avenir démocratique du Brésil ne repose qu’en partie dans son évolution économique, quand bien même il est indéniable que la bonne santé de l’économie y a un effet positif évident sur les conditions de vie et la satisfaction de la population. Il réside davantage dans des réformes institutionnelles pour empêcher des mécanismes politiques conduisant à une corruption systémique et, plus encore, dans la capacité des Brésiliens à se vivre comme une société de semblables. Jusqu’à présent, la croissance économique a paru la principale solution pour répondre aux demandes sociales concernant l’accès à la consommation, aux services (notamment de transport, de santé et d’éducation), au logement, à la culture et à la protection contre l’insécurité. Les élites brésiliennes comme les couches moyennes considèrent ainsi que seul un fort taux de croissance permet d’améliorer les conditions de vie de tous sans entamer les leurs. La métaphore du gâteau a souvent été utilisée pour illustrer ce propos : il faudrait ainsi que la taille du gâteau augmente significativement pour que chacun puisse recevoir plus ou, à tout le moins, que ceux qui n’en recevaient que des miettes ou de trop petites parts puissent être enfin rassasiés. Outre qu’elle ne répond que partiellement au vécu des inégalités, cette projection repose sur l’hypothèse que la forte croissance qu’a connue le pays entre 2004 et 2011 peut se prolonger sur la durée. Ce type de période ne se prolonge que rarement dans la durée, et les économies nationales, hors période de rattrapage d’un retard, sont vouées à connaître un faible taux de croissance [Piketty, 2013]. Le ralentissement de l’économie brésilienne depuis 2012 et le mécontentement de plus en plus fort traduisent du reste, au Brésil comme ailleurs, les limites des réponses politiques au sentiment d’injustice par la seule croissance. Si les ressources de la croissance peuvent assurément concourir à sa formation, une société de semblables n’est en revanche possible que si ses membres se pensent comme associés dans un même ensemble, égaux non seulement en droits, mais également engagés les uns vis-à-vis des autres. Dans une société moderne comme le Brésil, cela suppose la reconnaissance d’une réciprocité entre les différentes parties qui forment la société, quelle que soit la diversité des statuts sociaux et des niveaux de revenus, c’est-à-dire l’acceptation d’une obligation de solidarité qui donne son unité à l’ensemble et assure son fonctionnement dans la durée.

15Rien ne permet aujourd’hui de dire que l’évolution du Brésil ira rapidement dans ce sens. L’hostilité d’une bonne partie des couches moyennes et supérieures aux politiques sociales en direction des plus démunis témoigne de la vigueur du mépris de classe, et des candidats aux positions très conservatrices recueillent aujourd’hui les suffrages de nombreux électeurs. À brève échéance, il est même fort probable que les problèmes du pays continuent d’être posés dans les mêmes cadres de pensée, aucune force politique n’apparaissant encore porter un dessein capable de rallier le plus grand nombre autour d’un projet démocratique plus inclusif. La polarisation actuelle entre les partisans de Lula et ses opposants ne concourt d’ailleurs pas à cette issue, en ce qu’elle relègue au second plan des débats de fond sur les priorités que devraient se donner les gouvernants. L’opposition entre ceux qui ne juraient que par l’impeachment de Dilma Rousseff et ceux qui ont vu un coup d’État dans l’utilisation de cette procédure n’a cependant pas pris à ce jour la forme d’un clivage central qui traverse le corps social, tel qu’il en existe, par exemple, au Venezuela. Durant cette procédure, les manifestations n’ont concerné qu’une minorité de la population des villes et, pour une large part, les couches moyennes et supérieures. Les propos de ceux qui y ont pris part ont pu être virulents, mais les violences y ont été limitées. En l’absence d’une participation massive des milieux populaires qui pourrait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre, les partis les plus établis restent en outre toujours en mesure de structurer le jeu politique, indépendamment de leurs oppositions et différences programmatiques. Et, du reste, on ne voit pas d’accord solide se dessiner sur des mesures concrètes empêchant la corruption de nombreux élus.

16Il n’empêche. La situation du Brésil ne saurait s’apprécier seulement à l’aune de l’actualité la plus immédiate, assurément peu réjouissante au regard des critères habituels de l’analyse économique ou politique. Sa trajectoire depuis la fin du régime militaire invite même à penser que, en dépit des difficultés du moment, le pays connaît toujours, dans ses succès comme dans ses épreuves, une expérience démocratique remarquable qui en fait toujours un pays du futur caractérisé par sa capacité à réussir des transformations majeures.

Paris, le 24 octobre 2016.

Haut de page

Bibliographie

Abranches Sérgio, « Presidencialismo de coalizão : o dilema institucional brasileiro », Dados, vol. 31, n° 1, 1988, p. 5-33.

Cardoso Adalberto, A construção da sociedade do trabalho no Brasil : uma investigação sobre a persistência secular das desigualdades, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2010.

Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Piketty Thomas, Le Capital au xxie siècle, Paris, Seuil, 2013.

Rocha Sonia, Allocations sociales et pauvreté au Brésil : le bon combat ? Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2014.

Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011.

Santos Wanderley Guilherme dos, Cidadania e justiça : a política social na ordem brasileira, Rio de Janeiro, Campus, 1987.

Vidal Dominique, Le Brésil : terre de possibles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

Haut de page

Notes

1 Pour de plus amples développements sur cette question, l’auteur se permet de renvoyer à son livre Le Brésil : terre de possibles [Vidal, 2016].

2 Après avoir considérablement baissé durant les années 1970 dans une période de forte croissance, la pauvreté a augmenté dans les années 1980 une fois que la crise s’est installée. En 1993, 44 % des Brésiliens vivent au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire disposent d’un revenu inférieur à un dollar par jour. Le Plan Real de stabilisation monétaire, mis en œuvre en 1994, ramène ce taux à 33 % en 1995. Il se stabilise ensuite autour de ce niveau jusqu’en 2003, année à partir de laquelle il entame une baisse rapide et s’établit à 15,1 % (soit environ 25 millions de personnes) en 2011. La même année, 8,5 % de la population générale vit en situation de pauvreté absolue (ou de misère), c’est-à-dire avec un revenu inférieur à la moitié du seuil de pauvreté. La réduction des inégalités de revenus, qui ont commencé à décliner de façon soutenue à partir de 1997, tient cependant d’abord à une meilleure distribution du revenu du travail (dont les effets redistributifs de l’élévation du salaire minimum), qui a été ensuite accentuée par la reprise d’une croissance économique soutenue à partir de 2003. La baisse de la pauvreté au cours de la même période résulte, elle, principalement de la baisse du chômage et de l’augmentation du taux d’activité, notamment chez les femmes, ainsi que des politiques de transferts de revenus liés à la sécurité sociale et à l’assistance, dont l’importance a augmenté au cours de la dernière décennie [Rocha, 2014].

3 Aux élections municipales d’octobre 2016, le vote pour des candidats écologistes et de petites formations de gauche, souvent dissidents du PT, sur fond de net recul des candidats pétistes paraît toutefois indiquer une recomposition de la gauche brésilienne, bien qu’il soit pour l’instant prématuré de voir ces forces capables de dessiner une alternative politique au niveau national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Le Brésil va-t-il aussi mal qu’on le dit ? », Cahiers des Amériques latines, 81 | 2016, 7-15.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Le Brésil va-t-il aussi mal qu’on le dit ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 81 | 2016, mis en ligne le 06 décembre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/4261 ; DOI : 10.4000/cal.4261

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Dominique Vidal est professeur de sociologie à l’université Paris Diderot-Paris 7 et membre de l’Unité de recherche migrations et société (Urmis). Il vient de publier Le Brésil : terre de possibles aux Presses universitaires de Rennes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org