Navigation – Plan du site
Dossier. Mouvements sociaux et espaces locaux

De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili

Emmanuelle Barozet
p. 73-89

Résumés

Malgré une forte centralisation et une démocratisation limitée, la problématique locale et territoriale s’est installée avec force au Chili dans le cadre de la recherche de nouvelles formes de participation citoyenne. À partir de la description des mouvements de défense des quartiers dans les grandes villes et de la mobilisation mapuche dans le sud cet article montre que, malgré ces exemples de mobilisations qui prennent corps ou s’affirment au niveau local, la tension entre démocratie représentative et demande de mécanismes participatifs au niveau local n’arrive pas à dépasser les formes traditionnelles de gouvernance.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie tout particulièrement la Comisión Nacional de Investigación Científica y Tecnológica de Chile (Coniyt), qui a permis la réalisation des projets Fondecyt 1030243 « Instrumentalización de redes sociales y lógicas electorales : la dimensión estructural de la movilización colectiva en movimientos neopopulistas chilenos » (2003-2005) et Proyecto Desigualdades (Anillo SOC 12), « Procesos emergentes en la estratificación chilena : medición y debates en la comprensión de la estructura social » (2009-2012). Je remercie également Vicente Espinoza et les évaluateurs des Cahiers des Amériques latines pour leurs commentaires.

Texte intégral

  • 1 Au début des années 1930, le taux d’urbanisation du Chili passe à 50 %. Du fait de l’exode rural, l (...)
  • 2 Nous nous intéresserons particulièrement aux mouvements dont les dynamiques sont territorialisées, (...)

1À partir du moment où le Chili s’urbanise1 dans la première moitié du xxe siècle, les revendications des mouvements locaux, tout particulièrement au cours des années 1960, portent sur l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers populaires et les bidonvilles (poblaciones) qui se développent en périphérie des grandes agglomérations. Ces revendications s’amplifient sous la dictature du général Pinochet (1973-1990), tout en devenant implicitement ou explicitement porteuses de demandes politiques en faveur de la démocratie. Durant les premières années de transition, alors que la classe politique gère l’ouverture dans le cadre étroit légué par les militaires, les mouvements sociaux perdent de leur puissance : le Chili entre dans un cycle récessif de mobilisation, alors que s’installe une « démocratie de faible intensité ». Dans ce contexte, le territoire local se transforme en un espace au sein duquel les habitants organisent leur survie matérielle et leur quotidien symbolique, mais aussi redéploient leur action dans l’espace public2.

  • 3 Les différentes « marches » de l’échelle de participation citoyenne de Arnstein sont les suivantes, (...)

2En ce qui concerne les formes de l’action collective, le Chili n’a pas échappé au déplacement de la réflexion qui a marqué l’ensemble du continent. En 25 ou 30 ans, les grands débats sur la nature des transitions politiques ont laissé place au cours des années 1990 à une étude plus large des caractéristiques des nouvelles démocraties latino-américaines [Silva, Cleuren, 2009], avant de céder le pas à la réflexion sur la « gouvernabilité » et les acteurs sociaux. L’intérêt porté aux mouvements locaux se développe massivement à partir des années 2000 dans la plupart des pays de la région (voir en particulier la contribution de Geoffrey Pleyers pour le Mexique dans ce numéro), dans le cadre de la recherche d’un renouveau des formes de mobilisation collective [Svampa, 2008] ; toutefois, la démocratie chilienne est non seulement « protégée » du point de vue institutionnel, mais surtout peu encline à prendre en compte la participation populaire ou citoyenne. Pour clarifier notre propos, et bien que le terme soit polysémique et que sa signification change au fil des constructions et des reconstructions du débat et des politiques publiques [Espinoza, 2009], nous utiliserons ici la définition de Sherry Arnstein : la participation citoyenne correspond à la « redistribution du pouvoir, qui permet aux citoyens exclus des processus politiques et économiques d’être inclus de manière délibérative. Il s’agit de la stratégie par l’intermédiaire de laquelle les exclus deviennent partie prenante des décisions relatives à l’accès à l’information, à l’élaboration d’objectifs et de politiques, à la distribution des ressources, à l’application des programmes, à l’adjudication des contrats. En résumé, il s’agit des moyens par lesquels les exclus peuvent introduire une réforme sociale significative qui leur permette de répartir les bénéfices de la société » [Arnstein, 1969]3.

  • 4 Le décalage entre la promesse de redistribution et les attentes d’une partie importante des secteur (...)

3Aujourd’hui, le régime chilien possède un faible niveau de participation citoyenne et politique, mais présente un contraste incontestable entre consolidation institutionnelle de la démocratie et affaiblissement des logiques de mobilisation collective. Toutefois, il existe une tension très forte entre démocratie représentative et demande d’inclusion de mécanismes participatifs ou d’autogestion au niveau local. Dans le cadre de cette hypothèse, nous présenterons ici deux cas d’étude : les mouvements de défense des quartiers à Santiago et les mobilisations mapuche dans le centre-sud du pays, qui reflètent deux modes d’action liée aux territoires, en espace urbain et rural respectivement ; la première forme de mobilisation émerge dans les années 2000 alors que la seconde répond à une problématique historique. Ces mouvements répondent chacun à leur manière à la perte de centralité du conflit capital/travail au cours des années 1990 et 2000. Ce ne sont pas des mobilisations populaires au sens propre du terme, mais dans les deux cas, le territoire local est au cœur de leurs définitions identitaires et de leurs formes d’expression. Il ne faut toutefois pas oublier que certains mouvements nationaux persistent (mouvements pour les droits des femmes, des populations indigènes, des fonctionnaires, des travailleurs du secteur de la santé et du cuivre, pour la protection de l’environnement, altermondialistes), alors que d’autres apparaissent (mouvements pour les droits des minorités sexuelles, mobilisations lycéennes et étudiantes en particulier, comme ce fut le cas en 20064).

4Dans cet article, nous reviendrons sur le contexte général des mobilisations collectives au Chili au cours des années 2000, avant de présenter le bilan récent de la décentralisation et son impact sur les mobilisations locales. Ensuite, nous décrirons deux formes d’action collective qui opèrent au niveau local ou selon une logique territoriale : les associations de défense des quartiers à Santiago et le mouvement mapuche dans le sud. La dernière partie du document abordera les entraves au développement de ce type d’action et leur manque d’impact significatif sur le système politique chilien.

Un faible intérêt pour la politique traditionnelle doublé d’un pacte élitiste de la classe politique

  • 5 La constitution en vigueur fut installée par la force en 1980 par le Général Pinochet. Les nombreux (...)
  • 6 À la fin de la dictature, les partis et les mouvements qui s’opposent à Pinochet se regroupent au s (...)
  • 7 Le PC a obtenu trois sièges à la Chambre des Députés lors des élections parlementaires de décembre (...)

5L’absence de crises majeures au cours de la dernière décennie au Chili est le résultat d’une transition politique qui a porté ses fruits, même s’il existe un consensus autour du fait que le Chili n’est pas encore une démocratie consacrée5. Du point de vue de la participation politique et sociale, les conditions dans lesquelles s’est déroulée la transition sous les quatre gouvernements de la Concertación6 n’ont pas permis d’inverser la tendance à la fragmentation de la société civile héritée de la dictature. En effet les acteurs sociaux qui ont permis d’enclencher la transition ont par la suite été désactivés, dans le cadre d’une application élitiste du fonctionnement de la démocratie [Garretón, 2006] et par peur des débordements sociaux. En effet la droite et le centre gauche assument l’échec des années Allende (1970-1973) comme le produit d’un débordement du projet de voie chilienne vers le socialisme. En particulier, les mobilisations populaires de l’Unité Populaire, leur radicalisation et la fin sanglante du régime ont consolidé l’idée que l’introduction de mécanismes participatifs au sein des secteurs populaires est une arme à double tranchant [Silva, Cleuren, 2009]. Dans la mémoire collective d’une partie de l’opinion publique aussi, le « pouvoir populaire » est toujours responsable de la déliquescence du régime d’Allende. D’autre part, les partis politiques qui n’étaient pas représentés au Congrès, comme le PC7, les Humanistes ou les Verts ne stimulent pas non plus un discours ou des pratiques participatives, contrairement par exemple au PT brésilien. Il n’existe donc pas au Chili un appui « depuis le haut » aux initiatives de démocratie participative ou aux mouvements sociaux locaux.

  • 8 Deux députés et deux sénateurs sont élus dans chaque circonscription à partir d’un système de liste (...)

6L’intérêt pour la politique traditionnelle s’est aussi atténué au cours des années 1990 ; la distance entre la société civile et les instances politiques s’est creusée, à la mesure des concessions faites par les gouvernements successifs aux militaires et aux grands groupes économiques. Dans un pays où l’inscription sur les listes électorales est volontaire et le vote obligatoire, la désaffection citoyenne pèse lourdement sur le système politique, surtout dans les secteurs populaires [Cox, 2010]. Dans le cas du Chili, ce ne sont pas tant les accusations de corruption ou les promesses populistes non tenues qui creusent la distance entre citoyens et système politique, que la conviction du caractère obsolète et excluant du système électoral binominal [Garretón et al, 2010], l’absence de réforme profonde du système économique en place, ainsi que le manque d’ouverture de l’élite. En effet, le système électoral pour les élections parlementaires8 tend à renforcer les grandes coalitions et à surreprésenter les grands partis [Fuentes, Altman, Segovia et al, 2006], tout en limitant l’entrée des petits partis aux deux chambres, qui représentent pourtant environ 10 % des suffrages : ces règles du jeu électoral finissent par promouvoir un certain immobilisme.

7Le système politique chilien traverse donc une relative crise de légitimité, sans toutefois générer un mouvement d’opposition en mesure de proposer des alternatives aux institutions et au régime économique néolibéral en place. Des réformes profondes du fonctionnement institutionnel ne sont pas vraiment envisagées, par crainte de provoquer des débats trop virulents dans l’opinion, mais aussi parce qu’une grande partie de la classe politique, tant à droite qu’à gauche, ne souhaite pas lâcher de lest sur le plan de la participation citoyenne. D’autre part, l’image positive dont jouit le Chili hors de ses frontières – et par comparaison avec ses voisins en termes de fonctionnement institutionnel et démocratique – ne facilite aucunement les initiatives de transformation politique et institutionnelle [Garretón et al, 2010]. En ce sens, la comparaison avec l’Argentine est intéressante car, de l’autre côté de la cordillère, on a cru que les nouvelles formes de mobilisations sociales locales et territoriales des quinze dernières années marqueraient le renouveau des acteurs populaires et surtout la montée de pratiques protestataires, dans le cadre d’une désaffiliation des acteurs sociaux par rapport aux cadres usuels de socialisation [Svampa, 2008]. Toutefois, si au Chili la représentativité des partis en termes de bases sociales est de plus en plus limitée, la formation de nouveaux mouvements sociaux rencontre des difficultés. En effet, les citoyens chiliens se montrent distants de leur système de partis malgré sa stabilité – par comparaison avec les pays voisins – et apathiques en ce qui concerne les élections, beaucoup plus que dans le reste de la région [Luna, 2008], mais cela ne semble pas suffisant pour générer d’amples mouvements sociaux.

8Dans ce contexte de désintérêt pour la politique traditionnelle, l’absence de participation citoyenne que ce soit au niveau local ou national est patente : environ 40 % de la population ne montre aucune disposition à la participation ; un tiers comprend la participation comme une relation instrumentale vis-à-vis des autorités politiques et seulement un quart de la population est prête à s’impliquer dans diverses formes de participation. Toutefois, les pratiques réelles de participation dans les quartiers ne touchent que 10 % de la population [Espinoza, Rabi, 2009 ; de La Maza, à publier]. L’absence de confiance interpersonnelle ou institutionnelle est aussi très importante au Chili et l’indice de confiance est l’un des plus bas du continent [Latinobarómetro, 2009]. La combinaison de ces deux facteurs représente donc un obstacle important à la création de collectifs. Sauf exception le niveau local n’est a priori pas un espace au sein duquel se construisent des liens de confiance. Le développement communautaire ou les mobilisations locales doivent donc lutter contre le manque de confiance, voire contre l’hostilité latente qui existe dans les quartiers [Espinoza, Rabi, 2009].

9Les conditions socioéconomiques particulières du Chili sont aussi souvent pointées du doigt pour expliquer les faibles mobilisations. Le Chili est sans aucun doute atypique par rapport à la plupart de ses voisins : ce petit pays, qui a choisi, plus tôt que tout autre, la voie du néolibéralisme, montre aujourd’hui d’importants succès du point de vue macroéconomique : la pauvreté est passée de 45 % en 1988 à moins de 20 % en 2009, le pays possède des revenus considérables grâce aux exportations de cuivre et de matières premières et il est membre de l’OCDE depuis 2009. Toutefois, le Chili reste l’une des nations les plus inégalitaires au monde. Les politiques économiques et sociales ne parviennent pas à satisfaire les besoins ou les attentes des citoyens. La répartition des richesses est toujours un drame dans un pays où les politiques de redistribution sociale sont limitées. En effet, les gouvernements de la Concertación ont mis en place des subsides envers les secteurs les plus vulnérables, tout particulièrement pendant le mandat de Michelle Bachelet (2006-2010) et l’actuel gouvernement de droite de Sebastián Piñera (2010-2014) a promis de maintenir cette orientation. Toutefois, l’inexistence d’un système de redistribution par l’impôt pèse lourdement sur les secteurs populaires et creuse la distance entre les plus riches et les plus pauvres. Malgré ce premier constat, les Chiliens semblent cependant préférer préserver leurs acquis sociaux. Le repli sur la sphère privée et familiale pour satisfaire les besoins matériels est patent au cours de la dernière décennie. Cette tendance, fortement ancrée, semble difficilement réversible. Finalement, au Chili, la légitimité des inégalités est très forte [Barozet, 2010]. Expérimenter du point de vue politique, dans un contexte de relative amélioration du niveau socio-économique du pays, et de grande tolérance face aux inégalités, n’est donc pas un concept porteur.

Le processus de décentralisation et son impact sur les mobilisations locales

10Au niveau régional et local la situation institutionnelle ne favorise pas non plus les mobilisations. Les mesures successives de décentralisation, mises en place par la Subsecretaría de Desarrollo Regional y Administrativo à partir des années 1980, n’ont pas battu le centralisme en brèche. Comme dans d’autres pays, la revalorisation du niveau local à partir des années 1980 correspond aussi à un moment sinon de discrédit, du moins de questionnement de l’action de l’État-nation. Le débat sur la participation locale qui s’installe au cours des années 1990 aura des échos importants au Chili, mais ses résultats sont encore bien minces.

  • 9 Loi Organique Constitutionnelle des Mairies n°18 695, publiée au Journal Officiel en 1988 et actual (...)

11Il est important de souligner que dans le cas du Chili, suite à la réforme de 19809, un certain nombre de compétences ont été transférées aux communes, en particulier l’administration de l’éducation et de la santé publique en vertu d’une déconcentration fonctionnelle qui vise la réduction de la taille de l’État, mais sans une réelle décentralisation de la prise de décision. En effet, les mairies commencent à gérer de manière ciblée une grande partie de l’aide sociale, politique qui vise à contenir l’explosion de la pauvreté (tout en rationalisant les dépenses publiques) et à transférer les conflits sociaux à la périphérie du système politique. Toutefois, les transferts de l’État aux mairies sont souvent insuffisants et ces dernières dépendent le plus souvent de revenus propres, ce qui établit une distance insurmontable entre communes riches et communes populaires.

  • 10 La protection sociale au Chili n’est pas universelle. Il existe, d’une part, l’éducation et la sant (...)

12Malgré la transition politique au début des années 1990, les programmes sociaux sont toujours gérés par les mairies, raison pour laquelle ces dernières représentent pour les secteurs les moins aisés la principale interface publique de l’État-providence10. À partir de 1990, les services sociaux des mairies vont aussi approfondir l’application des politiques de focalisation, souvent par l’intermédiaire de fonds compétitifs. Ce mécanisme oblige les dirigeants locaux à développer des compétences bureaucratiques et tend à fragmenter la demande [De La Maza, 2004 ; Espinoza, 2009]. L’une des principales conséquences de cette réforme est la dépolitisation des débats locaux [Posner, 2004].

  • 11 Jusqu’à cette date, le conseiller municipal qui avait reçu le plus de suffrages était déclaré maire

13D’autre part, la réforme de l’État sous le gouvernement d’Eduardo Frei (1994-2000), en particulier la phase de modernisation, ne signifiera pas non plus une avancée dans le domaine de la décentralisation. Les Conseils Économiques et Sociaux, organismes consultatifs créés en 1991 et composés de représentants élus des organisations sociales et des associations locales, n’ont qu’une participation très limitée, voire inexistante dans la prise de décision. L’élection des maires au suffrage universel à partir des élections de 200411 et celle des conseillers régionaux en 2009 sont un pas dans le sens de la décentralisation, mais le centralisme n’est pas vraiment battu en brèche du fait des fortes limites au transfert des ressources publiques au niveau régional et local. Finalement, le plébiscite au niveau local existe, mais il n’est pratiquement jamais mis en place [Pressacco, Huerta, 2000].

  • 12 San Joaquín est une commune populaire du sud de Santiago d’environ 100 000 habitants.

14Les formes les plus superficielles de participation ont été toutefois rapidement adoptées par le gouvernement de Ricardo Lagos (2000-2006), alors que les discours sur la démocratie participative, relayés par les institutions internationales comme la Banque Mondiale, ont commencé à circuler, sans cependant trouver un écho réel au sein des formes de gestion locale [Espinoza, 2004]. Il existe toutefois une exception : bien que les initiatives de mise en place de budget participatif soient limitées au Chili [Pagliai, Montecinos, 2006], la mairie de San Joaquín12 a mis en place ce système de gestion en 2004. Il convient de souligner que cette procédure concerne seulement le budget réservé aux investissements et ne touche que les trois-quarts de la somme totale (soit 190 000€ en 2006). Environ 4 500 personnes ont pris part aux décisions en 2004 et environ 10 000 en 2006 au cours d’assemblées populaires [Castillo, 2009]. Les projets financés ont souvent trait à l’investissement en infrastructure urbaine et communautaire. Toutefois, cette nouvelle logique n’a pas permis d’éliminer l’influence des dirigeants locaux et des intermédiaires clientélaires qui obtiennent plus facilement le financement de leurs projets que des citoyens moins impliqués dans les organisations de base. D’autre part, un projet de loi plus ambitieux sur la participation citoyenne a été déposé au Congrès par le gouvernement, mais il n’a été pas approuvé. Non seulement les gouvernements successifs n’ont pas fait de la participation l’une de leurs priorités réelles – même si le discours sur la participation est partout présent – mais l’ensemble de la classe politique nationale et locale a démontré ces dernières années une forte résistance à la mise en place de mécanismes de participation [Silva, Cleuren, 2009].

15Malgré tout, Michelle Bachelet fera à nouveau de la participation citoyenne l’un des leitmotivs médiatiques de son gouvernement (2006-2010). En septembre 2006, elle présente l’Agenda pour la Participation Citoyenne qui contient de nombreuses incohérences et lorsque deux ans après son arrivée au pouvoir elle négocie l’appui des partis politiques pour la deuxième partie de son mandat, la participation passera au second plan. Le contexte général n’est donc toujours pas favorable à la mise en place de mécanismes d’intégration politique et citoyenne qui permettent d’aller au-delà de la démocratie représentative traditionnelle et de valoriser les expériences locales ; la volonté de surmonter ce contexte n’est pas non plus très solide.

Les mouvements de défense des quartiers : entre patrimoine et environnement

16Dans un pays où 85 % de la population vit en ville où plus de 70 % est propriétaire de son logement [Recensement 2002 ; Tironi, 2003], et où le PIB per capita est passé de 4 500dollars en 1989 à 14 300 dollars en 2009 (selon une estimation du FMI), les mouvements de défense des quartiers dans les grandes agglomérations constituent l’une des formes émergentes de mobilisation au cours de la dernière décennie. En effet, les paysans nécessiteux ou les habitants pauvres en provenance de zones rurales qui s’installent à la périphérie des grandes villes dans les années 1960 et 1970 se trouvent une ou deux générations plus tard dans une situation très différente : ils appartiennent encore aux secteurs populaires, mais ils ont pu acquérir un logement, soit grâce à leur capacité d’économie, soit grâce aux politiques de logement mises en place aux cours des dernières décennies.

  • 13 Les premiers grands conflits médiatiques autour de l’installation de décharges dans la région de Sa (...)

17Les mouvements de défense des quartiers sont une réponse à la transformation rapide de l’espace urbain et à l’installation de tours, de centres commerciaux, de décharges13, d’usines de traitement des ordures [Sabatini, Wormald, 2004 ; Canteros, 2009], ou de nouvelles infrastructures urbaines qui altèrent le style ou le cadre de vie des habitants. Ce type de manifestations se différencie des mobilisations traditionnelles des pobladores des années 1950 aux années 1980 qui occupèrent des terrains ou des espaces auxquels ils ne pouvaient avoir accès en dehors d’une installation illégale [Espinoza, 1998, Garcés, 2002, Canteros, 2009]. Les mouvements de pobladores travaillaient en outre directement avec les partis politiques, souvent dans le cadre d’une relation clientélaire. Les mouvements de défense des quartiers répondent à une autre logique et ne sont pas dépendants des partis politiques ni nécessairement des idéologies du moment, comme le furent leurs prédécesseurs ; ils ne sont pas non plus liés à des stratégies électorales, sauf dans le cas du plébiscite de Vitacura, sur lequel nous reviendrons. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les dirigeants de ce type de mouvement tendent à souligner le caractère « social » et non politique de leur action ; le discrédit qui pèse sur une certaine forme de politique partisane est un stigmate que les mouvements locaux souhaitent esquiver, afin d’obtenir des adhésions qu’une définition politique plus précise risquerait d’effaroucher [Wormald, Sabatini, 2004]. Plus pragmatiques, ces mouvements se constituent autour d’objectifs limités et souvent techniques, mais formulés en termes de qualité de vie.

  • 14 Comme le mouvement lycéen de 2006 ou celui des enseignants du secteur public et des personnels de s (...)
  • 15 C’est le cas, par exemple, de la commune de Til Til au nord de Santiago, où malgré les manifestatio (...)
  • 16 Voir, par exemple, des mouvements Réseau Citoyen pour Ñuñoa, Plaza Las Lilas, ou les Voisins de San (...)

18Du point de vue des résultats, même si seul un petit nombre d’entre eux parviennent à dépasser les limites du quartier qui les a vu naître, ces mobilisations ont permis dans la plupart des cas d’empêcher l’amendement des plans d’occupation des sols ou l’application des nouveaux plans d’urbanisme. Le succès les rend à leur tour populaires, d’autant que les mouvements sociaux nationaux obtiennent en général des résultats beaucoup plus mitigés14. Le cas de la commune de Vitacura, la plus riche mairie du Chili, située au nord-est de Santiago où des mobilisations ont surgi pour empêcher la transformation de trois quartiers fut, de ce point de vue, emblématique. Le mouvement, créé en 2006, a débouché sur l’organisation d’un référendum municipal en mars 2009. La bataille légale pour l’organisation de cette consultation a mené les organisateurs devant les instances suprêmes de l’État chilien, qui leur ont donné gain de cause. Les opposants au maire ont finalement obtenu 80 % des voix. Vitacura a pu « s’offrir » un référendum, mais le coût de cette mesure n’est pas envisageable pour le reste des mairies chiliennes. En outre, les résultats de ces mobilisations peuvent être mitigés, surtout dans les communes les plus pauvres15 ou les plus vulnérables au clientélisme ; celles qui obtiennent gain de cause peuvent aussi avoir du mal à perdurer16.

19En termes d’organisation, ce genre de mobilisation est le plus souvent très flexible et s’articule plus en réseau qu’en association. En ce sens, la mobilisation peut répondre à des objectifs très divers que ce soit la mairie, une entreprise de BTP, le gouvernement, le Ministère des Travaux Publics ou une entreprise internationale. Plutôt que de mobiliser des adhérents, le but de ce type d’action est de se positionner dans les médias. Internet et la presse en général, les réseaux sociaux et les blogs en particulier, sont les espaces privilégiés de cette interaction. Ils permettent la coordination de mobilisations ponctuelles quoique l’utilisation des juntas de vecinos, d’associations ou organisations traditionnelles n’est pas non plus boudée, comme ce fut le cas par exemple lors de la mobilisation contre l’installation d’une décharge dans Maipú, la plus grande commune de Santiago à la fin des années 1990. Un Conseil de Lutte pour l’Environnement a vu le jour, sur la base du regroupement de 25 juntas de vecinos [Wormald, Sabatini, 2004].

  • 17 « Not in my backyard », c’est-à-dire « pas dans ma cour ».

20Bien sûr, derrière chaque action ou mobilisation, se cachent des acteurs et des mobiles divers, depuis les « nostalgiques de la communauté perdue » jusqu’aux nouvelles classes moyennes aisées qui cherchent de cette manière à se différencier des autres groupes sociaux, en passant par les NIMBY17, les mobilisations intermittentes [Cefai, à publier] ou les militants de la démocratie participative. Le répertoire de l’action collective est tout aussi divers : manifestations, pétitions, mais aussi carnavals, organisation de banquets dans la rue, assemblées, concours littéraires, festivals, c’est-à-dire toute forme d’expression qui s’inscrit dans le quartier et souligne l’importance de la cohabitation entre voisins. Ces mobilisations doivent souvent acquérir un caractère technique, que ce soit pour obtenir un classement au patrimoine, mettre en place une consultation populaire, rédiger des rapports sur l’état de l’environnement ou présenter un recours devant les tribunaux, la mairie ou les autorités chargées de la protection de l’environnement. C’est une des raisons pour lesquelles les mouvements de défense des quartiers dans les secteurs aisés ou moyens ont plus de chance d’aboutir que dans les communes très populaires où les habitants ont du mal à obtenir l’aide technique dont ils ont besoin.

21Comme le souligne Canteros [2009], ces acteurs ne sont pas invités à faire partie d’un dialogue sur la planification urbaine et leur action est donc réactive : ils font irruption dans la discussion publique quand leurs intérêts ne sont pas pris en compte ou sont plus directement lésés par la planification urbaine [Sabatini, Wormald, 2004]. Malgré la particularité de leurs demandes liées à l’habitat et à leur identité forgée autour d’un territoire, cette forme de mobilisation a gagné en légitimité « citoyenne » au cours de la dernière décennie et s’exprime d’ailleurs sans que les partis politiques aient réussi à la coopter. Le quartier apparaît donc non seulement comme l’espace de cohabitation des habitants, mais aussi comme l’espace symbolique de la lutte politique et de réappropriation de l’espace local dans le cadre des théories de la démocratie participative et de la lutte contre la globalisation. Comme les investissements et la planification urbaine répondent souvent aux décisions de groupes économiques transnationaux, le quartier représente l’espace microsocial adéquat pour la conformation d’identités liées à la qualité de vie, quelque part entre l’identité individuelle et des identités collectives plus floues. Toutefois, comme l’a souligné Harvey [2007], ces mobilisations portent en elles leurs propres contradictions, en particulier celles du « nouvel urbanisme », qui véhicule une vision nostalgique et idéalisée de la vie de quartier et tend à exclure ceux qui ne partagent pas le même style de vie ; l’un des effets pervers de ce type d’action est qu’il peut encourager la reproduction des inégalités.

Les mobilisations mapuche : entre revendication des droits indigènes et lutte pour le territoire

  • 18 Bien qu’il existe au Chili plusieurs ethnies, seuls les Mapuche soutiennent un conflit historique c (...)
  • 19 Malgré le fait que la moitié de la population mapuche vit aujourd’hui en ville, et en particulier à (...)

22Dans un domaine très différent, mais aussi directement lié aux problématiques locales et territoriales, la « question mapuche »18 est capitale. Dans cet article, nous ne prétendons pas rendre compte de l’histoire de ces mobilisations, ni de leur complexité, mais décrire brièvement leur impact aujourd’hui dans le cadre de la problématique qui nous intéresse. Il s’agit d’un mouvement inscrit dans des territoires locaux, principalement les régions du sud du pays : Bío Bío, Araucanía et des Lacs19.

  • 20 Au Chili, selon les chiffres du dernier recensement (2002), 10 % de la population se considère indi (...)
  • 21 Les acteurs les plus influents de ces mobilisations sont le Conseil de Toutes les Terres et son lea (...)
  • 22 Cet accord a été ratifié par le Congrès en 2008 et est entré en vigueur en 2009.
  • 23 L’un des cas les plus connus est la centrale hydro-électrique de Ralco, construite entre 1997 et 20 (...)

23À partir du retour à la démocratie, les communautés mapuche – « les gens de la terre »20 – tentent une première réorganisation, dans le cadre de l’installation d’un dialogue avec l’État [Bengoa, 1999] et d’un nouvel agencement légal pour les peuples indigènes. Toutefois, les conflits entre certaines communautés, les entreprises et l’État21 s’intensifient au cours de la deuxième moitié des années 1990, ce qui pousse à la radicalisation du mouvement mapuche autour du thème des terres « usurpées » ; cela n’affecte toutefois pas la totalité de la population mapuche. À partir de la seconde moitié des années 2000, le conflit se radicalise et les affrontements entrent en phase d’escalade. Les communautés remettent alors en question la souveraineté de l’État chilien sur les terres mapuche. Les principales revendications des secteurs mobilisés sont la reconnaissance constitutionnelle des peuples indigènes, le refus de la politique d’assimilation, la restitution des terres occupées par les colons – raison pour laquelle certains assimilent le mouvement mapuche à un mouvement paysan et territorial –, une plus grande autonomie de gestion de la part des communautés, voire le droit à l’autodétermination, et l’application de l’accord n° 169 de l’OIT sur les peuples indigènes22. Les mobilisations surgissent aussi plus ponctuellement lorsque de grandes entreprises souhaitent s’installer dans la région, comme c’est le cas lors de la construction de barrages23 ou de routes. Le répertoire de l’action collective, en dehors des actions telles que les manifestations ou les défilés à cheval, appartient à un autre registre, beaucoup plus violent : grève de la faim, occupation ou « récupération » de terres, incendie d’installations des colons ou de plantations forestières. L’utilisation d’Internet est aussi massive. La réponse de l’État se matérialise en général par des descentes policières, ainsi que par l’arrestation et la criminalisation des jugements des dirigeants mapuche, quelquefois sous couvert de lois antiterroristes [Mella, 2007] ; les « bavures » et les morts ne sont pas rares.

24Les acteurs de ce conflit appartiennent à des organisations politiques autonomes ; certaines défendent seulement l’autogestion, alors que d’autres assument une posture ethno-nationale plus radicale [Stavenhagen, 1999]. On compte aussi des organisations fonctionnelles, qui travaillent avec l’État et ses représentants, et finalement des organisations de type traditionnel propres à la société mapuche, dont le fondement est territorial, communautaire et spirituel. Cette dernière forme d’organisation est sans doute la plus puissante dans l’explication des mobilisations mapuche, mais toutes sont perméables. La radicalisation et la médiatisation du mouvement mapuche correspondent aussi à l’apparition d’une nouvelle génération de dirigeants post-dictature, qui possèdent une formation universitaire et qui maîtrisent les débats internationaux sur les droits des indigènes. Les alliances avec les Verts, les altermondialistes, les humanistes ou la nouvelle gauche sont aussi courantes, surtout pour défendre la cause mapuche hors des frontières du Chili et faire pression sur l’État chilien, en mobilisant des ressources, des institutions et des acteurs internationaux selon une stratégie courante des mouvements indigènes en Amérique latine. Le mouvement mapuche est sans aucun doute le mouvement local qui a le mieux réussi à établir des alliances contre son propre État.

25Malgré la violence des confrontations, l’une des caractéristiques centrales de ce conflit est son immobilisme. En effet, le cycle manifestation/répression/manifestation a acquis une dimension statique au cours des dernières années, tant du point de vue des mobilisations elles-mêmes que du point de vue de l’adhésion des Mapuche. En effet, un grand nombre de Mapuche ne sont pas partie prenante de ce conflit, qui se limite à quelques communautés. L’opinion publique non mapuche continue à considérer qu’il s’agit d’une problématique propre à une minorité ethnique qui doit être traitée par les instances spécialisées – la CONADI, Commission Nationale de Développement Indigène –, ce qui ne favorise ni sa reconnaissance ni son impact au niveau national [Vergara, Foerster, 2002]. Malgré l’ampleur de la couverture médiatique de la grève de la faim depuis juillet 2010 de 34 Mapuches emprisonnés, et l’ouverture d’une table de négociation entre le gouvernement et les représentants mapuche, les médias nationaux relaient peu la situation ou tendent à stigmatiser et à criminaliser les actions des Mapuche. Le débat est donc surtout cantonné à la région du conflit et ne crée un impact sur le système politique national que de manière très exceptionnelle.

26Il est important de souligner la diversité des orientations politiques au sein de la communauté mapuche, elle-même perméable aux pratiques clientélaires. La plupart des spécialistes de la question mapuche considèrent aussi que l’atomisation du mouvement est importante ; les luttes entre organisations mapuche rendent difficile la formation d’un seul mouvement [Vergara, Foerster, 2002]. Dans ce contexte, l’articulation du mouvement mapuche avec les acteurs et les logiques institutionnelles est plurielle et porteuse d’ambiguïtés. En effet, comme l’a démontré Purcell [2006], rendre équivalents les termes local, « indigène », « rural », « pauvre » et « traditionnel » est une des erreurs courantes – l’un des « pièges locaux » – des promoteurs du niveau local.

Conclusion : nouveaux mouvements, nouvelles logiques institutionnelles ?

27Les mouvements sociaux présentés ici représentent deux des formes les plus actives de mobilisation autour du territoire aujourd’hui au Chili. Dans les deux cas, il s’agit de mouvements qui ne se limitent pas à une seule classe sociale, ce qui les différencie largement des mouvements de pobladores des années 1950-1980. Dans ces deux mobilisations, le mot « populaire » (popular), souvent employé pour faire référence à la composition de ses membres ou de ses adhérents, n’a plus la même consonance. En effet, même pour les mobilisations des secteurs les plus pauvres, il est crucial d’établir des alliances avec d’autres secteurs sociaux et d’abandonner l’identité de poblador pour devenir un habitant comme les autres [Sabatini, Wormald, 2004], sur la base du même « droit à la ville » ou à la terre. L’identité de poblador dans le premier cas, et celle du paysan, dans le second, dont le stigmate est évident, n’est plus portée comme banderole politique. Toutefois, l’impact de ces mobilisations sur les institutions est encore limité : les mouvements sociaux locaux au Chili, malgré leur diversité et leur pugnacité, n’ont pas réussi à créer un impact significatif sur le système politique ni sur les politiques publiques nationales ou locales, car elles n’ont pas encore réussi à mettre en place de nouvelles logiques institutionnelles et ne semblent pas non plus répondre à une réelle transformation de la structure d’opportunité politique.

  • 24 Selon l’expression couramment utilisée par l’ex-Président Ricardo Lagos (2000-2006) et reprise par (...)

28En conclusion, il est important de rappeler que dans le cas du Chili, la politique n’opère pas de la même manière, ni avec les mêmes critères, au niveau national et au niveau local : sur le plan national, l’existence de mécanismes de contrôle relativement efficaces et surtout la persistance d’un pacte de fonctionnement politique au sein de l’élite ont permis de forger l’image d’un pays « sérieux »24 qui respecte ses engagements. Sur le plan local, au contraire, abondent les autorités toutes-puissantes qui établissent des règles de fonctionnement personnalisées, avec un contrôle laxiste de la part des autorités compétentes [Barozet, 2008]. Comme nous l’avons souligné, hors des mobilisations décrites dans cet article, il n’existe guère de mécanismes au niveau local qui permettent aux citoyens eux-mêmes d’exercer le contrôle sur leurs autorités. Dans ce contexte, les pratiques clientélaires sont légion et plusieurs études ont battu en brèche non seulement l’idée selon laquelle le clientélisme était une pratique antérieure à la dictature [Barozet, 2004 ; Durston 2005 ; Espinoza, 2006], mais surtout que son impact sur le système politique et la démocratie était mineur. De fait, cette pratique est récurrente dans l’ensemble des partis politiques, sur l’ensemble du territoire, ce qui tend à étouffer les désirs de mobilisation. Dans ce contexte, l’équation « local =démocratie » n’est pas encore résolue dans le cas du Chili, et ce constat ne semble pas complètement étranger aux conclusions avancées par d’autres études dans le Cône Sud.

Haut de page

Bibliographie

Antileo Enrique, Mapuche santiaguinos : posiciones y discusiones del movimiento mapuche en torno al dilema de la urbanidad, Santiago, Ñuke Mapuförlaget, 2007.

Arnstein Sherry, "A Ladder of Citizen Participation", Journal of the American Institute of Planners, July 1969, vol. 35, n° 4, p.216-224.

Barozet Emmanuelle, “Elementos explicativos de la votación en los sectores populares en Iquique : lógica y eficiencia de las redes clientelares”, Política, Santiago, n° 43, 2004, p.205-252.

Barozet Emmanuelle, “Populismo regional y Estado : el caso de Chile”, Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Tel Aviv, n °19, 2, 2008, p.45-60.

Barozet Emmanuelle, « Zu den Herausforderungen der Ungleichheitsmessung in Lateinamerika. Einige kritische Anmerkungen zu den existierenden Instrumenten und Verbesserungsvorschläge anhand des chilenischen Fallbeispiels », in Burchardt Hans Jürgen, WEHR Ingrid, Latin America´s denied social contract : On the difficulties of transforming political into social participation, Nomos, Kassel, sous presse.

Bengoa José, Historia de un conflicto : El Estado y los mapuche en el siglo XX, Santiago, Editorial Planeta, 1999.

Cefai Daniel, « Dix propositions pour l’étude des mobilisations collectives. Contexte d’expérience et problèmes publics », à publier.

Cox Paulo, Corvalán Alejandro, “Voto voluntario o el desinterés por la igualdad”, El Mostrador, Santiago, 11/01/2010.

Canteros Eduardo, “Vecinos en defensa de sus barrios. Dimensiones y paradojas políticas, culturales y urbanas de un sujeto urbano”, avance de tesis doctoral, Santiago, Doctorado en Arquitectura y Estudios Urbanos PUC, 2009.

De la Maza Gonzalo, “Construcción Democrática, Participación Ciudadana y Políticas Públicas en Chile”, en cours de rédaction, Santiago, 2010.

Durston John et al., Comunidades campesinas, agencias públicas y clientelismo políticos en Chile, Santiago, LOM, 2005.

Espinoza Vicente, “De la política social a la participación en un nuevo contrato de ciudadanía”, Política, Santiago, 2004, n° 43, p.149-183.

Espinoza Vicente, “Los nuevos agentes políticos locales. Revisión estructural de la tesis de Arturo Valenzuela ¿Cómo se articulan el nivel de representación local con el nacional en la arena local y qué papel juegan el gobierno central y las políticas públicas ?”, Revista del Magíster en Antropología del Desarrollo, Santiago, n° 14, 2006, p.8-18.

Espinoza Vicente, “Historia social de la acción colectiva urbana : los pobladores de Santiago, 1957-1987”, EURE, Santiago, 1998, v.24, n° 72, p.71-84.

Espinoza Vicente, "Citizens’ Involvement and Social Policies in Chile ; Patronage or Participation ?", in Silva Patricio, Cleuren Herwig (eds), Widening Democracy. Citizens and Participatory Schemes in Brazil and Chile, Leiden, CEDLA Brill, Latin American Studies, n° 97, 2009.

Espinoza Vicente, Rabi Violeta, "Capital social y civismo en las regiones chilenas", Rapport remis au ministère de l’Aménagement du Territoire dans le cadre du Proyecto Desigualdades, Santiago, 2009.

Fuentes Claudio, Altman David, Segovia Carolina et al., Desafíos democráticos, Santiago, LOM, 2006.

Garcés Mario, Tomando su Sitio : El Movimiento de Pobladores de Santiago. 1957-1970, Santiago, LOM, 2002.

Garretón Manuel Antonio, “Reflexiones sobre la democratización política chilena”, in collectif, Brasil y Chile. Una mirada hacia América Latina, Santiago Ril Editores, 2006, p.45-72.

Garretón Manuel Antonio, Garretón Roberto, “La democracia incompleta en Chile : la realidad tras los rankings internacionales”, Revista de Ciencia Política, vol. 30, n° 1, 2010, p.115-148.

Harvey David, Espacios del Capital. Hacia una Geografía Crítica, Madrid, Akal, 2007.

Latinobarómetro, Informe, Santiago, 2009.

Luna Juan Pablo, “Partidos políticos y sociedad en Chile. Trayectoria histórica y mutaciones recientes”, in Fontaine Arturo et al., Reforma de los partidos políticos en Chile, Santiago, PNUD, CEP, Libertad y Desarrollo, Proyectamérica y CIEPLAN, 2008, p.75-124.

Mella Eduardo, Los mapuches ante la justicia. Criminalización de la protesta indígena en Chile, Santiago, LOM, 2007.

Pagliai César, Montecinos Egon, Manual Presupuestos participativos en Chile : experiencias y aprendizajes, Santiago, Friedrich Ebert Stiftung/Foro Chileno de Presupuesto Participativo, 2006.

Posner Paul W., "Local democracy and Popular Participation in Chile and Brazil", in Silva Patricio, Cleuren Herwig (éd.), « Widening Democracy. Citizens and Participatory Schemes in Brazil and Chile », Leiden, CEDLA-Brill, Latin American Studies, n° 97, 2009, p.47-76.

Pressacco Fabián, Huerta María Antonieta, Descentralización, municipio y participación ciudadana : Chile, Colombia y Guatemala, Bogotá, CEJA, 2000.

Purcell Mark, "Urban Democracy and the Local Trap", Urban Studies, Glasgow, n° 43(11), 2006, p.1921-1941.

Sabatini Francisco, Wormald Guillermo, “La Guerra de la basura de Santiago : desde el derecho a la vivienda al derecho a la ciudad”, EURE, Santiago, v.30, nº 91, 2004, p.67-86.

Stavenhagen Rodolfo, “Democracia y participación política de los pueblos indígenas”, in Caro Aracely, Durán Teresa, Tereucán Julio (éd.), Estilos de desarrollo en América Latina, Temuco, Centro de Estudios Socioculturales, Universidad Católica de Temuco, Universidad de la Frontera, Universidad Católica del Maule, Santiago, 1999, p.113-134.

Swampa Maristella, “Argentina : una cartografía de las resistencias (2003-2008). Entre las luchas por la inclusión y las discusiones sobre el modelo de desarrollo”, Revista Osal, n° 24, 2008, p.17-49.

Tironi Manuel, Nueva pobreza urbana. Vivienda y capital social en Santiago de Chile, 1985-2001, Universidad de Chile, Predes/RIL Editores, 2003.

Vergara Iván, Foerster Rolf, “Permanencia y Transformación del Conflicto Estado mapuches en Chile”, Revista Austral de Ciencias Sociales, Valdivia, 2002, nº 6, p.35-47.

Haut de page

Notes

1 Au début des années 1930, le taux d’urbanisation du Chili passe à 50 %. Du fait de l’exode rural, la hausse est continue et soutenue jusqu’aux années 80, avant de se stabiliser autour de 85 %. Aujourd’hui, la population rurale se concentre surtout dans trois régions du centre-sud (Maule, Araucanía, et Los Lagos) où elle atteint environ 30 % du total de la population.

2 Nous nous intéresserons particulièrement aux mouvements dont les dynamiques sont territorialisées, c’est-à-dire qui dépendent d’acteurs locaux qui se mobilisent et s’ancrent dans l’espace local, tout en ayant recours à des coalitions qui défendent un projet territorial.

3 Les différentes « marches » de l’échelle de participation citoyenne de Arnstein sont les suivantes, dans un ordre croissant : manipulation – thérapie – information – consultation – apaisement – partenariat – délégation de pouvoir – contrôle citoyen. Au plus bas de l’échelle, on donne aux citoyens l’impression qu’ils participent, mais ils n’ont en fait aucun pouvoir réel. Au dernier échelon, en revanche, ils prennent part non seulement à la prise de décision, mais aussi à l’application de ces décisions.

4 Le décalage entre la promesse de redistribution et les attentes d’une partie importante des secteurs populaires a rouvert un cycle d’actions collectives nationales au milieu des années 2000 : le mouvement, amorcé en mai 2006 par les lycéens du secteur public, a été relayé par les étudiants, ainsi que par les personnels de santé et les mineurs. La hausse du prix du cuivre – et donc des revenus de l’État – ainsi que les promesses de redistribution sociale de M. Bachelet ont créé une forte attente et une forte opportunité politique dans les classes populaires et les classes moyennes vulnérables.

5 La constitution en vigueur fut installée par la force en 1980 par le Général Pinochet. Les nombreux amendements qu’elle a reçus, surtout en 2005, ont permis de démocratiser le texte et de rompre un certain nombre d’entraves, mais le sceau non démocratique de sa naissance demeure.

6 À la fin de la dictature, les partis et les mouvements qui s’opposent à Pinochet se regroupent au sein d’une alliance électorale, la Concertación, qui gagnera le plébiscite de 1988, et marquera la fin de la dictature. À partir du moment où la transition s’enclenche, cette coalition gagnera quatre fois consécutives les élections présidentielles, avant de laisser le pouvoir à la droite lors des dernières élections en 2010.

7 Le PC a obtenu trois sièges à la Chambre des Députés lors des élections parlementaires de décembre 2009, ce qui représente une rupture importante de la tendance historique à l’exclusion des partis d’extrême gauche.

8 Deux députés et deux sénateurs sont élus dans chaque circonscription à partir d’un système de listes avec vote préférentiel qui comprend deux candidats. Si l’une des listes obtient plus du double du nombre de voix que la liste suivante, la première remporte les deux sièges. Sinon, les deux premières listes obtiennent un siège chacune, pour le candidat ayant reçu le plus de suffrages. Le second cas de figure est le plus fréquent, ce qui tend à équilibrer les forces en présence au Congrès.

9 Loi Organique Constitutionnelle des Mairies n°18 695, publiée au Journal Officiel en 1988 et actualisée en 2000.

10 La protection sociale au Chili n’est pas universelle. Il existe, d’une part, l’éducation et la santé publique, de qualité inférieure, et le système privé qui offre une couverture en fonction des revenus de ses usagers.

11 Jusqu’à cette date, le conseiller municipal qui avait reçu le plus de suffrages était déclaré maire.

12 San Joaquín est une commune populaire du sud de Santiago d’environ 100 000 habitants.

13 Les premiers grands conflits médiatiques autour de l’installation de décharges dans la région de Santiago remontent aux années 1980. Voir aussi dans ce volume l’article de Luis López Aspeita.

14 Comme le mouvement lycéen de 2006 ou celui des enseignants du secteur public et des personnels de santé en 2009 dont les demandes n’ont pas été satisfaites.

15 C’est le cas, par exemple, de la commune de Til Til au nord de Santiago, où malgré les manifestations populaires, se sont installés une prison, une décharge et un dépôt de déchets miniers.

16 Voir, par exemple, des mouvements Réseau Citoyen pour Ñuñoa, Plaza Las Lilas, ou les Voisins de San Miguel à Santiago.

17 « Not in my backyard », c’est-à-dire « pas dans ma cour ».

18 Bien qu’il existe au Chili plusieurs ethnies, seuls les Mapuche soutiennent un conflit historique contre l’État chilien, les colons et les entreprises installés sur leurs terres.

19 Malgré le fait que la moitié de la population mapuche vit aujourd’hui en ville, et en particulier à Santiago (un tiers de l’ensemble des Mapuche), il n’existe pratiquement pas de fortes mobilisations en ville. On dénombre quelques mouvements étudiants, mais leur activité n’est pas permanente [Antileo, 2008].

20 Au Chili, selon les chiffres du dernier recensement (2002), 10 % de la population se considère indigène.

21 Les acteurs les plus influents de ces mobilisations sont le Conseil de Toutes les Terres et son leader, Aucan Huilcamán, la Coordination Arauco-Malleco et l’association Ñankucheo de Lumaco.

22 Cet accord a été ratifié par le Congrès en 2008 et est entré en vigueur en 2009.

23 L’un des cas les plus connus est la centrale hydro-électrique de Ralco, construite entre 1997 et 2004 sur les terres de populations indigènes.

24 Selon l’expression couramment utilisée par l’ex-Président Ricardo Lagos (2000-2006) et reprise par l’ensemble de la classe politique chilienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Barozet, « De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili », Cahiers des Amériques latines, 66 | 2011, 73-89.

Référence électronique

Emmanuelle Barozet, « De la démobilisation au réinvestissement « local ». Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 66 | 2011, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cal.revues.org/414 ; DOI : 10.4000/cal.414

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Barozet

Emmanuelle Barozet est enseignante-chercheuse du Département de Sociologie de l’Université du Chili ; elle dirige actuellement le Proyecto Desigualdades (www.desigualdades.cl), qui vise à étudier de manière comparative les tendances émergentes de la stratification sociale au Chili. Elle dirige également le doctorat en Sciences Sociales de l’Université du Chili (www.docsocuchile.cl). Ses principales lignes de recherche sont la stratification sociale, les classes moyennes et la politique locale au Chili. Parmi ses articles récents : « ¿De qué hablamos cuando decimos “clase media” ? Perspectivas sobre el caso chileno », (avec Vicente Espinoza), documento En foco, n° 143, Expansiva-UDP-La Tercera, Santiago, 2009 ; « Populismo regional y Estado : el caso de Chile », Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe 19 : 2, Institute for Latin American History and Culture, Tel Aviv University, Israël, 2008.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org