Navigation – Plan du site
Études

Le Programme indien-andin des Nations unies (années 1950-1960)

Chloé Maurel
p. 137-161

Résumés

Au début des années 1950, cinq agences des Nations unies (l’ONU, l’OMS, l’OIT, la FAO et l’Unesco) se lancent dans un vaste programme en Amérique latine, appelé le Programme indien-andin (PIA). Celui-ci se poursuit jusque dans les années 1960. Il concerne plusieurs pays (d’abord la Bolivie et le Pérou puis jusqu’à sept pays d’Amérique latine) et comporte plusieurs volets : culturel, sanitaire, économique et social. Il s’agit de venir en aide aux Indiens des Andes, réduits à la misère depuis des siècles, afin qu’ils atteignent un « développement » économique, social et culturel. Ce programme de grande ampleur s’est heurté à des contradictions et à des problèmes politiques et s’est caractérisé par des aspects relativement conservateurs et paternalistes. Toutefois, Il semble avoir suscité une véritable popularité auprès des Indiens. Il témoigne en tout cas d’une réelle préoccupation, au sein des agences onusiennes, pour le sort des populations autochtones et de réflexions sur la notion de travail indigène. Il illustre en outre les relations de coopération, mais aussi de concurrence, entre ces différentes agences.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

ONU, OIT, indiens, développement

Keywords :

ONU, OIT, indians, development

Palabras claves :

ONU, OIT, indios, desarrollo
Haut de page

Texte intégral

1Au début des années 1950, cinq agences des Nations unies (l’ONU, l’OMS, l’OIT, la FAO et l’UNESCO) se lancent dans un vaste programme en Amérique latine, appelé le Programme indien andin (PIA). Il concerne plusieurs pays (d’abord la Bolivie et le Pérou puis jusqu’à sept pays d’Amérique latine) et comporte plusieurs volets : culturel, sanitaire, économique et social. Il s’agit de venir en aide aux Indiens des Andes, réduits à la misère depuis des siècles et de les aider à atteindre le « développement » économique, social et culturel. Mais comment y parvenir ? Ce programme de grande ampleur s’est heurté à des contradictions et à des problèmes politiques, dont l’analyse est révélatrice. Nos recherches ont porté essentiellement sur l’action de l’OIT dans ce programme, en nous appuyant notamment sur les archives de cet organisme. Il s’agira d’étudier tout d’abord la mise en place du programme et son ampleur ; puis les coopérations mais aussi les rivalités entre structures participantes ; enfin les aspects politiques du programme et les controverses suscitées.

La mise en place du programme et son ampleur

Le constat de la situation catastrophique des Indiens des Andes

  • 1 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance  : Programme de (...)
  • 2 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2) : Le Programme andin, OIT, 1959.

2Ce programme se fonde sur le constat de la situation dramatique des sept millions d’Indiens des Andes. Leur taux de mortalité est très élevé du fait d’une mauvaise hygiène, de l’alcoolisme et de la tuberculose qui sévissent, et de la mastication de la feuille de coca. Les maladies parasitaires et la malnutrition font des ravages. De plus, comme l’observe un agent de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) en 1961, « quatre Indiens sur cinq sont analphabètes et l’ignorance de la langue officielle ne fait que les isoler davantage des autres groupes de la population ». La population est concentrée sur les terres hautes, avec une productivité agricole faible1. Ayant perdu la propriété des terres ancestrales, les Indiens ont été « contraints soit de chercher refuge dans les endroits les plus inaccessibles de la Cordillère, soit d’aller travailler dans des mines ou sur les exploitations agricoles occupées par les conquérants, qui s’étaient appropriés non seulement les terres, mais aussi les hommes qui y vivaient. À la longue […], un état de fait s’est perpétué, où la condition de l’Indien est devenue synonyme de sujétion, de stagnation économique et de dégradation sociale », note l’OIT. « Le sort de l’indigène resté sur les grandes propriétés foncières n’[es]t guère plus enviable. C’[es]t un paysan sans terres, attaché à la glèbe et servant de main-d’œuvre presque gratuite à des exploitations agricoles désuètes et patriarcales ». « Les habitations des Indiens sont sordides, délabrées et insalubres. Voici une famille indigène du type courant : le père, la mère et les quatre enfants qui ont survécu. Ils s’entassent, transis de froid, dans une hutte de terre et de chaume de quelques mètres carrés. Ils dorment pêle-mêle sur des peaux d’animaux jetées devant le foyer dont ils partagent la chaleur avec le chien, les cobayes, les poules et autres animaux domestiques ». « Dans bien des communautés indigènes, la médecine moderne est complètement inconnue. Le médecin et l’infirmière n’ont pas encore remplacé le guérisseur et le sorcier. Le recours à des herbes, des potions et des rites plus ou moins magiques est de règle ». « Leur revenu par tête est l’un des plus bas du monde et leur pouvoir d’achat quasiment nul. Que ce soit comme agriculteurs, artisans ou mineurs, ils ont longtemps contribué à créer des richesses sans en obtenir leur part »2. C’est face à ce constat alarmant que l’OIT et les autres instances des Nations unies décident d’agir pour améliorer la situation des Indiens des Andes.

La mise en place du programme indien andin

  • 3 Ibid.

3Le Programme indien andin (PIA) a des antécédents qui remontent aux années 1910. Au Brésil a été fondé en 1910 le « Service de protection des Indiens » (SPI), par Candido Da Silva Rondon, surnommé le « Père des Indiens ». Le BIT a réalisé des études sur ces indigènes dès 1921, et institué en 1926 une commission d’experts en matière de travail indigène, chargée d’élaborer des normes internationales destinées à assurer la protection des travailleurs aborigènes. Les travaux de cette commission ont servi de base à une série de conventions qui ont été adoptées par la conférence internationale du travail, entre 1930 et 1939, et qui portent sur diverses questions intéressant les travailleurs indiens (recrutement, contrat d’emploi, sanctions pénales…)3. Plusieurs conférences des États d’Amérique membres de l’OIT ont été organisées (Santiago 1936, La Havane, 1939) afin d’attirer l’attention sur l’état social et culturel déplorable des masses prolétaires d’Amérique [Auroi, 1996, p. 74]. D’autres conférences sur le sujet se sont tenues à Mexico en 1946 et à Montevideo en 1949. Des enquêtes ont été ralisées par le BIT et par les États-Unis.

4En 1943, le gouvernement de Bolivie a demandé aux États-Unis de faire une enquête sur les conditions de travail dans les mines d’étain (métal dont on avait un besoin pressant pour l’effort de guerre). Cette enquête a révélé le profond « état de misère des mineurs et des paysans indiens ». À Mexico, en 1946, lors de la 3e conférence des États d’Amérique membres de l’OIT,cet organisme a créé une commission d’experts chargée d’étudier les problèmes sociaux intéressant les populations « aborigènes » dans le monde entier, et a décidé que cette commission étudierait en premier lieu les conditions de ces populations en Amérique latine.

  • 4 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 2 : Le programme andin, OIT, 1959.

5La 4e conférence des États d’Amérique membres de l’OIT, à Montevideo en 1949, adopte un programme d’action de grande envergure. La résolution prise à Montevideo affirme le principe (déjà affirmé par le Directeur général de l’OIT à la conférence internationale du travail de 1939) que « le problème des travailleurs “ aborigènes ” ne doit pas être posé comme le problème d’un groupe ethnique déterminé, mais comme celui d’un secteur de la population qui, pour des raisons historiques, ne s’est pas entièrement adapté à la vie sociale et économique de la communauté nationale »4. La commission d’experts pour le travail des aborigènes tient sa première réunion à La Paz (Bolivie) en janvier 1951. Cinq résolutions y recommandent une étude spéciale des problèmes des Indiens des Andes. En 1957, la convention 107 de l’OIT, « relative aux populations aborigènes et tribales », promeut l’intégration des populations autochtones. L’OIT a été la première organisation des Nations unies qui a agi pour améliorer la situation de ces populations.

Un programme de grande ampleur

  • 5 Ibid.

6Le PIA, mené de 1954 à 1968, est un exemple intéressant de programme des Nations unies, car représentatif de la mutation de ces institutions dans ces années vers une action de grande ampleur d’assistance technique dans les pays en voie de développement. Ce programme inter-agences (ONU-OIT-UNESCO-FAO-OMS) illustre la volonté de mener une action opérationnelle ambitieuse : il commence au Pérou et en Bolivie, s’étend à l’Équateur, puis, dans les années 1960, à l’Argentine, à la Colombie, au Chili et au Venezuela, donc porte au total sur sept pays. En 1967, selon l’OIT, il concernerait au total 400 000 personnes directement, et le double indirectement. Fin 1968, 27 experts des cinq agences onusiennes y ont participé. Le PIA fonctionne selon un système régional décentralisé. La coordination est assurée au bureau de l’OIT et du PIA à Lima. Le PIA est très médiatisé au Pérou, en Équateur et surtout en Bolivie5.

7Ce programme est en outre révélateur de la priorité donnée à l’industrialisation et à la productivité par l’OIT qui entend fournir aux Indiens déplacés une formation professionnelle afin d’en faire une main-d’œuvre efficace et productive pour les entreprises industrielles. « Dans des pays tels que l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, les populations indigènes représentent une source de main-d’œuvre précieuse pour le développement économique », note une publication de l’OIT. Le but du programme andin est de « relever le niveau de vie de ces populations, de les intégrer dans leur collectivité nationale, de ranimer leur espoir en l’avenir et de donner à leur pays la possibilité d’utiliser pleinement des ressources humaines encore intactes », comme l’écrit David Morse, le Directeur général (DG) de l’OIT, dans la préface d’une publication de cette institution en 1959. David Morse décrit les activités du programme en ces termes :

  • 6 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2) : Le Programme andin, OIT, 1959, préface.

8« Le Programme andin édifie des écoles et des habitations modèles ; il équipe des ateliers de formation professionnelle dans lesquels on prépare des artisans et des travailleurs qualifiés ; il forme de nouveaux administrateurs locaux, des promoteurs sociaux, des directeurs de coopératives et de futurs instituteurs ; enfin, dans quelques cas, il aide à organiser le transfert de communautés entières vers des terres plus fertiles »6.

  • 7 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4, AIP, Modernization of Rural Life in the Andes, 1968, p. (...)

9Au cours des seize années de sa réalisation (1952-1968), le PIA a œuvré à la mise en place de plans, à l’organisation de structures administratives et techniques, à la formation de personnel et à la mise en place de centres spécialisés, et il a suscité un mouvement international de coopération en faveur des Indiens des Andes. En 1968, pour l’OIT, un des résultats importants du PIA est d’avoir permis « la reconnaissance par les gouvernements de l’ampleur et l’importance des problèmes auxquels sont confrontées leurs populations indigènes, et l’établissement d’un cadre organisationnel et administratif pour traiter ces problèmes »7.

L’aspect culturel du programme

  • 8 Archives de l’Unesco, Film n° 1944, 1953.
  • 9 Lettre de Métraux à Jeff Rens, 29 sept. 1961, citée dans Claude Auroi, « Métraux et les Andes », Bu (...)

10Parallèlement à l’objectif économique et social, le PIA a un objectif culturel. Des ethnologues sont envoyés sur place pour étudier la culture des Indiens des Andes, en particulier l’ethnologue helvéto-américain Alfred Métraux. L’aspect ethnologique du PIA intéresse beaucoup A. Métraux. Il coordonne l’organisation d’une enquête ethnologique, et effectue lui-même des séances d’ethnographie auprès de ces Indiens [Métraux, p. 182-184, p. 467]. En 1953 est réalisé un film, Les Indiens oubliés8. La même année, le BIT publie un ouvrage intitulé Populations aborigènes, qui constitue une sorte d’encyclopédie des conditions sociales des populations aborigènes du monde entier. Dans son enquête, Métraux réfute les théories racistes sur un prétendu immobilisme et une soi-disant résistance au progrès des Indiens des Andes, en démontrant que la cause du retard social de ces groupes ne se trouve pas dans la « race », mais plutôt « dans des causes externes, liées à une longue situation d’oppression » [Matos Mar, p. 71-72]. La participation de Métraux aux études ethnologiques dans le cadre de ce projet a beaucoup contribué à sa passion pour les Andes, et a conditionné ses recherches futures9.

11Le volet culturel du PIA est d’esprit à la fois universaliste et communautariste, dans la mesure où, d’un côté, il vise à faire accéder les Indiens des Andes à la « culture mondiale » en les transplantant dans les villes, en les faisant accéder à la « civilisation » (démarche universaliste), et, d’un autre côté (mais dans une moindre mesure), à faire des enquêtes ethnologiques pour recueillir leur patrimoine culturel spécifique (démarche communautariste).

  • 10 Alfred Métraux, Itinéraires I : 19 novembre 1953 : à Lima, Métraux rencontre le directeur du départ (...)
  • 11 Archives de l’Unesco, 330.19 (8) A 01 IIHA, I : lettre de Bernard Mishkin à Bowers, 22 septembre 19 (...)
  • 12 Lettre de Rens à Métraux, 24 août 1955 ; lettre de Métraux à Rens, 29 août 1955 ; citées par Claude (...)

12Si le président de Bolivie, Paz Estenssoro, se montre très favorable à la réalisation de telles enquêtes ethnologiques, celui du Pérou se montre beaucoup moins coopératif sur ce plan [Métraux, 1978 ; Auroi, 2003]10. Le volet culturel du PIA se heurte à des ambiguïtés et à des contradictions. Ainsi, alors que l’UNESCO préconise de dispenser un enseignement en langue vernaculaire aux Indiens quechuas et aymaras, afin d’assurer la perpétuation de ces langues menacées11, les Indiens eux-mêmes préfèrent que leurs enfants apprennent l’espagnol, « pour des raisons de prestige social ». Alfred Métraux propose alors un compromis : apprendre l’espagnol aux enfants, mais en aymara et en quechua. Malgré son intérêt pour ces langues vernaculaires, il se montre lui-même sceptique sur l’avenir de l’enseignement dans ces langues, qui ne possèdent pas de littérature écrite12.

  • 13 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.
  • 14 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

13Étudiant l’attitude des Indiens face au PIA, Alfred Métraux observe en 1956 que, après une période de méfiance, « l’attitude des Indiens subi[t] des changements et que leur défiance habituelle, leur conservatisme et la rigidité de leur culture commen[c]ent à s’atténuer ». Il observe, « sur la base des visites de ces derniers jours, une volonté d’adaptation qui, à son avis, marque une importante évolution »13. À la même époque, Jef Rens, DG adjoint de l’OIT, observe « qu’il a eu des surprises agréables tout au long des visites qu’il a effectuées, dans les différents centres » ; il note que « les preuves existent déjà d’un progrès possible », et il considère que le PIA « est d’ores et déjà un succès ». Il est intéressant d’observer que Jef Rens utilise, pour désigner les agents des Nations unies envoyés en Amérique latine afin de mettre en œuvre le PIA, l’expression forgée par Alfred Métraux de « missionnaires laïcs ». Ce parallèle avec le domaine religieux apparaît souvent dans les projets menés par les Nations unies sur le terrain14.

  • 15 Ibid.

14Le travail des ethnologues est rendu difficile par l’ambiguïté de leur tâche. En effet, Jef Rens souligne « que l’équipe qui est sur place est là non pas pour étudier les Indiens mais pour travailler avec eux », alors que les ethnologues ont pour objet précisément d’étudier les populations auprès desquels ils travaillent. Le recrutement d’un personnel adéquat s’avère difficile : Jef Rens observe qu’« une des difficultés […] est le recrutement d’experts qui soient non seulement qualifiés mais encore aptes à travailler avec les indigènes d’une façon qui conduise à une confiance réciproque et des relations efficaces »15.

Coopérations et rivalités entre structures participantes

Un programme inter-agences des Nations unies

  • 16 Ernest Beaglehole a été consultant auprès du bureau des États-Unis pour les affaires indiennes dans (...)

15Lancé en 1952, le PIA s’est effectué d’abord dans le cadre du « Programme élargi d’assistance technique » (PEAT) des Nations unies, puis à partir de 1965 dans le cadre du « Programme des Nations unies pour le développement » (PNUD). Dès l’année 1952 est mise en place une mission conjointe ONU-OIT-FAO-OMS-UNESCO : elle séjourne au Pérou, en Bolivie et en Équateur de juillet à octobre 1952. Elle est dirigée par l’ethnologue néo-zélandais Ernest Beaglehole16. Celui-ci est réputé pour ses travaux sur l’intégration des Maoris en Nouvelle-Zélande. Dans son rapport, la mission Beaglehole préconise que le programme s’étende sur plusieurs pays et qu’il consiste en plusieurs projets locaux. Sur cette base, l’OIT engage un programme d’action, approuvé en juin 1953 par le bureau de l’assistance technique des Nations unies et des institutions spécialisées. Les sources utilisées pour écrire cet article sont dans une certaine mesure déséquilibrées, puisqu’elles proviennent essentiellement de l’OIT, mais cette dernière semble être l’agence des Nations unies qui joue le rôle le plus important dans ce programme ; la coordination du PIA se fait d’ailleurs au bureau de l’OIT à Lima.

  • 17 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance : Programme des (...)

16Des missions d’enquête sont envoyées, dans la région de Santa Cruz (dans l’est de la Bolivie), pour étudier les possibilités de colonisation des zones tropicales par des indigènes venant des hauts plateaux ; d’autres experts sont envoyés sur les hauts plateaux, en Bolivie et au Pérou, pour chercher les sites les plus appropriés à l’installation de bases d’action. D’autres étudient les conditions dans la vallée de Tambopata, au nord du lac Titicaca. Une première base d’action est installée à Pillapi, au Pérou, sur un haut plateau de la rive bolivienne du lac Titicaca, à 3800 mètres d’altitude. En 1954, une nouvelle base est créée à Puno (Pérou), avec comme but de promouvoir la formation professionnelle, et de faire en sorte que les mouvements de migration spontanés se déroulent dans de meilleures conditions. Il s’agit aussi d’organiser un centre de colonisation dans la plaine de Santa Cruz en Bolivie. On essaie donc d’organiser l’émigration des Indiens des hauts plateaux des Andes, qui y sont réduits à la misère du fait de l’expansion des grandes propriétés terriennes (haciendas). Il s’agit de freiner l’exode rural massif de ces Indiens vers les villes du littoral péruvien et d’organiser plutôt leur installation dans d’autres zones, comme la vaste région rurale et peu peuplée du Tambopata, dans l’est du Pérou, où ils ont des possibilités de travailler dans l’industrie17.

  • 18 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre de P. Boulas à Arnold Khavkine de l’ONU.

17Les Nations unies sont soucieuses de mettre en valeur la dimension de coopération entre les différentes agences spécialisées (UNESCO, OMS, FAO, BIT) qui caractérise le PIA. Ainsi, dans une lettre (non datée), Jef Rens préconise « qu’au siège central de chaque projet, on dresse cinq grands poteaux. Au poteau central serait hissé le drapeau des Nations unies. Aux autres, on hisserait une sorte d’oriflamme pour chacune des quatre institutions spécialisées qui participent au programme ». Il « estime qu’il ne faut pas minimiser l’effet possible de telles mesures de “publicité” »18.

Des coopérations multiples avec d’autres organismes

  • 19 Archives de l’OIT, TAP-A1, jacket 3 : speech made by Mr. Bimal Ghosh at a seminar on “Mobilisation (...)
  • 20 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 18 décembre 1954 ; TA (...)
  • 21 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 5 janv 1955.
  • 22 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 3 : The New York Times, 5 septembre 1963 : article « ’In (...)
  • 23 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6 : traduction d’un article paru dans La Tribune, Lima, (...)

18Le PIA donne lieu à des coopérations multiples avec divers organismes internationaux, nationaux, ou non-gouvernementaux. Les États-Unis sont très intéressés par ce programme, considérant depuis longtemps l’Amérique latine comme leur zone d’influence. Ainsi l’organisme américain USAID verse des fonds19. La fondation Ford, la fondation Rockefeller, et la fondation Carnegie sont sollicitées avec succès par les responsables du PIA20. L’association humanitaire américaine CARE (fondée en 1945) fait des dons en nature21. Les Peace Corps, structure émanant des États-Unis, aident aussi le PIA22. Le programme américain du « Point IV » (programme d’aide aux pays en voie de développement initié par le Président Truman en 1949) y participe également23. Ainsi, les États-Unis s’investissent beaucoup dans ce programme des Nations unies.

  • 24 Archives de l’OIT, TAP/A 11-3-4 ; TAP/A 11-3-1  ; TAP/A 11-3-3  ; TAP/A 11-3-6  ; Modernization of (...)
  • 25 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2)  : Le Programme andin, OIT, 1959, préface.
  • 26 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 2  : Le Figaro, 28 juillet 1959.
  • 27 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4, AIP, Modernization of Rural Life in the Andes, 1968, p(...)
  • 28 Archives de l’OIT, AIP. Modernization of Rural Life in the Andes, OIT, 1968 ; TAP/A, file 1, jacke (...)

19Le PIA noue aussi des coopérations avec, entre autres, l’entreprise Nestlé, les Quakers, des organisations catholiques, Oxfam (Oxford Committee for Famine Relief), et la Banque inter-américaine de développement24. Plusieurs gouvernements participent aussi directement au PIA : la Norvège et la Suède fournissent outillage, machines et médicaments pour équiper les ateliers de formation professionnelle et les centres médicaux du PIA25 ; la France offre des voitures 2 CV ; les États-Unis, la Belgique, la RFA, le Danemark contribuent par des dons de machines-outils, d’outils et d’antibiotiques26. Des institutions internationales comme l’Inter-American Indian Institute, l’Organisation des États américains (OEA), la Banque internationale de développement27, la Banque inter-américaine de développement28, contribuent aussi au programme.

Des rivalités et des désaccords entre les structures participantes

  • 29 Archives de l’Unesco, 330.19 (8) A 01 IIHA, I : lettre de Bernard Mishkin à John Bowers, 22 septem (...)

20Dès l’année 1953, des divergences politiques apparaissent entre les agences des Nations unies [Auroi, 2003 ; d’Ans, 1992, p. 9-10 et 19 ; Métraux, Verger, 1994 ; Métraux, 1978]29. En particulier, une rivalité apparaît entre l’OIT, la FAO, l’OMS et l’UNESCO. Jef Rens, directeur général adjoint de l’OIT, relate à l’un de ses collègues, en 1954, qu’il va aller voir ses collègues de l’OMS « pour leur faire un exposé sur notre programme et pour demander une collaboration plus importante pour l’année prochaine » ; il précise :

  • 30 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Rens à Lozada, 16 septembre 1954.

« ces réunions avec les autres organisations internationales ne sont pas précisément une partie de plaisir. À la suite de nos difficultés et, disons-le, de nos erreurs de la première période, ces organisations sont devenues assez sceptiques au sujet de ce programme »30.

  • 31 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 2, technical assistance programme, andean highlands, RFO, (...)

21L’année suivante, il souligne, dans une lettre à un agent de l’ONU, l’existence d’« une atmosphère de méfiance » entre la FAO et l’OIT31. En 1958, il écrit à un autre agent de l’OIT :

« Je ne vous cache pas que les autres organisations internationales participant à notre Programme andin continuent à avoir, à l’égard de ce dernier, les mêmes réserves, hésitations et doutes que ceux qui, depuis le début, ont constamment caractérisé leur attitude. Aussi bien l’OMS que l’UNTAA et l’UNESCO conservent un comportement dont, le moins qu’on puisse dire, est qu’il manque d’enthousiasme ».

  • 32 Archives de l’OIT, TAP-A 1-1-0  : lettre de Jef rens à d’Ugard, 18 juillet 1958.

22Plus loin il note : « Seule, la FAO marque un progrès dû à l’attitude de son nouveau Directeur général, M. Sen, à l’encontre de programmes semblables au nôtre »32.

Des problèmes de terminologie

  • 33 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : lettre de d’Ugard à Jorge Crespo Toral, coordinateu (...)

23La dénomination du PIA a été flottante et a changé au fil des années. À plusieurs reprises dans les premières années, le terme de « mission andine » a été employé parallèlement à ceux de « programme andin » et de « programme indien-andin ». Mais ce terme de « mission andine » apparaît vite ambigu, laissant planer une confusion avec une entreprise religieuse. En 1958, il est donc projeté de changer ce nom, pour « éviter des confusions avec des organismes aux objectifs différents que fréquemment l’on appelle “mission”, créant ainsi des difficultés signalées en de nombreuses occasions par les chefs de nos centres d’opérations », comme l’évoque un agent onusien33. Il est donc décidé de remplacer systématiquement l’appellation « mission andine » par « action andine », ce qui provoque des désaccords : en juillet 1958, un agent des Nations unies, Jorge Crespo Toral, estime qu’« il est bien regrettable d’avoir opéré ce changement ». Il pense que :

  • 34 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : lettre de Jorge Crespo Toral à d’Ugard, 29 juillet (...)

« le concept de mission s’adapte beaucoup plus exactement à l’esprit de l’œuvre que celui de simple action. Le premier terme possède, dans sa survivance hispano-américaine, une signification d’extension et d’intégration culturelles réalisées au bénéfice des communautés qui sont l’objectif de cette tâche, en respectant la personnalité humaine des habitants de ces communautés […]. Le mot « mission » a ainsi un esprit, un sens, un contenu. En revanche, « action » est dépourvu de cet esprit et […] pourrait être interprété comme une absence de contenu culturel, spirituel et social »34

  • 35 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4  : lettre de Xavier Caballero à Francis Blanchard, 2 avr (...)

24En 1968, il est prévu de changer à nouveau le nom du PIA, en lien avec l’extension du programme. L’OIT envisage de l’appeler désormais « Modernisation de la vie rurale ». Mais apparaissent des hésitations et des désaccords au sujet de ce nouveau nom, liées notamment à des rivalités entre agences de l’ONU. Ainsi, Xavier Caballero, du bureau régional pour les Amériques de l’OIT, écrit une lettre à Francis Blanchard, DG adjoint de l’OIT, pour lui confier qu’il n’est pas d’accord avec ce nouveau titre : ce dernier « s’éloigne de la philosophie que l’OIT a établie en matière des problèmes de populations indigènes et tribales ». Il remarque que ce titre a été choisi en s’inspirant de « l’une des déclarations faites à la conférence des présidents américains de Punta del Este », c’est-à-dire la conférence de l’Organisation des États américains (OEA), organisée et dominée idéologiquement par les États-Unis. Il regrette qu’avec ce nouveau titre soit écartée « la philosophie propre à l’OIT de “l’intégration dans la communauté nationale” ». En annexe de sa lettre, il donne des arguments : si ce nouveau titre de « modernisation de la vie rurale » était adopté, « il serait facile pour la FAO, par exemple, de prétendre que la “modernisation de la vie rurale” n’est qu’une expression différente pour parler du “développement rural” qui est prétendument de sa compétence ». Caballero estime que les autres noms qui ont été donnés par le passé au PIA, tels que « programme indigéniste des Andes », « mission andine », « action andine », ne sont pas satisfaisants non plus. Il propose que soit cherché un nouvel intitulé35. Ainsi, on constate, à travers ces désaccords sur les termes, une rivalité entre l’OIT et la FAO ; chacune de ces organisations veut faire apparaître le PIA comme étant entièrement de son domaine de compétences.

La dimension politique du programme et les controverses suscitées

Une émigration organisée

  • 36 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de P Boulas à Lozada, 31 janvier 1955.

25Une mission d’assistance technique en matière de migrations, composée d’un expert en migration du BIT, et d’un expert en colonisation de la FAO, se rend en Bolivie en 1952. Sur la base des conclusions de cette mission, des recommandations sont faites au gouvernement bolivien en 1953. Les conclusions de cette mission prévoient « des possibilités de colonisation agricole pour des migrants ayant des ressources personnelles ». Il est envisagé d’envoyer dans des zones peu peuplées des « travailleurs manuels », « sélectionnés parmi les chômeurs désireux d’émigrer », ainsi que des « travailleurs intellectuels (docteurs, etc) », notamment européens, « recrutés parmi les réfugiés » et sélectionnés par le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). L’idée est donc lancée de faire venir des migrants européens en Bolivie. L’OIT se coordonne avec le HCR et l’organisation CIMED à ce sujet36.

  • 37 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Enrique de Lozada à Jef Rens, 5 janvier 1955.

26En 1955, un agent de l’OIT écrit à un de ses collègues : « Nous pourrions mener rapidement à bien votre excellente idée de recruter quelques immigrants européens parfaitement qualifiés dans certaines professions ou agriculteurs que nous implanterions dans des points stratégiques et qui auraient pour fonction de « catalyser » la main-d’œuvre dans une région déterminée ». Il précise que « le gouvernement bolivien serait disposé à donner à ces immigrants les meilleures terres existant à proximité des centres où se développent de nouvelles industries et, de plus, à subvenir aux frais d’installation de ces immigrants »37.

  • 38 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 18 décembre 1954.

27C’est en coopération avec l’organisme CARE (Cooperative for American Remittances to Europe, association humanitaire fondée en 1945 aux États-Unis) que ce projet d’encourager la venue d’émigrants européens est élaboré. Il s’agit de « faire venir des émigrants européens sélectionnés par métiers », d’« implanter des émigrés hautement qualifiés du point de vue professionnel, que nous ferions encadrer par des instructeurs des projets indigènes auxquels nous nous intéressons », souligne l’OIT38.

28L’émigration des Indiens organisée par le PIA est parfois mal vécue par ces derniers. Une publication de l’OIT relate ainsi : « Les premiers colons ont été choisis parmi les habitants de Calcha, déjà habitués à émigrer temporairement vers le nord de l’Argentine, pour travailler dans les plantations. […] Le premier voyage fut organisé fin juillet 1955. » Des problèmes psychologiques se posent :

  • 39 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2)  : Le Programme andin, OIT, 1959.

« Beaucoup de paysans ont été séparés de leur famille, et ils ressentaient souvent les effets de cette absence. L’assistante sociale écrivait dans un rapport : « c’est surtout les samedis après-midi et les dimanches, lorsqu’il n’y avait pas d’excursion ou de fêtes improvisées, que montait la nostalgie et se faisaient entendre les plaintes. Combien de fois n’ai-je pas entendu : « Mademoiselle, je veux m’en retourner »39.

29C’est donc parfois contre leur gré que les Indiens sont amenés à émigrer.

  • 40 Alfred Métraux, Itinéraires I, op. cit., 29 juin 1953, p. 508  ; 2 juill. 1953, p. 509  ; 2 déc. 19 (...)

30L’ethnologue Alfred Métraux prend une part active au projet à partir de 1953 ; il observe les mauvaises conditions sanitaires de ces Indiens qui, une fois émigrés dans les villes, succombent rapidement à des maladies, et il défend, comme l’ONU, la thèse de la colonisation massive du Tambopata ; il observe que le principal obstacle à une telle colonisation est le manque de routes d’accès, et prône la construction de routes et l’attribution de titres de propriété aux Indiens ; il s’oppose à la thèse de l’inadaptabilité physique des Indiens aux conditions des terres chaudes, thèse très répandue à l’époque [Métraux, 1978, p. 508-509 ; Auroi, 2003]40. En 1954, sur son conseil, le gouvernement du Pérou fait des démarches auprès de la Banque mondiale pour obtenir des crédits destinés à la construction d’une route.

La position du gouvernement bolivien et du gouvernement péruvien

  • 41 Archives de l’OIT, TAP-A 1-1-0  : lettre de Jef Rens à d’Ugard, 18 juillet 1958.

31En 1958, Jef Rens note que « les trois présidents [Bolivie, Equateur, Pérou] semblent entièrement acquis au Programme andin et décidés à lui donner tout leur appui »41.

  • 42 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

32Au Pérou, le gouvernement crée « un Comité pour étudier les problèmes sociaux les plus importants, entre autres : donner des terres aux paysans qui n’en possèdent pas et favoriser la petite et moyenne propriété. Ce comité […] est chargé de créer un programme à longue portée », comme le note un rapport de l’OIT42.

  • 43 Ibid.

33En Bolivie, plus encore qu’au Pérou, le gouvernement soutient le PIA et sa volonté de redistribuer les terres. Victor Paz Estenssoro, président du « Mouvement révolutionnaire nationaliste » (MNR), est président de la République de Bolivie de 1951 à la fin des années 1960. Dès 1952, il fait adopter des mesures importantes, accordant le suffrage universel, et procédant à la nationalisation de trois compagnies minières du pays : Patino, Hochschild, Aramayo. À partir de 1953, il entreprend une réforme agraire d’envergure, malgré un contexte économique difficile. Un rapport de l’OIT observe : « Le cas de la Bolivie est particulier puisque le parti politique au pouvoir reste le même et qu’un des principes fondamentaux de son programme a été, depuis l’avènement du Mouvement National Révolutionnaire (MNR) d’améliorer par tous les moyens les conditions de vie des grandes masses indigènes »43. Le rapport de l’OIT note aussi :

  • 44 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

« Les événements qui ont eu lieu en Bolivie pendant les quatre années qui se sont écoulées depuis la Révolution de 1952 sont d’une importance capitale pour les pays comme le Pérou ou l’Équateur où se reproduisent des conditions socio-économiques similaires. Le succès ou les échecs enregistrés en Bolivie ont une répercussion immédiate dans l’opinion publique de ces deux pays et se traduisent sous une forme positive ou négative, selon le cas, non seulement dans l’opinion publique, mais aussi dans les mesures gouvernementales prises à l’égard des masses indigènes »44.

34Le PIA en Bolivie revêt un caractère bien différent de ce même programme au Pérou. Au Pérou,

  • 45 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

«  [c’est] un projet d’intérêt local et le gouvernement ne lui accorde apparemment qu’une importance secondaire. […] En Bolivie, par contre, la mission poursuit les mêmes objectifs que le gouvernement issu de la Révolution de 1952. Tout le programme politique et économique de Paz Estenssoro est orienté vers le bien-être des masses indiennes et leur incorporation à la vie nationale. Les difficultés que le projet rencontre, les résultats qu’il obtient intéressent le gouvernement de la façon la plus directe. Le président Paz Estenssoro, le vice-président Silus Suaso et le ministre des affaires rurales et indigènes, Nuflo de Chavez, suivent de près la marche du projet et n’ont cessé de lui accorder leur appui. L’attitude du gouvernement a beaucoup facilité la tâche des experts et a permis aux différents projets de se développer plus rapidement qu’au Pérou »45.

35Alfred Métraux est enthousiasmé par la volonté réformatrice du gouvernement de Paz Estenssoro : « La Bolivie est en pleine révolution. […] Le nouveau président Paz Estenssoro est un type très sympathique qui m’a conquis à ses idées », écrit-il à son ami Pierre Verger en février 1954 [Métraux, Verger, 1994, lettre d’Alfred Métraux à Pierre Verger, 26 février 1954].

Des problèmes politiques

  • 46 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : traduction d’un article paru dans La Tribune, Lima, (...)

36Le PIA donne lieu à une relative redistribution des terres. Ainsi, un article paru dans un journal au Pérou en 1958 explique qu’à Vicos, dans la région de l’Ancash, « près de 400 familles indigènes, de condition modeste, sont devenues des agriculteurs prospères propriétaires d’une hacienda de 15 000 hectares ». Mais dans d’autres régions du Pérou, comme à Puno, « la grande densité de population indigène […] a provoqué de graves problèmes nationaux, économiques et sociaux […]. On calcule qu’environ 400 000 natifs sans terre ni emploi constituent l’excédent démographique »46, comme le note le même article de journal. La pression démographique sur les hauts plateaux du Pérou renforce la misère des paysans indiens sans terre. La redistribution des terres reste insuffisante au Pérou. Le PIA s’efforce de déplacer la population excédentaire vers des régions moins peuplées où les Indiens peuvent travailler dans l’industrie. Mais ils y constituent un prolétariat misérable, le PIA n’apporte donc pas réellement de solution au problème social des Indiens. Il s’avère surtout bénéfique aux grands propriétaires terriens (qui voient les Indiens partir de ces terres convoitées) et aux industriels (qui peuvent trouver de la main-d’œuvre docile plus facilement du fait de l’arrivée des Indiens).

37En Bolivie au contraire, le PIA a des aspects plus progressistes, en liaison avec la politique menée par le gouvernement de Paz Estenssoro. Mais des problèmes politiques et sociaux se posent également dans ce pays. Comme l’observe un agent de l’OIT, dans une lettre confidentielle, l’octroi du droit de vote aux « indigènes » et la réforme agraire

  • 47 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

« ont produit des bouleversements si radicaux et si profonds dans la structure sociale et économique de la Bolivie que la mise en pratique de ces deux points cardinaux (réforme agraire et affranchissement politique des Indiens) risquent d’échapper au contrôle du gouvernement qui ne peut, malgré les bonnes intentions dont il est animé, procéder à l’application systématique de la réforme agraire. Cette dernière peut manquer son but à un point tel que les mesures prises pour favoriser les masses indigènes risquent de se retourner contre elles. Ce risque commence déjà à se manifester dans la malveillance croissante vis-à-vis des populations indigènes non seulement de la part de la classe qui a été affectée par la réforme agraire mais également de la part de la classe ouvrière, en particulier dans les villes »47.

38« Jusqu’à présent, la réforme agraire en Bolivie a très peu tenu compte des problèmes de caractère économique et de productivité », thèmes qui préoccupent en revanche beaucoup l’OIT,

« et s’inspire plutôt de la notion romantique de libérer l’Indien de son asservissement ancestral. Cette volonté de faire justice a été si loin que la réforme agraire attribuait des parcelles individuelles non seulement à ceux qui travaillent la terre mais aussi aux descendants de ceux qui, depuis un demi-siècle, avaient été dépossédés de leurs terres et étaient devenus ouvriers ou marchands dans les villes ».

  • 48 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

39Ces derniers sont désignés du nom d’« ex-comunarios ». « Cela créa des conflits très sérieux », note cet agent de l’OIT, qui observe : « la simple distribution des terres n’a pas produit l’effet économique escompté, c’est-à-dire l’augmentation de la productivité indigène. Il est même à craindre que la productivité générale soit en diminution ». L’OIT est en effet, sous l’influence des États-Unis, plus préoccupée de productivité que de justice sociale ; cela crée un décalage entre les objectifs de l’OIT et les objectifs du gouvernement bolivien. L’OIT déplore ainsi que le gouvernement bolivien ait démantelé de grandes propriétés terriennes pour les redistribuer en parcelles aux paysans. « La plus grande exploitation agricole de Bolivie, Kulpina, dans le département de Potosi, qui avait fait l’objet d’un investissement considérable de capitaux, est aussi en voie d’anéantissement par suite de son morcellement », déplore l’OIT48. Ainsi, l’OIT s’intéresse davantage à la productivité et aux investissements économiques qu’à la redistribution des terres. Le PIA montre là ses limites : conçu officiellement pour améliorer la situation des Indiens, il est en réalité plutôt tourné vers des objectifs d’amélioration de la productivité, sous l’influence des États-Unis et de la théorie de la modernisation.

  • 49 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 11 novembre 1954.
  • 50 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Eulogio Ruiz Pantoja, administrateur technique de (...)

40Dans le cadre des migrations et des redistributions de terres qui s’effectuent, des problèmes politiques apparaissent. C’est le cas notamment en Bolivie, pour le projet de Pillapi. Les Indiens se révoltent contre le fait que la propriété des terres continue à appartenir à l’ancien propriétaire ; en effet, le PIA a mis en place une coopérative entre l’ancien propriétaire et les Indiens, et non une distribution pure et simple de parcelles de cette hacienda aux Indiens49. Ainsi, en janvier 1955, l’administrateur technique de Pillapi, M. Pantoja, fait état d’incidents violents survenus fin décembre 1954. Il rencontre, au siège central de la Mission, un grand nombre d’« ex-comunarios », avec leur chef Laureano Mujica50. Les « ex-comunarios » sont les descendants d’Indiens qui avaient la propriété des terres en commun et qui en ont été dépossédés à partir de 1900. Les communautés ont été transformées en propriété privée et les « ex-comunarios » revendiquaient ces terres en vain. « Les terres étaient cultivées par des « peones » auxquels le patron octroyait, à titre d’usufruit et comme compensation à leur travail dans la propriété, un lopin de terre appelé « sayaña ». Or, selon le décret sur la réforme agraire promulgué par Paz Estenssoro, tous les « peones » qui occupaient des « sayañas » devaient en devenir propriétaires.

  • 51 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar, 8 septembre 1956.

« En même temps, les « ex-comunarios » ou leurs descendants revendiquèrent, dans de nombreux cas, les terres mêmes où les « peones » étaient installés. Cela donna lieu à de nombreux conflits, souvent très violents. Les « ex-comunarios », dans leur grande majorité, n’étaient pas des agriculteurs ; depuis 1900, ils avaient émigré et s’étaient établis dans les villes où ils étaient devenus ouvriers ou commerçants. De ce fait, soit qu’ils appartiennent à un syndicat ouvrier ou à un parti politique, ils exerçaient une influence auprès du pouvoir central beaucoup plus que le « peón » que le gouvernement désirait favoriser. Durant deux ans, toutes les formes de ce conflit se produisirent à Pillapi »51.

41Ainsi, en décembre 1954, les « ex-comunarios » se sont précipités dans le bureau de l’administrateur technique du PIA : Mujica a violemment pris à partie Pantoja,

« en disant que lui et les « ex-comunarios » tueraient les « gringos » importuns de Pillapi, ajoutant qu’eux seuls, et non les Indiens, avaient droit à la terre. En outre, les personnes qui restaient à la porte du bureau portaient des pelles et des pierres et donnaient l’impression qu’elles allaient attaquer le siège de la Mission ».

  • 52 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Eulogio Ruiz Pantoja, administrateur technique de (...)

42Mujica a attaqué Pantoja à coups de poings, comme le relate dans une correspondance l’administrateur technique du PIA à Pillapi52. En juin 1955, un agent du BIT, Enrique de Lozada, écrit à Jef Rens :

« Depuis mon arrivée en Bolivie, force m’a été de constater que la situation de Pillapi, au lieu de se consolider […], s’était plutôt aggravée, et cette aggravation a pris dernièrement un caractère très grave. […] La cause directe du conflit a été le renvoi des employés boliviens qui ont fait cause commune avec les leaders ex-comunarios et ont monté une vraie cabale contre la Mission et les Indiens qui ne se sont pas rangés à leurs côtés ».

  • 53 Archives de l’OIT, TAP/A, 1-10, jacket 1  : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 8 juin 1955.

43Les maîtres d’école ont démissionné massivement, mécontents du retard dans le versement de leurs salaires. « Cette cabale semblerait avoir comme chef principal un agitateur communiste […] qui, en d’autres circonstances, a déjà dirigé des attaques contre la Mission ». « Durant mon court séjour de quelques heures à Pillapi, je me suis rendu compte que les Indiens de Pillapi étaient devenus très inquiets et méfiants envers la mission », observe Enrique de Lozada53.

44Au cours de ces événements agités, « le Président de la République [de Bolivie] fut tenu au courant de ces incidents par le directeur régional du programme andin et, finalement, sur la base de l’expérience de Pillapi, le gouvernement promulgua un amendement au décret de la réforme agraire, qui disait en substance : Bien que les “ex-comunarios” aient droit à des terres, ils ne peuvent réclamer celles qui sont déjà occupées et travaillées par des « campesinos ». Le gouvernement s’est alors engagé à donner aux « ex-comunarios » ou à leurs descendants des terres non occupées, mais à la condition que [ceux-ci] s’établissent comme fermiers et travaillent eux-mêmes la terre ». Cette mesure a facilité la remise des titres définitifs de propriété à chacun des colons de Pillapi. De plus,

  • 54 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à A. Ammar, 8 septembre 1956.

« ... l’expérience de Pillapi a eu des conséquences de caractère national du fait que l’amendement mentionné protège l’Indien réellement agriculteur. À Pillapi même, ces mesures ont tonifié l’action de la Mission et de nouvelles coopératives se sont organisées par la propre volonté des anciens colons des propriétés voisines »54.

45Par ailleurs, sur le site rural de Cotoca, en Bolivie, des mineurs sont installés comme colons ce qui donne lieu à des conflits :

« Comme le gouvernement avait, au début, demandé que ces migrations comprennent également des mineurs, l’équipe visita toutes les mines nationalisées. Les mineurs qui désiraient émigrer étaient nombreux, et la sélection en était déjà faite lorsque la Confédération ouvrière bolivienne (COB) s’opposa à cette décision du gouvernement sous prétexte que les mines manquaient de main-d’œuvre compétente. Néanmoins, malgré cette opposition, quelques mineurs décidèrent de se joindre au premier groupe de colons. À ce premier groupe s’incorporèrent également quatre maîtres d’école ruraux qui acceptèrent de partir comme simples colons ».

  • 55 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar, non datée.

46Des dissensions apparaissent rapidement entre les mineurs et les paysans sur le site de Cotoca. Une pétition est faite par les mineurs, demandant leur séparation des « colons campesinos » (paysans). Les mineurs veulent « former une colonie à part ». L’OIT refuse d’accéder à cette demande et s’efforce «  de continuer à fortifier l’unité des colons »55. En novembre 1956,

  • 56 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : rapports au comité consultatif, envoyé par Juliette Pa (...)

« le Centre de Cotoca fai[t] face à une crise sérieuse. Plusieurs colons, découragés par l’incertitude d’une rapide adjudication des terres et le retard indéfini apporté au transfert des familles, [so]nt partis de la Colonie. L’échec de l’essai de construction de maisons, […] a aggravé le problème du manque de maisons définitives pour les familles des colonisateurs, en écartant l’espoir d’une solution rapide. Certains éléments qui s’étaient infiltrés parmi les colonisateurs, mus par des fins politiques personnelles, [tentent] de semer le doute et le désaccord en profitant des circonstances indiquées plus haut. L’irrégularité des remises de fond par le gouvernement – le centre fonctionna jusqu’en 1956 sans budget déterminé – limit[e] le développement des activités et les possibilités de remédier aux difficultés qui se [présentent]. Par suite de cette situation et du malaise occasionné par le bas niveau des salaires, imposés par les restrictions gouvernementales, l’esprit de collaboration du personnel a […] faibli »56.

47Le Centre d’Otavi connaît lui aussi des problèmes, liés à des retards ; on y observe le « manque d’une collaboration enthousiaste et régulière de la part des Indiens », ce qui serait « selon le chef du centre, dû à la campagne d’opposition menée par certains éléments adverses à l’œuvre d’éducation et d’organisation que poursuit la Mission andine, en particulier certains dirigeants syndicalistes ».

  • 57Ibid.

« Un autre fait qui a sans doute contribué à empêcher un déroulement plus rapide des activités du Centre est que les Autorités agraires n’ont pas encore promulgué la résolution définitive affectant aux Indiens les terres de l’ancienne colonie d’Otavi. Cet état de choses crée un sentiment d’insécurité parmi les Indiens quant à la propriété des terres57. »

48Ainsi des problèmes politiques handicapent la réalisation du PIA.

Une volonté de faire participer les Indiens eux-mêmes

49Le PIA se caractérise par la volonté de faire participer les Indiens eux-mêmes à l’amélioration de leurs conditions de vie, par une organisation communautaire. Dans une correspondance de 1954, un responsable de l’OIT précise que le projet des hauts plateaux de Puno et celui de Pillapi

  • 58   Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Rens à Lozada, 22 septembre 1954.

« sont ce que les Anglais et les Américains appellent des “community development projects” par lesquels nous voulons montrer qu’il est possible de modifier les conditions de vie et de travail des Indiens qui sont obligés de rester sur les Hauts Plateaux et d’y gagner leur vie, ceux-ci pouvant y acquérir un niveau de vie à tous égards infiniment supérieur à leur niveau de vie actuel. La seule différence entre les deux projets sera qu’à Puno nous nous efforcerons de trouver parmi la population un certain nombre de candidats migrants désireux de s’établir dans la vallée de Tambopata, question qui ne se pose pas à Pillapi »58.

50Obtenir la participation des Indiens n’est pas chose aisée. En 1954, Jef Rens observe, lors d’une cérémonie de transfert de propriété d’une grande hacienda aux mains des Indiens aymaras, en Bolivie, qu’il s’est senti mal à l’aise en observant que les Indiens le considéraient comme leur nouveau patron, car, modelés par le « joug séculaire » qui avait pesé sur eux, ils ne parvenaient pas à comprendre qu’on avait fait d’eux des propriétaires libres [Rens, 1987, p. 172].

  • 59 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance  : Programme de (...)

51Un document de l’OIT de 1961 souligne que « la condition essentielle du programme d’action est que toutes les activités reçoivent l’entier appui des aborigènes eux-mêmes et qu’elles soient vraiment fondées sur leur travail et leurs efforts. Aussi trouve-t-on au cœur du programme la formation d’animateurs aborigènes qui feront adopter les pratiques modernes d’organisation économique dans leurs propres communautés ». « Si l’on veut réussir à faire adopter des réformes sociales et économiques par une communauté aborigène, il ne faut pas entreprendre ces réformes directement et de l’extérieur ; il faut, au contraire, agir indirectement par l’intermédiaire d’aborigènes exerçant déjà des fonctions dirigeantes ou possédant les qualités requises pour les exercer ». C’est pourquoi « un personnel national travaille avec les experts étrangers et apprend à exécuter les différentes tâches afin de s’en charger lorsque les experts regagneront leur pays ». Le document de l’OIT note que « dans les régions où le programme est réalisé, la population des communautés commence à changer d’attitude et de mode de vie. Ces communautés réussissent déjà à subvenir à leurs besoins sur le plan économique. Elles emploient de meilleures méthodes de culture et ont augmenté la superficie cultivée. Parallèlement au développement agricole, elles créent de nouvelles industries rurales »59.

Un programme aux connotations paternalistes et conservatrices

  • 60 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre d’E. de Lozada à Jef Rens, 18 novembre 1954.
  • 61 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 3  : discours de B. Gosh, «  The Andean Programme and Utilizatio (...)

52Le programme indien andin est révélateur de l’ambiguïté des actions d’aide au développement menées par les agences des Nations unies dans les années 1950-1960 : d’un côté il est, officiellement, motivé par la volonté d’aider les Indiens misérables des Andes à accéder à de meilleures conditions de vie et de travail. D’un autre côté ce programme présente un aspect plus conservateur, comme le révèle la correspondance interne entre l’ONU et le BIT : il semblerait avoir été conçu en partie pour le bénéfice des grandes entreprises de la région, telles les entreprises minières américaines qui exploitent les gisements de cuivre de Toquepala et Quellaveco au Pérou, et qui cherchent de la main-d’œuvre bon marché et docile. Le déplacement massif de paysans indiens des Andes qui deviennent des ouvriers mineurs répond aux besoins de ces grandes entreprises60. Le programme indien-andin semble avoir effectivement œuvré à « mobiliser des réserves de main-d’œuvre »61 au service de grandes entreprises industrielles plus qu’à améliorer les conditions de vie et de travail des populations concernées. En outre, il semble avoir détourné les paysans indiens de leurs revendications de redistribution des terres, puisqu’il consiste à les faire partir de leurs terres, que s’accaparent dans le même temps de grands propriétaires terriens.

  • 62 Paul Rivet, fondateur et président du «  Comité de vigilance des intellectuels antifascistes » à pa (...)
  • 63   Propos de l’expert de l’ONU Arca Parro, cités dans Alfred Métraux, Itinéraires I, (1935-1953) car (...)
  • 64 Archives de l’Unesco, 323.12 A 31 Comas  : lettre de Métraux à Juan Comas, 2 nov. 1955, cité par C. (...)

53De ce fait, le programme indien-andin se heurte, au cours de sa mise en application, aux critiques d’intellectuels progressistes – comme celles de l’ethnologue français Paul Rivet62 – qui dénoncent sa conception paternaliste et réactionnaire. Un expert même des Nations unies critique ce programme, dès 1953, soulignant qu’il constitue « une tentative de diversion pour faire oublier les réclamations, toujours plus nombreuses et plus pressantes, des collectivités indigènes qui demandent des terres » [Métraux, 1978]63. L’ethnologue Alfred Métraux écrit : « Il y a tout un arrière-fond politique que je pressens, mais que je ne comprends pas bien » [Métraux, 1978, 19 novembre 1953]. Des chercheurs qui ont étudié ce programme durant la décennie 1990-2000 ont également noté cet aspect. Fondé sur la certitude de la supériorité de la civilisation occidentale et conduit d’une manière favorable au pouvoir conservateur, le PIA était, selon l’ethnologue André Marcel d’Ans, « de conception très paternaliste ». Selon lui, le projet consistait à « identifi[er] parmi les indigènes les individus les plus “ réceptifs ” » et à s’« arrang[er] pour les embringuer comme exécutants subalternes, à la grande joie des pouvoirs conservateurs locaux ». « La dominante du projet consistait finalement en une vigoureuse action en faveur de la propriété privée et de l’économie mercantile », d’où « des complicités de mauvais aloi de la part d’astucieux propriétaires terriens » [D’Ans, 1992, p. 19-21]. Claude Auroi souligne lui aussi les intérêts politico-économiques de ce projet de déplacement de population, observant d’ailleurs qu’Alfred Métraux lui-même y a participé sans en comprendre les implications politiques64 :

« Rétrospectivement cette volonté de forcer les migrations vers l’est apparaît comme une entreprise vaine. Les Indiens ont continué à émigrer prioritairement vers la côte et ont peu à peu “ andinisé ” les villes du Pérou côtier. Ils sont souvent devenus des éléments progressistes de la dynamique sociale, et ne sont pas forcément restés à l’état de prolétariat misérable. Tandis que ceux qui sont partis vers les vallées chaudes ont trouvé des infrastructures précaires voire inexistantes, et ont dû dès lors soit entrer dans un système de migration ou déplacements temporaires permanents entre la sierra et les vallées, soit s’établir et souvent, comme dans le Haut Huallaga, cultiver des produits illicites pour survivre » [Auroi, 2003, p. 113-126].

  • 65   Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 3  : Discours de M Bimal Gosh à un séminaire sur «  Mobilisati (...)
  • 66 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 (gen. corresp.)  : lettre de Enrique de Lozada à Jef Rens, 18 (...)

54On constate l’aspect utilitaire, mercantile du PIA tel que mené par l’OIT : il est précisé, dans les documents de cet organisme, qu’il s’agit surtout de « mobiliser des réserves de main-d’œuvre », au bénéfice de grandes entreprises65. En novembre 1954, un agent de l’ONU, Enrique de Lozada, écrit à Jef Rens : évoquant l’exploitation des gisements de cuivre de Toquepala et Quellaveco, il parle d’« une entreprise minière dont l’investissement atteindra 200 millions de dollars dans un proche avenir, qui par force, absorbera la plupart de la main-d’œuvre de la région sud du Pérou, particulièrement Puno », où est réalisé un projet du PIA. Il préconise d’organiser, dans le cadre du PIA, une formation professionnelle pour favoriser le « brusque passage » de l’Indien « de l’état de travailleur rural à l’état d’ouvrier mineur »66.

  • 67 19 nov. 1953, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 18 décembre 1954.

55La réflexion d’un agent de l’OIT, en 1954, au sujet de l’intérêt du milliardaire Nelson Rockefeller, prouve le caractère politiquement conservateur du PIA : « La philosophie et la politique que nous suivons dans notre projet des Andes est très exactement ce que lui considère comme la seule façon de combattre d’une façon positive et constructive le communisme »67.

  • 68 Unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

56La tendance paternaliste du PIA se manifeste par ailleurs dans le type d’activités que les « experts » onusiens proposent aux Indiens. Ainsi, lors d’une réunion à l’UNESCO en 1956, un agent de l’UNESCO rapporte, au sujet du PIA dans la région de Puno : « la principale réussite de Mlle Arco est d’être parvenue à organiser une sorte de société féminine de “ visitadoras sociales ”. Les femmes qui en font partie se distinguent par un tablier bleu à bords festonnés et par un petit sac brodé. Cet uniforme est devenu le symbole de la volonté de progrès »68. Un de ses collègues estime ces réalisations insignifiantes, voire infantilisantes :

  • 69 Ibid.

« On ne saurait trop admirer Mme Arco d’avoir vécu six mois parmi les Indiens d’Ilave. L’endroit est particulièrement sinistre et la vie y est très dure. Je crains cependant que, comme beaucoup d’experts latino-américains, Mlle Arco ne dépense son énergie à des réalisations de détail sans grande importance ni portée profonde. […] Apprendre aux Indiens à arborer un tablier, à chanter l’hymne national, à broder des sacs de petites filles est très bien, mais en poursuivant ces objectifs quelque peu élémentaires et même naïfs, on oublie que ce que veulent les Indiens c’est parler espagnol, lire, écrire, et tirer un meilleur parti de leurs maigres ressources économiques »69.

57Ainsi, le PIA paraît avoir cédé à plusieurs écueils, comme le conservatisme et le paternalisme, jugement qui peut être nuancé par l’intérêt que lui ont porté des personnalités progressistes comme le président bolivien Paz Estenssoro et l’ethnologue Alfred Métraux.

Conclusion

58Ce programme est intéressant par son caractère précurseur. Il a commencé en effet avant la révolution cubaine (1959), la création de l’Alliance pour le Progrès (1961) et la conférence de l’Organisation des États américains (OEA) de Punta del Este qui pose les réformes agraires en politique régionale. Il est engagé à une époque ou les politiques publiques indigénistes étaient partout de type assimilationniste. Il est révélateur du rôle des agences des Nations unies, amenées à collaborer pour tenter d’améliorer la condition des populations indiennes et de la manière dont elles posent le problème du progrès, de la modernisation et de l’intégration de ces populations dans les économies nationales. Il illustre aussi les rivalités qui peuvent exister entre ces agences, notamment entre l’OIT et la FAO.

59Il est difficile de tirer un bilan tranché du PIA. D’un côté, il semble avoir suscité une réelle popularité auprès des Indiens. Ainsi, lors d’une réunion à l’UNESCO en 1956, un expert de retour de voyage sur place présente ainsi l’attitude des Indiens envers le PIA :

  • 70 Unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956

« Au cours de ce voyage j’ai cherché à connaître les sentiments que les Indiens nourrissent à l’égard de la Mission andine et le degré de confiance qu’ils lui accordent. […] Au Pérou, là où les experts étaient à pied d’œuvre et où les bâtiments des futurs centres commençaient à s’élever, l’accueil que nous a réservé la population indigène a pris la forme de grandes manifestations de sympathie. [...] Les “ abrazos ” que tous, hommes et femmes, sont venus nous donner avaient une chaleur qui n’était pas feinte »70.

60Par ailleurs, le PIA semble ne pas avoir atteint son but. Un expert en éducation de l’UNESCO écrit en 1961 :

  • 71 Rapport de fin de mission de René Peyresblanques, expert en éducation fondamentale, janv. 1960-31 d (...)

« Je reste assez sceptique, partageant en cela le point de vue de certains chefs d’administration de Puno, sur le développement du programme tracé. Je souhaiterais me tromper dans l’intérêt des populations qui nous ont accordé toute leur confiance et dans celui des collaborateurs et des maîtres qui ont su partager notre foi et notre enthousiasme »71.

  • 72 Archives de l’OIT, TAP-A1, jacket 3 : speech made by Mr. Bimal Ghosh at a seminar on “Mobilisatio (...)

61Si ce projet semble donc avoir été un semi-échec, les agences de l’ONU ont cependant eu le mérite, en y participant, de contribuer à faire reconnaître aux gouvernements participants la réalité de la situation économique catastrophique des Indiens, notamment grâce aux études menées à ce sujet par Alfred Métraux [Auroi, 1996, p. 73]72.

62L’action de l’OIT dans ce domaine s’est poursuivie après la fin du PIA. À partir de 1980, l’OIT a contribué à la défense des peuples indigènes face aux États et à la reconnaissance de la notion de travail indigène. La convention 169 de l’OIT (1989) reconnaît le droit des peuples indigènes à « organiser leur propre développement économique, social et culturel ». Cependant, selon Luis Rodríguez Piñero, l’OIT serait ensuite entrée « en léthargie » [Rodríguez Piñero, 2004]. Les années 1950 et 1960 constituent donc une période importante dans l’action de l’OIT en faveur des populations indigènes en Amérique latine, ce qui est à mettre en liaison avec le rayonnement qu’avait alors la CEPAL.

Haut de page

Bibliographie

Auroi Claude, « Alfred Métraux à la croisée de deux mondes, anthropologie et développement », in Auroi Claude et Monnier Alain (dir.), Du pays de Vaud au pays du Vaudou. Ethnologies d’Alfred Metraux, Musée d’ethnographie de Genève, IUED, 1996.

Auroi Claude, « Métraux et les Andes », Bulletin de la société suisse des américanistes, 2002-2003, n° 66-67, p. 113-126.

D’Ans André-Marcel, « Le contenu d’Itinéraires 2 », in Présence d’Alfred Métraux, Paris, UNESCO, 1992, p. 5-28.

Matos Mar José, « Race et culture », in Présence d’Alfred Métraux, 1992, Paris, UNESCO, p. 67-74.

Métraux Alfred, Itinéraires I, (1935-1953) carnets de notes et journaux de voyage, introduction et notes par André-Marcel d’Ans, Paris, Payot, 1978.

Métraux Alfred, Verger Pierre, Le pied à l’étrier, correspondance, 12 mars 1946-5 avril 1963, Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1994.

Rens Jef, Rencontres avec le siècle. Une vie au service de la justice sociale, éditions Duculot, Gembloux, 1987.

Rodríguez Piñero Luis, « L’Organisation Internationale du Travail (OIT) et les peuples indigènes dans le droit international : du colonialisme au multiculturalisme », Trace, n° 46, déc. 2004, Centre Français d2Études Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA), Mexico.

Haut de page

Notes

1 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance  : Programme des Indiens des Andes. Projet de demande d’assistance spéciale, AIP/PSA/1, mai 1961.

2 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2) : Le Programme andin, OIT, 1959.

3 Ibid.

4 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 2 : Le programme andin, OIT, 1959.

5 Ibid.

6 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2) : Le Programme andin, OIT, 1959, préface.

7 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4, AIP, Modernization of Rural Life in the Andes, 1968, p. 2-3.

8 Archives de l’Unesco, Film n° 1944, 1953.

9 Lettre de Métraux à Jeff Rens, 29 sept. 1961, citée dans Claude Auroi, « Métraux et les Andes », Bulletin de la société suisse des américanistes, 2002-2003, n° 66-67, p. 113-126.

10 Alfred Métraux, Itinéraires I : 19 novembre 1953 : à Lima, Métraux rencontre le directeur du département des affaires indigènes du Pérou, M. Pereyra : « esprit dogmatique », « aucune vivacité, aucune bonne grâce, aucun esprit. […]. Il n’écoute pas et ma suggestion d’enquête lui paraît peu importante » ; 10 fév. 1954 : le président Paz Estenssoro assure Métraux qu’il aidera les chercheurs à faire des recherches ethnographiques en Bolivie.

11 Archives de l’Unesco, 330.19 (8) A 01 IIHA, I : lettre de Bernard Mishkin à Bowers, 22 septembre 1947.

12 Lettre de Rens à Métraux, 24 août 1955 ; lettre de Métraux à Rens, 29 août 1955 ; citées par Claude Auroi, « Métraux et les Andes », art. cit.

13 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

14 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

15 Ibid.

16 Ernest Beaglehole a été consultant auprès du bureau des États-Unis pour les affaires indiennes dans l’entre-deux-guerres.

17 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance : Programme des Indiens des Andes. Projet de demande d’assistance spéciale, AIP/PSA/1, mai 1961.

18 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre de P. Boulas à Arnold Khavkine de l’ONU.

19 Archives de l’OIT, TAP-A1, jacket 3 : speech made by Mr. Bimal Ghosh at a seminar on “Mobilisation of Manpower Reserves”, Berlin September 1967.

20 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 18 décembre 1954 ; TAP-A, file 7-4, jacket 3 : The New York Times, 5 septembre 1963 : article « ’Indians in Andes Advance From Peonage » ; TAP-A, file 1-1, jacket 6 : lettre de Jef Rens à d’Ugard, 21 août 1958 ; TAP/A 11-3-1 : relations with Carnegie endowment for international peace.

21 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 5 janv 1955.

22 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 3 : The New York Times, 5 septembre 1963 : article « ’Indians in Andes Advance From Peonage ».

23 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6 : traduction d’un article paru dans La Tribune, Lima, 22 juin 1958 : titre de l’article : « Le Plan Puno-Tambopata résoudra le problème des indigènes Punenos ».

24 Archives de l’OIT, TAP/A 11-3-4 ; TAP/A 11-3-1  ; TAP/A 11-3-3  ; TAP/A 11-3-6  ; Modernization of Rural Life in the Andes, op. cit., p. 3  ; TAP/A 11-3-3  : participation by the Friends International Centre (Quakers)  ; TAP/A 11-3-6  : participation of Catholic personalities  ; TAP/A 11-3-4  : relations with Nestlé  ; TAP/A 11-3-2  : Prof Doucy, institute de sociologie Solvay, Bruxelles (bourses pour permettre aux experts andins de visiter le Congo belge)  ; TAP/A 11-3-7  : relations with Volunteers for International Dvt Incorporated  ; TAP/1 1, jacket 3  : letter du Oxford Committee for famine relief (OXFAM) au DG de l’OIT, 20 janvier 1964.

25 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2)  : Le Programme andin, OIT, 1959, préface.

26 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4, jacket 2  : Le Figaro, 28 juillet 1959.

27 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4, AIP, Modernization of Rural Life in the Andes, 1968, p2-3.

28 Archives de l’OIT, AIP. Modernization of Rural Life in the Andes, OIT, 1968 ; TAP/A, file 1, jacket 4, AIP, Modernization of Rural Life in the Andes, 1968, p. 3.

29 Archives de l’Unesco, 330.19 (8) A 01 IIHA, I : lettre de Bernard Mishkin à John Bowers, 22 septembre 1947 ; Alfred Métraux, Pierre Verger, Le pied à l’étrier, correspondance, 12 mars 1946-5 avril 1963, Paris, éditions Jean-Michel Place, 1994, lettre d’Alfred Métraux à Pierre Verger, 26 février 1954 ; Alfred Métraux, Itinéraires I, op. cit., 19 nov. 1953 ; 23 nov. 1953.

30 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Rens à Lozada, 16 septembre 1954.

31 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 2, technical assistance programme, andean highlands, RFO, gen. corresp.  : lettre de Jef Rens à E de Lozada, 20 juillet 1955.

32 Archives de l’OIT, TAP-A 1-1-0  : lettre de Jef rens à d’Ugard, 18 juillet 1958.

33 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : lettre de d’Ugard à Jorge Crespo Toral, coordinateur général de l’assistance technique de l’Équateur, 21 août 1958.

34 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : lettre de Jorge Crespo Toral à d’Ugard, 29 juillet 1958.

35 Archives de l’OIT, TAP/A, file 1, jacket 4  : lettre de Xavier Caballero à Francis Blanchard, 2 avril 1968. Annexe  : résumé d’une note adressée à M. d’Ugard par M. Caballero.

36 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de P Boulas à Lozada, 31 janvier 1955.

37 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Enrique de Lozada à Jef Rens, 5 janvier 1955.

38 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 18 décembre 1954.

39 Archives de l’OIT, TAP-A, file 7-4 (jacket 2)  : Le Programme andin, OIT, 1959.

40 Alfred Métraux, Itinéraires I, op. cit., 29 juin 1953, p. 508  ; 2 juill. 1953, p. 509  ; 2 déc. 1953, 3 déc. 1953  ; lettre de Métraux à Juan Comas, 2 nov. 1955, cité par Claude Auroi, «  Métraux et les Andes », article cité  ; rapport du BIT, février 1954, cité par Claude Auroi, «  Métraux et les Andes ».

41 Archives de l’OIT, TAP-A 1-1-0  : lettre de Jef Rens à d’Ugard, 18 juillet 1958.

42 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

43 Ibid.

44 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

45 unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

46 Archives de l’OIT, TAP-A, file 1-1, jacket 6  : traduction d’un article paru dans La Tribune, Lima, 22 juin 1958  : titre de l’article  : «  Le Plan Puno-Tambopata résoudra le problème des indigènes Punenos ».

47 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

48 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar.

49 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 11 novembre 1954.

50 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Eulogio Ruiz Pantoja, administrateur technique de Pillapi, à William Dillingham, directeur de programme, 3 janvier 1955.

51 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar, 8 septembre 1956.

52 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Eulogio Ruiz Pantoja, administrateur technique de Pillapi, à William Dillingham, directeur de programme, 3 janvier 1955.

53 Archives de l’OIT, TAP/A, 1-10, jacket 1  : lettre d’Enrique de Lozada à Jef Rens, 8 juin 1955.

54 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à A. Ammar, 8 septembre 1956.

55 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : lettre de Lozada à Ammar, non datée.

56 Archives de l’OIT, TAP-A file 4, jacket 1  : rapports au comité consultatif, envoyé par Juliette Palacios à Abbas Ammar, sous-DG du BIT, non datés..

57Ibid.

58   Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Rens à Lozada, 22 septembre 1954.

59 Archives de l’OIT, TAP/A, 01-0 Andean Indian Programme, Plan for Special Assistance  : Programme des Indiens des Andes. Projet de demande d’assistance spéciale, AIP/PSA/1, mai 1961.

60 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1  : lettre d’E. de Lozada à Jef Rens, 18 novembre 1954.

61 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 3  : discours de B. Gosh, «  The Andean Programme and Utilization of Manpower reserves », lors d’un séminaire intitulé «  Mobilisation of Manpower Reserves » tenu à Berlin en septembre 1967.

62 Paul Rivet, fondateur et président du «  Comité de vigilance des intellectuels antifascistes » à partir de 1934, fondateur du Musée de l’Homme en 1937, a été résistant, fondateur du «  Réseau du Musée de l’Homme », puis député (groupe SFIO) de 1945 à 1951.

63   Propos de l’expert de l’ONU Arca Parro, cités dans Alfred Métraux, Itinéraires I, (1935-1953) carnets de notes et journaux de voyage, édité par André-Marcel d’Ans, Paris, Payot, 1978 (19 nov. 1953  ; 23 nov. 1953).

64 Archives de l’Unesco, 323.12 A 31 Comas  : lettre de Métraux à Juan Comas, 2 nov. 1955, cité par C. Auroi, «  Métraux et les Andes », art. cité. 

65   Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 3  : Discours de M Bimal Gosh à un séminaire sur «  Mobilisation of manpower reserves », (Berlin, septembre 1967)  : «  The Andean Programme and Utilization of Manpower reserves ».

66 Archives de l’OIT, TAP-A 1, jacket 1 (gen. corresp.)  : lettre de Enrique de Lozada à Jef Rens, 18 novembre 1954.

67 19 nov. 1953, TAP-A 1, jacket 1  : lettre de Lozada à Rens, 18 décembre 1954.

68 Unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956.

69 Ibid.

70 Unesdoc.unesco.org/images/0016/001600/160055.mb.pdf, réunion du 8 janvier 1956

71 Rapport de fin de mission de René Peyresblanques, expert en éducation fondamentale, janv. 1960-31 déc. 1961, source  : unesdoc.unesco.org/images/0015/01593/159376fb.pd/

72 Archives de l’OIT, TAP-A1, jacket 3 : speech made by Mr. Bimal Ghosh at a seminar on “Mobilisation of Manpower Reserves”, Berlin, September 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Le Programme indien-andin des Nations unies (années 1950-1960) », Cahiers des Amériques latines, 67 | 2011, 137-161.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Le Programme indien-andin des Nations unies (années 1950-1960) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 67 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/cal.299

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Chloé Maurel, ancienne élève de l’École Normale Supérieure et agrégée d’histoire, est actuellement attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Caen Basse Normandie et chercheuse associée à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine – UMR 8066, ainsi qu’à l’IRICE – UMR 8138. Elle a réalisé une thèse de doctorat consacrée à l’histoire de l’Unesco et parue sous le titre Histoire de l’Unesco. Les trente premières années, 1945-1974 (Paris, L’Harmattan, 2010). Elle a, en outre, publié de très nombreux articles et ouvrages dont une biographie d’Ernesto Guevara intitulée Che Guevara. Entre mythe et réalité (Paris, Ellipses, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org