Navegación – Mapa del sitio
Lectures

Ana Vera Estrada, Guajiros del siglo xxi

Martine Segalen
p. 236-238
Referencia(s):
Ana Vera Estrada, Guajiros del siglo xxi, La Havane, Instituto Cubano de Investigacion Cultural Juan Marinello, 247 p.

Texto completo

1Les Guajiros est le résultat d’un long travail qui a démarré en 2002, après la fermeture consécutive à la crise de 1993 des industries sucrières, et la tentative de leur substituer des complexes agro-industriels sucriers. Il s’agit donc au premier abord d’un ouvrage d’histoire économique consacré à la catégorie particulière des paysans travailleurs de la canne à sucre. C’est par dérision qu’Ana Vera Estrada utilise ce terme de guajiros, généralement péjoratif, puisque les ouvriers de la canne à sucre se considèrent au contraire comme une élite. Ils ont en effet joui d’une situation relativement privilégiée par rapport aux autres travailleurs de la terre, surtout à partir des années 1930, lorsque le Gouvernement et les syndicats se sont mis d’accord pour leur accorder quelques avantages, en raison du poids de la canne à sucre dans l’économie du pays.

2L’ouvrage étudie les conséquences des bouleversements récents des politiques cubaines, en évaluant l’impact de la restructuration de la production sucrière dans un « central » (terme qui désigne l’usine qui reçoit la canne et doit en faire sortir le jus) fermé en 2002, à travers les témoignages de la famille qui y travaillait. Un « central », c’est un lieu de vie total, où les relations de parenté sont entrelacées avec les relations économiques.

3Le grand intérêt de Guajiros del siglo xxi réside dans la multiplication des points de vue. Le chapitre premier présente l’histoire agraire de l’industrie sucrière. Le second s’appuie sur des témoignages historiques ou folkloriques concernant les travailleurs du sucre, tandis que le troisième pose le décor géographique et socio-historique du « central » étudié, La Carolina, dans la province de Matanzas. Ce chapitre sert d’introduction aux deux suivants, fondés sur le recueil d’histoires de vie de plusieurs membres d’une même famille, écoutés au long de trois générations. Le quatrième chapitre décrit l’organisation familiale et laborieuse dans le contexte d’autrefois, autour du « batey », terme d’origine arawak, qui désigne à la fois un espace concret, celui de la vie collective, du travail, de la famille et en même temps un espace communautaire symbolique, et donne la parole aux plus âgés. Le cinquième relate la situation socio-économique nouvelle, à travers l’exposé des récits de vie de la génération des « adultes », confrontée aux changements professionnels qui leur sont imposés, après la disparition de l’entreprise agricole paternelle.

4En recueillant, analysant, comparant les visions de près de trente membres d’une même parentèle concernant les changements sociaux, économiques et culturels consécutifs à la fermeture du Central et à la tentative de reconversion, Ana Vera Estrada a fait le choix, suivant les concepts développés par Paul Thompson, au moment où l’histoire orale était à la mode, de faire entendre la parole « brute ». Le lecteur comprend ainsi, de l’intérieur, les conséquences concrètes de ces bouleversements sur la vie familiale de ce réseau de parenté, mais aussi la perception des changements, qui conduit par exemple les plus jeunes à construire la légende dorée d’un temps qui apparaît maintenant « traditionnel ». À travers les témoignages, on perçoit à la fois l’impact de la tentative d’installation d’une industrie sucrière sur le mode de vie quotidien, mais on atteint aussi à la subjectivité des individus dans le cadre de ces changements qui ont plus ou moins bien atteint leur but. La possibilité d’entendre le point de vue de trois générations, permet de contraster les points de vue de personnes certes apparentées, mais qui disposent d’un niveau d’éducation très différent. Par exemple, il existe un grand écart dans les attitudes à l’égard de la production mécanisée : ainsi les guajiros du xxie siècle ne souhaitent pas retourner à une agriculture d’autrefois, fondée sur la traction animale, qui est pourtant la plus moderne dans la mesure où elle est écologique.

5Il faut souligner par ailleurs qu’Ana Vera, tout au long de son travail, s’interroge sur le rôle de l’anthropologue sur le terrain. Développant, par la démonstration concrète, une solide dimension méthodologique, l’ouvrage est constamment mené dans une perspective réflexive et s’interroge sur la façon de recueillir l’histoire orale et les chausse-trapes qu’il convient d’éviter. Au fil des nombreuses conversations avec les membres de la parentèle qui prennent souvent un tour sensible, Ana Vera relève les difficultés de l’anthropologie à pouvoir restituer des processus longs et globaux et à les marier avec les parcours individuels, puisque, si ceux-ci sont impactés par les grands changements, en même temps, la vie de tout un chacun est faite du quotidien et de ses micro-événements.

  • 1 Sidney Mintz, Sucre blanc, misère noire. Le goût et le pouvoir, Paris, Nathan, 1991 [1986].

6S’inscrivant dans les analyses de Sydney Mintz, Sucre blanc, misère noire1, l’ouvrage montre bien que la production de sucre, c’est avant tout un ensemble de relations sociales. À Cuba, comme dans les Caraïbes, la culture de la canne à sucre fut le grand moteur du développement économique, et l’auteur rappelle que Cuba fut le premier producteur mondial en 1925. Dès lors, le sucre devint le symbole de la culture cubaine, fondée sur une main-d’œuvre considérable : esclave d’abord, prolétaire ensuite. En rédigeant ce livre, c’est aussi la mémoire de cette population pauvre, mémoire du travail, mémoire des techniques de travail, mémoires entrelacées entre travail et vie familiale, que l’auteur souhaite conserver.

  • 2 Signalons notamment les chapitres sur la famille cubaine qu’elle a écrits dans des ouvrages collect (...)

7Ana Vera Estrada est une historienne et anthropologue cubaine qui a beaucoup publié sur l’institution familiale de son pays2, soit dans des ouvrages personnels, soit dans des collectifs tentant une comparaison entre les systèmes familiaux hispano-américains. À travers ces Guajiros, elle offre une monographie passionnante, qui permet de saisir des changements sociaux, économiques et culturels majeurs de la culture cubaine. Un ouvrage à recommander à tous ceux qui veulent mieux connaître un pays dont le paysage politique est en plein changement.

Inicio de página

Notas

1 Sidney Mintz, Sucre blanc, misère noire. Le goût et le pouvoir, Paris, Nathan, 1991 [1986].

2 Signalons notamment les chapitres sur la famille cubaine qu’elle a écrits dans des ouvrages collectifs traitant de la famille hispano-américaine des deux côtés de l’Atlantique, tels que celui qu’a dirigé Pablo Rodriguez, La familia en Iberoamérica 1550-1980, 2004, ou celui de Francisco Chacón Jiménez, Juan Hernandez Franco et Francisco Garcia Gonzalez (dir.), Familia y organizacion social en Europa y América, siglos XV-XX, 2007 ; enfin l’ouvrage qu’Ana Vera a dirigé avec David Robichaux, Familias, culturas en el espacio latinoamericano, 2008.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Martine Segalen, « Ana Vera Estrada, Guajiros del siglo xxi », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 236-238.

Referencia electrónica

Martine Segalen, « Ana Vera Estrada, Guajiros del siglo xxi », Cahiers des Amériques latines [En línea], 72-73 | 2013, Publicado el 17 diciembre 2013, consultado el 24 septiembre 2017. URL : http://cal.revues.org/2922

Inicio de página

Autor

Martine Segalen

Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense
msegalen@u-paris10.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org