Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili. 50 ans au service du monde ouvrier

Thomas Lalire
p. 228-229
Référence(s) :
Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili. 50 ans au service du monde ouvrier, Paris, Karthala, coll. « Signe des temps », 2012, 336 p.

Texte intégral

1Le livre de Pierre Dubois n’a pas été écrit d’un seul jet dans une finalité définie au préalable. Composé de lettres et de « circulaires » envoyées à sa famille et ses amis, il constitue un témoignage décousu, retraçant l’itinéraire d’un prêtre français au Chili pendant près de 50 ans, de 1963 à 2012. La singularité du récit se caractérise par l’implication de son auteur dans la description de la vie sociale, culturelle et politique chilienne. Pierre Dubois s’emploie à expliquer son quotidien de prêtre et notamment sa participation au mouvement du MOAC, l’action catholique ouvrière chilienne. Expliquant le titre retenu par l’éditeur, les liens tissés avec le « monde ouvrier » se retrouvent tout au long de son parcours. En 1965, son arrivée à Coronel (500 km au sud de Santiago) est une immersion au côté des mineurs de charbon. Cette proximité se prolonge lors de ses déplacements dans le nord du pays où il découvre aussi les conditions de vie des mineurs du cuivre. Décrivant tour à tour les « accidents de grisou », les grèves et l’action sociale organisée dans les quartiers, Dubois se montre acteur et observateur de cet environnement social. Il rejoint en cela d’autres prêtres Fidei Donum partis en Amérique latine à l’appel du pape Jean XXIII dès 1961. En janvier 1966, ils sont 77 à interpeller leurs évêques de France depuis Rio au Brésil. « Aujourd’hui, la ligne qui divise l’univers n’est plus, semble-t-il, entre les pays capitalistes et les pays socialistes. Elle est entre les civilisations de la faim et les civilisations de la prospérité. » Cette lecture politique située dans l’angle mort de l’histoire vient étayer sa participation au mouvement des Chrétiens pour le socialisme en avril 1972, ainsi que son soutien à l’Unité populaire et au gouvernement de Salvador Allende. Face à la pauvreté, il plaide pour l’organisation des travailleurs en syndicat ou comité de quartier. S’il s’agit pour lui d’une conséquence logique d’une « ligne pastorale tournée vers le monde ouvrier », elle n’est pas sans créer de tensions au sein de l’Église catholique chilienne.

2La restitution des lettres dans un ordre chronologique permet au lecteur de porter un regard rétrospectif éclairant. En mai 1973, il écrit : « la situation du pays n’est pas brillante. Plus que jamais, les pressions invisibles des USA essayent de miner la résistance du pays […]. Mais à l’intérieur aussi, l’opposition est forte […] ». On repère ainsi des ruptures générées par l’intensité d’une actualité politique chilienne et internationale marquée par la Guerre froide, qui constituent parallèlement des points d’inflexion dans son propre itinéraire. En France lors du coup d’État, il revient à Santiago en décembre 1973. Il témoigne alors d’un espace social saturé par la militarisation du régime de Pinochet dont il résume l’objectif à « la liquidation de tout pouvoir des travailleurs pour assurer les privilèges d’un petit groupe de super-riches ». Dans ses lettres, il décrit également la montée du chômage, dénonce les problèmes d’accès à la santé et au logement, les disparitions. Là encore, le cadre épistolaire situe le récit dans le temps et ouvre différents niveaux de lecture. En retrouvant l’horizon d’action du contemporain, le lecteur explore différentes facettes de la dictature : les activités du Vicariat à la Solidarité, la mise en place de l’aide matérielle, la violence, les attentes et les désillusions. En toile de fond se dessine le progressif désengagement de l’Église catholique chilienne du régime qu’elle avait originellement soutenue. Au-delà de la posture de « résistance » souvent attribuée au cardinal Raúl Silva Henríquez, Pierre Dubois donne à voir une opposition qui se joue à la base. À la périphérie des centres institutionnel et urbain, l’Église catholique trouve des représentants insérés aux côtés des Chiliens les plus touchés par l’instauration du régime militaire. Cet engagement le place pourtant au centre de l’actualité chilienne et française en septembre 1984, lorsque son vicaire, le français André Jarlan, est tué par la balle d’un carabinier au soir d’une journée de protesta. L’image de ce prêtre étranger, assassiné parmi les pauvres, est un vecteur de mobilisation : « André, tu ressusciteras dans la lutte du peuple » scandent les Chiliens lors de ses obsèques.

3Expulsé en 1986 sur ordre du Gouvernement, Pierre Dubois revient au Chili en 1990 après l’élection du président démocrate-chrétien Patricio Aylwin. Ses lettres se font plus rares, mais son attachement aux idées et aux valeurs du christianisme de la libération continue de structurer son analyse du Chili de la Concertation démocratique. La mise en place d’une mutuelle coopérative de santé semble traduire son opposition résolue aux réformes structurelles impulsées par les Chicago boys. Pour Dubois, il s’agit de lutter contre « l’individualisme qui détruit les défenses traditionnelles du peuple chilien : sa solidarité ».

4Publié deux semaines après son décès, ce livre permettra d’apporter des réponses à celles et ceux qui s’interrogent en France sur l’importante mobilisation lors de ses obsèques. Pierre Dubois est la figure d’une opposition pacifique, mais déterminée. Dans le cortège qui accompagnait son cercueil vers la cathédrale de la Plaza de Armas, la présence des leaders du mouvement étudiant, des syndicats, des groupes mapuches et des principaux partis de gauche ne trompe pas, et illustre, douze ans après le « retour de la démocratie », un « rejeu de faille mémorielle ». Il convient dès lors d’interroger les mécanismes d’un processus qui ne se réduit pas à une trajectoire individuelle. Car Dubois, comme d’autres prêtres et religieux ou religieuses, forment une facette de la position de l’Église catholique face aux régimes dictatoriaux d’Amérique latine. La publication de ce livre, comme de ceux de Pierre Dupuy ou de Jean-Baptiste Béraud auparavant, pourrait ouvrir la voie à une prosopographie incluant l’ensemble des prêtres Fidei Donum ayant vécu en Amérique latine depuis le début des années 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lalire, « Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili. 50 ans au service du monde ouvrier », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 228-229.

Référence électronique

Thomas Lalire, « Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili. 50 ans au service du monde ouvrier », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://cal.revues.org/2914

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org