Navigation – Plan du site
Etudes

París y los ambos mundos1 : une capitale au cœur du dispositif de production et de mise en circulation de livres et de journaux, en espagnol, au xixe siècle

Paris y los ambos mundos, a Nineteenth Century center for the production and distribution of books and periodicals in Spanish
Paris y los ambos mundos, uma capital no coração do dispositivo de produção e da circulação de livros e jornais em espanholno século xix
Diana Cooper-Richet
p. 201-220

Résumés

Paris a été, tout au long du xixe siècle, un centre de publication, et de diffusion vers l’Amérique latine, de livres et de journaux en espagnol. Éditeurs et hommes de presse, français et étrangers, plus particulièrement hispanophones, se sont très tôt lancés à l’assaut de ce marché, nouveau, vaste et prometteur, sur lequel ils déverseront pendant des décennies leur production et où certains s’installeront durablement. Ce commerce de biens culturels est à l’origine de nombreux transferts et d’une importante circulation d’hommes et d’idées.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France, Amérique latine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut se souvenir que la fameuse Revue des deux mondes est née à Paris, en 1829. Environ un tiers (...)
  • 2 Selon Aline Vauchelle-Haquet entre 1814 et 1833 quelque 900 titres en espagnol, soit environ 100 00 (...)

1Avec plus de 5 000 titres – sans doute quelque 10 millions d’exemplaires d’ouvrages2 [Santiago Gomez 2008, p. 731 ; Botrel 1997, p. 287 ; Vauchelle-Haquet 1985, p. 37 ; Vauchelle 2003, p. 16-21] –, publiés par plusieurs dizaines de libraires-éditeurs, au moins 80 périodiques mis sur le marché, dont beaucoup exportés, sans oublier l’importante offre de livres d’assortiment, le tout en espagnol, ne peut-on pas considérer Paris, avec sa « Librairie espagnole », comme étant au cœur du système éditorial hispanophone, en un siècle où Madrid est peu productive et où les pays de son ancien empire se modernisent et construisent leurs cultures nationales ?

2Ce marché des imprimés en espagnol se met en place à un moment où la péninsule ibérique se referme sur elle-même. Les Libéraux, persécutés par Ferdinand VII, s’exilent en Angleterre et en France, où ils veulent lire, être publiés dans leur langue et traduits, afin de faire connaître leur pays et leurs œuvres. Dans la seconde moitié du siècle, la demande de lecture émane des hispanos-américains du « Barrio latino » parisien et des élites montantes d’outre-mer. Le tropisme de Paris, capitale culturelle, le savoir-faire de ses libraires-imprimeurs, la compétitivité de ses coûts de production mettent cette cité au cœur des transferts culturels qui s’opèrent avec le monde hispanophone, un marché potentiel pour ceux qui se lancent dans le négoce des biens culturels.

  • 3 Voir les travaux de Jean-François Botrel, Clara Brafman, Arnolfo Uriel de Sanchez Gómez, Aline Vauc (...)

3Des pans de cette histoire sont, désormais, connus3. Demeure à lever le voile sur certains libraires, mais aussi sur l’offre, en perpétuel renouvellement, de journaux en castillan, afin de brosser un premier tableau des liens entre les acteurs de ce milieu et de leurs réseaux en Amérique.

De la niche éditoriale à la conquête de nouveaux marchés

  • 4 Ce traité est ratifié de nouveau en juillet 1880.

4Jusqu’en 1853, date du traité entre la France et l’Espagne sur la protection du droit d’auteur4, la production et la vente de livres en espagnol constituent pour quelques libraires-éditeurs, une niche éditoriale. Dans la seconde moitié du siècle cette activité réglementée devient, souvent pour d’autres, une pièce maîtresse dans la conquête de vastes marchés.

5Nombreux sont les libraires-éditeurs parisiens qui, au cours du xixe siècle, s’intéressent au livre en espagnol. Une première génération de libraires français [Cooper-Richet 2009, p. 121-143] se lance sur ce créneau, dès les premières décennies du siècle. Certains s’y dédient presqu’entièrement, d’autres ne s’y consacrent que marginalement. Dans la seconde moitié du siècle, une nouvelle génération voit le jour, souvent liée au monde ibérique. Enfin, dans le dernier quart de ce siècle, quelques grands éditeurs partent à la conquête des marchés sud-américains, en Argentine, au Brésil ou au Mexique, pays dont les besoins sont immenses et largement insatisfaits.

  • 5 L’ensemble des catalogues cités dans cet article est conservé dans la collection Q10B de la Bibliot (...)

6Dès avril 1811, Théophile Barrois Hijo, propose un catalogue de « Livres en espagnol nouvellement publiés ou acquis »5. Son intérêt pour l’imprimé en castillan se confirme, dans les années qui suivent, avec plus de 400 titres. Cette maison, active avant la Révolution, est reprise par A. Bobée et Charles-Joseph Hingray, dont le catalogue d’août 1826 comporte une centraine de titres en espagnol. Après le retrait de Bobée, Carlos Hingray ouvre une Librería. Dans les années 1830-1850, il propose de nombreux imprimés en espagnol et lance la Biblioteca española.

  • 6 De nombreux libraires sont installés dans cette rue de Mexico.
  • 7 Le lien entre los ambos mundos passe par Paris, mais aussi par Londres. Cette filiation londonienne (...)
  • 8 En 1890, le Librero de la Academia de medicina fera paraître, avec une page de couverture en espagn (...)
  • 9 Il est là, au moment où ce pays signe avec la France un accord mutuel de « nation particulièrement (...)
  • 10 Archives de Paris, D11 U3, dossier 6948.

7Son confrère Martin Bossange, l’un des meilleurs professionnels de la capitale, ouvre en 1825 au Palais-Royal le fameux Musée encyclopédique qui comporte une « Librairie espagnole », d’où partent les opus vers l’Ultramar [Soulié, 1832, p. 311-314]. Les Bossange père et fils – Hector et Adolphe – investis dans le négoce international, ouvrent de nombreuses succursales à l’étranger, à Madrid, à Rio de Janeiro, à Mexico et ailleurs. La Librería de Bossange padre y Antorán y Cía inaugurée en 1825 à Mexico6 [Suarez de la Torre, 2009b, p. 142-163] est très vite reprise par Ernest Masson. Associés à Paris et à Londres7, Bossange et Joseph-René Masson – père d’Ernest –, diffusent, entre 1815 et 1819, des ouvrages en espagnol. Dans les années 1820, la Casa de Masson e Hijo – dont la maison-mère deviendra l’un des grands noms de l’édition scientifique8 – confirme son importance dans ses Catálogos de los libros castellanos. Sous la Restauration, la Librería hispano-francesa de Bossange padre publie une cinquantaine de livres en espagnol et fait circuler d’importants catalogues. Les fils, associés dans les années 1826-1827, ont également un large assortiment. Hector, présent au Mexique en 18279 [Suarez de la Torre, 2005, p. 28], ne fait pas de bonnes affaires dans cette partie du monde, plus particulièrement à Buenos Aires10.

8En 1821 Frédéric Guillaume Rosa, qui s’est récemment lancé dans l’édition [Botrel, 2001, p. 287-297] fait paraître un Catalogue des livres français, anglais et espagnols comportant environ 70 titres nouveaux dans la langue de Lope de Vega, puis 200 en 1824. Ils sont disponibles à cinq adresses différentes dans la capitale [Vauchelle-Haquet, 1985, p. 60] ainsi qu’à Bruxelles et à Londres, où il a un correspondant. Au milieu des années 1840 son offre est plus généreuse, avec plus de 1 000 titres. Rosa exporte vers l’Espagne et l’Amérique Latine, plus particulièrement vers Mexico où, Augustin Masse, directeur de la Librería mexicana, est son agent. Tout comme Bossange, il y envoie son fils aîné, Jean. Arrivé en 1824, il gère leur succursale [Suarez de la Torre, 2005, p. 28].

9De 1850 à 1870, Rosa s’associe à Auguste Bouret, ancien commis chez Lasserre et Lecointe. Leur Librería de Rosa, Bouret y Cía propose 600 titres en 1861 et 1 200 cinq ans plus tard. Ils sont les éditeurs de la Biblioteca de los novelistas, de l’Enciclopedia popular hispano-americana, de la Biblioteca de la juventud – des vies de saints et de récits édifiants –, mais aussi de La Commune de Paris de 1871 – 18 de marzo/29 de mayo – por un testigo ocular. Représentants d’Hachette à Mexico, à partir de novembre 1854 [Santiago Gomez 2008, p. 636-637], ils achètent à la célèbre maison, pour leur Librería española, des « lots de 10 000 francs de marchandises » [Mollier, 1999, p. 387]. Leurs livres sont disponibles dans différents points de la ville et, par ailleurs, bien distribués en Amérique Latine.

10Au cours de la seconde moitié du siècle, Augusto Bouret e Hijo – Charles –, puis sa veuve, veillent à tour de rôle sur leur Librería española parisienne, ainsi que sur l’antenne de Mexico [Suarez de la Torre, 2009, p. 87-114]. Leur réseau en Espagne compte plus de 50 points de vente, ainsi qu’un en Belgique. En 1875, leur catalogue comporte 2 190 titres en espagnol, dont de nombreux manuels scolaires et des dictionnaires. La même année, pour l’Exposition internationale de Santiago du Chili, A. Bouret e hijo font paraître un catalogue présentant une liste de près de 1 000 titres. Éditrice des manuels de lecture de G. Bruno en espagnol, très populaires en Argentine, l’antenne mexicaine de la Viuda Ch. Bouret est encore fort active dans les premières années du xxe siècle.

  • 11 Avant de se rendre en France, Vicente Salvá séjourne et travaille dans la capitale britannique. Il (...)

11En 1830, l’ancien député libéral espagnol, professeur de grec, Vicente Salvá [Vauchelle-Haquet, 1995, p. 99-112], arrive à Paris en provenance de Londres11 [Santiago Gomez, 2008, p. 139-142], où les catalogues commentés de sa Spanish and classical library/Librería española y clásica (1826 et 1829) présentent 4 253 ouvrages en espagnol. Avec le soutien d’Hector Bossange rencontré outre-Manche, et avec celui de la Viuda de Wincop, il ouvre dans la Ville Lumière, la Librería hispano-americana, au sein de laquelle l’activité est importante. En 1835, son fils Pedro Salvá reprend l’affaire. Un an plus tard, il dispose de plus de 3 000 titres de livres de fonds et d’assortiment et, en 1838, il en totalise 3 225. Parallèlement, cet établissement commerce de manière soutenue avec les pays d’Amérique du Sud. D’autres maisons spécialisées, souvent plus éphémères, voient le jour. C’est le cas de celle de la Viuda de Wincop qui, vers 1820, veille sur la Librería americana, où elle propose une petite centaine de titres en castillan [Vauchelle-Haquet, 1985, p. 60]. Son offre s’étoffe considérablement passant, entre 1825 et 1833, de 100 titres à près de 700, parmi lesquels 83 œuvres nouvelles publiés entre 1826-1829, représentant un total de près de 175 000 exemplaires [Santiago Gomez, 2008, p. 189].

  • 12 L’affaire est liquidée l’année suivante.
  • 13 Observations de MM. Lecointe et Laserrre, prévenus [de contrefaçon pour avoir publié la traduction (...)

12Les libraires Lasserre et Jacques Frédéric Lecointe, bien qu’assez mal connus, jouent un rôle non négligeable sur ce créneau éditorial. À l’automne 1829 à Perpignan, Lasserre propose quelque trente titres en espagnol. Cette modeste offre est rapidement multipliée par dix. Le Parisien Lecointe dispose, quant à lui vers 1835, dans sa Librería española, d’environ 500 ouvrages en castillan. Deux ans plus tard, son Catálogo de los libros españoles antiguos y modernos […] rassemble 1 184 titres. Lecointe se vante d’offrir à sa clientèle « presque tous les livres espagnols imprimés en France et une grande collection des meilleurs publiés en Espagne ». Vers 1838, les deux hommes fondent à Paris la Librería americana et à Mexico la Librería mexicana12 [Santiago Gomez 2009, p. 446]. Au cours des décennies 1840-1850, leur activité est intense mais, en 1847, ils sont poursuivis pour mise illégale sur le marché de la contrefaçon d’une traduction des œuvres de Monseigneur Frayssinous13. Leur maison fusionne, ensuite, avec celle de Rosa [Santiago Gomez, 2008, p. 189].

13Parmi les « Librairies pour les langues étrangères » celle fondée vers 1820 par Claude-Louis Baudry [Francou, 1999] est active dans le domaine hispanophone. Ses catalogues spécialisés signalent, dans les années 1850, la présence d’ouvrages en réédition et en édition originale. De 1838 à 1875, Baudry dirige la Colección de los mejores autores españoles antiguos y modernos, forte d’une centaine de titres. En 1838 il reprend, à J. Alzine de Perpignan, le Tesoro del parnaso español de Manuel José Quintana. Il est aussi l’éditeur de nombreuses autres anthologies, comme le Tesoro del Teatro español ou le Tesoro de escritores místicos españoles d’Eugenio de Ochoa [Botrel, 1997, p. 289]. Stassin et Xavier, libraires peu étudiés jusqu’ici, présentent dès 1833 une centaine d’ouvrages élémentaires pour l’étude et l’enseignement de l’espagnol. Une dizaine d’années plus tard, ils acquièrent le magasin de détail de Baudry et ont une belle offre de livres en castillan. Ils sont, également, les éditeurs de la Collección de los mejores autores españoles antiguos y modernos et du Tesoro de Historiadores españoles. Leur assortiment provient essentiellement d’Espagne.

  • 14 Notons que le célèbre éditeur espagnol Manuel Rivadeneyra, est « stagiaire », chez Didot en 1824, à (...)

14Dans l’établissement d’Antoine-Augustin Renouard et de son fils Jules, inaugurée en 1826, à deux pas de la rue de la Paix, le domaine hispanique est loin d’être négligé [Fontaney, 1832, p. 253-257]. À la fin des années 1820, les clients hispanophones de Jules peuvent choisir parmi seize pages de titres. Dès 1815 Firmin Didot, fondeur-graveur-imprimeur-éditeur, se flatte d’exporter « en Argentine des livres de son fonds, imprimés en espagnol » [Mollier, 1988, p. 86]. Représenté à Madrid14 [Martinez Martin, 2001, p. 459], à la fin des années 1840, par le libraire Jaymebon, son choix en espagnol n’en demeure pas moins limité. D’autres, bien que spécialistes qui de l’anglais, de l’italien, du portugais ou des langues orientales, comme Truchy, Tournachon-Molin et H. Séguin, Mame et Delaunay-Vallée, Cormon et Blanc, Jean-Pierre Aillaud, Rey et Gravier et Dondey-Dupré, proposent toujours quelques ouvrages en castillan.

  • 15 Cette librairie a, par la suite, été rachetée par Hidalgo, puis par Jaymebon.

15Au cours de la deuxième moitié du siècle, une nouvelle génération de libraires, parfois d’origine ibérique, s’investit dans la production, mais surtout dans la diffusion d’imprimés en espagnol. Dionisio Hidalgo, est un professionnel ayant fait ses preuves en Espagne [Botrel, 2001, p. 141] dans la Librería europea fondée, en 1839, par Guillaume Denné15. En 1852, il inaugure à Paris la Librería universal española, succursale de son magasin madrilène. Soucieux de faire connaître ses publications, il lance El Comercio, Periódico mensual (1852), un « gratuit » – tiré à 6 000 exemplaires –, qui lui sert de catalogue. En juin, il y présente la Biblioteca popular económica (190 volumes) de l’éditeur madrilène, bien connu, Paula de Mellado. Ce dernier, un temps représenté dans la capitale par la Librería Española de Catherine Denné-Schmitz d’où il diffuse des catalogues bien fournis – de 300 à 800 références entre 1852 et 1866 –, aura sa propre boutique. Son activité d’éditeur de livres en espagnol est importante, surtout pour les dictionnaires. Son confrère Ignacio Boix, dans sa Librería hispano-americana, bien que n’ayant pas le brevet de libraire, publie et vend des livres et des journaux en espagnol.

16Tenue par Catherine Denné-Schmitz, brevetée tardivement le 19 juin 1852 à l’âge de 51 ans, la Librería Española a une généreuse offre de livres en castillan : 600 titres en 1852. Dans les années 1870, elle propose la Biblioteca de autores españoles de l’éditeur madrilène Rivadeneyra – père de la Biblioteca popular económica. En 1877 E. Denné, désormais à la tête de l’entreprise, change habilement le nom de la maison qui devient la Librería española y americana antigua y moderna. Quelques autres établissements méritent d’être mentionnés, comme celui d’Antoine Mézin qui, en 1859, fait paraître un Catálogo comportant près de 200 titres. Entre 1849 et 1860, il publie environ 60 ouvrages [Santiago Gomez, 2008, p. 571-572]. Son réseau s’étend au Pérou, au Chili, au Mexique, au Venezuela et en Colombie. Son fonds est racheté par Hachette, en 1862, pour 20 000,00 francs [Botrel, 1997, p. 226]. Dans les années 1880, la Librería española de Pablo Bregi diffuse un catalogue d’environ 300 à 350 titres en espagnol, dont des manuels scolaires. Quelques autres institutions viennent compléter ce tableau, la Librería de los señores Le Clere y compañía, l’Imprenta Española y Americana, de Dubuisson et la Librería de Medina Hermanos, qui possède une antenne à Buenos Aires. Au milieu des années 1860, cette dernière commercialise une centaine de titres en castillan, publiés en Espagne, dont la Biblioteca azul, principalement à destination de l’Amérique latine.

  • 16 Il faudrait ajouter à ces grands noms de l’édition française, ceux de Roger et Chernovitz.
  • 17 Ce sont essentiellement des manuels scolaires de chez Hachette.

17Dans les dernières décennies du siècle quelques grands professionnels16 [Martinez Rus, 2001, p. 282], comme Garnier frères, Hachette, Ollendorf et Armand Colin, inondent de leur production, le Mexique [Suarez de la Torre, 2003] et l’Argentine17 [Brafman, 1996, p. 68-72], plus particulièrement. Au début du Second Empire, tout en commerçant à grande échelle avec le Brésil, où ils sont représentés par Baptiste-Louis, Garnier hermanos ouvrent, à Paris, une librairie espagnole. Depuis 1844 ils exportent, vers leur magasin de Rio, d’importantes quantités d’imprimés, dont de la littérature pornographique, qui semble aller à Buenos-Aires [Mollier, 1988, p. 238]. Après 1846, date du rachat de la librairie de Vicente Salvá dont ils continuent à éditer les dictionnaires, comme le Diccionario de la lengua castellana, concurrençant ainsi Bouret jusque dans les années 1880 [Fischer-Hubert, 2006, p. 490-491], leur ouverture sur le monde hispanophone s’intensifie. Ils achètent une partie du fonds Baudry, dont la célèbre Colección de los mejores autores castellanos [Botrel, 1997, p. 292]. Dans les années 1850, leurs ouvrages sont en vente à la Librería del Portal de los Agustinos, à Mexico. En 1861, leur Catálogo ne compte pas moins de 520 titres [Botrel, 2001, p. 226] et à la veille de la Grande Guerre leurs 1 172 titres en espagnol montrent l’importance qu’ils accordent à cet idiome [Botrel, 2001, p. 228]. Entre 1850 et 1890, les Garnier constituent, à l’intérieur même de leur Librería parisienne, une véritable section espagnole.

  • 18 Certains des ouvrages de la maison Louis Michaud sont présents dans les collections de la Bibliotec (...)

18À partir de 1914, c’est la Sociedad General Española de Librería (SGEL), filiale d’Hachette, qui se charge de commercialiser les livres de lecture en espagnol de la célèbre maison, ainsi que les ouvrages d’Ollendorf. Concessionnaire des kiosques de gare [Martinez Rus, 2001, p. 271, 291 et 303] dans l’espace hispanophone, la SGEL diffuse, ainsi, très efficacement leur production. En effet de 1905 à 1916, la Librería Paul Ollendorf, dite Sociedad de ediciones literarias y artísticas se met sur ce marché. Elle publie et commercialise plus d’une centaine de traductions d’œuvres françaises et 115 œuvres latino-américaines, au sein de deux collections : la Biblioteca Quisqueyana et l’Escritores españoles y sud-americanos [Botrel, 1970 et 1993, p. 602 à 605], soit plus de 500 000 exemplaires à destination de l’Amérique du Sud. Armand Colin, spécialiste de l’édition scolaire depuis 1870, exporte en grande quantité vers l’Argentine les livres de lecture de Jean-Marie Guyau. De 1913 à 1923, la Casa editorial hispano-americana, de José Muñoz Escámez, devenue Casa editorial franco-íbero-americana, est elle aussi très active et la Sociedad de ediciones Louis Michaud18, dont le siège est à Buenos Aires, commercialise à Paris, dans les mêmes années, la Colección de autores hispanoamericanos, la Biblioteca económica de clasicos universales et la Colección de autores modernos [Botrel, 1997, p. 228].

19Ainsi, d’un bout à l’autre du siècle, en dépit de l’évolution des sociétés, des situations et des systèmes politiques dans le monde hispanique, cette aire linguistique est vue par certains hommes du livre, installés à Paris, comme un marché porteur. La richesse de leur offre en castillan, au sein de laquelle certains noms-phares émergent, comme ceux de Cervantès, Juan Melendes Valdés, Leandro Fernández de Moratín, José María Luis Mora, Francisco Martinez de la Rosa ou encore Florian et Lesage, n’a d’équivalent que celle de la « Prensa hispano-americana » de la capitale.

La « Prensa hispano-americana » de Paris

20Si les libraires parisiens investis dans l’imprimé en castillan ont souvent opté pour une hispanisation de leur raison sociale, de leur enseigne, voire de leur prénom, si certains ont jugé rentable d’ouvrir des succursales à Madrid et en Amérique du Sud, où ils ont de nombreux agents, s’ils se sont lancés dans la création de collections spécialisées et de catalogues dédiés, s’ils ont cherché à inonder le marché hispano-américain de manuels scolaires, ils ont aussi, parfois, accompagné le lancement de périodiques en espagnol, expédiés, une ou deux fois par mois, vers les grands ports d’Amérique Latine [Cooper-Richet, 2011, p. 173-185].

  • 19 Tous conservés à la BnF.
  • 20 Ce journal est absorbé, en 1886, par La Ilustración española y americana de Madrid.

21Dans l’état actuel des recherches, 77 périodiques en espagnol19, publiés à Paris au xixe siècle, ont été recensés. La langue dans laquelle ils sont rédigés et la volonté de s’adresser au lectorat ultramarin constituent leurs principaux points communs. Plutôt éphémère, cette presse est dominée par El Correo de Ultramar (1842-1886)20. Peu nombreux sont ceux qui, à l’instar d’El Eco-hispano-americano. Revista quincenal enciclopédica (1854-1872), d’El Museo de los sastres. Periodico ilustrado. Modas de París para hombre, señoras y niñas (1863-1937) ou encore du Correo de París. Periódico semanal de actualidades ilustradas (1886-1912), tiennent plus d’un an ou deux. À côté du Correo, qui paraît 5 fois par semaine, peu de quotidiens. Une trentaine de publications sont hebdomadaires ou bi-mensuelless, environ 25, mensuelles. Ces choix, s’ils sont soumis à des impératifs économiques sont aussi liés à des contenus éditoriaux, dont la variété est grande.

  • 21 Les travaux en cours de Juan Luis Simal devraient nous fournir plus d’informations sur cette public (...)
  • 22 Cette publication est absorbée en 1858 par la revue madrilène La Razón católica.
  • 23 18 janvier 1869, p. 1.

22Certains périodiques sont tournés vers l’Espagne, pays avec lequel ils entretiennent des liens. C’est le cas d’El Precursor (1830), journal d’information soutenu par les patriotes réfugiés à Paris. Introduit en Espagne, il y est distribué gratuitement21. El Eco del mundo católico (1851-1858)22 ou El Genil. Periódico semanal (1869), qui « veut contribuer à la modernisation de l’Espagne, à une meilleure organisation sociale, économique, au développement de la liberté et de la démocratie dans ce pays23 », n’excluent cependant pas le monde hispano-américain du champ de leurs préoccupations.

  • 24 S’il est dit d’El Correo qu’il a été à l’origine de traductions de médiocre qualité, il n’en est pa (...)

23L’intérêt pour les lecteurs d’outremer date de 1842, avec le lancement du Correo de Ultramar. Periódico político, literario, mercantil y industrial, de ses différents suppléments et de ses éditions délocalisées. Bilingues au début, ces publications ont pour directeur et propriétaire, Xavier de Lassalle qui, loin de se limiter à la presse, est aussi éditeur littéraire [Mollier, 2008, p. 225-238]. Sa Biblioteca selecta propose de nombreux romans-feuilletons, comme El Judio errante d’Eugenio Sue. Ses Novelas ilustradas présentent d’Eugenio Moret, Por Dinero, de Pablo Féval, Las Armeros de Toledo et d’Eugenio Richebourg, Un Drama misterioso, notamment24.

  • 25 Ce journal voulait-il concurrencer le Courrier des États-Unis (1828-1937) un journal en français pu (...)

24La création de ce journal doit beaucoup à la mission faite, en 1840, par le journaliste et homme politique partisan de l’esclavage, Bernard Granier de Cassagnac aux Antilles, dont il revint avec la conviction que cette région est en mal d’information venant d’Europe25 [Grolleau-Fricard, 2009, p. 126]. Xavier de Lassalle, qui a des intérêts en Amérique Latine, l’associe à son équipe. Ensemble, ils conçoivent un organe dont la qualité éditoriale, les informations coupées-collées de la presse internationale, les feuilletons littéraires, les croquis de mode, plaisent aux nouvelles élites hispano-américaines, vers lesquelles il est expédié deux fois par mois, 64 ans durant.

  • 26 Il semble que Torres Caicedo réfléchissait, depuis plusieurs années, à ce concept.

25La portée intellectuelle d’El Correo demande à être réévaluée, car nombreux sont les hommes de lettres sud-américains à avoir entretenu des liens avec ce journal. Lautréamont en possède une collection dans sa bibliothèque [Belisle, 1970, p. 26], de même que le costumbriste péruvien Ricardo Palma, dont Armonias. Libro de un desterrado a été publié chez Bouret, en 1865. Dans le numéro 15 de décembre 1849, le poète et dramaturge argentin, Esteban Echeverría, y publie un long poème intitulé La Guitarra. Julio Nombela y écrit également. Mais, plus significatif, l’expression « latino-américain » y a été médiatisée par le Colombien José María Torres Caicedo, dans son poème Las dos Americas, publié dans les colonnes du Correo le 15 février 185726 [Phelan ; Romero 1997, p. 81]. Notons, enfin, que Catherine Sablonnière souligne l’apport scientifique du Correo, qu’elle situe entre mission éducative et propagande politique [Sablonnière, 2001] à destination de l’Amérique Latine.

26Si les journaux et revues d’information générale en espagnol, tels El Correo de Ultramar ou la Revista universal de la política, la literatura, las ciencias, las artes, la industria, las costumbres y cuento tenga relación con el interés y el adelanto de los pueblos (1856) sont relativement nombreux – une vingtaine – les magazines illustrés et de lecture pour tous, comme le Museo de la familias. Tertulia literaria/El Mundo pintoresco y literario (1849-1852), El Universo pintoresco (1852) ou El Mundo ilustrado. Periodico semanal (1860-1862), connaissent également un succès certain.

27Les classes montantes d’Amérique latine peuvent suivre de près l’évolution de la mode parisienne grâce à des magazines qui, tout au long du siècle, leur arrivent avec régularité. La Revista literaria y de modas (1842-1886), supplément d’El Correo de Ultramar, est suivie en 1851 par Elegancia de las modas. Periódico para el uso especial de los sastres y sombrereros españoles y americanos (1851-1857), une revue professionnelle pour les tailleurs et les chapeliers, par La Moda d’El Correo de ultramar. Periódico de las novedades elegantes, destinado a las señoras y señoritas (1869-1886) et par quelques autres qui assurent le lien « fashion » avec Paris. Il faut souligner la longévité d’El Museo de los sastres. Periódico ilustrado. Modas de Paris para hombres, señoras y niñas, un mensuel qui propose des modèles et des patrons illustrés.

  • 27 Supplément mensuel du Mundo pintoresco y literario.

28La politique, en ce qu’elle a de mouvant, voire d’explosif, notamment lors de la Guerre de 1870, ne laisse pas indifférent les lecteurs latino-américains. Si les journaux d’information en traitent, une demi-douzaine de publications s’y consacre. C’est le cas d’El Mensagero de Francia. Correo de ambos mundos. Resumen político universal27 (1850-1852), du Boletín político de la Revista de ambos mundos (1854-1855) et d’El Correo de Europa (1870/1872-1873). Ces chroniques ne perdurent pas, car elles ont des concurrents comme El Correo de Ultramar, dont le réseau est vaste.

  • 28 Trois numéros seulement.
  • 29 En dépit de l’état inquiétant des collections patrimoniales conservées à la Biblioteca Nacional à L (...)

29Les revues médicales en espagnol, publiées à Paris, ont contribué aux échanges scientifiques avec l’Amérique du Sud [Fredj, 2009, p. 369-392]. En 1848, le docteur Juan Vicente lance, Clínica médico-quirúrgica de los hospitales de París. Periódico de ciencias médicas, un annuel qui devient l’année suivante Gaceta médica de ambos mundos, clínica de los hospitales de París, cirurgía, oftalmología y ciencias accesorias (1849-1852), avant d’entrer dans l’écurie du Correo en 1853-1854, avec pour titre : Gaceta médica del Correo de Ultramar. En 1858-1859, Carlos Valdés inaugure El Eco de París. Periódico de medicina, cirurgía y ciencias auxiliares, suivi en 1873-1874 par la Correspondencia médica de París qui veut faire connaître la médecine française en Amérique Latine, par la Revista de medicina y farmacia (1886-1889), puis par La Tribuna médica. Revista francesa de medicina (1895-1897) et en 1906-1908 par El Correo médico de Paris. Edición española especial du Courrier médical de Paris. Notons qu’en 1908, le docteur L. Mathé, avec des professeurs de la Faculté de médecine de Paris, propose une « publication scientifique et d’actualité », El Consultor terapéutico28. Ces entreprises éditoriales, souvent initiées par des médecins latino-américains formés en France, œuvrent pour que les découvertes et la pratique clinique de l’école médicale française puissent être suivies par leurs confrères d’Ultramar. Pour José Antonio López Espinosa, professeur au Centro Nacional de Ciencias Médicas29 [Lopez Espinosa], l’influence française sur la médecine cubaine passe par les jeunes créoles, comme Luis M. Cowley, Pedro de Havia ou Ramón Luis Miranda, étudiants à l’Hôtel Dieu, à la Pitié ou à la Charité. El Eco de París, dédié A los estudiantes de medicina de la Universidad de La Habana, est considérée comme étant à l’origine de la revue 16 de Abril. Revista cientifico–estudiantil de ciencias médicas de Cuba, née en 1961.

  • 30 Cette revue est représentée à Londres, 54 Gresham street.
  • 31 À cet ensemble ajoutons deux almanachs publicitaires pour des produits pharmaceutiques français sou (...)

30À côté de ces périodiques de bonne tenue scientifique, coexistent des publications, partiellement ou entièrement, tournées vers le monde des affaires et du commerce. Les journaux d’information, tels El Consultor. Périódico comercial, industrial, financiero, agrícola y artístico (1877-1878) ou encore El Correo de París. Diario imparcial de noticias políticas y financieras (1879-1881), contiennent des rubriques boursières et des articles sur l’industrie. À la fin du xixe siècle, des revues destinées à favoriser le dialogue culturel, mais également marchand, entre l’Europe et l’Amérique latine, comme le Correo hispano-americano. Europa-América. Gaceta internacional (1870), América en París. Periódico quincenal (1891-1892) ou encore El Eco latino de París (1922), arrivent sur le marché. D’autres sont beaucoup plus ciblées. El Correo latino-americano. Paris-Bruxelles. Organe des intérêts de l’Europe et de l’Amérique Latine (1898-1904), revue bilingue, fournit des informations sur les cours du café, du sucre et du cacao. América Latina. Revista de propaganda europea en las Republicas latino-americanas30 (1914-1921) vise à favoriser les échanges commerciaux31, 5 000 exemplaires en sont distribués gratuitement dans les chambres de commerce, les sociétés de toutes sortes, les clubs, les hôtels, les restaurants, les cabinets de lecture, de trente pays

  • 32 Une revue intitulée La Raza latina est née le 1er janvier 1874, à Madrid. Elle a reçu les encourage (...)

31La Revista latino-americana (1874) dit défendre les intérêts latino-americains en Europe dans un esprit nationaliste et patriotique, tout en œuvrant en faveur d’une sortie de l’état colonial. La question de l’identité latino-américaine est souvent posée. Cristobal Colón. Revista hispano-americana, política, científica y literaria dedicada a la raza latina32 (1890) se situe dans la mouvance du Congrès de l’Union hispano-americaine qui s’est tenu à Paris, le 7 septembre 1889, au cours duquel un accord a été signé entre l’Espagne et les états de son ancien empire. Dans son Prospecto du 15 octobre 1889, l’importance de « la défense des intérêts des peuples latins et catholiques contre l’invasion des protestants et des germaniques » est soulignée.

  • 33 Notons qu’en 1878, quelque 13 500 originaires des « républiques de l’Amérique centrale et méridiona (...)

32Certains périodiques ciblent les Latino-Américains, présents dans la capitale, avides d’activités culturelles. À l’occasion de l’Exposition universelle de Paris paraît L’Écho de Paris/Eco de París (15 septembre 1866-8 juin 1867)33 [Guerraña, 1982, p. 83], un hebdomadaire bilingue. Bi-hebdomadaire, Le Courrier international. Guide-journal, moniteur des étrangers/El Correo internacional. Monitor de los extranjeros (1866-1884), préfiguration du Pariscope, donne aux visiteurs étrangers une information complète sur ce qui se passe à Paris. Ne reste qu’à les distraire avec des feuilles humoristiques, comme El Lechuguino. Diario de las gentes de gran tono (1838), dont le premier numéro est tiré à 4 000 exemplaires, mais le second a seulement 300, Los Monos sabios. Periódico impolítico pero ilustrado, viniendo al mundo todos los domingos (1869) ou encore La Sátira de ambos mundos. Revista mensual de chismes políticos y literarios, burlas… (1850-1867), la seule publication de ce type à avoir duré.

  • 34 N° 2, 12 mars 1891, p. 1.

33Vers la fin du siècle, au moment où les visiteurs latino-américains sont de plus en plus attirés par le prestige culturel et artistique de Paris, de nouvelles revues sont conçues pour eux. América en Paris. Revista quincenal (1891-1892) se dit « l’organe des aspirations et des idées, de l’esprit des peuples hispano-américains », se fixe de « défendre les intérêts du nouveau monde et [de] contribuer à entretenir les liens avec l’ancien » et de donner à la colonie hispano-américaine des informations sur la vie sociale de ses compatriotes. El Mensajero de América. Periódico diario de interéses materiales, noticias, literatura, industria, comercio y ciencias (1891) évoque également le florissant et prospère « Paris latin » et la France hospitalière, patrie des libertés34. Dans les bureaux du journal, 70 Faubourg Saint-Honoré, les « Américains » de passage trouvent un cabinet qui leur est dédié. Quelques années plus tard, La Revista de París. Seminario universal ilustrado. Eco de los Españoles e Hispano-Americanos en Francia (1905-1906) qui, comme son sous-titre le spécifie, a pour but de « servir le peuple qui parle espagnol en France », un pays où il y a déjà de nombreux journaux en anglais et en allemand imprimés sur place.

  • 35 Il en existe une version en français.
  • 36 N° 1, 23 janvier 1896, p. 1.

34Il est, enfin, une catégorie de périodiques qui ne ressemble à aucune autre, car elle porte la parole des refugiés politiques luttant pour la libération nationale de leur pays. La Estrella de Chile. Órgano de la colonia chilena en Europa (1891) et La República cubana35 (1896-1897) en fournissent de bons exemples. Le premier numéro de La República reproduit la fameuse lettre de Victor Hugo rédigée en 1870 à Hauteville House (Guernesey) aux : « Femmes de Cuba…36 ».

35Derrière cette masse, foisonnante et hétéroclite, de livres et de périodiques en espagnol, réseaux, filiations, éditeurs, libraires et intellectuels s’entrecroisent. Tels qu’ils apparaissent, au terme de ce survol, ils permettent de brosser un premier portrait de cet univers encore mal connu.

Réseaux et passeurs

36Le groupe constitué autour du Correo est important. Fort du succès de son quotidien et de ses suppléments, comme le Museo ilustrado. Literatura, ciencias, artes (1850-1852), dite « partie illustrée » d’El Correo qui contient des lectures et des informations culturelles, Lassalle, personnage sur lequel il faudrait s’attarder, reprend la Gaceta médica de ambos mundo et met sur le marché, en 1869, La Moda del Correo de Ultramar. Periódico de las novedades elegantes, modelos, destinado a las señoras y señoritas, ainsi que deux mensuels, El Correo transatlántico, qui se transforme en édition cubaine du Correo de ultramar, et El Correo de Europa qui disparaît rapidement. El Correo entretient des liens avec d’autres périodiques. À New York, le Courrier des États-Unis gère ses abonnements [Grolleau-Fricard, 2009, p. 126]. Dans son prospectus de 1851, El Eco del mundo católico. Periódico universal, religioso, político, científico literario… annonce qu’il sera inséré dans El Correo en attendant son lancement en 1855. Sa longévité, la variété et la qualité de ses produits font du groupe fondé par Lassalle, un acteur essentiel de la « Librairie espagnole ».

37Les versions traduites de périodiques français témoignent, elles aussi, d’une volonté de trouver outre-Atlantique de nouveaux lecteurs. Le Museo de las familias. Tertulia literaria/El mundo pintoresco y literario est la version hispanisée du fameux Musée des familles : lectures du soir. El Mundo ilustrado est l’alter ego du Monde illustré, avant de devenir la partie littéraire d’El Eco hispano-americano. Revista quincenal enciclopédica (1854-1872), la revue comtiste de Ramón de la Sagra. La Moda ilustrada. Diario de la familia (1861), est un autre visage de La Mode illustrée. Journal de la famille (1860-1937) et El Museo de los sastres, le frère jumeau du Musée des tailleurs (1861-1937). Enfin, El Correo médico de París n’est, quant à lui, que la réplique du Courrier médical de Paris.

  • 37 L’entrée du Correo dans les îles Philippines est interdite par le gouverneur général dans les année (...)
  • 38 Paraît six fois par mois.
  • 39 Dans le n° 7 du 1er avril 1854, de cette publication, il est indiqué que les premiers exemplaires v (...)

38La plupart de ces périodiques cherchent à atteindre les hispanophones partout où ils se trouvent. Le réseau de correspondants du Correo de Ultramar couvre tout le continent américain de Valparaiso à Mexico, en passant par la Nouvelle-Orléans et Caracas, mais également grâce à ses différentes éditions, La Plata, le Brésil et même les Philippines37 [Parides, 2009, p. 360]. Quant à l’édition de La Havane38, dirigée par un certain Lapeyre, elle a des agents dans toutes les villes du pays. El Eco hispano-americano à des points de vente aux Canaries, à Porto Rico, à Saint-Domingue, à San Tomé, en Californie, ainsi, qu’en Bolivie, à la Nouvelle-Grenade et à Curaçao39. Le Museo de las familias couvre aussi le Chili, avec un correspondant à Valparaiso, et le Guatemala, où se trouve son « Agente general para centro-america ». Aux Philippines, c’est un certain Juan Guichard qui le représente. Quant au mensuel El Universo pintoresco (1852), il est distribué dans tous les ports desservis par les vapeurs anglais. Les rédacteurs de La Elegancia de Paris. Periódico de modas y de amena literatura (1867) disent avoir aussi recours à des bateaux américains et français. El Eco de París. Periódico de medicina, cirujía y ciencias auxiliares est distribué, entre autres lieux, au Venezuela, à Montevideo et à Buenos Aires. El Español. Periódico internacional (1860) vise large, car il ajoute le Portugal, Panama, Manille et San Salvador. El Mundo ilustrado. Periódico semanal (1860) aligne une liste impressionnante d’agents, situés à Mendoza et Rosario (Argentine), Tampico (Mexique), Tacua (Mozambique), Cartagena (Colombie), Guayaquil (Équateur) et Cobija (Bolivie). Enfin, El Correo universal (1862) revendique 23 agents pour le seul Venezuela. Bien qu’éphémère il lance, en avril, une édition spéciale à destination des Philippines et indique qu’il est envoyé régulièrement, outre vers l’Amérique, vers l’Indonésie et la Chine.

39Au sein de cette « librairie espagnole » les liens sont multiples. À Mexico, la Librería española Rosa y Bouret est l’agent général d’El Correo. La maison Plon, Nourrit et cie est impliquée dans l’impression d’El Eco del mundo católico (1855-1858), Pillet fils aîné dans celle d’El Universo pintoresco. De l’Imprenta española y americana de Dubuisson sortent l’Almanaque Universal hispano-americana para todos los años (1853) et La Sátira de ambos mundos et El Español. Quant à Firmin-Didot, il se charge d’imprimer La Moda ilustrada. Diario de la familia (1861). Les libraires Mellado, Hidalgo et Boix, s’investissent aussi dans la presse. Le premier est directeur du Boletín político de la Revista de ambos mundos et publie la Revista Española de ambos mundos (1853-1855). Son antenne madrilène représente El Mundo ilustrado (1860-1862). Hidalgo transforme son catalogue de libraire en revue et Ignacio Boix, est l’éditeur-propriétaire d’El Eco de ambos mundos (1852-1855). Cette revue positiviste, dirigée intellectuellement par José Segundo Flórez, cédée aux frères Garnier, est expédiée à de nombreux agents en Amérique du Sud [Santiago Gomez 2008, p. 579-582]. Mais, de tous les établissements, c’est celui de la señora Denné-Schmitz qui, pendant deux décennies, a entretenu le plus de liens avec la presse. Elle est le point de contact pour le Panorama universal. Lecturas amenas e instructivas (1854-1855) et l’agent d’El Eco hispano-americano, autre revue positiviste. En 1857, les abonnements à La Caprichosa (1857-1860), se prennent chez elle et, dix ans plus tard, la Doña est partie prenante dans le lancement de L’Echo de Paris/El Eco de París. Pour s’abonner à El Genil. Periódico semanal, le lecteur peut aller chez Garnier frères ou chez Denné-Schmitz. En 1874, la Revista latino-americana a des bureaux dans sa Librería española, mais également au Havre. Enfin, El Mundo americano (1875-1876) y a localisé sa direction. Enfin, on peut y acheter le Museo universal et l’Ilustración española y americana. La maison Bailly-Baillière, implantée en Amérique du Sud, est associée à la diffusion de La Caprichosa ainsi qu’à celle du Museo de las sastres en Espagne et, en 1907, l’éditeur médical parisien Baillière prend en charge l’édition espagnole du Courrier médical.

40Ce réseau informel s’étend aux publicités. El Eco hispano-americano fait de la réclame pour Denné-Schmitz et la Revista universal de la política… (1856) pour les publications de Garnier. La Caprichosa accepte des encarts pour El Eco hispano-americano et La Ilustración hispano-americana. Quant aux catalogues de Mellado, ils vantent les mérites du Museo de las familias. Enfin, Manuel Medina confie une partie de ses réclames au Guía de París o sea París y la exposición. Ces « renvois d’ascenseur » sont autant des indicateurs de la concurrence qui existe entre des maisons, qui se rachètent les unes les autres, que de l’intérêt qu’elles ont à travailler ensemble.

41À la tête de certaines de ces publications se trouvent des personnages de la vie intellectuelle latino-américaine parisienne [Molloy, 1971]. Le naturaliste et réformateur cubain Ramón de la Sagra participe, dès 1837, à El Orbe literario. Il est l’un des principaux animateurs d’El Eco hispano-americano, à laquelle collabore également José Segundo Flórez, lui-même rédacteur en chef d’El Eco de ambos mundos. Arrivé dès juillet 1848 à Paris, ce traducteur des Misérables, dirige l’Almanaque universal hispano-americano para todos los años (1853), un calendario positivista, ainsi que la Galeria de actualidades de El Eco hispano-americano (1855-1856). Eduardo Vélez de Parades, traducteur des Mémoires d’un âne et auteur de deux manuels publiés chez Bouret est, de 1855 à 1858, le rédacteur scientifique d’El Eco del mundo católico, ainsi que du Boletín político de la Revista de Ambos mundos. Eduardo G. Gordon (1836-1881), auteur dramatique né à Montevideo et dont les pièces furent jouées sur la scène du théâtre Colon à Buenos Aires, est le rédacteur en chef de Los dos Mundos. Revista universal ilustrada (1870), une revue paraissant également à Montevideo.

  • 40 Un de ses poèmes est publié dans le premier numéro d’El Eco de ambos mundos le 15 mars 1852.
  • 41 La Correspondencia de Paris. Alcance del Correo de Europea est disponible, à Londres, chez A. Piage (...)
  • 42 Pseudonyme Orion, rédacteur en chef d’El Americano (1872), puis du Correo de París. Periódico seman (...)

42Andrés Avelino de Orihuela, avocat, Consul d’Uruguay en France, poète40, traducteur de Harriett Beecher Stowe et de Paul Féval, est le rédacteur en chef du Panorama universal. Lecturas amenas e instructivas (1854-1855), un éphémère supplément d’El Eco hispano-americano et le promoteur, en 1859, de La Sátira de ambos mundos. Pascual de Riesgo, natif de Santander, s’installe dans les années 1840 à Cuba, où il publie poèmes et romans, anime des revues, avant de venir à Paris où, en 1859, il prend la direction d’El Español, un folio de type encyclopédique, dont l’ambition est de contribuer au développement de l’Espagne, en tirant profit de tout ce que Paris, capitale cosmopolite et de l’intelligentsia, propose. L’écrivain républicain et traducteur, Federico de la Vega, arrive à Paris dans les années 1860 fort d’une expérience revuiste. Là, il devient rédacteur en chef de l’éphèmère Correspondencia europea41 (1867). En mars 1873, il contribue à El Americano, ilustrado, político y literario (1872-1874), la revue du diplomate et écrivain argentin Hector Florencio Varela42 [Hernández Prieto, 1981, p. 127-140]. Ce dernier, Consul général à Paris sous le Second Empire, œuvre en faveur de l’indépendance de l’Amérique et de l’installation de la République dans cette partie du monde.

43Mariano Urrabieta, rédacteur-propriétaire d’El Correo de París. Periódico semanal de actualidades ilustradas (1858-1859), assure le passage en espagnol du Tour du monde d’Edouard Charton, mais aussi des œuvres de Victor Duruy, d’Alexandre Dumas et du Juif errant. Francisco García Calderón Rey et son frère Ventura, fils d’un président de la République péruvienne, recteur de la célèbre Universidad de San Marcos et juriste de renom, sont influencés par la culture française. De 1912 à 1914 Francisco, futur diplomate, dirige la Revista de América, une revue culturelle de qualité, à laquelle collaborent Jean de Gourmont, Camille Auclair et Hubert Bourgin, aux côtés d’Oliveira Lima et José Francés.

44Dans les dernières décennies du xixe siècle, la notoriété des collaborateurs devient un argument de vente et un gage de qualité pour les revues en espagnol. Dès le premier numéro de Los dos mundos, revista universal ilustrada (1870), Eduardo G. Gordon fournit la liste des personnalités qui y collaborent. Garibaldi, Victor Hugo, Jules Michelet, Hector F. Varela et José Segundo Flórez sont de ceux-là. En 1872, les noms d’Hugo et de Michelet, mais également d’Émile de Girardin, de Ledru Rollin, de Louis Blanc, d’Ernest Renan et de George Sand donnent, à El Americano, une tonalité progressiste. Mais à la fin du siècle, signe des temps, Cristobal Colón et América en Paris, organes des aspirations, des idées et de l’esprit des peuples hispano-américains, n’ont recours qu’à des intellectuels originaires de cette partie du monde.

45Tout au long du siècle, l’offre parisienne d’imprimés en espagnol et les exportations auxquelles ils donnent lieu, sont en expansion. Ils visent, en premier lieu, les Espagnols fuyant l’Inquisition et la censure. Sous le second Empire, ils s’orientent vers les Latino-américains de la « Bohème dorée » venus goûter au « Baiser de Paris » [Pierssens, 2006, p. 29-40 ; Cooper-Richet et Pierssens, 2010, p. 279-293] et les lecteurs d’Amérique du Sud. De par la quantité, la qualité et la variété des imprimés exportés, cette activité fut, pour certains hommes du livre, très rentable. Elle fit de Paris, une place centrale dans la mise en œuvre des transferts culturels entre l’Europe et l’Amérique latine.

46L’étude détaillée de cette production et de sa circulation vers les pays d’Amérique Latine permettrait de mieux comprendre la migration des idées et des pratiques, de suivre les phénomènes de dissémination des progrès scientifiques, de reconsidérer l’émergence des littératures nationales, de réévaluer les conditions de la constitution de l’industrie du livre et de la diffusion des modèles éditoriaux, dans cette partie du monde.

Haut de page

Bibliographie

Belisle Pierre, La Personne mythique du Comte de Lautréamont, MA Université McGill, Professeur Angenot (dir.), 1970.

Botrel Jean-François, « Los libreros y las librerías. Tipología y estrategias comerciales », Historia de la edición en España (1836-1936), Jésús A. Martínez Martín (dir.), Madrid, Marcel Pons, 2001.

Botrel Jean-François, « La librairie “espagnole” en France au xixe siècle », Le Commerce de la libraire en France au xixe siècle (1789-1914), Jean-Yves Mollier dir, Paris, Imec éditions/Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1997.

Botrel Jean-François, « Los libreros franceses en España (1840-1920) », in Jean-François Botrel (dir.), Libros, prensa y lectura en la España del siglo xix, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruiférez/Edicion Pirámide, 1993.

Botrel Jean-François, La Sociedad de ediciones literarias y artísticas. Librería Paul Ollendorf, Talence, Institut d’études ibériques, 1970.

Brafman Clara, « Les manuels scolaires d’origine française en Argentine dans la deuxième moitié du xixe siècle », Histoire de l’éducation, n° 69, 1996.

Cooper-Richet Diana, « Aux marges de l’histoire de la presse nationale : les périodiques en langue étrangère publiés en France (xixe-xxe siècles) », Le Temps des médias, n° 16, printemps 2011.

Cooper-Richet Diana et Pierssens Michel, « Bohemia latina », Bohème sans frontière, Pascal Brisette et Anthony Glinoer (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Cooper-Richet Diana, « Paris, carrefour des langues et des cultures : édition, presse et librairie étrangères à Paris au xixe siècle », Histoire et civilisation du livre, revue internationale, n° V, 2009.

Fischer-Hubert Denis, « La publication d’un dictionnaire encyclopédique espagnol à Paris à la fin du xixe siècle : le Diccionario enciclopédico de Garnier frères », La Cultura del otro : Español en Francia, Francés en España, Actas, Sevilla, 2006.

Fontaney A., « Une séance dans un cabinet de lecture », in Paris ou le livre des cent-et-un, Paris, Ladvocat, 1832, t. IX.

Francou Jean-Benoît, Baudry, un éditeur-pirate du xixe siècle ou la Librairie européenne de 1815 à 1852, mémoire de maîtrise, Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier (dir.), université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 1999.

Fredj Claire, « Périodiques médicaux mexicains et influence française au xixsiècle : une science nationale en construction », in Lise Andriès et Laura Suárez de la Torre (dir.), Impressions du Mexique et de France/Impresiones de México y de Francia, Paris, Maison des Sciences de l’homme, México, Instituto de Investigaciones Dr José María Luis Mora, 2009.

Grolleau-Fricard Anthony, Le Courrier des États-Unis entre 1828 et 1851, thèse d’histoire, Université Paris Panthéon-Sorbonne, André Kaspi dir., 2009 .

Guerreña Jean-Louis, « España en Paris. Les Espagnols à l’Exposition Universelle de 1878 », Voyages et séjours d’Espagnols et d’Hispano-américains en France, Tours, Presse de l’université de Tours, série « Études hispaniques », n° IV, 1982.

Hernandez Prieto Isabel, « Héctor Florencio Varela en Madrid (1881-1885). Aportación a la historia del americanismo en España », Anales de literatura hispano-americana, n° 10, 1981.

Lopez Espinosa José Antonio, « De la medicina… en la historia. El Eco de París, primer antecedente de la revista 16 de Abril », http://bvs.sld.cu/revistas/abr/vol40_1_01/abr081-200.htm.

Martinez Martin Jésús A., « La circulation de libros y la socializacion de la lectura. Nuevos públicos y nuevas rásticas », Historia de la edición en España (1836-1936), Jésús A. Martínez Martín, (dir.), Madrid, Marcel Pons, 2001.

Martinez Rus Ana, « El comercio de libros. Los mercados americanos », Historia de la edición en España (1836-1936), Jésús A. Martínez Martín, dir., Madrid, Marcel Pons, 2001.

Mollier Jean-Yves, « Traduction et mondialisation de la fiction : l’exemple d’Alexandre Dumas père en Amérique du Sud », Vingt-quatrièmes Assises de la traduction littéraire (Arles 2007), Arles, Actes Sud, 2008.

Mollier Jean-Yves, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

Mollier Jean-Yves, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1880-1920), Paris, Fayard, 1988.

Paatz Annette, « The Socio-Cultural function of media in Nineteenth Century Latin America », Comparative Literature and Culture, vol. 3, n° 2, juin 2001 (http://clcwebjournal.lib.purdue.edu/clcweb01-2/paatz01.html)

Parides Ruby R., « Ilustrado legacy : the Pardo de Tavares of Manila », An Anarchy of families. State and family in the Philippines, Alfred W. McCoy ed., Madison, University of Wisconsin Press, 2009.

Phelan John L., « Race, sovereignty and US Empire in Panama (1848-1860) », hecentroamerica.fcs.ver.ac.er.

Pierssens Michel, « Paris-Latin », in Michel Pierssens (dir.), Ducasse et Lautréamont : l’envers et l’endroit, Paris, Du Lérot, Presses universitaires de Vincennes, 2006.

Romero Vicente, « Du nominal “latin” pour l’autre Amérique. Notes sur la naissance et le sens du nom “Amérique latine” autour des années 1850 », HSAL, n° 7, 1er semestre 1997.

Sablonniere Catherine, « El Correo de Ultramar (1842-1886) y la ciencia : entre labor educativa y propaganda política », historiadoresdelaprensa.com.mx/hdp/files/272.pdf.

Santiago Gomez Arnulfo Uriel de, Édition et librairie françaises au Mexique au xixe siècle, thèse d’histoire de l’EHESS, Roger Chartier (dir.), Paris, 2008.

Soulié Frédéric, « La librairie à Paris », Le livre des cent-et-un, t. 9, Paris, Ladvocat, 1832.

Suarez de la Torre Laura, Constructores de un cambio cultural : impresores-editores y libreros en la ciudad de México 1830-1855, México, Instituto Mora, 2003.

Suarez de la Torre Laura, « L’imprimé au cœur de la construction savante de l’identité : la librairie française au Mexique, une sensibilité transférée ? », Archéologie du sentiment en Amérique latine. L’identité entre mémoire et histoire (xixe-xxe siècles), Denis Rolland coord., Paris, L’Harmattan, 2005.

Suarez de la Torre Laura, « Tejer redes, hacer negocios : la Librería internacional Rosa (1818-1850), su presencia comercial e injerencia cultural en México », Impressions du Mexiqueet de France/Impresiones de México y de Francia, Lise Andriès et Laura Suárez de la Torre (dir.), Paris, Maison des Sciences de l’homme, México, Instituto de Investigaciones Dr José María Luis Mora, 2009a.

Suarez de la Torre Laura, « La ville de Mexico : un espace culturel (1821-1855) », Romantisme, Revue du xixe siècle, n° 143, 2009b.

Vauchelle Aline, Les ouvrages en langue espagnole publiés en France au temps de la première guerre carliste (1834-1840), Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2003.

Vauchelle-Haquet Aline, Les Ouvrages en langue espagnole publiés en France entre 1814-1833, Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence, 1985.

Vauchelle-Haquet Aline, « Vicente Salvá, un filólogo, librero y editor español en París (1830-1849) », Exiliado, la emigración cultural valenciana, siglo xvi-xx, vol. 1, Valencia, Generalitat, 1995.

Haut de page

Notes

1 Il faut se souvenir que la fameuse Revue des deux mondes est née à Paris, en 1829. Environ un tiers des périodiques étudiés dans cet article portent dans leur titre, ou sous-titre, les termes d’América, d’ambos mundos, de dos mundos, d’hispano-américa, de latino-américa ou d’ultramar.

2 Selon Aline Vauchelle-Haquet entre 1814 et 1833 quelque 900 titres en espagnol, soit environ 100 000 volumes, sont publiés en France, elle estime que chacun de ces livres était, en moyenne, tiré à 1 100 exemplaires. Au cours de la période suivante 1834-1840, ce sont 538 titres, dont plus de la moitié sont des textes en version originale, qui y sont publiés.

3 Voir les travaux de Jean-François Botrel, Clara Brafman, Arnolfo Uriel de Sanchez Gómez, Aline Vauchelle-Haquet et Robert Marrast.

4 Ce traité est ratifié de nouveau en juillet 1880.

5 L’ensemble des catalogues cités dans cet article est conservé dans la collection Q10B de la Bibliothèque nationale de France.

6 De nombreux libraires sont installés dans cette rue de Mexico.

7 Le lien entre los ambos mundos passe par Paris, mais aussi par Londres. Cette filiation londonienne est en place, lorsque Bossange commence à s’intéresser au marché hispano-américain. Auguste Sautelet, l’éditeur romantique du Globe et des Saint-Simoniens, qui mit fin à ses jours en 1830, dans le prospectus de lancement (sd) de la Revista americana. Periódico mensual en París, indique qu’elle analysera les publications portant sur le Nouveau Monde et tout ce qui concerne les mouvements de libération nationale.

8 En 1890, le Librero de la Academia de medicina fera paraître, avec une page de couverture en espagnol, la liste de ses ouvrages de médecine, de sciences, d’enseignement et d’agriculture, à destination de « los países de Ultramar ».

9 Il est là, au moment où ce pays signe avec la France un accord mutuel de « nation particulièrement favorisée » pour les échanges culturels.

10 Archives de Paris, D11 U3, dossier 6948.

11 Avant de se rendre en France, Vicente Salvá séjourne et travaille dans la capitale britannique. Il y publie Ocios de Españoles emigrados (1824-1827), dont des exemplaires sont actuellement conservés à la Biblioteca nacional de La Havane, un périodique distribué à 1 000 exemplaires par mois, mais également El Repertorio Americano. Miscelanea hispano-americana de ciencias, literatura y artes (1826-1827).

12 L’affaire est liquidée l’année suivante.

13 Observations de MM. Lecointe et Laserrre, prévenus [de contrefaçon pour avoir publié la traduction en espagnol d’un ouvrage de Mgr Frayssinous] contre intervenants et parties civiles, Paris, Imp. Panckoucke, 1847.

14 Notons que le célèbre éditeur espagnol Manuel Rivadeneyra, est « stagiaire », chez Didot en 1824, à l’âge de 19 ans.

15 Cette librairie a, par la suite, été rachetée par Hidalgo, puis par Jaymebon.

16 Il faudrait ajouter à ces grands noms de l’édition française, ceux de Roger et Chernovitz.

17 Ce sont essentiellement des manuels scolaires de chez Hachette.

18 Certains des ouvrages de la maison Louis Michaud sont présents dans les collections de la Biblioteca Villena à La Havane.

19 Tous conservés à la BnF.

20 Ce journal est absorbé, en 1886, par La Ilustración española y americana de Madrid.

21 Les travaux en cours de Juan Luis Simal devraient nous fournir plus d’informations sur cette publication.

22 Cette publication est absorbée en 1858 par la revue madrilène La Razón católica.

23 18 janvier 1869, p. 1.

24 S’il est dit d’El Correo qu’il a été à l’origine de traductions de médiocre qualité, il n’en est pas moins le premier à avoir traduit certains textes, comme Una Aventura en las montañas Rocheuses, d’Allan Edgar Poe, dans le numéro daté du 3-9 janvier 1853.

25 Ce journal voulait-il concurrencer le Courrier des États-Unis (1828-1937) un journal en français publié à New York ?

26 Il semble que Torres Caicedo réfléchissait, depuis plusieurs années, à ce concept.

27 Supplément mensuel du Mundo pintoresco y literario.

28 Trois numéros seulement.

29 En dépit de l’état inquiétant des collections patrimoniales conservées à la Biblioteca Nacional à La Havane, il a été possible de constater la présence de certaines de ces revues médicales en provenance de France.

30 Cette revue est représentée à Londres, 54 Gresham street.

31 À cet ensemble ajoutons deux almanachs publicitaires pour des produits pharmaceutiques français souhaitant s’implanter en Amérique du sud : l’Almanaque parisiense (1882-1890) de la maison Grimault et compagnie, dont il existe également une version en anglais, et l’Almanaque de la parisiense (1894-1896), publié par la maison E. Plon, Nourrit et compagnie, dont il existe une version en portugais. Ces annuels publicitaires comportent, outre les 80 % de réclames qui sont le cœur de l’entreprise, une partie calendaire, quelques recettes de cuisine, des conseils d’hygiène, quelques illustrations humoristiques et des conseils d’ordre médicaux.

32 Une revue intitulée La Raza latina est née le 1er janvier 1874, à Madrid. Elle a reçu les encouragements de nombreuses personnes, dont Victor Hugo dans une lettre du 17 décembre 1873.

33 Notons qu’en 1878, quelque 13 500 originaires des « républiques de l’Amérique centrale et méridionale, du Brésil et du Royaume hawaiien » se rendirent dans la capitale.

34 N° 2, 12 mars 1891, p. 1.

35 Il en existe une version en français.

36 N° 1, 23 janvier 1896, p. 1.

37 L’entrée du Correo dans les îles Philippines est interdite par le gouverneur général dans les années 1860-1870.

38 Paraît six fois par mois.

39 Dans le n° 7 du 1er avril 1854, de cette publication, il est indiqué que les premiers exemplaires viennent de parvenir en Amérique du Sud.

40 Un de ses poèmes est publié dans le premier numéro d’El Eco de ambos mundos le 15 mars 1852.

41 La Correspondencia de Paris. Alcance del Correo de Europea est disponible, à Londres, chez A. Piaget, 53 Ebury street.

42 Pseudonyme Orion, rédacteur en chef d’El Americano (1872), puis du Correo de París. Periódico semanal de actualidades ilustradas (1886-1912).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diana Cooper-Richet, « París y los ambos mundos : une capitale au cœur du dispositif de production et de mise en circulation de livres et de journaux, en espagnol, au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 201-220.

Référence électronique

Diana Cooper-Richet, « París y los ambos mundos : une capitale au cœur du dispositif de production et de mise en circulation de livres et de journaux, en espagnol, au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2895 ; DOI : 10.4000/cal.2895

Haut de page

Auteur

Diana Cooper-Richet

Diana Cooper-Richet est chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses travaux portent sur l’édition de livre et de journaux en langues étrangères en France au xixe siècle et leur circulation internationale. Elle est la coordinatrice de deux réseaux de recherche internationaux : Culture FB et Transfopress. Parmi ses publications les plus récentes, signalons : Classe Operária e Literatura : Ensaios sobre as Representações e os Fenômenos de Aculturação (séculos xix e xx), Sao Paulo, Editora Fap-UNIFESP, 2013 ; Le Commerce transatlantique de librairie, un des fondements de la mondialisation culturelle (France, Portugal, Brésil xviii-xxe siècle)/ O Comércio transatlântico de livrarias, um dos fundamentos do mundialização cultural (França, Portugal, Brasil séculos xviii-xx), avec Jean-Yves Mollier org., Campinas, Publiel, 2012, 258 p.
diana.cooper-richet@uvsq.fr

Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org