Navigation – Plan du site
Dossier. Sciences participatives et restitution

Conditions socio-environnementales pour la réhabilitation de la nature ordinaire : un exemple de démarche participative

Socio-environmental conditions for the rehabilitation of ordinary biodiversity: an example of participatory approach
Condições socio-ambientais para a rehabilitação da biodiversidade comum : um exemplo de pesquisa participativa
Florent Kohler, Guillaume Marchand, Philippe Léna et Chloé Thierry
p. 85-106

Résumés

Le programme Clevert s’est déroulé entre 2010 et 2013, dans trois communes rurales françaises de 600 à 1 700 habitants. Nous avons procédé à des échantillonnages de biodiversité, réalisé une cartographie historique et IVB, une enquête anthropologique et appliqué des questionnaires visant à mesurer les dispositions des habitants à l’égard de leur environnement. Chaque commune étant considérée sous l’angle de son histoire propre, nous avons cherché les facteurs pertinents pour mettre en relation dynamiques sociales et état environnemental. Ce faisant, nous nous sommes inspirés de nos protocoles appliqués sur des terrains amazoniens. La méthodologie participative visait à la fois à impliquer les habitants dans le recueil et le traitement des données et à observer un éventuel changement de disposition des équipes municipales en place à l’égard de l’environnement. Cet article se concentre sur la partie « restitution » – en particulier des cartes mentales dessinées par les habitants – et les enseignements que l’on peut en tirer concernant la dynamique de participation et d’implication des scientifiques dans les politiques locales.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que s’affinent les instruments de diagnostic portant sur les fonctions et services rendus par les écosystèmes, ainsi que leur transposition sous forme d’indicateurs économiques (à des fins de valorisation ou de compensation), les prises de décisions qui reposent sur ces diagnostics sont le plus souvent centralisées [Chevassus-au-Louis et al., 2009]. Or, les politiques publiques, garantes de « l’intérêt public majeur », sont également soumises à des impératifs de gouvernance favorisant la forme participative, qui suppose que les citoyens soient conscients des objectifs et de leurs enjeux ainsi que des manières de les atteindre au sein de « socio-écosystèmes » [Ostrom, 2009, p. 18]. Mais la prise en compte des spécificités locales n’intervient généralement qu’une fois les diagnostics posés, les procédures délibératives tardives ne tenant pas suffisamment compte des usages dont la légitimité est également reconnue, à différents niveaux, comme composante de la diversité socioculturelle.

2Ces procédures, inscrites dans tout programme d’aménagement, sont généralement standardisées et possèdent un caractère technico-scientifique. Par conséquent, elles ne permettent pas d’appréhender les dynamiques d’opposition susceptibles de se coaliser [Alphandéry et Fortier 2001 ; Laslaz et al., 2010]. Si l’on étudie les documents programmatiques visant à mettre en place les corridors biologiques en France (par exemple, Econat 2001 pour la région Rhône-Alpes ou Girault 2005 pour une méthodologie adaptée aux Parcs naturels régionaux), on s’aperçoit rapidement que la phase de « concertation » ne comprend pas d’enquête anthropologique préalable et se contente de réunir les différents usagers de la nature afin d’élaborer un plan concerté d’utilisation des ressources, dans une perspective gestionnaire. Les formes de transmission des savoirs, l’expertise locale et les conflits intergroupes ne sont pas interrogés : rien ne garantit, donc, la pérennité des décisions et moins encore leur viabilité [Mermet, 2002 ; Fortier, 2005, 2010]. D’autant que la notion de territoire, comme espace délimité et administré ou se confondant avec un biotope ou un écosystème [Levrel, 2008], ne coïncide que rarement avec le territoire comme espace vécu, lieu d’articulation du social et du spatial [Jolivet et Léna, 2000 ; Alphandéry et Bergues, 2004], dimension privilégiée par les sciences humaines et sociales.

  • 1 Projet sélectionné par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, financé par le ministère (...)

3Le programme Clevert1 (« Conditions socio-environnementales pour la réhabilitation de la nature ordinaire ») vise à mettre en place une dynamique locale effective en faveur de la biodiversité ou de ce que l’on appelle la nature « ordinaire ». La recherche de terrain permet en effet de mesurer le degré de sensibilité des populations concernées à des changements nécessaires (ce sont les « conditions socio-environnementales ») et de vérifier si une implication des équipes sur le terrain (la démarche participative), a effectivement un impact sur les mesures de réhabilitation ou de restauration qui s’imposent. Trois aspects de cette démarche seront explorés ici :

  • Que signifie une dynamique locale « effective », et quel rôle peut y jouer l’interdisciplinarité ?

  • Quels liens peut-on établir entre histoire locale, dynamiques sociales et état environnemental ?

  • L’approche participative favorise-t-elle l’initiative locale en faveur de la biodiversité ?

Choix des terrains en vue d’une approche opératoire et méthodologie

4La démarche participative présentée ici se veut un moyen et non une fin. Il nous faut comprendre ce qui permet à un collectif humain de se structurer en communauté, grâce à une « histoire à soi » [Bensa et Fabre, 2001], une mémoire et des pratiques différenciées. Les programmes destinés à la préservation de la biodiversité, dans ce contexte, sont aussi une manière de structurer le sentiment d’appartenance territoriale, par l’adhésion comme par le rejet [Fortier, 2009]. Différents terrains menés en Amazonie [Le Tourneau et Droulers, 2010 ; Collectif Usart, 2008] nous ont incités à tester nos protocoles en France, et d’y intégrer la dimension écologique, toujours problématique au Brésil lorsqu’il s’agit de chercheurs étrangers. Comme signalée dans l’introduction de ce volume, la dimension participative, lorsqu’elle prétend influer sur les politiques publiques, est mieux perçue quand enquêteurs et enquêtés sont d’une même nationalité.

Figure 1. Localisation des communes retenues pour le programme Clevert

Figure 1. Localisation des communes retenues pour le programme Clevert
  • 2 Saints abrite 600 habitants pour 2 770 hectares, le village de Flagy en compte 644 pour 720 ha, et (...)

5Nous avons opté en France pour l’échelle communale. Cela n’a guère de sens d’un point de vue écologique, mais la commune constitue le niveau de décision le plus localisé. En outre, si nous avions choisi de travailler par région ou par pays, nous aurions affaire à des groupes humains trop hétérogènes et dispersés. Les trois communes françaises retenues (Saints dans l’Yonne, Flagy en Seine-et-Marne, La Genétouze en Vendée2 – voir figure 1) n’ont a priori rien d’extraordinaire, si ce n’est précisément qu’elles constituent des échantillons représentatifs de ce qu’est la ruralité aujourd’hui : le village et le hameau sont des lieux de vie où les habitants ont accès à des services essentiels (éducation et santé), alors que la vie professionnelle se déroule à quelque distance, dans les villes moyennes situées à proximité. Ces communes illustrent le phénomène de « rurbanisation » qui transforme les campagnes en lieux de résidences pour travailleurs urbains ou jeunes retraités.

  • 3 En France, la population rurale (ville de moins de 2 000 habitants) représente 20 % du total, pour (...)

6Ce type de terrain s’impose car il est d’un point de vue géopolitique celui qui présente la plus forte disproportion entre l’emprise territoriale et la population qu’il abrite3. On peut donc estimer que ces espaces faiblement peuplés, ou à population fortement concentrée, permettent d’envisager de laisser place à des espaces protégés ou à des couloirs de circulation. Ils sont certainement ceux où la coexistence entre les humains et la faune et la flore sauvages peut faire l’objet d’expérimentation et d’amélioration.

7Les changements se déroulent à l’échelle d’une génération, et parfois plus rapidement encore. Aussi, toute politique tendant vers la conservation de la biodiversité doit tenir compte des mutations probables et si possible les orienter. Les enjeux d’une telle orientation dérivent des faits suivants.

  • 4 Le chiffre varie considérablement suivant la méthode utilisée. Au sens strict d’espace stérilisé et (...)
  • 5 Le livre blanc des Safer – Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural – mentionne qu’e (...)

8L’espace urbanisé représente 110 000 km2 en France (plus de 20 % du territoire4). Il augmente constamment : +10 % entre 1990 et 2004 par exemple [Safer, 2004]. D’un autre côté, l’espace rural français a diminué de 500 km²/an durant les années 1980 ; de 600 km²/an durant les années 1990 et de 700 km²/an dans les années 2000. La tendance serait à l’accélération : Kempf et Lacombe [2010] évoquent 740 km² sur les années 2006 et 2008. Cela signifie une perte de terres agricoles qui remet à terme en question l’autonomie alimentaire de la France ou ses capacités d’exportation, avec par exemple -2,4 % de terres agricoles en Île-de-France entre 2000 et 2010 [Kempf et Lacombe, 2010] ; phénomène encore plus accentué dans les départements du Sud-Est. Mais cela signifie également une perte de zones humides, friches, landes et bois. Malgré la forte croissance démographique française, l’accroissement de la rurbanisation n’en dépend qu’en partie. D’après l’Institut français de l’environnement, entre 1982 et 1999, la population a augmenté de 8 % et les surfaces artificialisées de 42 %. C’est surtout l’étalement urbain5, la création d’infrastructures nouvelles et l’expansion des zones d’activité autour des villes qui en sont responsables.

9Parallèlement, les espaces agricoles sont de plus en plus « rationalisés » : arrachage de haies, d’arbres, de bosquets, nivellement de talus, disparition des fossés, et abus de pesticides. La disparition des habitats et l’empoisonnement mettent en péril de nombreuses espèces. Pour des spécialistes de l’Amazonie – objet de prédilection des auteurs de l’article –, un tel panorama est familier. Mais au Brésil, c’est la déforestation qu’aucune politique publique ne semble pouvoir entraver, sauf mesures coercitives. Un continuum peut ainsi être établi, entre le passage du boisé à l’agraire, au Brésil, et de l’agraire à l’urbanisé, en France, et l’apparente irréversibilité de ces dynamiques.

10Les enjeux de conservation de la biodiversité ordinaire sont donc considérables. Or, le plus souvent, une démarche visant à la participation des populations locales sans sacrifier les enjeux écologiques oscille entre deux attitudes :

  • une orientation privilégiant les sciences naturelles permet de dégager des enjeux précis et des politiques adaptées, mais sans forcément susciter l’adhésion des populations concernées, les propositions demeurant dès lors lettre morte ;

  • une forte implication des scientifiques de sciences humaines et sociales aboutit à un fort investissement des populations locales, mais ne parvient pas à dégager de lignes claires d’intervention dans le domaine de la restauration ou de la réhabilitation de la biodiversité ordinaire.

11Un programme de conservation de la biodiversité ne peut donc dissocier les sciences humaines et sociales des sciences naturelles, sous peine d’inefficience. De plus, dans un cadre participatif, l’appartenance des chercheurs à un organisme national permet d’affirmer leur légitimité aux yeux des populations locales.

12Au sein du programme Clevert, trois disciplines ont été mobilisées : l’écologie, la géographie et l’anthropologie, selon les objectifs suivants.

13Les écologues avaient pour mission de rendre compte des dynamiques locales de biodiversité à partir du recensement de différentes espèces dans un nombre donné de milieux, ces derniers ayant été définis en concertation avec les géographes, en fonction de la diversité paysagère rencontrée. Il existe en effet nombre d’espèces indicatrices de l’état des milieux, en particulier chez les insectes (carabes, pollinisateurs et papillons), espèces relativement aisées à inventorier et à identifier grâce à des clés d’identification accessibles sur Internet. Ces indications sont donc potentiellement reproductibles par les populations locales. Pour la végétation, les échantillonnages utilisent le protocole Vigie-Flore. Pour les rhopalocères, il s’agit du protocole Propage tandis que l’inventaire des insectes pollinisateurs est réalisé à travers le protocole Spipoll [Muséum national d’histoire naturelle, 2010]6. L’important est de garder à l’esprit que ces échantillonnages sont des moyens de sensibiliser les populations en éveillant leur intérêt pour la nature « ordinaire », tout en leur donnant une conscience aussi claire que possible de l’état des milieux. Ils permettent d’établir des tableaux comparatifs d’une commune à l’autre, mais aussi, s’ils sont répétés plusieurs années consécutives, d’accompagner une démarche de réhabilitation en fixant des objectifs à T1, T2, etc.

14Cette méthode ne permet qu’un inventaire sommaire mais qui peut être reproduit année après année, ce qui permet un accompagnement par les habitants concernés.

15La géographie a été mobilisée pour réaliser un certain nombre de cartes destinées à faciliter le dialogue avec les populations locales ainsi qu’aider à la prise de décision. Ces travaux cartographiques avaient pour mission de souligner différentes facettes des problématiques locales liées à la biodiversité. Un premier travail de cartographie historique a été mis en place afin de rendre compte des principales évolutions en matière d’occupation du sol (surfaces bâties, routes, champs ouverts, forêts, haies…). Nous avons utilisé principalement les cartes de Cassini et d’État-major pour obtenir des données antérieures à 1900, puis les différentes éditions des cartes IGN au 1/25 000e (certaines remontant jusqu’à la première moitié du xxe siècle). Lors des différentes phases de restitution des résultats, nous avons pu percevoir que les habitants se sont rapidement appropriés ces cartes historiques, celles-ci ayant également servi de déclencheur à la remémoration, en particulier pour la période pré-remembrement.

16Après avoir évoqué les dynamiques d’occupation du sol à plus ou moins long terme (entre 50 et 70 ans si l’on considère seulement les données au 1/25 000e), les géographes ont également mis en exergue les enjeux actuels de biodiversité au travers de cartes faisant état de la capacité des trois communes en matière d’accueil et de circulation pour des espèces inféodées à différents milieux (forestiers, agricoles et zones humides). Cela a été réalisé par l’entremise de la méthode IVB (Infrastructure verte et bleue) que nous avons adapté aux données d’occupation du sol en notre possession. La figure 2 présente le résultat pour la commune de La Genétouze. Cette carte permet de dégager d’un coup d’œil les problématiques locales de biodiversités, tels que les isolats (fragmentation paysagère), les zones infranchissables et les couloirs existants ou à reconstituer. Enfin, le dernier objectif était de cartographier l’usage de l’espace par les populations locales, autrement dit les lieux fréquentés par les habitants des communes pour leurs activités de loisirs (chasse, pêche, randonnées, observations naturalistes), mais aussi d’insérer des informations géographiques sur la présence de lieux particulièrement importants pour l’observation de la faune et de la flore. Ces éléments sont obtenus au travers de différents biais : questionnaires, entretiens et recueil de cartes mentales réalisés par les anthropologues. L’idée est de fondre l’ensemble de ces données cartographiques (évolutions des différents milieux, capacité d’accueil et de circulation des espèces en leur sein, usages de l’espace) avec celles collectées par les écologues, afin d’établir un zonage du territoire définissant des priorités d’actions en matière de biodiversité.

17Quant à l’anthropologie, par sa vocation à appréhender les cadres de représentation locaux (« le point de vue de l’indigène ») a pour rôle de reconstituer l’histoire locale, les réseaux présents et passés, de provoquer le travail de remémoration des paysages et des usages anciens de la part de nos interlocuteurs, cela afin de permettre une forme d’appropriation d’une histoire collective dont le sens est donné par l’évolution des paysages et l’abandon ou l’adoption de pratiques.

18En faisant alterner entretiens individuels et sessions collectives de restitution, les savoirs mis au jour sont partagés par les différentes générations et par les différentes classes d’habitants (les « natifs », les rurbains retraités ou actifs). Cet exercice est facilité en France par l’existence de périodes charnières ayant touché les zones les plus reculées : il s’agit principalement de la période du remembrement (années 1960-1970), marquée par l’amélioration progressive des conditions d’existence.

19Les anthropologues ont pour objectif de donner du sens aux mutations, de rendre apparente la logique interne des dynamiques locales, jusqu’au moment où elles débouchent sur des décisions à prendre concernant la place de la nature ordinaire au sein de la collectivité.

20Le programme Clevert repose donc sur l’étroite coopération des trois disciplines impliquées : l’écologie fournit des données sur la biodiversité échantillonnées à partir des configurations paysagères mises en évidence par la géographie, l’anthropologie fournit des éléments quant aux usages de l’espace, à la perception de la biodiversité et aux dynamiques sociales à l’œuvre aux autres disciplines. Afin de faciliter le travail en équipe, chacune de ces disciplines a dû définir ou adapter ses protocoles en fonction des exigences des autres. Ces protocoles devaient également être faciles à mettre en œuvre afin d’encourager la participation locale à leur application. Les restitutions furent articulées autour de deux périodes principales : les inventaires de biodiversité d’abord, puis les cartes mentales, qui firent l’objet d’une analyse suivie de nombreuses réactions.

Figure 2. Cartographie IVB destinée aux séances de restitution

Figure 2. Cartographie IVB destinée aux séances de restitution

L’exemple est celui de La Genétouze (Vendée)
En noir, les obstacles ; en dégradé, les zones plus ou moins attractives

Illustration : G. Marchand.

Lien entre dynamiques sociales et environnementales

21Le programme Clevert a montré qu’il était possible d’établir un lien entre dynamiques sociales et état environnemental : l’enquête s’est efforcée de caractériser les attitudes des trois populations étudiées en fonction de l’histoire locale et de la progressive substitution d’une population majoritairement composée d’agriculteurs (comme c’est le cas à Saints) à une autre, qualifiée de « rurbaine », dont l’activité professionnelle se situe hors du territoire communal (comme c’est le cas à Flagy et à La Genétouze).

Figure 3. Représentation spontanée du cercle de sociabilité

Figure 3. Représentation spontanée du cercle de sociabilité

À Saints (en haut) et à Flagy (en bas)

  • 7 La cartographie mentale est une méthode couramment utilisée et la bibliographie la concernant abond (...)

22Outre les entretiens individuels, la participation aux activités diverses (chasse, horticulture, randonnées, parties de cartes) et aux festivités (fêtes de saints ou d’anniversaires), les membres de l’équipe ont recueilli des cartes mentales7, individuellement ou sous forme d’atelier, les ont classés en diverses catégories pertinentes localement, et en ont fait des représentations condensées. Cet outil s’accompagne d’une prise de note systématique qui suit l’ordre et la composition du dessin. Une cinquantaine de cartes ont été recueillies dans les trois communes. Deux cartes seulement se sont avérées inexploitables.

23Un premier exemple d’exploitation de ces cartes est une illustration convergente (une figure circulaire) d’une sociabilité perçue comme primordiale. L’espace est secondaire par rapport à ce qu’il contient, comme le montrent les deux illustrations ci-dessus (figure 3), relevées respectivement à Saints et à Flagy.

24Le premier (M. A., Saints) se centre sur l’église du village et représente les groupes d’amis et associations qu’il fréquente (foot, théâtre…), l’autre (Mme D., Flagy) schématise la commune en se centrant également sur la place du village (où se trouvent le café et l’église) en la qualifiant de « coup de cœur » et en l’associant au « réseau de voisinage ».

25On peut inférer de ce type de cartes qu’elles signalent les échelles de priorité. Elles sont congruentes avec les premiers résultats des questionnaires, en particulier avec la question des hiérarchies entre environnement, travail, amis, loisirs…

26Le troisième exemple, celui de La Genétouze, nous permet de repérer la dynamique du « changement » comme élément structurant des cartes mentales. Marquée par un processus d’urbanisation prégnant et d’une hétérogénéisation importante de la population, la commune devient l’objet d’une conceptualisation plus qu’elle n’est une représentation du réel. Les idéogrammes abondent : l’oiseau signifie la biodiversité dans son ensemble, un cercle d’arbres (inexistants dans la réalité) renvoie à la sensation d’isolement.

27Un jeune agriculteur conventionnel (M. D., 38 ans) a exprimé son inquiétude quant à l’évolution du rapport entre l’homme et la nature. Le discours qui l’accompagne dévoile des conflits d’usages et des antagonismes entre les « natifs » et les rurbains sur leurs perceptions de la ruralité. L’espace agricole, perçu comme seul légitime, s’oppose à l’espace de loisir recherché par les nouveaux habitants. Ces questionnements mettent en cause les décisions municipales de gestion foncière, d’aménagement du territoire et de place accordée à l’agriculture (figure 4).

28Dans cette même idée, quelques cartes présentent des idéogrammes de la ville, de la nature, de la sociabilité, de l’urbanisation et des configurations spatiales fragmentaires de la commune. La renonciation aux repères spatiaux et le manque d’identification aux paysages qui en résultent seraient une des conséquences des transformations paysagères des dernières décennies.

29Deux cartes mettent l’accent, de manière similaire, sur l’opposition entre « Anciens » (intégrés, jardins et maisons ouvertes) et « Nouveaux » (non-impliqués, calfeutrés) sur figure 5.

Figure 4. L’évolution de la commune selon un jeune agriculteur de La Genétouze :
la nature disparaît au profit des humains

Figure 4. L’évolution de la commune selon un jeune agriculteur de La Genétouze : la nature disparaît au profit des humains

Figure 5. L’opposition « Anciens » et « Nouveaux » à La Genétouze :
les « Nouveaux » transforment la commune en cité-dortoir,
selon M. T., 62 ans et Mme V., 58 ans

Figure 5. L’opposition « Anciens » et « Nouveaux » à La Genétouze : les « Nouveaux » transforment la commune en cité-dortoir, selon M. T., 62 ans et Mme V., 58 ans

30Lors de la restitution, alors que l’équipe démontre l’absence de représentation du paysage réel comme étant la conséquence de la dénaturalisation de la commune, les discussions portent sur les enjeux et l’intégration des nouveaux habitants, ainsi que sur les conflits d’usage entre les zones de loisir et le respect de l’activité agricole, laissant au second plan les considérations environnementales.

Le contexte et le déroulement des restitutions : enseignements

31Le programme a fait l’objet de restitutions régulières, tous les six mois, le plus souvent en début de soirée ou lors d’un événement particulier (marché biologique à Saints, par exemple). L’assistance oscillait entre 20 à 60 personnes. L’arrivée de l’équipe et les salutations aux habitants faisaient l’objet d’une préparation afin qu’elles soient, autant que possible, ritualisées.

32La première série de restitutions portait sur les échantillonnages de biodiversité ; les communes découvraient ainsi à quel degré se situait la biodiversité végétale et animale au regard des habitats et des moyennes nationales. Ces présentations suscitèrent un vif intérêt car les relevés d’échantillons s’étaient déroulés sur plusieurs mois, les stagiaires parcouraient les terrains ostensiblement chargés d’équipement et la plupart des habitants avaient pu observer cette recherche en train de se faire. La présence d’un ornithologue averti dans l’équipe et de naturalistes amateurs de bon niveau dans le public ont permis des échanges pointus.

33La commune de Flagy découvrait ainsi que les insectes avaient déserté les lieux, avec leur cohorte de prédateurs. À La Genétouze, il fut révélé que le nombre d’espèces animales était restreint, en dépit de l’abondance des spécimens. Seule la commune de Saints présentait un profil équilibré, avec la présence notamment d’une espèce rare de chiroptères (Barbastelle).

34La deuxième série de restitutions portait sur l’analyse des cartes mentales et le profil sociologique des habitants. Les cartes réalisées selon la méthodologie IVB servirent d’instruments de comparaison entre représentations animales et humaines. L’accueil a grandement différé d’une commune à l’autre, pour des raisons qui tiennent, fondamentalement, à l’instrumentalisation du programme et de l’équipe par les édiles et les mouvements associatifs. Cette instrumentalisation est inévitable, mais peut être canalisée par l’équipe scientifique pour en faire un moteur de l’action.

35À La Genétouze, la présentation fut axée sur les conflits d’usage et de voisinage, tels qu’ils apparaissaient dans les cartes analysées – dont aucune, ou presque, ne consistait en représentation géographique. Il y eut un effet cathartique : l’assistance vit paraître au grand jour des sentiments le plus souvent réprimés. L’équipe municipale put constater, de bonne grâce, que sa politique de construction ne suscitait guère d’adhésion, nombre de dessins laissant transparaître un malaise ou une inquiétude face aux changements de population. En filigrane, l’absence de référence à cette nature ordinaire et le faible degré d’identification aux paysages traduisaient l’anthropisation accélérée et le manque d’enjeux écologiques ou leur très faible prise en compte, tant par l’équipe municipale que par les habitants.

36À Saints comme à Flagy, les représentations géographiques de l’espace ont permis de confronter les « cartographies mentales et animales » (intitulé des sessions de restitution) sous forme schématique.

37Dans la commune de Flagy, les analyses ont révélé (figure 6) une convergence entre usages animaux et humains de l’espace. Les zones répulsives pour ces derniers l’étaient également pour les premiers (openfield, agriculture intensive). Le résultat est que la partie sud de la commune était représentée, en proportion, comme minuscule, alors qu’elle couvre la moitié du territoire.

Figure 6. Trame IVB (à gauche) et représentation schématisée de l’espace (à droite) pour les habitants de Flagy

Figure 6. Trame IVB (à gauche) et représentation schématisée de l’espace (à droite) pour les habitants de Flagy

38Cette illustration a provoqué une réaction assez vive dans l’assistance, comme si était révélé qu’une part considérable de l’espace familier avait sombré dans l’oubli. Ce fut l’occasion de remémorer les vergers et les allées bordées d’arbres fruitiers qui offraient une continuité entre les limites du village et les bois situés au sud, aujourd’hui pillés par les collecteurs de champignons venus d’ailleurs. Le maire nous avoua « qu’il avait appris quelque chose », et la séance déboucha sur une réflexion collective fort animée.

39À Saints, l’idéalisation du « Pays de Puisaye » et le militantisme ancré historiquement [voir Danthieux, 2005, pour un cas similaire dans le Limousin] ont certainement facilité l’acceptation du projet. La méthodologie IVB pour les corridors biologiques, qui offre une vision schématique de ce qu’un paysage peut offrir en matière de circulation, suscita nombre de contestations, révélant la bonne connaissance locale de l’éthologie des espèces. L’analyse des cartes mentales ne suscita, en revanche, que peu de commentaires, comme si, à l’inverse des autres communes, ce dont nous faisions état était déjà l’objet d’une réflexion collective. La représentation schématique des cartes analysées, placée en regard de la cartographie IVB, révélait que la partie boisée du territoire (50 % de la surface communale) était surreprésentée dans les cartes mentales (figure 7). Cette disproportion est cohérente avec la rivalité historique entre « Poyaudins » et « Forterras », ces derniers ayant privilégié, lors du remembrement, les openfield et les cultures céréalières intensives, au lieu des polyculture/élevage traditionnels.

Figure 7. Représentation schématique des cartes mentales (à gauche)
et cartographie IVB (à droite) pour la commune de Saints

Figure 7. Représentation schématique des cartes mentales (à gauche) et cartographie IVB (à droite) pour la commune de Saints

40Le schéma insiste sur la minimisation de la partie « Forterre » – constituée d’openfield par les habitants de la partie « Puisaye ». Le hameau du Deffand, double fantomatique du village de Saints (triangles) est entré en déclin tandis que Saints trouvait un second souffle dans l’agriculture biologique. Le schéma montre une « Forterre » réduite à moins de 25 % de la surface communale, quand elle en occupe peu ou prou la moitié.

41Mais cette conclusion doit être tempérée par la représentativité des habitants impliqués dans le projet. De fait, l’équipe municipale ayant une forte sensibilité écologiste, l’équipe scientifique fut cooptée par les membres d’une seule famille étendue. L’enquête présentait ainsi un biais considérable, de par les difficultés d’accès aux habitants rétifs aux questions environnementales. La représentation schématique ne faisait que confirmer la prédominance, parmi nos interlocuteurs, de « Poyaudins » fortement ancrés dans les paysages et l’histoire locale, aux dépens des Forterras.

42On le voit, l’instrumentalisation de l’équipe ne peut toujours être maîtrisée, et il faudra compenser, dans l’avenir, en se focalisant sur la partie « Forterre » du territoire.

Discussion

43Le programme venant juste de s’achever, il sera nécessaire de vérifier, à quelques années de distance, l’impact effectivement obtenu auprès des trois communes étudiées. Mais il est possible, dès à présent, de répondre aux trois questions soulevées dans notre introduction.

44La première question était : quelles formes de coopération peuvent adopter les sciences humaines et sociales et les sciences naturelles en vue d’une dynamique effective en faveur de la biodiversité ?

  • 8 Réconciliation, reconnexion, restauration, mise en réserve.

45Une méthodologie adoptée en commun ne suffit pas à mener un programme. Il faut aussi que ces disciplines s’entendent sur un cadre conceptuel apte à rendre compte des situations rencontrées et à en faire, le moment opportun, un cadre d’action. Une approche convergente nécessite de comprendre la grille d’analyse appliquée par les écologues. Dans le cas du Cersp (MNHN), les écologues posent quatre « enjeux de biodiversité » à identifier, surnommés « les 4 R » : reconciliation, reconnection, restoration, reservation8 [Prévôt-Julliard et al., 2011].

46Chacun de ces enjeux s’applique à une situation socio-environnementale donnée : la géographie fournit le cadre d’échantillonnage aux écologues. Elle réalise des cartes en fonction des données collectées par ses propres soins mais aussi celles des anthropologues et des écologues. En fonction de la réceptivité des habitants (et de leurs élus), on peut proposer quatre types d’interventions, de la simple sensibilisation à la délimitation d’espaces protégés.

47Les anthropologues apportent une approche nuancée de cette réceptivité. Les rapports à l’environnement sont transcendés par la connaissance ou la méconnaissance du milieu naturel, par un degré, donc, de familiarité. On peut en effet être sensible à la question environnementale, voire être un militant, et ne pas reconnaître une hirondelle de fenêtre ou de cheminée. À travers des questionnaires et des entretiens non-directifs, nous avons cherché à qualifier empiriquement le type de relations à l’environnement et leur impact. Nous parlerons donc de familiarité lorsque le rapport à la nature ordinaire se fonde sur la fréquentation régulière, la cueillette, la chasse ou la pêche, sur la connaissance des cycles naturels et des propriétés de certaines espèces végétales ou animales. La familiarité n’implique pas le « respect » mais traduit une forte connexion aux conditions naturelles, c’est pourquoi elle transcende les quatre attitudes qui semblent se dégager de nos enquêtes, le militantisme, la sensibilité, l’indifférence et l’hostilité, et s’opposerait ainsi à la déconnexion ou à l’ignorance. Nous parlons de sensibilité lorsqu’une personne se déclare attachée aux paysages, à la bonne santé environnementale et à la faune et à la flore ordinaires. Cette sensibilité dérive en militantisme lorsqu’elle est organisée et embrasse différents objets (engagement pro-social, anti-OGM, anti-nucléaire, etc.). Nous parlons d’indifférence lorsque la nature fait l’objet d’une perception distante dont la gestion est déléguée aux agriculteurs ou aux décideurs politiques. Nous parlons d’hostilité lorsqu’une politique de protection est perçue comme une menace pour les populations humaines et pour leur mode de vie.

48À titre d’exemple, la sensibilité est perceptible à Saints en Bourgogne où zones boisées et bâties sont interconnectées, et où les néo-habitants sont investis de la dimension identitaire des forêts, des haies et de l’eau (le « Pays de Puisaye », la « tradition poyaudine »). L’histoire locale est marquée par une résistance aux pressions de l’extérieur (tradition de jansénisme, de communisme et plus récemment d’écologisme) qui donne à la fréquentation des espaces « naturels » une dimension militante. Les ressources naturelles sont abondantes (poisson, gibier, baies, fruits, plantes sauvages et champignons). C’est également dans cette région que l’on trouve le réseau militant le plus organisé.

49L’indifférence est marquée à Flagy, en Seine-et-Marne, où la transition du milieu rural au milieu rurbain remonte à une quarantaine d’années. Certains lieux stratégiques pour la biodiversité sont fortement patrimonialisés et aménagés en conséquence, dans la mesure où les édiles cherchent à favoriser les mouvements associatifs. La partie urbaine fait l’objet d’une politique de fleurissement et la dimension esthétique prime sur des considérations plus pragmatiques de circulation des espèces.

50La commune de La Genétouze, en Vendée, nous paraît quant à elle illustrer l’hostilité à l’égard des politiques de protection. Les talus non fauchés sont « sales », les mesures de protection des zones humides sont perçues comme des manifestations autoritaires. Cette attitude est à mettre en perspective avec la période de remembrement (1968-1972) où l’arrachage des haies a été vécu comme une libération et un affranchissement des pressions sociales (les propriétaires terriens) et environnementales (les chemins creux détrempés, les petites parcelles). Le « retour en arrière » est agité comme un épouvantail. De ce fait, les aménagements privilégiés par la municipalité sont les infrastructures de transport et de loisir, la connexion des écosystèmes peinant à entrer dans la logique municipale.

51On peut donc proposer un schéma où toute intervention devrait prendre en compte les habitants susceptibles de comprendre ces enjeux de biodiversité, en fonction de leur disposition à agir en tenant compte de ces enjeux (figure 8).

Figure 8. Cadres d’action versus dispositions

Figure 8. Cadres d’action versus dispositions

52La familiarité transcende chacune des dispositions recensées et détermine une classe d’interlocuteurs non seulement en fonction de leur engagement environnemental, mais aussi en fonction de leur conscience des enjeux.

53Une fois munis de ce cadre conceptuel commun, nous pouvons nous saisir de la deuxième question posée par ce programme : quels liens peut-on établir entre histoire locale, dynamiques sociales et état environnemental ? Nous avons montré dans le cadre de Clevert combien la structure de la propriété foncière (concentrée, déconcentrée), la position sociale (élevée, déclassée), le délicat équilibre entre attachement aux paysages et aspiration au progrès, étaient quelques-uns parmi les éléments de réponse à cette question. Une position déclassée socialement et une trop forte dépendance aux conditions naturelles, peut entraîner, lorsque la situation s’améliore, une hostilité manifeste à l’égard de l’environnement. C’était notamment le cas à La Genétouze, où le remembrement a coïncidé avec l’accès à la propriété foncière des fermiers et métayers, tenus jusqu’alors par un système proche de l’Ancien Régime. La relégation sociale était rendue plus âpre par l’asservissement aux conditions du sol et du climat, ce qui fit que le remembrement fut perçu comme un affranchissement.

54Plus généralement, la compréhension des dynamiques locales, la relation établie entre « natifs » et nouveaux-venus et les conflits d’usage entre rurbains et agriculteurs nous éclairent sur les dispositions des habitants à l’égard de leur environnement, en posant la question de la viabilité des choix de développement. Les sciences humaines et sociales offrent des clés de lecture pour comprendre les structures sociales et la façon dont les trajectoires sociales et historiques peuvent être mises en parallèle avec l’histoire naturelle ou du moins avec les différences rencontrées d’un territoire à l’autre en matière de biodiversité. Elles peuvent pointer différents aspects non pris en compte par les écologues souvent cantonnés à un rôle d’experts extérieurs, comme la perception des questions environnementales ou les savoirs, les opinions et valeurs associés à la biodiversité. Ces éléments autrefois négligés par les sciences naturelles trouvent aujourd’hui une multitude de défenseurs, par exemple Dickman [2010] et Madden [2004] à propos de la coexistence entre homme et faune sauvage. Ces deux références montrent que la cohabitation avec la grande faune ne peut être comprise et favorisée sans étudier les conditions territoriales, les perceptions et les jeux d’acteurs.

55On ne peut toutefois éluder la question de l’instrumentalisation de l’équipe scientifique au gré des conflits ou rivalités locales. Il est très difficile d’échapper à une forme de préemption du projet en vue de dynamiser la vie locale (comme à Flagy), d’obtenir une caution scientifique aux choix opérés par la mairie (comme à Saints), ou de faire l’objet d’une patiente observation, fondée sur la méfiance à l’égard des « écolos » (confondus avec les écologues, comme à La Genétouze). Cet aspect demande des développements spécifiques, tant il est partie intégrante de tout projet participatif. Comme nous le signalions dans l’introduction à ce dossier, le scientifique assume dans ce type de programme la position d’un diplomate. Cette position n’est pas dénuée d’ambiguïté, comme l’est la fonction diplomatique elle-même : bénéficiant d’une immunité et assumant cependant un rôle de représentation, il doit exposer une position sans toutefois l’assumer totalement ; il doit également comprendre les arguments qu’on lui oppose sans toutefois les faire siens. Face à lui, les édiles composent une partition qui peut aller de la manipulation pure et simple, pour des raisons électorales, à une réelle prise en compte des enjeux exposés. Entre les deux extrêmes, toute une gamme possible d’instrumentalisation est envisageable : fragiliser la position d’une faction adverse, introduire de l’animation dans la vie locale, chercher à observer et comprendre l’équipe tenue pour un émissaire des technocrates ou des élites.

Conclusion

56Lorsque les dynamiques locales sont bien comprises et les dynamiques scientifiques sont bien articulées, on peut répondre à la question finale, objet de ce dossier : l’approche participative favorise-t-elle l’initiative locale en faveur de la biodiversité ? En établissant un lien de confiance, fondé sur une fréquentation prolongée des communes et communautés étudiées, nous pouvons prétendre à jouer un rôle dans les choix d’avenir qui seront opérés.

57Évoquer le passé, la mémoire des paysages et fixer certaines ruptures dans le temps, permet à nos interlocuteurs de visualiser, parfois brusquement, le déclin ou la disparition de certains paysages ou de certaines espèces animales et végétales, passée inaperçue du fait du caractère progressif de cette disparition. Cette prise de conscience génère de l’émotion, incite au dialogue et permet aux habitants de se retrouver autour de souvenirs tenus jusque-là comme sans importance. C’est une première étape vers l’inscription des paysages dans la temporalité, et donc dans l’histoire locale.

58Éveiller la curiosité au sujet d’autres communes, d’autres communautés humaines, c’est faire de l’état environnemental un enjeu collectif. Une émulation se crée lorsqu’à conditions égales, la végétation est en meilleur état dans une autre commune qui, en revanche, ne voit guère voler de papillons. Ainsi sont posées les conditions d’une réflexion collective autour de la responsabilité locale en termes d’environnement global (c’est ce que l’on appelle « la solidarité écologique », par exemple le fait qu’une commune déboisant en amont peut provoquer des inondations en aval). L’usage immodéré de pesticides ou l’arrachage des haies peut avoir des conséquences même si celles-ci ne sont pas perceptibles localement.

59Enfin, les cartes produites, tant par les scientifiques que par les habitants eux-mêmes, une fois synthétisées, permettent de suggérer des solutions de réhabilitation, de restauration ou de protection en ayant une vision exhaustive de l’aménagement territorial. Les passages de faune sont aisément visualisés, les obstacles infranchissables le sont également, et dès lors la prise de décision est facilitée.

60Nous évoquions, finalement, la possible manipulation. En insistant sur la complexité de cet aspect, nous voulons suggérer que la démarche participative comprend une dimension inhérente à l’enquête : la position de l’équipe vis-à-vis des interlocuteurs locaux est une donnée du réel, un élément appelé à pondérer les analyses comme on pondère ou on « lisse » des résultats statistiques. Parfois, la rencontre est un desencontro, comme on dit au Brésil, un rendez-vous manqué qui ne se reproduira plus jamais : sachons le reconnaître. Bien souvent, toutefois, la durée de l’enquête (trois ans dans le cas de Clevert) permet à la fois de bien comprendre les processus à l’œuvre dans le processus de participation et de restitution, et d’enrichir ainsi le dialogue tout en donnant du sens à ce que nous faisons.

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P. et Fortier A., « Can a Territorial Policy be Based on Science Alone? The System for Creating the Natura 2000 Network in France », Sociologia Ruralis, vol. 41, n° 3 (juillet 1), 2001, p. 311-328. DOI : 10.1111/1467-9523.00185.

Alphandéry P. et Bergues M., « Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française, n° 97, 2004, p. 5. DOI : 10.3917/ethn.041.0005.

Anderies J. M., Janssen M. A. et Ostrom E., « A Framework to Analyze the Robustness of Social-ecological Systems from an Institutional Perspective », Ecology and Society, vol. 9, n° 1, 2004, p. 18. URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol9/iss1/art18/.

Bensa A. et Fabre D. (dir.), Une histoire à soi, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, Mission du patrimoine ethnologique, Cahier 18, 2001.

Chevassus-au-Louis B., Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes Contribution à la décision publique, Centre d’analyse stratégique, 2009. URL: http://www.economie.eaufrance.fr/IMG/pdf/rapport_bio_v2.pdf.

Danthieux D., « Le communisme rural en Limousin : de l’héritage protestataire à la résistance sociale (de la fin du xixe siècle aux années 1960) », Ruralia. Revue de l’association des ruralistes français, n° 16/17, 2005.

Debarbieux B., « Les représentations de l’espace », dossier Comment nous voyons le monde ?, Cahiers Sciences Humaines, n° 71, 1997, p. 32-35.

Dickman A. J., « Complexity of conflict : the importance of considering social factors for effectively resolving human wildlife conflict », Animal Conservation, vol. 13, 2010, p. 458-466.

Downs R. M., Stea B. D., Des cartes plein la tête, essai sur la cartographie mentale, Québec, Edisem, 1981(1977).

Fortier A., « Quand la concertation produit de l’évitement. La mise en œuvre de Natura 2000 en région Nord-Pas-de-Calais », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, 2010.

Fortier A., « La conservation de la biodiversité », Études Rurales, n° 183 (1), 2009, p. 129-142.

Fortier A., « Des savoirs locaux insaisissables ? L’exemple de la tenderie aux grives en Ardenne », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 6, n° 3, 2005. URL : http://vertigo.revues.org/2429.

Fortier A., « De l’efficacité sociale d’une réglementation », Économie rurale, vol. 252, n° 1, 1999, p. 28-34.

Gell A., The Anthropology of Time : Cultural Constructions of Temporal Maps and Images, Oxford, Berg, 1992.

Girault V., Mise en œuvre des corridors écologiques et/ou biologiques sur le territoire des parcs naturels régionaux « Définition d’une méthodologie commune et recueil d’expériences », rapport de stage à la Fédération des parcs naturels régionaux de France, 2005. URL :http://www.parcs-naturels-regionaux.tm.fr/upload/doc_telechargement/grandes/Rapport%20-%20Corridors%20FPNRF%201ere%20partie.pdf.

Granjou C. et Mauz I., « Les éleveurs et leurs voisins. Étude du renouvellement des rhétoriques professionnelles d’une profession contestée », Review of Agricultural and Environmental Studies – Revue d’Études en Agriculture et Environnement, INRA, Department of Economics, vol. 90, n° 2, 2009, p. 215-235.

Gould P. et White R., Mental Maps, London, Routledge, 1974.

Jolivet M. J. et Lena P. (eds.), « Logiques identitaires, logiques territoriales », Autrepart, no 14 2000.

Kempf H. et Lacombe C., « La forêt perd du terrain », Le Monde. URL : 09/02/2010, http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/02/08/la-foret-ne-gagne-plus-deterrain-en-france_1302622_3244.html.

Koontz T. M., « An introduction to the institutional analysis and development (IAD) framework for forest management research », in Unpublished manuscript prepared for the « First Nations and Sustainable Forestry: Institutional Conditions for Success », Workshop, University of British Columbia, Vancouver, 2003.

Laslaz L., Gauchon C., Duval-Massaloux L. et Héritier S., « Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux », Cahiers de Géographie, n° 10, collection « Edytem », 2010.

Levrel H., Quels indicateurs pour la gestion de la biodiversité ?, éditions de l’IFB, 2007.

Madden F., « Creating coexistence between humans and wildlife global perspectives and local efforts to adress human wildlife conflicts », Human Dimensions of Wildlife, n° 9, 2004, p. 247-257.

Mermet L., « Homme ou vie sauvage ? Société locale ou bureaucratie centrale ? Faux dilemmes et vrais rapports de force », Annales des Mines, octobre 2002, p. 13-20.

Ostrom E., « A general framework for analyzing sustainability of socio-ecological systems », Science, n° 325, 2009, p. 419-422.

Prévot-Julliard A.-C., Clavel J., Teillac-Deschamps P. et Julliard R., « The Need for Flexibility in Conservation Practices : Exotic Species as an Example », Environmental Management, n° 47 (janvier 30), 2011, p. 315-321.DOI : 10.1007/s00267-011-9615-6.

Safer, La fin des paysages, Livre blanc, Fédération nationale des Safer, 2004.

Silvain J.-F. et al., Volet recherche de la SNB, document de prospective, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche/FRB, 2009.

Haut de page

Notes

1 Projet sélectionné par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, financé par le ministère de l’Écologie et du Développement durable ainsi que par la Caisse des dépôts et consignations, le programme Clevert réunit le CREDA (UMR 7227 du CNRS), le Cersp (UMR 7204, Muséum d’histoire naturelle), et le Paloc (IRD, Muséum d’histoire naturelle). Il s’est déroulé sur trois ans, de 2010 à 2013.

2 Saints abrite 600 habitants pour 2 770 hectares, le village de Flagy en compte 644 pour 720 ha, et La Genétouze, 1 700 pour 1 310 hectares.

3 En France, la population rurale (ville de moins de 2 000 habitants) représente 20 % du total, pour une surface d’environ 70 % du territoire (50 % dédié à l’agriculture et 20 % aux zones boisées) selon l’Insee.

4 Le chiffre varie considérablement suivant la méthode utilisée. Au sens strict d’espace stérilisé et bâti, ce ne sont guère plus de 5 % du territoire (autour de 28 000 km2), en croissance constante.

5 Le livre blanc des Safer – Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural – mentionne qu’en 2003, 76 % des nouvelles maisons construites – 152 000 sur 198 000 – le furent en secteur diffus, phénomène qualifié de « mitage ».

6 Ces protocoles sont détaillés sur le site http://vigienature.mnhn.fr/. Voir également l’article de Marine Legrand, dans ce dossier.

7 La cartographie mentale est une méthode couramment utilisée et la bibliographie la concernant abonde depuis les ouvrages de Gould et White [1974] et Downs et Stea [1977] et surtout l’ouvrage séminal d’Alfred Gell [1992]. On pourra également se référer à Debarbieux [1997].

8 Réconciliation, reconnexion, restauration, mise en réserve.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation des communes retenues pour le programme Clevert
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 2. Cartographie IVB destinée aux séances de restitution
Légende L’exemple est celui de La Genétouze (Vendée)En noir, les obstacles ; en dégradé, les zones plus ou moins attractives
Crédits Illustration : G. Marchand.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-2.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 3. Représentation spontanée du cercle de sociabilité
Légende À Saints (en haut) et à Flagy (en bas)
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-3.png
Fichier image/png, 193k
Titre Figure 4. L’évolution de la commune selon un jeune agriculteur de La Genétouze : la nature disparaît au profit des humains
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 5. L’opposition « Anciens » et « Nouveaux » à La Genétouze : les « Nouveaux » transforment la commune en cité-dortoir, selon M. T., 62 ans et Mme V., 58 ans
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-5.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 6. Trame IVB (à gauche) et représentation schématisée de l’espace (à droite) pour les habitants de Flagy
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-6.png
Fichier image/png, 423k
Titre Figure 7. Représentation schématique des cartes mentales (à gauche) et cartographie IVB (à droite) pour la commune de Saints
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-7.png
Fichier image/png, 445k
Titre Figure 8. Cadres d’action versus dispositions
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2817/img-8.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Kohler, Guillaume Marchand, Philippe Léna et Chloé Thierry, « Conditions socio-environnementales pour la réhabilitation de la nature ordinaire : un exemple de démarche participative », Cahiers des Amériques latines, 72-73 | 2013, 85-106.

Référence électronique

Florent Kohler, Guillaume Marchand, Philippe Léna et Chloé Thierry, « Conditions socio-environnementales pour la réhabilitation de la nature ordinaire : un exemple de démarche participative », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 72-73 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2817 ; DOI : 10.4000/cal.2817

Haut de page

Auteurs

Florent Kohler

Florent Kohler est maître de conférences à l’université de Tours, rattaché au CREDA (UMR 7227). Habilité à diriger des recherches en anthropologie, il participe à différents programmes interdisciplinaires ayant pour objet les populations traditionnelles d’Amazonie, et dirige le programme « Conditions socio-environnementales pour la réhabilitation de la biodiversité ordinaire », financé par le ministère de l’Écologie et l’Institut pour la recherche de la CDC.
florent.kohler@gmail.com

Articles du même auteur

Guillaume Marchand

Guillaume Marchand, docteur en géographie, spécialiste des systèmes d’indicateurs de durabilité, est actuellement boursier de la Coordenação de Aperfeiçoamento de Pessoal de nível Superior (CAPES/PVE) (Brésil) et professeur visitant à l’université fédérale d’Amazonas.
gaelmarch@yahoo.fr

Articles du même auteur

Philippe Léna

Philippe Léna, géographe et sociologue, est directeur de recherche émérite de l’IRD, UMR 208 PALOC (IRD/MNHN). Après des travaux sur les fronts pionniers ivoiriens dans les années 1970, il mène depuis 1980 des recherches en Amazonie sur les changements d’usage du sol, les causes de la déforestation, les politiques environnementales et les alternatives au modèle de développement dominant.
philippe.lena@sfr.fr

Chloé Thierry

Chloé Thierry, écologue, a intégré le programme CLEVERT dès son lancement en 2010, en tant qu’étudiante de Master en écologie. Elle a réintégré le programme en 2013, en tant que chargée de mission et consultante en écologie.
cmj.thierry@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org