Navigation – Plan du site
Études

Exil et terrorisme d’État en Argentine

Les images de l’exil dans le discours politique des militaires
Marina Franco
p. 175-189

Résumés

Fondée sur la doctrine de la sécurité nationale, la dictature militaire argentine des années 1970 a construit un discours visant à éliminer les ennemis politiques conçus comme « subversifs ». Au cours de l’année 1978, alors que la phase de répression la plus violente se terminait, les militaires ont commencé à dénoncer une sorte de « campagne anti-argentine » menée par les agents de la subversion internationale, notamment les exilés argentins vivant à l’extérieur. À partir de ce moment, les émigrés politiques ont été la cible d’un discours militaire dénonçant la subversion argentine à l’extérieur et présentant une image « diabolisée » des exilés. Les exilés sont ainsi devenus un « autre négatif », comme les « guérilleros » l’étaient au début de la répression. Cet imaginaire a survécu jusqu’à leur retour en Argentine : en effet, ceux-ci ont souffert d’une stigmatisation due à leur séjour à l’étranger et ces images ont conditionné l’identité et la représentation qu’ils ont désormais d’eux-mêmes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est une version résumée d’un chapitre de ma thèse [Franco, 2006].

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse des « camps de concentration-extermination » en tant que technologie répressive vo (...)

1Les systèmes de terrorisme d’État mis en place dans le Cône Sud de l’Amérique latine dans les années 1960 et 1980 ont marqué l’histoire contemporaine de la région. En Argentine, c’est peu avant et surtout après le coup d’État militaire du 24 mars 1976 qu’une répression systématique a été mise en place contre un large éventail de la société : militants politiques et syndicaux, ouvriers, universitaires, artistes, intellectuels et tous ceux qui étaient, d’une façon ou d’une autre, liés à une certaine contestation politique ont été victimes de persécution. Le terrorisme d’État s’est imposé par l’emploi d’un système répressif à l’échelle nationale recourant à l’enlèvement, la torture, l’emprisonnement et la disparition forcée de personnes1. Ces pratiques répressives obéissaient à un objectif plus large de « refondation » de la société argentine que s’était fixée la dictature militaire. D’où la nécessité d’éradiquer la « subversion » (c’est-à-dire toute forme de mobilisation et de pression politique populaire), mais surtout de discipliner la société dans son ensemble.

  • 2 Le politologue Guillermo O’Donnell se réfère à un phénomène d’imposition de la peur, mais il est ég (...)
  • 3 Le départ en exil a commencé en 1973, à partir des premières formes de répression dirigées par l’or (...)

2Ces deux objectifs ont été atteints par la répression, la peur et le silence imposés par les militaires à une grande partie de la société et parfois par la société elle-même2. Cela a permis, parallèlement, l’instauration d’un projet socio-économique de restructuration industrielle et financière s’appuyant sur la libéralisation et la concentration économiques dont les effets se font sentir encore aujourd’hui. Parmi les pratiques répressives mises en place, la dictature a imposé l’exil à un grand nombre de personnes qui étaient persécutées, ou risquaient de l’être en raison de leurs activités politiques, syndicales, professionnelles, culturelles3. Ainsi, en tant qu’émigration forcée à caractère politique, l’exil est devenu pour ceux qui sont partis l’unique « choix » pour sauver leur vie face à la persécution qui les menaçait eux ou leur famille ou leurs amis. Dans d’autres cas, il a été la conséquence d’une politique d’expulsion menée par le gouvernement dictatorial envers les prisonniers politiques ou simplement une conséquence de la peur ou de l’impossibilité de réaliser des projets professionnels ou personnels dans un contexte de censure et de contrôle.

Les identités de l’exil

3Aujourd’hui, 30 ans après cette dictature, lorsque l’on s’interroge sur l’identité des exilés en tant que tels, on rencontre des éléments significatifs. Il s’agit de l’effort que la plupart des témoins font pour démontrer que l’exil n’a pas été un privilège, qu’il n’a pas été une situation agréable, mais bien tout le contraire : une expérience très dure, marquée par la souffrance et la douleur d’être loin, déraciné, dépourvu d’une vie et d’un projet personnel ou collectif. Par exemple :

« El problema es que nosotros llegamos a un lugar, sin haberlo elegido, sin ningún punto de referencia, sobre todo. Eso es lo más duro y lo más grave a parte de la lengua, ¿no es cierto? Veníamos totalmente desestructurados a todo nivel… psicológicamente, moralmente… físicamente… por todo lo vivido. La tortura… la… todo lo que sabíamos, la gente que había muerto… Totalmente en un abismo. El proyecto de vida. Todo. Todo lo que vos has construido lo construiste en función de un proyecto de vida. Y de un momento dado se te fue todo. Te encontraste en un abismo donde vas cayendo, así. No existe más nada. Ningún punto de referencia. Porque tu pareja, tu hijo… todo, todo ha sido construido en función de un proyecto Y te encontrás, además, agravado, en un lugar donde nada te pertenece, no tenés ningún punto de referencia, tu historia no está acá. Entonces tenés que reconstruirte totalmente. » (entretien avec R.H., 09/05/2003, Paris).

  • 4 La plupart de ces organisations ont été créées dès la fin des années 1960 dans un climat de violenc (...)
  • 5 Le modèle d’analyse des récits des victimes de situations traumatiques est toujours celui des trava (...)

4Une autre caractéristique courante dans le discours des exilés est qu’ils effacent consciemment toute référence à leurs activités politiques en Argentine avant leur départ. En particulier toute identité liée aux organisations politiques, surtout s’il agit des groupes révolutionnaires qui ont mené la lutte armée dès la fin des années 1960 et jusqu’au coup d’État en 19764. Il est assez commun, pour le chercheur, de rencontrer des personnes qui nient avoir eu un militantisme politique ou qui le cachent jusqu’à la fin de l’interview pour l’avouer une fois l’enregistrement terminé5.

5Pour eux, l’exil ne peut se comprendre qu’à partir de l’expérience de la souffrance et d’une certaine identité de victime innocente, qui n’a rien fait dans le passé. En effet, l’expérience d’exil présente un côté douloureux qu’on ne peut ni oublier ni cacher – et qu’en tant que chercheurs, nous ne pouvons sous-estimer. Il est évident que les émigrés politiques ont été victimes de la répression qui les a obligés à choisir l’exil ou les a expulsés hors du pays. Cependant, ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas de montrer cette souffrance ou d’analyser ses contenus mais de nous interroger sur les sources de cette représentation et sur la nécessité de justifier l’exil en le présentant comme une souffrance, un châtiment et, surtout, comme le contraire d’un privilège. Ainsi que l’exprime une ancienne exilée : « Nos robaron la vida, me robaron la vida, yo no elegí, me robaron los mejores años de mi vida. Y los culpables serán siempre ellos » (Entretien avec F. I., 12/3/2004, Bordeaux).

  • 6 Il s’agit des Montoneros, mais il n’y a pas de preuves de l’exécution de la sentence.
  • 7 Par exemple : « yo sentía como una traición de buscar trabajo, ameliorar [sic] mis condiciones mate (...)

6Dès que l’on cherche à comprendre l’origine des identités sociales on doit s’interroger sur l’histoire de certaines représentations, sur leur construction et leur circulation dans le temps et l’espace ; d’autant plus qu’une identité est un produit social qui trouve ses origines dans des processus idéologiques très complexes. Dans le cas de cette identité « victimisée » de l’exil et de l’exaltation de sa condition non-privilégiée, la source se trouve dans différents aspects de l’expérience politique des acteurs sociaux exilés, mais aussi dans les discours circulant dans leur société d’accueil et leur société d’expulsion. D’un côté, les organisations politiques argentines présentes pendant ces années ont condamné au silence tout acte ou désir de quitter le pays, en considérant le départ comme une « trahison », soit à la cause révolutionnaire, soit aux militants qui sont restés pour lutter. En fait, dans certains cas, elles ont même condamné à mort leurs partisans qui abandonnaient l’organisation pour sortir du pays6, d’où un important sentiment de culpabilité chez les exilés dont le départ était lié au militantisme politique7. C’est ainsi que le besoin de justifier le départ comme une nécessité vitale est toujours au cœur de leurs récits.

  • 8 Sur l’importance de cette construction de la victime et la souffrance dans l’espace médiatique à ce (...)

7D’autre part, et sans rapport avec cette image négative de l’exil produite par les organisations politiques argentines, les sociétés d’accueil de ces émigrés ont créé, elles aussi, des images et des clichés sur les nouveaux arrivants. Les sociétés européennes en général – et pour notre cas d’étude, la France – ont intégré « leurs » réfugiés latino-américains à leur vie politique et sociale en tant que victimes de violations des droits de l’homme et toutes les représentations de ceux-ci se sont bâties à partir de cette condition de victimes ayant souffert et résisté8. Dans le passage suivant, une femme, réfugiée en France, raconte sa perception du regard que portait la société française sur elle :

« Y después me empezó a resultar como pesado esa visión que podía tener la gente de uno exótico, entonces vos sos exiliado político, sos exótico, los franceses, cierta gente te ve eso, entonces como que tenés que jugar que sos exótico : si cantás es mejor, si te ponés un poncho es mejor… si no sabés nada de la cultura francesa… (…) esa parte exótica, más – también – esa parte de sufrimiento, que por supuesto que la tenés, pero no la mostrás. Yo sé que personalmente fui muy reactiva a esa visión de alguien que iba a decir : ‘contáme las cosas duras’, porque por un lado no la podés contar y segundo que no se las vas a contar porque sos exótico… » (Entretien avec S.J, 12/5/2004, Grenoble).

8Outre ces représentations françaises et ces idées nées au sein des organisations politiques argentines, un troisième chantier de recherche doit être exploré pour comprendre cette représentation de l’exil comme une souffrance. Il s’agit de l’imaginaire construit par les tortionnaires : les militaires argentins. Ainsi, le discours de la dictature qui cherchait une légitimation sociale à l’exercice de son pouvoir a modelé les représentations sociales circulant dans l’espace public argentin et, du même coup, l’image que les exilés ont eu et ont encore d’eux-mêmes aujourd’hui.

9L’étude de la presse pour le grand public, des discours militaires des années 1970 et 1980 – l’analyse de leurs constructions idéologiques, de leurs stratégies discursives et de leurs dispositifs d’énonciation – vont nous permettre de mettre en évidence la place que les émigrés politiques y occupaient à travers les différentes représentations négatives à propos de ceux qui étaient partis du pays.

Le discours du pouvoir militaire

10Rappelons certains éléments qui faisaient partie des idéologies militaires du terrorisme d’État latino-américain durant ces années. Dès le milieu des années 1960, la doctrine de la sécurité nationale (DSN) devient l’idéologie qui légitime les forces armées du continent. En Argentine en particulier, elle a été le résultat de l’influence de la théorie de la « contre-insurgence » des États-Unis et, surtout, de l’influence de la théorie de la guerre contre-révolutionnaire née au sein de l’armée française pendant la guerre d’Indochine et d’Algérie [Robin, 2004]. Le nouveau conflit mondial était une guerre différente, nouvelle, intégrale, avec des armes psychologiques et idéologiques beaucoup plus puissantes que les armes traditionnelles. Cette guerre proposait un nouvel ennemi placé à l’intérieur des frontières géographiques de chaque pays. Il y avait, en effet, non seulement des frontières physiques, mais aussi des frontières psychologiques qui séparaient la partie « non-malade » du pays de la partie « malade » contaminée par ce nouveau péril intérieur. Dorénavant, cette menace, cet ennemi, sera perçu comme un « autre négatif » devant être éliminé ; l’élimination étant alors considérée comme la seule manière de faire face au danger et de le vaincre. Parallèlement, toute l’argumentation de la menace subversive n’était qu’une justification destinée à légitimer l’intervention des forces armées dans la politique intérieure du pays, du milieu des années 1960 jusqu’au coup d’état de 1976. Selon cette conception, seule la puissance militaire pouvait faire face à ce pouvoir non-conventionnel, seule l’armée pouvait remettre de l’ordre dans un pays frappé par le « chaos » [Armony, 1999].

11Comme l’a montré la journaliste française Marie-Monique Robin, cette théorie de la guerre contre-révolutionnaire ou de la « lutte antisubversive » a été développée par les militaires français en Algérie et s’est répandue dans le monde occidental au cours des années 1950 et 1960. Formulée en pleine Guerre froide et pendant les processus de décolonisation, elle soulignait le « caractère permanent, universel et total [de cette nouvelle guerre moderne] et, en particulier, l’importance de l’action psychologique qui accompagne l’action des bandes armées – d’où la nécessité d’avoir les moyens “totaux” pour la combattre » [Robin, 2004, p. 44]. Cette conception insistait sur les liens intrinsèques qui unissaient les bandes armées subversives dans toutes les colonies françaises et sur leurs prolongations subversives dans la métropole. Pour l’armée française, un des éléments clés pour faire face à cet ennemi était la recherche d’informations, et la méthode pour les obtenir, la torture.

12Malgré les similitudes de cette théorie française avec la DSN des militaires argentins, il faut souligner la présence d’un élément essentiel. Pour les Français, l’ennemi intérieur était un ennemi colonial habitant des territoires d’outre-mer – c’est-à-dire, une menace intérieure avec ses prolongations, mais quelqu’un de différent, pas un « vrai » Français. Préjugés coloniaux et raciaux pouvaient justifier ce regard négatif sur un autre vu, en quelque sorte, comme quelqu’un de vraiment différent. Au contraire, dans le cas argentin, ce regard négatif a dû se construire à partir de références strictement politiques, sans l’aide de préjugés raciaux ou biologiques. En théorie, la violence s’exerçait donc sur un égal, ou sur quelqu’un qui était vu comme un égal juste avant le conflit. Cet élément est essentiel dans la réflexion sur le niveau de violence exercé contre les opposants politiques en Argentine.

Le discours militaire de la « campagne anti-argentine »

  • 9 Le boycott de la Coupe du Monde de Football a eu un énorme succès en France, avec la formation de p (...)
  • 10 Au cours de l’année 1978, plusieurs plaintes ont été portées devant les tribunaux internationaux à (...)
  • 11 À partir du document final produit pour la CIDH, cette visite a été d’une grande importance pour ét (...)

13Dès que les militaires sont arrivés au pouvoir, en mars 1976, ils ont commencé à dénoncer une campagne internationale contre l’Argentine orchestrée par les organisations humanitaires, certains gouvernements occidentaux et les exilés hors du pays. Mais si ce type de discours était fréquent dès le coup d’état, il monte en puissance au cours des années 1978 et 1979, autour de l’idée d’une « campagne anti-argentine », comme disaient les militaires et la presse. Cela s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord l’organisation de la Coupe du Monde de Football prévue en juin 1978 par l’Argentine. À l`étranger, l’événement sportif avait donné lieu à un fort mouvement international de boycott à cause de la dictature et de la répression dans le pays. Il faut souligner que l’épicentre de cette campagne était justement la France, d’où les accusations militaires contre ce pays9. Ensuite, un autre événement international en Argentine a donné lieu à un second boycott : le Congrès Mondial sur le Cancer réalisé en octobre 1978 à Buenos Aires. Cette fois, les médecins du monde entier – en particulier aux États-Unis et en France – ont organisé une forte campagne de dénonciation contre la situation du personnel de la santé emprisonné et disparu en Argentine, et ont réussi à faire un contre-congrès en France à la même date. À cela s’ajoute un élément encore plus important qui a beaucoup affaibli la dictature au cours de ces années : ce sont les dénonciations internationales des violations des droits de l’homme présentées devant les tribunaux internationaux comme l’ONU, à Genève ou l’OEA, à Washington. De même les pressions internationales au sujet des disparus de nationalité étrangère, et parmi eux, de deux religieuses françaises et de plusieurs ressortissants allemands et suédois, ont été assez importantes10. De plus, il ne faut pas oublier que la pression du gouvernement de James Carter aux États-Unis a joué un rôle-clé à travers l’action de son secrétariat des droits de l’homme et les réductions des crédits et aides financières à l’Argentine en 1978 et 1979. À cela s’est ajoutée la visite d’inspection de la Commission Internationale des Droits de l’Homme de l’Organisation des États Américains (CIDH), annoncée pour 1978 et réalisée en octobre 1979. Cette visite a porté atteinte au gouvernement militaire et l’a obligé à modifier certaines mesures répressives et, en particulier, les conditions de détention des prisonniers politiques dans tout le pays [Guest, 1990]11.

Affiche allemande appelant au boycott de la Coupe du Monde 1978

Affiche allemande appelant au boycott de la Coupe du Monde 1978

D. R.

  • 12 Par exemple : France Soir, 18/07/1978 ; L’Express, 18-23/12/1981. Il s’agissait de l’agence Burson- (...)

14Ce contexte international adverse augmenta progressivement entre 1977 et 1979, l’inquiétude des militaires, ce qu’ils appelaient « l’image du pays à l’étranger ». Le régime a alors engagé une agence de publicité internationale aux États-Unis pour améliorer cette image. Parurent alors des dizaines de pages de publicités dans la presse des pays occidentaux (en France, on peut les retrouver dans les éditions de France Soir ou de L’Express de l’époque)12.

La place de l’exil dans le discours militaire

15L’étude des références du régime militaire sur ceux qui sont partis nous permet de montrer l’existence de deux constructions discursives différentes. Un premier volet est l’utilisation assez fréquente de l’appellation de « faux Argentins à l’extérieur » désignant tous ceux qui sont considérés comme les responsables de cette fausse image du pays. Par exemple, la Coupe du Monde est un défi :

  • 13 Brigadier Cacciatore (maire de la ville de Buenos Aires), La Nación, 29/06/1978, p. 16.

« …para poder presentar al mundo la imagen auténtica de nuestra patria y no la que suministraban – y suministran – los mal llamados argentinos que no pueden ser compatriotas, al cubrir con oscuros telones la cabal fisonomía argentina. »13

16Ainsi, dans ce type de discours, les acteurs de cette campagne – les sujets politiques – ne sont jamais nommés, ils n’ont pas d’identité définie, mais sont seulement désignés comme « faux Argentins », ce qui revient à leur nier l’identité positive d’Argentins. L’idée qui sous-tend ces discours est l’existence d’un combat entre la vérité et le mensonge et l’essentiel du dispositif rhétorique est l’association faite entre la vérité et les vrais Argentins, d’un côté, et le mensonge et les faux Argentins, de l’autre. Un deuxième exemple fait apparaître la même stratégie invoquant le sentiment nationaliste :

  • 14 Président J. R. Videla, Clarín, 03/07/1978, p. 3.

« Tal vez lo más notable de esta apoteosis popular [le triomphe argentin dans la Coupe du monde] es que ella tuvo un marco externo de hostilidad y escepticismo. En el exterior hubo quienes procuraron perjudicarnos […] hasta una mezquina campaña orientada a vejar la dignidad moral del país y a negar su capacidad de garantizar condiciones mínimas de organización y seguridad […]… Esta es nuestra respuesta patriótica a la campaña sufrida por la Republica Argentina en el exterior. »14

17Les discours sont ainsi axés sur l’omission des sujets politiques réels. Les exilés, les émigrés n’existent pas en tant que tels. La seule idée est que le mensonge trouve ses sources à l’étranger et que ceux qui le soutiennent ne sont pas de vrais Argentins. Ils sont donc hors du « corps social » national. Ce type de discours s’organise à partir d’une antinomie classique : la patrie menacée incarnant le Bien et la Morale – avec des majuscules – contre un « autre » menaçant que sont les agents du monde extérieur. Ainsi, toute la situation est présentée comme un conflit patriotique dont le but est de justifier et de légitimer encore une fois le pouvoir militaire mis en place pour défendre cette patrie menacée. Tout cela est bien clair dans ce troisième exemple :

  • 15 Président J. R. Videla, La Nación, 18/07/1978, p. 24.

« El ejército… como brazo armado de la Nación [debe] preservar la integridad de su territorio y el ejercicio pleno de su soberanía pese a los intentos de quienes desde adentro pretenden desmembrarnos o quienes desde afuera pretenden cercarnos. »15

18Néanmoins, ce dispositif n’est pas le seul à être utilisé dans le discours militaire. Il y a une autre façon de faire référence aux protagonistes responsables de cette campagne à l’étranger. Elle est beaucoup plus directe : dans ce cas, les émigrés sont dénoncés comme des « terroristes » et des « subversifs » ayant fui le pays et s’étant réfugiés ailleurs :

  • 16 Chancelier Walter Allara, La Nación, 18/09/1978, p. 5.

« La Argentina, es bien sabido, afronta hoy una denodada campaña instrumentada desde el exterior que intenta sumirnos en el desprestigio y en el aislamiento. El centro de dicha campaña, o mejor dicho, su motivo aparente es el de los derechos humanos. […] … cuando el gobierno fijó como objetivos prioritarios de su accionar el restablecimiento de la paz y la seguridad internas y la erradicación definitiva de la violencia terrorista destruyó, al mismo tiempo, toda esperanza de participación en el poder político que las organizaciones subversivas pudieran haber alimentado en el pasado. Esta circunstancia [las] impulsó a concentrar sus esfuerzos en el frente exterior de la República y a orquestar allí una campaña en la cual, por lo demás, han logrado la participación consciente o inconsciente de la prensa internacional, de algunos gobiernos occidentales temerosos del enfrentamiento con grupos terroristas y de organizaciones no gubernamentales de carácter consultivo supuestamente presididas por fines humanitarios. »16

  • 17 Si l’exil argentin a été peu étudié, on compte toutefois quelques travaux importants : Bernetti y G (...)

19Selon cette logique, tous ceux qui sont à l’extérieur sont condamnés comme terroristes et toute personne liée aux droits de l’homme, ainsi que tous les réfugiés politiques, reste associée à la subversion et au terrorisme. De plus, pour donner tout son sens à ce discours, il ne faut pas oublier que les droits de l’homme et la reconnaissance du statut de réfugié ont été les revendications permanentes des exilés argentins à l’étranger et leur principale ligne d’action publique. Dans tous les pays d’accueil, les émigrants argentins ont mené à bien des campagnes sur les droits de l’homme très importantes avec l’aide des organisations humanitaires comme Amnesty, et aussi avec le soutien de gouvernements et d’organisations politiques et syndicales de chaque pays. En outre, au Mexique et en Espagne, où le droit d’asile n’était pas bien réglementé, ils se sont beaucoup battus pour obtenir certaines conditions légales de résidence en tant que réfugiés17.

20Il est intéressant de souligner que, dans ce deuxième cas de figure, à l’inverse du premier exemple, ceux qui sont partis sont nommés, ils ont une identité très claire : ils sont, en effet, des « subversifs dangereux ». Mais cette nouvelle étiquette est accompagnée d’une autre idée essentielle : les émigrés politiques sont des personnes qui ont fui à l`étranger pour se cacher dans des « refuges dorés ». Ils sont, en conséquence, de « bons vivants » qui abandonnent l’Argentine et les Argentins pour profiter de beaux séjours à l’étranger. Par exemple,

  • 18 Mario B. Menéndez, directeur de l’École militaire Sargento Cabral, 17/06/1978.

« Resulta así evidente… la falacia de la prédica y propaganda desarrollada en el exterior por los máximos delincuentes terroristas marxistas-leninistas que desde sus cómodos y lujosos refugios exteriores aprovechan la complacencia o complicidad de muchos para instrumentar una campaña que tiende, con un relativo éxito, a lograr nuestro desprestigio y eventual aislamiento. »18

On remarque que, dans ce discours, les exilés ou réfugiés sont vus comme des subversifs qui ne sont jamais seuls : ils se présentent toujours entourés de gouvernements socio-démocrates, d’organisations des droits de l’homme et de la presse internationale. En effet, il s’agit de donner l’image d’un vrai réseau subversif, entièrement conçu selon la doctrine de la sécurité nationale. Ainsi, les organisations politiques argentines réorganisées à l’extérieur, au sein desquelles une bonne partie des exilés argentins ont mené leurs activités militantes, sont considérées comme des « BDSM » (« bandes de délinquants subversifs marxistes ») et la « campagne anti-argentine » est présentée comme une partie de cette nouvelle « guerre intégrale ». Selon cette logique, les exilés font partie de cette guerre et de cette conspiration internationale à travers l’action psychologique et la propagande, qui seraient leur principale ligne d’action à l’étranger. Tout cela est très évident dans le passage suivant, où le régime militaire explique comment fonctionnent les organisations terroristes et leurs instruments de combat :

  • 19 Clarín, 21/04/77, p. 5.

« Empleo de AS [acción sicológica] a nivel internacional
Con la finalidad de propagandizarse, desprestigiar al gobierno y obtener solidaridad de ‘agencias difusoras’ de su AS en Europa y América, [las bdsm] han creado :
1) Organizaciones aparentemente desvinculadas de la subversión, pero que actúan según sus fines. Por ejemplo, la Comisión Argentina por los Derechos Humanos (CADHU), propiciada por las bdsm cuya finalidad real es la de buscar la protección de las personas vinculadas a la subversión bajo el eufemismo de la ‘defensa de los derechos humanos’.
2) Organizaciones que expresamente efectúan la AS en el exterior : por ejemplo, la Agencia de Prensa Americana-Latina que edita una publicación titulada ‘Denuncia’ ; el Movimiento Antiimperialista y por Socialismo en la Argentina (MASA) ; el Centro Argentino de Información y Solidaridad (CAIS) formado sobre la base del acuerdo entre la bdsm ERP y Montoneros. […] »19

  • 20 Ces organisations avaient été interdites par le gouvernement constitutionnel avant même le coup d’é (...)

21Signalons que tous les groupes mentionnés dans ce passage sont de nouvelles organisations créées par les exilés en France, en Espagne et au Mexique, c’est-à-dire qu’elles n’existaient pas avant la répression et le départ massif du pays. Mais à travers ce discours, la lutte contre ces nouvelles organisations est considérée comme une partie de la guerre intégrale et antisubversive des militaires. Dans cette version, la chaîne logique établie est ce qu’il y a de plus marquant : d’abord, la défaite de la subversion argentine a produit sa fuite à l’étranger. Une fois ailleurs, aidée par les réseaux subversifs internationaux, cette subversion a déclenché ensuite la campagne d’action psychologique contre le pays à partir du thème des droits de l’homme. L’objectif de cette argumentation est d’instaurer l’idée que toute dénonciation humanitaire est subversive et que tout Argentin à l’extérieur est un terroriste lié aux Montoneros ou à l’ERP – les deux principales organisations révolutionnaires argentines. En effet, à propos de celles-ci et avant même le coup d’état, les militaires avaient déjà établi leur condition d’ennemis et le besoin de les éliminer ; il suffisait donc de les mentionner pour condamner tous ceux qui étaient à leurs côtés20.

22Cette analyse nous amène à une première conclusion : il existait deux types de discours militaire sur l’exil et les exilés. Un premier, où les sujets politiques sont effacés en faveur de la confrontation de deux camps représentant des principes essentialistes : d’un côté l’Argentine, la vérité, nous… et de l’autre côté, l’étranger, le faux, le mensonge, l’autre. Ainsi, les deux camps sont symbolisés par l’intérieur et l’extérieur et le conflit est réduit à l’opposition de ceux qui sont dedans et de ceux qui sont dehors. Un second type de discours dans lequel les acteurs politiques prennent corps, celui qui met en scène la subversion qui a été vaincue dans le pays mais qui continue sa lutte à l´étranger par tous les moyens possibles, alors même qu’elle profite d’une vie privilégiée. D’après cette version, les militaires sont les vainqueurs et ceux qui sont à l’étranger sont les ennemis vaincus, mais toujours actifs et « en vacances ». Dans les deux versions, les exilés représentent cet extérieur menaçant parce qu’ils habitent à l’étranger au sens géographique, et parce qu’ils sont des vaincus placés hors du corps social argentin au sens idéologique.

Conclusion

23Il n’y a pas de réelle nouveauté dans ces stratégies et dispositifs discursifs militaires. Dans le langage autoritaire, l’ennemi a toujours été pensé et conçu comme un autre, une menace à éliminer. De plus, il convient de rappeler qu’en Argentine la même logique a été soutenue par le péronisme, qui en traversant toute la deuxième partie du xxe siècle, opposait une même conception du « nous », les péronistes, les Argentins, opposés à « eux », les non-péronistes, les non-Argentins, toujours définis par catégories morales comme la vérité, le mensonge, le bien, le mal. Comme l’ont démontré Silvia Sigal et Eliseo Verón, deux spécialistes de l’analyse du discours politique, ces identifications trouvent leurs origines hors du champ de la politique et ont pour effet de vider celui-ci du sens politique même. Dans un régime démocratique, la disqualification de l’autre se fait par la disqualification du contenu de la véracité de son discours, mais dans un régime politique autoritaire et répressif, la négation de la parole signifie aussi la volonté de l’élimination physique de l’autre [Sigal y Verón, 1982, p. 151-205].

24Il est intéressant de noter qu’à partir de 1977, les militaires ont déclaré que la subversion avait été éliminée et que le combat contre le terrorisme en Argentine avait été un succès. Ce ne sont pas des mots sans fondements, puisqu’en 1978 la répression commençait à être moindre et les trois années les plus violentes s’achevaient. Mais une fois la subversion vaincue et le combat contre le terrorisme terminé, comment justifier la continuité de la dictature militaire ? C’est à ce moment précis que le discours officiel commence à montrer ce déplacement d’une prétendue menace placée à l’intérieur des frontières du pays vers l’extérieur. Les exilés deviennent alors les ennemis idéaux : ils sont hors du territoire et hors du « corps social » à la fois.

25De plus, d’après la logique militaire, le complot subversif est plus grand à ce moment-là, parce que c’est l’extérieur tout entier qui s’oppose à l’intérieur. Les effets idéologiques de cette opération discursive fonctionnent dans plusieurs directions : d’une part, le rôle des militaires est à nouveau justifié ; ils sont, encore une fois, légitimés en tant que sauveurs de la patrie et leur mission continue. L’Argentine a toujours besoin d’eux. D’autre part, les exilés sont définitivement stigmatisés comme des ennemis et réintroduits dans la logique de la guerre contre-révolutionnaire.

  • 21 Il n’y a presque aucune recherche spécifique faite sur le sujet, sauf quelques pistes suggérées dan (...)

26Mais cela ne s’arrête pas au discours, en effet les exilés ont été « niés » de façon plus concrète : la répression a voulu s’étendre hors des frontières argentines jusqu’aux pays limitrophes et même en Europe et en France. C’est le cas du Plan Condor qui était un accord militaire passé entre les autorités de l’Argentine, du Brésil, de la Bolivie, du Chili, du Paraguay et de l’Uruguay, pour poursuivre de manière coordonnée les exilés dans toute la région, et même ailleurs. C’est aussi le cas du projet du Centre Pilote monté par l’Armée argentine en 1978 dans son Ambassade à Paris, afin de contrôler les organisations des Argentins exilés en France21. Ainsi, discours et pratiques du pouvoir militaire se complétaient de manière à mener à bien la logique du DSN.

27Ajoutons que nous ne sommes pas face à un discours militaire isolé, sans effets sur la société argentine. Reproduits et mis en circulation par les médias nationaux les plus importants et en particulier par la presse écrite et la télévision, ces discours ont permis de justifier le coup d’état qu’une bonne partie de la société argentine a soutenu. De plus, la référence au discours péroniste – et nous aurions pu prendre d’autres exemples de différentes orientations dans la tradition politique argentine – met en évidence que si le discours des militaires a pu fonctionner et a pu être accepté par la société c’est parce qu’il y avait des cadres idéologiques et discursifs préalables dans lesquelles le nouveau discours pouvait s’insérer et trouver son sens. Tous ces antécédents ont aidé et permis la circulation et acceptation du discours du terrorisme d’État.

  • 22 Depuis la fin de la dictature et durant la première période post-autoritaire, une certaine explicat (...)

28Si nous revenons sur notre problème de départ, les éléments étudiés apportent une nouvelle lumière sur la nécessité de légitimation présente dans les discours des acteurs exilés. Premièrement, le silence autour de leurs activités, appartenances et identités politiques, que l’on avait signalé au début, est, dans une certaine mesure, le résultat de l’image d’individus subversifs et terroristes que le discours militaire avait construit sur eux. Ainsi, même aujourd’hui, en cachant leurs activités politiques, ils essaient de montrer une image « propre » et de prendre leurs distances face à celle de la subversion liée à l’activité politique, une activité que la société argentine tout entière a condamnée comme la responsable du « chaos » des années 197022. Deuxièmement, ce besoin de montrer la souffrance et la douleur de l’exil et de leur condition de victimes en tant qu’exilés cherche aussi à s’éloigner de toute représentation visant à montrer les émigrés comme des privilégiés qui profitent de vacances dorées à l’étranger. Il s’agit, au contraire, de se montrer comme des gens qui ont souffert et ont vécu une expérience non voulue et douloureuse.

29Dans le cas des pouvoirs autoritaires des années 1970 en Amérique latine, l’analyse de leurs discours et de leurs pratiques peut contribuer à donner une nouvelle dimension aux effets pervers de ces pouvoirs et à leurs persistances dans les imaginaires sociaux des sociétés considérées, aujourd’hui, comme démocratiques et qui, pourtant, sont loin d’avoir tourné la page.

Haut de page

Bibliographie

Angenot Marc, « Pour une théorie du discours social », Méditations du Social, n° 70, mai, Paris, Larousse, 1988.

Armony Ariel, La Argentina, los Estados Unidos y la cruzada anticomunista en América Central, Buenos Aires, Universidad Nacional de Quilmes, 1999.

Bernetti Jorge, Giardinelli Mempho, México. El exilio que hemos vivido, Buenos Aires, Universidad de Quilmes, 2003.

Boltanski, Luc, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié, 1993.

Calveiro Pilar, Poder y concentración, Buenos Aires, Colihue, 1998.

Dingues John, Les années Condor, Paris, La Découverte, 2005.

Franco Marina, « Testimoniar e informar : exiliados argentinos en Paris (1976-1983) », Cahiers ALHIM (Amérique Latine : Histoire des migrations), n° 8, janvier 2004, Université Paris 8, p. 37-64.

Franco Marina, « Derechos humanos, política y fútbol », Entrepasados, Año XIV, n° 28, 2005, Buenos Aires, 2005, p. 27-46.

Franco Marina, Les émigrés politiques argentins en France. Expériences et trajectoires. (1973-1983), Thèse de doctorat, Université de Paris VII et Université de Buenos Aires, 1 010 p., 2006.

Gillespie Richard, Soldados de Perón. Los montoneros, Buenos Aires, Grijalbo, 1987

Guest Iain, Behind the disappearances, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1990.

Jelin Elizabeth, « Los derechos humano entre el Estado y la sociedad », in Suriano, Juan (dir), Nueva Historia argentina, Dictadura y democracia, 1976-2001, Buenos Aires, Sudamericana, 2005, p. 507-557.

Jensen Silvina, La huida del horror no fue olvido: el exilio político argentino en Cataluña (1976-1983), Barcelona, M. J. Bosch-Cosofam, 1998.

Robin Marie-Monique, Escadrons de la mort. L’école française, Paris, La Découverte, 2004.

Negroni M. M., Zoppi Fontana M. G., Análisis lingüístico y discurso político. El poder de enunciar, Buenos Aires, CEAL, 1997.

O’donnell Guillermo, « Democracia en la Argentina: micro y macro », in Oszlak, Oscar (comp.), « Proceso », crisis y transición democrática/1, Buenos Aires, CEAL, 1987.

Pollak Michel, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié, 1990.

Pozzi Pablo, Por las sendas argentinas. El PRT ERP la guerrilla marxista, Buenos Aires, Eudeba, 2001.

Rolland Denis, Touzalin Marie-Hélène, « Un miroir déformant ? Les Latinoaméricains à Paris depuis 1945 », in Antoine Marès y Pierre Milza, Le Paris des étrangers depuis 1945, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 263-291.

Sigal Silvia, Verón Eliseo, « Perón: discurso político e ideología », in Alain Rouquié (dir.), Argentina, hoy, México, Siglo xxi, 1982.

Vezzetti Hugo, Pasado y presente. Guerra, dictadura y sociedad en Argentina, Buenos Aires, Siglo xxi, 2002.

Yankelevich Pablo, Represión y destierro. Itinerarios del exilio argentino, Buenos Aires, Ed. al Margen, 2004.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse des « camps de concentration-extermination » en tant que technologie répressive voir Calveiro, 1998.

2 Le politologue Guillermo O’Donnell se réfère à un phénomène d’imposition de la peur, mais il est également nécessaire de « reconnaître que s’il y a eu un gouvernement brutal et despotique, durant ces années, la société elle-même a été plus autoritaire et plus répressive que jamais » [1987, p. 17].

3 Le départ en exil a commencé en 1973, à partir des premières formes de répression dirigées par l’organisation d’extrême-droite Triple A (Alliance Anticommuniste Argentine), liée à un secteur du gouvernement constitutionnel encore au pouvoir. Cette première vague devient un exil massif à partir de 1976. Il n’y a pas de chiffres exacts pour mesurer son importance quantitative, mais les chercheurs estiment à 300 000, les personnes sorties pour des raisons politiques entre 1973 et 1983.

4 La plupart de ces organisations ont été créées dès la fin des années 1960 dans un climat de violence et d’insurrection politique comme riposte à l’autoritarisme militaire et à l’avortement des projets politiques « populaires ». Elles s’inscrivaient aussi dans la vague de mouvements révolutionnaires de gauche en Amérique latine. Elles ont développé une lutte armée sur le modèle du foquisme jusqu’au moment de leur anéantissement complet, à cause de la répression. Les groupes les plus importants étaient les Montoneros et le PRT-ERP (Parti des Travailleurs du Peuple-Armée révolutionnaire du peuple), mais il y avait aussi plusieurs mouvements d’origine trotskiste et maoïste (dont certains refusaient la voie armée). Issue du péronisme, les Montoneros étaient un ensemble très complexe de différentes lignes politiques du catholicisme et de la gauche péroniste. L’ERP était le bras armé du PRT, un parti marxiste d’orientation guévariste. Voir à ce propos Gillespie [1987] ; Pozzi [2001].

5 Le modèle d’analyse des récits des victimes de situations traumatiques est toujours celui des travaux sur la Shoá ; cf. notamment Pollak [1990].

6 Il s’agit des Montoneros, mais il n’y a pas de preuves de l’exécution de la sentence.

7 Par exemple : « yo sentía como una traición de buscar trabajo, ameliorar [sic] mis condiciones materiales, me decía que mis compañeros estaban presos, desaparecidos y que vivían muy mal en Argentina… Hay dificultades reales en Francia, pero los exiliados argentinos al darle la espalda a Francia y mirar hacia la Argentina no buscaban la integración y yo creo que toda tentativa de integración de la gente lo veían como una traición al objetivo principal de la vida que era la revolución en la Argentina. » (entretien avec O. U., 23/04/2003, Paris.)

8 Sur l’importance de cette construction de la victime et la souffrance dans l’espace médiatique à cette époque et dans les années suivantes, voir Boltanski [1993]. Sur certaines représentations des Latino-américains en France, voir Rolland et Touzalin [1994].

9 Le boycott de la Coupe du Monde de Football a eu un énorme succès en France, avec la formation de plus de 200 comités au cours de l’année 1978. L’ampleur de ce mouvement a eu une grande répercussion dans la presse argentine et dans la société en général, entraînant un fort sentiment nationaliste [Franco, 2005].

10 Au cours de l’année 1978, plusieurs plaintes ont été portées devant les tribunaux internationaux à partir des missions d’Amnesty, des témoignages et de la documentation recueillie par les exilés [Guest, 1990 ; Novaro et Palermo, 2004].

11 À partir du document final produit pour la CIDH, cette visite a été d’une grande importance pour établir un consensus international sur la gravité de la situation, mais aussi pour activer le mouvement des Droits de l’Homme en Argentine [Jelin, 2005].

12 Par exemple : France Soir, 18/07/1978 ; L’Express, 18-23/12/1981. Il s’agissait de l’agence Burson- Martseller qui soulignait que l’Argentine devait améliorer son image à partir d’expositions et de campagnes de publicité dans tous les médias internationaux et promouvoir les visites de journalistes étrangers [Guest, 1990, p. 69].

13 Brigadier Cacciatore (maire de la ville de Buenos Aires), La Nación, 29/06/1978, p. 16.

14 Président J. R. Videla, Clarín, 03/07/1978, p. 3.

15 Président J. R. Videla, La Nación, 18/07/1978, p. 24.

16 Chancelier Walter Allara, La Nación, 18/09/1978, p. 5.

17 Si l’exil argentin a été peu étudié, on compte toutefois quelques travaux importants : Bernetti y Giardinelli [2003] et Jensen [1998] ; sur les différents pays d’accueil, Yankelevich [2004] ; concernant la dénonciation de violations des Droits de l’homme en tant qu’action principale des exilés argentins en France, Franco [2004].

18 Mario B. Menéndez, directeur de l’École militaire Sargento Cabral, 17/06/1978.

19 Clarín, 21/04/77, p. 5.

20 Ces organisations avaient été interdites par le gouvernement constitutionnel avant même le coup d’état. En 1975, une opération militaire appelée « Operativo Independencia », dans la province argentine de Tucumán, avait déjà pratiquement détruit la plupart de forces de l’ERP. Montoneros a perdu la plupart de ses hommes entre 1976 et 1977. Ces deux principales organisations armées ne réunissaient pas plus de 1 300 membres armés (en prenant les chiffres les plus élevés), si bien que les chercheurs considèrent qu’il n’y a jamais eu une menace réelle de prise de pouvoir par ces groupes [Vezzetti, 2002].

21 Il n’y a presque aucune recherche spécifique faite sur le sujet, sauf quelques pistes suggérées dans Guest [1990], ainsi que dans quelques témoignages (CADHU, Testimonio de los sobrevivientes del genocidio en Argentina, Paris, 1979).

22 Depuis la fin de la dictature et durant la première période post-autoritaire, une certaine explication du passé dominait l’espace public en Argentine. La soi-disant « théorie des deux démons » donnait une vision simple de la période précédente : c’était la violence de droite (les militaires) et de gauche (« la guérilla »), les deux responsables de ce qui était arrivé au pays. Cette hypothèse avait l’énorme avantage d’ôter toute responsabilité à la société civile à propos de l’accord actif ou passif donné à l’autoritarisme. [Vezzetti, 2002].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Affiche allemande appelant au boycott de la Coupe du Monde 1978
Crédits D. R.
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2463/img-1.png
Fichier image/png, 551k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Franco, « Exil et terrorisme d’État en Argentine », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 175-189.

Référence électronique

Marina Franco, « Exil et terrorisme d’État en Argentine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/2463 ; DOI : 10.4000/cal.2463

Haut de page

Auteur

Marina Franco

Marina Franco travaille à l’Universidad Nacional de San Martín (Argentine).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org