Navigation – Plan du site
Lectures

Vanni Pettinà, Cuba y Estados Unidos, 1933-1959. Del compromiso nacionalista al conflicto

Madrid, Los libros de la catarata, 2011
Alexandre L.  Moreli Rocha
p. 160-163
Référence(s) :
Vanni Pettinà, Cuba y Estados Unidos, 1933-1959. Del compromiso nacionalista al conflicto, Madrid, Los libros de la catarata, 2011, 279 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba, États-Unis
Haut de page

Texte intégral

1En lançant le défi de revenir à l’analyse d’un des sujets politiques les plus emblématiques et les plus étudiés de la Guerre froide en Amérique latine, Vanni Pettinà présente une approche inédite sur le conflit Est-Ouest en se concentrant sur le changement de perception et sur les stratégies de Washington à l’égard de Cuba au milieu du xxe siècle. Au cœur de cette démarche étudiant l’évolution des rapports de force politiques états-uniens concernant ce pays caribéen depuis le renversement du gouvernement en 1933 jusqu’à l’entrée de Guevara et des frères Castro à La Havane en janvier 1959, l’auteur interroge la notion d’autonomie d’action des décideurs, placée tantôt face à la structure économico-politique de leur pays, tantôt face à une perspective mondiale des relations internationales.

2Synthétisant de nombreux travaux sur le sujet, mettant en avant les approches historiques qu’il souhaite dépasser tout en s’appuyant sur des sources aussi abondantes que variées (archives de la bibliothèque Roosevelt, de la bibliothèque Eisenhower, de Fulgencio Batista à l’université de Miami, de l’US State Department, du British Foreign Office, du Komintern, de la CIA ouvertes à travers le Freedom of Information Act, de la presse, archives orales, sans oublier l’intéressant point de vue offert par les archives espagnoles), l’auteur souligne la diversité et les carrefours d’enjeux concernant Cuba : la réelle densité des rapports entre nationalisme et communisme, entre diversification de l’économie nationale et commerce mondial de sucre, entre développement et investissement étranger,entre ce qu’il appelle l’« emploamania » de la classe moyenne cubaine (p. 73) et la faiblesse de l’État, entre autres. Partant de ces débats qu’il place en toile de fond, la grande contribution de Pettinà réside dans un questionnement sur l’inévitabilité de la confrontation entre Fidel Castro et Washington. Au travers de la révision d’une grande partie de l’historiographie sur ce thème et la mise à l’écart des deux principales grilles de lectures existantes – celle considérant l’existence d’un combat hégémonique des États-Unis à Cuba et celle qui prône un aveuglement des Américains vis-à-vis de la véritable nature des propos de Castro –, l’auteur cherche à rendre plus visible la complexité du contexte global dans lequel s’opère l’évolution de la politique américaine envers son voisin jusqu’à l’insurrection de la Sierra Maestra. Une telle lecture ne pouvait pas voir le jour sans que l’historien ne prenne en compte le cadre chronologique sur le long terme afin de mieux appréhender la richesse et les transformations des relations des États-Unis avec les différents courants idéologiques à l’intérieur même de Cuba pendant les années 1930, 1940 et 1950.

3Tout d’abord, Pettinà avance que les difficultés finalement affrontées par la politique américaine face aux faiblesses du régime de Batista à la fin des années 1950 et à l’insurrection de Castro s’expliquent non pas par un prétendu caractère marxiste d’une opposition en pleine progression – une lecture qui, d’ailleurs, était loin d’être la vision dominante à Washington avant 1959 –, mais par le manque de moyens pour contribuer à la modération des mouvements nationalistes à la manière de ce qu’avait fait l’administration Roosevelt avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Si, durant les années 1930 et 1940, les États-Unis avaient fonctionné comme un agent « stabilisateur » de la vie cubaine – la mission de Sumner Welles de 1933 à La Havane étant un exemple parmi tant d’autres (p. 37) –, « après la Seconde Guerre Mondiale, le manque de ressources et d’attention envers Cuba transformèrent Washington en un agent déstabilisateur » (p. 18).

4Néanmoins, l’analyse de Pettinà ne vise pas uniquement à constater l’état de la puissance américaine et de la considérer comme la clé de toute son analyse – il mentionne notamment la réaction américaine face à la révolution bolivienne de 1952 pour relativiser cet argument (p. 182). En réalité, son étude montre également que les problèmes rencontrés par les États-Unis dans leurs relations avec les mouvements nationalistes et indépendantistes sur d’autres continents eurent un impact sur leur approche vis-à-vis de l’Amérique latine. Comme l’auteur lui-même le rappelle, il s’agit en fin de compte d’un ouvrage sur les perceptions des décideurs américains (p. 195). C’est pourquoi les sources examinées montrent que la CIA tout autant que la Maison blanche considéraient la région comme faisant partie d’une périphérie globale formée aussi par une Europe, une Afrique et une Asie menacées, quoiqu’à des degrés différents, par le rival soviétique. Ainsi, les dysfonctionnements de la puissance des États-Unis et leurs perceptions d’une Guerre froide globale furent toujours des données convergentes permettant de relire l’action internationale de Washington. Pettinà démontre que ce sont ces deux éléments qui, ensemble, provoquèrent seulement une réaction retardée et hésitante – voire défaillante – de la part des États-Unis.

  • 1 Matthew Connelly, A Diplomatic Revolution. Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the (...)
  • 2 Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik-Westpolitik, 19651973, Londr (...)

5À partir de ce schéma d’interprétation, l’ouvrage répond à deux interrogations plus générales concernant, tout d’abord, la politique étrangère des États-Unis et, ensuite, la périodisation de la Guerre froide comme clé pour comprendre l’histoire des relations internationales dans l’après-guerre. En effet, comme le rappela l’historien Matthew Connelly, « ce que certains historiens de l’histoire diplomatique des États-Unis prennent comme axiomatique – la puissance exceptionnelle de l’Amérique – commence à paraître de plus en plus une hypothèse que, d’ailleurs, leur méthodologie est incapable de tester ». Les historiens sont seulement habilités à savoir ce qu’est vraiment la puissance, conclut M. Connelly, quand ils cherchent à savoir « ce que la puissance réalise dans des cas particuliers »61. L’affaire cubaine, ainsi que le démontre Pettinà, répond finalement beaucoup à ces interrogations. En outre, en cherchant davantage de précisions sur les raisons de cette impuissance américaine face aux événements à Cuba dans les années 1950, Pettinà rejoint un autre courant historiographique qui invite les chercheurs à considérer en parallèle les différents phénomènes globaux et régionaux survenus pendant les temps qualifiés de « Guerre froide ». En affirmant que le début du conflit Est-Ouest « dévia l’attention américaine [de Cuba] vers de nouveaux horizons dessinés par le conflit bipolaire » (p. 69, mais aussi p. 82, 90 et 141), l’auteur s’aligne finalement sur les travaux dirigés par Piers Ludlow concernant le parallélisme et l’influence de la Guerre froide sur la construction européenne2 afin de montrer l’effacement de Washington sur les Amériques alors qu’ailleurs son action se renforçait.

6L’insurrection de Castro, conclut l’auteur, était loin de représenter le sommet d’une lutte des classes à Cuba. L’intérêt pour Washington de la combattre, quoique piètrement en raison des contradictions au sein de sa propre administration et de la désintégration du Pacte de Miami (p. 224-235), fût le danger du rapprochement stratégique – et non idéologique – avec Moscou (p. 168). En effet, pour Pettinà, « la démilitarisation de la politique étrangère soviétique et sa possible connexion avec le phénomène de la décolonisation activèrent immédiatement un état d’alarme et de préoccupation au sein de l’élite politique américaine » (p. 172). En même temps, la dispersion américaine face aux nouvelles dynamiques économiques que le gouvernement Batista essayait de soutenir (p. 106-112) donna davantage d’armes à une contestation progressive du régime (p. 134-135) et à la désarticulation des élections de 1958 (p. 156-157, 216, 225 et 243) dans un mouvement qui aboutirait à la radicalisation de la Révolution à partir de 1959.

Haut de page

Notes

1 Matthew Connelly, A Diplomatic Revolution. Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era, New York, Oxford UP, 2002, p. 8.

2 Piers Ludlow (dir.), European Integration and the Cold War. Ostpolitik-Westpolitik, 19651973, Londres, Routledge, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre L.  Moreli Rocha, « Vanni Pettinà, Cuba y Estados Unidos, 1933-1959. Del compromiso nacionalista al conflicto », Cahiers des Amériques latines, 70 | 2012, 160-163.

Référence électronique

Alexandre L.  Moreli Rocha, « Vanni Pettinà, Cuba y Estados Unidos, 1933-1959. Del compromiso nacionalista al conflicto », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2415

Haut de page

Auteur

Alexandre L.  Moreli Rocha

(Fundação Getúlio Vargas/CPDOC, Rio de Janeiro)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org