Navigation – Plan du site
Études

La reconstruction du Mexique au xxie siècle et les voies du changement en Amérique latine

Sergio Zermeño
p. 107-128

Résumés

Cet article analyse, en perspective comparée (surtout avec le Brésil), les causes qui expliquent le manque de continuité, l’émergence rapide et la disparition subite qui ont caractérisé les luttes sociales et leurs organisations au Mexique ces vingt dernières années. Il cherche également à savoir s’il sera possible de construire une nouvelle culture en harmonie avec une consommation et une relation avec la nature équilibrées, à partir du niveau local et régional, dans le cadre du capitalisme mondialisé, ou s’il faut penser cette culture comme une entreprise anticapitaliste, bien que sans violence ni précipitation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte initialement paru sous le titre « La reconstrucción de México en el siglo XXI y las vías del cambio en América Latina » in Revista mexicana de sociologia, vol. 74, n° 3, México, jul./sept. 2012. Cet article a été rédigé à Paris en 2010 dans le cadre d'un séjour de recherche à la Maison des Sciences de l'Homme. L'auteur exprime sa gratitude au directeur de cette institution, Michel Wieviorka, ainsi qu'à Geoffrey Pleyers, Alberto Hernández et Pierre Gaussense.

Texte intégral

1En perspective comparée, surtout avec le Brésil, le manque de continuité, l’émergence rapide et la disparition tout aussi subite qui ont caractérisé les luttes sociales et autres manifestations collectives, ainsi que leurs structures organisationnelles, dans le Mexique des vingt dernières années, demeurent préoccupants. Décomposons cette idée en sept éléments.

2Il existe une question de plus en plus inquiétante au Mexique. Des mouvements ou des luttes sociales ont surgi avec force au cours de ces dernières décennies. Une fois passée une première étape, pleine de légitimité et de vaste appui pour la justesse de leurs demandes (éducation gratuite, résistance à l’usurpation expropriatrice, dignité et droits pour les peuples indiens), durant laquelle des succès remarquables ont été atteints, a eu lieu une deuxième phase, au cours de laquelle ces luttes sont tombées dans le mépris pour les acquis sociaux et, dans leur volonté d’avancer, passent à des positions anticapitalistes parce que, soi-disant, les accords conclus ne conduisent à rien à l’intérieur du système.

3Cette situation provoque la désertion des acteurs solidaires, le rapetissement concomitant des bases, la radicalisation du discours dans le sens de la confrontation et de l’isolement progressif. De plus, et de façon inexplicable, les instances dirigeantes ne veulent pas prendre en charge l’administration des collectivités, au contraire d’autres pays en Amérique latine et dans le monde. Et le zapatisme, éludant l’évidence que ses Juntas de Buen Gobierno sont des gouvernements, recommande à tous les mouvements, dans la Cuarta Declaración de la Selva Lacandona, de renoncer à administrer ses territoires et rejette les propositions qui défendent la possibilité de mener les actions avec « un pied en dehors et l’autre en dedans » des administrations gouvernementales locales.

  • 1 Nous faisons référence, entre autres, au mouvement du Conseil national de la grève (CNH) de l’unive (...)

4Même en tenant compte de la tendance à la réduction des masses mobilisées, caractéristique de tous les mouvements sociaux, ce qui paraît toutefois propre aux luttes auxquelles nous faisons référence est le fait que cette radicalisation et cet amoindrissement s’accompagnent immédiatement d’un appel à l’« accumulation de forces » fait à tous les mouvements pour s’unir contre leurs ennemis communs que sont les gouvernements, les entreprises multinationales, les riches, la droite, les dominants en tout genre, les polices de n’importe quelle corporation1.

5Opposons à cette image l’exemple de la longue durée du Mouvement des sans-terre (MST), des décennies du syndicalisme de l’ABC de São Pablo d’où vient Lula da Silva, du budget participatif de Porto Alegre et de tant d’autres lieux au Brésil, pays qui s’est consolidé durant les vingt dernières années pour s’ériger en exemple à suivre dans le monde entier. Raúl Zibechi affirme :

« En vingt-sept ans d’existence, les intégrants du Mouvement des sans-terre au Brésil se sont adaptés aux différentes conjonctures politiques, mais ils n’ont jamais cessé de mettre au centre de leur action l’occupation des terres, la production et l’éducation, et ont réalisé une véritable réforme agraire d’en bas. Aujourd’hui, ils représentent un demi-million de familles, deux millions de personnes réparties en 5 000 campements qui occupent vingt-cinq millions d’hectares, et où sont réparties 1 500 écoles. Le MST compte sur environ 15 000 militants, possède des douzaines d’écoles de formation et une université, l’école Florestán-Fernández. Il est capable de former ses propres spécialistes et techniciens. Lors de son cinquième congrès, 40 % des délégués étaient des femmes […] Le mouvement se propose, non seulement de lutter contre le latifundio, mais aussi de chercher de nouvelles formes de lutte qui soient à la hauteur des défis que représentent l’agro-business et les multinationales » [Zibechi, 2007].

6La référence la plus adéquate concernant ce mouvement doit-elle se poser en termes de confrontation ou en termes de sédimentation ? Sachant qu’il n’y a pas de frontière précise, mais qu’il y a tout de même une nette différence entre, d’un côté, l’explosion, le choc et la mort subite des actions sociales dans le Mexique des quinze dernières années (de l’action des Mexicains dans l’histoire, devrions-nous dire) et, de l’autre, la construction sédimentée, lente et peu radicalisée, mais pas pour autant pacifique, des exemples brésiliens cités [Zermeño, 2010].

7Sans nul doute l’injustice et l’exploitation apparaissent constamment dans les sociétés. Et ce fait indiscutable conduit au conflit, à l’affrontement des contraires. Selon les postulats de la dialectique, cet affrontement conduirait, à son tour, à de nouveaux stades, à des étapes ultérieures qui, comme nous l’avons défendu, peuvent ou doivent être supérieures (la lutte des classes en tant que moteur de l’histoire). Dès lors, le changement et l’amélioration sociale se produiraient, selon tout ce courant de pensée et d’action, par la voie du conflit, auquel s’ajoute l’ingrédient anticapitaliste (altermondialiste, antimonopoliste, anti-global).

8Cependant, s’il s’agissait, à d’autres moments et pour d’autres courants des sciences sociales, de profiter des contradictions afin de générer un changement positif conduisant la société vers de nouveaux stades qualitativement supérieurs, cette conception du changement aurait dû faire place à un autre courant de pensée et d’action selon lequel, quand deux forces s’opposent dans la durée, leur énergie, l’énergie générée dans cette société (ou dans cet espace de la société) se consume sans aucun profit. Nous avons ainsi un champ dans lequel est générée une énergie et, en son sein, des forces vectorielles. L’objectif serait d’éviter que ces vecteurs s’annulent, qu’ils ne soient plus confrontés les uns aux autres de façon brutale ou larvée (un nul catastrophique ?). Et mieux, il faudrait faire en sorte que leurs directions s’orientent dans un sens général commun au sein de ce champ social.

9Cela implique qu’il est nécessaire d’éviter ces affrontements et de reconduire les forces dans une même direction, en tant que voie privilégiée pour obtenir le renforcement et la densification sociale, trouver une vocation pour les régions, promouvoir la génération d’énergie et éviter sa fuite.

10En Amérique latine, et en particulier au Mexique (peut-être parce que le traumatisme de la répression n’a pas été aussi brutal qu’en Amérique du Sud), nous nous sommes nourris d’une tradition qui privilégiait le jacobinisme, le bolchevisme, l’armée populaire, le foyer guérillero, et à ceci est venu s’ajouter l’impact mondial du zapatisme depuis 1994. N’oublions pas que parler de guérilla signifie lutter pour le changement par le biais des armes. Nous n’avons jamais accepté le fait que, comme en Angleterre, bon nombre de régions européennes et d’outre-mer aient transité vers la modernité sans grands soubresauts. Nous ne pensons pas suffisamment que des pays qui ont vécu divisés de manière violente, comme l’Espagne et même le Mexique, auraient pu accéder au monde industrialisé et se moderniser sans les terribles souffrances des guerres fratricides dont les désordres et altérations qui, dans la majorité des cas, ont en quelque sorte retardé cette transition à cause de l’énorme destruction des espaces, des processus et des agents générateurs d’énergie, de richesse.

11L’Espagne d’aujourd’hui, qui a perdu une révolution et est passée par quatre décennies de dictature, ne paraît pas être moins bien adaptée à la modernité que beaucoup de sociétés européennes où les forces révolutionnaires anticapitalistes se sont imposées comme ce fut le cas en Europe centrale et en Europe de l’Est. Alors que le Mexique, qui par la force de l’explosion sociale a supprimé la caste propriétaire de la terre et a placé à la tête de l’État une élite dirigeante et triomphante, paraît se dé-moderniser (dé-densifier) de façon très rapide. Néanmoins, cela ne veut pas dire que la violence et la confrontation sont évitables, étant donné qu’il est évident que, dans certaines conditions d’exploitation et de pillage, les explosions sociales se produisent, parfois même de manière spontanée, parce que, entre autres choses, ce n’est pas le sujet de connaissance de l’histoire de la part des acteurs qui déchirent le contrat social.

12À partir de ces affirmations, la question suivante se pose : pour arriver à changer la situation défavorable et génératrice de pauvres et malheureux que connaît le Mexique, faudrait-il d’abord faire chuter la classe capitaliste et ses alliés gouvernementaux et étatiques ? Ou bien, pour améliorer la qualité de vie des Mexicains (ce à quoi nous aspirons tous, je présume), il est nécessaire, dans un premier temps, que les collectifs s’organisent, se renforcent dans un certain calme, cherchent des solutions à leurs considérables besoins, arrivent à de meilleures conceptions et produisent d’excellentes technologies ; génèrent un associationnisme consistant et une conscience sur leur environnement dans les divers espaces territoriaux ;cherchent, au milieu du démantèlement provoqué par l’ouverture économique, une vocation pour ces espaces. Pour qu’il soit possible, depuis le champ social ainsi fortifié et densifié, d’avoir un meilleur contrôle de l’environnement, une vigueur et les instruments juridiques et de corrélations de forces capables d’empêcher qu’un Walmart s’installe dans un hameau ou un quartier (en envoyant au chômage bon nombre de ses habitants), qu’un terrain de golf et son complexe immobilier accaparent les meilleures terres et ressources phréatiques, qu’une chaîne hôtelière détruise les mangroves (manglares) pour ériger un de ses centres et changer les villageois en serveurs, en piroguiers et en chauffeurs de taxi mal payés, d’éviter que la terre communale soit expropriée à 7 pesos/m2 la transformer en aéroport à 10000 $/m2.

13Toutefois, travailler lentement pour améliorer les conditions de vie et reconstruire l’environnement dans un bassin ou une région moyenne, par exemple, requiert le concours de nombreux facteurs, acteurs et ressources. Les présidents municipaux sont-ils des alliés ou des adversaires d’une reconstruction menée, par exemple, par un conseil citoyen ? Les professeurs de tous les niveaux, avec leur syndicat qui a fait tant de dégâts, sont-ils des alliés potentiels ou des corrompus sans rémission ? Les entrepreneurs, les commerçants et les agriculteurs de la région sont-ils des alliés pour sa reconstruction ? Une entreprise de bière ou une compagnie minière peut-elle participer ou s’agit-il d’un ennemi intraitable ? Est-il acceptable de recevoir de cette entreprise dix millions de pesos pour une station d’épuration des eaux qui prévient des maladies gastro-intestinales qui affectent surtout les enfants de la région, ou s’agit-il de monter des barricades et de dormir avec l’ennemi ?

14Le fait est également que, depuis le niveau local et régional, il n’est pas non plus possible de lutter contre la domination qu’établissent les grands pouvoirs multinationaux, des organismes financiers jusqu’aux armées des puissances mondiales, en passant par le pouvoir sans contrepoids des grands consortiums de la planète. Il ne suffit pas de renforcer le niveau local et régional. Il faut l’État (tel que défendu dans la première partie du livre précédemment cité). Quoi qu’il en soit, ce qui est vrai, c’est que sans le renforcement de la société civile, du social même, n’importe quelle bataille sera perdue d’avance et n’importe quel affaiblissement ou crise de la domination globale ne pourrait être mis à profit pour améliorer la condition des gens.

15Retournons désormais à notre point central et affirmons que ce qui octroie une meilleure gravitation au social face aux autres sphères (économique, politique…) est le raffermissement des champs moyens parce que, là, ce ne sont ni des individus isolés ou de petites communautés, ni de grands appareils qui gèrent des régions étendues, qui prédominent ;là, les hommes en société se trouvent mieux équipés, connaissent leur territoire, font partie d’un réseau culturel et le défendent, tel que je le détaille dans la troisième partie de mon ouvrage [Zermeño, 2010].

16À côté de cette convergence de vecteurs, il peut y avoir une ou plusieurs flèches du temps, mais celle d’entre elles qui, réellement, importe le plus en ce moment, quand l’environnement naturel se trouve au bord du déséquilibre catastrophique, quand l’industrie et les finances se développent dans la plus évidente irrationalité, quand les grandes puissances écrasent sans miséricorde les collectifs qui s’interposent dans leurs projets énergétiques et sécuritaires, quand la majorité des zones de la science et de la technique adoptent des dynamiques qui se préoccupent peu du bonheur des personnes, en ce moment qui est le nôtre, la flèche qui réellement importe est une flèche qui paraît ne plus voyager aussi rapidement, ou qui a même cessé de bouger dans une direction et stagne. Il n’y a pas d’étape ultérieure, supérieure et meilleure. Ce qu’il y a, c’est une série de manifestations encadrées dans la recherche de pouvoir social, de préférence au niveau local et régional ;de telle sorte que tout ce qui retire de la force au social est inhumain, c’est-à-dire, tout ce qui n’améliore pas le niveau de vie des collectivités, son niveau éducatif, son équilibre avec l’environnement naturel, sa santé, sa capacité d’organisation et de résistance (densification).

La voie radicale et violente ou le processus lent et pacifique

17Bon nombre d’universitaires et de dirigeants politiques de la gauche au Mexique et, comme nous le verrons, dans de nombreux pays, se sont opposés à ces conceptions, argumentant que la lutte contre la mondialisation doit être une lutte anticapitaliste et ne peut être ni lente ni pacifique. Autour de l’idée d’une accumulation de forces au niveau mondial (une espèce de grève générale), l’Argentin Atilio Boron est un bon exemple des références sur lesquelles s’appuie une infinité de penseurs, quand il affirme :

  • 2 Dans cette même direction, nous pouvons citer les auteurs suivants. Emir Sader [2007], professeur b (...)

« À partir de la fin du siècle passé, on observe dans de nombreux pays une vigoureuse recomposition du champ populaire et un militantisme anticapitaliste renouvelé, dont les débuts emblématiques ont été la rébellion zapatiste du 1er janvier 1994 et la dénommée bataille de Seattle de novembre 1999,qui s’articuleraient de façon globale à partir de la réalisation du premier Forum social mondial de Porto Alegre en janvier 2001… en mettant l’accent sur l’épuisement du modèle néolibéral, autant dans le centre du système que dans la périphérie de ce dernier [en réponse à Holloway]. » [Boron, 2003]2

18Parallèlement à cet appel pour accumuler des forces, existe la question de savoir si, sur le plan mondial et national, le passage à la société nouvelle doit prendre la voie radicale et violente, ou s’il peut y parvenir à travers un processus lent et pacifique dans le cadre de la mondialisation. Un penseur très engagé dans la reconstruction du local et du régional à partir du social, le portugais Boaventura de Sousa, écrit à ce propos dans son livre Democratizar la democracia :

« Notre proposition théorique est basée sur une idée utopique d’une exigence radicale : qu’il n’y aura émancipation sociale que dans la mesure où il y aurait une résistance à toutes les formes de pouvoir. L’hégémonie est faite de ces dernières et elle ne peut seulement être combattue que si toutes ces formes sont de fait combattues de façon simultanée. Une stratégie qui est exagérément centrée sur la lutte à une forme de pouvoir, mais qui traite avec négligence toutes les autres formes, peut, en dépit des bonnes intentions des activistes, contribuer à approfondir, au lieu d’atténuer, le poids global de l’oppression que les groupes sociaux subalternes supportent au quotidien » [Sousa, 2004].

19Guillermo Almeyra quant à lui affirme : « Le socialisme ne peut naître et se développer dans un seul pays, aussi grand et riche qu’il soit, ni voir le jour de façon progressive et pacifique, sinon qu’il naîtra du conflit social mondial et prolongé » [Almeyra, 2007]. Et Adolfo Gilly, professeur d’origine argentine résidant au Mexique, exprime cette idée d’une manière plus crue quand il commente le livre de John Holloway, Cambiar el mundo sin tomar el poder :

« Le marxisme est la théorie du non, de la négation, de la lutte pour ce qui n’est pour le moment pas et sera par la force des choses. C’est la théorie du conflit, non pas de la solution, sinon de sa persistance dans la vie et dans l’histoire. Le marxisme est une théorie de la domination (fétichisée), de l’exploitation (objectivée), de la révolution (organisée) et de la libération (dans la communauté réelle et non plus illusoire) » [Gilly, 2003].

20Cependant, le sous-commandant Marcos lui-même, au nom du néozapatisme, a employé une série de consignes de lutte, principalement basées sur la Sexta Declaración de la Selva Lacandona et la Otra Campaña, à partir de 2006, au sujet de l’activation sociale et du changement : « faire tomber le gouvernement fédéral et les riches qui le soutiennent »; « l’autre Mexique qui a pris la décision de se soulever pour renverser les mauvais gouvernements » ; « une rébellion est en gestation, parfois spontanée, parfois organisée, contre la logique du capital et de la marchandise » ; « c’était déjà bien que nous soyons dans nos maisons [il haranguait quelques jours avant la terrible répression à Atenco]… Avec la machette sortie de son fourreau, voire à quelles heures ces salauds penseront venir nous voler. Il vaut mieux nous réunir et aller les chercher. Nous allons renverser Zeferino Fox, celui qui est en haut ». « L’anticapitalisme de l’armée zapatiste est modeste, mais il se dirige contre le cœur même du système… : la propriété des moyens de production » (au début de la seconde rencontre des Zapatistes avec les peuples du monde, La Jornada, 21 juillet 2007).

21Mais, naturellement, nous hésitons tous devant la question du changement violent ou graduel, et la plupart de tous les auteurs cités ont d’autres phrases qui tempèrent beaucoup les paragraphes précédents et vont jusqu’à les contredire.

22De manière presque incroyable, dans son discours Marcos ajoute : « Nous voulons que cette exploitation advienne par des chemins civils et pacifiques et qu’elle ait un destin où chacun voit ses droits et sa dignité reconnus… ».

23Sousa Santos, de son côté, tempère également ce qui a été énoncé auparavant, en précisant qu’une bonne partie du succès de la réforme agraire au Kerala, en Inde, qui a commencé en 1970, et de la Campagne du peuple pour la planification décentralisée, a été atteint grâce à l’appui d’un mouvement paysan puissant et à une campagne réussie d’alphabétisation depuis le début des années 1990, en évoquant « l’action plus radicale et transcendante entreprise en Inde sur ce terrain, un assaut frontal aux fiefs bureaucratiques de l’État et aux réseaux clientélistes du système politique ». Et le même enthousiasme provoque le très lent, et en rien belliqueux, budget participatif de Porto Alegre, déjà pratiqué depuis vingt ans [Sousa, 2004].

24À son tour, Almeyra, qui affirmait ci-dessus que « le socialisme […] ne peut voir le jour de façon progressive et pacifique », nous avertit (ou nous rend fous ?) qu’il est nécessaire :

« d’organiser les voisins […] de développer la confiance dans l’auto-organisation et dans la force collective […] En un mot, de développer un pouvoir parallèle au pouvoir officiel et de créer de l’anti-pouvoir à travers l’éducation pratique des grandes masses. Les personnes peuvent commencer à créer une société libérée et humaine […] au milieu de multiples essais et erreurs. Au cours du processus, l’aliénation et la déshumanisation pourraient se réduire […] La lutte des classes est une lutte politique quotidienne, une cession et une concession du gouvernement pour maintenir au possible la domination, une conquête et un gain de positions de la part des opprimés » [Almeyra, 2003b].

Les autres chemins

25Dans cet écrit, nous sommes loin de vouloir pratiquer une simple escrime conceptuelle, parce que le sujet est lié aux morts, aux emprisonnés, aux hospitalisés, aux exilés et aux fugitifs des luttes sociales résumées dans les voix d’Atenco, des peuples de Oaxaca, des Zapatistes en campagne, des universitaires sur le terrain… Il s’agit, ni plus ni moins, de la responsabilité des intellectuels face à des jeunes désespérés par l’absence d’opportunités de travail et d’éducation, par leur mauvaise préparation pour construire des relations de couple responsables quant à la santé et au respect de l’autre, des jeunes prêts à se lancer dans un radicalisme qui détruit ce monde, ou à s’engager dans les pires actes de violence, une violence pure et simple, sans aucune utopie, des jeunes qui se lancent dans le vide, en même temps réel et faux, que leur offrent la production, la distribution et la consommation de drogues.

26Dans les exemples mexicains de rupture de l’ordre, nous pouvons reconnaître plusieurs agents en même temps : intellectuels, politiques et idéologues qui ont été formés dans les universités et se trouvent dans les directions de ces mobilisations. Dans quasiment tous les cas, leur idée de changement vers une société plus juste emprunte la tradition de l’anticapitalisme radical, de la confrontation et de l’accumulation de forces. Et pourquoi en serait-il autrement, si ces acteurs ne constatent pas, dans leur entourage quotidien, autre chose que l’inégalité la plus brutale, la torture, l’enlèvement, les règlements de compte entre bandes, la mutilation et l’assassinat de femmes, l’insolent pouvoir des grandes entreprises du monde qui corrompent la justice, s’allient avec les politiques, paient des salaires indignes et détruisent l’environnement naturel sans que personne ne s’oppose à leurs desseins ?

27Et, cependant, nous pensons qu’il existe d’autres chemins qui sont plus efficaces, bien que moins héroïques, dont le coût n’est pas si élevé en sang, en douleur et en tristesse. Et nous pensons que nous devons faire un grand effort pour placer ces chemins au centre de nos débats, dans le milieu universitaire (c’est une obligation suite à l’investissement qui a fait de nous des professeurs et des intellectuels) et au cœur de l’opinion publique, sans perdre de vue le contrôle forcené des médias, cooptés par le pouvoir de la richesse et de la politique et qui cachent les nouvelles idées sur la nécessité de changement.

28Ces autres chemins ne sont pas marginaux, ni inventés, ils ont été proposés et continuent de l’être par de grands penseurs de notre temps, quelques-uns d’entre eux ayant déjà été cités ci-dessus. Deux de leurs principales caractéristiques sont :d’une part, ne pas penser le changement et la lutte contre le capitalisme néolibéral comme un événement ici et maintenant, en accumulant des forces nationales et altermondialistes, mais comme un processus long et lent d’accumulation d’expériences ; et, d’autre part, que le changement ait lieu sur un plan très social, au niveau local et régional, en établissant une différence claire, mais pas insurmontable, vis-à-vis de la politique et de l’échafaudage de la « démocratie » représentative (partis, espaces parlementaires, corporations nationales).

29Les autorités de l’université nationale autonome du Mexique, dans les premières années de ce siècle, ont exprimé leur préoccupation devant un groupe de scientifiques sociaux, parce que notre institution était en train de recevoir des classements au palmarès international chaque fois plus élevés, jusqu’au point d’être considérée comme la meilleure institution d’éducation universitaire de l’Amérique ibérique. « Dans l’état dans lequel se trouve le pays », a alors exprimé le recteur, « il ne faudrait pas que nous devenions une jolie petite île au milieu d’une mer de pauvreté, de violence et de dégradation ».

30Il a donc été mis sur pied, de manière plutôt intuitive, le programme Pro-Regiones, qui s’est présenté comme réponse à cette préoccupation, que l’université articule ses actions avec celles menées par des régions moyennes de 30 000, 60 000 et 100 000 habitants, qui pourraient se transformer en exemples à suivre si elles arrivent à se montrer capables de résoudre les problèmes que les habitants de ces espaces considèrent comme étant les plus urgents. Cela exige l’organisation de plateformes de participation pour les agents régionaux, individuels ou regroupés, et les équipes professionnelles universitaires d’ingénieurs, de biologistes, d’éducateurs. En lien et dépendance avec ces plateformes dans lesquelles devraient participer, à égalité, professeurs, femmes au foyer, entrepreneurs, prêtres, ONG, écoles… ainsi qu’à des moments opportuns, les autorités municipales et étatiques liées à ces thématiques.

31Les régions moyennes peuvent être, indifféremment, une zone de bassin avec ses deux ou trois cantons, ou l’aire d’une ville avec un poids démographique comparable, ainsi que d’autres espaces moyens de dimensions similaires, dont les habitants décident que la sécurité, l’infrastructure routière ou le respect pour les usages du sol, représentent des problèmes urgents. L’université ne prétend pas se substituer à l’action des gouvernements (ce qui est impossible). Elle veut cependant simplement montrer, pendant cinq à dix ans, que les choses vont mieux vers la résolution des thèmes hiérarchisés comme problématiques par les habitants eux-mêmes.

32Cette voie lente des régions moyennes implique deux choses : d’abord, qu’il n’y a pas de solution sans densification, c’est-à-dire, sans élever le niveau de vie des individus, des familles et des collectivités par le biais d’une meilleure alimentation, d’une meilleure éducation et formation, d’une meilleure santé, de relations plus équilibrées avec l’environnement naturel, de meilleurs espaces organisationnels de base pour contrecarrer le pouvoir de l’argent et de la politique… Et, ensuite, que c’est seulement à l’échelle de la région moyenne que l’on parvient à la densification et au renforcement des habitants, des hommes en société.

  • 3 « Récupérer l’histoire pour affirmer la subjectivité locale joue un rôle fondamental dans la recons (...)

33C’est cette échelle, nous l’avons dit auparavant, qui permet une meilleure gravitation du social face aux autres sphères (économique, politique…) parce que, là, ce ne sont pas les atomes isolés ni les grands appareils qui tendent à prédominer ; là, les hommes en société se trouvent mieux équipés, connaissent leur territoire, font partie d’un réseau collectif et partagent des référents culturels qu’ils défendent, et peuvent faire en sorte que leurs inventions pour améliorer la qualité de vie soient menées à bien, inventer un futur, une utopie, et se rapprocher d’elle…3Dès lors, n’est-ce pas dans les régions moyennes qu’ont surgi les plus spectaculaires avancées de l’histoire du monde ?

L’importance du niveau local et régional et de sa sédimentation

34Nous avons travaillé durant dix ans dans différentes régions de notre pays (avec des résultats peu spectaculaires, mais encourageants), situées dans les États de Guerrero, Nayarit, Michoacán, Mexico et dans le District fédéral. Pendant ce temps, nous sommes tombés d’accord avec d’autres expériences sur nos postulats fondamentaux, au Mexique, en Amérique latine et ailleurs, et, toutes proportions gardées, nous avons trouvé de fortes coïncidences avec d’éminents penseurs, tant sur l’importance du niveau local et régional qu’en ce qui concerne sa lente sédimentation. Le professeur argentin José Luis Corragio dit en ce sens :

« Étant donné l’insuffisance du système de marché et de l’investissement capitaliste pour générer des emplois et des revenus dignes pour les masses d’exclus dans la périphérie, il est nécessaire et possible de développer d’autres formes d’organisation de l’activité économique à partir d’organisations économiques articulées en sous-systèmes régionaux reliés en réseaux […] C’est à ce niveau micro-socio-économique que les gouvernements locaux, régionaux et nationaux, ainsi que quelques organismes internationaux qui commencent à voir les opportunités d’intervention dirigées vers l’économie populaire, s’impliquent désormais […] Il existe une multiplicité d’agents de la société civile, des ONG aux syndicats, mouvements sociaux, universités et associations, qui promeut, “incube” et contribue à qualifier et à articuler des initiatives (entreprises collectivisées) de travailleurs et de communautés. Mais il est (aussi) fondamental d’intervenir directement sur et depuis le niveau méso-socioéconomique, car la perspective, selon laquelle le marché capitaliste par lui-même va articuler les initiatives, équivaut à revenir vers la même utopie qui fragmente les sociétés et exclut à travers la concurrence sans limites » [Corragio, 2005].

35Andrés Aubry, historien et anthropologue français qui a longtemps vécu à San Cristobal de las Casas, en décrivant la création des Caracoles zapatistes, et quelques mois avant sa tragique mort sur une route du Chiapas, a écrit :

« Il s’agit de l’accomplissement de facto des Accords de San Andrés, au sujet de la “reconnaissance du droit des communautés à s’associer librement en municipalités à population majoritairement indigène, ainsi que du droit de plusieurs municipalités à s’associer afin de coordonner ses actions en tant que peuples indigènes”. Les cinq Juntas de Buen Gobierno disposent de cette fonction de coordination dans le nouveau schéma… et l’exercent de façon régionale parce que, dans leur autonomie, la dimension des problèmes, comme ceux de l’auto-développement, n’est pas communautaire mais sous-régional » [Aubry, 2003]. « Le premier élément structurel que je propose comme une possible base pour un système alternatif », affirme le penseur marxiste allemand Immanuel Wallerstein, « est la construction d’unités lucratives décentralisées… liées entre elles par des marchés régulés depuis une rationalité qui dé-marchandise et assure collectivement les nécessités basiques : santé, éducation, revenu digne et garanti à vie… » [Cité dans Corragio, 2005].

36Sortir des stratégies précaires de survie au Venezuela, écrit Franz Hinkelammert, philosophe allemand radical, exige :

37« jusqu’à un certain point, de se déconnecter du système d’accumulation capitaliste et de tendre à la constitution de systèmes locaux et régionaux de division du travail, voire de monnaies locales et régionales. Ces systèmes locaux et régionaux configurent probablement aujourd’hui l’unique possibilité réaliste pour rendre aux exclus une base de vie stable. La survie de la majorité de la population mondiale est seulement possible dans des productions non concurrentielles (déconnectées) du cadre de la mondialisation » [Hinkelammert, 1999].

38Le Grec Takis Fotopoulos, formé à l’école de son compatriote Cornelius Castoriadis, et initiateur du courant appelé « démocratie inclusive », écrit :

« L’unique chemin vers un projet démocratique sera atteint par le biais d’une transformation radicale des structures locales sur les plans politique et économique, à partir d’un municipalisme confédéré qui transforme et démocratise le gouvernement local sur la base d’assemblées populaires, une confédération de municipalités qui se renforcera en tension et en conflit avec l’État national… » (Fotopoulos, 1997).

39Le thème, selon lequel toutes ces expériences impliquent un processus lent et progressif de sédimentation, est exposé avec toute clarté par le même Castoriadis,qui nous offre une vision surprenante :

« La révolution ne signifie ni la guerre civile ni l’effusion de sang. La révolution est un changement de certaines institutions centrales de la société par le biais de l’activité de la société […] c’est l’entrée du sein de la communauté dans une phase d’activité politique, c’est-à-dire, instituante. [Une vraie démocratie des citoyens] pourra seulement être le résultat d’un mouvement de la population qui s’étend le long de toute une période historique, et ne verra le jour jusqu’à ce qu’elle puisse changer toutes les significations institutionnelles, les normes et les valeurs qui dominent le système présent » [Castoriadis, 1991].

40Cette idée est soulignée dans toute sa force par le professeur portugais Boaventura de Sousa Santos, lorsqu’il nous rappelle que :

« Les critères pour évaluer le succès ou l’échec des alternatives doivent être progressifs et inclusifs. On ne peut prétendre à un changement radical et immédiat de la société, bien que cette voie promette des transformations significatives pour les conditions de vie de ceux qui y participent » [cité dans Corragio, 2005].

41Face à la mondialisation commandée par le capital financier, il faut une opération concertée sur de multiples fronts, parmi lesquels se trouve le développement de nouvelles formes d’économie pour la vie quotidienne en communauté. Ces formes sont difficiles à soutenir sans d’autres acteurs sociaux en processus de constitution. C’est pour autant une transformation complexe et à long terme [Corragio, 2005].

42Sans nul doute, ce sont Fotopoulos et Corragio qui ont pensé, avec le plus de profondeur et de prévoyance, le thème de la démocratie sur le plan local et régional. Le premier d’entre eux affirme :

« Une fois que la démocratie inclusive a de la force dans les communautés confédérées et que les gens, pour la première fois de leur vie, commencent à avoir un pouvoir réel pour déterminer leur existence, débutera une érosion graduelle du paradigme social dominant et du cadre institutionnel en fonction. Peuple après peuple, ville après ville, région après région sortiront du contrôle effectif de l’économie de marché et de l’État national, en étant remplacés par les confédérations de communautés. Il est évident qu’en un certain point, les élites dirigeantes et leurs suiveurs, en voyant diminuer leurs privilèges, et en ayant employé jusqu’à la fin leurs moyens de contrôle (médias, coercition économique, etcetera), peuvent se voir tentés par l’usage de la violence physique comme ils l’ont toujours fait par le passé. Mais, à ce moment encore à venir, un paradigme social alternatif sera devenu hégémonique et une rupture dans le processus de socialisation aura eu lieu » [Fotopoulos, 1997].

Deux axes conceptuels

43Associé à ces thèmes de changement lent et pacifique, existe le problème de savoir si, à partir des expériences locales et régionales, il est possible de réguler ou d’arrêter la course effrénée de l’économie de marché, de la concurrence chaque fois plus monopoliste dans les marchés ouverts de la mondialisation (« grandit ou meurt »), et si, depuis les espaces régionaux confédérés, sera réunie la force suffisante pour redimensionner les États nationaux et les échafaudages de la « démocratie représentative » (systèmes électoraux, partis, parlements, appareils juridiques, bureaucraties corporatives, etcetera), et les réorienter en les détournant d’une inertie qui les a réduits à de simples figurants pour les plus puissants intérêts du globe. Une telle chose sera-t-elle possible, à partir de cette nouvelle culture d’équilibre dans la consommation et dans la relation avec la nature que construiraient les espaces régionaux ? Nous faisons ici allusion à un problème crucial, celui de savoir si toute cette action depuis le niveau local et régional peut cohabiter avec le capitalisme, ou si elle doit se poser, depuis le début, comme une entreprise anticapitaliste qui cherche l’abolition de l’économie de marché bien que, comme nous l’avons précisé, sans violence, confrontation et vue à court terme. À ce sujet, Takis Fotopoulos écrit :

« Le point de vue adopté par les partisans de l’écologie libertaire et ceux de l’éco-communautarisme (Marshal, 1992 ; Clark, 1990), présent dans les projets économiques de développement communautaire, de zones libres ou d’institutions alternatives (écoles indépendantes, usines autogérées, associations de logement, systèmes locaux d’emploi et de formation (lets), communes, fermes autogérées, etcetera),propose de ne pas intervenir directement dans l’arène de la politique et de la société nationale, sinon d’adopter une stratégie qui, en partant des individus et des groupes d’affinité, puisse montrer l’exemple pour toute la société. Toutefois, seule une transformation radicale des structures politiques et économiques du gouvernement local, à partir d’une confédération de municipalités ancrée dans les assemblées populaires, offre une alternative. Il s’agit de renforcer le rôle social de l’individu qui s’engage dans les luttes politiques, locales et nationales […] Depuis le point de vue de la démocratie inclusive, une nouvelle société sera le résultat d’un choix auto-conscient affrontant les structures de pouvoir politique et économique et non pas, simplement, le résultat d’une pluralité de groupes et de forces opérant chacun dans leurs contextes propres » [Fotopoulos, 1997].

44De son côté, Serge Latouche, le fameux théoricien français de la décroissance, affirme de manière indiscutable :

« Notre concept de la société de décroissance n’est pas, ni un impossible retour en arrière, ni un arrangement avec le capitalisme, mais un “surpassement” (si possible ordonné) de la modernité (le pétrole socialiste n’est pas plus écologique que le pétrole capitaliste). Par conséquent, sortir du capitalisme est chose nécessaire mais pas suffisante. Il faut en finir avec la société productiviste et de consommation […] La décroissance est forcément contre le capitalisme […] La croissance et le développement sont, respectivement, croissance de l’accumulation du capital et développement du capitalisme, c’est-à-dire, exploitation de la force de travail et destruction sans limites de la nature […] À part cela, la formule commode « sortir du capitalisme » désigne un processus historique qui est tout sauf simple…L’élimination des capitalistes, l’interdiction de la propriété privée des biens de production, l’abolition des relations salariales ou de la monnaie conduiraient la société au chaos… Sortir du développement, de l’économie et de la croissance n’implique pas renoncer à toutes les institutions sociales que l’économie s’est annexée, comme la monnaie ou les marchés, mais les réintroduire dans une autre logique » [Latouche, 2008].

45Et, en citant Castoriadis, il ajoute :

« Sous certaines présuppositions, le marché peut se transformer en une espèce de référendum permanent, qui ratifie ou invalide les décisions en matière de production. C’est ce qu’affirme le discours libéral et c’est ce que ferait le marché dans l’actualité, mais c’est ce qui n’arrive pas en réalité » [Latouche, 2008].

46Dans une société post-capitaliste, il y aurait une suppression des monopoles et des oligopoles, ce qui ne veut pas dire que les marchés ne continueraient pas à être relativement imparfaits étant donné que, ajoute Latouche, « ils devront toujours incorporer, et jusqu’à un certain niveau, l’esprit de don », c’est-à-dire, ajoutons-nous, l’esprit d’entreprise et de dépassement de chaque individu au milieu des autres membres de son collectif.

47En essayant de résumer cette argumentation, nous dirions que nous sommes face à deux axes conceptuels. D’un côté, un axe qui associe : anticapitalisme et accumulation de forces, confrontation et changement radical et violent dans le court terme (révolution). Et, de l’autre, un axe qui associe : anticapitalisme et accumulation d’expériences, changement lent et de préférence pacifique, sédimentation, construction de régions moyennes confédérées, densification sociale et décroissance.

48Nous croyons que cette succession de raisonnements, collectée depuis des penseurs aussi divers qu’importants, peut nous permettre de beaucoup élargir les implications de concepts tant centraux que mouvants, dont l’anticapitalisme, la révolution et tous ceux que nous avons associés à eux dans le paragraphe précédent.

49De fait, cet article a des destinataires très précis : ce sont les jeunes en général qui, à chaque instant et en tout lieu, et ceux en particulier d’un pays aussi complexe que le Mexique, se mobilisent avec différentes stratégies et méthodes en quête d’une meilleure société au milieu de cette injustice et de cette abjection. C’est un appel pour les prévenir que nous avons du temps, qu’il n’est pas nécessaire de tout faire à court terme. Ce sont en grande partie des jeunes qui étudient dans nos universités, mais ce texte a aussi l’ambition de commencer un guide d’action, orienté vers tous ces jeunes qui n’ont pas trouvé place dans les espaces éducatifs, qui ne trouvent pas de travail, qui savent qu’ils n’en trouveront pas ou qu’il est inutile de travailler dix heures par jour pour un salaire avec lequel il est impossible de vivre.

50Il existe un chemin possible en reconstruisant l’identité autour d’une région, d’un territoire identitaire, en sentant qu’autour de nous s’articulent des forces humaines, des leaders et des connaissances universitaires, des ressources d’origines publiques et autres, investies de manière plus rationnelle, qui cherchent le bénéfice commun, essaient de tirer profit de cette énergie d’autant de mains sans emploi, aujourd’hui dilapidé, tandis que ces mêmes bras et corps se dégradent, se flétrissent sans option.

L’expérience du Brésil

51Il y a beaucoup à écrire sur le fait d’articuler les connaissances universitaires avec les régions. Il existe, naturellement, ce qu’a fait jusqu’ici le projet Pro-Regiones, exposé dans le livre cité au début de cet écrit et, également, dans le volume collectif en disque compact intitulé Cien historias. Estrategias contra la adversidad en el México de nuestros días [Zermeño et Hernández, 2010], un parcours dans lequel est relatée une infinité de formes associatives dans chacun des États de la République mexicaine. Mais nous devons admettre que notre pays est en retard en comparaison avec l’Amérique du Sud, l’Europe méditerranéenne, ou encore l’Europe du Nord, où ces articulations se trouvent bien mieux établies, dans les législations, dans les institutions et dans les faits.

52Prenons simplement comme exemple le Brésil que nous décrit Paul Singer, en tant que secrétaire national d’Économie solidaire, instance créée en 2003 par le gouvernement du président Lula da Silva. En plus des milliers d’établissements de coopératives de production agricole appartenant au déjà cité Mouvement des sans-terre, cet auteur nous informe que :

« Dans les années 1990, l’impact écrasant des importations, combiné à des récessions successives, a amené de nombreuses entreprises à la fermeture. Quand celles-ci étaient grandes et connues, et qu’un grand nombre d’ouvriers était licencié, les syndicats, la presse, le gouvernement local et, parfois, le gouvernement régional réagissaient pour essayer d’éviter, d’une certaine manière, la perte d’autant de postes de travail, à de nombreuses reprises en louant les entreprises aux mêmes travailleurs organisés en coopératives […] Il est devenu évident que les nouveaux membres des coopératives avaient besoin d’années d’apprentissage dans la pratique de l’autogestion et de l’expertise technique et administrative. Ces entreprises se sont regroupées depuis 1994 en associations de solidarité et d’autogestion, avec le soutien des grands syndicats. Plus ou moins vers la même époque, s’est créée la première Incubatrice technologique de coopératives populaires (ITCP) à l’Université fédérale de Río de Janeiro, et vers la fin du siècle, ces ITCP ont commencé à se développer dans les universités des différents États brésiliens [Singer, 2008]. Actuellement, les entités qui forment le programme national d’incubatrices fournissent des ressources financières pour soutenir les activités de quatre-vingts ITCP dans la quasi-totalité des États brésiliens. Chaque ITCP est un projet dans lequel élèves et professeurs conseillent des coopératives populaires, et beaucoup d’entre eux deviennent des professionnels au service de l’économie solidaire » [Singer, 2008].

53Il faudrait ici préciser qu’il ne s’agit pas de faire marcher seulement une poignée d’entreprises ou d’initiatives, mais de faire en sorte que ces pôles dynamiques débordent sur la société locale, de manière qu’ils puissent avoir également un impact sur l’amélioration de la qualité de vie à l’échelle de la région moyenne. Corragio affirme :

« Il s’agit de construire des segments chaque fois plus larges et complexes d’un secteur de l’économie sociale et solidaire, en multipliant et en articulant des organisations centrées sur un travail associé, autonome vis-à-vis du capital, et orientées vers la reproduction amplifiée de la vie des membres de ces organisations et, dans le cas d’une solidarité plus grande encore, de leurs communautés locales » [Corragio, 2005].

Régression et progression

54Reste un sujet qui est également devenu ambigu : celui de savoir si un positionnement anticapitaliste, tel que celui décrit ci-dessus dans le second axe conceptuel, signifie nécessairement que nous devons penser qu’une étape ultérieure succédera au stade présent de la mondialisation, comme une sorte de mode de production prochain, supérieur et meilleur. C’est une idée complexe parce que tout un courant de penseurs (entre lesquels le plus visible est peut-être le français Serge Latouche) considère que l’idée de croissance, de continuer à croître, de chercher un produit national chaque fois majeur, n’est pas autre chose qu’une idéologie héritée de la pensée de la modernité libérale et marxiste et du scientisme qui l’accompagnait, qui défendent que la nature est là au service des hommes, mais comme extériorité éternellement exploitable, profitable, transformable.

55Face à l’imminence de l’épuisement rapide de l’environnement naturel, en particulier des énergies fossiles, et de la difficulté pour que des millions d’êtres humains aient accès à l’eau potable, il faut penser à la décroissance de nombreux secteurs de nos économies qui ne peuvent continuer tel qu’ils le font, et ceci signifie une confrontation avec les intérêts des grandes firmes nationales et mondiales, ainsi qu’avec les intérêts des énormes portions de pouvoir politique qui leur sont concomitantes. Revenir à l’équilibre requiert, par conséquent, décroître. Mais comment décroître si, entre autres choses, nous voyons la population mondiale augmenter de 50 % vers la seconde moitié du siècle présent ?

56En marge du débat sur les mesures disciplinaires adoptées par des pays comme la Chine (un enfant par couple), il serait précis de redimensionner la croissance de secteurs qui aujourd’hui connaissent une dynamique complètement irrationnelle :la production d’automobiles devrait être remplacée par la production de trains légers, le matraquage publicitaire doit cesser, il faut ajouter à la consommation de produits importés de lieux lointains leurs coûts totaux (routes, ports, pollution, maladies professionnelles, accidents…), et ceux-ci seront alors moins compétitifs. Cela est incompatible avec le capitalisme, mais aussi avec une étape ultérieure et supérieure telle que l’a pensé l’historiographie et l’idéologie de la modernité, alors que ce n’est pas incompatible avec un retour sur nos pas, avec une rééducation dans la modération.

57Cela ne veut pas dire, naturellement, comme les partisans de la décroissance l’ont expliqué, un retour à l’âge de pierre. Il s’agit de tirer profit des spectaculaires avancées des technologies durables, de promouvoir toutes celles destinées à la régénération des espaces que nous avons détruits (si possible), et de nous rééduquer sur la base des savoirs traditionnels, la mémoire bio-culturelle, l’agrodiversité [Toledo y Barrera, 2008 ; Boege, 2008] et la diversité en général [Díaz Polanco y Sánchez, 2002], pour substituer la malbouffe par des aliments nutritifs, et d’essayer de produire ces aliments de façon durable, dans un environnement proche. Mais la question demeure :est-il possible, avec ces techniques organiques, d’alimenter les quatre milliards d’êtres qui se trouvent dans la précarité ou se rapprochent d’elle, ainsi que les autres trois milliards qui apparaîtront sur la surface du globe dans la prochaine moitié du siècle, ou est-il désormais impossible d’arrêter la destruction des jungles pour produire viande et biocombustibles ?

58Il existe de nombreuses questions sans réponse en la matière, mais l’image de la rivière que quelques écologistes ont évoquée dessine un riche panorama pour penser ce sujet. Imaginons une rivière qui, par la crue de ses eaux, a débordé sur les champs et les villages présents sur ses rives (il ne faut pas trop d’effort, il suffit d’allumer la télévision). La tâche consistera à la décroissance de ces eaux, mais que ceci se réalise ne veut pas dire que la rivière ait cessé de couler. Les deux choses sont certaines : il y a décroissance des eaux et écoulement de la rivière dans son lit vers la mer. Régression et progression à la fois.

59Maintenant, le fait que la rivière ait débordé n’est pas gratuit ; il s’explique en grande partie, et cela est chaque fois mieux démontré, par le fait que les montagnes où celle-ci prend sa source ont souffert d’une déforestation effrénée, la couche d’herbe et de végétaux qui absorbe l’écoulement immédiat des eaux de pluie ayant été détruite. Dès lors, les travaux de décroissance ne sont pas seulement pour la zone où la rivière est sortie de son lit. Les travaux commencent bien avant, il faut revenir en arrière, reboiser ; construire de petits barrages, et des barrages moyens si nécessaire, pour l’agriculture et aussi le reste des êtres vivants.

60Peut-être faut-il stabiliser la rivière en construisant des digues et des écluses, en canalisant le cours pour le rendre navigable dans des portions plus longues, et gérable dans des espaces de grande circulation, contigus à l’habitat humain. Il faudra retourner et mettre de côté la boue, pour rendre leur fertilité aux champs inondés. Il faudra trouver des ressources et amener des étudiants et des professionnels pour soutenir la reconstruction des fermes familiales, des coopératives, des entreprises de la région. S’il ne s’agit pas d’une rivière millénaire, peu pentue et navigable, il faudra tout mettre en œuvre pour la rapprocher de cet état. En revenant à une rivière presque statique, il sera dès lors difficile de se faire surprendre par les tempêtes.

61Il est clair que ce scénario est impossible, la flèche du temps ne pouvant être arrêtée ; mais à côté du cours d’eau, toujours fluide, toujours croissant vers la mer, la société se développe (pensons un instant au mot « développe »), a lieu ; encore mieux, c’est un phénomène d’enveloppement (development-envelopment) [Maffesoli, 2005]. Société et nature s’enveloppent, se sédimentent, se densifient, conservent leur énergie et ne permettent pas qu’on leur arrache la rapidité, la violence du cours et du temps accéléré.

62On dira que cette vision est conservatrice, téméraire au changement ; on dira que, sans changements ni révolutions, il n’y a pas de terreau pour le neuf. La Révolution française a apporté des changements fondamentaux pour l’humanité, c’est certain, mais beaucoup d’autres ruptures violentes ont apporté la régression, la destruction pure et simple. De telle sorte que, à ce sujet, personne n’a le dernier mot.

63Cette étape ultérieure, supérieure et meilleure, à laquelle nous avons tous rêvé comme produit de l’idéologie de l’histoire que nous avons apprise, aujourd’hui, nous pouvons voir qu’elle est ultérieure mais aussi antérieure (parce qu’il faut rétablir de nombreuses choses passées, comme rendre à la terre sa fertilité). Elle est supérieure parce qu’il nous a été appris que ce qui a une valeur plus élevée est plus élaboré, ce qui est sur la frontière de la science et de la technique. Mais, sans doute, ce dont nous avons besoin aujourd’hui se trouve sur un plan inférieur, dans la reconstruction du monde social de la vie, tel que le nomme Habermas [1999], dans le simple « bien vivre », comme l’appellent les indiens boliviens. Pour cela, une grande part, ou quasiment, l’échafaudage supérieur du pouvoir politico-étatique et du pouvoir de l’argent, des monopoles et de l’arrogance de la science et des scientifiques, tout ceci est de trop ; et, bien sûr, désigner le socialisme réel comme « meilleur » est aujourd’hui une blague de mauvais goût. Que penseront à ce sujet les dirigeants chinois ?

64Tout va bien, diront certaines personnes, mais le président Rafael Correa ne va pas payer la lourde dette intérieure et extérieure de l’Équateur en montrant aux créanciers la nouvelle constitution, charte qui établit qu’il faut laisser en paix la nature, reconstruire les espaces sédimentés des régions indigènes et du « bien vivre », revenir à l’autosuffisance alimentaire, renforcer la voie paysanne, le commerce équitable, l’économie solidaire, la démocratie inclusive, l’articulation avec les connaissances universitaires… [Le Bot, 2009].

65Le président Correa a dû annoncer que son pays continuerait à exploiter à fond les gisements pétrolifères qui se trouvent au cœur de l’Amazonie, parce que, sans ces ressources, il est impossible que le pays fonctionne, ainsi que la viabilité politique de son régime. Les relations avec les créanciers internationaux menaceraient l’Équateur d’une déstabilisation générale et d’une mise à côté sur la scène politique. Le chemin est long, diront d’autres, la corrélation de forces ira en changeant et les soubresauts, que nous réservent la dégradation environnementale, l’insécurité alimentaire, la crise énergétique, le précaire équilibre des finances mondiales, la menace du chômage massif, aideront beaucoup pour la gestation d’un nouveau panorama.

66Ainsi donc, une chose est d’arriver à un consensus intellectuel sur ce qui doit être un ordre durable, mais une autre chose est la série de défaites que suivent les événements, parce que tout est possible. Il est possible que l’humanité, son ordre social et naturel se dégradent sans remède. Il est possible que la révolution éclate. Il est possible que, dans ce processus, des groupes éclairés par la critique imaginent et organisent un monde meilleur. Il est également possible que, si la lutte perdure, la destruction et la verticalité autoritaire s’imposent, que les premiers groupes d’éclairés disparaissent alors, noyant ainsi la critique nouvelle et fraîche, et que nous retournions dans le cercle vicieux dont le socialisme réellement existant nous a donné une démonstration [Holloway, 2002]. Il est enfin possible que des ordres nouveaux apparaissent, avec de nouvelles potentialités ainsi que de nouveaux vices. Tant de choses sont possibles même si, sur le plan intellectuel, il paraît adéquat d’insister sur le fait que nous devons chercher un consensus qui échappe à la destruction, à la confrontation, à la négation de l’autre, et qui se propose de densifier le social qui existe ici et maintenant, dans un processus lent de sédimentation, de renforcement d’acteurs et de convergence de vecteurs.

Haut de page

Bibliographie

Almeyra Guillermo, “Las Juntas de Buen Gobierno zapatistas y la autonomía » in Memoria, n° 176 (octubre), p. 6-9, 2003.

Almeyra Guillermo, « El dificultoso No-asalto al No-Cielo » in Memoria, n° 168 (febrero), p. 38-41, 2003b.

Almeyra Guillermo, « De Oaxaca al mundo. APPO: poder, revolución » in La Jornada Semanal, 14 de octubre 2007.

Aubry Andrés, « Los Caracoles zapatistas » in Hojarasca, noviembre 2003.

Bensaïd Daniel, « La révolution sans pouvoir? À propos d’un récent livre de John Holloway » in Contre Temps 6, 2003.

Boege Eckart, El patrimonio biocultural de los pueblos indígenas de México. Hacia la conservación in situ de la biodiversidad en los territorios indígenas, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia – Comisión Nacional para el Desarrollo de los pueblos Indígenas, 2008.

Boron Atilio, « poder, contrapoder y antipoder » [en línea] www.herramienta. com.ar.

Castoriadis Cornelius, Una sociedad a la deriva. Entrevistas y debates (1974-1997), Buenos Aires, Katz, 2006.

Castoriadis Cornelius, Philosophy, politics, autonomy, Oxford, Oxford University press, 1991.

Coraggio José Luis, « Desarrollo regional, espacio local y economía social » [en ligne] http://www.flacsoandes.org/web/imagesFTp/1279646255.El_desarrollo_regional_espacio_1ocal_y_ES_2.pdf.

Díaz Polanco Héctor y Sánchez Consuelo, México diverso: el debate por la autonomía, México, Siglo XXI Editores, 2002.

Fotopoulos Takis, « Hacia una democracia inclusiva. La crisis de la economía de crecimiento y la necesidad de un nuevo proyecto liberador » [en ligne] http://www.democraciainclusiva.org/ehacia.htm.

Gilly Adolfo, « El hacedor… » in Herramientas 15, julio 2003.

Habermas Jürgen, Teoría de la acción comunicativa; racionalidad de la acción y racionalidad social, Madrid, Taurus, 1999.

Hinkelammert Franz, El huracán de la globalización, Costa Rica, Departamento Ecuménico de Investigaciones, 1999.

Holloway John, « Conduce tu carro y tu arado sobre los huesos de los muertos » in Herramientas, julio 2003.

Holloway John, Cambiar el mundo sin tomar el poder (el significado de la revolución hoy, México/Buenos Aires, Universidad Autónoma de puebla, Revista Herramientas Editores, 2002.

Latouche Serge, La apuesta por el decrecimiento, Barcelona, Icaria, 2008.

Le Bot Yvon, La grande révolte indienne, Paris, Robert Lafont, 2009.

Lowy Michael, « Sobre Cambiar el mundo sin tomar el poder » [en ligne] www.herramienta.com.ar.

Maffesoli Michel, El nomadismo, México, Fondo de Cultura Económica, 2005.

Pleyers Geoffrey, Alter-globalization. Becoming actors in a global age, Londres, polity, 2010.

Santos Boaventura de Sousa, Produzir para viver. Os caminos da produção não capitalista, São paulo : Civilização Brasileira, 2002.

Santos Boaventura de Sousa, Democratizar la democracia. Los caminos de la democracia participativa, México, Fondo de Cultura Económica, 2004.

Sin Gerpaul, « Brasil, el papel del Estado y de la sociedad, América Latina en movimiento » [en ligne]. Disponible sur http://alainet.org/publica/430.phtml, 2008.

Toledo Víctor Manuel y Barrera-Bassols Narciso, « La memoria biocultural. La importancia ecológica de las sabidurías tradicionales » in Barcelona Icara, Wieviorka Michel, Un autre monde…, Paris, Balard, 2003.

Zermeño Sergio, Reconstruir a México en el siglo XXI. Estrategias para mejorar la calidad de vida y enfrentar la destrucción del medio ambiente, México, Océano, 2010.

Zermeño Sergio y Hernández Alberto, Cien historias. Estrategias contra la adversidad en el México de nuestros días, disco compacto, México, Océano, 2010.

Zibechi Raúl, « El zapatismo y América Latina : profunda revolución cultural » in Perfil de La Jornada, enero 2004.

Zibechi Raúl, « Los sin tierra apuntan abajo y a la izquierda » in La Jornada, 29 de junio 2007.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence, entre autres, au mouvement du Conseil national de la grève (CNH) de l’université nationale autonome du Mexique (Unam) qui, en 1999, a mobilisé les universitaires et est arrivé à empêcher que l’éducation universitaire publique devienne payante. Bien que, tout au long de sa lutte, le mouvement se soit éloigné de la vaste masse étudiante du fait d’une radicalisation excessive et de la non acceptation que la grève devait se finir une fois les demandes satisfaites, le mouvement du Front des peuples pour la défense de la terre (FPDT), avec San Salvador de Atenco comme épicentre, n’a pas non plus pu capitaliser sa lutte à travers le renforcement organisationnel, en obtenant la suspension du décret d’expropriation de ses terres communales pour la construction du nouvel aéroport de la ville de Mexico. Le mouvement de l’Assemblée populaire des peuples de Oaxaca (APPO), qui s’est nourri de l’organisation populaire et l’a activée, irradiant son exemple sur le vaste espace territorial de cette entité, a terminé prise au piège comme résultat de la confrontation et de la répression, ainsi que de la division sévère de ce qui, jadis, ont été ses solides bases d’appui ; similaire est la dynamique du Comité d’unité tepozteca (CUT), qui a bloqué la construction d’un club de golf, son complexe immobilier et leurs effets pernicieux sur les ressources hydrauliques de la région ; de la même manière, le mouvement de l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) a perdu de l’amplitude parmi ses sympathisants, sociaux et intellectuels, et a souffert d’une exposition médiatique moindre, due sans doute à un discours et à une campagne qui contrastent avec ce que le mouvement a proposé au cours de – ses premières années d’existence, qui nous étourdissent par leur insistance à « faire chuter pacifiquement » le gouvernement, sans dire cependant comment, sans présenter d’alternative, et sans parler de la confrontation insensible avec la campagne d’Andrés Manuel López Obrador que le mouvement veut convertir en « miroir de Carlos Salinas ».

2 Dans cette même direction, nous pouvons citer les auteurs suivants. Emir Sader [2007], professeur brésilien, affirme : « La lutte pour une nouvelle hégémonie dérivera d’une vaste alliance de tous les mouvements qui se sont réunis dans le Forum Social de Porto Alegre, dans toute leur diversité. Cette alliance requiert la combinaison entre le maximum de flexibilité et quelques degrés de centralisation stratégique qui permettent de mettre en pratique un processus d’accumulation de forces qui va de la force sociale, morale, idéologique et théorique existante, aux forces économique et politique indispensables pour que la construction d’un nouveau monde (solidaire, humaniste, pacifique) soit réellement possible. » Daniel Bensaïd (2003),intellectuel et dirigeant du mai 68 français, soutient :» Il n’y a que peu de doute sur le fait que le soulèvement au Chiapas du 1er janvier 1994 (moment d’une nouvelle mise en marche pour les forces critiques) s’inscrit dans la renaissance des résistances à la mondialisation libérale, confirmée de Seattle à Gênes, en passant par Porto Alegre. Ce moment est aussi le ground zero de la stratégie, un moment de réflexion critique (présentée par Marcos comme une sorte de troisième guerre mondiale) ».Guillermo Almeyra [2007], d’origine argentine, qui a enseigné durant de nombreuses années dans les universités mexicaines, affirme : « De même que l’EZLN a appuyé son soulèvement de 1994 sur les mouvements indigènes et sociaux antérieurs de toute l’Amérique latine, et grâce à cela a donné un nouvel élan aux luttes suivantes, l’expérience de la APPO (Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca) a construit une subjectivité, a fourni des expériences, et sera un jalon de lutte pour les prochaines victoires… ». John Holloway [2002] considère : « Il faut une accumulation de pratiques d’auto-organisation d’opposition… Le changement d’une politique organisationnelle (les partis, l’armée révolutionnaire) à une politique événementielle est en train d’avoir lieu : mai 1968, évidemment, la chute des régimes d’Europe de l’est aussi ; plus récemment, le développement de la rébellion zapatiste et la vague de manifestations contre le néolibéralisme (Seattle, Davos, Washington, Praga, etcetera) ». Raúl Zibechi [2004], activiste uruguayen, affirme : « Les expériences des Aymaras boliviens, depuis la guerre de l’eau en 2000 à Cochabamba, jusqu’aux guerres du gaz en 2003 et 2005, consolident les espérances nées à la chaleur des insurrections populaires des dernières années dans notre continent : ils ont fait chuter deux gouvernements en vingt mois, ont créé des régions en dehors du contrôle de l’État bolivien et ont délégitimé le modèle néolibéral. » Les citations que contient cet aparté se trouvent sur le site <www.herramienta.com.ar>, correspondant aux numéros allant du 21 au 27 de la revue argentine Herramienta ; on peut également consulter là un dossier des plus remarquables sur le débat autour du livre de John Holloway [2002]. Pour une compréhension générale de l’altermondialisme, voire les textes du Belge Geoffrey Pleyers [2010] et du Français Michel Wieviorka [2003].

3 « Récupérer l’histoire pour affirmer la subjectivité locale joue un rôle fondamental dans la reconstruction des économies régionales. Tant les trajectoires individuelles que le travail domestique au sein de la famille, tant la participation dans la formation de groupes ou de communautés que l’histoire productive des ancêtres, tant l’histoire des patrons alimentaires d’autosubsistance que les réseaux d’échange qui assurent la reproduction de tous, etc. nous pouvons trouver les bases du développement des capacités d’organisation du travail collectif, en incluant un important potentiel pour le travail rémunéré, dépendant ou autonome, individuel ou associé, dans des contextes locaux. Et, bien sûr, l’histoire des luttes sociales, des épopées auxquelles la région a participé » [Coraggio,2005].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sergio Zermeño, « La reconstruction du Mexique au xxie siècle et les voies du changement en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 70 | 2012, 107-128.

Référence électronique

Sergio Zermeño, « La reconstruction du Mexique au xxie siècle et les voies du changement en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 70 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2369 ; DOI : 10.4000/cal.2369

Haut de page

Auteur

Sergio Zermeño

Universidad Autónoma de México

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org