Navigation – Plan du site
Lectures

Cristina Adams, Rui Murrieta, Walter A. Neves (org.), Sociedades caboclas amazônicas: modernidade e invisibilidade

São Paulo, FAPESP / Annablume, 2006, 362 p.
Stéphanie Nasuti
p. 252-254
Référence(s) :
Cristina Adams, Rui Murrieta, Walter A. Neves (org.), Sociedades caboclas amazônicas: modernidade e invisibilidade, São Paulo, FAPESP / Annablume, 2006, 362 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Amazonie
Haut de page

Texte intégral

1Débutant sur la critique des représentations mythiques de l’Amazonie, qui oscillent entre les idéaux de la « forêt naturelle » et ceux des « populations pures », cet ouvrage collectif traite d’une manière générale des sociétés non urbaines de l’Amazonie contemporaine et s’attache spécifiquement aux sociétés paysannes historiques de l’Amazonie, également appelées « traditionnelles » ou caboclas. Pour des motifs spécifiques, les trois catégories de population amazoniennes identifiées (indigènes, traditionnelles et néo-paysanne) partagent la même absence de visibilité sociopolitique et occupent une position marginale dans les préoccupations des pouvoirs publics. Cependant, selon les auteurs, la légitimité croissante du discours environnementaliste/écologique aurait justifié l’insertion des sociétés caboclas dans les politiques de gestion des ressources naturelles, libérant ainsi à ces populations certaines marges de négociation, et aurait également permis leur entrée dans le discours académique et institutionnel.

2En 2000, forts du constat que l’approche académique des sociétés caboclas reposait sur l’image d’une « Amazonie fétichisée », Cristina Adams (Université de São Paulo) et Mark Harris (Université de St. Andrews) ont organisé un groupe de travail réunissant des anthropologues spécialistes de ces sociétés. Leurs objectifs de travail étaient la révision critique de la production en anthropologie sur ce thème, mais surtout la redéfinition des manières d’aborder ces sociétés. En 2002, ces échanges ont donné lieu à un colloque dont les présentations sont synthétisées dans cet ouvrage. Dans le souci de replacer ces débats dans leur contexte intellectuel, Sociedades caboclas amazônicas fait l’effort de présenter les deux grandes traditions intellectuelles ayant sous-tendu les études anthropologiques (américaines, britanniques et brésiliennes) des sociétés caboclas depuis les années 1970 à travers un excellent état de l’art. Adams, Murrieta et Neves s’attachent également à replacer les anthropologues brésiliens dans leur lignée académique respective – introduisant notamment les auteurs ayant participé à l’ouvrage dans lequel les deux positionnements intellectuels sont nettement représentés. Au final, le livre se répartit en cinq chapitres correspondant aux différents ancrages thématiques proposés et rassemble les réflexions de 17 anthropologues brésiliens, américains et britanniques.

3La première partie est intitulée « Identité, histoire et société ». Stephen Nugent (« Utopie et distopie dans le paysage social amazonien ») traite de l’invisibilité des sociétés caboclas dans la littérature anthropologique des années 1960 et 1970, une invisibilité qui repose sur quatre facteurs : l’idéalisation d’un paysage et de sociétés « naturelles », la frontière amazonienne, l’absence historique de relations avec le milieu des plantations et l’utilisation de système agraires allogènes qualifiés « d’expérimentations néo-coloniales ». William Balée (« Transformação da paisagem e mudança na língua : um estudo de caso em ecologia histórica amazônica »), dans une perspective historique et à partir de l’exemple du cacao, démontre l’influence de la colonisation et de La pénétration du système européen sur le vocabulaire natif et sur les représentations associées à la connaissance du paysage amazonien et des ressources associées. Décio Alencar Guzmán (« Índios misturados, caboclos e curibocas : análise histórica de um processo de mestiçagem ») revient sur la politique de mariages interraciaux entre indiens, européens et africains promue par la Couronne portugaise et, comme Balée et Nugent avant lui, tente de déconstruire l’idéal stewardien d’une population naturelle. Enfin, Mark Harris (« Presente ambivalente : uma maneira amzônica de estar no tempo »), à partir des concepts de résilience et de flexibilité, propose une analyse de la modernité cabocla, reflet de sa constante réadaptation identitaire qui garant sa reproduction sociale et biologique.

4La deuxième partie est consacrée à la durabilité et aux politiques de développement. Henyo Barretto Filho (« Populações tradicionais : instrodução à crítica da ecologia política de uma noção ») revient sur la question de la définition des populations traditionnelles et de leur éventuel droit de permanence dans les aires protégées amazoniennes – au nom de leur faible impact environnemental. Il propose d’ailleurs, dans les cas où il leur est autorisé de rester, de modifier le terme de population traditionnelle pour celui de « population résidente ». Deborah de Magalhães Lima (« A economia doméstica em Mami - rauá ») discute les présupposés du développement durable et propose le concept de « développement auto-soutenable », à partir de l’étude de la composition du revenu des unités familiales de la RDS Mamirauá et de l’idéal « d’autonomie économique » identifié localement. Fábio de Castro (« Economia familiar cabocla na várzea do Médio-Baixo Amazonas ») offre une analyse de l’hétérogénéité dês stratégies économiques familiales recensées dans 172 communautés combinant toutes les mêmes éléments : pêche, agriculture, élevage bovin et travail salarié/ pension de retraite.

5Consacrée à la gestion des ressources, la troisième partie commence par un texte de Eduardo Brondízio, (« Intensificação agrícola, identidade econômica e invisibilidade… »), qui procède à une étude comparée des stratégies productives des caboclos et des colons amazoniens et regroupe ces deux catégories d’agriculteurs sous le vocable de « petits producteurs », dans l’idée qu’un regroupement sous un même terme puisse contribuer à redéfinir leur identité et à détruire les préjugés existants dans la société régionale et nationale. À cet article répond celui de Célia Futemma, intitulé « Uso e acesso aos recursos florestais : os caboclos do Baixo Amazonas e seus atributos sócio-culturais ».

6La quatrième partie traite du genre et de la vie quotidienne. Andréa Siqueira (« Mulheres, relações de gênero e tomadas de decisão em unidades domésticas caboclas do estuário amazônico ») conclut que le degré de pouvoir dês femmes, lors de la prise de décision au sein de l’unité familiale, repose fortement sur les facteurs suivants : droits sur la terre, contribution à l’économie domestique et niveau d’éducation. Rui Murrieta et Antoinette Winkler Prins (« Gênero, estética e experimentação agrícola em jardins e quintais de mulheres caboclas, ») démontrent que, dans ce groupe de femmes du bas Amazone, la mise en culture de certaines plantes repose sur des motivations d’ordre social, écologique, économique et émotionnel.

7Enfin, la dernière partie sur « Diète et santé » réunit deux articles : le premier (« O pão da terra : da invisibilidade da mandioca na Amazônia ») présente des données rares, issues de treize ans de recherche, sur la diète des caboclos amazoniens et porte un regard d’anthropologue sur l’alimentation et sur l’association historique poisson/farine de manioc comme source de calories et de protéines ; le second, signé par Hilton P. Silva (« Sócio-ecologia da saúde e doença ») s’attarde sur la dénutrition chronique et aiguë observée chez les enfants de quatre communautés riveraines vivant de pêche, de chasse, de petite agriculture et de l’extrativisme de l’açaí.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Nasuti, « Cristina Adams, Rui Murrieta, Walter A. Neves (org.), Sociedades caboclas amazônicas: modernidade e invisibilidade », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 252-254.

Référence électronique

Stéphanie Nasuti, « Cristina Adams, Rui Murrieta, Walter A. Neves (org.), Sociedades caboclas amazônicas: modernidade e invisibilidade », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cal.revues.org/2164

Haut de page

Auteur

Stéphanie Nasuti

(IHEAL / CREDAL)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org