Navigation – Plan du site
Lectures

« (Des)illusions des politiques multiculturelles »

L’Ordinaire latino-américain (Toulouse), n° 204, 2006, 219 p.
Maïté Boullosa-Joly
p. 251-252
Référence(s) :
« (Des)illusions des politiques multiculturelles », L’Ordinaire latino-américain (Toulouse), n° 204, 2006, 219 p.

Texte intégral

1Ce numéro de L’Ordinaire latino-américain, coordonné par Valérie Robin, offre un regard nouveau et original sur les politiques multiculturelles. Rarement critiquées, elles sont ici questionnées à partir de cas empiriques où sont montrées à la fois les avancées sociales qu’elles permettent, mais aussi – et c’est là que ce numéro se distingue des écrits généralement produits sur ce sujet – leurs limites. Cette approche critique force la réflexion et elle est importante dans un contexte où ces politiques tendent à se généraliser sur la scène continentale latino-américaine tout comme sur la scène internationale.

2L’introduction de l’auteur rompt avec le consensus qui existe autour du multiculturalisme, cette nouvelle idéologie souvent perçue comme un idéal vers lequel toute démocratie devrait tendre. Il nous est offert dans ce dossier, à partir de cas précis dans toute l’Amérique latine, un bilan complexe rarement établi sur les conséquences plus ou moins directes de ces politiques. Verushka Alvizuri dans son article « Du rejet de l’Indien à l’élection d’un président aymara », explique dans une perspective historique la genèse de l’ethnicisation actuelle de la vie politique bolivienne. Elle étudie comment se construit une idéologie ethnonationaliste qui instaure deux Bolivies – l’une blanche et l’autre indienne – et qui prône la destruction de la première pour la renaissance de la seconde. Enrique Herrera Sarmiento analyse de son côté la façon dont les frontières ethniques s’édifient dans un contexte de demande territoriale en Amazonie bolivienne et l’importance des ONG dans ce processus très contemporain. Cet article rejoint celui de Carlos Agudelo à propos des populations noires en Colombie et celui de Carmen Salazar-Soler sur les conflits miniers dans le nord du Pérou. Tous soulignent que l’ethnicité devient aujourd’hui un moyen alternatif de résoudre légalement des conflits agraires ou territoriaux restés sans solution depuis des décennies. Les paysans discriminés peuvent ainsi trouver une audience sur la scène nationale ou internationale, non pas avec les arguments politiques et sociaux qui sont à l’origine de leur mobilisation, mais seulement parés des arguments naturalistes et écologistes attribués à l’appartenance ethnique.

3Valérie Robin, à partir de l’analyse d’un procès pour meurtre suite à un lynchage produit dans une communauté près de Cuzco, explique comment le recours à la différence culturelle peut venir justifier légalement la barbarie et par là réifier des stigmates que les politiques multiculturelles avaient pourtant pour mission d’abolir. Abigail Mira Crick fait ce même type de constat sur les politiques de santé publique dans le Chiapas au Mexique. Avec l’instauration de « praticiens de la médecine traditionnelle » qui représente finalement une forme de contrôle social par la médicalisation assistée, l’auteur montre comment le discours culturaliste réifie les stigmates à l’encontre des indigènes sans vraiment intervenir sur les problèmes socioéconomiques de ces populations.

4Richard Marin, pour sa part, souligne la complexité de la situation des Afro-brésiliens. Il montre que la discrimination positive et l’instauration de quotas raciaux au Brésil ont eu le mérite de poser clairement les questions du racisme et de la discrimination jusque-là occultées par le mythe de la démocratie raciale. Mais l’auteur interroge ce processus de racialisation des rapports sociaux et revient sur les inquiétudes que cela peut susciter au sein de la société brésilienne qui préfèrerait peut-être des quotas sur critères sociaux.

5Ce numéro analyse donc des situations tout à fait distinctes, tant sur le plan géographique que thématique. Mais ces articles ont tous pour fil conducteur l’instauration des politiques multiculturelles et leurs conséquences. On peut voir que leur objectif premier est d’enrayer la pauvreté, de permettre à des franges de la population jusque là marginalisées d’accéder à une plus grande justice sociale. Mais les dérives essentialistes qui en découlent sont ici signalées. La question principale qui est posée, et sur laquelle il est important de débattre aujourd’hui, est de savoir s’il est nécessaire pour régler les problèmes d’accès à des droits fondamentaux et aux ressources naturelles, de naturaliser les rapports sociaux en les ethnicisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maïté Boullosa-Joly, « « (Des)illusions des politiques multiculturelles » », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 251-252.

Référence électronique

Maïté Boullosa-Joly, « « (Des)illusions des politiques multiculturelles » », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/2163

Haut de page

Auteur

Maïté Boullosa-Joly

(Université de Picardie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org