Navigation – Plan du site
Lectures

Clément Thibaud, République en armes. Les armées de Bolivar dans les guerres d’indépendance du Venezuela et de la Colombie

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 427 p.
Véronique Hébrard
p. 242-245
Référence(s) :
Clément Thibaud, République en armes. Les armées de Bolivar dans les guerres d’indépendance du Venezuela et de la Colombie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 427 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Venezuela, Colombie
Haut de page

Texte intégral

1La publication en français de cette thèse d’histoire soutenue à l’Université de Paris I et déjà parue en espagnol est un événement à plus d’un titre. Evénement éditorial tout d’abord, car c’est toujours une victoire que de parvenir à faire paraître un ouvrage d’histoire universitaire sur un monde extra-européen. Événement historiographique d’autre part, car c’est une pierre supplémentaire – et non des moindres – à l’édifice entrepris dans les années 1980 par François-Xavier Guerra (dont Clément Thibaud fut l’étudiant) visant à une relecture des indépendances américaines dans le cadre d’une histoire renouvelée du politique.

2En ce sens, le pari est tenu de ne pas envisager l’épopée bolivarienne isolément, mais de l’intégrer, en tant qu’une des pièces maîtresses des indépendances, dans l’ère des révolutions. Ceci permet ainsi à Clément Thibaud non seulement de réaffirmer avec force que les indépendances américaines ne sont pas le résultat d’un processus interne arrivé à maturation, mais une réponse à la crise que connaît la monarchie espagnole suite à l’invasion de la péninsule Ibérique par les troupes de Napoléon en 1808 ; mais aussi qu’elles participent de plain pied de la modernité politique et des enjeux que représente l’adoption de ses principes. Dans le strict champ de l’historiographie américaniste, le pari était également audacieux. Il s’agissait en effet, en s’attaquant aux armées de Bolívar, de prendre à rebours ce qui constitue encore aujourd’hui, au Venezuela peut-être plus encore qu’en Colombie (les deux espaces étudiés dans l’ouvrage), l’un des fondements de l’histoire patrie – en ce que l’homme en armes, et Bolívar tout particulièrement, « dominent le panthéon républicain » –, mais aussi d’écorner quelque peu les mythes fondateurs des indépendances tels que dessinés dans le récit des origines de l’histoire nationale.

3Pourtant, au-delà de la nécessaire révision historiographique, il y avait aussi une nécessité heuristique puisque, pour parvenir à une « histoire totale » de la geste politique des indépendances, il manquait encore – après des travaux sur le processus politique en tant que tel et l’analyse du discours sur la nation (voir Véronique Hébrard, Le Venezuela. Une nation par le discours (1808-1830), Paris, L’Harmattan, 1996) – une histoire politique et culturelle de la période sans laquelle nous sommes face à une saisie imparfaite du projet politique révolutionnaire mené par les élites libérales, puisque c’est pendant près de dix ans par les armes que ces nations tant postulées ont été portées sus les fonds baptismaux. C’est ce vide historiographique, ce chaînon manquant, que l’ouvrage de Clément Thibaud vient aujourd’hui combler.

4Composé en neuf chapitres qui alternent le thématique et l’approche par aire géographique, Républiques en armes, grâce au recours à la prosopographie, donne un visage à ces armées de l’indépendance qui connaissent de profonds changements durant cette période. Changements qui sont tout à la fois le reflet de l’évolution du contexte politique et des rapports de force, mais aussi de la nécessaire adaptation des idéaux patriciens des premiers temps, ceux du citoyen-soldat engagé dans les milices qui prévalent de 1810 à 1812 (objet du chapitre 1), aux impératifs d’une guerre qui connaît, tout particulièrement au Venezuela, une montée aux extrêmes marquant de son empreinte les cultures politiques en gésine. Au cœur de cette mutation qui transforme, à partir de 1816-1817, ces milices en armée nationale, l’année 1813 est un point de basculement à la fois tactique et idéologique, qui permet tout à la fois de saisir les logiques qui transforment ces guerres civiques en guerre civile ; et par une analyse comparative entre les deux espaces, de mettre au jour les éléments ayant rendu possible ce basculement. Pour cela, il fallait en premier lieu créer la figure d’un ennemi, l’Espagnol, cette « fiction identitaire » énoncée par Bolivar en juin 1813 dans son fameux « décret de Guerre à mort ». Le combat se livre dès lors au-delà des cités et entraîne, au Venezuela tout particulièrement, une déterritorialisation des armées jusque-là relativement attachées aux pueblos, alors qu’en Nouvelle Grenade, c’est précisément le maintien du lien avec la cité et au terroir qui permet d’éviter cette montée aux extrêmes, ainsi que la saignée humaine que connaît le Venezuela.

5Dans ce moment de basculement émerge une nouvelle forme de combat, la petite guerre, menée par les guérillas qui sont magnifiquement analysées ici – tant du côté loyaliste que patriote. Ces guerres irrégulières sont en effet d’abord le fait des loyalistes et indissociable d’un autre grand mythe de l’histoire patrie, celui des llaneros, ces hommes à cheval des plaines vénézuéliennes et néo-grenadines. Et Clément Thibaud se livre dans le chapitre 3 sur le moment Boves, en référence au nom du premier « chef » de ces groupes armés, à une déconstruction de ce « fantasme historiographique », voire de cette « invention », ce qui lui permet de resituer ce moment et ces hommes dans la trame événementielle tout comme dans l’histoire longue de la région et des conflits autour de la terre qui se jouent depuis la fin du xviiie siècle. C’est également un excellent observatoire de la fragilité des identités et des allégeances dans ce moment d’acmé de la désarticulation des solidarités d’Ancien Régime et de renégociation des allégeances, ne serait-ce que pour survivre ainsi que nous le montre Clément Thibaud avec force dans le chapitre 5 précisément intitulé « Survivre », mais aussi au début du chapitre 7 sur les années 1816-1818 lorsque les patriotes adoptent à leur tour, dans le moment même du basculement des llanos dans leur camp, la guerre irrégulière. Dans une perspective plus anthropologique permise par la nature de certaines des sources (notamment les procès en félonie intentée au patriotes par les autorités de pacification de Monteverde), l’auteur aborde alors le vécu de ces conflits par les individus et les groupes, des stratégies de survie aux modes de sociabilité qui s’y développent ; armées déterritorialisées qui vont constituer paradoxalement le creuset d’un sentiment d’appartenance plus large.

6De fait, le chapitre 6 consacré aux guérillas et caudillos, mais aussi le chapitre 8 plus spécifiquement centré sur la réorganisation des forces armées néo-grenadines – où l’auteur met au centre de l’analyse son travail prosopographique –, montrent la difficulté de cette réorganisation à laquelle se livrent principalement Bolivar et Santander, en vue de la formation d’unités hiérarchisées et d’une armée nationale définitivement déterritorialisée. Cette territorialisation signant l’échec, provisoire dans le cas vénézuélien, de la prétention de la cité à être « la cellule de base de la république naissante ». La victoire des patriotes qui se joue dans les années 1820-1821 est définitive avec la bataille de Carabobo, qui scelle la fin du conflit après la prise de Caracas par les patriotes et ouvre la voie à la libération des régions voisines – notamment le Pérou.

7Comprendre les mutations de ces armées et la façon dont les hommes s’y sont (plus ou moins volontairement et sur fond de désertion en masse) incorporés, c’est mieux appréhender ces différents visages que prennent ces guerres d’indépendance. En cela, elles sont le reflet du caractère accidentel de la rupture et du conflit de souveraineté qui s’est joué tout d’abord en cités rivales à l’intérieur de chacun des deux espaces ici étudiés, mais aussi au nom du monarque déchu et pour la sauvegarde de la monarchie espagnole.

8Ces armées qui, tour à tour, incarnent la Nation et sont le bras armé de la République, tout en servant de « cheminée sociale » et de lieu de brassage social et ethnique, ont marqué de leur empreinte un rapport spécifique au politique, mais aussi son fonctionnement. Ce sont elles qui élisent le Congrès vénézuélien de 1818 ; si celui-ci, scellant la fondation de la République de Colombie en 1821 (borne chronologique terminale de cette enquête) bénéficie d’une plus large assise populaire, il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une militarisation du pouvoir et à une surdétermination de l’élément armé aussi bien dans la culture politique que dans la conformation des identités nationales dès lors que ce sont elles qui ont refondé la République.

9On est loin d’avoir ici épuisé toutes les problématiques abordées par Clément Thibaud dans cet ouvrage dense et érudit, notamment celles liées au développement du caudillisme qui permettent de comprendre dans une perspective renouvelée la participation de ces corps armées aux prononciamientos qui vont se développer au cours des décennies postérieures et qui renvoient, comme le soulignait si justement François-Xavier Guerra pour la Mexique, à la force des armes, mais aussi à l’imaginaire qui fait d’eux l’autre face de la représentation de la nation (« El pronunciamiento en México : prácticas e imaginarios », Trace, n° 37, juin 2000, p. 23-24). Enfin, un regret peut-être : l’absence dans les annexes par ailleurs riches, qui attestent la variété et le volume des sources consultées aussi bien en Amérique qu’en Espagne, d’une bibliographie thématique qui aurait permis que soient mieux mis en valeur le renouvellement historiographique ici proposé et les fondements théoriques extrêmement riches sur lesquelles il s’appuie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Hébrard, « Clément Thibaud, République en armes. Les armées de Bolivar dans les guerres d’indépendance du Venezuela et de la Colombie », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 242-245.

Référence électronique

Véronique Hébrard, « Clément Thibaud, République en armes. Les armées de Bolivar dans les guerres d’indépendance du Venezuela et de la Colombie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cal.revues.org/2159

Haut de page

Auteur

Véronique Hébrard

(Université Paris I / MASCIPO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org