Navigation – Plan du site
Lectures

Éric Roulet, L’évangélisation des Indiens du Mexique. Impact et réalité de la conquête spirituelle (xvie siècle)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 321 p.
Bérénice Gaillemin
p. 240-242
Référence(s) :
Éric Roulet, L’évangélisation des Indiens du Mexique. Impact et réalité de la conquête spirituelle (xvie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 321 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Mexique
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Éric Roulet fait suite à la désormais incontournable Conquête spirituelle de Robert Ricard (1933) et l’on ne saurait s’intéresser à l’un sans poursuivre par la lecture du deuxième. Les limites temporelles que se sont fixées les deux auteurs sont sensiblement les mêmes (1521-1571), période se situant entre la prise de Mexico par Cortés et la date à laquelle le tribunal permanent du Saint-Office s’établit à Mexico, un an avant l’arrivée des premiers jésuites en Nouvelle Espagne. Quant à la limite spatiale couverte, il s’agit principalement des évêchés de Mexico et de Puebla-Tlaxcala, dont les réalités sont ponctuellement comparées à la situation de la Nouvelle Galice et de la Mixtèque.

2Alors que Robert Ricard s’interrogeait avant tout sur les méthodes missionnaires, les investigations effectuées par Éric Roulet, dans le cadre de sa thèse doctorale d’histoire (soutenue en 2005) dont ce livre est la publication, ont permis d’effectuer une remise en contexte détaillée de cette véritable « aventure humaine ». Ce sont non seulement les récits des clercs et des laïcs espagnols que ceux des Indiens eux-mêmes qui nous sont rapportés. À travers la restitution des dispositions prises lors des conciles et chapitres provinciaux réunis durant cette période, des diverses cédules royales, brefs, ordonnances et bulles papales, se pose en filigrane la question de leur application.

3Certes, il y eut des méthodes pour la transmission de la foi chrétienne, plus ou moins pédagogiques, plus ou moins coercitives suivant les hommes et les époques, mais comment savoir quel en fut le réel impact ? Si, en effet, les textes officiels peuvent nous faire part d’un certain climat du point de vue des dispositions prises pour une meilleure évangélisation, ce sont finalement au travers de textes plus intimes, issus de la vie quotidienne, juridique (procès), économique (comptes et tributs) ou personnelle (testaments), que l’historien peut tenter de mieux toucher du doigt leur « réalité ». Cette mise en abyme des sources permet la restitution d’un contexte politique et économique particulièrement compliqué. Le demi-siècle décrit par l’auteur correspond à la première génération de missionnaires dont le labeur, les utopies, les déboires et les ajustements sont rapportés avec finesse. Suite à la prise de Mexico par Hernán Cortés en 1519, dont le souhait est l’éradication de l’idolâtrie et la transmission de la foi chrétienne aux Indiens, la conquête des âmes des Indiens, tombées selon ces hommes dans les mains du démon, est confiée aux membres du clergé. Mais les velléités des laïcs se confrontent vite aux espérances des clercs, qui eux-mêmes ne forment pas un corps homogène et dont les intérêts particuliers divergent. Les décisions issues des autorités se voient adaptées sur le terrain en fonction des réalités locales, elles-mêmes contrastées d’une région à l’autre ou en fonction des différentes franges de la population. Ainsi, se déroulent sous nos yeux non pas une histoire officielle et linéaire mais des histoires, fluctuantes et personnelles, reconstituées grâce à la mise bout à bout de bribes collectées dans des archives dépouillées patiemment (archives den Mexico et de Puebla, de Séville, Madrid et Paris, complétées par celles de la bibliothèque Bancroft de Berkeley).

4L’auteur donne en premier lieu une approche méticuleuse de ce qu’il nomme les évangélisations, ce qui permet de percevoir la chronologie d’une telle période, faite de réajustements et d’affrontements. Il n’y a pas une mais de multiples évangélisations, qui fluctuent au cours des décennies et en fonction des hommes. Les divers points de vue restitués permettent d’adopter le focus de celui qui promeut une loi, est en charge de l’appliquer, mais également en subit les conséquences, les détourne, les adapte ou, plus rarement, les respecte. Les cinquante années abordées sont parcourues par les règnes de Charles Quint et de Philippe II, dont la politique était relayée sur place par quatre vice-rois (les plus célèbres sont Antonio de Mendoza et Luis de Velasco). L’arrivée au siège épiscopal de Juan de Zumárraga en 1528 marque une première époque, plutôt utopique résumerions- nous, alors que l’évêché de Mexico connaît des durcissements en termes de politique d’évangélisation lorsqu’il est remplacé, après six ans de vacance, par le dominicain Alonso de Montúfar. L’ouvrage redonne quelques couleurs, sons et odeurs à une Nouvelle Espagne en train de se constituer, changeante et passionnée, celle des missions franciscaines, bientôt relayées par les dominicains et les augustins. Les rapports entre réguliers et séculiers, les liens entretenus avec les évêques et les discordes au sujet des privilèges qui sont initialement octroyés aux religieux sont patiemment passés en revue.

5Puis l’auteur s’interroge au sujet de l’image donnée par les missionnaires eux-mêmes au travers de leurs chroniques, celle de religieux aimants et bons pères : s’accompagne-t-elle réellement d’une compréhension du monde et de la culture indigènes ? Quelle est la réalité de la mauvaise réputation de certains membres du clergé et comment leur moralité a-t-elle été contrôlée ? Le mauvais exemple donné par certains a-t-il conduit à un ralentissement de l’effort évangélique ? L’auteur décrit aussi les liens tissés entre laïcs et religieux (les rapports entre encomenderos et missionnaires sont particulièrement instructifs), entre frères et évêques, et entre les évêques entre eux ; il donne à voir également les conséquences de la sécularisation des paroisses et de la politique des réductions.

6Dans une troisième partie, intitulée « la réponse indienne », la lecture minutieuse des procès et des testaments indiens permet de mesurer la réalité des pratiques indigènes malgré l’évolution de l’évangélisation. On remarque ainsi un durcisse- ment de l’attitude des clercs qui, initialement conciliants et tolérants, finissent, sous la pression de l’archevêque Montúfar, par interdire tout comportement suspect. La législation encadrant les danses est évocatrice : tolérées dans les premières années, celles-ci finissent par être totalement remplacées par des danses espagnoles dont le contenu est plus facile à contrôler, les morismas. Parallèlement à ce durcissement de l’attitude des Espagnols envers les Indiens, et de la même manière que rites, processions et cultes aux dieux païens se poursuivent malgré la législation, la culture indienne dans tous ses aspects, notamment politique, est aussi entretenue. Les Espagnols voient par exemple dans les anciennes élites indiennes (caciques et principales) de solides appuis pour une meilleure évangélisation et l’adhésion du plus grand nombre. Par ailleurs, prêtres et sorciers poursuivent leurs activités (en témoignent leurs procès), les idoles sont parfois encore vénérées derrière les portes fermées, et les rites perpétrés dans le secret. L’auteur pense malgré tout qu’il est difficile de parler de syncrétisme pour cette époque : les Indiens pratiqueraient les deux religions en parallèle, héritées de deux univers culturels qui, déjà perméables, ne se croisent pas encore.

7En outre, l’imposition de ces lois, le changement en terme stratégique permet d’entrevoir les aléas et les interrogations qu’ont pu se poser les « conquérants » spirituels ou laïcs décrits par Éric Roulet. On voit ainsi se détacher la personnalité d’un membre du clergé régulier au sein de son groupe, mais toujours en miroir avec celle de ses interlocuteurs (l’audience, l’évêque, les membres des autres ordres religieux, l’Indien, le métis ou même encore le créole). Ces histoires plurielles soulignent combien un témoignage, héritier de son temps, ne vaut jamais pour la généralité. Ceci invite le lecteur à toujours questionner les sources afin de mieux pouvoir en mesurer la portée et l’influence.

8L’auteur s’attache à la restitution des discours, qui peuvent être tour à tour naïfs, enthousiastes, pessimistes, politiquement corrects, censurés ou bien passés par le spectre déformant de traductions, mais en tout cas rarement neutres et objectifs. Issu d’une minutieuse analyse des archives, ce bilan est tout à fait différent de celui qu’avait présenté Robert Ricard en 1933. Il permet de prendre le pouls d’une époque et de mieux en comprendre les désillusions et les conséquences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bérénice Gaillemin, « Éric Roulet, L’évangélisation des Indiens du Mexique. Impact et réalité de la conquête spirituelle (xvie siècle) », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 240-242.

Référence électronique

Bérénice Gaillemin, « Éric Roulet, L’évangélisation des Indiens du Mexique. Impact et réalité de la conquête spirituelle (xvie siècle) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://cal.revues.org/2158

Haut de page

Auteur

Bérénice Gaillemin

(Université Paris X – Nanterre / LESC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org