Navigation – Plan du site
Études

La politique de concession de titres de Castille et de grandesses d’Espagne à La Havane entre 1759 et 1833

Dominique Gonçalves
p. 155-174

Résumés

Après la perte de la place forte havanaise en 1762 et sa récupération lors du Traité de Paris, la Couronne espagnole entreprend de la rendre inexpugnable en confiant une partie de sa défense aux élites créoles mieux acclimatées. Ce risque politique est contrebalancé par une distribution de titres de Castille et de grandesses d’Espagne d’une ampleur inégalée. L’ambition étant de conforter le loyalisme de cette élite, attendu qu’une aristocratie n’a vraiment de sens qu’en liaison avec une monarchie. De Charles III à Ferdinand VII, les rois d’Espagne ont ainsi consolidé une société créole qui fut un des piliers espagnols en Amérique, ce qui explique aussi l’absence de lutte pour l’indépendance à Cuba au début du xixe siècle. Par ailleurs, le détail des concessions de titre montre combien l’élite a pu influencer la décision du monarque, illustrant par là qu’elle était pleinement associée à la construction de son identité. Ce qui, déjà, suggère que la relation élites-monarchie n’était pas simplement verticale.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

aristocracia, independencia, elites

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les originalités que présente l’histoire de Cuba au début du xixe siècle la plus connue est sa non-participation aux mouvements indépendantistes qui embrasent le continent américain. Une autre, beaucoup moins perceptible, concerne la forte composante aristocratique de la société de La Havane. Jamais aucune capitale coloniale n’a concentré entre ses murs un si grand nombre de créoles possédant un titre de Castille ou une grandesse d’Espagne : on comptait en 1833, à la mort de Ferdinand VII, près d’une cinquantaine de ces marques honorifiques. Pourtant, au début du règne de Charles III, en 1759, il n’y en avait que trois, en dépit d’une présence espagnole vieille de plus de deux cent cinquante ans. Ce n’est qu’à partir de 1763, lorsque les Britanniques rendent à l’Espagne le port havanais dont ils se sont emparés par la force onze mois auparavant, que la Couronne entreprend une distribution massive de titres. La distribution de ces marques honorifiques faisait partie d’une politique tendant à conserver l’île dans le giron espagnol. C’est pourquoi l’on peut se demander dans quelle mesure la présence d’une nombreuse aristocratie créole dans la capitale cubaine eut une incidence sur la « fidélité cubaine » du début du xixe siècle.

2Cette question peut induire une réflexion en deux points. Le premier consiste à mesurer la stratégie royale de concession de titres, en particulier ses rythmes et ses critères. Cela peut aider à comprendre alors ensuite la force et la cohésion de cette élite, pour, de là, envisager sa capacité d’influence sur les destinées politiques de l’île.

La politique royale de distribution de titres à Cuba

3Un épisode fondamental de l’histoire cubaine se situe durant la guerre de Sept Ans : il s’agit de l’invasion anglaise de la région havanaise qui dura de juin 1762 à juin 1763, où, par le Traité de Paris, Sa Gracieuse Majesté restitua la prise en contrepartie de la Floride. L’échange n’était pas disproportionné si l’on songe que les Espagnols surnommaient La Havane « le verrou de l’empire, murailles des Indes occidentales », car ils pensaient que cette ville, au cœur des liaisons maritimes de l’empire, était imprenable. Mais après une défense héroïque de deux mois, le gouverneur de La Havane n’eut d’autre choix que d’en remettre les clefs au chef de l’expédition ennemie, le comte Albermale. Celui-ci échoua cependant à s’emparer du reste de l’île en raison notamment de la résistance de milices locales entraînées par une partie des élites, qui établirent une sorte de ligne de front à une quarantaine de kilomètres autour de La Havane. Dans le même temps, une autre partie des élites locales fit de fructueuses affaires avec l’occupant, échangeant en particulier du sucre contre des esclaves que les négriers britanniques débarquaient à profusion. Une fraction de l’oligarchie alla même jusqu’à collaborer avec les représentants de la monarchie anglaise.

4Ces élites étaient constituées d’une quarantaine de familles qui avaient assis leur pouvoir économique dans le ravitaillement des flottes espagnoles (notamment en viandes salées) et s’étaient emparées de la municipalité ce qui leur avait permis de se répartir les meilleures terres. Des alliances matrimoniales confortaient déjà la cohésion du groupe, tout comme un idéal de vie nobiliaire qui les avait incité à s’impliquer dans les milices, les œuvres de bienfaisance, la protection des institutions religieuses, et à se passionner pour l’héraldique. Depuis les années 1750, suivant les exemples anglais à la Jamaïque ou français à Saint- Domingue, ces élites investissaient dans la production de canne à sucre, au travers d’un ingenio, c’est-à-dire d’une structure associant terres, esclaves, baraquements et outillages de transformation du vesou. Non seulement un ingenio était rentable, mais il permettait aussi de satisfaire l’idéal nobiliaire de son possesseur, l’hacendado (que l’on pourrait traduire par « planteur »), en régnant à la fois sur des terres et des esclaves, avec plus de droits qu’un seigneur sur ses serfs. Cela l’incitait aussi à s’intéresser aux sciences, pour améliorer les rendements, ce qui l’inscrivait dans les valeurs des élites européennes. Or ce désir d’ingenio se heurtait aux limitations qu’ordonnait la monarchie. En effet, celle-ci tentait de contenir les aspirations de puissance de cette élite, par crainte de voir émerger une oligarchie locale qui aurait pu peser d’un poids politique concurrent sur les destinées du Verrou des Indes.

5Reste que l’épisode avait démontré la force de cette élite capable de rassembler la population pour opposer une résistance victorieuse, là où les troupes régulières avaient échoué. Les raisons de ce succès étaient simples : les plus fortes pertes des armées métropolitaines étaient dues à l’impréparation des soldats au climat et aux maladies tropicales. Les Anglais avaient fini par l’emporter parce que plus nombreux, mais une fois leurs positions établies à La Havane ils n’avaient pas pris le risque de prolonger leur pénétration en milieu hostile, leurs rangs ayant été décimés par les fièvres endémiques. Devant une telle situation il était désormais évident pour Charles III que la stratégie défensive était entièrement à repenser. Il était bien sûr prévu de redresser les murailles que les Anglais s’étaient appliqués à détruire avant de partir et de compléter le système de fortification, mais ce ne pouvait être qu’une première étape.

6La solution qui se profilait consistait à développer, armer et entraîner les milices. Mais cela représentait un pari risqué : donner les moyens de se défendre à des créoles séparés de Madrid par la présence de l’Atlantique autant que par l’absence de véritable loyalisme, c’était prendre le risque de voir un jour les fusils se retourner contre les troupes régulières.

7Parce qu’il n’avait pas le choix, Charles III décida de corriger cet aspect dangereux par une distribution massive de titres de Castille à l’élite havanaise dans le but premier de susciter en elle un sentiment de loyauté envers la bannière espagnole. C’était très habile : en décidant de faire des élites havanaises ses « parents », le roi répondait à leur désir d’aristocratie et les incitait à prendre clairement parti pour le camp monarchique, car que devient la puissance qui émane des titres de comte ou de marquis s’il n’y a plus référence au souverain ? Par ailleurs, en jouant sur le désir de posséder un titre, le roi amorçait une compétition de loyalisme entre les familles. Le souverain ne pouvait rassembler auprès de lui toutes les élites cubaines, mais les encourager à vivre noblement devait naturellement les inciter à entretenir un proche contact avec son représentant, le Capitaine Général, lequel était tenu de leur montrer les signes de la reconnaissance royale. C’était transplanter dans une colonie et dans une dimension moindre un instrument de pouvoir cher aux Bourbons depuis Louis XIV : celui de la Cour.

8Enfin, distribuer des titres présentait un avantage financier pour la monarchie, ce qui était particulièrement important afin de trouver des fonds pour l’édification de nouvelles fortifications. Concéder des titres allait contribuer à cet objectif, parce qu’en premier lieu ils étaient soumis à de lourds impôts (les Lanzas y Media anatas), ensuite parce que dans les relations de mérites il était bien vu d’avoir contribué à fortifier le trésor royal. Il arrivait même que la monarchie demande sans détours aux solliciteurs, un servicio extraordinario, un « service extraordinaire », lorsque les mérites avancés se révélaient insuffisants ou bien en raison d’évènements internationaux exceptionnels.

9De 1763 à 1833 on dénombre un total de quarante et une concessions de titres, d’honneurs de grandesse ou de grandesses d’Espagne effectives à des créoles havanais. Quelles furent les caractéristiques de cette distribution ? Ce n’est pas le propos d’expliquer ici la procédure légale de distribution de titres, mais rappelons toutefois quelques principes simples : le roi d’Espagne garde la haute main sur ces titulatures : l’usurpation n’est pas possible. Pour jouir d’un titre de comte ou de marquis ou d’une grandesse d’Espagne, il faut soit en hériter, soit en faire une demande officielle auprès du monarque qui ouvre alors une enquête minutieuse auprès de l’Audience la plus proche de la résidence de l’impétrant. Dans le cas cubain, il s’agit de l’Audience de Saint-Domingue, dans la partie espagnole de l’île d’Hispaniola ; au début du xixe siècle, cette audience est transférée à Puerto Príncipe dans l’île de Cuba [Gonçalvès, 2004].

  • 1 La majeure partie des informations concernant les titres de Castille concédés à des Américains est (...)

10Pour étudier la politique de concession de titres, le corpus à analyser doit être celui des demandes et non les seules acceptations, puisque l’attribution comme le refus sont une réponse à une sollicitation. Ainsi une absence de concession durant une certaine période pourrait correspondre à un manque de demandes, non à une volonté délibérée du monarque de fermer l’accès au corps des titrés. Le chercheur bénéficie de la conservation d’une abondante documentation, qui lui permet de traiter d’une manière presque exhaustive cette question1. Cette documentation fait d’emblée ressortir deux caractéristiques majeures concernant l’origine géographique des bénéficiaires.

11La première est le faible nombre de péninsulaires résidants ou fraîchement installés à La Havane à recevoir un titre : on n’en compte que trois. Il s’agit des titres de comte del Asalto, de Marquis Velasco del Morro, donnés en guise d’hommage respectivement aux frères du marquis de González et de Luis Ignacio de Velasco y Fernández de Isla, des péninsulaires tués au combat pendant l’assaut britannique. Il faut rajouter le titre de marquis de Casa Enrile donné à Geronimo Enrile y Guersi, un grand négrier gaditain qui résida quelque temps à La Havane. Cette politique peut paraître étonnante si on la compare aux autres régions de l’empire. Frédérique Langue a ainsi montré qu’au Mexique tout au long du xviiie siècle, il y eut plus de péninsulaires que de créoles à recevoir un titre [Langue, 1992, p. 160]. La seconde caractéristique est la représentation quasi exclusive des Havanais parmi ces créoles :

Tableau n° 1. Origine géographique des créoles qui reçurent un titre de Castille ou une grandesse entre 1759 et 1833

Tableau n° 1. Origine géographique des créoles qui reçurent un titre de Castille ou une grandesse entre 1759 et 1833

12Il n’y a là rien d’étonnant si l’on songe à l’importance de La Havane à Cuba, tant par le nombre d’habitants qu’en raison de son rôle économique et militaire. En effet, la capitale comptait 50 000 habitants vers 1760, contre quelques milliers à Santiago de Cuba et à Puerto Príncipe à la même date et cette disproportion ne fit que s’accroître au long de cette période.

13Pour étudier la politique de distribution de grâces menée par les souverains espagnols, il est préférable de s’appuyer sur un graphique qui reprend sous une forme chronologique l’acceptation ou le refus des différentes sollicitations pour les règnes de Charles III, Charles IV et Ferdinand VII (Joseph Ier, el Rey Intruso, ne fut jamais sollicité par un Havanais pour obtenir un titre de Castille). Un tel graphique est présenté en annexe 1.

14Charles III a accédé à quinze demandes et en a refusé onze en vingt-neuf ans de règne. Une analyse détaillée montre que ce bilan déjà très favorable (surtout au regard des trois titres précédents) s’inscrit pleinement dans une stratégie de concessions à marche forcée. Le premier titre, celui de comte de la Real Proclamación a été concédé, dès décembre 1763, à Gonzalo Recio de Oquendo y Hoces qui le demandait depuis… les années 1720, le justifiant par les dons importants effectués pour le lustre des couronnements de Louis Ier, Ferdinand VI et Charles III (de là le choix de sa titulature : « de la Proclamation royale »). Cette dévotion monarchique ancienne n’avait jusque là pas été reconnue, d’où peut-être les efforts financiers supplémentaires fournis par Recio de Oquendo pour lutter contre l’invasion anglaise. Cependant, une fois la reddition signée, il accepta un court moment de seconder le comte Albermale dans l’administration de sa prise. Dans ces conditions, l’obtention de son titre moins de cinq mois après le retour du port cubain dans le giron espagnol est bien le symbole du pardon et du désir de rapprochement du souverain espagnol avec l’élite havanaise. Jusqu’en 1770, le roi donne son accord pour tous les titres qui lui sont demandés. Les motifs présentés sont pour la plupart des contributions financières faites pour contrer l’invasion britannique. Autre preuve de ce désir du monarque de s’attacher les bonnes grâces de l’élite cubaine, les tractations autour du titre de comte de San Juan de Jaruco qu’ambitionnait Gabriel Beltrán de Santa Cruz : il devait lui être remis une fois réalisée la fondation d’un village appelé justement San Juan de Jaruco. Mais il reçut le titre bien avant que le quota de colons initialement prévu ne soit atteint. Les deux dignités comtales suivantes, de Vallellano et de Lagunillas, créées respectivement en 1774 et 1775, l’ont été pour des mérites familiaux peu précis, mais d’où il ressort que les prétendants appartenaient à des familles illustres.

  • 2 AGI, títulos, leg. 2, exp. Casa Montalvo.

15La concession du titre de comte de Casa Montalvo, en 1779, permet de mettre en valeur le rôle d’arbitre suprême du roi. Lorenzo de Montalvo y Ruiz Alarcón avait bénéficié du titre de Macuriges lors de la première grande distribution en 1765. À sa mort, en 1778, il laissait huit enfants issus de deux mariages et un majorat qui comprenait son titre et qu’une disposition testamentaire léguait à l’aîné du second lit, Ignacio Montalvo y Ambulodi. Cette disposition déplut à l’aîné du premier lit qui, demandant justice au Conseil des Indes, fut promptement rétabli dans ses droits en devenant deuxième comte de Macuriges, attendu qu’un titré ne pouvait choisir son successeur. Mais alors, l’héritier désigné se plaignit à son tour, avançant que l’inclusion du titre dans un majorat transmissible selon une volonté propre était légale. Ignacio proposait une solution : il fallait lui concéder un titre pour contenter les deux parties. Il demanda à pouvoir s’appeler comte de Casa Montalvo et présenta pour cela une information, appuyée par toutes les autorités, de la municipalité au Capitaine Général en passant par l’évêque. Ce fut une bonne idée car les enquêteurs soulignèrent la faiblesse de ses mérites. Mais le roi accorda le titre, pour « conserver la bonne harmonie et éviter toute occasion de litiges [entre ces frères] »2.

  • 3 AGI, títulos, leg. 2 exp. Conde Casa Barreto.

16Il faut attendre ensuite 1786 pour que Charles III élève un hidalgo havanais au rang d’aristocrate ; mais il le fait alors pour trois d’entre eux, un quatrième confortant ce groupe l’année suivante. L’examen des motifs qui ont présidé à la concession montre que la politique de distribution de titres de Castille à la fin du règne de Charles III est clairement marquée par le sceau de l’argent, aussi bien en ce qui concerne les acceptations que les refus. Ainsi, en 1786, le nouveau comte de Casa Barreto avait prêté 40 000 pesos à l’administration fiscale3, les deux nouveaux marquis, de Casa Calvo et de Prado Ameno, avaient également avancé beaucoup d’argent pour la reconstruction des fortifications. Il est fort dommage que les documents ne soient pas plus explicites quant aux détails de ces créances. La lettre de noblesse de Gabriel de Peñalver y Cárdenas qui devient comte de Santa María de Loreto en 1787, évoque cependant la somme rondelette de 70 000 pesos prêtée sans intérêts, ainsi que la rallonge de 2 000 pesos pour combler ses manques de mérites. C’est ce même motif qui lui avait valu de se voir signifier un refus l’année précédente.

  • 4 AGI, títulos, leg. 2, exp. Luz Regia.
  • 5 AGI, títulos, leg. 4, exp. Conde Fijo.
  • 6 Elle était estimée à 235 774 pesos, AGI, títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.

17Sur les onze refus enregistrés pendant le règne de Charles III, six concernent la même personne, ce qui montre la présence d’un problème particulier ; une autre négation a été l’année suivante transformée en accord, réduisant à cinq seulement le nombre total de candidats écartés pour le règne de Charles III et ce chiffre aurait même pu tomber à quatre. Commençons par ces cinq personnes différentes : en 1776, José Cipriano de la Luz y Meireles se vit refuser le titre de comte de la Luz Regia (« de la Lumière royale ») parce qu’il voulait en asseoir les taxes inhérentes sur des terres hypothéquées appartenant à son frère4. En 1780, la demande de José Bernardo Carrillo de Albornoz de devenir comte del Fijo (« du Régiment fixe ») est vite rejetée pour manque à la fois de noblesse, de services et de fortune. Fort probablement, l’aspect trop aventurier de ce personnage, mi-mercenaire, mi-militaire de carrière, a dû présenter une dissonance avec le reste du groupe5. Ce n’est ensuite qu’en 1786 qu’un autre Havanais se voit refuser un titre, il s’agit de Geronimo del Pozo y Miranda et ce à la suite d’une grande pétition de l’élite créole. Nous reviendrons sur cette affaire. Cette même année c’est à Gabriel de Peñalver y Cárdenas qu’est refusé le titre de comte de Santa María de Loreto, mais il l’obtiendra l’année suivante, comme nous venons de le voir, en acceptant de payer un supplément. En 1787, on fit la même objection et la même proposition à Pedro Julián Recio de Morales y González-Carvajal. Mais, en dépit de cette modique somme de 2 000 pesos au regard de sa fortune, il n’accepta pas le marché6. Peut-être avait-il lui aussi une certaine conception de l’honneur… Deux remarques encore concernant l’importance de l’argent dans la distribution de titres : c’était un critère nécessaire mais pas suffisant et l’envolée des sommes réclamées n’est pas propre à Cuba. Frédérique Langue a remarqué la même tendance pour le Mexique à la même époque [Langue, 1992, p. 177].

  • 7 AGI, papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 32.

18Quant aux six refus qui concernent la même personne, ils sont à la fois un témoignage de l’importance d’être paré de cette grâce comme de la limite de la bienveillance de Charles III. Celui qui insista tant se nommait Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta, il était le fils de Sebastián Peñalver y Angulo, le seul créole châtié pour collaboration avec l’occupant anglais. Le père et le fils avaient été jugés à Madrid, le premier fut condamné à croupir à Ceuta, mais Gabriel, absous, put rejoindre La Havane librement. Cependant une simple absolution était insuffisante pour gommer l’image de traître et de fils de traître, qui désormais collait à sa personne : la condamnation du père rejaillissait sur toute la famille. C’est pourquoi la seule manière de recouvrer son honneur était d’obtenir un titre, preuve de la confiance du souverain. De là l’insistance de Gabriel pour obtenir la titulature de marquis de la Real Fidelidad, « de la Royale Fidélité ». Malgré tous les refus essuyés il ne cessa de faire preuve de loyalisme envers le roi et de dévouement à la Respublica havanaise, ce qui confirmait la stratégie de Charles III. Par exemple, le 26 avril 1780 il offrait, sans que l’on ne lui demande rien, de soustraire de ses plantations cinquante esclaves pour des travaux de fortifications7.

19Peut-être les mésaventures de Gabriel Peñalver et le refus manifesté à Carrillo de Albornoz expliquent-elles le peu de demandes enregistrées entre 1776 et 1785. Car si recevoir une telle grâce élevait prodigieusement le sollicitant, le refus était proportionnellement infamant : autant y regarder à deux fois avant de faire une demande.

  • 8 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.

20La politique de distribution de titres de Charles IV peut sembler curieuse. Ceci parce qu’elle est loin d’être continue au long de cette période : on remarque au contraire une intense activité (ou accords et refus alternent) au début du règne, qui s’interrompt en 1798, pour reprendre très timidement à l’extrême fin, en 1807, juste avant l’invasion française. On remarque également que le nombre de créations dépasse de très peu le nombre de refus : six contre cinq. Pourtant ici aussi une plus fine analyse montre que le roi n’a pas cherché à limiter le nombre de bénéficiaires : ce sont des évènements extérieurs qui ont contrecarré les politiques élaborées. Dès sont avènement, Charles IV leva les dernières défiances qui subsistaient envers l’élite havanaise puisqu’il concéda enfin le titre réclamé à Gabriel Peñalver y Calvo de la Puerta. Ce dernier ne lésina pas sur les moyens pour l’obtenir : en 1789, il se fit élire député de La Havane afin d’aller à Madrid féliciter Charles IV de sa montée sur le trône… et pour ce faire il avait assumé tous les frais de la représentation8. Arrivé à la Cour, après avoir fait son compliment au roi, il sollicita directement un titre, arguant que cela lui était absolument nécessaire puisqu’il était toujours victime de quolibets sur les évènements de 1762. Dès 1790, Gabriel était fait marquis de Casa Peñalver, mais non de la Real Fidelidad. Même si le titre obtenu n’était pas celui demandé, l’honneur était enfin recouvré.

  • 9 AGI, títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.
  • 10 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.
  • 11 Le nom du titre avait été choisi en fonction d’une seigneurie que la famille avait autrefois posséd (...)

21Ce sont les problèmes qui surviennent dans l’île d’Hispaniola qui expliquent le faible nombre de titres distribués. En effet, la révolte des esclaves d’août 1791 de la partie française de l’île perturba les relations et le fonctionnement de l’Audience de Saint-Domingue située dans l’autre partie. Si Ignacio Peñalver y Cárdenas fut fait officiellement marquis de Arcos en 1792, c’était parce que les enquêtes avaient été réalisées entre la fin de 1790 et le début de l’année 1791. José Manuel de Zaldívar y Murguía devint comte de Zaldívar de la Real Fidelidad en 1798 parce que l’instruction de son dossier était presque achevée depuis bien longtemps9 ; le versement de 1 000 pesos pour que les dernières formalités se poursuivent à Madrid facilita les choses10. Et c’est parce qu’il résidait officiellement à Madrid depuis 1793 que Joaquín María Beltrán de Santa Cruz put faire toutes les démarches dans la capitale pour obtenir trois ans plus tard son titre de comte de Santa Cruz de Mopox11. Et au contraire, quatre des cinq refus manifestés entre 1791 et 1796 s’expliquent par ce problème d’accessibilité de l’Audience de Saint- Domingue. Ce n’est qu’à partir de 1800 que cette administration fut transférée dans la ville cubaine de Puerto Príncipe, mais elle n’eut pas les moyens de fonctionner correctement, l’Espagne ayant d’autres priorités budgétaires puisqu’elle s’enfonçait, avec le reste de l’Europe, dans les guerres de la Révolution française et de l’Empire. Le cinquième refus est de nature différente : en essayant de décoder une généalogie embrouillée à dessein, les enquêteurs conclurent qu’un des ancêtres de l’impétrant, José de Armenteros y Zaldívar, avait deux mères ! Il avait triché sur sa noblesse et l’argent qu’il proposait en compensation ne lui fut d’aucun secours.

  • 12 1 343 hectares exactement. Le document parle de 100 caballerías. Une caballería, mesure variable
  • 13 AGI, ultramar, leg. 198.

22Au contraire, un dernier élément confirme tout l’intérêt que Charles IV prêtait à l’élite havanaise : les deux concessions de grandesses d’Espagne qu’il fit en 1807 et 1808. Les deux personnes furent distinguées pour des motifs qui se recoupent sur un point : la fortune, mise au service du roi ou à l’éclat de la Cour. C’est en récompense de plus de 1 300 hectares de terres cubaines12 donnés à la Couronne que le marquis de San Felipe y Santiago obtint de Charles IV le privilège d’être le premier Cubain – et le deuxième créole depuis la conquête américaine – à se voir appeler « cousin » par le roi13. Il faut rajouter à son crédit que ledit marquis détenait le titre le plus anciennement porté à Cuba. C’est la dernière grâce concédée en 1808 qui constitue une innovation par rapport à toutes les précédentes. En effet, cette année-là, Francisco Xavier, deuxième comte de San Juan de Jaruco et quatrième de Santa Cruz de Mopox, obtint la grandesse d’Espagne expressément en souvenir de son père, dont la soudaine disparition l’année précédente causa un profond chagrin à la Cour de Madrid où il était fort apprécié [Santa Cruz y Mallén, 1940, tome I, p. 345]. Ceci en partie à cause de la vie brillante qu’il menait avec son épouse María Teresa Montalvo y O’Farrill. Pour reprendre l’expression de Levi Marrero, lors de leur installation à Madrid ils reçurent de la Cour le meilleur accueil que l’on pouvait offrir au « talent, à la jeunesse et à l’opulence » [Marrero, 1984, tome X, p. 152]. Une opulence que leur permettaient les revenus des ingenios familiaux et qui servait au jeune couple à attirer dans ses salons tout ce que la capitale comptait de plus brillant, de plus fortuné et de plus influent. Bientôt ce fut Godoy, le favori du roi, qui fut séduit, notamment après que Santa Cruz finança entièrement la création d’une Compagnie américaine des Gardes du corps dont il prit le commandement en août 1793. En 1794 la tactique d’approche avait pleinement réussi : Godoy accepta sa présence en cercle restreint, au fumoir, puis à table et lui adressa plusieurs fois la parole. La consécration arriva le 2 mai de cette année lorsque Charles IV s’entretint avec Godoy et lui, les prenant chacun par un bras [Vallellano, 1928]. Sa demande pour obtenir la grandesse était en bonne voie lorsque la mort le surprit à La Havane, le 5 avril 1807, et c’est donc naturellement que le roi fit retomber cette grâce sur son fils, dont il avait déjà accepté le baptême dans la chapelle du Palais royal à Aranjuez [Santa Cruz y Mallén, 1940, tome I, p. 349]. Peut-on voir symbole plus emblématique du succès de la politique de fidélisation entreprise par Charles III que ces deux grandesses d’Espagne ?

23Durant ses années de captivité à Valençay, Ferdinand VII assista, impuissant, aux premiers mouvements indépendantistes sur le continent américain : il put saisir le contraste qui se faisait jour avec la grande colonie insulaire. Nul doute que ce monarque, si soucieux d’autorité et empreint du culte de la tradition, fut alors convaincu par la stratégie de son grand-père, au point de vouloir la porter, une fois libre, à un niveau jamais atteint. C’est ce qu’il ressort de la dernière partie du graphique. De 1814 à 1833 ce sont au total vingt titres de Castille, un honneur de grandesse et une grandesse qui furent concédés, soit en moyenne plus d’une grâce par an. Et en contrepartie, on ne compte que cinq refus pour trois personnes.

24Commençons par voir ce qui a motivé ces refus, de titre de Castille tout d’abord. Le premier, qui se produit seulement en 1819, concerne Francisco José de Peñalver y Cárdenas comte consort de Santa María Loreto, qui sollicitait la titulature de comte du Rio Blanco afin d’en doter sa seconde fille, la première devant hériter du titre que portait sa mère. La monarchie n’accéda pas à cette demande car le sollicitant avait voulu asseoir le paiement des Lanzas y Media anatas sur un héritage dont il ne disposait pas encore de la jouissance pleine et entière. S’il ne reformula pas la demande, c’est certainement parce qu’il mourut moins de trois ans plus tard n’ayant toujours pas pu bénéficier de cet héritage. Le refus suivant fut signifié à Anastasio Francisco de Armenterosy y Zaldívar, le fils de celui qui, quelques années plus tôt, avait voulu tricher sur sa noblesse : les fausses informations généalogiques du père entachaient forcément le dossier du fils. Enfin, en 1828 et 1833, ce fut José María Calvo de la Puerta y O’Farrill qui essuya deux refus : son dossier apparaissait farfelu puisque dans sa première demande il prétendait à la dignité comtale en vertu d’un titre ancestral perdu. En 1833, l’impétrant reconnaissait lui-même que son dossier était mal ficelé car il avait peu de temps pour s’en occuper tant il était pris par ses fonctions édilitaires : il est exact qu’il donna beaucoup de sa personne pour enrayer l’épidémie de choléra qui dévasta La Havane cette année-là. Mais cette attitude courageuse, pas plus que les nombreuses recommandations qu’il présenta ne parvinrent à lui faire obtenir la titulature de marquis de la Salud (« de la Santé ») ; il est probable que son passé trouble en Espagne durant l’invasion napoléonienne a pesé contre lui. Cette supposition peut être étayée par le traitement équivoque qui fut réservé en 1816 à Gonzalo José de Herrera y Santa Cruz, auquel le roi dénia les honneurs de Grand d’Espagne qu’il sollicitait parce qu’il avait commis la faute de se faire élire député des Cortes en 1813. Cependant, le monarque lui accorda le titre de Castille (de comte de Fernandina) qu’il n’avait pu obtenir jusque-là en raison des troubles à Saint- Domingue et de l’invasion napoléonienne. Les sommes qu’il versa pendant la guerre d’Indépendance firent pencher la balance en sa faveur.

25Ferdinand VII accorde lui ses grâces selon un rythme soutenu et régulier. Les petits creux de 1822 et 1831 correspondent au bref rétablissement de la Constitution, d’abord lors du Trienio Liberal (1820-1823) et à la tentative de la part de Ferdinand VII d’une recherche d’alliance avec les constitutionnalistes, pour promouvoir les droits de sa fille unique au trône d’Espagne. À ces deux moments, le roi comme les élites ont tenu à afficher une distanciation de leurs relations, qui ne fut que de façade.

  • 14 AGI, títulos, leg. 1, exp. Baynoa.
  • 15 AGI, títulos, leg. 2, exp. Fernandina.
  • 16 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

26Parmi les motifs qui ont présidé à l’attribution des titres au début du règne de Ferdinand VII, les sommes versées pendant la guerre d’Indépendance, les dons effectués pour l’écrasement des rebelles sur le continent, les donations en terres faites pour le peuplement de l’île figurent au premier rang et ce sont de grosses sommes qui sont en jeu. Le nouveau comte de Baynoa par exemple a cédé au ministère des Finances quarante cavaleries d’excellentes terres, soit 40 000 pesos au bas mot, pour installer des familles de colons14. On ne sait à combien se montent les diverses donations de Gonzalo José de Herrera, qui vient d’être mentionné, pour qu’il obtienne son titre comtal, mais elles furent élevées. Il contribua aussi pour une bonne part au financement de l’attelage avec lequel le roi fit son entrée triomphale à Madrid en 181415. Notons du reste que ces honneurs de Grandesse refusés furent consentis en 1819 à son fils. Le plus bel exemple de l’importance de l’argent dans les attributions de grâces se trouve dans la procédure qui aboutit à conférer les honneurs de Grandesse au comte de Casa Barreto. Il les avait demandés comme récompense de son action soi-disant énergique pour empêcher la création d’une Junta en 1808. Mais sa demande irrita les autres représentants du cabildo, puisqu’en voulant grandir son rôle Casa Barreto les accusait indirectement d’accord tacite. La protestation unanime des échevins fut une aubaine pour la monarchie qui en profita pour proposer à Casa Barreto les honneurs de grandesse contre la somme de 70 000 pesos, le prix d’un petit ingenio. Après quelques années de réflexion et un temps pour négocier l’échelonnement du paiement, Casa Barreto accepta en 182116.

  • 17 « Cuantiosos desembolsos hechos para las urgencias del Estado », AGI, títulos, leg. 12b, exp. Villa (...)
  • 18 « […] de su fidelidad y amor al soberano, de lo cual ha dado pruevas positivas en cuantos emprestit (...)

27Tout au long du règne de Ferdinand VII, l’argent des élites de la plantation havanaise prit une grande importance dans l’octroi des titres, quand bien même il n’était pas le critère premier à l’heure de la décision. Les rêves chimériques du souverain de lutte contre les mouvements indépendantistes qui s’étaient brusquement rallumés lors du Trienio Liberal et les idées plus folles encore de reconquête des territoires perdus saignaient les finances d’un État toujours en convalescence depuis l’invasion napoléonienne. En 1825, sur l’acte qui confère à Bernabé Martínez de Pinillos la titulature de comte de Villanueva, il est fait mention des « grandes sommes versées pour les urgences de l’État »17. L’année suivante, Miguel de Cárdenas y Peñalver est invité à verser la somme de 10 000 pesos supplémentaires pour compenser les manques de mérites personnels qui lui bloquent l’accès à la titulature de marquis de Campo Florido. À la même époque, son cousin Nicolás de Peñalver y Cárdenas avait acheté au monastère Notre Dame de Montserrat de Madrid un des quatre titres de Castille que le roi avait donné à l’institution religieuse en 1816. Il le paya 100 000 réaux de billons. Un deuxième fut acheté par un autre Havanais en 1829, Gabriel Calixto Lombillo y Herce. Quand bien même, ici, l’argent ne retombait pas dans les caisses de la monarchie – ces titres étant de surcroît exempts de Lanzas y Media anatas –, ils révèlent la puissance financière de cette oligarchie qui, dans cette opération, acquiert la moitié des titres mis en vente. En 1832 encore, Ferdinand VII concéda à Carlos José de Pedroso y Garro le titre de comte de Casa Pedroso y Garro après avoir lu la recommandation du Capitaine Général qui disait que le sollicitant avait montré « sa fidélité et son amour du souverain en donnant des preuves sous forme de prêts et de dons lors des urgences du trésor royal »18.

28Dans cette liste de personnes distinguées par Ferdinand VII, le seul qui échappe aux « services financiers » est le marquis du Quesne en 1827. Il est l’exception qui confirme la règle puisque Pierre Correur de Sercourt était un aristocrate français, officier de marine, qui, après avoir fui la révolution de Saint-Domingue, avait séjourné en Martinique pour finir par se marier au sein de l’oligarchie havanaise. Aussi, bien que son titre espagnol fût reconnu comme une création officielle par l’administration, on peut y voir en fait une reconnaissance de son titre français : il était le cinquième marquis du nom. C’est pourquoi son admission dans las strate aristocratique cubaine ne fut aucunement un problème, mais vu comme un honneur par cette dernière. À ce propos, quelle était la composition de cette strate ? Ne peut-elle être un élément éclairant dans ce problème ?

Force et cohésion de la saccharocratie havanaise

29Pour mieux appréhender l’origine et le parcours des personnes qui ont obtenu une distinction nobiliaire, une liste en a été dressée sous forme de tableau (Annexe 2), selon l’ordre chronologique des concessions. Les mentions portées sont, outre la date d’obtention, la titulature retenue et le nom du bénéficiaire, la qualité de ces personnes : un point d’interrogation signifie que très probablement la personne jouissait de cette qualité, sans qu’aucun document ne le prouve. Le tableau précise s’ils occupaient un poste primordial à la municipalité : soit de regidor (fonction viagère et héréditaire assimilable à celle d’échevin), soit d’alcalde ordinario (poste électif annuel correspondant à celui de maire), ou bien encore de síndico (sorte de secrétaire général). Une recherche a été faite aussi sur la participation de ces personnes dans l’armée régulière ou les milices ; sauf mention contraire, les grades concernent le premier corps. Enfin, les liens de parenté avec d’autres titrés havanais concernent uniquement ceux entre père et fils, entre beau-père et gendre et entre beaux-frères ; par souci de clarté on a écarté les nombreux liens de cousinage.

30Les enseignements que nous fournit ce tableau concernant la composition du groupe distingué sont édifiants. On note tout d’abord une large prépondérance d’hacendados : le roi a toujours privilégié une strate économique, celle qui produisait et non celle qui se consacrait au commerce… et ce n’était pas forcément la plus riche. Certes en 1763 les producteurs, qui étaient alors principalement des éleveurs, représentaient la catégorie économique la plus puissante ; ils ont ensuite investi massivement dans la canne à sucre pour réaliser des fortunes fabuleuses à la charnière du siècle. Mais, à partir de 1820, les commerçants péninsulaires qui contrôlaient les réseaux de la traite, les circuits d’approvisionnement de l’île et de redistribution de sucre ont commencé à dominer l’économie au point de faire d’un grand nombre d’hacendados leurs créanciers. Mais seuls les commerçants qui avaient choisi l’option économiquement illogique d’investir dans la possession d’ingenios, à l’instar de Santiago Cuesta y Manzanal, Claudio Martínez de Pinillos, ou de Gabriel de Lombillo y Herce, rejoignent le groupe des aristocrates. Le roi a encouragé la grande plantation de cannes à sucre en en faisant un élément fondamental pour l’obtention d’un titre et a voulu constituer un groupe créole économiquement homogène sur lequel il pouvait fermement s’appuyer ; ce n’est qu’ensuite que le groupe d’hacendados aristocrates a pérennisé cette association « ingenio-titre » qui définissait les deux piliers de l’identité de cette élite que l’on a rapidement surnommé la « saccharocratie » : l’aristocratie du sucre. C’est ainsi qu’il faut comprendre le refus de titre pour Geronimo del Pozo y Miranda en 1786. Dans une pétition, signée par cette « saccharocratie », Pozo, éleveur de bétail et non hacendado, se voyait taxé de « matador ». Il est vrai, par ailleurs, que ce richissime éleveur n’avait aucun lien de famille avec un titré et n’avait pas non plus exercé de charge au cabildo. Si le grand propriétaire qui devint comte de Baynoa ne possédait pas d’ingenio, il cultivait en tout cas le café à grande échelle et sa belle-famille était implantée au cabildo. L’exemple de Pozo montre le poids des élites qui parviennent à s’opposer à une décision royale et laisse songeur quant au mépris dont elles font preuve envers une a personne qui occupait le même emploi que leurs propres parents. Cette intransigeance de néophytes suggère un comportement politique similaire. Ajoutons que la mésaventure de Pozo y Miranda servit d’exemple, puisque aucune personne ne s’est ensuite risquée à demander un titre sans avoir au préalable l’aval du groupe aristocratique.

31Le tableau nous montre une évolution en ce qui concerne l’implication des nouveaux titrés dans les institutions municipales ou militaires : très forte à l’origine, elle décline au cours de cette période. Il est cependant difficile d’y voir un changement d’attitude de la part de la « saccharocratie » des facteurs externes entrant en ligne de compte.

32En effet, la municipalité vit, de 1812 à 1814 et de 1820 à 1822, deux périodes troublées par l’application du régime constitutionnel. Le rythme des élections d’alcalde ordinarios – qui étaient en fait des cooptations – est perturbé, tandis que les charges héréditaires de regidores sont dans le même temps supprimées, ce qui nécessairement a des répercussions sur les carrières des aspirants au titre. Il en va de même pour la participation des élites dans l’armée : si la monarchie les a autorisées à prendre l’uniforme c’était d’abord pour faire face aux appétits des puissances étrangères. Or, après le Congrès de Vienne et la doctrine Monroe, l’Espagne n’avait plus à redouter d’attaques européennes sur ses possessions d’outre-mer, tandis que les États-Unis n’envisageaient pas encore d’intervention armée. De plus, à partir de 1824, la perte de ses colonies sud-américaines oblige Ferdinand VII à concentrer ses forces armées à Cuba, aussi bien celles qui, vaincues, se replient, que celles qui, fraîchement arrivées de Péninsule, ont des ambitions de reconquête. Par ailleurs, les progrès de la médecine et le raccourcissement du temps de navigation favorisaient l’envoi de régiments espagnols. Dans ces conditions, les milices n’étaient plus indispensables et donc en faire partie ne constituait plus un critère fondamental pour demander un titre.

33Un autre critère en grande évolution était celui des parentés avec le corps des titrés. C’est très facilement compréhensible. Si l’on ne rencontrait que peu de parents de titrés dans les années 1760-1770… c’est tout simplement parce qu’il n’y avait alors que très peu de titrés. Mais ensuite, il apparaît clairement qu’être un parent proche d’une personne titrée était un élément fondamental pour accéder à cette strate sociale. Cela confirme le souci d’homogénéité déjà évoqué, auquel aspirait la « saccharocratie », qui se manifesta du reste par une endogamie poussée à un niveau extrêmement élevé, au point de ne tolérer que quelques exceptions matrimoniales en dehors de la plantation créole havanaise. Mais cette politique tendant à se marier entre cousin et cousine, entre oncle et nièce, amena rapidement des difficultés de reproduction biologique. De ce fait, après 1820, pour assurer sa propre perpétuation, la « saccharocratie » se vit contrainte d’intégrer les plus planteurs des commerçants.

34En dépit de ce dernier signe de faiblesse, la « saccharocratie » a montré sa force en étant capable d’être l’élément principal de sa construction identitaire, le roi étant de plus en plus relégué à la confirmation de ces choix. Aussi faut-il s’interroger sur l’aide qu’a pu apporter l’élite aristocratique à la monarchie pour lui faire accepter ce rôle.

  • 19 AGI, títulos, leg. 2 exp. Conde Fernandina.
  • 20 AGI, títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.
  • 21 AGI, títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.

35On a pu déterminer au cours des lignes précédentes deux formes d’aide de l’oligarchie auprès de la monarchie : financière et militaire. Il faut revenir sur ces dernières, qui s’entremêlent, et évoquer aussi l’aide politique qui les sous-tend. L’aide financière de l’oligarchie havanaise a d’abord concerné la reconstruction des fortifications, sous forme de contributions monétaires ou de mises à disposition d’esclaves, pour consolider le château d’El Morro ou construire l’imposante forteresse de La Cabaña par exemple. Au fil du temps cette aide s’est étendue à d’autres périmètres et à beaucoup d’autres domaines. Ainsi, après hésitation, l’Espagne choisit de rejoindre la France dans son soutien aux colons révoltés d’Amérique du Nord, mais Charles III ne disposait pas véritablement des moyens financiers de cette ambition. En août 1781 un émissaire de l’amiral de Grasse, le commandant des forces navales françaises engagées, relâchait cependant à La Havane pour y demander une aide financière. Le trésorier Ignacio de Peñalver y Cárdenas lui répondit honnêtement que les caisses de l’administration étaient vides. Mais les planteurs disposaient de quelques ressources… en six heures ils réunirent 500 000 pesos. L’escadre française trouva ainsi les moyens de faire le blocus de la baie de Chesapeake, ce qui permit aux colons de gagner la bataille de Yorktown, décisive pour l’indépendance des États-Unis… qui allaient se révéler un bon partenaire commercial pour les hacendados. Durant la guerre contre Napoléon, les planteurs envoyèrent quantités de subsides aux troupes défendant la Mère patrie. Ainsi, entre 1808 et 1814, Gonzalo José de Herrera y Santa Cruz entretint dix soldats qui se battaient dans la Péninsule19, Carlos José Pedroso y Garro trois20, le marquis de Casa Peñalver quinze, jusqu’à sa mort en 1812, ce qui lui coûta plus de 11 000 pesos21. C’est le plus souvent sous forme de caisses de sucre que furent faites les contributions et les registres récapitulant les dons montrent une véritable émulation parmi les hacendado: donner beaucoup conférait prestige et engageait la future monarchie à se montrer reconnaissante.

36L’engagement des Havanais pour la bannière espagnole fut également physique ; très tôt les nouvelles milices prouvèrent leur fidélité. En mai 1765, quatre-vingt-dix-neuf hommes d’un régiment de l’armée régulière, détachés à Santiago de Cuba, se rebellèrent pour dénoncer des arriérés de solde. Le Capitaine Général fit donner les milices, lesquelles n’hésitèrent pas à employer le canon : plusieurs mutinés trouvèrent la mort, mais l’ordre revint dans la colonie. C’est ici aussi durant l’invasion napoléonienne que l’implication dans la lutte armée fut la plus forte. Et cette implication fut immédiate : lorsque le 2 mai 1808 le capitaine sévillan Daoiz tombe sous les balles des soldats de Murat juste après avoir lancé l’appel à l’insurrection, il a pour lieutenant à ses côtés Rafael de Arango y Núñez del Castillo.[Arango y Núñez del Castillo, 1848]. Parmi les Cubains qui se couvrirent de gloire contre les aigles napoléoniens, il faut citer le maréchal de camp José Pascual de Zayas-Bazán y Chacón, les frères Martínez de Pinillos (dont un y perdit la vie). À l’inverse, à notre connaissance, aucun aristocrate havanais ne combattit contre la bannière espagnole, quand bien même certains embrassèrent, au plus haut niveau, la cause joséphiste.

37Enfin, le soutien des hacendados a été aussi d’ordre idéologique, en affichant clairement leurs préférences absolutistes. Si La Havane n’a pas goûté en 1808 à l’expérience de la Junta qui a été le premier pas vers l’indépendance des colonies américaines, c’est bien parce que les oligarques – partout les premiers concernés par ce genre de mouvement – s’y sont opposés. Quelques planteurs eurent bien l’idée d’en créer une, comme on l’a dit, mais ils furent vite isolés, surtout lorsque le brigadier créole Francisco de Montalvo y Ambulodi posa son sabre sur la table pour évoquer le recours aux armes contre tout pouvoir autoproclamé. Durant les périodes constitutionnelles, en 1812-1814 et 1820-1823, l’oligarchie fut contrainte d’abandonner en partie la municipalité aux libéraux : si elle n’envisagea pas une action armée, elle ne tenta pas non plus de composer avec eux. Ce fut le retour d’exil de Ferdinand VII et l’expédition des « Cent mille fils de Saint Louis », qui replacèrent les planteurs en situation dominante, montrant combien la fidélité au monarque leur était également indispensable. On ne compta enfin jamais aucun d’entre eux parmi les conspirateurs indépendantistes. Ce soutien à la cause absolutiste est facile à expliquer : au xixe siècle, les familles aristocratiques traitaient presque directement avec le souverain. Pour peu que l’on présentât bien les choses, on obtenait de lui ce que l’on voulait. Alors que, dans un schéma constitutionnaliste, passer par le filtre d’un Parlement aurait fait perdre beaucoup d’influence et, à coup sûr, renforcé le pouvoir des commerçants, créoles ou péninsulaires…

Conclusion

38Une aristocratie d’Ancien Régime n’a de sens que par l’existence d’une monarchie et celle-ci ne peut se perpétuer sans l’appui d’une aristocratie. L’exemple des élites havanaises et de la monarchie espagnole est à cet égard remarquable. Lorsque la première s’est aperçue qu’elle ne pouvait assurer seule le contrôle de Cuba, elle a modelé la seconde pour la servir. À la fin du xviiie siècle, Cuba devint le premier producteur de sucre mondial et les taxes générées tout comme la richesse des hacendados conféraient à l’ensemble une place particulière pour l’administration espagnole sans cesse en quête de revenus. En retour, les aristocrates attendaient du roi d’Espagne la reconnaissance de leur prééminence, un arbitrage entre familles puissantes, la permission de produire du sucre et des facilités pour importer des esclaves, surtout au moment où le Royaume-Uni prétendait abolir ce commerce. Quand l’empire continental s’effondra, Ferdinand VII tenta de faire de Cuba une nouvelle base de reconquête.

39Tous les éléments semblaient donc réunis pour établir cette solide alliance entre la monarchie et l’oligarchie, sanctionnée par la concession de titres de Castille et grandesses d’Espagne. Elle se manifeste du reste à travers le choix de la titulature des récipiendaires. Sur les trente-huit titres de Castille qui sont acceptés (en excluant le marquisat du Quesne puisque l’on comprend que l’aristocrate français ne tenait pas à changer de nom), sept font explicitement référence à la monarchie ou à Ferdinand VII : Real Proclamación, Real Agrado, Real Socorro, de Fernandina, Zaldívar de la Real Fidelidad, Casa Ramos de la Fidelidad, San Fernando Peñalver. Ce dernier aspect n’est pas seulement symbolique, il est une illustration du pacte entre deux forces politiques au-delà de l’océan Atlantique et au delà des vicissitudes de l’histoire. C’est un élément fondamental à retenir pour comprendre pourquoi Cuba a été longtemps surnommée « la Isla siempre fiel ».

Haut de page

Bibliographie

Arango y Núñez del Castillo Rafael de, La memorable defensa del Parque de artillería de Madrid el día 2 de mayo de 1808, Madrid, 1848.

Gonçalves Dominique, « La noblesse de la municipalité havanaise », in Mélanges de la Casa de Velázquez, Tome 34-2, octobre 2004, p. 185-205.

Langue Frédérique, Mines, terres et sociétés à Zacatecas (Mexique) de la fin du xviie siècle à l’indépendance, Publication de la Sorbonne, Paris, 1992.

Marrero Levi, Cuba : Economía y Sociedad, Azúcar, Esclavitud y Conciencia (1763-1868), 12 tomes, Edit. Playor, Madrid, 1984.

Santa Cruz y Mallén Francisco Javier, Historia de las familias cubanas, 6 tomes, Edit. Hércules, La Havane, 1940.

Vallellano Comte de, Nobiliario Cubano, Las grandes familias isleñas, Francisco Beltrán, Madrid, 1928.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : La politique de distribution de grâces nobiliaires à La Havane de Charles III à Ferdinand VII

Annexe 2 : Les bénéficiaires d’une grâce nobiliaire entre les règnes de Charles III et de Ferdinand VII

Haut de page

Notes

1 La majeure partie des informations concernant les titres de Castille concédés à des Américains est rassemblée dans des chemises contenues dans quatorze liasses classées par ordre alphabétique de titulature. Ces liasses, numérotées de 1 à 12b, constituent la section títulos de Castilla, de l’Archivo General de Indias (AGI).

2 AGI, títulos, leg. 2, exp. Casa Montalvo.

3 AGI, títulos, leg. 2 exp. Conde Casa Barreto.

4 AGI, títulos, leg. 2, exp. Luz Regia.

5 AGI, títulos, leg. 4, exp. Conde Fijo.

6 Elle était estimée à 235 774 pesos, AGI, títulos, leg. 9, exp. San Lorenzo.

7 AGI, papeles de Cuba, leg. 1242, exp. 32.

8 AGI, Santo Domingo, leg. 1477.

9 AGI, títulos, leg. 12 b, exp. Zaldívar.

10 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

11 Le nom du titre avait été choisi en fonction d’une seigneurie que la famille avait autrefois possédée dans ce qui allait devenir la Colombie. Le lieu est aujourd’hui connu sous le nom de Mompox, raison pour laquelle il peut y avoir des confusions quant à l’orthographe de ce nom.

12 1 343 hectares exactement. Le document parle de 100 caballerías. Une caballería, mesure variable

selon les colonies, vaudrait à Cuba 1 343 ares, selon le Diccionario de la Lengua española (Vigésima

Edición, Espasa Calpe, Madrid, 1984). Son prix serait compris entre 1 000 et 1 500 pesos selon qu’elle est ou non plantée d’arbres.

13 AGI, ultramar, leg. 198.

14 AGI, títulos, leg. 1, exp. Baynoa.

15 AGI, títulos, leg. 2, exp. Fernandina.

16 AGI, Santo Domingo, leg. 1972.

17 « Cuantiosos desembolsos hechos para las urgencias del Estado », AGI, títulos, leg. 12b, exp. Villanueva.

18 « […] de su fidelidad y amor al soberano, de lo cual ha dado pruevas positivas en cuantos emprestitos

y donativos se han ofrecido en los apuros pasados del real erario », AGI, títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

19 AGI, títulos, leg. 2 exp. Conde Fernandina.

20 AGI, títulos, leg. 2, exp. Conde Casa Pedroso.

21 AGI, títulos, leg. 7a, exp. Peñalver.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Origine géographique des créoles qui reçurent un titre de Castille ou une grandesse entre 1759 et 1833
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2149/img-1.png
Fichier image/png, 11k
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2149/img-2.png
Fichier image/png, 132k
URL http://cal.revues.org/docannexe/image/2149/img-3.png
Fichier image/png, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Gonçalves, « La politique de concession de titres de Castille et de grandesses d’Espagne à La Havane entre 1759 et 1833 », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 155-174.

Référence électronique

Dominique Gonçalves, « La politique de concession de titres de Castille et de grandesses d’Espagne à La Havane entre 1759 et 1833 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://cal.revues.org/2149 ; DOI : 10.4000/cal.2149

Haut de page

Auteur

Dominique Gonçalves

Dominique Gonçalves travaille à l’université Toulouse II – Le Mirail / FRAMESPA.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org