Navigation – Plan du site
Dossier. La question environnementale en Amérique latine

Développement durable, contestation et légitimité : la perspective des mouvements altermondialistes

Carlos R. S. Milani et Chloé Keraghel
p. 137-151

Résumés

La critique des résultats peu contraignants du processus de Rio sur le développement durable passe nécessairement par la reconnaissance de l’incapacité du modèle économique actuel à résoudre les problèmes socio-environnementaux qu’il engendre. Du coup il n’est pas surprenant que les acteurs de la contestation transnationale s’emparent de ce sujet et proposent la redéfinition d’une problématique fondée cette fois-ci sur la prise en compte d’une multiplicité de voix, la production de la contre-expertise et la diffusion de rapports scientifiques par les acteurs sociaux et politiques eux-mêmes. Les mouvements altermondialistes questionnent le développement durable par leur positionnement à l’égard d’un modèle économiciste qui, à leur avis, néglige la diversité des cultures et la particularité des histoires et des économies locales. Cet article analyse rôle de ces acteurs dans la refonte de l’agenda politique en matière de développement durable.

Haut de page

Texte intégral

1La notion de développement durable est déjà à l’ordre du jour de la Conférence de Stockholm en 1972. Par la suite, elle est reprise dans le débat académique et retravaillée au sein des agences du système des Nations-unies et de plusieurs organisations non-gouvernementales. Les définitions d’un développement durable sont très diverses. Il y a presque autant de définitions que d’acteurs parlant au nom du développement durable : associations, administrations publiques, mouvements écologiques, organisations internationales, syndicats, entreprises et cabinets de consultants évoquent tous le développement durable dans l’actualité. En fait, son succès rhétorique tient pour beaucoup à ses ambiguïtés et à sa prétention à tout concilier [Smouts, 2005]. Il existe néanmoins un certain consensus dans toutes ces définitions autour de l’équilibre nécessaire entre les trois axes société, économie et environnement, mais également en ce qui concerne les rapports entre les générations présentes et futures. Un certain mode de développement, fondé sur le recul à l’infini des limites physiques de la planète, serait devenu caduc et sa poursuite aux différentes échelles spatiales et temporelles serait clairement impraticable et insoutenable pour l’humanité tout entière [Sachs, 1993].

2L’évolution du concept de développement durable, notamment depuis la Conférence de Rio de Janeiro en 1992, dévoile les nombreuses contradictions de l’action politique à tous les niveaux. Les différents programmes et agences spécialisées des Nations-Unies soutiennent la plateforme du développement durable dès le début. Il est également au centre des conclusions de la Stratégie Mondiale pour la Conservation, publiée en 1980 par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles (IUCN, appelé aujourd’hui World Conservation Union) et du Rapport de la Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement (le Rapport Brundtland, publié en 1987). Dans ces deux documents, les éléments centraux du développement durable sont la solidarité à travers et entre les générations, ainsi que les notions de besoins essentiels [Pearce et Warford, 1993]. Et pourtant, malgré cet engouement international pour le développement durable, sa définition reste très difficile à préciser, surtout en terme d’action politique. Même lors de la Conférence de Rio de Janeiro en 1992, malgré tous les efforts menés par les gouvernements et les organisations non-gouvernementales, les divergences entre le Nord et le Sud se sont perpétuées. Au-delà des clivages traditionnels (protection de l’environnement / besoin de croissance économique, régulation internationale sur les biens communs / exercice de la souveraineté nationale, conditionnalités financières / financements additionnels), les pays du Nord ont privilégié les principes du pollueur-payeur et de la précaution, la préservation des ressources naturelles et le contrôle de la natalité dans les différents documents de la Conférence, alors que les pays du Sud ont préconisé le partage des responsabilités (notamment financières), le transfert des technologies nouvelles selon des bases plus favorables que celles du marché, ainsi que l’augmentation de l’aide publique au développement (selon le but fixé par l’ONU de 0,7 % du PNB).

3Une fois encore, dans le cadre de ce « processus de Rio » (qui comprend les sommets de Rio +5 à New York et Rio +10 à Johannesburg), l’action collective pour sauver la planète n’a pas supplanté la quête de la croissance économique en tant que thème directeur de l’ordre mondial. En Amérique latine, par exemple, la décennie 1990 a été marquée par les politiques d’ajustement structurel et la recherche des taux élevés de croissance, la problématique environnementale jouant un rôle mineur dans les négociations politiques et les arbitrages financiers dans les investissements à réaliser par l’État et les entreprises. Encore de nos jours, les responsables des dossiers relatifs à l’environnement ont du mal à les faire passer en priorité face aux impératifs économiques de croissance des exportations : c’est le cas, par exemple, du Brésil où le gouvernement national accorde davantage d’importance à l’agrobusiness d’exportation qu’à la protection de la production agro-écologique et familiale ou à la demande des altermondialistes d’interdiction des organismes génétiquement modifiés.

4Le bilan du processus de Rio est donc mitigé : la critique à ses résultats peu contraignants passe par la reconnaissance de l’incapacité de l’actuel modèle économique à résoudre les problèmes socio-environnementaux qu’il engendre. Cela veut dire que la crise contemporaine de l’environnement ne peut pas être désignée comme un simple résultat de l’action prédatrice du Nord. En Amérique latine en particulier, la corruption, la mauvaise utilisation des fonds publics, la mise en œuvre de politiques publiques qui ne tiennent toujours pas compte de critères socio-environnementaux y sont également pour quelque chose. Certes, dans la plupart des cas, les politiques d’ajustement structurel imposées par les instances financières internationales ont un rôle majeur dans le maintien de cette situation, mais ceci n’élimine aucunement le rôle des responsables politiques nationaux dans la conduite des affaires des pays de la région.

5Par conséquent, il n’est pas surprenant que les acteurs de la contestation transnationale s’emparent du sujet du développement durable en posant la problématique de la légitimité et de l’approfondissement du débat politique sur la définition elle-même de la durabilité. Au sein des mouvements altermondialistes, l’écho du développement durable se fait entendre notamment quand le débat porte sur l’accès à l’eau, l’économie solidaire ou – dans une perspective plus critique encore – la décroissance soutenable. Les altermondialistes questionnent le développement durable par leur positionnement à l’égard d’un modèle néolibéral qui néglige la diversité des cultures et la particularité des histoires locales. Comme nous voulons le démontrer dans cet article, la question centrale sur l’avenir stratégique du développement durable est ainsi posée en termes de légitimité politique, car l’ordre du jour des négociations internationales et le contenu des programmes actuellement mis en œuvre renvoient à des projets de société qui divisent les acteurs du développement, notamment en Amérique latine. Aussi nous efforcerons-nous dans cet article de répondre à trois questions : comment la contestation transnationale s’organise-t-elle et quels en sont les acteurs principaux ? Comment le développement durable est-il envisagé au sein du Forum social mondial (FSM) ? Pourquoi et en quoi la définition de stratégies de développement durable peut-elle intéresser les mouvements altermondialistes ?

La contestation transnationale et le forum social mondial

6En tant que processus politique le FSM peut être perçu comme partie intégrante d’un mouvement plus large communément appelé le mouvement altermondialiste. Cette appellation récente s’est substituée à celle d’acteurs de l’antimondialisation, marquant par là un passage majeur de positionnement politique du mouvement. L’altermondialisme prend ses racines en 1994 avec l’émergence du mouvement Zapatiste au Mexique qui peut être considéré comme la première insurrection contre la mondialisation néolibérale et les Accords de l’Alena [Le Bot, 2003]. La contestation se manifeste par ailleurs depuis la fin des années 1990 par le biais de mobilisations qui prennent la forme de contre-sommets et rassemblements – Seattle, Gênes, Nice – jusqu’au premier contre-sommet au Forum économique de Davos qui donne naissance par la suite à la première édition du FSM organisée dans la ville de Porto Alegre au Brésil en janvier 2001 [Agrikoliansky et al., 2005 ; Caramel, 2001].

7La question qui se pose après les manifestations de rue est celle de l’organisation de la contestation afin de construire des propositions concrètes. Après Seattle, les leaders des mouvements prennent l’habitude de se rencontrer en multipliant les réunions stratégiques pour débattre du calendrier des mobilisations et articuler les réseaux du Nord et du Sud. Le Forum International sur la Mondialisation en est un exemple, il se définit comme une alliance entre des économistes et des militants, dont Maude Barlow (Council of Canadians), Vandana Shiva (Research Foundation for Science, Technology and Ecology), Walden Bello (Focus on the Global South) et Martin Khor (Third World Network), qui jouent un rôle prépondérant dans la contestation à l’égard de l’économie néolibérale en mettant sur place un autre type de combat politique : la dénonciation de la protection excessive accordée aux investissements des entreprises multinationales grâce à la clause sur l’expropriation de capital (présente dans les textes de l’AMI et actuellement en vigueur dans le cas de l’ALENA, à travers son article XI). Cette clause risque d’empêcher tout effort souverain de mise en œuvre de politiques sociales ou environnementales par les États, car celles-ci peuvent être considérées comme une barrière à la libre expansion des investissements. L’ONG nord-américaine Public Citizen publie plusieurs rapports sur les méfaits de cette clause au sein de l’ALENA et des risques qu’elle représente pour l’éventuelle constitution d’une zone de libre-échange dans les Amériques.

8Dans ce cadre, la logique de construction d’alliances politiques avec certains gouvernements devient une stratégie importante du mouvement altermondialiste. Par la diffusion de rapports de contre-expertise, la réalisation de campagnes et des actions de lobbying, les altermondialistes essaient d’identifier et de convaincre certains gouvernements nationaux des dégâts des stratégies économicistes de développement. Dans le cas de la réunion ministérielle de l’OMC à Cancun en septembre 2003, par exemple, une alliance s’est établie entre les gouvernements du Brésil et de l’Inde (entre autres), d’un côté, et le mouvement altermondialiste, de l’autre, contre le maintien des règles inégalitaires sur le commerce des biens agricoles entre les pays du Nord et du Sud.

9Dès le premier Forum en 2001, puis en 2002 à Porto Alegre, les principaux thèmes débattus sont l’opposition à la mondialisation néolibérale et la recherche d’alternatives pour un monde meilleur. A la suite de sa première édition en 2001, le FSM s’élargit à d’autres Forums à différentes échelles : forums régionaux, locaux, continentaux ou thématiques. Les Forums Sociaux constituent ainsi une tribune propice au dialogue et à la réflexion aux alternatives possibles au modèle néolibéral et peuvent être considérés comme des espaces ouverts de rencontre, de débats et de propositions ou, comme le suggèrent Thomas Ponniah et William Fisher, « un espace pédagogique qui permet l’apprentissage, la mise en réseau et l’organisation politique » [Fisher et Ponniah, 2003]. En 2003, une nouvelle étape du processus politique marque l’inauguration du passage d’une réflexion à une proposition particulière d’alternatives au système politique et économique mondial en vigueur. Les divers acteurs de la contestation transnationale réussissent à imposer un espace public de débats par opposition au Forum Economique de Davos et interpellent désormais le pouvoir politique traditionnel. Si les convergences de luttes et les échanges sont nombreux au sein de ce réseau de réseaux, la difficulté à gérer la diversité au sein du mouvement reste de mise, tout autant que la question d’un consensus autour de projets d’une société durable qui restent à définir [Rojo, Milani et Arturi, 2004].

10En janvier 2004, lors de la rencontre du FSM tenue pour la première fois hors du Brésil à Mumbai, en Inde, un changement majeur s’opère de façon significative : le forum intègre son opposition au système des castes et aux fondamentalismes religieux. L’accroissement du nombre de participants à cet événement mondial – de 15 à 20 000 personnes lors du premier, à plus de 150 000 lors du cinquième en Inde – atteste de la pertinence du Forum et de l’intérêt que les gens lui portent à travers le monde. Cet ordre de grandeur est un des résultats de la culture politique enseignée et pratiquée lors du forum, celle d’être un « espace ouvert » [Keraghel et Sen, 2004]. Cet accroissement provoque aussi des défis en termes d’organisation et de gestion. À Mumbai, le Forum est marqué par une participation de masse et par une plus large participation des femmes. En dépit du fait de s’autoproclamer le Forum social mondial ce mouvement est a priori une idée politique et ses fondateurs, désormais leaders, ont aussi clairement énoncé une certaine culture politique pour sa conduite.

11Désormais conscient de sa propre mondialisation tout autant que du passage de la position d’anti à celle d’alter, le mouvement altermondialiste questionne le développement durable notamment par son positionnement à l’égard du modèle imposé par la globalisation néolibérale et qu’il considère comme homogénéisant. Par conséquent, il est essentiel de connaître les contenus des débats sur le développement durable qui distingueraient les acteurs de la contestation transnationale, au Nord comme au Sud, des acteurs institutionnels qui négocient des accords et mettent en œuvre des programmes internationaux dans le « même » domaine du développement durable.

Le débat sur le développement durable au sein du forum social mondial

12Le développement durable se trouve au cœur des débats du FSM et de ses déclinaisons thématiques et régionales. Les discussions ne sont pas de même nature que celles des négociations intergouvernementales se déroulant au sein du système onusien. En 2001, à Porto Alegre, le développement durable intègre le deuxième axe de discussion du Forum, intitulé « l’accès à la richesse et à la durabilité ». Parmi les thématiques des ateliers organisés à l’intérieur de cet axe figurent le contrôle social sur l’environnement, la protection de l’environnement, la démocratisation des connaissances scientifiques, ainsi que la privatisation du savoir dans le cadre des règles concernant la propriété intellectuelle. En 2002, ce même axe de discussion est maintenu, les ateliers ayant mis davantage en relief les questions suivantes : les liens entre la technoscience, l’écologie et le capitalisme ; l’agro-écologie et les droits de propriété intellectuelle ; la consommation verte, éthique et durable ; et les villes en tant qu’espaces de durabilité. En 2003, il y a un changement des axes thématiques : c’est le premier axe qui concerne le développement démocratique et durable. Il est intéressant de noter le lien qui est d’emblée établi entre la durabilité et la démocratie, celle-ci étant considérée comme un préalable nécessaire à celle-là. Dans les discours des altermondialistes, la gestion des ressources naturelles, par exemple, passe avant tout par la mise en oeuvre de mécanismes démocratiques de contrôle social sur l’accès à ces biens.

13Lors du quatrième FSM à Mumbay en 2004, un ensemble d’organisations (Peoples World Water Forum, Asia Pacific Movement on Debt and Development, Public Citizen, Sweetwater Alliance, Council of Canadians et Cry of the Water) met en place le Forum populaire mondial des eaux. Des militants internationalement reconnus tels que Vandana Shiva, Ricardo Petrella et Tony Clarke participent à ces débats. Dans le cadre du Forum social panamazonien, pendant les éditions de janvier 2002 (à Belém du Pará, au Brésil), janvier 2003 (aussi à Belém) et février 2004 (à Ciudad Guayana, au Venezuela), les militants et les participants analysent le développement sous l’angle de la souveraineté écologique, la gestion durable et populaire du territoire, la préservation des zones forestières protégées (les reservas extrativistas), la sécurité alimentaire, la biodiversité, la production agro-écologique par les familles rurales, la géopolitique de l’eau, ainsi que la gestion des ressources hydriques.

14En outre, à partir de la lecture des articles présentés dans la « bibliothèque des alternatives » du site officiel du FSM et de l’analyse de certains discours prononcés par les principaux leaders des mouvements et organisations ayant participé aux différentes éditions du Forum (Francisco Whitaker, Arundathi Roy, Walden Bello, entre autres), il est possible de dégager une série de critiques au sujet de la bureaucratisation croissante du débat sur le développement durable et des plans d’action qui en découlent. Ces critiques ont pour point de départ le rapport Notre avenir à tous et l’Agenda-21, les deux documents parmi les plus cités par les agences internationales travaillant sur le développement durable et qui servent de fondement à d’innombrables initiatives internationales.

15Ces deux documents ont été préparés par des équipes composées de diplomates, fonctionnaires internationaux et experts venus du Nord, Sud, Est et Ouest de la planète. Cette composition « globale » de leur équipe de rédaction a fait preuve apparente de diversité d’opinions et a constitué un grand atout politique, mais a produit un compromis tel que leur contenu est vidé d’un sens précis. Le premier défaut du Rapport Brundtland et de l’Agenda-21 résulte donc d’un de leurs points forts : cet effort pour arriver à un compromis et éviter des oppositions politiques, ainsi que la tentative de lier à tout prix environnement et croissance économique, écologie et expansion du commerce international, protection de l’environnement et neutralité de la technologie, débouchent sur la production de formules souvent très vagues ou nécessitant des apports financiers peu réalistes. Le Rapport Brundtland, de plus, n’attire pas l’attention sur les vrais coûts et les différentes visions culturelles du développement durable.

16Un autre genre de critique formulée par les altermondialistes concerne les prémices du développement durable. Par exemple, en matière de durabilité, comment ne pas toucher à la question de la distribution des richesses ? Le Rapport Brundtland mentionne seulement l’accroissement de la richesse pour une redistribution future. Sur le plan international, remettre en cause la distribution du revenu existant impliquerait de ne pas accepter l’inégalité flagrante entre les pays développés et les pays les moins avancés (ainsi que les inégalités au sein des pays eux-mêmes). Quel serait le revenu de base nécessaire à l’avènement du développement durable pour chacun des pays ? Cette interrogation intégrait, dans les années 1970, les discussions sur le nouvel ordre économique mondial, mais elle n’est pas reprise dans les débats intergouvernementaux actuels sur le développement durable, une fois de plus à mi-chemin entre les compromis politiques et la rigueur intellectuelle et théorique.

17Sur le plan national, lorsqu’on parle de changement de paradigme du développement, comme nous y incite le concept du développement durable, comment ne pas toucher au capital productif et aux ressources naturelles en vue d’une réforme de la propriété de la terre ? Au Brésil, par exemple, la question de l’accès à la terre productive (garantissant en même temps l’accès au marché pour les produits) est au cœur des négociations politiques et des conflits entre les responsables du gouvernement, les propriétaires fonciers et les mouvements sociaux (notamment le Mouvement des Sans Terre, un des piliers du FSM au Brésil). Il serait précaire de parler sérieusement d’un développement durable au Brésil (et ailleurs en Amérique latine) sans toucher la question-clé des inégalités sociales historiquement construites.

18Plusieurs questions, peu de réponses… Aux yeux des mouvements altermondialistes, les limites des conceptions sur le développement durable soutenues par les agences institutionnelles sont ainsi de plusieurs ordres : temporel (les temps du développement durable sont-ils les mêmes partout ?), spatial (quel est le degré de variation contextuelle possible dans la mise en œuvre du développement durable ?), politique (qui participe à la définition de cette durabilité ?), économique (quelle est la place de l’économie marchande par rapport à la valeur immatérielle de l’environnement ?), culturel (quelles sont les hiérarchies entre les différentes formes de savoir définissant les fondements du développement durable ?). Ici, nous n’avons énuméré que quelques-unes de ces limites, car, en dernière analyse, le concept tel qu’il est présenté dans les rapports intergouvernementaux ne semble pas faire une distinction claire et nette entre les différentes tournures du développement durable et les expressions de la « durabilité » : il y a souvent un manque de clarté quant à un développement durable outil d’analyse et un autre champ d’action politique [Smouts, 2005, p. 7].

19Les agences intergouvernementales essayent de rendre compatible l’approche d’une économie de marché avec la promotion du développement durable, notamment dans sa version durabilité faible [Beckerman, 1994]. La justification donnée à cette démarche « mixte » est notoirement économique, même si les valeurs éthiques, esthétiques, scientifiques sont souvent mentionnées comme facteurs d’appui au raisonnement de la préservation. Le Rapport Brundtland rappelle, par exemple, que les raisons économiques ne sont pas les seules à justifier la conservation des espèces ; mais, pour ceux qui exigent des comptes, la valeur économique du matériel génétique que renferment toutes les espèces devrait justifier largement leur conservation. Mais à quel prix, se demandent les altermondialistes, et plus particulièrement les mouvements écologistes qui en font partie ? Jusqu’où va la limite de la marchandisation de la vie ? Car l’adoption de cette démarche en accord avec une régulation exclusivement économique de l’environnement peut déboucher sur le maintien des inégalités au sein et entre des pays du Nord comme du Sud. La révolution biogénétique (présentée comme l’un des facteurs de la préservation des espèces dans le Rapport Brundtland) ne profite guère aux pays qui en ont vraiment besoin. Laisser l’environnement en tant que bien collectif à la seule régulation du marché, et ceci dans la seule perspective de la conservation de la nature, peut avoir des effets pervers sur la société tout entière, mais plus encore pour les petites communautés rurales et appauvries. Un exemple : la société Merck – celle qui a signé un accord avec le gouvernement du Costa Rica afin de rechercher la diversité biologique de ce pays d’Amérique Centrale – s’est installée au Maranhão (Brésil), où elle possède le monopole de la production mondiale de policarpina (obtenue à partir du jaborandi, plante native de la région). Cela va sans dire que les Indiens brésiliens et les habitants de la région du Maranhão reçoivent un montant dérisoire pour la collecte dans une propriété qui possède environ sept milliards d’unités de « jaborandis », espèce actuellement menacée d’extinction. Afin de contrecarrer cette tendance mondiale, serait-il possible, comme le demande Vandana Shiva à partir de son expérience dans le projet Navdania en Inde, de considérer l’environnement (l’eau, les semences, la biodiversité, etc.) dans la seule perspective des biens communs ?

20Boaventura de Sousa Santos, l’un des intellectuels les plus actifs dans le mouvement altermondialiste, rappelle qu’il faut donner une réponse politique aux dangers écologiques : à part les formes de régulation systémiques (par le marché ou par la seule puissance étatique), la réponse pourrait également venir de la conscientisation des citoyens, de leur participation active et de leur vigilance. Devant l’absence d’un seul système capable de promouvoir les changements nécessaires dans les relations société-économie-environnement, les citoyens mobilisés et les secteurs atteints par les dangers écologiques seraient les seuls acteurs capables de jouer le rôle d’un organe social qui s’apercevrait des interdépendances écologiques et donnerait la priorité à la protection de l’environnement. Or, cela est sûr, cette orientation du développement durable doit se fonder sur une participation démocratique et un idéal de justice sociale que tous les citoyens, en Amérique latine et ailleurs, sont loin de partager [Sousa Santos, 2002].

Le besoin politique d’approfondissement de la participation

21Dans la perspective de la contestation politique que le FSM souhaite exprimer sur le plan mondial, la pensée sur le développement durable peut contribuer à de profonds changements de l’économie politique internationale. En premier lieu, parce que cette pensée pourrait se lire en tant que dénonciation du « laisser faire » typique du libéralisme économique. L’impasse écologique obligerait le capitalisme libéral à une mutation structurelle, car l’homo oeconomicus, celui qui sert de modèle aux raisonnements économiques traditionnels, possède la caractéristique de ne pas consommer ou de surconsommer ce qu’il produit et de ne pas produire ce qu’il a besoin de consommer. La « main invisible » qui préconise la dérégulation des marchés et la satisfaction des intérêts individuels débouche sur des résultats désastreux en matière de protection de l’environnement.

22En ce sens, la problématique du développement durable peut permettre aux sujets contemporains de se dégager enfin du rapport de force qu’ils avaient établi avec la nature. Voici un deuxième aspect révolutionnaire de la pensée sur le développement durable qui retrouve des échos favorables au sein du mouvement altermondialiste [Rousset, 2002]. Car la question n’est pas de savoir ce que l’être humain sera encore à même de faire pour transformer la nature et la conquérir, mais ce que la nature pourra supporter. La promesse de la technologie s’est transformée en menace ; d’où le besoin d’anticiper la menace elle-même. C’est en ce sens que, comme le rappelle Marie-Claude Smouts, le développement durable est un projet politique contestataire, car il met en cause l’ordre existant [Smouts, 2005, p. 8].

23En outre, en encourageant l’analyse critique des rapports entre l’espèce humaine et la nature, la pensée sur le développement durable peut conduire les acteurs politiques à tenir de plus en plus compte de l’urgence de la protection des biens communs de la planète. Bertrand Badie souligne que la prise en compte de la définition des biens communs par la communauté internationale devrait suggérer également l’importance des mécanismes régulateurs dont ils sont probablement porteurs : car ces biens touchent aux conditions primordiales de la survie de l’humanité. En dessinant les contours d’une société mondiale, l’hypothèse sous-jacente à l’idée de biens communs transcenderait les facteurs de division et susciterait un potentiel de régulation des relations internationales en raison d’un destin commun [Badie, 1995].

24La question des mécanismes de régulation des biens communs planétaires est évidemment au centre des débats et des propositions du mouvement altermondialiste. Point fondamental : comment définir ces biens communs ? Quelles sont les ressources qui doivent faire l’objet d’une régulation politique non-marchande sur le plan mondial ? Quels acteurs devraient participer à la négociation ? Ces questions sont révélatrices d’une dimension du développement durable qui nous paraît essentielle pour comprendre comment et pourquoi les altermondialistes s’intéressent à ce concept : la définition de la durabilité est une affaire hautement politique révélant des projets de sociétés, des représentations sociales, des visions économiques et des manières de concevoir les relations entre la nature, la société, l’être humain et le marché qui sont plurielles, voire contradictoires. Comme l’affirme Pierre Lascoumes, « le contenu du développement durable est à construire. Il s’agit en quelque sorte d’un standard de jugement qui nécessite à chaque utilisation un travail délicat de négociation en fonction des éléments et des contextes auxquels on veut l’appliquer » [Lascoumes, 2005, p. 95].

25Du coup, les acteurs de la contestation revendiquent une radicalisation de la démocratie sur le plan mondial et une participation politique accrue des citoyens dans les processus de prise de décision. Teivo Teivanem, par exemple, souligne le besoin de rendre visibles les actions des altermondialistes traditionnellement invisibles sur la scène mondiale. Pour lui, il est possible de construire un nouveau projet d’émancipation sociale sur les quatre piliers suivants : l’universalisation de l’accès aux biens et aux services nécessaires à une existence digne ; la non-marchandisation de la vie ; le refus de la guerre et de la violence ; l’expansion de la souveraineté populaire y compris sur les relations économiques internationales [Teivanem, 2004].

26Une partie des fondements philosophiques qui justifient cette demande de participation politique par les altermondialistes est liée à la crise actuelle de l’intergouvernementalisme et du multilatéralisme. L’unilatéralisme nord-américain et la partialité des règles du système international contribuent de façon décisive à la remise en question de l’idée de communauté internationale. De plus, cette crise est également due à la transformation d’un modèle de société internationale au sein de laquelle les États-nations auraient un rôle exclusif dans la régulation des affaires du monde. L’intergouvernementalisme est sous pression face à l’émergence de ces mouvements contestataires, qui ne fondent pas leurs stratégies exclusivement sur une base territoriale nationale (différemment, par exemple, des mouvements sociaux du xixe siècle). Leur champ d’action est l’espace transnational, considéré comme un « continuum » territorial allant du local au national et au global [Amiraux, 1999] dans lequel évoluent des projets politiques qui se veulent émancipateurs, des pratiques non traditionnelles de l’idée de citoyenneté et des symboles en vue d’un nouvel imaginaire collectif (un autre monde…). Leur identité politique se situe donc au-delà de la frontière nationale, ce qui peut être expliqué par un triple déplacement de la puissance internationale : du public vers le privé, du national vers le transnational, de l’État-nation vers les institutions financières et commerciales internationales [Badie, 1995]. Face à ces déplacements de la puissance, les altermondialistes exercent déjà leur contestation et essaient de participer, à leur façon, à la gestion des affaires du monde.

27Même s’ils utilisent un répertoire moderne d’actions collectives typiques du xixe siècle (telles que Charles Tilly les avait identifiées : manifestations de rue, grèves et pétitions), ils déploient au moins trois nouvelles stratégies de participation politique. En premier lieu, leur action doit toujours être un happening, selon la tradition des mouvements des années 1968, et les protestations augmentent au fur et à mesure que s’étend le projet néolibéral. En deuxième lieu, ils utilisent la contre-expertise, par le biais de rapports, de réunions et des médias alternatifs. En troisième lieu, ils font de leur action un événement médiatique y compris par le biais d’actes de désobéissance civile [Dufour, 2005]. La médiatisation des rencontres altermondialistes donne à ces mouvements l’occasion de se faire connaître sur le plan mondial. Comme Susan George, leader importante du mouvement, a affirmé à l’une de ces rencontres en faisant allusion à leur opposition directe au Forum de Davos, l’OMC, la Banque Mondiale et le FMI : « Où qu’ils soient, nous y serons aussi » [Fougier, 2002]. La recherche de la couverture médiatique sert également au processus de construction de l’identité du mouvement altermondialiste.

28Néanmoins, les clivages entre les altermondialistes « réformistes » (par exemple, des organisations qui intègrent le Conseil économique et social de l’ONU et qui ont participé au Sommet du Millenium en mai 2000) et les « radicaux » (qu’ils soient internationalistes ou nationalistes) ont conduit à une impasse dont l’issue politique n’est pas à ce jour clairement définie : comment faire le choix en faveur d’une position commune entre jouer les rapports de force par opposition aux agences financières et la logique néolibérale du système économique d’une part, ou intégrer la négociation internationale et tenter de changer l’ordre mondial à travers ses brèches institutionnelles d’autre part ?

29Il semble que certaines limites imposées à une participation politique accrue des acteurs de la contestation se retrouvent au sein même du mouvement altermondialiste. Éviter de construire un discours unifié, reconnaître la différence en leur sein, se définir comme un espace-mouvement où les différentes cultures se rencontrent, éviter la nomination d’un porte-parole du mouvement, adopter la confusion en tant que tactique, refuser l’urgence et travailler sur le long terme, inter alia, sont des éléments qui caractérisent profondément le FSM. Ce sont là des traits qui les distinguent clairement des acteurs institutionnels de la coopération internationale et des relations internationales. Finalement, un défi que les altermondialistes semblent vouloir poser est aussi situé du côté des représentations de la mondialisation : ils savent que la structure inégale de la représentation politique sur le plan mondial est le reflet des inégalités des forces sociales ; du coup, les altermondialistes essaient lentement de changer cette structure inégale en leur faveur en travaillant, par exemple, sur les identités, les symboles, les valeurs et la culture.

Conclusion

30Si de nombreux militants altermondialistes évoquent le FSM comme un nouvel acteur de la scène mondiale, c’est surtout son rôle d’émancipation et sa capacité à offrir un espace politique ouvert qui priment aujourd’hui [Milani et Laniado, 2006]. Le Forum constitue un lieu d’échanges, de mise en réseau et de construction de projets collectifs, jouant ainsi un rôle important dans le développement de la pédagogie de la participation destinée de façon prioritaire aux militants de la contestation transnationale. Néanmoins, le FSM doit faire face à plusieurs obstacles afin de se maintenir pluriel, tout en gardant sa cohésion autour de ses valeurs et de ses choix stratégiques. L’une des questions sans réponse à ce jour est celle de la pérennité de l’approche politique basée sur la diversité : cette multiplicité d’acteurs et d’opinions tiendra-t-elle sur le long terme à partir du moment où des propositions concrètes devront être mises sur la table des négociations en matière de développement durable ? De la gestion des tensions qui se créent entre la multiplicité de positionnements (des militants, des mouvements, des organisations) et la formulation collective des propositions découle un risque : selon les altermondialistes eux-mêmes, ce risque ne serait pas lié à l’hétérogénéité des acteurs présents au sein du mouvement, mais au fait de tenter de promouvoir un faux consensus sans toucher aux sujets qui causent problème. L’étymologie même du terme « dialogue » (dia, du grec, « entre » et logos, « raison ») nous rappelle que dialoguer signifie chercher des raisons autres (intermédiaires) à partir des raisons qui sont en interlocution, des raisons qui s’entretiennent. Du coup, une piste pour des analyses à venir pourrait être énoncée de la façon suivante : comment les acteurs de la contestation transnationale peuvent-ils garder l’unité et la diversité du FSM, tout en développant leur capacité de construire des raisons plurielles sur la durablité et, en même temps, formuler des propositions concrètes pour changer le système économique en vigueur ?

Haut de page

Bibliographie

Agrikoliansky Eric et al., L’Altermondialisme en France, la Longue Histoire d’une Nouvelle Cause, Paris, Flammarion, 2005.

Amiraux Valérie, « Les limites du transnational comme espace de mobilisation », Cultures & Conflits, Paris, L’Harmattan, n° 33-34, automne, 1999, p. 25-50.

Badie Bertrand, La fin des territoires – essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard, Collection « L’Espace du Politique », 1995.

Beckerman Wilfred, « Sustainable Development: Is it a useful concept?  », in Environmental Value, volume 3, n° 3, 1994, p. 191-209.

Caramel Laurence, « Les réseaux de l’antimondialisation », in Critique Internationale, n° 13, Paris, 2001, p. 153-61.

Coburn Elaine, « La bataille de Seattle », in Michel Wieviorka (org.), Un autre monde…, Paris, Balland, 2003.

Dufour Pascale, « Globalisation as a New Political Space: The End of the Quebec-Quebec Debate?  », in Daniel Salé; Harvey Lazar, Michael Murphy (orgs.), The State of the Federation. Quebec and Canada in the New Century: New Dynamics, New Opportunities, Montréal, Queen’s University Press, 2005.

Fisher William, Ponniah Thomas (orgs.), Un autre monde est possible, Paris, Parangon, 2003.

Fougier Eric, « Le Mouvement de Contestation de la Mondialisation », Annuaire Français des Relations Internationales, numéro III, Bruxelles, 2002, p. 842-858.

Keraghel Chloé, Sen Jai, « Explorations in Open Space, The World Social Forum and Cultures of Politics », in International Social Science Journal, n° 182, Paris, Éditions Unesco/Blackwell, 2004, p. 483-493.

Lascoumes Pierre, « Le développement durable : une illusion motrice », in Marie-Claude Smouts, Le développement durable, les termes du débat, Paris, Armand Colin, p. 95-107.

Le Bot Yvon, « Le zapatisme, première insurrection contre la mondialisation néolibérale », dans Michel Wieviorka (org.), Un autre monde…, Paris, Balland, 2005.

Milani Carlos R S., Laniado Ruthy Nadia, « Transnational Social Movements and the Globalisation Agenda : a methodological approach based on the analysis of the World Social Fórum », Centre Edelstein et Associação Brasileira de Ciência Política, 2006, 26 p.

Pearce David et al., World Without End, Economics, Environment and Sustainable Development, Oxford, Oxford University Press, 1993.

Rousset Pierre, « Lo ecológico y lo social: combates, problemas, marxismos », Library of Alternatives, 2002, disponible sur le site http://www.forumsocialmundial.org.br (15 november 2004), 2002.

Rojo Raúl, Milani Carlos R. S., Arturi Carlos, « Expressions of Political Contestation and Mechanisms of Democratic Control », in International Social Science Journal, n° 182, Paris, Éditions Unesco/Blackwell, 2004, p. 615-628.

Sachs Ignacy, L’écodéveloppement, Stratégies de transition vers le xxie siècle, Paris, Syros, 1993.

Smouts Marie-Claude, Le développement durable, les termes du débat, Paris, Armand Collin, 2005.

Sousa Santos Baoventura de (org.), Produzir para viver. Os caminhos da produção não capitalista, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 2002.

Teivanem Teivo, « Twenty-two theses on the problems of democracy in the World Social Fórum », Library of Alternatives (http://www.forumsocialmundial.org.br).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlos R. S. Milani et Chloé Keraghel, « Développement durable, contestation et légitimité : la perspective des mouvements altermondialistes », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 137-151.

Référence électronique

Carlos R. S. Milani et Chloé Keraghel, « Développement durable, contestation et légitimité : la perspective des mouvements altermondialistes », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cal.revues.org/2137 ; DOI : 10.4000/cal.2137

Haut de page

Auteurs

Carlos R. S. Milani

Carlos R. S. Milani travaille à l’Universidade Federal da Bahia (UFBA, Brésil) et au Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico.

Chloé Keraghel

Chloé Keraghel travaille au Bridge Initiative International

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org