Navigation – Plan du site
Lectures

Manuel Chust (éd.), Las independencias iberoamericanas en su laberinto. Controversias, cuestiones, interpretaciones

Publicacions de la Universitat de València, 2010, 441 p.
Nathalie Blasco
p. 168-170
Référence(s) :
Manuel Chust (éd.), Las independencias iberoamericanas en su laberinto. Controversias, cuestiones, interpretaciones, Publicacions de la Universitat de València, 2010, 441 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage à l’orientation épistémologique revendiquée constitue une étude quelque peu à part parmi les références parues autour de la question des indépendances ibéro-américaines à l’occasion de la célébration de leurs bicentenaires. Manuel Chust, le coordinateur du volume, nous offre une compilation originale : une quarantaine de contributions sont présentées, tout entières tournées vers une critique de l’historiographie traditionnelle, mais aussi toutes identiquement vertébrées par une série de six questions qui invitent les divers auteurs à livrer leur interprétation des processus d’indépendance et à se prononcer sur celles d’autres historiens. Une sollicitation d’autant plus singulière qu’elle se conjugue au défi d’une mise en débat, au sein même du livre, de la plupart des écoles historiographiques spécialistes de ce thème en Europe et dans les Amériques. Après une synthèse introductive se succèdent donc les contributions qui se prêtent au jeu des questions imposées : « Quelle est votre thèse centrale sur les indépendances ? », « Quel fut l’élément déclencheur de la crise de 1808 ? », « Peut-on parler de révolution d’indépendance, ou, au contraire, les continuités avec l’Ancien Régime ont-elles primé ? », « À votre avis, quelles sont les interprétations les plus importantes qui expliquent les indépendances ibéro-américaines ? », « Quels sont les thèmes qui restent à explorer ? », « Quelles interrogations souhaitez-vous formuler qui n’auraient pas été posées antérieurement ? ».

2Pour reprendre la formule de l’un des contributeurs – Juan Andreo – qui déplore l’impossibilité d’aborder en un seul article tous les versants d’un événement aussi hétérogène que celui des indépendances, « es empresa de titanes » que de prétendre rendre compte en quelques lignes et de façon synthétique de la multiplicité des points de vue exprimés dans le livre. C’est pourquoi je m’en tiens à un exercice partiel, qui repose sur l’introduction générale de l’éditeur scientifique et sur la morphologie du volume.

3Dans son introduction, Manuel Chust fait brièvement écho aux polémiques ayant porté sur le choix des dates établies pour les commémorations dans l’un et l’autre des pays concernés, en réaffirmant que ces repères ne marquent dans aucun des cas la véritable conclusion de l’indépendance. Mais surtout, il tente de radiographier l’historiographie la plus récente sur les processus d’indépendance, en observant la coexistence de diverses lectures de ces mêmes processus, tout en niant que l’une d’entre elles soit hégémonique. C’est pourquoi se côtoient au sein de l’ouvrage les thèses de J. Lynch, de F.-X. Guerra, de M. Kossok ou de J. E. Rodríguez, elles-mêmes discutées par des lectures plus nouvelles, parfois dérivées de celles des « maîtres ». Le compilateur se réjouit d’ailleurs de cette évolution vers « moins de rigidité dans les schémas d’analyse » par rapport aux décades antérieures, un renouvellement épistémologique qu’il attribue autant à la formation plus spécifique des « professionnels de l’histoire » officiant aujourd’hui qu’à l’accès aux sources facilité par la révolution technologique, ou encore au surgissement de nouvelles « modes » historiographiques dû à l’effondrement de théories alternatives au libéralisme et à ses « fonctionnalismes ». Selon Manuel Chust, le labyrinthe des études sur les indépendances est si complexe qu’il est donc sage de ne pas y voir que des antagonismes interprétatifs mais plutôt un ensemble de thèses complémentaires.

4Par ailleurs, l’historien valencien insiste sur la nécessité de l’emploi rigoureux dont le mot « processus » doit faire l’objet. Le choix de ce terme est pour lui d’une importance capitale pour désigner un « processus historique révolutionnaire libéral-bourgeois », dans la mesure où il permet de souligner ses propriétés dynamique, conjoncturelle et changeante sans pour autant que disparaisse l’unité de l’évolution du phénomène, tout comme il permet de couper court aux interprétations « finalistes » et « présentistes », des lectures ahistoriques qui ne conduiraient, selon lui, qu’à formuler le caractère inévitable des indépendances.

5En revanche, M. Chust signale que le débat sur « révolution ou continuités » reste en suspens. Pourtant, la rupture avec l’Ancien Régime métropolitain, signifiée par le fait que la Monarchie espagnole n’aura plus d’existence en tant qu’État en Amérique après 1830, constitue un fil conducteur du recueil, et tous les contributeurs s’accordent sur le fait que malgré les persistances coloniales, celles-ci ont survécu dans un monde qui marchait déjà sur une autre voie, celle de la république, du parlementarisme et du constitutionnalisme. Des phénomènes qu’il serait incorrect de confondre avec une hypothétique accession au pouvoir des classes populaires ou avec un quelconque État-providence. Mais comment alors qualifier cette révolution ? Elle fut certes « libérale et bourgeoise » avant tout par la proposition de former un État-nation aux couleurs politiques du libéralisme, mais les États-nations américains qui ont surgi dans les années 1830 furent surtout le fruit de circonstances propres à chaque territoire, aussi bien internes qu’externes, et ils furent tout autant conditionnés par leur passé colonial.

6La valeur de l’introduction de M. Chust tient non seulement au fait qu’elle offre cet état des lieux historiographique fort utile sur la question des indépendances à l’heure des bicentenaires, mais également au fait qu’elle comprend une proposition de périodisation rigoureusement justifiée. Sans prétendre établir un bornage temporel statique, M. Chust distingue néanmoins quatre temps qui peuvent tenir lieu de guide pour historiciser une dynamique mouvante jusqu’à sa fin, et pour synthétiser, malgré les différences régionales, certains changements de conjoncture, de posture, de proposition ou de réaction.

7La phase initiale du processus est donc fixée entre 1808 et 1810, c’est-à-dire à partir des abdications de Bayonne qui provoquèrent la crise structurelle de l’Ancien Régime monarchique des deux côtés de l’Atlantique. Ce temps 1 correspond aussi à une période de vacance du pouvoir qui suscita la peur que fussent remis en cause les trois piliers sur lesquels était bâti l’État, à savoir la légitimité, la représentation et la souveraineté, tout comme il marque l’émergence des mouvements junteros et de lutte pour l’indépendance du roi d’Espagne vis-à-vis de la France.

8Le temps 2 court de 1810 à 1815/16 et représente une phase de confrontation entre divers acteurs pour la souveraineté, dont l’issue dépendra des caractéristiques de chacune des juntas en Amérique, de la légitimité gagnée en Amérique par certaines autorités de métropole, ainsi que du maintien de la hiérarchie de l’Ancien Régime par les nouvelles juntas des capitales. L’auteur souligne alors que la traditionnelle dichotomie « patriotas versus realistas » qui sert de grille analytique mérite davantage de nuances, tant la Monarchie était peu monolythique depuis l’Amérique. Une complexité qui se retrouve dans la coexistence, durant cette phase, de voies d’évolution et de résistance à celles-ci : voie insurrectionnelle, voie afrancesada, voie tracée par les Cortès de Cadix, ou encore voie coloniale.

9Le temps 3 va jusqu’à 1820 ; il est celui de « l’indépendance contre le roi  » qui a vu les criollos qui défendaient le libéralisme gaditan avant le retour à la monarchie absolue en mai 1814 se tourner vers l’option insurrectionnelle. Il est donc aussi le temps du recours à la force armée contre les insurgés pour tenter de récupérer l’Amérique, tout comme il est celui des alliances, à travers le Congrès de Vienne ou la Sainte Alliance pour les monarchies absolues européennes, et à travers la coalition militaire entre les généraux et leaders insurgés pour vaincre l’armée espagnole dans un conflit qui devenait interrégional.

10La 4e et dernière phase s’étend de 1820 à 1830 : M. Chust la définit prioritairement comme celle de « l’institutionnalisation des indépendances », celle des triomphes successifs et définitifs, le moment où la proclamation de la république par les insurgés trouve sa justification dans l’impératif d’un recours à la confrontation avec le roi. L’auteur ne manque d’ailleurs pas de remarquer que l’autre marqueur central de la période, la défaite du libéralisme espagnol, doit être décrypté à l’aune du caractère anti-féodal de ce dernier dans la péninsule, et de son caractère anti-colonial dans les territoires américains. Il en va de la pleine compréhension du phénomène des indépendances, qui exige une analyse qui tienne compte de l’inter-relation indissociable des histoires des Vieux et Nouveau Mondes.

11Terminons cette brève présentation en soulignant le discernement dont fait preuve le coordinateur en permettant à chacun des contributeurs d’explorer certains angles morts de la production historiographique, même s’il ne s’agit que d’« aller en reconnaissance » sur des pistes jusqu’alors négligées. Nul doute que le lecteur soit alors convaincu de la vitalité des indépendances en tant qu’objet d’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Blasco, « Manuel Chust (éd.), Las independencias iberoamericanas en su laberinto. Controversias, cuestiones, interpretaciones », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 168-170.

Référence électronique

Nathalie Blasco, « Manuel Chust (éd.), Las independencias iberoamericanas en su laberinto. Controversias, cuestiones, interpretaciones », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://cal.revues.org/213

Haut de page

Auteur

Nathalie Blasco

Sorbonne Nouvelle – Paris 3/ CREDA – UMR 7227

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org