Navigation – Plan du site
Lectures

Gérard Borras, Chansonniers de Lima. Le vals et la chanson criolla (1900-1936)

Presses universitaires de Rennes, 2009, 409 p.
Nathalie Blasco
p. 168-170
Référence(s) :
Gérard Borras, Chansonniers de Lima. Le vals et la chanson criolla (1900-1936), Presses universitaires de Rennes, 2009, 409 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Pérou
Haut de page

Texte intégral

1Ce beau travail plonge dans le Pérou des premières décennies du xxe siècle pour en exhumer une foule d’objets sonores et musicaux, allant des disques 78 tours aux partitions en passant par des catalogues d’éditeurs et des cancioneros, ces recueils qui circulaient dans les milieux populaires de la capitale de Lima. La richesse de ce volume réside pour une bonne part dans cette inclusion d’« objets trouvés », des clichés d’affiches, de pages de journaux, de partitions musicales, de faces de disques, et, bien sûr, des textes de chansons. L’objet central de l’ouvrage est bien le vals criollo, qui acquit sa notoriété au-delà des frontières péruviennes au moment du boom des années 1950 à Lima ; néanmoins c’est la période antérieure à cette percée, l’époque de la Guardia Vieja, qui fournit sa matière à l’auteur. Gérard Borras nous livre alors une étude à la croisée des approches disciplinaires, entre ethnomusicologie, histoire des mentalités et des représentations, analyse littéraire et histoire culturelle.

2Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur ressuscite chaque élément de la construction progressive du genre si particulier qu’était le vals au sein de la música criolla entre 1900 et 1936. Son étude des supports montre que, dans une aire urbaine qui vivait une époque charnière, celle des mutations technologiques, sociales et culturelles du tournant du XXe siècle, l’oralité était encore un élément essentiel de la vie de la société liménienne. L’analyse des relations entre le musical et le social permet ainsi de mettre au jour les acteurs, les créateurs, les vecteurs de diffusion, ainsi que les consommateurs de cette production culturelle populaire, mais aussi de comprendre le statut du genre et sa fonction dans les différents espaces sociaux et culturels de la capitale péruvienne, bref, de reconstituer toute une « mémoire du vals ». En archéologue du genre, Gérard Borras démonte la structure du vals et tente d’en appréhender la genèse et les principales matrices, en accompagnant sa démonstration d’une analyse de la poétique d’un nombre non négligeable de textes de chansons. Il parvient ainsi à dégager les modalités de la cristallisation de ce genre nouveau, tout autant héritier de la zarzuela, de la tradition orale hispanique, ou de formes hybrides issues de jeux floraux, que soumis aux influences contemporaines du tango et du fox.

3La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux représentations. Gérard Borras nous renseigne sur les grands sujets qui inspiraient les paroliers et les compositeurs, et l’on prend la mesure de l’exceptionnelle capacité du vals à dire les événements et à les transmettre. S’il apparaît que l’on peut convenir d’une prédominance du thème amoureux, il semble que l’extrême variété des thèmes essentiels du vals soit aussi l’une de ses spécificités. Comme le dit l’auteur : « Tout peut être ou devenir vals ». Ce « miroir aux multiples facettes » est pourtant moins le reflet d’une époque que l’expression des expériences vécues dans cette époque. C’est la plupart du temps à travers le prisme du comique et par une mise à distance de l’Autre que s’exprimaient les auteurs et les interprètes du vals, sur des sujets aussi divers que les femmes, les transformations de la vie urbaine, les échos de la vie du monde et les effets de la vie cosmopolite sur la capitale péruvienne, les anniversaires, les décès, les événements fascinants et dramatiques, l’actualité tauromachique, les agressions et les assassinats, ou encore les faits divers qui troublaient l’ordre social. Même la Première Guerre mondiale fut prise dans les filets d’une lecture populaire de la géopolitique mondiale. Globalement, il apparaît que l’une des fonctions sociales de la chanson au début du xxe siècle était toujours moins celle de la communication d’informations que celle de l’amplification en vue d’une représentation collective : le vals « fixait l’événement et lui donnait une existence dans le corps social ».

4Dans la continuité de cette partie intermédiaire, la troisième et dernière partie s’attache davantage encore à faire apparaître les modalités de cette parole sur les choses du monde. La focalisation est cependant portée sur les aspects propres à la dialectique « musique et politique», étant acquis que le contexte national invitait aux commentaires. Les conflits sociaux, la misère, les agitations de la vie politique nationale et les tensions diplomatiques au niveau international sont autant de thèmes d’actualité que l’on retrouve au cœur des textes écrits pour le vals à cette époque. Entre autres stratégies mentionnées par Gérard Borras, employées par les paroliers dans l’espoir de passer outre un pouvoir répressif et censeur, celle du « texte caché» leur permettait de construire un discours critique et insubordonné mais dont la diffusion n’était pas interdite. Mais il existait plus d’une façon biaisée d’interpeller le pouvoir visiblement sourd aux difficultés et aux revendications sociales, notamment par la parodie et l’humour. D’autres événements tels que la Guerre du Pacifique, l’arrivée d’un nouveau président à la tête du pays, ou la montée de l’Apra mobilisèrent des éléments discursifs empruntés, selon les cas, à une rhétorique de la dérision, raciste, ou grandiloquente. C’est là que l’auteur constate une transformation des chansons « en instruments et relais du politique».

5Mais au-delà des constats partiels, il est important de cerner le phénomène général d’appropriation des chansons par leurs récepteurs et de réinvestissement par des significations nouvelles. Ce phénomène de réinvention de la mémoire collective, qui se déploie dans la diachronie, nous amène à mieux comprendre dans quelle mesure le vals constitue l’un des caractères saillants de l’identité criolla liménienne.

6En fin de volume est regroupée une sélection des textes sur lesquels Gérard Borras a travaillé, une somme documentaire précieuse qui propose des extraits de supports extrêmement rares. Un CD contenant des reproductions d’enregistrements offre par ailleurs la possibilité d’accompagner la lecture de l’ouvrage, et surtout de donner vie à ces documents qui nourrissent l’étude.

7On apprend beaucoup à la lecture de cet ouvrage en termes de méthodologie de l’anthropologie culturelle. C’est pourtant sous l’autorité de deux historiens, Pierre Nora et Roger Chartier, que Gérard Borras place son travail, en leur rendant hommage à travers deux épigraphes. Ce qui n’est guère surprenant eu égard à la précaution dont il fait preuve, tant dans son étude de la réécriture d’une certaine mémoire collective que dans le choix d’objets concrets comme points de départ et éléments essentiels de l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Blasco, « Gérard Borras, Chansonniers de Lima. Le vals et la chanson criolla (1900-1936) », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 168-170.

Référence électronique

Nathalie Blasco, « Gérard Borras, Chansonniers de Lima. Le vals et la chanson criolla (1900-1936) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cal.revues.org/190

Haut de page

Auteur

Nathalie Blasco

Sorbonne Nouvelle – Paris 3/ CREDA – UMR 7227

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • Revues.org